Les différents types de motos

L’offre commerciale sur le marché français actuel de la moto (de plus de 125 cc) approche les 300 modèles disponibles. Impossible de faire le tour de toutes, ce n’est d’ailleurs pas la vocation de ce site. A l’usage des néophytes ou des curieux, je précise les différents types de machines, avec quelques exemples, afin d’aider à effectuer un premier choix parmi les modèles susceptibles de vous intéresser pour un achat, un essai, un changement de moto, etc.

 

Rien n’est aussi personnel que le choix d’une moto. Il dépend avant tout de la personnalité de l’acheteur, mais aussi de critères objectifs: type de déplacement (voyages, du domicile au lieu de travail, en ville, en campagne), distances à parcourir, utilisation en solo ou duo (régulier, occasionnel), capacité d’emport de bagages, confort de conduite…

J’ai décidé de classer les motos par grands genres, en amalgamant basiques et roadsters, mais avec une séparation selon la cylindrée. De même, je sépare les routières (catégorie très riche) et les sport-GT (en déclin, hélas). Je fais aussi la distinction entre les « vraies » GT, les sport-GT et les trails routiers. Enfin, les supermotards sortent de l’ombre et deviennent une catégorie de motos de route à part entière.

On obtient dix grands types, répartis en deux grands genres:

  • les polyvalentes, avec les roadsters de moyenne cylindrée, ceux de grosse cylindrée, les routières, les sport-GT (sportives routières ou routières sportives), les trails routiers ;
  • les radicales, avec les sportives, les grand tourisme, les supermotards, les customs et les rétros.

Je cite à chaque fois quelques modèles représentatifs de chaque catégorie, avec comme d’habitude le lien vers un article d’essai mené par « Moto-Station » (quand il existe, sinon c’est sur « Moto Planète », voire « Motomag »), qui vous permettra de visualiser des photos.

J’ai ajouté en fin d’article quelques mots sur les autres deux-roues motorisés.

Les roadsters de moyenne cylindrée

La catégorie en tête des ventes, celle qui place le plus de modèles parmi les motos les plus vendues chaque année en France depuis le début des années 2000. Les trois meilleures ventes françaises en 2006 (la Kawasaki Z750, la Yamaha FZ6 et la Kawasaki ER-6) sont d’ailleurs des roadsters « middle size ».
Les raisons du succès ? Essentiellement économiques, avec un prix d’achat contenu (entre 6.000 et 7.500 euros, en moyenne) et une prime d’assurance raisonnable. Pour un faible coût, ces roadsters offrent un certain confort de conduite, un grand agrément moteur, un comportement routier correct et un minimum d’aspects pratiques.
En général, plus le moteur est « pêchu », plus le confort s’en ressent. Certains de ces roadsters tendent plutôt vers les routières non carénées, d’autres vers les sportives sans protection. Il y en a pour tous les goûts.
A ne pas oublier: segment de marché le plus porteur, les roadsters de 600 à 750 cc sont celui où se livre la guerre commerciale la plus féroce. Afin de conquérir des parts de marché, les marques consentent souvent des rabais, des promotions qui facilitent l’achat neuf, mais handicapent la revente d’occasion. Qui voudrait d’une moto d’occase quand le nouveau modèle neuf est seulement 1.000 euros plus cher en soldes ? Ce sont ces modèles qui perdent le plus vite de leur valeur.

Précision pour les novices complets: un « roadster », c’est une moto nue (d’où le terme « naked »), sans carénage ou avec juste une petite protection au niveau du tableau de bord (ce qu’on appelle un « tête de fourche » car cela couvre la fourche et protège juste le torse du pilote, sauf à y ajouter un « saute-vent », une petite bulle ou pare-brise).
Attention, ne pas confondre avec les customs qui sont aussi souvent sans carénage, mais se conduisent les pieds en avant (position Harley). Un roadster, c’est une bécane non carénée qui n’est ni un custom, ni un trail, ni un supermotard, ni une rétro…
Avant, on faisait la distinction entre « basiques » et roadsters », une basique étant une moto dans sa plus simple expression et un roadster étant censé être un peu plus évolué. Aujourd’hui, les basiques (CBF 500, GSR 600, ER-6) sont devenus des roadsters.

Les stars de la catégorie:
Kawasaki Z750
Yamaha FZ6
Yamaha FZ6 S2
Suzuki Bandit 650 N
Honda Hornet 600
Kawasaki ER-6n
Suzuki SV 650 N
Yamaha 660 MT-03
Suzuki GS 500
Suzuki GSR 600
Yamaha YBR 250
Honda CBF 500
Moto Guzzi 850 Breva
Aprilia SL 750 Shiver
Derbi 659 Mulhacen
Ducati Mostro 620 ie

Les roadsters de grosse cylindrée

Le roadsters de plus de 750 cc sont bien souvent dérivés des sportives de la gamme, auxquelles on a enlevé le carénage et mis un guidon haut au lieu des bracelets. Ainsi, la Yamaha FZ1 reprend le moteur de la R1, celui de la Kawa Z1000 vient de la ZX-9R, et celui de l’Aprilia Tuono vient de la RSV.
En guise de caractéristiques communes: une position de conduite plus droite sur sur une sportive, une partie-cycle maniable et vive, beaucoup de couple au détriment de la puissance maximale… Bref, les ingrédients pour séduire les amateurs de sensations fortes tout en restant assez raisonnable sur la vitesse de pointe. L’absence de protection ne permet pas de tenir longtemps à plus de 140-160 km/h et a tendance à vite fatiguer sur long parcours…
Du coup, les gros roadsters (enfin, surtout leurs conducteurs) n’apprécient pas tellement les trajets autoroutiers et les voyages au long cours.

