Choisir sa moto 125

Le motard commence souvent sa carrière au guidon d’une petite cylindrée. Lors de ce premier achat, difficile de choisir son style : roadster, routière, custom, trail ou sportive ? Ces différents styles peuvent correspondre à votre tempérament ou état d’esprit, mais il ne faut pas oublier de prendre en compte l’utilisation principale que vous allez demander à votre future moto.

Pour mieux comprendre les grands types de motos en général, comment les identifier et les distinguer, lire l’article « Les différents types de motos« .

Cet article concerne les motos 125. Si vous hésitez entre une moto et un scooter, lisez d’abord l’article « Choisir entre scooter et moto« .

Quelle que soit la cylindrée visée (50, 125 ou plus), les motards sont tous les mêmes : après (voire avant) le permis, déjà coûteux, on pense aussitôt à acheter une moto… Et là, beaucoup sacrifient leur portefeuille.

Mais il ne faut pas oublier tous les autres coûts, plus ou moins cachés : l’assurance, l’entretien, les consommables, et surtout l’équipement de sécurité. Un bon casque, des gants résistants, un blouson solide avec des protections, une paire de bottes, un pantalon étanche, une dorsale… Tout cela coûte, même si on peut recourir au marché de l’occasion pour la plupart de ces équipements.

Même sur une 125, il vaut mieux rogner sur le coût d’achat de la moto, mais ne surtout pas faire l’impasse sur la sécurité.
Vous pourrez facilement économiser quelques centaines d’euros sur le prix de la bécane en prenant un exemplaire un peu plus ancien ou avec 10.000 km de plus, ou un modèle moins prisé, ou en évitant de dilapider vos sous dans des trucs inutiles comme un pot non homologué, un casque réplica, un tour de roue carbone, des pneus sport…

Une moto, ça se remplace, pas un motard !

* * *

Les routières

Avec la disparition progressive de la Yamaha Diversion 125, il n’existe plus de véritable moto « routière » parmi les 125.

Pour ceux qui veulent parcourir de longues distances au guidon d’une 125, il reste deux choix : la sportive carénée avec guidon ou le trail routier.

Reste que le prix est bien sûr à la hauteur du « standing » que la routière propose à son pilote. La qualité et le niveau d’équipement, ça se paye… au prix fort !

Presque seule à jouer dans cette cour, la Honda 125 Varadero commençait à se languir de voir un jour arriver enfin de la concurrence. C’est chose faite avec la Terra (Adventure ou non) de Derbi.

Sur le segment des motos carénées, la Honda CBR 125 R, présentée comme sportive, s’avère une bonne moto routière, avec une position plus en appui sur les poignets.

Pour découvrir ces motos :

Yamaha YBR 125 Diversion
Honda CBR 125 R
Derbi Terra Adventure 125
Derbi Terra 125
Honda XL125V Varadero
Kymco CK 125 Pulsar
Honda CBR 125 R, modèle 2004

* * *

Les trails

Un trail est une moto utilitaire : idéale pour être utilisée en ville et transporter quelques courses grâce à son porte-paquets et une bagagerie souple ou rigide (top-case, valises, sacoche de réservoir), le genre de moto qui se rapproche le plus de ce que peut vous apporter le scooter.

Simple de conception, le trail se veut économique, à l’achat comme à l’entretien. Certains trouveront qu’elle manque de style et de « fun », mais il n’empêche que ces petites motos rendent de fiers services, de par leur maniabilité des plus simples et le plaisir que l’on éprouve à les conduire en zone urbaine.
Sur route dégagée et à haute vitesse en revanche, le tableau est moins réjouissant, à cause des vibrations et du manque de puissance.

Le trail est généralement équipé d’un porte-paquets, plus ou moins imposant, et adopte souvent des jantes à rayons.

Quelques exemples :

Kawasaki KLX 125
Yamaha WR125R

* * *

Les supermotards

Les motos dites « supermotards » (ou supermot’), également désignées par le sigle SM, sont le plus dérivées de machines d’enduro. Leur partie-cycle les rapprochent des trails, mais avec un côté plus sportif, une meilleure maniabilité, plus de nervosité, mais moins d’aspects pratiques.

Exemples :

Husqvarna 125 SMS

Suzuki DR 125 SM

Derbi DRD 125 4S SM

Rieju SMX 125 Street

Aprilia SX et RX 125

Hyosung 125 XRX SM

 

Les roadsters

Catégorie située entre les sportives, les utilitaires et les routières, les roadsters sont souvent plébiscités par les jeunes utilisant leur deux-roues en ville ou banlieue.
Le caractère rageur des ces machines – qui adoptent bien souvent la même motorisation que la version sportive et parfois la même partie-cycle – se prête bien au jeu et permet de se jouer assez facilement de la circulation, grâce à la maniabilité du roadster, meilleure que celle d’une sportive.

En termes de puissance, un « vrai » roadster de 125 cm3 devrait toujours posséder un moteur d’au minimum 13 ch pour rester compétitif sur le marché, car la puissance est l’un des paramètres crucial qui caractérise une moto de cette catégorie.

Dépourvu de carénage et de saute-vent (il est possible d’en installer un), le roadster n’a pas pour vocation la protection de son pilote. A haute vitesse (passé les 100 km/h), l’absence de saute-vent peut être un handicap sérieux, surtout si le vent se met de la partie. Les jambes du pilote sont logées à la même enseigne et aucun élément de la moto ne viendra faire opposition au froid et à la pluie.
Sur les modèles récents, on peut trouver un sabot moteur. Ce sabot est un « plus » esthétique mais contribue aussi a protéger les parties mécaniques tout en améliorant la pénétration dans l’air du roadster.

Niveau espaces de rangement et capacité de transport, le roadster ne fait pas mieux qu’une sportive, mais sur certains modèles, il est possible de trouver un porte-paquets dans le prolongement de la selle ou carrément un top-case, mais il faudra acheter ce dernier à part.

Exemples :

Kymco CK1 125

Honda CB125F

Yamaha MT-125

KTM 125 Duke

Kymco Quannon Naked 125

Derbi Mulhacén Café 125

Sym XS 125

Daelim Roadwin 125

Les sportives

La catégorie sportive attire plutôt un public jeune qui souhaite pouvoir « piloter » dès l’âge de 16 ans.
Les modèles proposés dans ce segment sont souvent issus du succès de leurs grandes sœurs de 600 et 1000 cc et leurs lignes se rapprochent au plus près des « grandes ».

En principe, les sportives utilisent des motorisations qu’il faut « cravacher », les moteurs étant assez creux dans les bas régimes. Les puissances et couples maximaux sont proches et pour les atteindre, il faut faire monter l’aiguille du compte-tours aux alentours des 9.000, voire 10.000 tr/min. Autant dire que les balades avec votre ami(e) ne devront pas être quotidiennes, sous peine de vous retrouver célibataire.

Depuis 2004, les sportives tendent à adopter des moteurs quatre-temps, plus faciles à mettre aux normes Euro3 par les constructeurs. Une arrivée synonyme de moteurs “indébridables” puisque réalisés pour offrir leur puissance maximale aux alentours des 15 ch. Inutile de chercher partout la façon d’avoir de meilleures performances, il n’y en a pas ou peu.

On pourra tout de même changer la ligne d’échappement, le pignon de sortie de boîte ou bien installer un kit spécial, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle car ces opérations restent chères et ne font pas gagner grand chose, si ce n’est peut-être un meilleur couple à bas régime.
En revanche, les motos quatre-temps, plus douces et confortables, se pilotent plus facilement et offrent une meilleure plage d’utilisation que les deux-temps.
Même si le deux-temps reste une référence en matière de performances et de sensations, il est devenu exclusif, et qui dit exclusif dit prix élevé.
L’autre avantage du quatre-temps, c’est que les motos sont maintenant plus faciles à vivre au quotidien, avec une position de conduite moins radicale.

Quant à la consommation de ces petits bolides, elle ne sera pas ou plus un frein. Certains modèles affichent des consommations moyennes inférieures à 4 litres aux 100 km. De plus, les frais d’entretien ne sont plus vraiment importants et les moteurs sont, en règle générale, assez robustes.
Joueuses et bénéficiant de ce qui se fait de mieux en termes de partie-cycle, les sportives ne sont toutefois pas faites pour la balade, mais plutôt pour de courts trajets et si possible avec des virolos un peu partout. Et si vous habitez non loin d’un circuit sympa et que vous aimez le sport, alors là pas de doute, la sportive est la moto qu’il vous faut !

Exemples :

KTM RC 125

Yamaha YZF-R 125

Aprilia RS4 125 2011

Megelli 125 R

Derbi 125 GPR 4S

Hyosung GT 125 R

Yamaha YZF-R125

Daelim Roadsport 125 R

* * *

Les customs

Motos peu convoitées mais très présentes dans les catalogues constructeurs, conçues sur les bases des Harley-Davidson, ces 125 ont connu leur heure de gloire lors des années 90.
Ce qui séduit les acquéreurs potentiels ? Peut-être le chrome, élément indispensable sur ce genre de moto… Ou l’esthétique, calqué sur les grosses américaines : gabarit massif, guidon large, franges aux extrémités des poignées…

Mal à l’aise en ville à cause de la position de conduite et de son gabarit imposant, le custom est en revanche une routière agréable et autorise de longues balades sur les petites routes. Les customs aiment la conduite tranquille, et le passager, souvent peu à son avantage à cause de suspensions peu confortables, apprécie une conduite « sur le couple » et tout en douceur.

La position de conduite est assez spéciale et ne conviendra pas à tous. Bras horizontaux, voire levés vers le haut, et pieds positionnés sur l’avant peuvent en déconcerter plus d’un. En zone urbaine, l’affaire est loin d’être facile, heureusement que la position très basse de la selle permet -même aux plus petits – de poser les pieds bien à plat sur le sol.

Qui dit « custom » dit presque obligatoirement « sacoches latérales ». En effet, si vous souhaitez vraiment adopter le style « Harley », les sacoches sont indispensables. Plus qu’un style, elles sont utiles pour transporter vos affaires personnelles et sont souvent proposées de série lors de l’achat de la moto. Si elles sont en option, n’hésitez pas.

Côté ligne et esthétique, le custom adopte souvent un réservoir d’essence en forme de goutte d’eau, un phare rond et chromé, comme la ligne d’échappement, et des jantes à rayons. Certains proposent aussi double silencieux d’échappement, dosseret de selle pour le passager et instrumentation du tableau de bord sur le réservoir.

Exemples :

Léonart Daytona 125

Yamaha YBR125 Cruiser – Custom

Keeway 125 Superlight

Daelim Daystar 125 SI

* * *

Les néo-rétros

Le marché des 125 n’échappe pas à la mode des motos qui ressemblent à des anciennes sans en être : classiques, vintage, scramblers, café-racers, roadsters… Elles s’accordent avec une conduite « cool », sans recherche de performance, plutôt pour de courts trajets, avec une position de conduite droite mais sans protection contre le vent.

Exemples :

Astor Orcal 125

Mash 125 Seventy

Derbi Mulhacén 125

Sym Wolf Classic 125

* * *

Une fois identifié le type de moto 125 qui vous convient, comment choisir sa première moto ?

Examinons d’abord les principales caractéristiques d’une moto.

La puissance

Ce facteur ne constitue pas un réel problème s’agissant de motos 125 à moteur 4-temps de route, qui sont toutes bridées à 15 chevaux maximum. Beaucoup de modèles d’entrée de gamme affichent même une puissance moindre, de l’ordre de 10 à 12 chevaux. Cela suffit pour rouler à 90-100 km/h, ce qui répond à l’usage le plus courant de ces machines, destinées à la ville, au péri-urbain et aux départementales.

 

Le poids

Là encore, le poids d’une moto 125 ne représente pas un souci pour la plupart des utilisateurs, tout au moins masculins. Mais c’est un critère à prendre en compte si vous êtes une femme ou un tout petit gabarit.

Au début, une moto demandera de la force pour la maîtriser. La technique viendra progressivement atténuer ce défaut. Mais la masse à ralentir sera toujours là et manoeuver à l’arrêt ou à basse vitesse, garer sa moto, circuler dans les petites rues embouteillées devient pénible.

Attention sur ce point aux trails (machines « mixtes », route et tout-terrain). Ils sont plus hauts car ils disposent d’une selle épaisse et de suspensions à grand débattement qui leur permettent de mieux encaisser les chocs, mais aussi parce que leur garde au sol est importante afin de franchir des obstacles. Leur centre de gravité est élevé et leur conduite requiert un peu plus d’attention.
Les trails restent une bonne catégorie de machines pour débuter car ils sont peu puissants mais coupleux, faciles à manier, légers, peu gourmands en carburant, confortables, avec une position de conduite droite qui permet de voir loin.

Le rayon de braquage

Les trails, les roadsters, les routières et les scooters offrent un rayon de braquage plus court et donc une maniabilité importante en ville comme dans les enchaînements de virages.
Les sportives, les customs, les routières sont moins maniables.

Le comportement routier

Chaque moto a ses particularités qui changent selon la vitesse et le type de terrain emprunté (ville, campagne, montagne).
De bons réglages de suspensions (et des pneus en état) compensent un peu ses défauts.

* * *

Trouver la moto qu’il vous faut, c’est aussi répondre aux questions sur le conducteur.

 

Morphologie (taille et poids)

Chaque association de morphologie du binôme pilote-moto entraîne un choix obligatoirement différent.
Un essai avec une moto bien réglée à votre morphologie sera toujours la manière la plus juste de vérifier ce qui vous convient. Vous devez vous sentir bien sur la moto : position du guidon, du sélecteur, largeur de selle…

Taille

Une selle trop haute et/ou trop large occasionne un problème d’équilibre, surtout quand la moto est à l’arrêt.
Ne vous fiez pas aux hauteurs de selle constructeur qui sont fausses. En effet, elles donnent la distance de la parallèle à la selle au sol. La vraie hauteur de selle correspond à l’arc de selle qui va de son milieu au sol.

La plupart des gens pensent avant tout au problème du motard ou de la motarde trop petit(e) par rapport à la moto de ses rêves.
Mais le problème se pose aussi pour les grands. Il est difficile pour les hommes de plus de 1,85 m de trouver une machine sur laquelle ils ne seront pas pliés, où ils n’auront pas mal au dos ou aux jambes.

Poids

Attention à bien distinguer le poids « à sec », souvent mis en avant par les constructeurs (car plus faible), du poids « tous pleins faits ».
Ce dernier s’entend selon la mesure DIN, avec le plein de tous les fluides moteur et un réservoir de carburant rempli à 90%. Il peut y avoir 20 à 30 kilos de différence…

Outre le poids, le centre de gravité est une notion TRES importante à prendre en compte. Une moto lourde mais basse sera bien plus facile à gérer qu’une machine de même poids mais plus haute, ou même qu’une moto plus légère mais beaucoup plus haute.

Si vous roulez fréquemment en duo avec beaucoup de bagages, renseignez-vous également sur la charge admise.
La carte grise ou le livret renseigne sur la limite légale du poids total à ne pas dépasser. Le PTAC (Poids Total Autorisé en Charge), somme du poids du conducteur, du passager et des bagages, est une limite dynamique au-delà de laquelle la machine devient purement et simplement inconduisible.

Certaines motos supportent plus de poids que d’autres : plus elles sont lourdes au départ, plus elles peuvent embarquer de la charge.
Reste ensuite à s’accoutumer à l’ensemble.
Lire l’article « Rouler avec une moto chargée« .

Position de conduite

Des jambes trop repliées occasionnent des crampes et donc des réflexes moins rapides.
Une position trop courbée en avant donne vite mal au dos et fatigue les poignets (à basse vitesse, comme celle… légale).
Les pieds trop en arrière rendent le passage des vitesses très pénible.
Les pieds trop en avant entraînent une mauvaise sensation de tenue de route et vont mettre à mal votre colonne vertébrale.

Les petits gabarits (moins de 1,65 m, voire 1,60 m) devront choisir tout d’abord une moto qui permette de mettre pied à terre. La hauteur de selle de la moto est ici déterminante, même s’il reste toujours possible de la creuser en enlevant de la mousse.
Lire l’article « Adapter sa moto pour les petites tailles« .

Les « poids plume » devront choisir une moto facile à manoeuvrer à l’arrêt. La différence de poids et de centre de gravité entre motos de même cylindrée (voire de même type) peut se ressentir douloureusement dans les manoeuvres lentes.

Utilisation : ville, route, montagne ?
Toute l’année ou été seulement ?

Il est important de considérer les kilomètres à effectuer et où ils seront réalisés. Vous pouvez considérer que les kilomètres de ville comptent le double des kilomètres sur route, en terme d’usure sur la moto.
En ville, une moto compacte et légère vous avantagera par sa maniabilité. Sur route, une moto longue et lourde sera plus stable et plus confortable.
Pour la ville, la maniabilité et la nervosité comptent, pas la protection : une basique ou un roadster suffit. Une sportive en ville n’a aucun intérêt, à part si vous aimez avoir mal aux poignets. Pour la route, vous apprécierez la protection d’un carénage.

Pour la montagne ou la campagne, il faut composer avec des routes parfois en mauvais état et de nombreux virages qui demandent une moto souple, confortable, nerveuse : trail ou supermotard.

Beaucoup utilisent leur moto en été. Votre choix de moto dépendra aussi d’une utilisation hivernale ou pas. Le motard d’hiver sera sensible à la protection aérodynamique (bulle haute, tête de fourche, pare-mains, poignées chauffantes, etc.) à la différence du motard d’été qui au contraire cherchera à sentir le vent.

Seul ou à deux ?

Si vous envisagez d’emmener souvent un(e) passager(e) avec vous, considérez l’ergonomie de la place arrière : forme, longueur, inclinaison et épaisseur de la selle arrière, poignées de maintien, emplacement des repose-pieds passager…

Certaines motos sont des tortures pour un passager et 50 km deviennent vite douloureux à parcourir. C’est le cas de la plupart des sportives. Les trails et les routières sont mieux adaptées à cet usage.

Neuf ou occasion ?

Le choix entre neuf et occasion se ramène souvent à une question de moyens.
Mais si votre budget n’est pas infini, comme pour la plupart des débutants, faites attention non seulement au prix d’achat de la moto, mais aussi aux coûts cachés : assurance notamment, entretien courant (chaîne), maintenance (révisions, coût des pièces), consommables (pneus, plaquettes de frein, filtres à air et à huile…).

* * *

Il est recommandé de prendre une moto basique d’occasion comme première monture pour des raisons simples.

Prix d’achat : les basiques sont peu chères même en neuf, encore moins en occasion.
Faible coût d’assurance : ce sont des motos répandues, peu prisées par les voleurs, dont les pièces coûtent peu, avec une bonne accessibilité mécanique, qui se réparent facilement en cas d’accident.
Fiabilité : la plupart des motos basiques « de débutants » sont des modèles largement vendus qui ont fait leurs preuves.

Ce sont des motos en général en bon état à la revente (en fonction de leur kilométrage), surtout par rapport à des motos plus « pointues », sportives ou roadsters sportifs, qui peuvent avoir été malmenées (mauvaise conduite, stunt, circuit).

Si vous êtes tenté par une moto moins ordinaire, attention : une moto peu vendue, c’est aussi une moto avec des pièces en occasion plus rares, à l’entretien quelquefois plus onéreux et qui sera plus difficile à revendre.

* * *

Passion et goûts

Je mentionne volontairement ce critère en dernier, même s’il paraît comme le plus important.
Il faut choisir une moto qui vous plaise. A vous, pas aux autres. 

Ne choisissez pas une moto pour frimer, par rapport aux autres.
C’est vous qui la conduisez et qui prenez les risques. Et quand vous êtes dessus, croyez-moi, vous ne la voyez pas. Choisissez la moto qui VOUS convient, qui vous va bien. Pas celle qui épatera les potes ou qui vous évitera de passer pour une lopette auprès de vos copains plus expérimentés.
La moto, c’est avant tout du plaisir et de la passion. Mais que ce plaisir n’oublie pas les conditions énumérées ci-dessus.

Encore une fois, la bonne moto est celle qui vous donnera du plaisir sans risque.

* * *

Pour la suite, pensez à lire les articles suivants :

Bien acheter une moto d’occasion

Quand et comment (bien) acheter sa moto ?

Protéger sa moto en cas de chute

Réfléchir à son premier équipement motard

Acheter “malin” et s’équiper pour “pas cher” (ou moins cher)

Réflexion sur la formation initiale aux deux-roues

 

 

  38 comments for “Choisir sa moto 125

  1. dima
    7 juillet 2017 at 12:37

    je souhaite faire de la moto à 56 ans en commançant avec une 125; le modèle Orcale Astor est il le bon chois pour faire de long trajets?

    • Drman
      8 juillet 2017 at 21:09

      Personnellement pour des longs trajets j’irai plutôt sur de la Varadéro ou à défaut de la cb125f.
      L’Orcal est opérationnelle pour de la ballade tranquille, mais la placidité de son moteur sur long parcours risquent de fatiguer le pilote.

    • Philippe Roche
      9 juillet 2017 at 11:58

      A l’âge de 18 ans, j’ai fait Lyon-Munich en 125 Motobécane (bicylindre 2T), via le col de la Furka. Presque cinquante ans plus tard, je ne voudrais pas le refaire, malgré le plaisir que j’en ai retiré à l’époque. Quel que soit le modèle choisi, une 125 n’est assurément pas un bon choix pour les longs trajets.

      • Philippe Roche
        9 juillet 2017 at 12:01

        Quand on a plus de 25 ou 30 ans, aurais-je dû ajouter.

    • ThierryF
      10 juillet 2017 at 13:29

      Bonjour,
      Comme l’a écrit Philippe Roche, une 125 n’est pas vraiment compatible avec les longs trajets sauf si on aime souffrir.
      Ces petits engins sont pratiques pour un usage urbain ou péri-urbain mais très limités avec leurs 10cv sur route ouverte.
      Il y a bien des 125 qui offrent 15 cv mais elles font payer cher cet avantage.
      Quant à Astor, j’ai l’impression que c’est peu ou prou la même chose que Mash : de la moto chinoise sur laquelle on colle des stickers et pas une moto fabriquée en Chine sur la base d’un cahier des charges exigeant et avec un contrôle qualité européen.
      Ces néo-rétros chinoises, c’est joli mais c’est conçu pour ne pas servir.
      Il vaut mieux acheter l’original plutôt que la copie. La yamaha ybr (d’occasion) ou sa remplaçante la ys sont moins sexy mais sont fiables, elles.

      • vérobike38
        11 juillet 2017 at 08:40

        Il y a les Hyosung de chez Aquila, 15cv, très sympa, et super confortable. Et super fiables et robuste. Pour peu qu’on se tienne correctement (si on s’ avachit, on aura mal au dos, mais c’est vrai pour n’importe quelle moto) aucune raison de ne pas faire de longs trajets avec. Comme toutes les 125 elle ne va pas faire des miracles en montée. Contrairement à la ybr on est beaucoup mieux au niveau des jambes. J’ai des soucis de genoux et la formation de 7h à l’auto école me les a épuisés. Jamais ces sensations la sur la Hyosung. les jambes ont une position bien plus naturelle. J’en ai eu une pendant plus d’un an. Je l’ai malheureusement abîmée suite à une chute sur des gravillons mais je cherche la même. C’est vraiment bien. Et faible conso et gros réservoir.

      • Le Fou sur la Colline
        11 juillet 2017 at 20:25

        Mash c’est de la m… Ok, ok…
        Désolé, mais j’en ai une, elle a 1800km et je n’ai pas eu la moindre emmerde avec. Je n’ai pas le moindre problème à dire et écrire que c’est une moto fiable (et amusante).

        La pseudo sale réputation des Mash vient en partie des problèmes d’injection qu’ont connus les Five Hundred (400 cm3) Euro3 à injection Siemens. Ces problèmes semblent être parfaitement résolus depuis la version à injection Delphi (Euro 4). Une deuxième cause vient peut-être du fait que ce sont des motos livrées en caisse et que le concessionnaire doit assembler la moto avant de la livrer au client final. Il semblerait qu’au début (2012-2014) certaines motos n’aient peut-être pas été assemblées avec toute la rigueur qu’on est en droit d’attendre d’un artisan professionnel. Une autre cause est certains posts haineux et répétitifs venant de quelque personne et de nombreux « identifiants » qui ont eu des soucis plus ou moins fondés et qui cherchaient plus ou moins à faire une sorte de chantage à la Sima.

        Une dernière cause est peut-être une sorte de « préjugé » pas très glorieux du genre : « c’est chinois donc c’est de la merde ».

        Je ne souhaite pas polémiquer, mais ça me gave un peu de voir une sorte d’acharnement contre la Sima (entreprise française) qui se bouge le c… pour vendre des motos vraiment sympas à des prix encore plus sympas. Et je ne suis PAS français, alors le côté « cocorico Mash fabricant de motos françaises » m’est totalement étranger. Quelles soient françaises ou chinoises rebadgées, en fait je m’en tape le c.. par terre en zig zag. C’est juste une moto pas chère, fiable, jolie, bien finie et que je trouve idéale pour débuter la moto avec un permis A1.
        Et accessoirement, si je compte la vendre l’an prochain c’est uniquement pour acheter une Five Hundred et faire le permis A moins de 35 Kw.

        • ThierryF
          12 juillet 2017 at 14:43

          Ravi de lire un propriétaire de MASH heureux. Sur, le net, ne s’expriment souvent que les râleurs.
          Mais le test de fiabilité n’est pas vraiment probant. 1800km sans problème, c’ est la moindre des choses.

          Je n’ai pas écrit « c’est chinois donc c’est de la merde » (sic). J’ai d’ailleurs vanté la fiabilité de la Yamaha 125 YBR… fabriquée en Chine.
          Mais il y a une nuance de taille entre fabriquer ses motos d’entrée de gamme dans des pays à faibles coûts salariaux dans des usines qu’on contrôle et selon les standards de la marque, chose que font Honda, Yamaha, Suzuki, KTM…

          Et acheter à un constructeur chinois indépendant un produit qu’il a conçu et fabriqué et qu’il personnalise selon les souhaits du grossiste.
          Il me semble, hélas, que Mash correspond au second cas de figure (bien qu’il revendique la conception des motos) et qu’il subit les choix techniques et économiques de son fournisseur.

          Si MASH a une pauvre réputation sur le net, c’est justement parce que la SIMA a été désastreuse dans la gestion de la relation client.
          Au lieu de remercier les téméraires qui ont pris le risque d’acheter ses premières machines pas encore abouties, elle les a traités mesquinement. Au prix de la pièce chinoise, ça coûte combien de régler un problème?
          Ce n’est pas très malin voire suicidaire commercialement à l’ère des réseaux sociaux.

          Pas de french bashing de ma part. La SIMA a flairé le bon filon pour se lancer : celui de la moto au look branchouille, pas chère pour achat compulsif par les néophytes. Elle n’est plus la seule sur ce créneau. Espérons qu’elle puisse monter en gamme et en cylindrée en imposant un cahier des charges solide et un contrôle qualité rigoureux à ses sous-traitants.

          • Le Fou sur la Colline
            12 juillet 2017 at 19:35

            Désolé si j’ai pu laissé entendre que tu faisais du french bashing. Je me suis mal exprimé, je parlais en général au sujet de commentaires souvent venant de gens qui ne faisaient que reporter des trucs lus ici ou là.

            Clair que 1800km, c’est pas énorme. Mais la qualité de fabrication est visible dès le début. J’ai vu nettement moins bien sur des motos nettement plus chères.

            Quand au distingo entre une marque qui revend sous son nom un produit conçu et fabriqué par une autre entreprise et un constructeur qui sous-traite la fabrication de son produit à une usine différente de la sienne, je comprends parfaitement ton point de vue.

            Il est évident que la Sima n’est pas à la base un constructeur disposant d’un département R&D concevant de A à Z une moto. Quand à savoir si la Sima a simplement rebadgé des motos déjà existantes ou fait un choix dans une banque de composants selon ses propres désirs… Personnellement, je penche plutôt pour la deuxième version. Solution qui n’a rien de répréhensible et qui a été utilisé par le passé par de nombreux constructeurs de motos et de voitures. Je doute aussi que le modèle TT40 ai été conçu directement par l’usine chinoise.
            La Sima n’est certes plus seule sur le créneau, mais que dans la gamme 125 cm3 où d’ailleurs elle semble garder ses parts de marché. Dans les gammes supérieures, je n’ai pas vu grand monde d’autre (mais peut-être qu’il y en que je ne connais pas).

            Concernant l’affirmation selon laquelle la Sima s’est comportée de manière mesquine vis à vis de ses clients. Je n’entrerais pas en matière, mais j’ai vu sur le forum mash pas mal de témoignages qui disaient le plus grand bien du SAV Sima… et d’autres qui avaient des mots très durs. J’ai vu surtout un post (« posté à double ») qui était (et est toujours) visiblement de mauvaise foi et souvent à l’extrême limite de ce qui est admissible. Pour clore le différent, la Sima a proposé de remplacer la moto (de 2013, achetée d’occasion, plus sous garantie, et visiblement pas du tout entretenue) pour un modèle neuf à prix coutant, soit une remise de 40%. Je n’appelle pas cela être mesquin.

            Il ne faut pas oublier que sur un forum et sur le net en général, c’est parole contre parole. J’ai tendance à ne pas trop croire ceux qui exagèrent et/ou ceux qui utilisent plusieurs identifiants.

            Mais je suis parfaitement d’accord avec toi sur le fait que la Sima a sous estimé l’impact des réseaux sociaux et la capacité de nuisance que pourrait avoir une personne hypothétique déterminée à lui nuire et disposant des « compétences » propres à ces mêmes réseaux sociaux.

            Ma Mash est un modèle 2016, mon impression est que la qualité de fabrication (et de montage) a nettement progressé depuis le début. Mais ce n’et qu’une impression basée sur mon expérience personnelle avec cette moto et ce que j’ai pu lire ici ou là sur le net. Mais j’ai aussi vu sur le forum mash un post d’un propriétaire de modèle 2013 ou 2014 qui disait avoir fait 55000km sans aucun soucis. Donc, on en reparlera dans un an ou deux quand j’aurai 4000 ou 6000 km.

            Sur le fait de monter en gamme et en cylindrée, je te rappelle qu’il y a des modèles 125, 250 et 400 cm3 plus une version side-car. Il semble qu’un modèle 650 cm3 soit en préparation.
            On ne peut pas dire que la Sima soit à proprement parler un constructeur de motos ; mais 5 ans après avoir débuté Mash, il y a déjà pas mal de chemin qui a été fait. Combien de constructeurs que ce soit de voitures ou de motos ont débuté de la même manière et sont aujourd’hui des constructeurs reconnus? Pour mémoire, Peugeot (fabricant de cycles et d’outillage) a commencé en vendant des voitures équipées de moteurs Daimler (ou Benz, je ne suis plus très sur) sous licence. La plupart des constructeurs historiques on fait pareil (BMW fabriquait des Austin Seven sous licence et après la guerre des Isetta).

            Encore une fois, mes excuses si j’ai pu laisser entendre que je t’accusais de french bashing, tel n’était pas mon but. Je voulais surtout remettre un peu l’église au milieu du village et essayer de faire comprendre que Mash n’est peut-être pas tout à fait telle que l’image véhiculée ici ou là sur les réseaux sociaux.

    • louis
      11 juillet 2017 at 14:24

      Hello Dima,

      si tu n’est pas trop grand(e) le suzuki VanVan est robuste et a prouvé sa capacité à faire le tour de la planète (en évitant les autoroutes). Par contre si tu veux faire paris lyon dans la journée ce n’est pas adapté.

      http://www.on-the-road-again.com/ .

      Bonne route

  2. Camille
    18 avril 2017 at 19:14

    Bonjour,

    Je souhaite acheter une 125 (première moto). J’ai déjà effectué la formation du permis A avec une yamaha XJ6, mais actuellement à l’étranger j’ai du arrêter la formation avant le passage du permis. Je souhaite donc acheter une 125 pour me remettre à la conduite. Je m’en servirais pour mes trajets quotidien (ville et rural) et j’aimerais aussi pouvoir m’en servir pour des trajets plus longs.
    J’ai lus plusieurs de vos articles (qui m’ont beaucoup aidé!) mais j’ai encore du mal à décider quel type de moto serait le plus adapté à ma situation. Sachant que je ne suis pas bien grande (je mesure 1m61), que mon budget max est de 1000€ et que je ne suis absolument pas capable de bricoler une moto.
    J’hésite encore entre une routière, une sportive (qui au niveau de la position se rapprocherait de la moto sur laquelle je suis habituée à conduire) et une custom (moins pratique en ville mais agréable pour les plus longs trajets et pratique pour les petits gabarits!). Qu’en dites-vous ?

    Merci de votre aide!

    • FlatFab
      18 avril 2017 at 20:46

      L’idéal dans votre cas serait une Yamaha YBR 125 Diversion, une routière facile et légère.
      Mais elle est rare en occasion.

      Une YBR « classique » ou en version « Custom » sera également très bien.
      A défaut, une Honda CBF 125 peut aussi convenir à votre cahier des charges et à votre budget.

      • Camille
        19 avril 2017 at 20:21

        Merci beaucoup pour vos conseils ! Je vais concentrer ma recherche sur ces modèles là!

        • Seb63
          24 avril 2017 at 21:59

          Bonjour,
          Mon épouse fait 1.60 m et se régale sur sa YBR 125 Custom. Pas un foudre de guerre mais hyper fiable et la boite est plutôt bien étagée. Du coup, elle nous suit raisonnablement dans les balades, sans soucis (même sur plusieurs jours, 90-100 km/h de croisière pendant une longue durée ne pose pas de problème). Elle pardonne beaucoup et l’entretien est ultra basique (plus facile et moins cher que sur les Honda [perso, j’ai commencé sur une Honda 125]). Et elle est confortable sur les mauvais revêtements…sans se désunir pour autant.
          Bref, largement suffisant pour apprendre la moto -) et te permettre de cumuler de l’expérience avant de poursuivre ton permis A ou A2 plus facilement ensuite. De mon point de vue, les deux points négatifs sont 1. son frein tambour à l’arrière (mais mon épouse s’est bien habituée, pas moi [je suis habitué à un disque AR et du coup j’ai tendance à bloquer la roue arrière sur son YBR à tambour …c’est une remarque très perso]) et 2. la Vmax à 110 km/h qui rend l’autoroute compliquée (comme beaucoup de 125 de toute façon…).
          Une non recommandation de ma part, c’est rare mais je ne te conseille pas la CBF125 au vu de ton gabarit, tu devrais avoir les pieds moins en contact avec le sol, tu seras moins à l’aise. Chacun ayant une morphologie différente,n’oublie pas de tester en concess (ces motos sont quasiment toujours dispos), tu te feras ton propre avis…
          Amitiés motardes,
          Seb63

  3. Vincent
    30 décembre 2015 at 09:45

    Bonjour

    Il faut aussi faire attention à certaines 125 dont le gabarit poids et taille sont très proche des cylindrées plus importantes (varadero, …) quand on débute. Je possède une hyosung gt en deuxième moto et j’aurais vraiment eu du mal si j’avais commencé avec : avec près de 170 kg tout plein fait et 795 mm de hauteur de selle, la mt-07 que je conduis pour passer le permis A me parait beaucoup plus maniable aux tests du plateau. C’est néanmoins un point très positif pour ceux qui considèrent la 125 comme une étape intermédiaire vers le A.

  4. Ysi
    31 octobre 2015 at 08:54

    Bonjour

    Cela fait maintenant plus d’une heure que je parcours vos articles très bien faits et avec une franchise plaisante à lire.

    Nous sommes en train de réfléchir à acheter un 2 roues motorisé à notre fille (14 ans actuellement), je n’ai pas voulu de 50cm³, et nous préférons attendre ces 16 ans pour passer sur un 125cm³.
    Du fait que nous habitons en pleine campagne, je trouve, peut être à tord, qu’un 125cm³ sur nos routes de campagnes sera plus sécurisant qu’un 50cm³.

    Voilà pour le décors

    Je viens de parcourir cet article et je vois que vous n’abordez pas la catégories des trails, style qui attire ma fille. Est ce qu’il serait possible d’avoir votre avis sur les trails 125cm³ pour jeune fille débutante ?

    En vous remerciant par avance

    • FlatFab
      31 octobre 2015 at 17:47

      Je compte les trails parmi les motos dites « utilitaires ».
      Si votre fille est assez grande pour se sentir à l’aise sur un trail 125, c’est un bon choix pour débuter.

      • Ysi
        31 octobre 2015 at 20:53

        Bonsoir

        Je vous remercie pour le conseil, actuellement elle doit faire son 1.65m donc avec un peu de chance d’ici 2 ans cela devrait passer.
        Après on verra sur le moment entre ce qui lui fait envie et ce qui lui va bien

        • FlatFab
          31 octobre 2015 at 21:34

          Du coup, j’en ai profité pour réécrire l’article. J’espère que vous y trouverez plus d’informations utiles.

  5. rolland
    28 août 2015 at 23:47

    exixte-il une 125 cm » harley-davidson sxt de 1977 essai , routiere ou custom ou une autre 125 mais harley-dadson et ou peut on les trouver occasion ou neuve, j’ai 60 balais le permis 125 je l’ai depuis longtemps et je m’apprends sur une 125 suzuki (intruder) mais je suis fan de harley-davidson ,merci pour la reponse

    • FlatFab
      28 août 2015 at 23:58

      Il n’existe pas de Harley en 125 cm3. La plus petite cylindrée chez HD est le 883 cm3.
      La SXT est une machine siglée HD, mais à moteur Aermacchi. Elle n’a rien d’une Harley.
      Si vous cherchez une 125 vaguement « lookée » Harley, regardez pour une Yamaha YBR 125 Custom.

  6. pujol
    24 septembre 2010 at 18:29

    Bonsoir,
    Connaissez-vous la daelim roadwin et qu’en pensez-vous?

    – – –

    Réponse

    Désolé, mais je ne connais pas cette moto.
    Consulter:
    Essai Daelim Roadwin 125
    Guide d’achat DAELIM Roadwin FI

    • Aline
      2 juin 2014 at 03:14

      Bonjour mon mari en avais une quand il habiter sur paris on ne ce connaissez pas encore la il la le gros cube et moi vu ma taille je ne peut pas avoir de gros cube enfin si mai faudrai que je repasse le permis est ds les auto école il n’ont pas de moto a ma taille et je préfère me faire la main avec une 125 et mon mari me conseille justement la 125 daelim roadwin qui est très bien pour débuter

  7. pujol
    18 septembre 2010 at 07:59

    merci car c’était mon principal soucis…

  8. pujol
    17 septembre 2010 at 18:57

    Bonjour,
    je voudrais acheter une 125 et, après une assez longue réflexion, j’hésites encore entre 2 modèles: la suzuky van van et la derbi mulacen café…
    Sachant que je mesure 1m85 et que je n’ai jamais conduit de moto; vers quel modèle puis-je me diriger?
    Je compte l’utiliser occasionnellement pour me rendre à mon travail ou faire des balades sur routes de campagne (mon travail est à 40 kms de chez moi…)
    Merci pour votre réponse.

    – – –

    Réponse

    Dans les deux cas, aucun souci pour les manier et garder le contrôle avec 1,85m.
    Ce sont deux motos légères et plutôt basses de selle. Très basse même pour la VanVan, tu risques de faire un peu « crapaud tout plié » dessus…

    Pour faire 40 km de route AR et des balades, pourquoi n’essaies-tu pas plutôt la Derbi 125 Terra ?

    • Alastor 2262
      17 septembre 2010 at 20:56

      Bonjour Pujol.

      Je ne connais pas la mulacen autrement que par ce que j’ai pu en lire. Mais concernant la Van Van, 1m85 n’est pas un soucis.
      Rends toi sur van-van-club.fr et tu auras toutes les informations que tu souhaites sur la Van Van.

      Cordialement.

  9. Free
    8 mars 2010 at 15:30

    Bonjour

    J ai acheter une Yamaha tdr de 1998 en 125 est ce raisonnable comme première moto ou est telle un peu trop nerveuse pour débuter .

    Niveau entretien me reviendra telle plus chère a entretenir que mon scooter 4 temps.

    Merci beaucoup pour votre aide et réponses apportées a ma situation.

    – – –

    Réponse

    Je ne suis pas spécialiste des 125.
    La TDR est réputée être plutôt nerveuse pour une 125, mais elle reste tout à fait maîtrisable.
    Quant à l’entretien, impossible à dire, surtout que tu ne précises pas le modèle de ton scooter. Ce qui ne changerait rien d’ailleurs, je n’y connais rien en scoobites.

  10. Malik
    29 janvier 2010 at 16:33

    Salut flatfab. Tu as vraiment raison. Il ne faut pas sauter des étapes. On commence mollo et on grandit petit à petit. Questions : est-ce que les 125 sont toutes bridées à 15 ch ou y a t-il plus puissants ? Aurais-tu une adresse de site qui parle des 125 mais bien en détails ?

    – – –

    Réponse

    Les motos 125 sont bridées à 15 chevaux en France, pas forcément dans les autres pays.
    Avec une préparation, une 125 peut atteindre les 30 ch. La plupart tournent entre 11 et 20 ch.

    Il n’existe pas à ma connaissance de site consacré aux motos 125 en général et seulement à elles.
    Quelques idées:
    http://www.motoservices.com/essai-moto-125/essai-moto-125.htm
    http://www.motoplanete.com/125/categorie125.php
    http://www.moto-net.com/actualites-motos-p6-2744-Guides-pratiques-CHOISIR-UN-125-Motos-125-:-plusieurs-genres-pour-un-plaisir-unique.html
    http://www.crazymoto.net/index.php?showforum=41

  11. Alastor 2262
    28 janvier 2010 at 23:22

    Bonsoir,

    Avant tout, je tiens à vous remercier pour le temps et l’expérience que vous partagez via ce blog. Outre les informations objectives, c’est un réel plaisir de vous lire… le revers de la médaille étant que cela fait deux jours que je me couche à pas d’heure afin de m’instruire !!! je veux dormir, arrêtez ce serveur s’il vous plait !!!!

    Mais tant qu’il fonctionne j’en profite car j’ai deux interrogations :

    – La première sur la Suzuki VanVan que vous semblez apprécier : Que pensez vous de la partie cycle pour un usage strictement limité à la balade tranquille sur les petites routes du Tarn ?
    Je m’interroge car dans votre commentaire vous la qualifiez de « petit trail URBAIN bien sympa ».

    – La deuxième sur l’achat de la première moto que vous traitez dans un autre article et ou vous recommandez de commencer, pour plein de bonnes raisons, par une moto d’occasion : Dans la mesure ou cette moto sera probablement la seule et la dernière et que j’envisage donc de la faire durer le plus possible, l’occasion est-elle encore une solution optimum ?

    Le contexte dont découle la deuxième question serait très long à expliquer en détail mais pour faire court j’ai 36 ans, pour plein de raisons je n’envisage pas de passer le permis A mais je faire de la moto, de ce fait la 125 serait une solution durable et non pas passagère en attendant le permis. Par ailleurs sur ce segment, les performances mécanique assez proche poussent beaucoup moins à changer de moto que sur le segment gros cube il me semble.

    Encore merci pour votre temps !

    – – –

    Réponse

    Bonjour,

    Le choix de rouler en 125 sans permis moto reste tout à fait respectable, tant qu’on prend la peine de se former pour conduire en sécurité.

    Pour la VanVan, le fait qu’il s’agisse d’un trail à vocation avant tout urbaine ne l’empêche pas d’être tout à fait capable d’assumer des balades sur route à rythme raisonnable.

    Pour l’achat d’occasion, cela reste bien sûr une solution valable à condition de prendre une machine récente, voire encore sous garantie (moins de deux ans). Pour des « balades tranquilles » (moins de 5.000 km par an, j’imagine), une moto de moins de 10.000 km durera assez longtemps. Une 125 bien entretenue peut parcourir dans les 50.000 km sans souci.

    – – –

    Merci beaucoup

    Pour la formation, je n’envisage pas un instant de ne pas passer par une auto école, que je suis en train de chercher d’ailleurs, tout en achetant mon équipement.

    – – –

    Réponse

    Alors, tu sais ce que tu dois lire :
    Trouver une bonne moto-école
    Réfléchir à son premier équipement motard
    Choisir son équipement motard

  12. Malik
    16 décembre 2009 at 10:38

    Bonjour. Est-ce normal de trouver des motos à vendre, meme type et meme année, chez des particuliers, beaucoup moins chères que chez des professionnels ? Exemple : j’ai trouvé une honda cbr rr 600 sur internet, année 2008 avec 4200 km chez un particulier pour seulement 4200 euros alors qu’elle est au minimum à 80008500 chez un pro. Cause de la vente : il dit qu’il roule trop peu avec.

    – – –

    Réponse

    Cette question n’a pas sa place dans l’article « Choisir sa 125 », mais plutôt dans « Acheter une moto d’occasion ».
    Il est normal qu’un moto d’occasion soit moins chère chez un particulier que chez un pro, car le vendeur professionnel doit (en général) garantir le véhicule, ne serait-ce que pour un mois.
    Par contre, du simple au double, c’est bizarre.
    Soit il ne connait pas le marché, soit il a un besoin urgent d’argent. Ou alors, la moto a un problème.

    • Maxime
      17 décembre 2009 at 07:19

      Si le prix va du simple au double, y a anguille sous roche !!? de 4200 à 8500 ?? Ou le mec a vraiment besoin d’argent et rapidement !

      En général, les concess rachetent les motos un peu en dessous de l’argus pour les revendre un peu au dessus.

  13. Free
    15 décembre 2009 at 18:40

    Bonsoir

    Pourquoi l ABS nest til pas fréquent ou introuvable sur le motos en 125. Même Honda a part le nouveau scooter S wing n as pas sorti lABS sur ces modèles CBR et CBF et Varadero en 125.

    Merci beaucoup pour votre réponse a ce sujet.

    – – –

    Réponse

    Il faudrait poser la question à M. Honda lui-même…
    Si le premier constructeur mondial, très investi dans la sécurité des motos et grand promoteur de l’ABS, ne propose pas le système ABS sur ses motos 125, pas même en option, c’est qu’il doit y avoir une bonne raison.
    La plus évidente semble être que le système ABS :
    – alourdit la moto, alors que les 125 doivent être les plus légères possible ;
    – augmente le prix, alors que le segment est très concurrentiel.

    Un système ABS coûte la même chose, quelle que soit la cylindrée de la moto. Donc il augmente beaucoup le prix en proportion du prix total de la machine.
    Un ABS à 500 euros sur une moto à 15.000 euros, ce n’est pas la même chose que le même système au même prix sur une moto à 3.000 euros…
    Peu de motards 125 sont prêts à payer une moto 10% ou 20% plus chère juste pour avoir l’ABS.

    • Maxime
      17 décembre 2009 at 07:14

      Les scoot en sont pourtant équipés !???

  14. Alexandre
    8 juillet 2009 at 11:28

    Bon article, dommage cependant que les trails ne soient pas traités, bien qu’en 125, les routières se confondent avec les trails.

  15. BARTHELEMY THIERRY
    2 mai 2009 at 06:50

    Bonjour
    Ton site , est intéressant; je suis actuellement, en suspension de permis 6 mois vitesse 189 k/m heure; ce qui à engendré pas mal de modifications dans ma vie !
    Étant passionné de sport mécanique ; j’ai souvent sacrifié des budgets ainsi ,que mon mode de vie pour acquérir des motos sportives .
    Néanmoins je suis pour la formation que ça soit sur circuit de vitesse .
    Actuellement le seul gratuit , de FRANCE est le circuit CAROLE. ou en tout terrain circuit , terrains et motos clubs.
    Car apprendre sur un circuit avec un moniteur possédant un DIF. permet d’apprendre les bonnes techniques ainsi que d’acquérir avec du roulage de bon réflexes , et de l’expérience qui seront nécessaires ;ensuite sur la route .
    J’encourage tout le monde même les non compétiteurs de faire les journées « RECOUVERTES CIRCUITS »organisées par la F.F.M et les conseils régionaux.10 ou 15 euros la journée de formation avec roulage par groupe de niveaux avec votre moto perso .
    Voila, à bientôt peut être?
    Sur la route, ou plus probablement; sur nos circuits de vitesse .
    Ou sur un circuit de moto cross, ou en foret TRIAL ou ENDURO dans le respect de chacun et surtout de l’environnement et des forets qui nous sont chers.
    THIERRY BARTHÉLÉMY du 95: 06.22.09.37.36
    a bientôt peut être?

  16. carrer
    27 mars 2009 at 14:57

    Bonjour,
    Je roule de mai a fin octobre en moto 125cc DTLC yamaha depuis + de dix ans , il est donc temps que je la change.
    Je ne sais vraiment pas quel modèle choisir , je suis attirée par les customs mais sachant que je suis une femme petit gabarit très peu muscle ,j’ai peur de ne pas pouvoir tenir l’equilibre par-rapport a sa tenue ,jambes en l’air …
    quel modele pouvez-vous me conseiller suite a la yama ou je suis tout a fait a l’aise mais un peu haute.
    Avec tous mes remerciements,par avance.
    Cordialement.

    – – –

    Réponse

    Bonjour,
    Difficile de répondre avec si peu d’éléments, sans connaître ta taille, ton expérience, tes goûts, ton budget…
    La Yamaha 125 DTLC est à 84,5 cm de hauteur de selle. Tu ne dois donc pas être si petite que ça ! Tu dois te sentir à l’aise car elle est très légère, 110 kilos.
    Quelques idées de 125 sympa ?
    Perso, j’aime bien la Suzuki 125 VanVan ou la Yamaha 125 TW, deux petits trails urbains bien sympa.
    Si tu as le budget, je te conseillerais bien la Yamaha YBR Custom.

  17. Free
    8 janvier 2009 at 02:53

    Bonsoir

    Ayant posté déjà 3 questions sur votre site et ayant toujours obtenu réponse, ( je vous en remercie profondément). Donc ayant une grande curiosité j’ai une nouvelle question qui concerne la sécurité ( vu que la moto ne s improvise pas). je m’expose a de grandes risques physiques si je débute sur une honda cbr 125 ?( la seule moto en occasion qui rentre dans mon budget, je suis étudiant), bon le prix de la moto me permettrait de financer du bon équipement pour rouler protéger( bottes, pantalon moto, dorsale) Merci au plaisir de lire votre réponse conseil

    – – –

    Réponse

    Bonjour,
    Je m’étonne qu’une CBR 125 soit la seule moto qui vous soit accessible financièrement… Une 125 VanVan ou TW ne seraient-elles pas moins chères ?
    En dehors de ce détail, l’achat d’occasion en 125 paraît plutôt une bonne idée, surtout si c’est pour reporter son argent sur l’équipement de protection.
    La CBR 125 ne pose pas spécialement de problème, pas plus qu’une autre 125 sportive en tout cas. A condition de la laisser bridée à 15 chevaux, c’est une 125 routière tout à fait acceptable pour des trajets moyens (moins de 100 km).

  18. 21 avril 2008 at 17:35

    Ca pose bien le probleme…
    Pour ma part, j’ai choisi un Ybr125 modele 2007 a injection.
    Rodé (1000kms) en 2,5 jours je lui ai rapidement adjoint un semi carenage divertion, car a vmax , (meme reduite sur ce 125 )les cervicales me faisaient mal passé les 100kms de trajet.
    En 5 semaines j’en suis a 4500 kms dont plus de 1000 en duo
    Mon plus grand parcour d’une traite est de 350 bornes
    Ma conso solo est de 2,9 L au 100
    Vitesse max 105 km/h 120 dans le trafic vent favorable, 95 en duo
    je pese 105kg équipé
    je possede un bagster de reservoir (pas de sac a dos !)un top-case 2 casques
    Je roule pour mon boulot et pour le plaisir.
    Avec ce 125 et son budjet (achat/entretien) minimaliste je reussi chaque jour a concilier utilitaire et plaisir.

    une petite photo du monstre…
    http://www.bpioger.com/perso/titine/001.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *