Présentation des différentes épreuves pratiques de l’examen hors circulation (plateau) pour les permis A1 et A2. 

Première publication en septembre 2010.
Mise à jour en janvier 2021.

Résumé

Explications détaillées sur les différentes parties de l’épreuve plateau du permis moto à partir de mars 2020, avec des schémas des parcours et des vidéos d’exemples. Cet article présente les consignes d’examen, ce qui est attendu par l’inspecteur. Pour des conseils pratiques, voir les différents articles spécialisés mis en lien sur chaque partie du parcours.

Ne négligez pas la lecture des commentaires des internautes apprentis motards, en fin d’article : l’expérience des autres s’avère souvent instructive et je donne parfois en réponse quelques conseils spécifiques supplémentaires.

Présentation de l’examen

La partie « plateau » valide la maîtrise technique de la machine.
L’examen est défini par l’arrêté du 18 février 2020.

Ce texte prévoit que :

L’épreuve hors circulation est composée d’un enchaînement de six manœuvres comprenant :
– trois manœuvres de maîtrise de la moto à allure réduite, dont une sans l’aide du moteur ;
– trois manœuvres de maîtrise de la moto à allure plus élevée.

Rappel, cet examen est entièrement pratique. Il ne comporte plus aucune épreuve théorique à l’oral.

Au cours d’un parcours effectué sans interruption, vous devrez y démontrer votre capacité à maîtriser la moto à l’arrêt, en vous déplaçant à allure lente (sans et avec passager) et à vive allure, en pratiquant d’abord un freinage, puis un évitement pour vous arrêter, le tout ponctué de plusieurs demi-tours serrés sur une piste de six mètres de largeur.

Le parcours de l’examen est balisé par 17 cônes orange et 5 cônes bleus :

  • quatre cônes bleus marquent le point d’arrêt à la sortie de l’évitement.
  • un cinquième cône bleu indique le lieu où le candidat doit marquer l’arrêt lors du demi-tour à allure lente sans passager.

Quant aux cônes orange, ils permettent d’indiquer la trajectoire que doit suivre le candidat pour réaliser son parcours.

J’insiste sur un point : ce parcours « tout en un » est effectué sans interruption, vous ne descendez pas de la moto, le moteur n’est pas coupé (sauf pour la première épreuve sans moteur, évidemment).

Par contre, ce parcours comprend plusieurs arrêts :

  • à la fin du parcours lent sans passager (plot bleu d’arrêt en milieu de demi-tour),
  • à la fin du freinage (ligne au sol pour la montée du passager),
  • à la fin du parcours lent avec passager (porte de plots pour la descente du passager),
  • à la fin de l’évitement (rectangle de plots bleus pour l’arrêt final).

Soit trois occasions en cours de parcours de vous arrêter pour respirer, vous détendre un peu et réfléchir à la suite.
Ces trois zones d’arrêt sont dites « neutralisées » (entourée en bleu dans les schémas ci-dessous), vous avez le droit de poser les deux pieds au sol et de rester à l’arrêt « un certain temps ».
Les consignes d’examen ne spécifient pas de minimum, ni de maximum pour les temps d’arrêt.
Evidemment, vous n’aurez pas plusieurs minutes, ni même plusieurs dizaines de secondes… Mais si besoin, vous pouvez vous « poser » cinq à dix secondes, l’inspecteur ne peut pas vous pénaliser pour ça.

Maîtrise de la moto sans l’aide du moteur

Description : déplacement de la moto, moteur coupé.
Objectif : vérifier que vous êtes capable de déplacer, pousser et béquiller la moto en marche avant et en marche arrière.

Maîtrise de la moto à allure lente

Description : simulation de situations de conduite en milieu urbain.
Objectif : valider votre capacité à évoluer aisément à faible allure, avec et sans passager.

Maîtrise de la moto à allure normale

Description : slalom, demi-tour autour d’un point fixe et, pour finir, une manœuvre d’arrêt, d’abord un freinage, puis un évitement.
Objectif : démontrer que vous maniez votre moto sans souci à allure normale, en maîtrisant son inclinaison et que vous êtes en mesure d’effectuer un freinage et d’éviter un obstacle inattendu sur lequel vous arrivez à 50 km/h (vitesse imposée).

Vous avez droit à deux essais sur l’ensemble du parcours avec moteur.

L’évaluation repose sur un système de notation globale à trois niveaux symbolisés par une lettre :

  • note A : niveau bon ;
  • note B : niveau satisfaisant ;
  • note C : niveau insuffisant.

Pour valider votre examen, vous devez décrocher un A ou un B.
La note C aux deux essais entraîne l’ajournement du candidat.

Vidéo globale « officielle », réalisée par le service Communication de la Direction de la Sécurité Routière du ministère de l’Intérieur, qui décrit le parcours et la notation :

* * *

Déroulement de l’examen

L’épreuve hors circulation s’effectue selon la chronologie suivante :

  1. Vérification de l’identité et de l’équipement des candidats
  2. Tirage au sort du parcours
  3. Épreuves (par groupe de huit candidats maximum)
  4. Bilan
  5. Transcription du résultat

L’ensemble de ces étapes est prévu pour durer moins de 30 minutes. Le temps est strictement compté !

Vérifications administratives

A votre arrivée au centre d’examen, préparez votre permis de conduire (ou une pièce d’identité en cours de validité si vous n’avez pas encore de permis de conduire) : il est obligatoire, même pour le plateau.

L’inspecteur fait l’appel et vérifie individuellement les dossiers administratifs des candidats, qu’ils soient bien identifiés, qu’ils aient bien le droit de passer l’examen, etc.

A cette occasion, il peut vérifier l’équipement des candidats.
Un casque homologué et conforme à la réglementation est obligatoire, ainsi qu’une paire de gants de moto avec protections.
Il est obligatoire de porter une veste ou un blouson moto avec des manches longues, des chaussures montantes protectrices (ou bottes ou bottines), et un pantalon long.
Sur ce point, lire Réfléchir à son premier équipement motard.

Tirage au sort

L’inspecteur fait tirer au sort un parcours parmi les deux possibles et le met en place (ou le fait mettre en place par les formateurs, le plus souvent).

Les deux parcours se ressemblent, la physionomie d’ensemble est la même. Simplement, l’un se fait dans un sens (départ à droite, arrivée à gauche) et l’autre en sens inverse (en miroir).

La moto est vérifiée (en général, ça a été fait avant) et mise en place par le formateur qui accompagne l’examen.
Le candidat a le droit de demander à la repositionner.

Pour les épreuves pratiques, l’inspecteur ne peut plus effectuer une reconnaissance à pied du parcours avec le groupe de candidats.
Depuis 2013, ce n’était plus obligatoire et vu le peu de temps accordé, cette étape était généralement abandonnée.
Le texte officiel de 2020 prévoit explicitement que :

Aucune explication ou reconnaissance détaillées sur fiches du parcours n’est réalisée par l’expert.
Aucune démonstration n’est réalisée.

Dans la mesure où cette reco n’a pas lieu et où les consignes d’examen ne sont pas données oralement, il est essentiel pour chaque candidat de parfaitement connaître les parcours et les consignes, comme expliqué ci-dessous.

Parcours sans moteur

La première épreuve commence, avec le déplacement sans moteur.

Les consignes :

  • la position de la motocyclette est située au départ de l’épreuve ;
  • le candidat doit, après avoir débéquillé (béquille latérale), pousser la moto en marche avant ;
  • lorsque la motocyclette a entièrement franchi la porte, il doit reculer selon le parcours défini par la fiche d’examen ;
  • il doit béquiller au point de départ (béquille latérale) ;
  • il doit déplacer sa moto en marchant à côté lors du parcours.

Pour cet exercice, l’impossibilité pour le candidat de relever la moto suite à la chute de celle-ci ne peut être considérée comme une incapacité.
La chute de la moto n’est pas éliminatoire.

Sur cette épreuve, voir Savoir déplacer la moto sans moteur.

Parcours à allure lente sans passager

L’objectif de cette épreuve est de s’assurer que le candidat sait :

  • déplacer sa machine à allure réduite,
  • s’arrêter et démarrer en tournant,
  • maîtriser le gabarit de sa moto,
  • diriger sa vision,
  • adopter une bonne position sur la moto,
  • manipuler avec aisance l’embrayage, l’accélérateur, le guidon et les freins.

La plupart des candidats sont (plus ou moins) à l’aise sur cet exercice en formation, mais ne le sont plus du tout à l’examen !
En effet, ils se sentent observés, d’une part par l’inspecteur (qui fait juste son travail), d’autre part par les autres élèves et moniteurs de différentes écoles.
Il s’agit d’être vraiment TRÈS à l’aise à l’entraînement pour espérer se trouver à peu près convenable le jour de l’examen.

Première partie

Sur la première partie du parcours à allure lente sans passager, il s’agit d’évoluer entre des cônes et des piquets qui forment des portes rapprochées.
Ce parcours est chronométré et doit être effectué en 16 secondes ou plus.
Le chronomètre est déclenché quand la roue arrière de la moto franchit la première porte A et arrêté quand la roue arrière franchit la porte B.

L’inspecteur n’a pas à vous présenter le chronomètre.
Vous n’avez pas le droit de réclamer à le voir. En général, votre formateur accompagnant est autorisé à le voir.

En l’absence de toute faute, un temps égal ou supérieur à 16 secondes donne une note A.
En 14 et 16 secondes, c’est une note B.
En 14 secondes ou moins, c’est la note C.

L’exercice doit entièrement se faire sur le premier rapport.
Vous avez le droit d’accélérer et de freiner. Le but est de rouler vraiment « au pas », à la vitesse de marche d’un piéton, de façon à démontrer votre capacité à actionner l’embrayage, en combinaison avec l’accélérateur et le frein arrière.
Le ralenti moteur n’est pas autorisé.

Pour les machines à boîte automatique (scooter ou moto à boîte auto), il n’y a pas de chronométrage sur cette partie de l’épreuve.

Attention à votre démarrage !
Vous partiez à l’arrêt au point de départ du parcours. A partir du moment où la roue avant de la moto franchit la première porte de plots et jusqu’à ce que la roue arrière l’ait à son tour franchie, c’est une « zone neutralisée ». Vous avez le droit de caler et de mettre un pied au sol. Vous avez le droit de vous arrêter et de repositionner la moto si vous êtes mal parti.
Mais gaffe ! Vous n’avez droit qu’à un seul « loupé » : 

Pour ne pas allonger la durée de l’épreuve, le nombre d’essais accordés pour se repositionner est limité à un. Au-delà, le candidat ne se repositionne pas et le parcours doit être réalisé.

Vous n’avez pas le droit de vous arrêter, la moto doit rester en mouvement (avec les roues qui tournent, même très lentement).
Vous avez droit à une faute, ce qui vous vaudra un B.
Deux fautes et c’est le C, synonyme d’ajournement.
Une faute, c’est par exemple plus de deux (ou trois si vous avez réussi la première épreuve) pieds à terre, un plot déplacé, un piquet touché…

Il y a les fautes directes qui vous vaudront automatiquement un C : mettre moins de 14 secondes sur le parcours chronométré, maîtrise de l’embrayage non acquise, ne pas passer dans une porte, sortir du parcours, caler dans le parcours…

Pour aller plus loin, lire Conseils pour le lent sans passager.

Seconde partie

La seconde partie du parcours à allure lente sans passager n’est pas chronométrée.
Mais vous devez rester sur le premier rapport.

A la sortie de la porte de plots B, vous ne devez pas marquer d’arrêt.
Vous pouvez accélérer légèrement en vous dirigeant vers le couloir d’évitement pour ensuite traverser la piste dans sa largeur et effectuer un demi-tour au cours duquel vous devez effectuer un arrêt-redémarrage.

Il s’agit du premier arrêt !
La roue avant doit être arrêtée à l’aplomb du plot qui marque le milieu de piste et est appelé « point 4 ».

De part et d’autre de ce plot central, une zone neutralisée de 50 cm permet de poser les pieds au sol.
J’insiste : si vous posez un pied au sol dans cette zone neutralisée, notamment lors du redémarrage, ce n’est pas comptabilisé dans les trois pieds auxquels vous avez droit sur l’ensemble du parcours.
Par contre, un pied au sol en dehors de la zone neutralisée compte, bien sûr.

Attention à ne pas caler à ce moment-là !
D’une part parce que caler avec le guidon braqué vous fait généralement chuter, mais aussi parce qu’en cas de calage à cet endroit (point 4), contrairement au point de départ (point 1), le candidat n’a pas le droit de se repositionner.

Après avoir redémarré, vous devez effectuer un premier demi-tour sur la largeur de la piste (sans franchir les lignes blanches).
Ce demi-tour à 240 degrés peut être « en cercle » (sans redresser le guidon) ou « en ellipse » (en redressant le guidon, puis en le braquant de nouveau).
En effet, vous avez le droit de repartir en arrière vers le début de piste dans la limite du premier plot du slalom rapide, celui qui se trouve à 17,50 mètres en amont, légèrement décalé par rapport au centre de la piste.

Le principal point de difficulté concerne l’arrêt-redémarrage avec guidon tourné, suivi d’un demi-tour.

Cette manœuvre représente souvent un risque de perte d’équilibre et est à travailler de façon approfondie pour les petits gabarits.
Prévoyez que certaines pistes d’examen peuvent se trouver en légère déclivité (pente ou dévers).
C’est souvent là que vous poserez un ou deux pieds au sol, ce qui est autorisé (dans la limite de deux ou trois pieds au sol sur l’ensemble du parcours).
Lire Conseils pour l’arrêt-démarrage en courbe et Conseils pour le demi-tour.

Point important : au cours du second essai, une note C sur cette épreuve à allure lente sans passager (que ce soit en première partie chronométrée ou en seconde partie non chronométrée) entraîne l’interruption de l’essai.
Vous n’aurez pas le droit de continuer sur les autres épreuves.
L’inspecteur vous arrêtera au point 4 et vous demandera soit de tenter un nouvel essai (si c’était votre premier), soit de remettre la moto au point de départ (si c’était le second).

Cette disposition est surtout destinée à faire gagner du temps à l’inspecteur sur la suite de l’examen.
On considère qu’un candidat qui n’est pas capable d’assurer un A ou un B sur cette première épreuve n’a pas à faire perdre du temps aux autres candidats (ni à l’inspecteur).
C’est aussi une façon d’insister sur l’importance du maniement à basse vitesse : vous n’aurez accès à la suite des épreuves que si vous prouvez votre maîtrise sur cette première épreuve.
Attention, ce point de réglementation n’est valable QUE POUR LE SECOND ESSAI !

Parcours à allure lente avec passager

Les candidats doivent prendre un passager sur une partie du parcours.

Le passager doit se tenir des deux mains, le plus près possible du conducteur, les pieds sur les repose-pieds et les genoux serrés.
Toute autre attitude ne peut être acceptée.

Le passager ne doit pas communiquer avec le candidat en dehors des phases de montée et de descente de la motocyclette.

C’est souvent le formateur qui joue le rôle du passager.
En général, il aide discrètement à l’équilibre de l’ensemble, en appuyant sur les repose-pieds, en se penchant légèrement sur l’extérieur dans les virages et le demi-tour.

Si le formateur s’avère plutôt pénalisant (par exemple, en raison d’un embonpoint coupable), il est tout à fait autorisé de prendre n’importe quelle autre personne en passager : un autre candidat, une candidate (en général plus légère), la petite amie d’un candidat…

Le rôle du passager peut être assumé par toute personne présente sur le centre d’examen âgée d’au moins 18 ans, à l’exception de la catégorie A1 pour laquelle la personne doit être âgée d’au moins 16 ans.

Attention toutefois : mieux vaut un formateur, même un peu plus lourd, qui sait se placer et préserver l’équilibre de la moto, plutôt qu’un passager néophyte, certes plus léger mais qui ne saura pas rattraper la moto en cas de perte d’équilibre… voire qui provoquera une perte d’équilibre.
On a déjà vu des passagers néophytes provoquer la chute de la moto en essayant de monter dessus.

A l’issue de l’épreuve de freinage, le candidat doit marquer l’arrêt, avec un pied ou les deux pieds au sol, moto immobilisée, la moto pouvant chevaucher la ligne d’arrêt C6 (ou C5 en cas de piste mouillée), pour faire monter le passager.

Le fait pour le candidat d’effectuer une marche arrière lors de l’arrêt n’entraîne pas de sanction, mais une intervention immédiate de l’inspecteur pour interrompre cette pratique.
S’il l’estime nécessaire, l’inspecteur peut demander au candidat de se replacer dans la position qu’il occupait avant d’entamer cette action.

Au moment où vous repartez avec passager, tant que la roue arrière de votre moto n’a pas encore passé la ligne C5 ou C4, c’est une « zone neutralisée ».
Un pied posé au sol, au moment du redémarrage, à l’occasion de la reprise d’équilibre, n’est pas considéré comme une erreur.
Caler au redémarrage (après avoir pris le passager) n’est pas éliminatoire.
Mais vous n’avez pas le droit de vous repositionner, de revenir en arrière.

Attention, caler une fois n’est pas une faute, mais caler plusieurs fois d’affilée, si.
Si vous calez une première fois, n’hésitez pas à bien mettre de l’accélération et à garder le point de patinage de l’embrayage pour redémarrer.
Surtout lorsque vous redémarrez avec passager, le surcroît de poids risque de provoquer un calage : mettez bien du gaz, mais pour démarrer tout doucement en contrôlant le lâcher d’embrayage.

A l’issue du parcours avec passager, l’arrêt doit impérativement se faire dans la zone prévue, pas avant, ni après.
Ce n’est qu’une fois la moto arrêtée que le candidat peut poser le(s) pied(s) au sol.

* * *

Parcours à allure normale

Sur les parcours de maniabilité à allure normale, dite « rapide », l’exercice n’est pas chronométré, mais les deux exercices d’arrêt (freinage, puis évitement) sont à pratiquer à une vitesse minimale imposée de 50 km/h.

Lors des deux demi-tours en bout de piste (un dans chaque sens), seuls sont considérés comme des erreurs le renversement du cône central et la sortie de terrain (franchissement des lignes blanches).
Le rapport de vitesse utilisé et l’allure ne sont pas évalués.

Vous avez le droit de poser un pied lors de chaque demi-tour, mais ils sont décomptés des trois pieds auxquels vous avez droit sur l’ensemble du parcours.

Le démarrage après avoir déposé le passager, au moment de vous élancer pour le slalom, jusqu’au franchissement par la bande de roulement du pneu arrière de la porte de plots, est une « zone neutralisée ».
Vous avez le droit de poser le pied au sol et de caler, mais pas de vous repositionner.

L’utilisation par l’inspecteur du radar cinémomètre doit respecter les principes suivants :

  • l’inspecteur doit impérativement se placer selon les prescriptions d’utilisation du radar afin d’être en mesure de relever précisément la vitesse au moment défini par la fiche d’examen ;
  • en cas de panne du radar en cours d’essai ou d’absence de mesures fiables, l’essai est annulé et il est procédé à un nouvel essai ;
  • en l’absence de radar opérationnel, les examens ne peuvent avoir lieu.

Le freinage

L’objectif de l’épreuve de freinage est de s’assurer que le candidat maîtrise sa machine lors d’un freinage à une allure d’au moins 50 km/ h, en sachant freiner sur une courte distance, sans chuter, tout en conservant l’équilibre, et où positionner son regard.

Pour le freinage, les consignes  :

  • démarrer de l’extrémité de la piste, monter les trois premiers rapports de vitesse au minimum (sauf pour les véhicules équipés d’un changement de vitesse automatique) à l’aller ;
  • après avoir fait un demi-tour dans les limites de la piste, effectuer le retour en ligne droite, avoir engagé le troisième rapport de vitesse au minimum et avoir atteint la vitesse minimum de 50 km/ h ;
  • effectuer un freinage et immobiliser sa moto avant la ligne C5 si la piste est sèche, avant la ligne C4 si la piste est humide ;
  • effectuer le parcours fixé par la fiche d’examen ;
  • les deux roues doivent rester au sol pendant le freinage ;
  • la chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.

Au retour, le troisième rapport de vitesse (minimum) doit être engagé au plus tard avant le début du freinage.
Dans le cas contraire, la notation B est attribuée (sauf pour les véhicules équipés d’un changement de vitesse automatique).

Au retour, la vitesse mesurée doit être égale ou supérieure à 50 km/h, sans marge technique pour les permis A2, avec une marge de 5 km/h pour les permis A1.
Une vitesse inférieure à 50 km/h donne une note C.

En cas de défaut de maîtrise du freinage (notamment si la roue arrière perd l’adhérence ou si le guidon « guidonne », se balade de gauche à droite), la note donnée sera un B.

Un début de freinage avant la ligne C6 engendre un C pour non réalisation de l’exercice demandé.
Mais attention  !

La notation C n’est appliquée que lorsque le freinage d’urgence est déclenché sans ambiguïté possible avant la ligne C6.
En effet, il ne saurait être reproché au candidat (la vitesse de retour étant de 50 km/h pour un repère [ligne C6] mesurant 10 cm de large) une anticipation de quelques centimètres.

Afin d’éviter toute confusion, il est recommandé au candidat de ne pas poser les doigts sur le levier de frein avant la ligne C6.
Par contre, le candidat a le droit de décélérer (couper les gaz) pour ralentir s’il arrive vraiment trop vite, à condition bien sûr de toujours respecter le plancher de 50 km/h à la ligne C6.

Pour aller plus loin, lire Conseils pour le freinage.

L’évitement

L’objectif de l’épreuve d’évitement est de s’assurer que le candidat est à même de réaliser une manœuvre d’évitement, qu’il possède les techniques de contre-braquage (ou braquage inverse) et d’évitement, qu’il est capable de revenir sur sa trajectoire initiale, qu’il sait où positionner son regard et effectuer un freinage pour s’arrêter avec précision.

Pour l’évitement, les consignes :

  • démarrer de l’extrémité de la piste, avoir monté les trois premiers rapports de vitesse à l’aller avant la ligne C6 ;
  • avoir atteint la vitesse minimum de 40 km/h à la ligne C7 (premier plot du slalom) pour le slalom à l’aller ;
  • après avoir fait un demi tour, effectuer le retour en ligne droite, avoir engagé le troisième rapport de vitesse au minimum et avoir atteint la vitesse minimum de 50 km/h (avec une marge de 5 km/h) ;
  • effectuer un évitement et aller immobiliser sa moto dans la zone d’arrêt délimitée par quatre plots de couleur bleue ;
  • obligatoirement effectuer le parcours fixé par la fiche d’examen ;
  • la chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.

Le couloir d’évitement mesure 2,25 m de long côté extérieur (en trois plots) et 1,50 m de long côté intérieur (avec deux plots), sur 1 m de large.
Le mur de trois plots s’étale sur 1,50 m.
Il faut réaliser un déport d’environ un mètre sur une distance de 7 mètres à 50 km/h.
Pour les scooters, la sortie du couloir est légèrement élargie de la largeur d’une embase de plot, soit 20 cm.

Tout plot déplacé ou renversé dans le couloir ou le mur entraîne une note C.

Le non-respect de la vitesse minimale de 40 km/h à la ligne C7 à l’aller entraîne une note C.
Les motos A1 bénéficient d’une marge de 5 km/h (soit 35 km/h au radar).

Le non-respect de la vitesse minimale de 50 km/h à la ligne C6 au retour entraîne une note C.
Les motos A1 et A2 bénéficient d’une marge de 5 km/h (soit 45 km/h minimum au radar, pas au compteur).

S’il arrive trop vite, le candidat a le droit de décélérer et/ou de freiner avant la ligne C6 (entrée du couloir d’évitement), à condition bien sûr de toujours respecter le plancher de 45-50 km/h à la ligne C6.

Le candidat a le droit de couper les gaz dès la ligne C6 pour ralentir dans le couloir avant de pratiquer son évitement.
C’est l’entrée dans le couloir qui est mesurée à 45-50 km/h, et non l’évitement lui-même.

Pour aller plus loin, lire Conseils pour l’évitement.

L’arrêt final

L’arrêt final doit être impérativement effectué dans la zone d’arrêt en milieu de piste, délimitée par un rectangle de quatre plots de couleur bleue.
Aucun des pneumatiques (on regarde le point de contact au sol) ne doit sortir) de cette zone.

Cette zone est neutralisée, le candidat peut y poser les deux pieds au sol.
Il doit s’y arrêter complètement et attendre que l’inspecteur vienne le voir pour lui annoncer le résultat de l’essai.

C’est un point HYPER important !
Même si vous pensez avoir raté votre essai (que ce soit le premier ou le second), vous ne devez pas quitter la zone d’arrêt final.
Attendez que l’inspecteur vienne vous parler.
Ne prenez pas d’initiative…
Si ça se trouve, vous avez réussi. Peut-être que vous avez commis une erreur, mais qu’il ne l’a pas vue (ça arrive). Peut-être qu’il l’a vue, mais a décidé d’être sympa avec vous ce jour-là. Vous ne savez pas.
Alors ne bougez pas, ne dites rien et attendez !

Dans la zone d’arrêt final, arrêtez-vous complètement.
Vous pouvez laisser le moteur tourner.
Vous pouvez laisser une ou deux mains sur le guidon.
Vous pouvez ouvrir votre écran de casque pour respirer.
Vous pouvez laisser le 3e rapport engagé ou repasser au point mort ou repasser sur le premier rapport pour préparer le redémarrage.
Dans tous les cas, ne bougez pas de là, ne dites rien et attendez !

J’insiste : ne dites rien.
Ne commencez pas à vous excuser pour je ne sais quoi, ni à pleurer, ni à supplier, ni à engueuler tout le monde, ni à vous flageller, ni à taper sur la moto, ni à crier de joie…
Cela vous fait sans doute sourire là maintenant, mais j’ai vu tous ces comportements en examen.
Ne dites rien de rien. Vous pourrez laisser libre cours à vos émotions après, en dehors de la piste, quand vous aurez enlevé le casque.

Vidéo explicative de Fred, de MonPermisMoto.com (partenaire de ce site), qui présente le parcours à suivre et les consignes à respecter :

 * * *

Résumé des consignes d’examen :

 * * *

Vidéo de l’ensemble du parcours (hors déplacement sans moteur) :

 * * *

La grille de notation de l’épreuve plateau :

Vidéo d’explication de la notation, toujours par Fred, de MonPermisMoto.com :

* * *

Rappels de réglementation

La piste doit mesurer au moins 130 mètres de long et 6 mètres de large.
L’aire de maniabilité doit présenter l’aspect d’un sol plat et horizontal, être asphaltée ou cimentée, ne pas comporter d’obstacle dangereux, en particulier aux extrémités et être exempte de gravillons susceptibles d’entraîner un dérapage.

Le candidat doit obligatoirement effectuer le parcours retenu, aucune erreur de parcours n’est admise.

En général, un des deux parcours prévus pour l’examen plateau est tiré au sort par un des premiers candidats convoqués de chaque demi-journée.
Dans la réalité, l’inspecteur est libre de faire ce qu’il veut : faire tirer au sort une fois pour toute la session ou à chaque épreuve, tirer au sort lui-même ou le faire faire par un formateur ou par un élève…

Il est interdit par le règlement d’examen de changer de machine.
Les différentes épreuves doivent se dérouler sur la même motocyclette, à l’exception de l’exercice de déplacement sans l’aide du moteur qui pourra être réalisé sur une motocyclette différente, étant entendu que celle-ci est du même modèle que celle utilisée par le candidat pour la suite de l’épreuve.
Par contre, les candidats ne sont pas obligés d’utiliser tous la même machine. Vous pouvez demander au formateur accompagnateur d’amener deux motos à l’examen et utiliser l’une ou l’autre pour vos épreuves. Mais vous n’avez pas le droit de changer en cours d’épreuve, bien évidemment.

Le changement de machine pour les autres exercices n’est autorisé qu’au cas où la moto utilisée serait rendue inutilisable au cours de l’un de ceux-ci.
Si un réglage du ralenti de la motocyclette est nécessaire, il ne peut être effectué que par le candidat et à sa seule initiative durant l’essai.
Les rétroviseurs équipant la motocyclette ne doivent pas être déréglés ou rentrés lors des exercices.

Il est strictement interdit de s’échauffer sur les parcours d’examen sous peine d’une exclusion immédiate.
Éventuellement, il peut être possible de s’échauffer sur la piste du centre d’examen, mais toujours en dehors des parcours mis en place. Et souvent hors de la zone des parcours, même s’ils ne sont pas encore mis en place.

Vous avez droit à deux essais pour réaliser l’ensemble du parcours.
Si vous avez réussi le parcours sans moteur, pas besoin de le refaire. Votre second essai commence directement avec le parcours à allure lente.

Je vous conseille de tâcher d’obtenir un A ou un B dès le premier essai.
Si vous échouez au premier essai, vous aurez une telle pression sur les épaules que vous augmentez considérablement les risques d’échouer à nouveau.
Au premier essai, allez-y « zen », pour ne courir aucun risque inutile.
Si vous devez passer un second essai, allez-y « franco », vous n’avez plus rien à perdre.

La réalisation d’un essai est terminée après le franchissement de la dernière porte, motocyclette arrêtée, candidat(e) pied(s) au sol.
Ce qui peut se passer après avoir franchi complètement la dernière porte et s’être arrêté n’est pas pris en compte.

Au cours d’un essai, le fait que le candidat ne poursuive pas l’exercice et revienne au point de départ, suite à une ou plusieurs erreurs (entraînant une notation C), ne signifie pas qu’il abandonne.
Chaque candidat a la faculté de terminer son parcours ou de revenir au point de départ.

Les éventuelles erreurs commises en zones neutralisées (entre deux essais) ne sont pas prises en compte lors de l’évaluation, à l’exception de la chute qui reste éliminatoire, quels qu’en soient l’endroit et la cause (exemples : chute provoquée par la montée ou descente du passager, perte d’équilibre à l’issue du freinage ou de l’évitement).

Une chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.
La chute est définie par la moto couchée avec un point d’appui au sol autre que les pneumatiques.
La chute n’est prise en compte que lors de la réalisation d’un essai, pas entre deux essais.
Une chute de la moto entraîne la notation C et l’arrêt immédiat de l’examen.

 * * *

L’image ci-dessous est disponible en très haute résolution.
N’hésitez pas à l’agrandir ou à la télécharger pour la détailler.

 * * *

Pour la suite, lire :
L’examen du permis moto – La circulation

503 thoughts on “L’examen du permis moto – Le plateau”
  1. Bonjour a tous,
    J’ai passé mon examen du plateau le 3 Novembre avec 12h de formation avec :Poussette n°3 + Chaines cinématique et notice d’utilisation
    Lent : Parcours n°3
    Rapide : Rétrogradage
    Fiches 13 : Le carré de la vitesse, effet gyroscopique, force centrifuge..

    Résultat 4A et un ENOOOOORME soulagement mais je ne relâche pas la pression pour autant puisqu’il me reste encore la circul à passer.
    Merci a tout le monde pour leurs « précieux » conseils que j’ai suivi a la lettre et qui ma permis de réussir ce plateau, je vous tiens au courant de la suite 🙂
    Bonne chance a tous ceux qui attendent de passer le plateau et ceux qui attendent la circul

    Bye,

  2. Bonjour,
    Je viens de réussir ce jour mon plateau du 1er coup avec ABAA. Merci beaucoup pour les conseils et vidéos du site qui m’ont beaucoup aidé, et ce même si j’ai fait 60 h de leçons.. (OK je suis une truffe 🙂 ).
    Bonne chance à tous et écoutez vos moniteurs même si ceux-ci g… parfois.

  3. Merci pour tous les conseils très utile, je vient d’avoir le plateau avec 4 A ce matin. Cet apres midi 2 h de circulation, c’est bon ça !!!
    Le plus dur à cette épreuve c’est le fait de ne pas pouvoir s’échauffer sur le plateau d’examen, d’ailleurs l’endroit était désert, rien pour s’abriter (génial quand tu attends les élèves qui passent la circu pendant une heure sous la pluie ).
    Pour ce qui est des vérifs j’utilisé les vidéos sur le net, pareil pour les fiches moto tout en utilisant le livre bien sur. Bonne chance à tous pour votre examen.

  4. bonjour
    j’ai passé mon examen de plateau ce jour, et après quelques mois d’entrainement sur la piste , casses gueule à volonté , enfin sur le circuit de l’auto ecole tout va . mes verif , sur le bout des doigts .et là cet après midi , patatrac , je bafouille sur ma vérif , et je tombe la moto au lent . évidement , ajournée de fait .
    stress quand tu nous tient ………
    quelle déception de ne pas avoir maitrisé la moto que je connais si bien !!!!

  5. bonjour tous le monde juste de passage pour vous dire que j’ai eu m’ont plateaux du premier coup 4 A et que ses surement grasse a tous vaut conseils bonne continuation a tous et merde pour ceux qui vont le passer sous peut il faut se battre savoir ses fiche et sa passe tous seul a bientôt…

  6. oui si je passe jeudi ce serai a 15h donc je pourrai prendre 2h avant pour m’entrainer un peu. mon moniteur doit me caser à la place d’un autre eleve qu’il ne trouve pas suffisamment prêt (il n’a pas appris ses fiches), donc à moins qu’il ne les ai appris ce we je devrais prendre sa place.. c’est chaud car il doit remettre des dates pour ceux qu’ils a du annuler avec la greve + trouver d’autres créneaux pour ceux qui ont loupé..

  7. j’ai loupé mon plateau cette semaine, après 14h de pratique et quasiment 2h d’entrainement sur la piste d’examen avant l’arrivée de l’inspecteur. j’ai eu un B aux verifs car j’ai coupé le moteur avec la clef et non pas avec le coupe circuit (chaine cinématique)

    le parcours lent, passage dans l’évitement avec passager et sortie en S , A du 1er coup

    le rapide, foiré le 1er essai j’ai loupé une vitesse au retour et je suis arrivé dans le slalom encore en 2eme et dépassé le tps
    2eme essai j’ai dépassé le temps, je ne sais pas combien j’ai fait.
    le pire c’est que pendant l’entrainement je tournait à 21sec environ sur nimporte lequel des 4 parcours. je ne comprend toujours pas comment j’ai pu louper ça 🙁

    je suis en attente d’une seconde date de passage, c’est assé dur psychologiquement, je me dit que si ça ce trouve je foirerai au lent cette 2eme fois, ou j’aurai un trou de mémoire aux fiches, bref, j’ai pas mal perdu confiance.

    j’ai voulu reprendre des h pour refaire un peu de pratique, mon moniteur m’a dit que ce n’était pas la peine, qu’il me prendrai juste avant la séance d’examen (le matin mm ou la veille) donc je pense qu’il a confiance et qu’il ne cherche pas vraiment a faire du fric sur mon dos.

    1. Bon courage pour avoir une nouvelle date en tout cas. Je devais passer ma circu mardi et à cause des grèves … Je passe le 7 si tout va bien. Je touche du bois !

      1. la greve est fini ils ont repris le boulot aujourd’hui apparemment , mais il y a qd mm du retard à rattraper c’est sur..

        j’ai peut être une date jeudi apmidi mais rien de sur …

        1. Oui, j’ai vu après avoir posté mon commentaire à vrai dire.

          Je te souhaite bon courage en tout cas, c’est le plateau qui me faisait le plus peur, surtout le lent (la veille encore mes rétros tapaient par moment les piquets). Au final j’ai eu A et B pour le demi tour vraiment trop serré du rapide.

          Par contre je serai toi, je reprendrais 2h pour le rapide. Au cas où …

    1. Felicitations! Moi, J’ai obtenu le permis A 23 Août. J’ai réussi le plateau le 26 Juillet, et fait le circu ce mardi dernier. Hier j’ai appelé mon assureur pour activer mon contrat et resorti ma moto aujourd’hui – premiere fois dans 18 mois. Merci pour tes mots encourageant. Ce site est trés utile, particulierement les conseils pour l’allure normale et de gagner le temps sur l’aller. Pour info sur l’examen, notre group à tiré 3,1,1, et 2 personnes à raté l’evitement droit. Pour l’iterrogation, j’ai pris fiche 8 – plutot facile – et l’inspecteur était très comprehensive pour mon niveau de francais.

  8. merci de t conseil je vais en tenir compte mais je ne c’est vraiment pas ce qui c passé ce jour la d’habitude je le regarde toujour ce plot et la j’etai ailleur .
    tien moi au courant pierre un gros merde a toi

  9. Je passe l’examen de circu mercredi prochain (on perd pas de temps je termine les heures de conduite aujourd’hui, demain et samedi).

    Pendant le plateau, le parcours à allure normal, j ai d ailleurs touché un plot à l aller (ce qui m a valu la note B) alors que d’habitude sur 15 parcours fait je n’avais touché qu une seule fois un plot.
    J ai eu l’évitement droit qui n’est pas forcément le plus facile.

    Je ne sais pas si cela à quelque chose à voir mais je n’ai eu aucun échauffement sur le ou les parcours avant l’examen, je ne pense pas que cela m aurait particulièrement aidé ..

    Il ne faut regarder le plot de demi tour que un peu avant au freinage.
    Dès que tu as enclenché le demi tour il faut déjà regarder devant vers l’arrivée ou les plots suivants.

  10. tes conseil me sont tres utile ,mais tu c’est quoi arrivé au plot pour faire le demi tour et bienje ne c’est pas ce qui c’est passé dans mon regard et bien d’un coup j’ai arreter de regarder le plot et du coup ca na pas louper je m’en veut terriblement .
    a quand l’examen en circu pour toi ?

  11. salut les amies voila j’ai passé le plateau sous une canicule monstre .
    et je l’ai raté au parcourt rapide plus précisement au freinage d’urgence .
    j’ai foiré mais 2 essai lors de mon demi tour la premiere fois je sort de piste et la seconde j’ai perdu beaucoup de temp pour un chrono de 23 piles beaucoup trop car en entrainement je tourne en 20,50 a peu pret .
    mais je savais mon erreur et sur le coup cela ma rien fait mais apres je re analyse mon parcourt et ya des chose que je devai pas faire ,mais bon le stress a jouer aussi.
    je le repasse le 22 aout et cette fois ci je compte le l’avoir
    je vous tien au courant

    1. Désolé pour ce petit échec, ce n’est que partie remise.
      Mon moniteur m avait rappelé (je pense à juste titre) que pendant le parcours à allure normal (attention de ne pas parler de rapide c est mal vu), ce que l’examinateur évalue c’est en premier lieu la technique (après le chrono) :
      – contre-braquage et qualité du demi tour
      – freiner tard en fin de ligne droite et maintenir un minimum de vitesse (j’étais en première quand je l ai fait le demi tour) pour garder suffisamment d’élan puis regarder tout de suite loin dans la direction opposé ou on veut tourner.
      – surtout ne réaccélérer que moto droite, roues alignées sinon on est sur de sortir du parcours

      J’ai également eu « la chance » de faire ce parcours sur mouillé, ce qui m a permis de me mettre très en confiance car j’avais beaucoup d’appréhension (j avais l’impression de manquer beaucoup d’adhérence lors des virages)

      En espérant que ces quelques conseils te seront utiles.

  12. felicitation a toi bruno et pierre cela me donne de la confiance aprés vos témoignage .
    j’ai juste un peu de mal avec mes fiche pourtant je buche comme un fou mais cela veut plus rentré ,enfin j’espere qu’il von etre gentil.
    je stress un peu pour demain meme si je me sent pret .
    de toute facon demain de 10h a 11h je conduit donc cela va me chauffer pour l’aprem
    a bientot les gars je vous tien au jus

    1. J’espère que tout s est bien passé pour toi, pour ma part j’avais eu la fiche équipement du motard et l’examinateur a été très sympa.
      J’ai simplement abordé les points de sécurité (visibilité du manteau, protection en cas de chute), quelques détails sur le casque et les autres équipements mais j’étais loin d’avoir donné tous les éléments que je connaissais et il m a dit que c était bon après m’avoir présenté un panneau très simple !

  13. Bonjour à tous,

    Après 13H de leçons, j ai obtenu le plateau avec ABBA hier.
    Assez grand soulagement car bien que j’étais relativement à l’aise ces 4 épreuves laissent peu de place à l’improvisation.
    Comme évoqué à de nombreuses reprises, la note A pour la poussette et aux vérifications est indispensable car cela permet de :
    – prendre confiance en soi dès le début
    – faire une première bonne impression et montrer que l’on sait apprendre correctement des informations.
    – évidement assurer le A qui est nécessaire dans au moins une des épreuves.

    Sinon contrairement à Bruno j’avais appris correctement les fiches (à moins que cette partie était humoristique ;)) je trouve cela dommage de faire autant d’heures de conduite (que cela soit payant ou pas) pour finalement ne pas s’investir un minimum la partie théorique qui est de plus très pertinente.

    1. Erratum, j’avais mal lu le commentaire de Bruno, je pensais qu’il n’avait appris que la fiche 20 🙂

  14. Merci pour ce fabuleux article !
    Je viens de tomber dessus par hasard et c’est une vraie mine d’or !
    Pour ma part j’ai 24 ans et passe mon permis A en ce moment ,
    j’en suis a 14h le parcours lent est ok mais j’ai juste une difficulté de temps sur le rapide qui me décourage un peu 🙁
    Mon meilleur temps est a 21.48 avec rétrogradage mais je n’arrive pas encore a être stable , je pense que cela viens surtout du fait que je n’arrive pas a garder un seul et unique filet de gaz dans la monté !
    Auriez vous un conseil ou une anecdote que je pourrais appliquer ?

    Encore merci !

    – – –

    Réponse

    Garder une allure stabilisée constitue en effet une des difficultés majeures du parcours à allure normale, particulièrement sur la partie en slalom.
    Le truc, c’est de bien se lancer, d’accélérer fortement sur le premier rapport pour passer rapidement la 2e et 3e, en coupant les gaz bien sûr. Ensuite, au moment de remettre l’accélération, le poignet se place un peu vers le haut et tourne la poignée pour se retrouver à l’horizontale, dans le prolongement de l’avant-bras. Ainsi, on peut appuyer sur le guidon sans risquer de couper ou remettre les gaz.

  15. Bonjour à tous, suite de mon aventure. Ce matin, rendez-vous à 6 h pour un entrainement avant le plateau, quand je vous disais que mon moniteur ne compte pas son temps. Arriver sur le lieu d’échauffement on retrouve une autre auto-école qui s’entraine également avant de passer en même temps que nous, mais je trouve que les 2 motards on bien du mal avec le parcours lent, on participe à l’échauffement avec eux et j’en profite pour faire connaissance. Le premier me dit qu’il a déjà loupé le plateau avec un peu près 25 h, et le second me dit qu’il a effectué 16 h. Je me dis que c’est vraiment très peu, mais je ne manque pas de les encourager.
    Nous partons au lieu de rendez-vous, notre auto-école est la plus importante puisque nous sommes 3 plateaux et 4 circulations. Après étude des diverses fiches, je me propose de tirer au sort, la 1 pour la poussette, la 4 pour le lent et la 3 pour le rapide. Finalement, marche arrière pour la poussette, le parcours à priori le plus facile pour le lent, mais l’évitement par la gauche pour le rapide. Pour mes 2 collègues, un A et un B.
    L’autre auto-école commence, le premier récolte un A et le second un B, et la c’est mon tour, la poussette se passe sans problème je tire la fiche entretien et c’est la chaine cinématique, ma préférée. Alors, on démarre, les voyants s’éteignent, on teste le coupe-circuit, etc.… houps j’ai failli oublier la distribution, verdict A. C’est bon j’ai déjà mon A.
    Parcours lent le premier candidat s’élance et je vois tout de suite qu’il na pas assez pris d’avance sur la première porte, un pied, un second puis un troisième c’est le C qui tombe, il s’élance de nouveau et recommence la même erreur et la le couperet tombe définitivement éliminer, un coup de froid s’installe immédiatement. Second candidat qui fait la copie conforme du premier 2 C et c’est terminer pour cette auto-école.
    A nous, et c’est moi qui commence, c’est parti penser aux jambes bien serrer, la trajectoire, le filet de gaz, avant dernière porte je pose un pied, mais je reste concentrer et finalement j’obtiens un B, l’inspecteur me demande si je veux recommencer et bien sur je lui dis non, car j’ai déjà obtenu mon A. mes collègues font mieux que moi chacun un A.
    C’est donc moi qui inaugure le rapide, allez c’est parti, 1re, 2ème et 3ème position bien verrouillée pas de problème dans le slalom, ensuite je freine fort, je fais tomber mes rapports tout en préparant mon demi-tour, et hop comme une lettre à la poste, seconde troisième slalom, ensuite je prépare ma sortie, surtout ne pas lâcher l’accélérateur, évitement freinage et j’attends le verdict c’est bon monsieur un A. je sens un immense soulagement, mais il faut rester concentrer les questions approche. Pour mes collègues c’est également un A, même si je dois bien l’avouer un à vraiment frisoter avec la ligne, mais bon l’inspecteur était sympa et je pense qu’il a vraiment vu qu’il maitrisait bien la moto.
    Question, et la j’avais vraiment bien bossé et je savais que l’une des fiches les plus dur c’est la dernière, la n° 20 les accidents et comme je l’avais particulièrement travaillé, j’ai essayé de la trouver, j’ai donc pris la dernière et j’entends l’inspecteur me dire « les accidents »
    Je me lance 888 motards tués en 2009, 16 414 blessés, fréquence des accidents 2 fois plus élevés en moto, etc..
    Je sens que j’ai marqués des points il me pose quelques questions gravité, facteurs, et pour finir attitude en présence d’un accident, et je lui réponds du tac au tac P-A-S, Protéger, Alerter, Secourir, il insiste pas et me félicite une première fois, pour finir il me montre le panneau n° 8 et me demande qui à la priorité, je lui réponds que c’est moi et il fini avec une note d’humour « sauf si le conducteur d’en face n’aime pas les motos » il m félicite de nouveau et me gratifie d’un nouveau un A. Mes 2 collègues font la même chose.
    Voilà j’ai enfin obtenu mon plateau, j’irai voir J’an Michel (moniteur et patron) demain pour savoir ce qu’on fait les autres à la circulation, mais surtout pour prendre quelques heures de circulation et définir une date pour mon permis A.
    Suite au prochain épisode.
    PS : Bonne chance à Tony pour son plateau le 10 aout

    1. Je suis passé à mon auto-école se matin pour régler mon solde et voir si je pouvais obtenir des heures de circulation et c’est plus rapide que je le pensais, je commence déjà demain. J’espère pouvoir rapidement passer mon permis.
      Erratum : le Patron de l’auto-école Pasteur se prénomme Jean François et non pas J’an François (lol) comme indiqué sur le message d’hier

  16. courage bruno ca va allé tien nous au courant .
    moi je le passe le 10 aout et jen suis a 24 heure de plateau , mais on ce sent jammais trop pret c’est fou quand meme .

  17. Bonjour à tous et à toutes, tout d’abord félicitations pour ton site, il est vraiment génial.
    Je suis de Troyes dans l’Aube, j’ai 45 ans et ma femme me demande depuis plusieurs années de passer le permis moto pour l’emmener sur la route 66, mais bon pour le moment ça sera les petites départementales de notre région (lol).

    Je me suis donc inscrit à la moto-école de la rue Pasteur, les Troyens reconnaitront et j’en profite pour saluer Jean François le patron qui est vraiment un très bon pédagogue, de plus le prix est plutôt attractif.
    Forfait 680 € heure illimitée pour le code, plateau et circulation.
    J’ai commencé ma formation (code) le 2 mai 2011, et j’ai vraiment bossé, je voulais être sur de l’avoir du premier coup et à partir du moment où je ne faisais plus que 1 à 2 fautes maxi. Je lui ai demandé de passer l’examen que j’ai réussi avec brio le 26 mai 2011.
    Premier cours de moto début juin, et la je comprends que passez le permis A, ce n’est pas si simple, je couche 2 fois la moto dans le parcours lent, mais finalement, Jean François me dit que pour une première c’est plutôt bien, au mois cela ma rassuré sur mes capacités.
    Les cours s’enchainent et le 30 juin après 26 h de formation il me propose de passer le plateau le 6 juillet, mais je pars en vacance à Belle Ile le 3 juillet pour 15 jours, ce n’est que parti remise.
    Mardi 19 juillet je suis de retour pour une leçon et j’apprends que je passe le plateau le 2 aout ce qui me laisse un peu de temps pour m’améliorer.
    C’est la que je trouve cette auto-école très bien, parce que malgré le forfait je suis maintenant à 38 heures de formation et il ne ma jamais supprimer de leçons. Voilà, maintenant je me sens prêt malgré le stress qui monte pour ce moment fatidique mardi 2/08/2011 à 8 h.
    Je reprendrai ma plume plus tard pour vous signaler si j’ai réussi le plateau et la suite de cette formidable aventure.

  18. aubrey ne tkt pas l’inspecteur ne te fera pas trop de misére c’est pas un monstre rassure toi .
    mon moniteur ma e^pliquer que un jour il a eu un chinois dans sont auto ecole et ca fesai 2 ans qu’il etai en france donc francais pas top.et bien ca c’est bien passé pour lui car le moniteur et allé voir l’inspecteur avant les fiche et tous et rentrer dans l’ordre .
    courage
    moi je passe mon plateau mercredi gros stress

  19. Bonjour,
    Californien installé en France depuis 4 ans, je suis motard depuis presque 30 ans. J’ai acheté un vstrom 650 en 2008 et mis 20k km sur le compteur (à Paris) avant d’aprendre mon permis étranger n’etait plus valable pour rouler en France. Pas d’échange direct avec la californie, donc j’ai entré dans l’enfer de procedure pour un permis français. J’ai réussi le code en candidat libre mais c’est obligatoire de passer par un moto école pour la partie pratique. J’attends maintenant l’epreuve hors circulation dans quelques jours. Mon niveau de francais n’est pas le top, alors un peu inquieté pour la partie verbale. j’ai étudié tous mais quest-ce que faire si je me trouve devant un inspecteur contre l’immigration choisi? 🙂

    – – –

    Réponse

    Ton niveau de français écrit est suffisant pour te faire comprendre.
    Cela sera suffisant pour réussir cet examen qui est avant tout fondé sur l’oral.

  20. Bonjour,

    Merci pour votre blog, il m’accompagne pas mal pour ce permis moto !
    J’ai eu mes trois premières leçons ces deux dernières semaines, au programme, familiarisation sur le plateau avec une 125, conduite d’une 125 sur une soixantaine de km en région parisienne, et la dernière, la 500 (première gamèle car j’ai freiné de l’avant à un rond point :p) avec la poussette et le lent.

    J’aurais besoin de quelques conseils, car pour la poussette, je tenais la bête par le guidon, sauf quand je devais faire marche arrière. Elle me semblait extrêmement lourde, et m’a entrainé quand je voulais saisir la selle et faire marche arrière. Pas très glorieux !
    Et aussi, sur le lent, j’ai pensé à ce que vous disiez : se mettre contre le réservoir, serrer les jambes, décoller légèrement les fesses. Une fois appliqués ces conseils, je me sentais légèrement plus à l’aise, mais deux problèmes subsistent : Si je dois regarder une porte et demie en avance, comment savoir quand je dois braquer ? Car soit je tourne trop tôt, soit trop tard … Et aussi, à force de refaire le slalom, je suis plus à l’aise en faisant les demi-tours qu’avant (pas trop mal après seulement six heures de moto je trouve) et j’arrive à me pencher, ce qui me permet de tourner bien plus court, on dirait même que mon bassin se déhanche seul. Par contre, dans le slalom, j’ai une appréhension qui m’empêche de me pencher pour tourner plus court … Des petits conseils à me prodiguer ?

    Merci par avance 🙂

    – – –

    Réponse

    Sur le slalom lent, le regard précède l’action. Et surtout, il doit être mobile, évolutif. Quand on a franchi une porte, il faut regarder alternativement celle qui arrive et celle d’après, en visant environ un mètre avant la porte. Vos yeux vous diront le bon moment pour tourner.

    Sur le slalom rapide, il est impératif d’incliner la moto, grâce à la technique du contre-braquage (appui sur le guidon). Encore faut-il pour cela oser pencher.

    Un exercice pour s’y habituer : décrire des cercles en roulant sur le ralenti de première, sortir le pied intérieur et tendre la jambe vers l’avant. Cela va vous forcer à faire porter votre poids sur le pied extérieur, ce que vous pouvez accentuer en sortant les épaules vers l’extérieur (comme si vous forciez une porte sur le côté et vers l’avant).
    Cet exercice va vous familiariser avec la sensation de la moto qui penche et ne tombe pas.

    Autre chose : au lieu de faire un slalom avec des plots en ligne droite, décrivez de grands zigzags sur toute la largeur de la piste, pour vous habituer à pousser sur le guidon et à sentir l’angle de la moto.

    1. Merci pour votre réponse (lue tardivement).

      Entre temps, j’ai eu le « déclic » du lent. Sachant qu’une moto accroche particulièrement bien sur le sec, et appuyant sur les cales pieds, je n’ai plus aucune peur pour le lent.

      Pour le rapide, après 2/ 3 séances dessus, avec un chrono aux alentours de 21 secondes et un mauvais demi tour, hier je me suis mis à taper les 2e et 3e cônes à l’aller avec mes bottes/ cales pieds mais à faire un bon demi tour. A priori car je me penche trop tard à l’entrée. Me reste ça à peaufiner, et à bien effectuer les évitement.

      D’ailleurs, concernant ces derniers, mon mono me dit de regarder le fond de la piste, mais comment savoir quand j’arrive dans le couloir et quand « éviter » ? Car je dois avouer que ça passe trop rapidement pour avoir un point de repère a priori.

      – – –

      Réponse

      Il ne s’agit pas de regarder le fond de la piste, mais le point d’arrêt, donc la ligne de pointillés au niveau du 2e plot d’arrivée, exactement là où tu veux t’arrêter. Dès que tu sors du slalom retour, regarde le point d’arrêt et ne le quitte plus des yeux. Quand tu entres dans le couloir d’évitement, tu coupes l’accélération et sitôt après, tu déclenches ton évitement.
      Pas besoin d’autre point de repère : si tu gardes les yeux sur ton point d’arrivée, tu sauras quand déclencher ton évitement, pas trop tôt pour ne pas toucher de plot dans le couloir, pas trop tard pour ne pas toucher le plot de tête d’évitement.

      1. Il s’agit en fait de ne pas fixer le regard sur les cônes. Le regard doit porter loin, et ne surtout pas s’arrêter sur les cônes, particulièrement celui qui est éliminatoire… Seulement glisser dessus.

        Sans regarder la roue avant de la moto, on sait quand même où on est grâce à la vision périmétrique, d’autant que les cônes sont orange fluo. En fait le regard passe sur les cônes de l’évitement quand on sort du slalom ce qui suffit normalement à les localiser. Ce n’est pas parce qu’on ne les *regarde* pas qu’on ne les *voit* pas.

        C’est comme sur la route : on fixe le regard sur la sortie du virage pour optimiser la trajectoire, mais ça n’empêche pas de voir l’état de la chaussée quand le regard glisse dessus et donc de passer à côté de la plaque de graviers qui se trouve au milieu du virage.

        1. Oui tout à fait, c’est pour ça que dans le slalom il faut regarder au loin et non plot par plot.
          Seulement pour l’évitement, j’ai l’impression que la tête d’évitement arrive vers moi extrêmement vite ! Une question d’habitude sans doute.

          Un petit coup d’oeil rapide vers la sortie de tête d’évitement pourrait aider, non ?

          1. Oui ça arrive vite… Comme un obstacle à éviter, d’ailleurs ! 😉

            Je ne pense pas qu’il faille à tout prix regarder partout sauf sur l’obstacle à éviter, mais il faut que le regard glisse dessus et que tu visualise plutôt la trajectoire à suivre. Et pour rester stable sur ta moto, il vaut mieux regarder loin que devant la roue avant, même si ça ne signifie pas que tu ne sais pas ce qu’il y a devant tes roues : tu as vu ce qui se passait et ta vision périmétrique te permet de voir du coin de l’oeil (du bas de l’oeil) tout mouvement ou tout changement.

            Ici, le changement ne risque pas d’arriver, donc tu as juste à gérer l’arrivée du cône dans un coin de ton champ de vision.

            Pour commencer, il faut essayer de gagner un maximum de temps à l’aller et au demi-tour pour pouvoir revenir tranquille : ça permet d’arriver un peu moins vite sur l’évitement, ce qui plus sécurisant (et plus sûr aussi, je me faisais copieusement engueuler, et à raison, quand j’arrivais à + de 50Km/h compteur sur l’évitement parce que je bourrinais au retour).

            Et sinon, à part commencer la manoeuvre dès l’entrée dans le couloir d’évitement je ne sais pas trop quoi conseiller (il se trouve que j’ai pigé le truc tout de suite pour cet exercice, mais d’autres auront bien une idée, ou alors le maître des lieux 😉 )

            Quoi qu’il arrive, ne réfléchis pas trop non plus à ce que tu fais, analyse ce que tu as fait et ce que tu veux faire, mais il faut avant tout « sentir » la manoeuvre, que ça devienne réflexe. C’est sûr qu’en arrivant sur l’évitement tu n’as pas le temps de réfléchir, et ça sera pareil le jour où il faudra éviter un obstacle imprévu (sauf que là, tu as la chance que l’obstacle soit prévu et toujours à la même distance).

            Je viens d’expérimenter ça aujourd’hui avec un piéton qui a déboulé en regardant de l’autre côté de la rue pour dire bonjour à quelqu’un… Hé bien je n’ai pas eu le réflexe de faire un évitement, j’ai pris les freins et comme il pleuvait j’ai été content 1/ d’avoir l’abs et 2/ que le piéton m’ai vu et ait finalement reculé. C’est bien la preuve qu’il en reste toujours à assimiler…

            Bon courage et bonne progression dans ton apprentissage !

            1. Merci 🙂
              Avec les deux heures de cette après-midi j’ai réussi les évitements (me suis également fait engueulé car j’arrivais trop vite :p ) mais j’ai encore eu des soucis avec le demi tour :
              Soit je le passe sur le ralenti seconde, soit j’accélère trop tôt donc j’élargis, soit je regarde un 10e de seconde la ligne blanche et je la mord ….
              Et aussi, a priori je ne penche pas assez la moto sur le demi tour.

              Donc quand mes collègues passent, je tourne sur le ralenti de première et m’entraine à bien tourner la tête pour faire mon demi tour. J’essaye également de le prendre avec plus d’élan, de débrayer, et de pencher franchement la bête, mais j’ai peur de me vautré car je ne suis pas freiné par le frein moteur.

              PS : D’ailleurs cet aprem me suis vautré car j’ai attaqué le demi tour avec la roue arrière qui chassait, un autre point à bosser !

              – – –

              Réponse

              C’est justement parce que tu n’es pas freiné par le frein-moteur que tu peux garder ta vitesse et donc incliner la moto.
              Il faut que tu intègres cela, que tu le réalises pleinement. Pour cela, un exercice possible : travailler le demi-tour sur le ralenti de 2e, sans freiner, sans accélérer, simplement en débrayant au niveau du plot, puis en relâchant lentement le levier d’embrayage en sortie de demi-tour. Le ralenti de 2e te met à une vitesse d’environ 15 km/h, à laquelle tu ne peux pas tomber. Quand tu arrives au niveau du plot, tu le regardes, tu débraies, tu tournes le guidon à fond et tu pousses sur la main intérieure, comme pour amener le guidon sur le plot, tout en continuant à fixer le plot. La moto va s’incliner et tourner serré.
              En sortie, lève les yeux loin devant et rembraie progressivement.

              Une fois que tu auras pris confiance, ressenti cette inclinaison sans tomber, tu pourras travailler à doser ton freinage pour arriver sur le demi-tour avec cette vitesse de 15-20 km/h qui permet d’incliner, de passer vite et serré.

            2. Bon, je passe mardi et me sens prêt (2h la veille). Je me suis pas mal entrainé à prendre mes virages entre 10 et 20 à l’heure en débrayant et rembrayant en fin de demi tour.

              Le demi tour à droite reste quand même un peu ma kryptonite.

            3. Un peu de news, j’ai eu mon plateau ce matin, AABA. Au 2e essai pour le lent (j’ai foiré le premier tout bêtement), un pied dans le demi tour rapide (évitement droit) et fiche n°12. Plus que la circu 😀

              Merci pour les conseils dispensés sur ce blog 🙂

  21. Merci pour ces belles videos,
    ça ma rappeler de bon souvenir j’ai eu mon plateau en,
    aaab
    j’ai faillit mme faire ratatinée au fiches un trou de mémoire ,chose qui ne métait jamais arrivée avant. il faut un début à tout

  22. merci pour ce site et tout ce qui en ressort , j ai 20 ans je passe le plateau dans 4 jours , beaucoup de stresse en esperant que les coneil vont faire leurs effet

    encore mercii

    1. salut kevin j’ai eu mon plateau hier le tout deja c de stresser le moin possible moi je me suis un peu isoler des autres pour ne pas cumuler mon stress plus le leurs j’ai bcp lu ce site avec de super conseils j’ai pris de l’homeopathie en monodose avant le passage le tout c le regard les epaules souple et je pense avoir la hargne montré qu’on peus le faire le A qui est donner c les verifs que tu dois connaitre par coeur et la poussette je pense ce A est offert et pour les fiches revise en boucle moi perso j’ai tout retrenscrit sur mp4 j’ecoutais en boucle pdt des promenade ds le bain quand j’allais au lit et lire lire lire et comprendre ce que tu lis c le principale pour les fiches savoir de quoi tu parle le trou noire vient tres vite mais il faut parler parler parler bon courage en tout cas

  23. SA Y EST PASSAGE CE MATIN
    POUSSETTE 1
    LENT 2
    RAPIDE ARRET D4URGENCE

    A B B B

    fiche moto de merde suis tomber sur la 13 en plus arggggggg en revanche panneau penard l manneau avec une moto dessiner dessu me cpncerne t’il lol

  24. bonjour oui ce site super bien fait
    moi j’ai un sacré souci je memorise tres mal les fiches motos personnes pour m’aider et un plateau deja rater en novembre du a un trop grand stress que je n’ai pas su gerer au lent et une pluie battante de ce fait ce mois ci 2ieme passage j’angoisse a mort mais reelement je pense prendre un calmant le jour d’avant et un somnifere pour avoir une nuit complete et parfaite dernieres heures de plateau samedi 16 avril avec le mono mon dieu j’apprehende j’ai terrriblement peur le lent c’est la cata je stress a chaque fois alorq qu’avant mon 1er passage exam je passer le lent sans souci je ne comprend pas pourquoi sa passe plus comment puis je gerer cela? faut il que je cherche du mone motoriser pour m’entrainer hors moto ecole? quel conseils?

    – – –

    Réponse

    Pour le stress, il existe des solutions : l’homéopathie avec du Zenalia et/ou du Sédatif PC, la phytothérapie avec de l’Euphytose et du Vagostabyl.
    Pour les fiches, si on mémorise mal en les lisant, d’autres méthodes existent : en les réécrivant, en les écoutant, en en parlant avec des motards…
    Pour le parcours lent, s’astreindre à regarder haut et loin, et à utiliser les appuis sur les pieds. C’est juste fondamental.

    1. merci alors je passe demain le plateau j’ai appris sa hier matin huuum enchanter le lent passer a peu pres avant qu’on m’annonce la date d’exam je suis terroriser en faite mon gros probleme manque de souplesse aux epaules je dois me detendre etre souple ouais certe facile a dire en pratique autre choses les epaules tjs a l’opposer du virage sa aussi facile a dire mais mon cerveau ne le prend pas asser rapidement en consideration en revanche poussette et les virfs sa pas de soucis le rapide je gere a klk secondes pres mais sa doit aller mais ce putain de lent une telle angoisse qu ce jour j’en suis malade rien que d’y penser passage a 8H je dois y etre a 7H donc je me leve vers 5H si je rate je pleure la c sur j’en reve tellement je le veux tellement l’envie de poser mes fesses sur ma moto partir en balade decompresser le reve totale pour moi la seule chose qui me passionne plus que tout la priere du motard si elle existe envoyer la moi promis je la reciterai avant de me coucher

  25. Salut

    Tout d’abord, un grand merci pour ce site agréable à lire – rare de nos jours – exhaustif et passionné. C’est une aide précieuse et complémentaire.

    J’ai passé avec succès mon examen du plateau, hier lors de ma première tentative, au bout de 15h de formation.
    Pour plus de sécurité, j’ai préféré attendre d’avoir suffisamment de sagesse pour passer le permis moto… à presque 28 ans.
    Pratiquant beaucoup le VTT, mes débuts ont eu lieu sur 125cc (pendant 6h) car je n’avais jamais piloté de deux roues motorisées auparavant.

    Au début, il me fut difficile de me défaire des réflexes du VTT :
    * inversion des commandes : j’embrayais au lieu de freiner de l’avant, et je freinais de l’avant voulant freiner de l’arrière.
    * gérer l’équilibrage de la moto en serrant les genoux. J’avais plutôt tendance à les ouvrir au début.
    * cassage du poignet alors qu’en vtt le poignet est dans le prolongement du bras.

    Je suis arrivé à bien différencier les automatismes entre VTT et Moto au bout de 4h de formation.
    A partir de là, la formation pour le plateau s’est déroulée sans phase de regression.
    Pour l’allure normale, une fois la technique du demi-tour acquise, j’étais facilement dans les temps ce qui me permettait d’avoir un coussin de sécurité au niveau des manoeuvres et donc de diminuer le stress.

    Le jour de l’examen plateau :
    – Poussette : Parcours N°2 sans soucis. Vérification N°3 – « Eclairage, accessoires sécurité ». J’énumère tous les points en ma connaissance, et l’examinateur me met la pression en me disant : « C’est tout, vous n’avez rien oublié ? Vous êtes sûr ? ». Il me sourit et me dit que c’est bon, content de son effet. -> A.
    – Allure lente : en plus du stress, j’ai été un peu déstabilisé par les piquets car je m’étais toujours entraîné avec des petits plots (mon moniteur étant également à moto). J’ai donc focalisé mon regard davantage sur ces fameux piquets au lieu de regarder loin. J’ai eu le parcours avec l’évitement et le demi-tour. N’ayant pas pris assez large dès le début du slalom en solo, je me suis retrouvé, dans les 3 dernières portes, dans une position inconfortable.
    Je suis toutefois parvenu au bout sans embûche.
    L’examinateur me dit que j’étais « revenu de loin » mais que j’avais bien géré la fin pour rattraper le placement. Merci le VTT et mon moniteur pour ses conseils avisés.
    Allure lente 1er essai : -> A. Une grande partie du stress est retombée.

    – L’allure normale, l’évitement droit s’est déroulé sans accroc dès la première fois. -> A.
    – Les fiches. Je suis tombé sur la N°18 sur les risques. Cette partie de l’examen se s’est pas du tout déroulé comme je m’y attendais.
    Pensant que ça durait entre 5 et 10 minutes, j’ai commencé à introduire chaque point avec des phrases bien tournées. L’examinateur m’a coupé au milieu de mes explications pour chaque point que je détaillais.
    Visiblement pressé, il m’a fait sauté certains points et au bout de 3 minutes me dit : « Bon ça va, mais tu ne m’as pas tout dit : B ».
    Sur le moment, moi qui suis un peu perfectionniste, la déception d’avoir obtenu un B un peu injustement a pris le pas sur la satisfaction d’obtenir mon plateau.
    Mais la joie a repris le dessus au bout d’une trentaine de minutes.

    Il ne me reste plus que la circu. Le plus dur est fait mais je vais pas me relâcher. Comme dit Bigard, « je vais pas craquer à 2m sur bol de sangria ».

    Un fois le précieux sésame en main, je compte prendre une Suzuki GS500 (la même qu’à la Moto Ecole). Ainsi je pourrais me faire de l’expérience sans trop être tenté par la puissance de la moto, économiser au niveau de l’assurance et ainsi m’offrir un équipement complet de qualité et durable.
    Car comme c’est si bien expliqué sur ce site, c’est surtout débutant qu’on a besoin d’un bon équipement.

    Merci également à mon moniteur, pour son professionnalisme. Toujours attentif, présent pour m’encadrer, me donner des conseils… Un bon moniteur c’est presque la moitié du boulot de fait.

    Ciao

  26. Après 4 heures de plateau faut surtout s’alarmer des mauvais résultats.
    J’ai eu pour ma part une expérience similaire, certes sans chute mais avec un nombre de pied par terre et de cônes déplacés incalculable alors que la fois d’avant ça allait plutôt pas mal…
    Quant à la leçon suivante ça allait mieux. c’est comme ça, au cours de la formation il y a une baisse de régime mais il ne faut surtout pas baisser les bras.
    Une preuve, après 16 h de plateau j’ai passé l’exam avec succès et j’ai eu hier mon permis après 6 h de circul.
    L’étape moto-école est donc pour moi finie,( youpi youpi ! ! ) il me faut maintenant m’habituer à ma 600 cbf….
    Bonne chance à tous et patience, ça fini par rentrer ! ! !

  27. Bonjour à tous,
    Tout d’abord merci pour ce site vraiment trés riche intéressant! En ce qui me concerne j’en suis à 4h de conduite plateau, et je dois dire que je ne me sens pas mal à l’aise sur une moto. Au contraire je suis trés motivée et j’ai l’impression d’avancer sur les consignes. Mais au cours de ma dernière heure il m’est arrivé un drôle de problème: je suis tombée 4 fois à l’arrêt!!!! Je ne comprend pas…je mesure 1m64 et je touche plus que les pointes par terre (mais pas le pied entier). Du coup je suis sortie du cours démotivée avec l’impression d’être un phénomène de foire. Même mon moniteur comprend pas pourquoi je suis tombée autant de fois au cours de la même heure, ça l’a un peu agacé je crois. C’est dommage car j’ai l’impression de bien faire le reste…Qu’en pensez-vous?

    – – –

    Réponse

    Il faut surtout ne pas tirer de conclusions hâtives après seulement quatre heures de leçons.
    S’agissait-il de chutes totalement à l’arrêt ou à très basse vitesse ?
    Dans le premier cas, il s’agirait de pertes d’équilibre. Apprends à poser un pied bien à plat par terre plutôt que les deux sur la pointe. Il ne faut pas hésiter à se décaler légèrement, à sortir une fesse d’un côté pour bien se mettre en équilibre, plutôt que de rester en équilibre instable. Fais bien attention de regarder là où tu poses ton pied, pour qu’il ne glisse pas. Si tu as du mal à tenir la moto en équilibre à l’arrêt, utilise le plus souvent possible la béquille latérale.
    Dans le second cas, la perte d’équilibre est probablement due à un freinage de l’avant avec la roue tournée. Il faut toujours redresser la roue avant de freiner, ou alors freiner de l’arrière.

    1. Bonjour, tout d’abord merci d’avoir pris le temps de répondre!!! En fait aprés analyse je crois que c’est une erreur de concentration liée bien sûr au problème d’équilibre. En fait je suis toujours tombée à basse vitesse, en voulant m’arrêter quasiment à chaque fois aprés un virage. Au lieu de prendre le temps de redresser ma moto, puis de m’arrêter, puis de poser le pied, j’ai tout fait en même temps…et comme je suis pas Hulk…le problème c’est qu’à force d’y réfléchir je commence à perdre confiance…je me dis qu’il faut être un peu stupide pour faire 4 fois la même erreur…j’appréhende un peu mes prochaines heures…

  28. Je fais suite à mon intervention du 31/01.
    J’ai donc repris les cours le 22/02 car la moto-école ne roulait pas entre ma première intervention et cette date.
    J’ai eu mon plateau hier (11/03) avec AABA avec pour exercices :
    – Avant/arrière pour la poussette et chaine cinématique en contrôle
    – le n°1 en lent
    – le freinage d’urgence en rapide
    – la fiche n°7 sur « équipement et entretien de la moto »

    La poussette est une formalité, il faut faire le maximum pour arracher le A; pour les contrôles à « réciter », entrainez vous à lacher tout d’un bloc sans en rajouter et sans hésiter, l’inspecteur(trice dans mon cas) peut vous déstabiliser avec un « passez au point suivant svp », donc le mieux est de ne pas la laisser placer un mot en enchainant les points de contrôle (ce que j’ai fait).
    Pour le lent, la pression monte d’un cran car le stress est bien présent, souffler, placer son regard, comme à l’entrainement et ça passe.
    Pour le rapide et le stress était remonté un cran car 2 avant moi l’avait loupé (1 avait rétrogradé lors du freinage d’urgence (les 2 fois la même erreur), alors qu’il ne faut pas); l’autre avait mordue la ligne au demi-tour, puis hors-délai la 2ème tentative.
    Pour ma part, j’ai arrêté le slalom une quille trop tôt alors que tout était niquel, ce fut donc C. A la 2ème tentative il ne faut pas réflechir et relancer dans la foulée, ne pas se donner le temps de souffler et foncer. Un pied dans le demi-tour et tu te dis que ça va être serré car tu n’as plus droit ni à taper un plot, ni dépasser le temps, ni freiner hors limite; A part ce pied posé rien d’autre de disqualifiant donc un B.
    La fiche n°7 fut une formalité, je connaissais le livre sur le bout des doigts donc A.
    Il reste la circulation dans 10 jours, rester concentré pour cette « formalité » et à moi le deux-roues de mes rêves.

    Merci à ce site qui m’a été d’une aide infinie et qui sait appuyer sur les points primordiaux; placer son regard loin c’est la clef du succès, si tu regardes la ligne, tu iras sur la ligne; la moto va vraiment où le regarde se porte, c’est magique.

  29. Bonjour à tous,

    Voilà, c’est fait depuis ce matin, le plateau est en poche avec comme Christain AABA. Pas de vantardise non plus mais le A a la poussette/Vérif est vraiment une chose à ne pas rater. La encore je rejoins Christian, c’est cadeau.
    Pour le lent, voir plus haut comme je galerais, et puis un matin ça c’est comme débloqué. Donc courage à tous ceux qui doutent, ça finit par venir, pour ma part j’ai fait 16 h de leçons plateau.
    Y a plus qu’a attaquer la circulation….

    Eric D

  30. Bonsoir à toutes et à tous,

    J’ai 45 ans et comme vous je suis entrain de passer mon permis A. Je découvre le site après avoir passe le plateau vendredi et réussi du premier coup, pas de vantardise, ce n’était pas une formalité. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai douté par moment mais après 13 heures de plateau, je me suis senti capable de réussir bien que limite dans mes acquis.
    Tout d’abord je félicite le créateur et l’animateur de la page pour ses conseils qui sont vraiment bons à prendre avec des explications simples et parfois imagés. Prenant l’exemple de se placer derrière la moto, de la pencher et de constater que le guidon tourne, c’est un truc simple pour comprendre que beaucoup se joue là, dans ce phénomène, surtout pour le parcours lent. D’ailleurs je préconise de faire ce parcours à vélo sans les mains sur le guidon. Je regrette un peu d’apprendre ici d’avantage que dans la moto école ou je suis inscrit qui il me semble laisse un peu beaucoup chacun découvrir ce qu’il faut faire et ne pas faire. Je pense qu’avec une approche plus pédagogique et personnalisée les choses seraient plus simples pour les candidats. En fait, nous ne devrions peut être pas être là à poser des tas de questions si nos « professeurs » nous enlèveraient nos doutes et nous accompagneraient d’avantage dans nos exercices et difficultés. C’est un peu mon point de vue, enfin de ce que j’ai vécu pour l’entrainement au plateau et ce n’est pas une généralité, j’en suis convaincu.
    Pour vous dire que je me suis présenté au plateau sans avoir fait en moto école, la poussette à pied et les contrôles, un des parcours lents et n’ai fait que 3 chronos sur le même parcours allure normale. ça y est j’ai fini de râler …..
    Pour ma part, de ce que j’ai pu en ressentir et en déduire de mon exam plateau c’est qu’en première partie ( poussette+vérif ) il faut assurer un A.
    Hormis le stress, il n’y a aucune excuse pour ne pas l’obtenir et souvent ce A là donne confiance pour le reste. Un A il faut, celui ci est offert si vous suivez les conseils du site. Ensuite pour le lent, ben de mon point de vu c’est vrai que le stress ce n’est pas une bonne chose mais une fois passé la première porte normalement on est dans l’action, c’est parti, le A d’avant nous autorise un B donc pas de panique avec 2 essais ça devrait passer. La dernière porte est la plus délicate en général, enfin pour moi et je la passe en biais en faisant attention de ne pas toucher un cône. Je sort du terrain tranquillement et me replace pour la suite. Pour le parcours allure normale, ce qui m’a un peu déstabilisé c’est la configuration et l’environnement de la piste de l’exam par rapport à celle ou je m’entrainais. Vraiment, quand je l’ai vu, je me suis dit qu’il ne fallait pas que je « bombe » comme à la moto école. Je suis donc partie plus cool en gardant une petite marge de sécu, un peu comme une reconnaissance mais assez rapide tout de même. En fin de compte j’ai obtenu un B pour dépassement du temps. Il n’y a plus qu’a assurer pour la fiche et la règlementation, ça c’est bien passé. J’ai donc obtenu le plateau avec les notes A A B A. Vous aussi, vous allez ressentir cette délivrance lorsque les efforts que vous avez déployé seront récompensés, accrochez vous, bon courage et à bientôt prudemment sur les routes.

  31. Merci!!ton site m’a vraiment aidé pour l’allure normale surtout sur la technique du demi-tour!ce que mon moniteur n’a pas su m’expliquer.
    Super le site!Bonne continuation!

  32. Bonjour,

    j’ai commencé à prendre des cours de motos depuis environ 1 mois (j’en suis à une vingtaine d’heures). Le lent c’est la galère, j’y arrive une fois sur cinq. Je vais appliqué les conseils de l’article à la lettre, même si globalement ce sont les mêmes que ceux que me donne mon moniteur. La difficulté c’est de penser à tout en même temps : le regard, la trajectoire, la position, basuler la moto à droite puis à gauche. Bref il me manque encore quelques automatismes.
    Le rapide ça va mieux, mais il me faut gagner encore 2 à 3 secondes, je ne désespère pas !!!

    Par contre j’aurais une petite question, dans l’article il est écrit :

    Un petit « truc » : pour les exercices avec entrée à droite (évitement droite et rétrogradage), placer sa moto à GAUCHE de la piste (le jour de l’examen, on peut partir d’où on veut).
    Faire l’inverse pour les entrées à gauche (évitement gauche et rétrogradage).

    Je ne comprends pas bien pourquoi il vaut mieux placer la moto à gauche lorsque l’entrée du slalom est à droite, intutivement j’aurais plutôt pensé le contraire, non ?

    PS : à propos il y a une petite coquille dans l’article : les parcours evec entrée à gauche sont : évitement gauche et frainage d’urgence

    1. Si on se place sur la gauche, on est obligé de faire comme si on passait un premier cône pour rentrer dans le slalom. Ça permet d’avoir une meilleure trajectoire, et donc de passer le slalom plus vite (et surtout de ne pas être obligé de ralentir au milieu).

      Un truc pour grapiller du temps dans le parcours à allure normale, c’est de donner un coup de gaz entre la fin du slalom et avant de freiner pour le demi-tour. Il n’est pas utile de freiner trop top à ce moment là, il vaut mieux faire un freinage propre et court.

      De mon côté c’était beaucoup dans le demi-tour proprement dit que je perdais du temps, ça s’est débloqué quand j’ai pigé comment bien pencher plus la moto du côté du virage en faisant contre-poid de l’autre côté, je perdais beaucoup moins de vitesse et du coup je pouvais le passer en seconde débrayé, et repartir sans être trop en sous-régime.

      Bon courage pour ton plateau ! 🙂

  33. David,
    L’avantage que tu as c’est que tu n’as pas pris de mauvaise habitudes ou de mauvais repaires avec une 125 ( Contrairement à moi … )
    LA grosse différence pour ma part a été le poids de la machine. Cela fait d’une vraie moto un monde complètement différent de celui des motobilettes de 125.
    200 kgs ça ne se bouge pas aussi facilement qu’une petite centaine…
    Autre gros écart, la réelle sensation de puissance et de couple qu’il faut apprendre à dompter.
    Donc à mon avis ne te fais pas de fausse idées à l’avance et vas y cool, sans appréhensions ni peurs. Découvre par toi même ce nouveau monde sans vouloir aller trop vite. Par étapes tu progresseras…
    Pour ma part, au terme de ma 8ème heure de plateau j’ai enfin réussi un lent sans fautes, quant au rapide je suis dans les 22
    Je progresse, je progresse, en appuyant sur les pieds !
    Eric

  34. Bonjour,

    J’ai 36 ans et je suis en train de passer le permis A après une très grande période de reflexion de ma part (surtout de ma femme).
    Je viens d’avoir le code du premier coup (permis auto depuis 16 ans) et voila je vais rentrer dans le vif du sujet, les leçons de moto.
    J’ai déjà passé 2 heures de cours sur une 125 comme je n’avais jamais touché une moto de ma vie.
    Les premières sensations étaient au rendez-vous et sur le rapide au mieux j’étais à 24 secondes (je ne m’inquiète pas pour ça).
    Ce qui me préoccupe et m’excite c’est de passer sur une 600 (XJS). Quelle sera la différence de comportement comparé à la 125 ? J’ai à la fois hâte et peur d’être à la prochaine leçon. Si je ne m’interroge pas sur la hâte, je me pose plus de questions sur le fait d’avoir peur ou du moins cette appréhension de passer sur une vraie moto (non pas qu’une 125 soit une fause moto).
    Comment appréhender au mieux mes prochaines heures de cours sereinement ? A quoi dois-je m’attendre ?

    Merci de vos réponses et merci pour le site, il est désormais dans mes favoris.

  35. Bravo pour la richesse et le détail des posts, c’est vraiment poussé et très complet. Merci pour les conseils que j’ai mis en pratique, notamment la position sur la moto au parcours lent, cela m’a aidé à m’améliorer… et à réussir mon plateau hier au 3ème essai !
    J’ai 46 ans, et si je peux donner aussi un conseil à ceux qui doutent d’eux, qui se demandent au bout de 25 ou 35 heures de ronds sur un parking si la moto est vraiment faite pour eux, c’est de ne pas baisser les bras, d’y croire et de se CONCENTRER, notamment le jour de l’examen. Ca a été difficile pour moi (un B à la poussette pour commencer à cause d’une étiquette de casque que je n’arrivais pas à lire, puis 3 fautes au premier essai du parcours lent), je me voyais déjà recalé à nouveau, et même d’avoir à repasser le code après 5 échecs! Mon moniteur m’a dit discrètement de me détendre et de me concentrer, et un A au 2ème essai, suivi d’un A au rapide !
    Attention aussi à certains examinateurs, certains sont très durs, et jusqu’à la question finale sur le panneau, j’ai douté. Donc pas d’emballement après la réussite des 3 parcours, ne pas négliger les fiches et les panneaux, je vous garanti que ça n’avait rien d’une discution conviviale sur la moto autour d’un verre !

  36. Salut à tous les lectrices et lecteurs de ce site assez remarquable!

    J’ai 45 balais et je roule en 125 DTMX ( respectable mamie de 1980…)
    J’ai décidé de passer mon A car j’en ai un peu marre de me trainer à 80-90km/h…
    Après la galère du repassage de code j’ai commencé le plateau. J’en suis à 6 heures et je tourne en un peu moins de 23 s au rapide sur mouillé. J’ai un pb de blocage de roue arrière… surement l’habitude du DTMerdiX qui freine quedalle de l’arrière!
    Quant au lent, c’est vraiment galère, je n’arrive pas à finir sans un ou plusieurs pieds à terre. Je pense que je suis trop crispé sur mon guidon.
    De plus j’ai l’impression d’aller trop vite et que je n’aurai pas le temps de passer la porte d’après, alors je débraye un max et je finis par avoir une vitesse trop faible d’où le pied…
    Bon, je vais essayer de penser à tous ces bons conseils samedi matin… enfin si la neige n’est pas au rendez-vous!!
    Appel de phare à toutes et tous
    Eric

    1. eric , après 6 heures , pas de panique , ça va venir !!

      et souviens toi , mettre un pied c’est B , rater une porte c’est C direct !!

      pour le lent les bras servent à tenir la trajectoire et les pieds à gérer l’équilibre !! essaye samedi , mets toi dans un coin et appuie sur tes pieds , tu vas voir c’est magique :))

  37. bonjour et merci pour les bien utiles explications donnés sur ce site elles sont vraiment trés enrichissantes..j’ai une petite question à poser, mercredi 26 je passe le plateau pour la première fois et mon moniteur vient de m’apprendre que : les  » tours de chauffe » étaient désormais interdits.. dés l’arrivée sur le circuit c est carrément le parcours. alors je me pose cette question : cela ne va t il pas augmenter le stress ?( déja assez lourd comme ça) et il y aurait il une « petite astuce » pour remplacer ces tours de chauffe ?
    d’avance un grand merci ..

  38. Salut!!

    ah que d’heures passées sur ce site et mes autres à lire de precieux conseils…
    Pour moi plateau ce matin :
    déjà j’ai du attendre une heure que les collègues passent leur circu.
    Présent sur le site de gennevilliers, j’ai pu regarder les autres en attendant mon tour. tirage au sort de la poussette, le parcours sera le même pour tous. L’examinatrice est stressée, bien plus que nous encore. Donc la poussette et vérif OK, malgrè un gros trou de mémoire pendant les vérifs.
    Le lent, après un premier et cuisant echec, j’obtiens encore un A, retrogradage au rapide, sur sol humide ca passe, et les fameuses fiches, je cite l’inspectrice… »je ne veux pas du par coeur, je veux que vous m’en parliez!! montrez moi que vous avez compris!! ». Je m’en sors avec 4A, donc ouf, il y a eu 2/3 de recu ce matin pour notre auto ecole.
    Lundi le papier…

  39. Salut
    je passe mon plateau demain matin
    j’ai lu avec grand intérêt les conseils prodigués.
    Je ne sais pas si je vais l’avoir du premier coup, mais en tout cas, merci et bravo pour ces précieux conseils

  40. j’ai crû déceler un erreur dans les premiers paragraphes du parcours à allure normale (rapide) :
    « Sur sol mouillé, vous avez droit à une demi-seconde de plus. Cela peut sembler peu, mais suffit à faire la différence. »
    N’est-ce pas une seconde plutôt ?

    Bravo pour tous ces conseils judicieux, aucun n’est inutile, chacun est important. Très bonne pédagogie… Bravo !!!

    – – –

    Réponse

    Bonne remarque, une étourderie…
    Je corrige.

  41. si j’ai un conseil à donner au personne désirant passer le permis A, c’est de dire à son moniteur que l’on a jamais toucher une moto, j’ai fais l’erreur de préciser que je roulais en 125 avant, on a considérer que j’était capable, on m’a laissé me débrouiller tte seule en distillant les fondamentaux, j’ai perdue énormément de temps et de confiance, en fait 125 n’a rien à voir avec le permis A ! c’est tt

  42. bonjour,

    je dois passer mon plateau dans 3 semaines et j’en suis à 28H, ma progression est lente, mais c’est pas grave, par moment c’est bon et d’autres irréguliers, une semaine tt va bien, la semaine suivante c’est moche, mon soucis c’est que j’ai une apprénhention qui m’alourdie et me stress elle m’empêche d’accéder au cap de la régularité et de l’aisance, au lent comme au normal, c’est un travail perso, mais si vs avez un tuyau je suis preneuse !
    Merci, Nat

    – – –

    Réponse

    Contre le stress, lire la première partie de l’article sur l’épreuve en circulation.
    Sur quoi porte ton appréhension ?

  43. Bonjour
    Merci pour ton site et un grand merci pour tes conseils « z’avisés ».
    Je suis commencer l’apprentissage du plateau et tes conseils sont tres enrichissements.
    Bonne continuation

  44. salut
    je lis fréquement ton cite pour en tiré un maximum d’information et je suis gaté merci
    mais j’ai un probleme et j’esperes que tu pouras m’aider
    avec mon 1150 rt par temps froid je passe la 1 puis la 2 puis plus rien de quoi ça vient ? je pense à l’huile
    merci d’avance pour ton aide

    – – –

    Réponse

    Cette question n’a rien à faire dans l’article sur le permis de conduire, elle devrait plutôt se trouver dans la rubrique sur les GS et RT.

    Par ailleurs, je ne comprends pas le sens de la phrase : « je passe la 1 puis la 2 puis plus rien ».
    Plus rien quoi ? Plus de puissance ? Plus d’accélération ? Plus possible de passer les rapports ?

  45. bonjour
    je suis en debut de formation j’en suis à ma 8ème heure d’apprentissage je maitrise plutot bien le parcours lent en revanche le rapide est un peu laborieu pour moi.je narrive pas à accélérer suffisament à l’allée donc je galére un peu.pouvez vous me donner quelques conseils?merci

    – – –

    Réponse

    Je crois que j’en ai déjà donné pas mal…
    Et avec seulement huit heures de cours, rien d’étonnant que tu éprouves encore quelques difficultés sur les parcours rapides.
    Pour mieux progresser, lire ces deux articles et les commentaires qui les accompagnent:
    Conseils pour l’examen du permis moto
    Le plateau

  46. que dire ? bravo encore et encore !!

    je viens d’avoir mon permis ( le 5 octobre ) à 40 ans après 2 échecs au plateau à cause du stress ; j’y arrivai super bien sur la piste de la moto école et pas à l’examen !!
    depuis je me suis acheté une DL v-strom 650 et j’apprends à conduire !! du bonheur !!

    toutes les occasions sont bonnes pour la prendre, faire les courses ou rendre les BD à la médiathèque , top case + valise et c’est bon tout rentre !!

    j’ai connu votre site quand je cherchais des infos sur les motos de débutant et je l’ai adoré quand j’ai lu l’article sur « reprendre la moto après des années »
    http://flatfab.wordpress.com/2007/08/19/commencer-la-moto-tard-ou-reprendre-apres-des-annees/ et depuis je viens régulièrement lire un ou deux articles sur la question du jour

    quel travail !! encore bravo !! ce site devrait être déclarer d’intérêt général

    à bientôt sur la route

  47. Salut Fabien !

    Un petit commentaire, car je me souviens de mon examen passé en 1998, que j’ai obtenu, mais pour lequel j’avais obtenu un ‘B’ (non éliminatoire donc) au plateau car j’avais fait une petite chose qui n’avait pas plus à l’inspectrice.
    Je conduisais alors une 125 (avant le permis), et des amis à moi m’avaient appris à remettre un léger coup de gaz au rétrogradage pour éviter des à-coups trop violents, et aussi pour éviter de bloquer la roue arrière. Astuce que je pratique toujours sur ma RT aujourd’hui…
    A l’examen, je suis tombé sur l’épreuve du « rétrogradage », et j’ai fait, un peu par réflexe, cette pratique. Et l’inspectrice m’a mis un ‘B’, car elle a jugé cette pratique « digne d’un double débrayage » (dixit), et pas du tout au gout du jour… Le moniteur avait été quelque peu surpris, mais j’ai finalement obtenu l’examen, donc….
    Bref : ne le faites pas ! 😉

    Autre point marquant de mon examen : j’ai raté l’épreuve de circulation et j’ai donc du la repasser pour une petite faute que j’ai trouvé à l’époque vraiment mineure. J’ai oublié, une fois, de faire un « contrôle direct », c’est à dire de tourner rapidement la tête, pour déboiter, et dépasser sur l’autoroute.
    Je me souviens avoir été furieux de rater l’examen, pour cette « petite faute »…
    Néanmoins, aujourd’hui, je repense souvent à cette histoire. Et les « contrôles directs » m’ont sauvé la vie plus d’une fois, et je bénis souvent cet inspecteur d’avoir été rigoureux, et d’avoir fait de ce « détail » un élément majeur de ma conduite, surtout à Paris !

  48. Bonjour,
    Bravo et merci pour ton site vraiment utile voire indispensable.
    Je suis en fin d’apprentissage plateau (dur dur à 48 ans) et j’aimerais accèder aux commentaires sur ce sujet mais je n’y arrive pas alors que l’accès aux autres commentaires est possible …. ?
    Eric

    – – –

    Réponse

    Désolé, mais je ne comprends pas la question.
    La réponse est peut-être qu’il n’y avait pas encore de commentaires sur cet article, vous êtes le premier à en laisser un.
    Tous les commentaires sont sur un autre article, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.