On peut distinguer deux grandes sous-catégories: les gros roadsters « classiques » et les atypiques.
En gros, les premiers sont plutôt produits par les constructeurs japonais (à de rares exceptions près) et les seconds sont plutôt l’apanage des constructeurs européens qui ont l’obligation de se démarquer s’ils veulent percer sur le marché.
Les classiques possèdent l’avantage d’une certaine polyvalence, s’achètent et se revendent facilement. On pourra les personnaliser avec la foule d’accessoires « tuning » vendus à prix d’or, mais ils seront toujours dans la masse.
Les amateurs d’originalité, d’un look décalé, d’un son remarquable iront voir chez les « atypiques », tout en sachant qu’ils devront faire face à un prix plus élevé et des soucis de distribution commerciale, de revente limitée, voire de SAV avec une fiabilité parfois aléatoire et des soucis d’approvisionnement des pièces. Se distinguer, ça se mérite !

Les plus vendues:
Kawasaki Z1000
Suzuki Bandit 1200 N
Honda CB 900 F Hornet
Yamaha FZ1 Fazer 1000
Suzuki GSX 1400
Suzuki SV 1000 N
Yamaha XJR 1300
Honda CB 1300
Yamaha 1700 MT-01
Ducati Mostro 695

Les atypiques:
BMW R1200R
BMW K1200R
Aprilia 850 Mana
Aprilia Tuono 1000
KTM SuperDuke 990
Benelli 1130 Tre
Ducati Mostro S4R
Buell XB12S
Harley-Davidson XL 1200R Sportster
Moto Guzzi 1200 Sport
Moto Guzzi 850 Griso
Moto Guzzi 1100 Breva
Moto Morini 1200 Corsaro
Moto Morini 1200 9 1/2
MZ 1000 SF
MV Agusta 750 Brutale
Triumph 1050 Speed Triple
Voxan 1000 Roadster

Les routières

Une moto routière, c’est avant tout une bonne protection au vent et aux intempéries (meilleure que sur un roadster, moindre que sur une GT), mais aussi une position de conduite confortable (moins portée sur l’avant et les poignets que les roadsters et les sportives), une polyvalence d’utilisation (ville/route, solo/duo, tourisme/sport), une facilité d’utilisation (poids, maniabilité) et des aspects pratiques (confort, rangement, bagagerie).
Plus ou moins carénées, elle proposent au moins un tête de fourche et une bulle, parfois un carénage semi-intégral.
Moins « vivants » que ceux des gros roadsters, leurs moteurs proposent en général plus de couple à bas et mi-régime, moins de puissance en haut, pour s’adapter à toutes les situations.
Bref, ces motos sont destinées à ceux qui roulent souvent et font un peu de tout: trajets domicile-travail, vacances, balades le week-end, un peu d’arsouille… Evidemment, cette polyvalence se paie et les prix sont plus élevés que pour les roadsters, mais les économies se font sur l’entretien, les consommables et la prime d’assurance.

Les stars de la catégorie
Honda CBF 1000
Kawasaki ER-6f
Kawasaki Z 750 S
Honda CB 1300 S
Honda CBF 600
Yamaha FZ6 Fazer S2
Suzuki GSF 1250 Bandit S
Suzuki GSF 650 Bandit S
BMW K1200R Sport
Suzuki GS 500 F
Aprilia Pegaso 650 Strada
Moto Guzzi V11 Le Mans

Les sport-GT

Comme les routières, en mieux (donc plus cher, prix moyen autour des 12.000 euros). Encore plus polyvalentes, les sport-GT savent voyager vite en ménageant pilote et passager, avec une bonne autonomie et presque la même efficacité à l’attaque qu’une sportive.
La catégorie a pourtant dépéri au cours des années, grignotée d’un côté par des sportives moins radicales et de l’autre par les « vraies » GT et trails routiers. Il reste la référence VFR (même si la version V-Tech n’a pas convaincu) et de bonnes percées de quelques modèles d’exception, comme la Sprint ST, la K1200S ou la ZZR 1400.
Pourtant, une sport-GT permet d’aller au boulot au quotidien sans souffrir, de voyager avec armes et bagages, et même de rouler sport sur circuit (à condition d’adopter les bonnes suspensions et pneus).
On reconnaît ces machines à leur carénage intégral, une position de conduite presque droite (mais légèrement inclinée vers l’avant, les jambes formant un angle de 80° par rapport au corps) et la présence (au moins optionnelle) de bagages rigides.

Ma sélection
BMW K1200S, la reine du genre
BMW F800ST, très sympa pour une 800 et pas trop chère pour une BM
Ducati ST3S, très très bonne machine, testée et approuvée
Kawasaki ZZR 1400 ABS, le nouveau missile de croisière
Triumph 1050 Sprint ST, encore améliorée sur la version 2007
Honda CBR 1100 XX Super Blackbird, mon rêve d’ado
Honda 800 VFR FI VTEC ABS, la référence
MZ 1000 ST, une rareté
Suzuki 750 GSX-F, un prix imbattable
Kawasaki 1200 ZZR, la plus belle
Aprilia RST 1000 Futura, la mal-aimée

Les trails routiers

Prenez une dose de trail (léger, maniable, suspensions à grand débattement, capacité tout-terrain) et une dose de moto GT (bien équipée, protectrice, confortable, capacité d’emport), mélangez bien et secouez fort !
Depuis la pionnière BMW R80G/S, le créneau s’est encore bonifié et diversifié. Si le compromis parfait reste la GS (maintenant en version R1200GS, standard ou Adventure), il y a d’un côté des modèles résolument routiers, voire carénés comme la Varadero, et d’autres aux prétentions sportives, comme l’Ulysses ou la KTM Adventure.
Le trail-GT peut tout faire. Et il fait tout, pourvu que son pilote l’ose, et à condition de se sentir à l’aise sur ses grandes pattes.

Les meilleurs choix
BMW R1200GS
BMW R1200GS Adventure et R1150GS Adventure
BMW F650GS
Honda XL 1000 V Varadero
KTM 990 Adventure
Triumph 1050 Tiger
Buell XB12X Ulysses
Aprilia ETV 1000 Caponord
Aprilia 650 Pegaso
Suzuki DL 650 V-Strom
Suzuki DL 1000 V-Strom
Yamaha 900 TDM
Yamaha XT 660 R
Kawasaki 650 Versys
Kawasaki 500 KLE
Ducati 620 Multistrada
Ducati DS 1100 Multistrada
Honda XL 650 V Transalp

Les sportives

La catégorie s’est radicalisée dans les années 1990, puis civilisée ces dernières années : les « sportives » sont quasiment des motos de course, juste modifiées pour devenir homologuées sur la route.
Carénages fuselés, position de conduite en limande ou en grenouille (poignets cassés sur les demi-guidons bracelets, fesses presque plus hautes que la tête, nuque cassée en deux pour regarder devant), absence totale de confort, peu ou pas de place pour un passager : elles sont faites pour les circuits, mais peu de « pilotes » s’y aventurent, ne serait-ce que pour des raisons de coût (un carénage réplica rayé, ça coûte cher à remplacer !).
Avec les performances les plus élevées, les châssis les plus affûtés, elles véhiculent tous les fantasmes, les rêves… et donc les débordements !
Quand on parle des sportives (à distinguer entre « supersport » de 600 – 750 cc et « hypersport » de 1.000 cc et plus), le look et l’image qu’elles dégagent sont tout aussi importants que leur efficacité (laquelle n’est pas forcément en rapport avec celle du pilote), ce qui autorise tous les excès… de prix ! Une sportive se paie très cher à l’achat, mais aussi tout au long de sa (courte) vie, en assurance, en pneus (un train de gommes tendres à 400 euros dure souvent moins de 5.000 km), en carburant, en maintenance…
Sans compter que les modèles se démodent très vite, remplacés tous les un ou deux ans, faisant à chaque fois s’effondrer la cote de la version précédente qui sera de toute façon considérée comme « rincée » si elle a parcouru plus de 20.000 km.
Bref, le sport est le domaine de la démesure, autant dans la frime que dans la passion.
Là aussi, on distingue les reines du genre et les « outsiders » hors du commun, souvent venues d’Italie.

Les reines des circuits
Honda CBR 600 RR
Honda CBR 1000 RR
Ducati 749
Ducati 999
Ducati 1098
Kawasaki ZX-10R
Kawasaki ZX-9R
Kawasaki ZX-6R
Suzuki GSX-R 600
Suzuki GSX-R 750
Suzuki GSX-R 1000
Yamaha YZF R6
Yamaha YZF R1
Triumph 675 Daytona
Aprilia RSV 1000 R
BMW R1200S
MZ 1000 S

Les impératrices des terrasses de bistrot
Benelli 1130 Tornado Tre (à 15.000 euros)
Aprilia RSV 1000 Factory (à 16.000 euros)
Voxan 1000 Charade Racing (à 19.000 euros)
MV Agusta F4 1000 S (à 21.000 euros)
MV Agusta F4 1000 Senna (à 31.000 euros)
MV Agusta F4 1000 Veltro version Strada (à 53.000 euros)
Ducati Desmosedici RR (à 55.000 euros)

Les princesses, pour débuter sur piste
Suzuki SV 650 S
Suzuki SV 1000 S
BMW F800S
Hyosung GT 650 R Comet

Les grand tourisme (GT)

Mon péché mignon, évidemment.
Lire les articles « Une GT comme première moto ? » et « Les bonnes (ou moins bonnes) raisons de choisir une RT« .
Voilà les motos des grands espaces, des longs voyages et des horizons lointains, dans un confort qui n’exclut pas la performance, car certaines aiment aussi les petites routes viroleuses.
Avantages: tous (équipements, bagages, rangements, confort, gros couple, protection, autonomie).
Inconvénients: le poids, l’encombrement en ville… et le prix !

Caractéristiques communes: une bonne protection contre le vent et la pluie et une position de conduite droite, ce qui permet d’avoir une bonne vision du trafic, avec les jambes à angle droit.
Le créneau couvre autant les « paquebots » camionnesques (dites super-GT) que les avions de chasse quasi sportifs. L’important est de vouloir découvrir de nouveaux horizons pour utiliser réellement les possibilités de ces voyageuses.
Si c’est juste pour afficher votre statut social en ville, prenez un maxi-scooter !

Guide d’achat
BMW R1200RT
BMW K1200GT
BMW K1200LT
Honda GL 1800 GoldWing
Honda ST 1300 PanEuropean
Honda NTV 700 Deauville
Kawasaki GTR 1400
Yamaha 1300 FJR A
Moto Guzzi 1200 Norge
Moto Guzzi California 1100 EV

Les supermotards

L’opposé diamétral aux GT: rebelles, radicaux, pas confortables, pas pratiques, pas économes… mais survitaminés !
Au départ, le supermotard (SM) était un engin de course, dérivé du trail, capable de courir à la fois sur route et sur terre (sans prétendre au moto-cross) avec de hautes suspensions et des petites roues. Ultra-marginal et radical dans les années 1990, le genre s’est démocratisé et civilisé, voire « routisé » avec des moteurs bicylindres de grosse cylindrée, devenant ainsi des sortes de roadsters dépouillés au tempérament très sportif.
L’utilisation d’un supermot’ reste toutefois très ciblée et parfois problématique. Il faut aimer provoquer et jouer avec les points de son permis. C’est une moto d’égoïste, qui exclut pêle-mêle les longues balades, l’autoroute, le duo, l’utilitaire. Mais que ce soit pour jouer les « street warriors » dans la jungle urbaine ou s’arsouiller dans les cols de montagne, c’est l’éclate assurée.

Les références du genre
KTM 690 SM
Ducati 1100 Hypermotard
BMW 1200 Megamoto
Yamaha XT 660 X
Suzuki DRZ 400 SM
KTM 950 Supermoto
Honda 650 FMX
Husaberg F 450 E
Husqvarna 450 SMR
Gas Gas SM 450

Les customs et cruisers

Une catégorie que je connais encore mal, alors je ne vais pas pouvoir en dire grand-chose.
Au commencement était Harley-Davidson (HD). Tous les autres constructeurs (japonais, principalement) se sont inspirés des machines de l’emblématique marque américaine, même si les copies se sont émancipées au fil des ans pour acquérir une identité propre.
Le principal avantage des customs japonais réside bien évidemment dans leur prix, car le mythe HD se vend au prix fort.
Pour le reste, le genre joue beaucoup sur l’apparence, la frime. Le côté pratique est sacrifié sur l’autel de la ligne, plutôt ludique pour les customs, confortable et stable pour les cruisers. Dans tous les cas, on fait une croix sur les performances.
Impossible de détailler l’ensemble de la gamme Harley, riche de nombreux modèles avec de multiples variantes…
Caractéristique de la catégorie, la position de conduite est très détendue, avec le haut du corps droit et les jambes légèrement orientées vers l’avant. Les larges selles offrent une assise basse qui permet à chacun de facilement poser les pieds sur le sol. L’angle de la fourche avant est grand, de telle sorte que ces motos sont longues et basses.
La dénomination de ce type de moto vient du fait que la moto est personnalisée (customized) aux souhaits du conducteur par d’innombrables accessoires.

Quelques exemples
HD 883 Sportster
HD 1130 Night Rod Special
HD 1130 Street Rod
HD VRSC A V-Rod
HD Road King Classic
HD Electra Glide Ultra Classic
Kawasaki VN 900 Custom
Kawasaki VN 1600 Mean Streak
Kawasaki VN 2000
Moto Guzzi 940 Bellagio
Triumph 2300 Rocket III
Yamaha XV 1900 Midnight Star
Yamaha XV 1600 Wild star
Suzuki VZ 1800 Intruder
Honda VT 750 DC Shadow Spirit

Les rétros

Aussi contradictoire et amusant que cela paraisse, les motos dites « rétros » sont un genre très récent !
Profitant de l’engouement croissant (quoiqu’encore marginal) pour les motos classiques, certains constructeurs se sont mis à proposer des modèles hérités des classiques de leur histoire. Mis à part le cas un peu spécial des Royal Enfield, les motos rétros sont des machines tout à fait modernes, mais qui ressuscitent l’esprit de modèles anciens de chez Kawasaki, Triumph ou Ducati.
Ces motos s’adressent avant tout à ceux qui ont connu les modèles originaux dans leur jeunesse. Mais on trouve autant de nostalgiques du bon vieux temps que des jeunes attirés par ce retour aux sources, sans oublier les écoeurés de la politique de répression routière qui apprécient ces machines pleines de sensation sans rouler vite.

Quelques représentantes
Ducati Paul Smart 1000 LE
Ducati Sport 1000 S
Ducati 1000 GT
Triumph 900 Scrambler
Triumph 800 Bonneville
Triumph 900 Thruxton
Kawasaki W 650
Royal Enfield 500 Bullet

Les autres types de deux et trois roues motorisés

Mobylettes et scooters
La mobylette, la « Bleue » de Motobécane ou la célèbre Peugeot 103SP, est un véhicule très léger, idéal pour les courtes distances et un usage quotidien. Elle est facile à conduire, bon marché et fiable. En forte perte de vitesse commerciale au profit des petits scooters, elle est facile à trouver en occasion à pas cher du tout.
Le scooter est plus confortable avec une transmission automatique, tout aussi parfait pour les trajets en ville et de courte durée. Le conducteur est mieux protégé contre le vent et la pluie.
La mobylette et le scooter se décomposent en classe A et classe B, où les cylindrées ne dépassent pas 50 cc. La différence se situe au niveau de la vitesse maximale autorisée : un véhicule de la classe A ne peut pas dépasser 25 km/h, tandis qu’un véhicule de la classe B peut rouler jusqu’à 45 km/h.
Un scooter est plus facile à utiliser qu’une mobylette, grâce à sa boîte automatique à variateur. De plus, il est plus confortable et protège relativement bien du vent et de la pluie (vous pouvez rouler en costume trois pièces sur un scooter). Soulignons également les nombreuses possibilités de chargement. Le scooter implique une position de conduite détendue, les pieds reposant sur le plancher, ce qui prive des appuis sur les genoux et les pieds.
Un maxi-scooter (aussi appelé « scooter GT ») combine la facilité d’emploi d’un scooter avec la puissance d’une moto : grandes roues pour une tenue de route comparable à celle d’une moto, confort, protection contre les intempéries. Les maxi-scooters offrent de nombreux espaces de rangement (porte-documents, ordinateur portable, vêtements de pluie). Sur certains modèles, la large selle comprend un dossier. La position de conduite sur un maxi-scooter est relativement droite. Selon le modèle, les jambes sont à angle droit ou confortablement étendues devant.

Side-cars
Il est souvent dit que le side a les inconvénients de la moto et ceux de l’auto. C’est un jugement qui a son contre-pied naturel : les avantages de l’auto et ceux de la moto. Protection des passagers, emport de bagages, sécurité sont ceux à retenir. En outre, les side-caristes jouissent d’une image favorable auprès du public non averti qui souvent regarde le motard solo de travers.
Famille : c’est le mot qui vient à l’esprit en évoquant le mot de side-car. On devient attelé à son attelage, souvent à vie. La motivation initiale de se tourner vers cette pratique de la moto est l’emport des enfants dans un engin qui conserve une filiation avec les sensations de la moto.

Trikes
Moto ou voiture ? C’est un trois-roues avec (le plus souvent) un moteur de voiture, qui nécessite un permis auto.
On débraye et on freine comme dans une voiture. Par contre, on accélère comme sur une moto. En tout cas, avec un trike, on ne passe pas inaperçu. Et on peut emmener toute la famille, car un trike offre jusqu’à trois places assises.

Quads
Un quad est un quatre-roues maniable, avec une suspension spéciale et de gros pneus. L’idéal pour s’éclater en « off-road ». De gros gardes-boue protègent contre les projections de sable ou de boue. Différents modèles sont homologués pour la voie publique (permis auto ou mobylette). Le plus souvent, les quads ont une transmission automatique, on accélère à l’aide du pouce, les pieds posés sur deux supports larges.

Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !

  32 comments for “Les différents types de motos

  1. FourFab
    24 février 2014 at 23:23

    hello FlatFab et bonjour à tous,
    Je ne sais pas si la référence existe ailleurs sur le blog mais pour pouvoir vous projeter en solo ou duo, en fonction de votre taille et de votre entrejambe sur de très nombreux modèles et ceci afin de connaître votre bascule du bassin et la flexion des genoux je vous propose cycle-ergo.com.
    N’oubliez pas sur la colonne de droite de mettre vos unités en SI et de régler le pourcentage de flexion du coude et vous voilà assis sur des milliers de bécanes ( pieds au sol ou sur les commandes )
    Bonne route à tous, en espérant avoir été contributif

  2. HDCH
    25 octobre 2013 at 13:19

    Bonjour,

    Je suis en train de passer le permis, et je me pose des questions sur ma future moto.
    Avez vous des conseils à me donner, sachant que je n’ai que 21 ans (donc limitée en puissance), je suis une fille et ne mesure qu’1 mètre 57…
    L’idéal serait un 48 ( http://www.moto-station.com/article8683-harley-davidson-forty-eight-hot-wheels-.html ) ou un 883 ( http://www.moto-station.com/article6279-harley-davidson-sportster-883-iron-noir-c_est-noir-.html ) .. mais ces bécanes sont déjà pas mal lourdes…

    Merci.

    • FlatFab
      30 octobre 2013 at 22:16

      Le poids n’est pas un élément déterminant si la moto est bien équilibrée et surtout possède un centre de gravité bas, ce qui est le cas sur ces customs.
      Un conseil, voir aussi les anciens customs japonais de 500 et 600 cm3, comme la Virago, la Shadow, la VT… qui sont tout aussi basses, peu puissantes et plus légères, facilement trouvables en occasion.
      Une amie, qui mesure 1,54 m, vend son Yamaha FZ 750 avec selle creusée, sur lequel elle se sentait à l’aise, pour prendre un Yamaha XV 500 Special, plus léger. Ce sont d’autres idées possibles.

      Voir l’artice sur les motos pour débuter et celui pour les petites tailles.

  3. el parino
    3 avril 2013 at 00:27

    Salut !
    Totalement ignorant dans le monde de la moto, je voudrais savoir pourquoi il est écrit qu’un roadster par exemple protège mal. Pour moi, quand on tombe, c’est sur le côté ou on fait un soleil au dessus du guidon. Peu importe les protections sur le cadre, .. on fera toujours un soleil. Ou alors c’est une protection de la moto ? Ou les deux ?

    Merci

    • olbir
      3 avril 2013 at 14:02

      Je sais que le 1er avril n’est pas très loin. D’abord la moto ça a 2 roues,quant à la protection c’est de la protection extérieur (vent,pluie,etc qu’il s’agit.

      • el parino
        3 avril 2013 at 16:37

        Je te remercie de ta réponse, même s’il n’était nullement besoin de prendre de haut. Quand on marque dans le message initial qu’on est profane, c’est qu’on l’est complètement, pas à moitié !
        De plus, le site est très fortement porté sur la sécurité, on finit par la voir un peu partout.
        Une protection sur la moto aurait pu à mon sens par exemple être sa largeur. En cas de glissade, si le devant de la moto est suffisamment large, et qu’il y a un rétrécissement pour mettre les jambes, les points qui toucheraient le sol seraient le devant de la moto, et l’arrière, les jambes, étant dans un rétrécissement, seraient ainsi protégées.
        Ou la largeur de la moto étant telle qu’elle peut difficilement tombé et être totalement parallèle au sol (faible vitesse, ou à l’arrêt). On peut donc s’en dégager sans avoir la jambe broyée.
        Bref je ne fais ici qu’imaginer, mes suppositions sont peut être totalement inexactes, vue que je ne suis qu’un profane ….

        • 3 avril 2013 at 17:12

          y a du vrai dans ce que tu dis ….plusieurs personnes ont sauvé leur jambe grace à la protection qu’offre le cylindre du flat twin lors d’une chute…..

        • olbir
          3 avril 2013 at 18:31

          Loin de moi l’idée de prendre quoi que ce soit de haut,c’était juste un peu d’humour,quant à ton intérêt naissant pour la moto,tu verras que c’est un univers passionnant et même plus.

          • el parino
            3 avril 2013 at 22:43

            Je suis alors très susceptible ^^ C’est difficile de savoir sur internet,sans intonation, etc. Je m’excuse donc de mes accusations infondées.
            Intérêt naissant oui, mais très craintif tout de même. Rien que le titre du site veut tout dire … Mais ce bon article (tout comme le site) m’a au moins permis de trouver une perle (on dirait ..) : BMW R1200GS. On verra où ça mène : peut être le permis, et ensuite, la liquidation du livret A (voir plus si affinités ^^)

  4. Denis T
    29 novembre 2012 at 22:28

    Bonjour,
    je viens de réussir le plateau , trop stressé j’ai fait tomber la moto dans le demi-tour la première fois et hors temps la 2ème fois toujours dans le demi tour,j’ai lu vos conseils je me suis entrainé et l’ai réussi à la 3ème tentative j’ai la cinquantaine passée et conduit une Honda Innova 125 à embrayage automatique et 4 vitesses que l’on passe en appuyant vers le bas avec la pointe du pied et l’on rétrograde avec le talon ou la pointe du pied.
    Je cherche une moto avec le même type de passage de vitesse, savez vous s’il existe une marque qui commercialise des motos ainsi équipées de 250cc à 650cc.
    Félicitation pour vos articles qui m’ont aidés à réussir le plateau.
    Salutations.

    • Momo
      29 novembre 2012 at 23:04

      J’ai aussi eu une Innova, et c’est vrai que c’est difficile de changer après. Il m’est arrivé pendant assez longtemps de me tromper parfois et retrograder au lieu de passer le rapport supérieur, ce qui faisait hurler le moteur, évidemment. Je l’ai abandonnée avant même de commencer les leçons, et j’ai pris une CBR 125, mais, comme je viens der le dire, ilm’arrivait de me tromper de vitesse. Il faut oublier cela au plus vite, car il n’y a pas, à ma connaissance, de sélecteur de vitesse de ce genre, donc il faut abandonner ce système plutôt que d’essayer de retrouver un système identique. Même si ça existait encore, dans une production exotique, cela serait se confiner à une machine d’une autre époque, et limiter son choix de manière très drastique.

    • FlatFab
      30 novembre 2012 at 00:16

      Cela s’appelle un sélecteur à double branche.
      Et à ma connaissance, il n’existe aucune moto actuelle équipée d’un sélecteur double branche avec embrayage automatique.
      Il y a des motos avec embrayage manuel et sélecteur double branche, notamment chez Harley. Il y a des motos avec embrayage automatique et sélecteur « standard » ou manuel (commandes au guidon). Mais ce sont plutôt de grosses cylindrées.
      Pour une moyenne cylindrée, voir du côté de l’Aprilia 850 Mana ou de la Honda NC 700 X avec boite DCT.

      • DenisT
        30 novembre 2012 at 09:18

        Bonjour,
        je vous remercie d’avoir pris le temps de lire ma question et d’y avoir repondu, je vais donc me separer de mon Innova que je trouve super pratique en ville mais un peu limite sur les routes de moyenne montagne  » auvergne « , je cherche une moto ou un scoot polyvalent, je vais voir un Yamaha Xcity 250cc mais plusieurs pro me disent qui si j’achete ça je pourrais pas le revendre, pensez vous qu’avec la reforme du permis A plus de personnes seront interesses par des 250cc. J’ai toujours pas trouvé la moto idéale en ville,comme une grosse Innova et pouvant sortir pour la balade dominicale si vous avez une idee? Je suis tres honore que vous ayez répondu et merci pour vos conseils. Salutations.

        • momo
          24 décembre 2012 at 00:19

          Si tu veux une moto de puissance limitée, il y a une floraison de moto de petites cylindrées, et, pour l’aisance en ville, particulièrement la Suzuki 250 qui vient de sortir, appelée Inazuma. Les essais montrent qu’elle a un caractère très utilitaire et coûte pas cher.

          • Phil ParisFrance
            24 décembre 2012 at 13:03

            En ville j’ai opté depuis longtemps pour un style trail, pratique pour sa hauteur, meilleure vision, sa grande roue avant pour les trottoirs, escaliers. Prendre un modèle 250 qui sera plus léger et maniable et réactif. Mes modifications sont de mettre des repose-pieds en caoutchouc pour ne pas détruire mes chaussures et plus pratiques et un guidon moins large pour passer entre les voitures. Attention de ne pas prendre de moto avec un guidon bracelet. A toi de chercher des comparatifs de 250cc, au dessus ça devient lourd, ça fait partie du plaisir aussi la recherche d’infos et la découverte des modèles. Amicalement. Phil

    • Phil ParisFrance
      23 décembre 2012 at 19:34

      C’est plus facile et surtout plus naturel de tirer le sélecteur pour monter les vitesses que d’appuyer dessus. Idem pour le karting. J’ai conduit également un kart et une voiture Peugeot 607 où la boite séquentielle est montée à l’envers, on est tiré par l’accélération alors qu’il faut pousser en avant le levier, je ne comprends pas une telle erreur. Quand on freine à moto on est poussé vers l’avant et le bas, donc le pied a plus d’aisance à appuyer. Pourquoi devoir lever une jambe qui a une attraction vers le bas? Merci pour les réponses des uns et de autres, c’est toujours enrichissant même si je roule depuis plus de 40 ans. Au moins sur ce forum il n’y a pas de réponses farfelues.

  5. Lawman
    21 février 2012 at 16:18

    Bonjour,

    Franchement un grand merci pr votre article, clarté ds les propos et richesse dans le contenu. so: thanks.

    Well, j’ai une petite question, je veux acheté une moto ( c’est ma première) et je me ss grave reconnu dans votre descriptif du genre les motos qui font révé les new rouleurs ( Z 750, Fz….etc::))

    Alors c’est une TDM 850, modèle 2000 avec 40.000 Km à un prix moyen de 4000Euros. Alors, est ce un bon choix pr un débutant qui passe encore le permis, est ce un bon rapport qualité prix…etc?

    Merci infiniement

    T.M

    * * *

    Réponse

    Le Yamaha TDM 850 est une bonne moto pour commencer.
    Concernant la vôtre, reste à voir son état.

  6. Malik
    22 juillet 2010 at 14:55

    Bonjour. J’espère que tu profites bien du soleil (ballades, sorties… les questions sont sans réponse depuis longtemps mais on peut attendre c’est pas la fin du monde) parce que c’est le moment. Une petite question : la plupart des marques automobiles sont devenues des assembleurs. Elles ne fabriquent plus beaucoup de pièces sur leur modèle. En est-il de meme pour les marques de motos ? (Bonnes vacances et pourvu k’as dure).

    - – -

    Réponse

    Salut,

    Cela dépend des marques.
    Mais globalement, en effet, les constructeurs de motos fabriquent eux-mêmes le cadre et le moteur. Tous les autres organes proviennent en général de sous-traitants spécialisés : boite de vitesses, guidon, fourche, freins, pneus, selle, tableau de bord…

    Pour ma part, je suis parti en voyage pour Michelin une semaine en juin et deux semaines en juillet, avec toute la préparation que cela suppose, d’où mon silence pendant ces deux mois.
    Et je travaille tout le mois d’août.

  7. Jalil
    2 juin 2010 at 18:49

    Je pense acheter une hyosung GT 650 (juste GT pas une GTR ). Ca sera ma 1ere moto et la motivation premiere reste le prix. Qu’en pensez vous ? Merci :)

    - – -

    Réponse

    Ben, pas grand-chose…
    C’est une moto et elle n’est pas chère.
    Donc si c’est juste pour le prix, c’est un bon choix.

  8. Nagash
    22 mai 2010 at 12:29

    Bonjour,

    Tout d’abord un grand merci pour cet article très complet :)

    En pleine recherche d’une Sport-GT, je ne tournais qu’autour de quelques modèles en me disant : « c’est pas possible, il doit bien en exister d’autres… »
    Ton article me confirme bien qu’en tant que fan des gros 4 cylindres (je roule en ZX10R actuellement) et après avoir essayé la Sprint ST, il me reste bien que le 1400ZZR et la K1200S que je vais essayer cet après-midi.
    A voir les K1300S et le VFR 1200 qui semblent prometteurs, mais un peu hors budget pour moi pour le moment.

    Sinon juste une petite suggestion sur les petits roadsters, un modèle atypique assez rare sur le marché mais qui personnellement m’a beaucoup plus, la Triumph 600 Speed Four
    Look original, moteur proche d’un 600CBR, c’est d’ailleurs un « roadster » avec des bracelets, mais beaucoup ont monté des guidons droits dessus.
    Seul inconvénient commun à pas mal de Triumph, ça chauffe un peu…

  9. Malik
    29 janvier 2010 at 22:27

    Bonsoir. Dans la catégorie sportive, on passe directement de la 125 à la 600. Pourquoi n’y a t-il pas de motos intermédiaires dans la cylindrée ? (ex: une 300 ou une 400).

    - – -

    Réponse

    Cela a existé, dans le passé.
    Avec la radicalisation du marché, la course à la puissance, les sportives de petite cylindrée ont disparu.
    Kawasaki a tenté un retour dans la catégorie avec la Ninja 250 R. C’est actuellement la seule sportive de moins de 500 cm3.

    • wood
      25 août 2010 at 09:43

      chez nous en europe, en france, on a la culture du gros cube malgré tout.
      meme bridé a 100 bourrins.
      au japon c’est tout different pour cause de legislation principalement.

  10. Malik
    25 décembre 2009 at 13:54

    Bonjour. Pourquoi une moto coute aussi chère qu’une voiture alors qu’elle est bcp plus petite (moins de matière première utilisée pour la comfection, plus petit moteur, moins d’options …) ? Exemple : une 600 sportive est aussi chère qu’une 207, qu’une clio ou une c3.

    - – -

    Réponse

    Principalement parce qu’elle est produite à bien moins d’exemplaires, donc avec peu d’économies d’échelle. Un nouveau modèle de moto, notamment sportive, va se vendre à quelques milliers d’exemplaires dans le monde et en plus avec une durée de vie limitée (deux à trois ans, en général) avant l’arrivée du nouveau modèle. Une voiture se vend à plusieurs millions d’exemplaires sur cinq à dix ans…

    De plus, une moto, surtout une sportive, met en oeuvre des technologies qui ont coûté des millions en recherche et développement. Il faut bien que le constructeur récupère cet argent et il ne peut le faire que sur le prix de vente.
    Il faut aussi financer la publicité, la distribution, les investissements dans la compétition…
    Tout ça coûte aussi cher (voire plus) que pour une voiture, mais sur moins d’exemplaires. D’où un prix unitaire bien plus élevé.

    La taille du véhicule n’a rien à voir. Une petite voiture de sport peut valoir plus cher qu’un gros camion.
    C’est une question de coûts de production. Un petit ensemble de lingerie en dentelle de Calais tissée à la main, fait sur mesure et sur commande à dix exemplaires, peut valoir bien plus cher qu’un gros manteau de confection fait à la chaîne en Chine à 100.000 exemplaires.
    C’est aussi une question de technologies utilisées. Un tout petit ordinateur miniature avec toutes les normes de transmission sans fil et la toute dernière technologie d’écran plat ultra-fin vaut bien plus cher qu’un PC de bureau avec écran cathodique…

  11. Malik
    13 décembre 2009 at 11:53

    Bonjour. Que veux dire le « IE » dans honda cbr rr 600 IE ?

    - – -

    Réponse

    Injection électronique.

  12. Malik
    9 décembre 2009 at 21:42

    Bonsoir. G lu sur ton site et dans plusieurs commentaires que les sportives sont les plus exigeantes et qu’elles pardonnent le moins les erreurs de conduite. Je n’ai pas bien compris « elles pardonnent moins les erreurs de conduite ». Quelles erreurs sont sous-entendues ? Peux-tu me donner des exemples ?

    • 10 décembre 2009 at 01:13

      Les motos sportives accélèrent fort, montent vite dans les tours et possèdent un châssis très rigide pour une meilleure stabilité dans les grandes courbes rapides.
      Cela implique qu’elles sont moins agiles dans les virages serrés et notamment qu’il est très difficile de changer de trajectoire. Si tu te rends compte au milieu d’un virage que tu t’es trompé sur sa courbure et que tu es mal placé car ta trajectoire t’emmène dans le décor, il va être plus difficile de modifier ta trajo avec une sportive qu’avec une autre moto plus maniable.
      De même, si tu arrives trop fort, trop vite dans un virage parce que ta sportive est lancée à fond, il va être difficile de freiner sans que la moto se redresse, à cause de sa rigidité. Et si elle se redresse, tu vas tout droit, donc dans les choux !
      Une erreur de conduite, c’est un mauvais placement du regard, un freinage trop appuyé, une accélération mal placée, une trajectoire mal choisie, un appui mal maîtrisé… Une moto sportive y est très sensible parce qu’elle est hyper affûtée, faite pour réagir à la moindre sollicitation.

      • wood
        25 août 2010 at 09:41

        c’est quand meme un peu plus nuancé que ça! l’immense majorite des motos se relèvent au freinage. la rigidite d’un cadre ne sert pas qu’a assurer de la stabilité en grande courbe a toc, une surestimation des gaz sans avoir de vue en sortie n’est pas un bon truc quelque soit la moto. et question agilité, tout depend de la meule mais on est plus a l’époque des 11 air huile et autres fzr… un r6 par exemple c’est un vrai petit frelon sur aiguisé.
        disons surtout qu’une sportive n’ a rien a faire sur route, c’est bien la la seule vraie erreur!
        après, pour la gestion des gaz, des transferts de masse, des freinage stoopie, de l’incisivité, il ya rien de mieux qu’un meule sport légere et affutée. on pourrait meme dire au contraire que ça pardone énormement d’erreurs, la generation actuelle, une fois passé la torture de la position, est extremement efficasse et maniable, meme en ville.
        puis faut faire le distingo reel entre avoir de la puissance, imaginons 145cv a la roue pour un 1000, et lexploiter.
        c’est pas un truc de néophyte de tout façon, donc les erreurs techniques a pardoner ou pas, c’est un faux débat.
        je me repete en sportive il ya une seule erreur, l’ego!

  13. lhomme
    27 août 2009 at 08:04

    Bonjour,

    J’hesite entre une K1200RS et la GT (ancienne version). Ayant essaye la RS, je trouve la position trop sport pour tout les jours, mais la GT est beaucoup plus chere. Pourtant c’est quasiment la meme moto.
    Quelqu’un sait pourquoi ?

    - – -

    Réponse

    Bonjour,

    Cela doit quand même dépendre des exemplaires…
    La K12GT est plus récente et a été peu vendue. Elle est donc plus rare et les quelques exemplaires disponibles en occasion n’ont pas eu le temps d’accumuler beaucoup de kilomètres. A l’inverse, la K12RS est restée longtemps dans la gamme, celles en circulation ont souvent beaucoup roulé et il y en a plein disponibles à la revente.
    C’est la loi de l’offre et de la demande, tout simplement.

  14. rita Schaefer
    29 avril 2009 at 07:51

    Bonjour,

    je voudrais m’acheter une 750 brutale,jai vendue a grands regrets ma buell s1 white
    lightning .

    j’hesite entre une autre buell la XB9 city que faire.?
    la brutale me plait enormement.
    est ce que la conduite estdiffèrente?au point de vue pièces?
    Merci de me donner vos conseils
    Salutations

    - – -

    Réponse

    Bonjour,
    Navré, mais la question est bien trop « pointue » et portant sur des modèles de motos que je connais mal.
    Le titre de ce site est explicite, il porte sur les motos de grand tourisme, à l’opposé total de ce que sont les Brutale et les Buell.
    Je vous conseille de vous adresser aux connaisseurs de ces motos sur les forums dédiés:
    http://www.mvagustaforumfrance.com/forum/
    http://buell.actifforum.com/forum.htm
    http://forum.buell.free.fr/

  15. marc
    10 octobre 2008 at 11:09

    si bientot tu pourrat car le MP3 sera admis en 400cc avec un permis « B » d’ici peu ,

  16. 27 juillet 2008 at 23:06

    moi j’ai eu un coup de coeur pour la derbi MULHACEN CAFE 125

  17. ridon cedric
    12 mai 2008 at 19:00

    bonjour
    je voudrais savoir si avec mon permis B je peu conduir un scooter 400cm3 ?
    merci

    - – -

    L’article « Les arcanes du permis moto » répond à votre question, mais pour faire court, c’est NON.

    Pour ce genre de questions, merci d’utiliser Yahoo! Questions/Réponses, rubrique “Transports”, puis “Moto”, c’est fait pour ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *