Se former pour rouler en 125

Faciles à conduire et à stationner, les motos et scooters 125 (ou un peu moins) séduisent chaque année plus d’urbains et péri-urbains. Un cursus de trois heures a été mis en place en 2009, puis porté à sept heures en 2011. Mais combien roulent encore sans une véritable formation à la conduite d’un deux-roues?

Quelques articles sur le même domaine :

Conseils de conduite aux “scooteux”
Choisir sa moto 125
Choisir entre scooter et moto
Réfléchir à son premier équipement motard
Acheter “malin” et “pas cher”
Nos trucs pour “bien” conduire

* * *

Le gouvernement français a procédé à un aménagement de la loi de 1996, qui instituait une équivalence « automatique » permettant à un titulaire du permis auto (B) avec au moins deux ans d’expérience de conduire un deux-roues motorisé de 50 à 125 cm3 dont la puissance n’excède pas 11 kW (15 chevaux).
Un décret du 23 novembre 2006, publié au journal officiel du 31 décembre 2006, remet en cause cet automatisme « permis B de deux ans = permis A1 » en instaurant une formation obligatoire pour les automobilistes qui souhaitent conduire un 125 cm3, que ce soit un scooter ou une moto.

La formation obligatoire a d’abord été d’une durée minimale de trois heures, sur le modèle de celle proposée pour le stage pratique du brevet de sécurité routière (BSR), afin de sensibiliser à la spécificité de la conduite d’un deux-roues motorisé. Un arrêté a précisé les grandes lignes de cette formation, dispensée dans une école de conduite ou une association agréée, par un formateur spécialisé deux-roues.

Ces dispositions ont été modifiées fin 2010 pour porter la durée de formation à sept heures et étendre les publics concernés.

Les détails de cette formation sont consultables sur les sites du Journal Officiel ou de Légifrance.
Deux textes sont à prendre en compte : le décret du ministère de l’Ecologie n° 2010-1390 du 12 novembre 2010 (publié au JO le 16 novembre) et l’arrêté du ministère de l’Intérieur du 17 décembre 2010 (publié le 24 décembre).

* * *

En résumé

La formation de sept heures concerne tous les titulaires d’un permis B qui souhaitent conduire une moto ou un scooter de 50 à 125 cm3, ou un scooter à 3 roues de plus de 50 cm3, et qui n’en ont pas conduit au cours des cinq dernières années, l’assurance faisant foi.
Les usagers ayant déjà circulé en deux-roues sont exemptés de cette formation. Elle est dispensée par des écoles de conduite et des associations agréées, et permet d’obtenir une attestation de suivi de formation.

Pour en savoir plus, voir le site dédié de la Sécurité Routière.

* * *

En détails

Pour quels véhicules ?

Pour conduire un deux-roues de 125 cm3 (scooter ou moto) ou un tricycle à moteur de plus de 125 cm3 (donc de catégorie L5e, principalement les Piaggio MP3 250/300/400 LT et les Can-Am Spyder).

Avant le 1er janvier 2011, il suffisait d’un permis auto (B) pour conduire un tricycle de catégorie L5e, sans attendre que ce permis B ait deux ans d’ancienneté, contrairement aux deux-roues 125 cm3. Désormais, il faut aussi attendre deux ans après l’obtention du permis B pour pouvoir conduire un tricycle L5e.

Si vous n’avez pas le permis B (auto) ou que vous l’avez depuis moins de deux ans, vous devez passer l’examen du permis A1.

* * *

Sur quel véhicule est dispensée la formation ?

L’obligation d’utiliser un véhicule équipé d’une boîte de vitesses a été supprimée par l’arrêté du 17 décembre 2010. Par conséquent, le formateur est libre de proposer son enseignement sur un scooter, une moto ou un tricycle L5e.
Libre ensuite de sélectionner son établissement de formation en fonction du ou des véhicules proposé(s). Une personne intéressée par l’achat d’un Piaggio MP3 aura tout intérêt à cibler une formation dispensée sur ce véhicule.

* * *

Jusque quand est-elle valable ?

Quel que soit le véhicule utilisé pour la formation, l’attestation de suivi de formation sera valable pour tous les types de véhicules concernés.
Pas besoin de repasser la formation, même si vous changez de véhicule plus tard.

Cette formation complémentaire est acquise à vie.
En cas d’invalidation ou d’annulation du permis de conduire, nul besoin de la passer à nouveau.

* * *

Pour qui la formation est-elle obligatoire ?

Pour tous ceux qui n’en sont pas dispensés.
C’est-à-dire principalement les conducteurs pouvant justifier d’une pratique de la conduite au cours des cinq années précédant le 1er janvier 2011.
Aucune durée minimale n’est requise, mais elle doit avoir eu lieu après le 31 décembre 2005. Pour le justifier, il faut produire un relevé d’informations de votre assureur, quelle que soit la durée de l’assurance.

Depuis le 1er janvier 2015, cette formation est donc obligatoire pour tout nouveau conducteur de 2RM 125, sauf… 

Vous êtes exempté de la formation de sept heures si vous remplissez une des conditions suivantes :

1 – Justifier de la pratique d’un deux-roues 125 cm3 ou d’un trois-roues L5e au cours des 5 années précédant le 1er janvier 2011, soit depuis le 1er janvier 2006. Il s’agit concrètement de demander à votre assureur un relevé d’informations. Peu importe la durée de l’assurance : elle peut être d’un an, de quelques mois ou même seulement de 24 heures. Il faut en revanche que votre nom apparaisse sur ce relevé d’informations en qualité de conducteur, principal ou secondaire.

2 – Avoir suivi la formation de trois heures en vigueur du 1er janvier 2009 au 1er janvier 2011 (obligatoire pour conduire un deux-roues 125 cm3 si vous avez passé le permis B à partir du 1er janvier 2007).

3 – Être titulaire du permis A1 (pour les deux-roues 125) ou du permis A (pour les deux-roues 125 et les tricycles L5e) obtenu sur examen (et non pas par équivalence).

4 – Être titulaire d’un permis B obtenu avant le 1er mars 1980.

En cas de contrôle par les forces de l’ordre, deux documents font foi : le certificat de formation ou, à défaut, un relevé d’informations fourni par votre compagnie d’assurance, attestant de l’antériorité de la conduite d’un deux-roues motorisé.
Le non-respect de cette disposition sera passible d’une amende de 4e classe, soit 135 euros.

* * *

A partir de quand peut-on suivre la formation ?

Deux ans de permis B sont toujours nécessaires pour accéder à la conduite d’un 125 cm3.
Pour permettre aux usagers d’utiliser un deux-roues dès le début de ce délai, la formation peut être passée un mois avant la date anniversaire d’obtention du permis B.

* * *

A quoi ça ressemble ?

L’attestation remise par l’établissement de formation est une carte plastifiée, au format 10,6 cm de largeur et 6,3 cm de hauteur.
Sur le recto figurent les nom, prénom, date et lieu de naissance, la date d’obtention et le numéro du permis B ainsi qu’une photo du titulaire et sa signature.
Sur le verso, on trouve les renseignements concernant l’établissement de formation ainsi que son cachet, et la signature du formateur.
A glisser dans son permis de conduire pour les présenter en même temps.

648x415_paris-01-juillet-2013-illustration-certificat-suivi-formation-a-conduite-motocyclettes-legeres-vehicules-categorie-l5e

* * *

Faut-il passer un examen ?

Il n’y a aucun examen à passer, il suffit d’avoir participé à la formation.
Même si le formateur juge les compétences du conducteur insuffisantes. Toutefois, dans le cadre de son obligation de sécurité, un formateur peut interdire à un élève de suivre la partie de la formation en circulation. Pas besoin d’imposer ou de négocier, les personnes qui n’ont pas le niveau ou qui ne se sentent pas à l’aise au guidon le reconnaissent bien volontiers et demandent d’elles-mêmes à suivre quelques heures de formation supplémentaire en plateau.

* * *

Peut-on ensuite rouler à l’étranger ?

Le décret du 12 novembre 2010 rappelle que la conduite d’un deux-roues 125 cm3 ou d’un tricycle L5e en se prévalant d’un permis B est autorisée uniquement sur le territoire national français.
En effet, il s’agit d’une équivalence qui, contrairement aux permis de conduire, ne bénéficie pas d’une reconnaissance mutuelle entre Etats membres de l’Union européenne.
Par conséquent, un Français à l’étranger ou un étranger en France doit être titulaire d’un permis A pour circuler sur un deux-roues 125 ou un tricycle L5e.

* * *

Quel est le but de cette formation ?

L’objectif de cette formation est de familiariser le futur conducteur avec ce type de véhicule.
Ces sept heures de théorie et de pratique sont également une occasion unique de réfléchir au comportement et à la place que chacun occupe dans la circulation. La formation met en avant l’importance de la prise de conscience des risques et la nécessité de respecter les règles. Elle insiste également sur les avantages qu’il y a à adopter une conduite apaisée, respectueuse des autres et de l’environnement.

Vous pensez que c’est inutile ?

* * *

Comment se déroule la formation ?

Sur les sept heures de formation, deux heures sont censées être attribuées à un enseignement théorique, deux heures à une formation pratique hors circulation (en plateau) et les trois dernières heures à une formation pratique en circulation.

* * *

En quoi consiste la formation théorique ?

Concrètement, peu d’établissements prennent le temps de laisser les élèves assis deux heures dans une salle… Sauf à les mettre devant un DVD spécialement conçu par les éditeurs de supports pédagogiques de sécurité routière.

Le programme débute par une analyse des accidents les plus caractéristiques impliquant les motocyclettes légères et les tricycles à moteur. Il se prolonge avec des conseils qui permettent d’appréhender les pièges de la route, comme la conduite sous la pluie ou de nuit.

La personne en formation apprend à se rendre détectable auprès des autres usagers. Elle est sensibilisée à l’importance de s’équiper en vêtements protecteurs de qualité (casque à la bonne taille et attaché, gants, pantalon, blouson avec dorsale et chaussures montantes). Elle apprend à se méfier des risques concernant l’adhérence. Cela va de l’attention à une flaque de gasoil au passage d’un ralentisseur, en passant par la présence de gravillons, de peintures au sol ou de plaques métalliques.

Enfin, cet enseignement théorique aborde les conséquences physiques et physiologiques des chocs sur les aménagements de la route, y compris à petite vitesse.

* * *

Et la pratique en plateau ?

Les 120 minutes (en théorie) de la formation pratique sont consacrées à la prise en main du véhicule et aux vérifications mécaniques : huile, pression et usure des pneumatiques, système de freinage…

Le stagiaire apprend à démarrer en sécurité, à bien positionner son corps pour assurer un meilleur équilibre grâce à une juste répartition du poids, à monter et à descendre les vitesses (sur une moto), à anticiper les manœuvres de freinage et d’évitement, et à s’arrêter.

Il est sensibilisé à bien positionner son regard avant de virer ou de tourner.
Il est formé à tenir l’équilibre à petite vitesse, avec et sans passager, en ligne droite et en virage.

Pour vous y préparer, vous pouvez lire les articles suivants :

Savoir se positionner sur un deux-roues moteur

Où regarder en roulant à moto ?

Freiner à moto (et en scooter) – Première partie
Freiner à moto (et en scooter) – Deuxième partie

Optimiser sa vision et sa visibilité à moto

Prendre un virage : la position
Prendre un virage : la trajectoire
Prendre un virage : l’allure
Prendre un virage : le regard

* * *

Et en circulation ?

Cette dernière partie de la formation est sensée se pratiquer en et hors agglomération.
À l’issue des 180 minutes, le conducteur doit être capable dadapter sa vitesse aux circonstances de la circulation, de choisir la bonne voie, de bien se placer sur la chaussée en fonction notamment des angles morts des véhicules lourds. Il devra savoir franchir une intersection, changer de direction et dépasser en toute sécurité en tenant compte du phénomène d’aspiration. Il doit enfin savoir négocier un virage en toute sécurité.

* * *

EDITORIAL : MON POINT DE VUE PERSONNEL

En première analyse, on ne peut que se réjouir de l’instauration de cette formation.

A l’issue de la journée (ou des deux demi-journées), tous les élèves que j’ai eu en formation se déclarent satisfaits de son existence et même de son caractère obligatoire. Beaucoup se demandent comment ils auraient fait sans elle.

Mais à y regarder de plus près, une interrogation demeure.
Comment justifier la différence abyssale entre ces sept heures de formation et les vingt heures minimum du permis A1 qui débouchent sur le droit de conduire la même catégorie de véhicules ? Croit-on vraiment que deux ans d’expérience en voiture compensent l’inexpérience totale du deux-roues ?

Le législateur a toutefois réduit ce fossé, d’une part en portant la formation d’initiation de trois à sept heures à partir de janvier 2011, d’autre part en ramenant le minimum de formation de 20 à 15 heures pour le permis A1 à partir de janvier 2013.
On passe du simple au triple à du simple au double…

Cette obligation de formation fait suite à dix ans de laxisme criminel (1996-2006) qui a lâché sur les routes et dans les rues des conducteurs totalement inexpérimentés, parfois incapables de maîtriser correctement leur véhicule et souvent peu respectueux de la cohabitation avec les autres usagers.
Une lacune régulièrement dénoncée par les associations d’usagers et tout particulièrement par les motards, dont l’image souffre beaucoup de l’amalgame réalisé entre tout ce qui porte casque par une opinion publique, au pire incapable de faire la différence entre une moto et un scooter, au mieux ignorante des différences de conduite et de formation entre ces deux populations.

Il suffit pourtant de circuler dans les rues des grandes villes françaises pour constater le fossé qui sépare les comportements de la plupart des motards « patentés » de la majorité des « scootards » (il y a bien sûr des exceptions dans les deux populations) : les seconds usent et abusent de la maniabilité de leur engin, se faufilent partout, empruntent sans vergogne trottoirs, pistes cyclables et sens interdits, grillent les feux, ne respectent pas les lignes d’arrêt, téléphonent et/ou fument en conduisant, rédigent des SMS en roulant, se stationnent n’importe où au mépris des piétons…

Insensibles à la thématique de sécurité, persuadés que l’agilité, la faible garde au sol et la vitesse limitée sont leur meilleure protection, beaucoup (pas tous) se contentent de porter un casque, rarement intégral, souvent pas attaché, et négligent très largement les autres équipements (blouson renforcé, gants, bottes, pantalon). Tout au moins jusqu’à leur première chute qui les fait (parfois) prendre conscience de leur fragilité.

Au-delà des problèmes et des incivilités constatées quotidiennement dans les grandes villes, les conducteurs de 2RM venus du permis B constituent-ils une population plus exposée que celle des détenteurs de permis A ?

Une première étude réalisée par l’ONISR sur les cinq premières années d’application de l’équivalence, entre 1996 et 2002, a montré une sinistralité plutôt modérée : alors que le parc de 125 cm3 avait doublé au cours de ces cinq ans, le nombre d’accidents les concernant n’avait augmenté « que » de 55%. Par ailleurs, la mortalité de cette population (mesurée par rapport au parc en circulation et au kilométrage parcouru) restait alors très inférieure à celle des motards conducteurs de « grosse » cylindrée, avec un rapport à 1 à 3,8.
Un résultat explicable par de nombreuses variables : un parc moindre, un kilométrage annuel moindre, une vitesse moyenne de circulation bien moindre et une certaine expérience de la route. On se blesse souvent dans un accident de 125, mais on en meurt peu.

Mais la situation a changé.
Le parc des 125 cm3 a explosé depuis le début des années 2000.
Les ventes ont augmenté de 31% sur la seule année 2006 et depuis, il s’en vend désormais à peu près autant que de « grosses » motos.
Parc plus important, kilométrage moyen en hausse, alors que dans le même temps, le nombre de motos stagne et que les motards roulent de moins en moins: en toute logique, l’accidentologie évolue.
En 2005, la différence de mortalité entre 125 cm3 et motos MTT2 s’est fortement réduite, avec un rapport de 1 à 2,7 (contre 1 à 3,8 en 2002).
Selon une étude du CEESAR, la proportion d’accidents mortels est d’environ 9 à 10% du total des accidents en 125 cm3. Pas anodin.

A l’occasion d’une étude menée par l’institut TNS Sofres en juin 2007, la compagnie d’assurance AXA a révélé que ses clients en scooter (sans distinction de cylindrée) ont 2,5 fois plus d’accidents que la moyenne des clients deux-roues moteur.

A Paris, où le parc de scooters et motos 125 cc est extrêmement important, le nombre d’accidents impliquant ce type de véhicules a représenté en 2006 la moitié de ceux concernant des motos MTT2 (plus de 125 cc), soit une sur-représentation. Les accidents de 125 ont fait cinq morts et 667 blessés dans la capitale en 2006.
Dans plus de la moitié des cas, il s’agit d’une collision avec une voiture. Dans environ un tiers des cas, le conducteur a perdu le contrôle de son engin. Enfin, dans plus de 10% des cas, il a percuté un piéton.

Avec une puissance limitée à 15 ch et dans un contexte urbain au trafic souvent chargé, la vitesse pure peut rarement être invoquée comme cause première.
De fait, il s’agit essentiellement de fautes de comportement et de cohabitation entre usagers, donc directement liées au manque de formation et de sensibilisation.
Les quatre infractions commises par les responsables d’accident impliquant des 125 cm3 (pas forcément le conducteur du deux-roues d’ailleurs) sont dans l’ordre :

  1. une vitesse excessive, inadaptée aux circonstances ;
  2. un changement de direction sans précaution, sans contrôle visuel, sans signalement ;
  3. la traversée irrégulière de la chaussée par un piéton ;
  4. et un changement de file irrégulier.

Non seulement les conducteurs de 125 cc pourraient éviter la plupart des situations d’accident en faisant plus attention, mais ils pourraient même éviter la collision s’ils étaient mieux formés.
Dans l’étude RIDER menée en 2005 par le Ceesar, Maxime Moutreuil a constaté que « 80% de ces conducteurs freinent du frein arrière, qui est souvent à tambour, donc inefficace, car ils ont gardé leurs réflexes de cyclistes: ne jamais freiner de l’avant ! » (entretien avec la revue « Circuler autrement » de La Prévention Routière, n°138).

D’où l’importance cruciale de la formation, à la fois pour les conducteurs de deux-roues, mais aussi celle des automobilistes, pas encore sensibilisés à la nécessité de partager l’espace urbain avec d’autres usagers vulnérables et pas toujours respectueux des règles.

Or comme par hasard, c’est précisément dans les zones géographiques où le besoin de formation est le plu grand que l’offre de formation est la plus mauvaise.
Je ne dis pas la moins abondante (en quantité), mais la pire (en qualité). La quasi-totalité des moto-écoles parisiennes et une grande majorité des moto-écoles franciliennes bâclent la formation des 125, par souci de rentabilité. Comme cette formation n’est pas sanctionnée par un examen, donc pas évaluée par un tiers extérieur neutre, ces formations servent avant tout de « pompe à fric », au contenu laissé au bon vouloir du formateur.

Pire, plusieurs enquêtes ont permis de constater qu’une partie des établissements parisiens d’enseignement de la conduite ne se gênent pas pour faire payer le consommateur sans lui prodiguer la moindre formation.
Concrètement, c’est simple : on propose au client de payer moins (100 à 150 euros au lieu de 300 à 350), mais en espèces, sans facture, et on lui délivre de suite la carte d’attestation de formation qui lui permet d’aller assurer son deux-roues. Le tout en arguant de l’économie d’argent et surtout du gain de temps réalisé. Pas besoin de poser une journée de congé ou de perdre un samedi, pas de temps « perdu », comme si se former à conduire correctement pour rester en vie était une perte de temps…

A quand une vraie politique de formation efficace et généralisée pour TOUS les conducteurs de deux-roues motorisés et une véritable prise en compte de leur présence par l’ensemble des usagers de la route ?

  64 comments for “Se former pour rouler en 125

  1. pierre
    20 juillet 2017 at 10:30

    bonjour,
    j’ai passé le plateau permis A en 2013 (epreuve ratée)
    aujourd’hui je souhaite rouler en 125 (j’ai effectué 24h en moto ecole au total)
    ma moto ecole refuse de me tamponner le justificatif des 7h sous pretexte que ce n’est pas la même formation !
    que faire ?
    merci

    • FlatFab
      20 juillet 2017 at 10:45

      C’est très curieux…
      Avec 24 heures de cours et une présentation plateau, tu as normalement un niveau de formation bien au-dessus des sept heures de la formation 125.
      L’école n’a aucune (bonne) raison de te refuser l’attestation de formation.
      La seule explication que je vois, c’est qu’ils veulent te faire payer la formation 125.

      As-tu ou peux-tu avoir un justificatif des heures de formation effectuées (livret de suivi, fiche de suivi) ?
      Ou tout simplement, demande à récupérer ton dossier 02.
      Ta présentation à l’examen plateau y figure.
      Avec ça, tu peux menacer ton école actuelle d’aller t’inscrire dans un autre établissement pour te faire valider la formation 125… et compléter plus tard ta formation au permis moto dans cette autre école, ce qui leur fera un manque à gagner.

      • pierre
        20 juillet 2017 at 11:14

        oui j’ai tout ca,
        mais l’auto ecole a été rachetée la vieille de ma présentation examen, et le nouveau patron est un ********* : pour lui je n’ai que 2h de formation, et en plus me dis que c’est trop vieux.
        sur l’agence qui a été rachetée j’ai bien 24h de conduite.
        de plus le certificat pour la 125 n’a pas de date de validitée aux yeux de la lois ( ne peut être perdu meme en cas de perte de permis).
        en fait je recherche un veritable moyen de faire pression afin que ce me soit validé.

        • FlatFab
          20 juillet 2017 at 12:41

          Je n’en vois pas d’autre que la menace de te barrer chez un concurrent.

  2. Vincent
    17 juillet 2017 at 00:14

    Bonjour à tous,

    Je parcours avec grand intérêt les nombreux articles de ce site (et j’en profite au passage pour remercier les 2 auteurs ainsi que toutes les personnes apportant leurs témoignages à travers leurs commentaires, très instructifs également).

    Titulaire du permis B, je souhaite suivre la formation de 7h pour avoir mon permis A1. Jusque là, les moto écoles à 150€ la formation ne manquent pas. Mais lorsqu’il s’agit de vouloir faire la formation sur une moto et non pas un scooter… Là j’ai cherché mais j’ai trouvé autant d’écoles que de cheveux sur le crâne de Bruce Willis…

    D’où ma question:

    connaissez-vous des moto-écoles qui proposent la formation complémentaire du A1 sur des motos (formation plus chère j’imagine, mais bon je préfère avoir touché une moto avant d’en acheter et la ramener à pied chez moi pour ne pas paraitre ridicule avec le sélecteur…):
    – soit dans le Doubs
    – soit en Lorraine
    – soit en région parisienne ?

    V

  3. Nans
    22 novembre 2016 at 22:27

    Je ne trouve pas le texte officiel disant que le A1 est passé à 15h, j’ai cherché sur Legifrance mais sans succès, pourriez vous donner la référence ?

  4. Renaud
    5 septembre 2016 at 12:29

    J’ai suivi ma formation 125 samedi… Quelle blague…

    2h théorique => un DVD de 45 mn à regarder chez soi
    2h plateau => 1h15 plateau, pendant lesquelles le formateur nous lançait sur un exercice puis aller taper la discut avec les confrères sans nous regarder pendant qu’on faisait des 8 autour des cônes… (2 exercices : des 8 avec placement du regard, et départ moto penchée pour tourner…)
    3h circulation => 1h30 dont 45 mn pour aller sur le plateau et 45 mn pour revenir avec un bout d’autoroute et 3 virages, aucune autre indication que « à droite », « à gauche », et des blagues pourries ou inaudibles.

    Bref, j’ai le papelard, mais je vais me faire un petit régime de formation perso rapidement / stage avec le maître de ces lieux…

    • Chris
      19 octobre 2016 at 11:13

      J’ai suivi la formation pour être assuré car l’assurance même avec le A1 coché sur le permis m’a refusé, pas grave, j’en ai pris une autre qui a accepté. Je me suis présenté à la formation avec mon scoot, sauf que j’avais deux 600 en formation A2, donc pour suivre… qui plus est en rodage, pas facile… Mais l’expérience de la journée ; les 2 heures a faire des 8 et une heure à faire des freinages « d’urgence » sans bloquer, m’est très utile. Pour retourner à l’auto-école, il y avait 3 circuits différents et ce fut très fun. Pour moi, c’est indispensable, d’ailleurs, ma femme qui a son permis B depuis plus de 2 ans va y aller prochainement. Certes, c’est du gâchis, mais lorsque que tu es à deux, surtout avec des enfants derrière, tu ne peux pas faire n’importe quoi. Et un 125, c’est très pratique au quotidien.

      • Renaud
        19 octobre 2016 at 12:18

        Bonjour,

        Je suis d’accord, c’est indispensable (même s’il faudrait bien plus), mais c’est souvent très mal enseigné, ce qui était mon cas. Mon « quelle blague » se rapportait à ma formation, pas au principe de la formation 125 : aucun freinage d’urgence. Aucun conseil sur le freinage tout court. Aucune conseil, d’ailleurs, à part le placement du regard pour les 8.

        C’est bien pour ça que je me suis inscrit à une journée de formation avec le maître des lieux…

    • Tanguy
      18 août 2017 at 18:01

      Salut Renaud,
      J’ai commencé la formation 125 par la théorie. Je suis d’accord avec toi, on nous a collé devant un dvd.
      Le dvd était pas tout récent et nous balançait que des trucs de bon sens du genre : rouler sur un scooter avec un short c’est pas conseillé parce que si on tombe la peau n’est pas protégé. Ils ont gonflé le dvd avec des chiffres de la sécurité routière. Bref, ça ne sert à rien sauf à augmenter le chiffre d’affaire des auto-écoles.
      J’espère que la pratique sera plus intéressante. Y aura toujours des gens pour dire que c’est bien pour la sécurité blah blah : des moutons quoi…

  5. Verobike38
    5 mai 2016 at 11:29

    Bonjour à tous,
    J’ai passé hier la formation de 7h pour conduire une 125. Petit récit de mon expérience …
    Conditions idéales : temps magnifique, on n’était que 2 pour la formation, mon mari et moi. Les deux autres élèves inscrits s’étaient décommandés. Un formateur ultra sympa, qui a su nous mettre à l’aise dès le début.

    La formation théorique : pourquoi ne peut on pas le faire avant d’acheter son équipement ? C’est vraiment dommage car je n’ai rien appris de bien neuf, ayantn parcouru ce site en long et en large.

    Le plateau : génial pour la première prise de contact, (maniment sans moteur, passage en première, travail du regard, passage jusqu’en 3ème, freinage d’urgence).
    Ca fait beaucoup d’info en peu de temps. C’est épuisant mais on s’amuse quand même. Pour ma part surtout à vitesse lente et ensuite pour incliner à vitesse un peu plus rapide.

    La circu. Oui, on a beau avoir 20 ans de permis, les sensations sont très différentes, d’abord la gestion de la vitesse. A 50 en voiture, on se traine, en moto j’avais l’impression d’aller super vite. Et du coup du mal à accélérer pour atteindre la vitesse qui va bien. Mon principal souci a été de passer les vitesse. J’ai les chevilles très raides et malgré tout mes efforts c’était très compliqué de passer sous le sélecteur. Donc dès qu’il fallait monter les vitesses, c' »était galère. Quand c’était juste la gestion de la trajectoire : le bonheur !! surtout qu’on a fait une petite route de col tranquille avec différents virages des plus simples au plus fermés.

    Après avoir changé de moto en cours de route, mon problème de sélecteur a été résolu. Il ne manque pas grand chose mais ça a fait toute la différence. Donc beaucoup d’effet « wahou » et même pas peur quand la conasse de service m’a doublé à fond en sortie d’agglo en mangeant la ligne blanche dans une route étroite en plus. Le formateur était furieux contre elle !

    Retour dans la voiture : mais qu’est ce que c’est que ce truc tout mou, coupé du monde….berk.

    Bilan : une formation trop intense sur la journée, réparti en 2 ou 3 fois ce serait mieux
    7h c’est vraiment limite quand on n’a aucune expérience
    On a les bases mais il va falloir s’entrainer pour être à l’aise et maitriser le coté mécanique

    Mais quand tout va bien, c’est vraiment l’éclate. En plus j’ai la chance d’avoir ma moto depuis hier soir (Hyosung Aquila 125), donc je vais pouvoir mettre à profit ce que j’ai appris dès cet après midi

    C’est clair la moto ça me plait beaucoup, même si je suis très consciente qu’il faudra pas mal d’entrainement avant d’être à l’aise. Mais je ne pense pas que la moto va stagner au garage car c’est vraiment mais alors vraiment mieux que la voiture ! Cette dernière va vite être cantonné aux grosses courses hebdomadaires, aux longues distances et aux trajets par temps vraiment pourrave.

    Immense merci à Terry, notre formateur qui a su nous mettre en confiance toujours avec bonne humeur et douceur et rendez-vous dans deux ans pour le passage du permis !

    • Mikael
      6 mai 2016 at 11:45

      Bienvenue chez les motards 🙂 De mémoire j’avais trouvé la partie théorique très intéressante, on y a parlé sécurité et chiffre, puis l’équipement (que je n’avait pas encore acheté car tout été fourni) et enfin on abordé le comportement à avoir sur la route.
      J’ai eu le même sentiment pour la vitesse, je me croyais a plus de 90 alors que j’étais à peine à 50 !
      C’est vrai que 3-4 heures de pratique c’est pas assez mais c’est mieux que rien. Je me souviens d’avoir été à deux doigts de jeter ma cbf flambant neuve sur le trottoir d’un virage assez serré (la moto va la ou va le regard 😉 )
      Amuser vous bien toi et ton mari et surtout soyez prudents !

  6. Erwann
    2 avril 2016 at 22:50

    Bonjour, étant donné que je suis titulaire du permis AM depuis maintenant 1 an, est ce qu’il est possible que certaines auto/moto écoles baisse le nombre d’heures de formations donc par conséquent le coût du permis ?

    • FlatFab
      2 avril 2016 at 23:16

      Non. Aucune obligation légale, en tout cas.

  7. françois
    4 juillet 2015 at 11:48

    Bonjour ,
    Pour répondre aux interrogations des quinquas, voici la position officielle fournie par le site ‘service public .fr’, le site administratif du gouvernement français:

    Monsieur,
    Vous trouverez les informations relatives à la conduite d’une motocyclette sur la page suivante du site de la sécurité routière :
    http://www.securite-routiere.gouv.fr/permis-de-conduire/passer-son-permis/le-permis-2-roues-motorises-permis-a

    Comme indiqué à la rubrique « Permis A1 », « Depuis le 1er janvier 2011 tous les titulaires du permis B qui souhaitent commencer à conduire un deux-roues motorisé de 50 à 125 cm3 ou un « scooter à trois roues » de plus de 15 kW ont l’obligation de suivre une formation de 7 heures. SAUF* pour les personnes titulaires d’une quelconque catégorie de permis de conduire obtenu avant le 1er mars 1980. »

    * mis en majuscule par moi

    Voilà, Je conseille donc au motocycliste débutant sur 125cc d’effectuer le stage qu’ils veulent en moto-école à condition que celle ci dispose d’une moto de cette cylindrée. Personnellement je n’en ai pas trouvé dans mon quartier de Paris. Comme le décrit très bien KES les 7H obligatoires sur scooter ne vous apprendront ni à passer les vitesses au pied, ni a freiner au pied de la roue arrière. Gardez donc vos 350 euros et votre temps pour suivre un stage de Passion et Sécurité par exemple et regardez les tutoriels nombreux très bien fait sur internet.

    Bon courage à tous

  8. Jenny
    18 juin 2015 at 17:50

    Bonjour FlatFab

    Après mon 3ème échec au plateau moto (permis A) et plus de 30 heures de plateau et 2h de circulation derrière moi je décide d’arrêter pour l’instant ce permis car je suis en train de me rendre malade a cause du stress que l’examen engendre. Je réussi absolument tout pendant les cours et le jour de l’exam c’est la panique totale.

    En attendant je souhaiterai rouler en 125 pour prendre de l’expérience sur la route et peut être de l’assurance par rapport à mon stress. Je voudrai savoir si mon formateur peux valider l’équivalent de la formation 125 étant donné que j’ai déjà passé beaucoup de temps en apprentissage sur une moto ?

    Merci pour votre réponse

    Jenny

    • FlatFab
      19 juin 2015 at 22:50

      Oui, bien sûr. Il suffit de lui demander.

  9. dubois
    30 mars 2015 at 16:33

    bonjour je suis en possession du permis b et a1 depuis 1973 ma derniere conduite avec assurance moto a mon non date de 2005 a mai 2006 je suis alle voir mon assureur pour une attestation mais plus d archives il ne les gardes que 5 ans que puis faire

    • FlatFab
      31 mars 2015 at 15:57

      La formation de sept heures est de toute façon obligatoire pour toute personne qui n’a pas été assuré sur 125 depuis plus de cinq ans. Dans votre cas, cela fait neuf ans, donc cela ne changerait rien.
      Cela dit, si votre premier permis de conduire B date de 1973, vous n’avez légalement pas besoin de cette formation car vous possédez l’équivalence du A1. Cette équivalence n’a plus été accordée à partir de 1981. Dans votre cas, le fait que vous n’ayez pas été assuré sur 125 depuis 2006 ne vous empêche pas de pouvoir de nouveau assurer un deux-roues 125 sans avoir à produire d’attestation de formation.
      Toutefois, si votre permis date de 73, on peut supposer que vous êtes âgé d’au moins 60 ans. Et vous n’avez pas conduit de 125 depuis près de dix ans. Même en dehors de tout aspect juridique, quelques heures de formation ne seraient sans doute pas de trop pour vous remettre à jour…

  10. Kes
    22 septembre 2014 at 12:36

    Quand j’ai décidé de passer au 2 roues motorisé, mon choix c’est rapidement orienté vers une moto 125 plutôt que vers un scooter (plus classe, il faut bien le dire 😉 et puis les selles de scooter étant très larges, je n’atteignais pas le sol, même avec un Sym Mio!).

    Après moult recherches, même sur Paris, pas moyen de trouver un centre de formation proposant des motos adaptées à ma taille; je me suis donc rabattue sur la classique formation scooter.

    Si je m’en réfère à mon expérience personnelle, qui, je l’espère, n’est pas trop représentative à ce qui se passe ailleurs, je n’étais absolument pas en mesure de me lancer dans la circulation à l’issue de cette (très petite) journée de formation. Les 7 heures ont été réduites à 5 et le découpage était le suivant:
    – 1h vidéo (qui m’a fait un peu flipper, mais c’est le but je pense)
    – 1/2h pour se rendre de l’auto-école au plateau, en passagère (je n’avais jamais touché un 2RM de ma vie)
    – 3h sur plateau dont seulement 2 vraiment encadrées: tenir la machine d’un doigt, béquiller, débéquiller, faire des demi-tours, rouler à basse vitesse et… c’est tout!
    – 1/2h pour rentrer, au guidon cette fois

    Je précise que la partie « circulation » s’est résumée à suivre le moniteur. Il n’y a eu aucun exercice spécifique ni recommandation autre que … de le suivre. Nous n’avons, par ailleurs, reçu aucune recommandation en terme d’équipement. Le moniteur lui même était en tee-shirt!
    Dans les accidents, la moitié des blessés sur Paris sont des 2RM alors qu’ils ne représentent que 15% du trafic. On se demande pourquoi….

    Pour cette formation, « L’obligation d’utiliser un véhicule équipé d’une boîte de vitesses a été supprimée par l’arrêté du 17 décembre 2010″, c’est bien dommage et c’est surtout aberrant. Parce qu’autant vous dire qu’à l’achat, 15 jours plus tard de ma Yamaha SR, j’étais totalement incapable de m’en servir.

    C’est là que super Fabien intervient! Informée par des amis de l’existence de ses formations, je me suis inscrite immédiatement (même si je suis passée pour une tarée auprès de certains : »Ben pourquoi tu fais ça, c’est pas obligatoire?? »). Ce type de stages (Equilibre, Basse vitesse, Freinage) devrait l’être d’ailleurs et venir en complément indispensable à la formation 125cc. Ou alors il faut complètement la réformer en l’allongeant considérablement.

  11. Leroyfab
    6 septembre 2014 at 12:17

    Bonjour. Tout d’abord félicitations pour ce merveilleux site. J’ai tellement de questions à poser mais je vais commencer par le 125. Passionné de motos depuis que mon parrain motard m’a posé sur sa BMW à l’âge de 6ans, j ai commencé par un Dt50. Plus tard permis B Obtenu en Avr 1993, il m’a fallu patienter quelques années pour rouler plus gros.. En 2003 la loi autorisant les titulaires permis B Plus de deux ans à rouler 125 j’ai acheté un Ktm exc125 avec lequel j’ai roulé enduro 1 an. (fin assurance avant 2005 et donc pas possible produire document moins de 5 ans avant 1er janv 2011). 2005 je démarre un permis A et effectue 12 heures plateau avant de stopper suite déménagement pro. Je possède un 125 Burgman depuis août 2011 pour lequel je suis assuré mais je n’ai pas passé la formation de 7h puisque je compte me réinscrire au permis moto. J’ai expliqué mon cas à un capitaine de gendarmerie au salon de la moto et il est incapable de me dire si je suis en règle ou non. Mon expérience de conduite est relativement conséquente et ça m’embêterait de devoir payer une formation en plus du permis moto..

    • FlatFab
      8 septembre 2014 at 17:31

      Puisque vous possédez et utilisez un Burgman 125 depuis 2011, vous devez être en capacité une attestation d’assurance à votre nom sur au moins les trois dernières années.
      D’ailleurs, votre assureur accepte de vous couvrir et ne vous demande pas d’attestation de formation, n’est-ce pas ?
      Vous n’avez donc à suivre aucune formation supplémentaire.

  12. momo
    11 juin 2014 at 22:49

    Ayant eu à me pencher en détail sur cette réglementation, je suis, à la lecture de cet article, dans l’interrogation. En effet, au début de celui-ci est bien précisé que:
    « la formation de sept heures concerne tous les titulaires d’un permis B qui souhaitent conduire une moto ou un scooter de 50 à 125 cm3, ou un scooter à 3 roues de plus de 50 cm3, et qui n’en ont pas conduit au cours des cinq dernières années, l’assurance faisant foi. »
    Or, plus bas, est présenté une liste d’exemption, dont la dernière condition exempterait les titulaires du permis B obtenu au plus tard au 1/3/1980.
    Cette disposition est-elle toujours valable? Je ne l’ai pas trouvée inscrite dans le texte du décret 2010-1390 figurant en lien un peu plus haut.

    • FlatFab
      12 juin 2014 at 15:26

      Je me souviens qu’il y a eu débat sur cette disposition lors de l’entrée en vigueur de cette réglementation, dans la mesure où la catégorie A1 était « donnée » par équivalence avec le permis B avant 1980.
      Mais à ma connaissance, tout usager qui n’a pas obtenu son permis 125 sur examen et/ou qui n’a pas été assuré à son nom sur un 2RM 125 au cours des cinq dernières années doit passer la formation de sept heures.

  13. Ryan
    11 juin 2014 at 10:15

    Bonjour,

    Un point n’est pas très clair enfin il me semble. Concernant la conduite entre les années 2006 et 2011 d’un deux roues dont la puissance est comprise entre 50 et 125cc qui permettrait donc avec une attestation d’assurance et le permis B de plus de 2 ans de conduire un 125cc sans formation obligatoire. Cela exclu t-il les scooteurs 49,9cc ?

    • FlatFab
      11 juin 2014 at 10:33

      Oui.
      Il faut avoir conduit au cours des cinq dernières années un deux-roues moteur de 50 à 125 cm3, donc d’au moins 50 cm3 de cylindrée. Cela exclut les cyclomoteurs 49,9 cm3.

  14. larcheron
    27 mai 2014 at 21:25

    Peux t’on justifié par la pratique d’un sport motorisé le permis B,pour rouler avec un 125CM3.Car cela fait plus de 14 ans que je pratique le motocross.Je pense que piloter une 125 reste très facile pour moi,de plus je possède un certificat d’aptitude au sport motorisé délivré par la FFM!

    • FlatFab
      28 mai 2014 at 00:37

      Non, désolé.
      Conduire en sécurité sur la route, ce n’est pas juste savoir manier une moto, aussi bon soit-on… Et le CASM n’a rien à voir avec le code de la route.

  15. Coquand
    17 mai 2014 at 20:29

    Bonjours,
    Une petite question me trotte depuis quelques temps; avec une 125 avons nous le droit d’aller sur l’autoroute ? Merci d’avance.

    • FlatFab
      3 juin 2014 at 15:34

      Oui, bien sûr.
      Les autoroutes sont interdites aux cyclomoteurs, pas aux motos dites « légères » (125).

  16. yannick
    23 avril 2014 at 17:40

    bonjour, a tous je roule en 125 hyosung gtr sa fait 16 ans que je fait de la moto en 125 en parlant de sécurité je trouve que le 125 pour rester en ville c super mais aussitôt que l’ont veut entamer les autoroutes et voies rapide le danger se trouve au niveau du couple de ses machines vous rouler a 100k/h vous voulez doubler un camion, une voiture vous coupe votre élan vous entamez quant même le dépassement du camion une légère monté et la plus rien plus de pêche même en jouant de la boite la est le danger car vous avez les autres automobiliste qui sont derrieres et vous avez l’aspiration du camion que vous essayez de doubler 15 ch trop juste pour doubler en toute sécurité et croyez moi je me suis fait plus d’une frayeur en 16 années de conduite en 125 bonne route a tous et a toutes sur les 2 roues

  17. Mitra
    19 février 2014 at 16:35

    Bonjour,
    Bravo pour le temps que vous prenez à partager votre riche expérience.
    Cela fait des années que le 2 roues me démange… Aujourd’hui, prête à me lancer et une tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre, j’allais m’engager directement sur le permis A. Mais voilà que vos très complets articles sur le 125cm3 (en particulier le sérieux des nouvelles formations) me font comprendre que cette catégorie de 2 roues peut être une très bonne alternative pour se mettre en jambe à bas coût, et prendre progressivement du « galon » (comprendre vigilance et flexibilité), avant de se lancer sérieusement dans l’aventure motarde. Alors merci pour cette voie de sagesse 😉

    • FlatFab
      19 février 2014 at 18:54

      Attention, le fait est que ces formations de sept heures sont utiles, mais trop souvent mal enseignées par des formateurs peu compétents et des écoles moto qui recherchent avant tout le profit, et non la sécurité de leurs élèves !
      Soyez très vigilants sur le choix de votre établissement et les conditions de formation.

  18. carlos kamel
    28 octobre 2013 at 11:45

    Merci pour votre site 🙂

  19. Mathieu
    7 septembre 2013 at 18:34

    Bonjour,

    Tout d’abord un grand merci pour la mine d’informations qu’est ce site !

    J’ai 23 ans, permis B depuis 5 ans, et je souhaite me mettre à la moto. Ne sachant pas pour l’instant si je passerai un jour sur gros cube, je pense commencer par la 125 pour me familiariser avec la conduite, et voir si ça me plait vraiment. De nature assez parano, j’envisageais de passer le permis gros cube directement en me disant que ça pourrait toujours servir si je voulais acheter une grosse cylindrée plus tard, et surtout que ce serait plus sécurisant. Seulement l’investissement n’est pas du tout le même, que ce soit en temps et en argent, et je me demande si ce n’est pas un peu exagéré de passer le gros cube pour rouler en 125.

    Pensez-vous qu’une formation de 7h soit suffisante (on n’est jamais parfaitement formé me direz-vous …) pour une pratique détente/ballade/petits trajets ?

    Merci !

    • FlatFab
      10 septembre 2013 at 18:07

      Difficile de répondre de façon précise et globale.
      Une journée de sept heures de formation peut être suffisante pour une initiation, mais il est évident qu’elle ne suffit pas à conférer une maîtrise complète de la machine. Surtout si, comme dans la majorité des cas, le formateur se contente de mettre le stagiaire sur des parcours type « examen plateau », voire de suivre le même enseignement que pour des permis moto gros cube.

      Deux solutions :
      – passer le permis A,
      – suivre une formation de sept heures et des cours de perfectionnement.

  20. Thierry
    24 août 2013 at 00:13

    Bonjour
    Tout d’abord bravo pour votre blog qui est une mine d’informations très utiles.
    Titulaire d’un permis A1 / EXA, A2 limité 125 / EXA datant de février 1980 et permis B de janvier 1982, j’aimerais savoir si je dois passer la formation de 7 heures pour conduire une 125 ou un MP3?
    Je précise quand même que j’ai conduit une 125 pendant 10 ans … Il y a 10 ans!
    Merci d’avance

  21. Pierre Alexandre
    25 juillet 2013 at 13:33

    Bonjour à toutes et à tous,

    je vous sollicite sur une petite question concernant la conduite d’un Spyder Can-Am. J’ai obtenu mon permis B en 2005 à 18 ans et j’ai passé mon BSR en 2001 pour la conduite d’un Deux roues 50cc.

    Suite à l’obtension de ces deux permis dois-je passer la formation de 7h pour conduire un Spyder Can-Am ou ces deux permis réunis sont-il suffisant.

    D’avance merci pour votre réponse en bravo pour tous vos article plus que complet.

    • FlatFab
      25 juillet 2013 at 18:24

      Oui, il vous faut suivre la formation de 7h pour la conduite d’un Spyder.
      La seule façon de vous en dispenser aurait été d’avoir été assuré sur un deux-roues 125 au cours des cinq dernières années.
      De toute manière, la conduite d’un Spyder est assez spécifique. Votre expérience en voiture et/ou en scooter 50 ne vous sera guère utile. Une formation spécifique, même basique, est clairement souhaitable.

  22. caltagirone
    28 mai 2013 at 15:22

    Salut à Tous

    je vais faire l’acquisition d’une VESPA 125 GTS prochainement, conductrice auto depuis 30 ans , je dois juste passer la formation légale qui personnellement me rassure un peu, je ne me vois pas prendre un scooter et partir sans formation dans la jungle de la ville, habituée au grosse cylindrée en tant que passager je rêve de passer mon permis moto par la suite

    Je trouve cette formation essentielle, et trouve dangereux de laisser des conducteurs (quelque soit l’engin) sur les routes sans formation

    que pensez vous du VESPA 125 GTS et avez vous des actuces ou conseilles a me donner

  23. Wim
    21 janvier 2013 at 20:56

    comment voit-on sur son permis si le permis A1 est suite à une équivalence ou non?

    Avoir obtenu nos permis B en Belgique, où l’équivalence B-A1 existe aussi, ma femme et moi ont le permis A1 remplis sur notre permis (date la même que celle du B).
    Après avoir changé nos permis en permis français la validation du permis A1 a été repris en indiquant qu’il s’agit d’une obtention en Belgique (pour le A1 et le B).

    Est-ce donc un permis A1 et sommes-nous (ou plutôt ma femme) dispensé de ces 7 heures?
    Et est-ce que nous avons donc une équivalence A1 qui sera valable partout en Europe? Contrairement aux équivalences B-A1 en France?

  24. 13 janvier 2013 at 14:50

    bonjours a tous, j’ai 18ans et aimerais rouler en quad 125cc prochainement, j’ai en ma possésion uniquement les assrs 1&2,dois-je acquérir une formation avant de pouvoir passer le permis 125? ou je peux le passer directement?

    • FlatFab
      13 janvier 2013 at 15:22

      Pour conduire un quad 125 à 18 ans, il est nécessaire de passer et de réussir le permis de conduire catégorie B1.
      Le problème est que très peu d’auto-écoles préparent spécifiquement au B1. Il faut donc passer un permis équivalent, c’est-à-dire soit le A1 (moto 125), soit le B (voiture).
      Dans tous les cas, il faudra d’abord réussir l’épreuve de code de la route. Les ASSR ne suffisent pas.

  25. Jean-Luc
    4 décembre 2011 at 01:13

    J’ai 48 ans et 28 ans de permis B.
    Je roule en 125 depuis un an et je me considère pas moins motard que ceux qui « pilotent » une 1000.
    Peu importe la cylindrée,conduire un deux roues quelque soit sa catégorie n’est pas un acte anodin.
    Lorsque j’ai acheté ma CBF 125 je n’étais jamais monté sur une moto.
    Le vendeur m’a obligé à prendre quelques heures de formation avec une moto école avant de me laisser partir avec mon engin!!
    J’ai trouvé son comportement très responsable et … indispensable pour moi!
    Il me semble même que c’est sur ce site que j’ai trouvé le lien pour une formation gratuite pour les 125 ouverte aux adolescents et adultes dispensée par les CRS.Cette formation est effectuée en tournée dans différentes villes de France et j’ ai eu la chance d’en avoir une à proximité de chez moi.
    Cela m’a bien « dégrossi » et m’a permis d’acquérir de bonnes bases.
    Actuellement ,je suis inscrit pour passer le permis A.J’ai repassé et obtenu le code et j’attaque bientôt les leçons de conduite.Tout cela pour mon plaisir mais surtout par ce que je souhaite apprendre les techniques de la moto qui me font défaut .
    Finalement repasser le code a été pour moi une très bonne remise à niveau.
    Le dimanche je fais de belles virées avec un groupe de motards de tout niveaux et de tout âges qui n’ont pas honte de rouler en compagnie de 125!
    Pour finir je vous laisse méditer sur la constatation suivante:
    en période estivale dans la ville de Saint tropez il a été relevé jusqu’à 25 accidents par jour de deux roues…

    • François à Besançon
      10 décembre 2012 at 17:01

      Bonjour, tout d’abord bravo pour vos articles.
      Je veux ici vous faire partager mon expérience. En effet, 48 ans, j’ai roulé en scooter 50cc pendant 10 ans – pratique et économique en centre ville. En mai dernier je déménage à 15 km du boulot et je passe cette formation 125 pour en conduire une. 7 heures et 300 euros plus tard j’achète un trail 125 et je suis heureux. Un rêve de gosse, rouler à moto. Pratique, ludique, économique … et que de trouilles en fait !! A ce jour je viens d’avoir mon permis A et je roule maintenant en er5 (kawa 500). Aujourd’hui, je sais le comportement à tenir en 2 roues … Il y a 3 mois, je faisais un peu n’importe quoi, pire, j’avais cette « formation 125 » plastifiée avec ma photo, autorisation légale de faire n’importe quoi. Ce n’est pas en 7 heures qu’on nous éveille aux dangers de la route en 2 roues motorisés. Tout au plus, on vous apprend à passer les vitesses, et à éviter de freiner de l’avant dans les virages quand il pleut. Un scooter roule à 50kmh, une 125cc à 100 / 110 kmh? Vous allez me dire qu’à 50 on peut se tuer, oui. A 110, c’est sur.
      Un coup de gueule sur cette formation 125 ? oui, c’est surement ça.

      • FlatFab
        10 décembre 2012 at 20:34

        On est bien d’accord qu’il n’est pas possible de former « complètement » quelqu’un en sept heures. C’est déjà difficile de le faire en 20 ou 25 heures pour le permis A…
        Cela dit, comme souvent, cela dépend beaucoup du formateur et il est possible tout de même d’apporter beaucoup en 7 heures. Ce ne sera pas toujours suffisant, mais cela permet au moins de sensibiliser les personnes.

        • brisy
          11 décembre 2012 at 09:39

          bonjour,
          titulaire du permis voiture, je ai eu zéro formation pour démarrer sur ma première innova 125… malgré l’habitude ,jeune homme ,des mobylettes; ça a été un peu « space » (comme disent mes enfants) deux ou trois chutes plus tard, je me dis que 7 heures c’est mieux que rien !
          amicalement
          marco

        • Jean
          15 juillet 2013 at 12:10

          Bonjour,
          je voulais vous remercier pour la qualité et la précision de votre site aux articles toujours bien écrits, ainsi que pour tous les conseils que vous donnez. J’ai ainsi revu complètement mon équipement moto grâce à vous et j’ai appris une foule de chose sur la conduite en ville. Je précise que je ne suis « qu’un » conducteur de 125 (Honda Varadero) depuis quelques mois, et j’avoue que je suis un conducteur assez stressé en tentant de faire attention à tout, ce qui ne me permet pas encore de prendre complètement le plaisir que pourrait donner la conduite à moto. Aussi, si vous passez en Région parisienne (93, 94, 77), je serai ravi de pouvoir bénéficier de votre part d’une formation complémentaire, car ce ne sont pas les 7h dont j’ai bénéficié dans une moto école peu scrupuleuse (en réalité 5h) qui me permettront d’être formé à la conduite. Merci de me dire aussi si votre site pourrait m’informer en direct d’un nouvel article publié. Bonne continuation dans l’écriture et la formation, et peut-être à bientôt.
          Jean

          • FlatFab
            20 juillet 2013 at 00:43

            Concernant la possibilité d’être informé de la publication d’un nouvel article, j’ai fait en sorte que ce ne soit pas possible pour éviter les « piratages » et reprises d’article (même si certains outils informatiques permettent de le faire tout de même).
            Il faut venir visiter régulièrement le site, pas d’autre solution.

            S’agissant de la possibilité de cours particuliers, c’est à voire la prochaine fois que je passerai en région parisienne. J’y vais régulièrement.
            Contactez-moi via l’encadré en page d’accueil (en haut à droite) ou restez à l’écoute, je vais bientôt mettre en ligne un nouveau site consacré à mes offres de formation.

    • Carole
      10 juillet 2013 at 18:21

      Moi aussi, j’ai pris 4 heures de formation avant l’obligation des 7 heures et je trouve que c’est quand mème plus qu’indispensable…..maintenant je roule aussi en groupe avec des motards de toutes cylindrées, je suis encore en apprentissage……. certains acceptent les 125 cm3 et c’est tant mieux!

  26. Sonia Bennedum
    21 juin 2011 at 16:35

    Je m’aperçois que c’est là que j’aurais du laisser mon précédent message.
    Je suis justement une « pilote » (un bien grand mot) de 125. 20 ans sans retoucher un guidon ,je reprends petit à petit depuis qq mois, j’ai de bons atouts étant SDS de mon compagnon et bien conseillée, toujours entourée de motards bien intentionnés, mais contrairement au vélo, on perd en ne pratiquant pas et je ne me sent pas toujours en confiance, donc je me limite, encore, à de petits trajets, je ne roule pas en ville, ni la nuit.
    Je prévois une sortie (seule) d’une cinquantaine de km dans les jours à venir, si le temps est clément, mais c’est calculé, pas besoin de passer par Bordeaux, traversée de l’estuaire avec le BAC et bonne route jusqu’à destination.
    Il n’en reste pas moins que je songe de plus en plus à trouver une petite formation afin d’être plus sur de moi, alors je prends tout les tuyaux.
    Juste pour la petite histoire, j’ai quand même fait plus de 200 km aller retour récemment pour me que j’étais capable, mais j’ai bien eu la trouille sur la fin du retour quand un camping-car m’a doublé de près, très très près, j’ai eu très très peur!

  27. Johnny
    26 juin 2010 at 22:20

    Bonjour,
    Je voulais juste rétablir un fait incontestable constaté par la securité routière :  » le risque moto est d’abord un problème de moyenne et grosse cylindrées. Les moins de 125 cm3 représentent moins de 12 % des tués. »
    En effet, les pilotes de 125 sont juste des gens pragmatiques qui souhaitent avoir un moyen de locomotion dans les grandes agglomérations embouteillées.
    Alors, il faudrait que les « vrais motards » balayent devant leur porte avant de nous gonfler avec leurs histoires de formations bidons et hors de prix. A force de faire le jeu du lobby des auto-ecole, je vais finir par croire qu’ils ont tous des actions dans ces boites.

    – – –

    Réponse

    Un point de vue outrancier et sans argumentation.
    Il n’existe pas de « lobby » des auto-écoles et aucune n’est cotée en Bourse, donc personne ne peut y avoir des actions.
    Encore une fois, on confond accidentalité et mortalité. J’ai bien précisé dans l’article que les 125 avaient plus d’accidents, mais moins de morts.
    Enfin, il me semble avoir bien souligné que je ne faisais pas d’amalgame, ce n’est pas le véhicule qui fait la qualité du conducteur. il y a de bons et de mauvais motards partout, quelle que soit la cylindrée de leur machine.

    Moi je vois juste un utilisateur de 125 qui lui refuse de « balayer devant sa porte ».

  28. Grégoire
    24 mai 2010 at 01:44

    Bonjour,

    Très intéressant cet article !
    Longtemps, dans mon petit pays, le permis A1 s’obtenait avec examen route pour la 125, puis un deuxième permis avec examen sur route après deux ans de pratique en 125 pour le gros cube, tout ceci que l’on soit ou non titulaire du permis voiture. Depuis quelques années, le permis 125cc est à nouveau disponible facilement avec le permis voiture, avec seulement l’obligation de faire 8 heures de cours, sans examen de conduite. Bonne idée, qui d’ailleurs est appliquée aux utilisateurs de scooters « débridés » (vitesse maxi. supérieure à 45km/h).

    Ce qui me désole par contre, c’est qu’il est possible aujourd’hui d’acheter une grosse cylindrée limitée à 25kw à 18 ans, sans jamais avoir touché un scooter, une 125 ou ne serais-ce un vélo. On sort du garage avec une bécane neuve, un permis d’élève conducteur et on roule 4 mois sans qu’un seul cours n’ait été suivi. Ensuite, on prolonge son permis d’élève et on commence seulement à se dire qu’il est temps d’aller apprendre à freiner…

    J’ai lu dans l’article qu’un cours de 3 heures va être mis en place prochainement en France. Je viens de suivre les 8 heures de cours obligatoire chez moi pour obtenir le précieux sésame, et même après 8 heures, je considère que ce n’est pas assez. On a bien appris à freiner tels des malades, à maîtriser notre machine à 3km/h, à redécouvrir les joies du positionnement sur la route… mais j’ai appris tout ça sur un scooter et je passe à la moto tout prochainement.

    J’hésite à refaire ses cours, comme ça, pour le plaisir. Mais plus que pour le plaisir, pour rester vivant. M’est avis qu’il est nécessaire de passer par la case « examen » à chaque évolution de cylindrée, comme au bon vieux temps, et de plus, de faire passer un tour de circuit tous les 10 ans, pour vérifier si le motard n’a pas pris trop de mauvaises habitudes tout seul, pour vérifier aussi que sa carrosserie au peau de cuir avec renforts aux coudes est suffisante pour ne pas laisser femme et enfants sur le carreau après une virée entre pote…

  29. unhuitiemedelitre
    25 avril 2010 at 09:32

    Je roule en moto (toutes cylindrées jusqu’à 1100) depuis l’âge de 14 ans et pourtant…je n’ai pas le permis. Sur route (légalement avec 50 cc puis 125 cc après le vote de la loi qui m’y autorise avec mon B) sur chemins (jusqu’à 600 cc) ou sur piste (jusqu’à 1100 cc), j’ai développé une certaine pratique de la moto (j’ai horreur des scooters, chacun ses goûts). Et ma meilleure école fut lorsque j’avais 15 et 16 ans, par deux fois, de traverser la France (aller et retour) en 50 cc par nos belles routes nationales…Combien de « motards » peuvent en dire autant ?

    Aujourd’hui, la loi veut imposer une formation aux futurs conducteurs de 125. Je n’y suis pas opposé, au contraire. Mais allons au fond des choses.

    Celui qui roule sur une 125 depuis quelques années sans accidents ne serait pas plus dangereux au guidon d’une 500 cc (maniement égal, poids de la machine quasi équivalent, vitesses de pointe à peine plus élevée)…et après quelques autres années ne serait pas plus dangereux au guidon d’une 1000. Ne doit-on pas dès lors proposer, à l’instar de ce qui se passe en entreprise, une validation des acquis de l’expérience ?

    Certainement ! D’autant plus qu’il suffirait de comparer la conduite d’un conducteur de 125 qui pratique depuis des années, tranquillement, à celle d’un nouveau « pilote » sorti du permis moto depuis deux ans et qui enfourche ses 100 chevaux pour se glisser la poignée dans le coin entre les files de voitures sur le périphérique. Ce fameux « pilote » qui a posé ses fesses pendant 20 heures (ben oui… seulement) sur une 500 anémique et a tourné sur les plateaux de l’auto-école avec le ralenti bien poussé pour pas caler, qui sait rarement sur quel rapport il se trouve (et je parle pas de ceux qui ne trouve jamais le pm), qui se contente des rétros, peine à virer entre deux plots, oublie de mettre la béquille, ne sait pas ce que c’est qu’un 4 pattes, ni où se trouve le pignon de sortie de boite…

    Soyons honnêtes. Pour conduire un engin, il faut une formation, sérieuse. Et la meilleure des formations, c’est la route, la pratique, la conduite et la mécanique. Alors oui, formons les conducteurs. Mais donnons aussi à celles et ceux qui conduisent depuis des années (30 ans pour moi) la possibilité de valider leurs acquis. Il ne faut pas plus de quelques heures pour comprendre comment rouler sur une moto…mais il faut des années pour être motard…

  30. 26 mars 2009 at 22:44

    Bonsoir,
    je découvre ce site, super intéressant. Mais je suis étonné par cet article qui me semble un peu trop amalgamer d’un côté 125-scooter-accidents et de l’autre gros cubes-motos-expérience et compétence…
    L’anecdote ne fait pas la statistique, et avoir croisé sur la route un fou furieux en wheeling sur sa R1, entre 2 files de bagnole, ne m’amène pas à conclure que les motards en sportive n’ont pas de cerveau…
    Les stats de l’ONISR sont sans équivoque concernant les cartons : plus les machines sont performantes, plus elles font de morts… ce n’est pas moi qui le dit…
    Si on veut améliorer le score des 2RM en accidento, il est URGENT de sortir des images d’Epinal et des caricatures : nous avons chacun nos particularités, notre style de conduite, notre relation au risque, et chaque « groupe » a ses points faibles « à améliorer » pour que les usagers 2 roues soient moins souvent abîmés sur le route… Tous, en brêle, en caisse, et même en vélo ou à pieds… enfin, je crois !

    Au fait… je roule en moto 125 sans permis A, pas de pépin (pour l’instant). J’ai 20 ans de permis B dans les pattes avec sans doute plus de 500 000 km au volant (une bonne part en utilisation pour le taf), et je pense que cette expérience m’a appris à lire la route et la rue, et donc m’a aidé quand je suis passé à la moto…

    Allez, V à tous, même si rares sont les « vrais tarmos » qui répondent aux 125 quand elles font signe… Solidarité ? Expérience ? « Monde à part avec son état d’esprit » ???

    – – –

    Réponse

    Salut,
    Il ne faut pas me faire dire ce que je n’ai pas dit.
    Jamais je n’affirme que tous les détenteurs du permis A sont des rois du guidon, ni que tous les scooters sont promis aux joies de la gamelle.
    Je ne dis pas que l’on se tue plus plus en scooter ou moto 125 ! Bien sûr que les accidents mortels sont proportionnellement plus nombreux en gros cube, ce qui est logique en raison des vitesses atteintes supérieures.
    Je dis que les accidents sont proportionnellement plus nombreux en 125. Pas les morts, les accidents.
    Il ne faut pas confondre accidentalité et mortalité.

    – – –

    OK avec la précision accidents/décès.
    Je crois en revanche que l’exposition au risque (qui supposerait de connaitre assez précisément les kilométrages parcourus par les usagers de chaque catégorie : scoot/moto, 125 / >125, permis B / A,…) est à ce jour très mal connue… Les statistiques d’activité du parc 2RM roulant aujourd’hui sont basées sur d’anciennes estimations mal justifiées.
    Je suis donc intéressé par l’origine de l’info suivant laquelle les 125 auraient une accidentalité supérieure aux gros cubes (”proportionnellement plus nombreux”) puisque ceci suppose de connaitre les km réalisés par chacune des deux catégories ainsi que les zones où ces km ont lieu (bcp d’accidents 125 en ville contre majorité de GC en campagne).
    Par ailleurs, je pense que les comportements qualifiés plus haut de “scootards” ne sont pas du tout propres aux 125, et l’augmentation des ventes de gros scoots ne se dément toujours pas, soulignant la diversité des véhicules, de la formation de leurs utilisateurs, et des comportements résultants.
    Je pense que la sécurité 2RM doit absolument passer par un découpage plus fin que les traditionnels partages 125/>125 ou permis B/permis A ou moto/scoot, c’était surtout celà l’arrière pensée de mon message initial ! Déjà, en croisant ces 3 derniers paramètres, on obtient 8 catégories aux profils très différents, qu’on peut multiplier par les usages urbain / extra-urbains qui eux aussi sont discriminants sur la nature des accidents (et leur gravité d’ailleurs)…

  31. Ed
    17 septembre 2008 at 15:39

    Deux remarques à cet article et aux commentaires lus:
    – Tout d’abord à Nicolas, qui parle de deux accidents dont un qui n’était pas de sa faute. Il vaut mieux dire où il n’était pas responsable, car si on a un accident, on y est forcement pour quelque chose. Un jour j’ai croisé un motard qui s’entrainait à foncer sur un mur. Quand je lui ai demander pourquoi,il m’a répondu « parce que ça, si ça m’arrive, je ne sais pas comment réagir ». C’est un carrément extrême, mais d’un autre côté, connaitre toutes les situations auxquelles on peut s’attendre est la meilleure des protection. La meilleure étant de ne pas être au mauvais moment au mauvais endroit.
    – La deuxième remarque, c’est sur les 400cc. En région parisienne, le scooteur le plus volé est le fameux Tmax, et le chiffre est faramineux. La plupart de ces scooteurs volés finissent dans les mains de personnes qui n’ont pas forcement le permis moto (là dessus, ça serait intéressant de connaitre certaines stats). Quand je vois certains gros scooteurs, j’ai toujours la même question: Soit ces gens n’ont pas le permis moto, soit ils n’ont rien compris à ce que m’avait dit mon prof de moto: « Quoi que vous conduisiez, souvenez-vous d’une chose: Être motard, c’est avant tout un monde à part avec son état d’esprit! »

  32. Dean
    10 janvier 2008 at 20:38

    8 mois après mon permis moto, j’ai investi sur ma formation pour améliorer ma sécurité (stages de perfectionnements).
    Je pense maintenant que l’absence ou la faiblesse d’une formation obligatoire des usagers de la route (toutes catégories) est le problème principal que l’état prétend résoudre par la répression. Les conséquences de cette carence sont plus ou moins graves en fonction de la catégorie de l’usager (jeune excité en scooter surgonflé mal équipé, automobiliste Parisien sage et aguerri).

    Je souhaite réagir à la remarque concernant l’usage du frein arrière des scooters:
    En formation (et ensuite à l’usage) j’ai appris que le puissant frein avant doit être utilisé pour « casser » la vitesse (arrêt d’urgence ou rapide) et non par automatisme.
    C’est donc une bonne pratique en scooter de prendre l’habitude de commencer son freinage de l’arrière (on chute rarement quand, surpris, on bloque l’arrière) et ensuite de l’avant quand c’est nécessaire (et bien verrouiller les bras et regarder loin).

  33. Etienne
    2 janvier 2008 at 13:33

    Récent scooteriste à Marseille, je dois dire que je ne constate pas de comportement moins dangereux de la part des motards que de celui des scooters : ce sont tous des inconscients (pardon pour la généralisation).

    Le seul avantage, c’est qu’on sent qu’ils ont éduqué les automobilistes malgré eux : à Marseille, ces derniers tiennent bien mieux compte des deux roues que dans d’autres villes.

    Merci pour ce blog et vos excellents conseils !

  34. Nicolas
    19 octobre 2007 at 15:23

    Salut, j’ai 35 ans, je suis parisien, je roule en scooter 125 (vespa granturismo) depuis 1999. J’utilise mon scooter pour aller au boulot et pour les sorties. Au alentours de 100 000 km dans Paris depuis 8 ans. Deux accidents légers. Un de ma faute au tout début (démarrage lent à un feu, je cherche mon chemin, je ne vois pas la voiture à ma gauche qui se déporte, ça frotte, pas de bobo), un autre, renversé sous la pluie par une smart qui se prend pour un scooter et arrive en face de moi en contre sens pour éviter les bouchons de sa file. J’évite la voiture, mais je dérape sous la pluie. Grosse bosse au mollet.

    Je voulais juste dire qu’il y a autant de conducteurs de 125 que de types différents sous les casques. Ce n’est pas une formation qui fait d’un jeune con un type averti. Ceux qui font n’importe quoi en scooter sont souvent des gamins. J’ai vu des tas de scooter 400 cc faire les cons et c’était des motards au guidons.

    Donc, merci d’éviter d’amalgamer. Je pense qu’il y a autant de crétins en scooter qu’en moto ou en voiture. Et je pense qu’il ne faut pas beaucoup de temps en scooter pour savoir qu’on est très vulnérable.

    Avec mes 100 000 bornes dans Paris, mes 1000 tours de périfs et mes huit ans de scooter 125, je crois que je suis un tantinet moins dangereux et plus responsable qu’un gamin de 18 ans qui vient d’avoir son permis gros cube.

    Je peux par exemple vous affirmer que le motard habitué à tout miser sur le frein avant se plantera comme une merde sous la pluie avec un Vespa 125 qui chassera assez vite. Eh ouais.

    Réponse

    L’expérience constitue TOUJOURS la meilleure formation et la meilleure assurance-vie !
    Je ne voulais pas du tout verser dans l’amalgame, je déteste les généralisations.
    Il est bien évident que cet article s’adresse surtout aux usagers de scooters et motos 125 débutants ou peu expérimentés, qui ont tout intérêt à suivre une formation. Le récit de vos deux accidents montre bien que c’est au début que nous sommes les plus vulnérables.
    Et je souscris totalement à votre assertion : »il y a autant de crétins en scooter qu’en moto ou en voiture » ! Ce n’est ni l’habit le véhicule qui fait l’homme. Ce n’est pas parce qu’un individu détient le permis A qu’il est plus intelligent qu’un autre.

  35. Flo
    22 août 2007 at 12:43

    Comme souvent sur votr blog: que du vrai sans exagération.
    Je souhaite intervenir sur 2 point.
    -Premier sur les 125, tout à fait d’accord.
    J’habite à Paris, j’ai conduit en voiture pendant 2 ans et suis passé au 50cc et pas au 125 car à l’époque je n’en sentait ni l’utilité (trajets uniquement paris-paris) ni les capacité. Après beaucoup de questions on m’avait bien dit (des motards..), « ce n’est pas un vélo, ça a de la patate et lorsque l’on freine il faut bien doser » (frein arrière permet de répartir les masse, frein avant freine.).
    J’essaie depuis au maximum de respecter le code de la route et AUSSI le code motard (politesse respect, rester attentif etc) et je me suis décidé que après 4ans à passer le permis moto (je sais j’aurais du passer par un 125 entre temps..mais tant qu’a me former je me suis dit passe le permis).

    Bref, je constate maintenant de plus en plus des « conducteurs pressés » de voiture passent au 125 pour « gagner plus de temps » et qui ont des comportement tout simplement inadmisible.
    Dernier exemple en date un 125 bourre sur un petite rue alors que je double avec précaution (voitures à touche touche et chaussé étroite) mais n’ai pas la possibilité de me rabatre en sécurité et cet ahuri me met un coup de pneu à pneu après plusieur claxons! Arrivé au feu (route que je connais par coeur) je lui fait 1 la remarque du danger que cela représente et 2 que connaissant le feu quel était l’intérêt d’avoir un tel comportement?Reverser un passant…ganer 1 place alors qu’il pouvait me doubler au feu? Et là insultes et grosieretés pensant que je suis un môme sur un 50 alors que monsieur à un 125!Je suis resté calme et ai pris sur moi, mais j’avais une sacré envie qu’il se retrouve face à un motard pas vraiment consilient….
    Bref le système de nos voisins par exemple suisses est assez bien fait je trouve, par étape, et il serait franchement temps qu’on applique cette loie SURTOUT aux conducteurs titulaire du permis voiture depuis longue date qui n’ont pas forcément reçu les formations ni sensibisation qu’on met de plus en plus en place depuis quelques années.La loi ne concerne que les jeunes et même s’ils ont un plus forte expositions aux risques ils sont loin d’être les seuls sur la chaussée avec la carte rose…

    -Ma deuxième remarque est simplement sur les vélos. Le code de la route c’est aussi pour eux, et depuis l’arrivée du « vélib » je vois là aussi des comportements franchement inquiétants…Pas de signalisation de déplacement, les feux n’existent pas rouge orange vert même combat ils passent quasiment tous…alors pour l’instant pas trop de circulation, nous sommes encore en période de « vacances » mais en septembre j’ai bien peur de voir beaucoup de vélos à terre…

    Je suis d’accords sur les efforts pour décongestionner les grandes villes et par la même les évolutions de type de transport mais c’est comme offrir son premier vélo à un enfant et le mettre en haut d’une pente sans rien expliquer…

  36. juan
    17 août 2007 at 23:42

    Tout a fait d’accord avec toi.

    Quand je rentre chez ma mère pour les vacances sur la cote d’azur, rien ne m’énerve plus que de voir des idiots (pas de gros mots sur ton blog) roulant en scooters en short tshirt et tongs sans casque intégral et qui ne respect rien, ne font pas attentions, et après ralent quand on les laisse pas passer (d’ailleur je prends un malin plaisir à me serrer à droite car les vrais motards doublent le plus souvent à gauche).

    à cannes c’est le paradis, la dernière fois un scoot génait sur le troitoirs, et je l’ai malencontresement percuté avec mon épaule dommage…

    Ceci dis je trouve que la FFCM ne se bat pas assez contre eux et c’est bien dommage.

    Attention sur la route

    • Yo
      9 octobre 2014 at 14:55

      Bonjour , petit renseignement je suis assuré sur 125 depuis 2009 dois-je passer la formation 125 maintenant?
      Merci d’avance pour vos réponses .

      • FlatFab
        15 octobre 2014 at 16:34

        Sérieusement, vous avez lu l’article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *