Comment (bien) acheter sa moto ?

Quelques conseils pour préparer l’achat de sa moto, surtout d’un modèle routier ou de grand tourisme. Les remarques spécifiques aux BMW sont marquées par un retrait de texte.

Cet article est à lire en complément des articles suivants :
Bien acheter une moto d’occasion
Décrypter les annonces de vente moto
Racheter une moto d’école ?

Qu’est-ce qui fait une moto trop bornée ?

Acheter une moto en général n’est pas un acte que l’on accomplit à la légère.

A moins de disposer de moyens financiers plus que confortables, on n’investit pas plusieurs milliers d’euros pour un achat d’impulsion… Même si le prix en vaut la chandelle, même si la passion justifie bien des sacrifices et bouleverse les priorités, acheter une moto, neuve ou d’occasion, mérite réflexion.

C’est encore plus vrai pour les motos de grand tourisme qui figurent bien souvent parmi les modèles les plus onéreux des gammes des différents constructeurs. Cylindrée élevée, transmission par cardan, carénage intégral, présence de nombreux équipements de série, catalogue d’accessoires et d’options pléthorique… Hormis les Harley-Davidson et certains modèles d’hyper-sportives italiennes très pointues, les motos GT incarnent partout le fleuron de la technologie moto. Et ça se paie !

Ne parlons même pas des modèles BMW, marque réputée pour ses tarifs nettement « au-dessus de la mêlée ». Hormis pour la R850RT (et encore, le tarif a été augmenté en 2004 et avec les options, on y arrive), les RT, GT et autres LT sont toutes au-delà des 15.000 euros, barre symbolique des 100.000 nouveaux francs français. Les derniers modèles (R1200RT, K1600GT) passent même les 25.000 euros TTC si on prend toutes les options !

Certes, on peut toujours se dire (à raison d’ailleurs) que le prix consenti à l’achat se retrouve à la revente. Les motos GT figurent en général parmi les plus fiables, sont construites pour durer et restent assez longtemps au catalogue. Autant d’arguments qui maintiennent leur cote assez haut sur le marché de l’occasion.

Les motos BMW décotent peu, d’une part parce qu’elles bénéficient d’une excellente réputation de fiabilité (usurpée ou non, ce n’est pas le problème, la réputation est encore présente pour l’instant), d’autre part parce que la marque renouvelle lentement sa gamme et pratique une politique de prix stable, sans promotions.

Bref, il est extrêmement facile de revendre une GT pour un bon prix, pourvu qu’elle ait été entretenue correctement (chez un concessionnaire, avec carnet d’entretien à jour et les factures des différents travaux). Même avec un kilométrage annuel supérieur à la moyenne (celui-ci étant de l’ordre de 10 à 15.000 km par an), la surcote permet d’envisager au moins un apport substantiel pour la suivante.

Achetée à 14.500 euros en 2002, ma RT a été vendue trois ans et quatre mois plus tard avec 115.000 km au compteur, pour 6.000 euros. Vous connaissez beaucoup de motos qui valent encore 40% de leur prix d’achat à plus de 100.000 km ?
Autre exemple, mon ex-R1150GS Adventure de 2005, revendue en 2010 pour 7.000 euros avec 155.000 km. Il est vrai qu’il s’agissait d’une édition spéciale « 25e anniversaire », un modèle rare, en très bon état, qui comprenait de nombreux accessoires.

Une fois le prix justifié (au moins en partie, cela n’empêche pas de tenter de le réduire), revenons à l’achat proprement dit.

Il faut d’abord définir une « politique d’achat » en fonction de ce que l’on connait du marché, des motos disponibles, des options recherchées et du budget.

Ensuite, il faut déterminer si l’on est bricoleur, si on possède les compétence et l’outillage nécessaires pour entretenir soi-même sa moto. Ou si on veut une bécane « clefs en mains » avec laquelle on n’aura pas (trop) de soucis (en théorie), donc sous garantie, vendue par un professionnel.

Dans les recherches et réflexions, ne pas oublier que nombre de vendeurs particuliers surestiment leur moto. D’une part, dans l’espoir de faire une bonne affaire, mais aussi parce que c’est leur petit bijou et qu’ils sont persuadés que c’est la plus belle du monde. Ce qui est forcément faux, puisque la plus belle, c’est la mienne…

Autre rappel: nul n’est obligé d’acheter au prix proposé. Même d’occase, un achat se négocie !
Il existe une cote, montrez-la au vendeur. Faites la moyenne des cotes de La Centrale, de Motomag et de l’Officiel du Cycle et du Motocycle (allez chez un concessionnaire pour avoir cette dernière) et tirez-en vos conclusions.
Faites attention aux conditions de la cote (kilométrage annuel moyen et sur-cote/sous-cote en fonction du kilométrage réel).

Pour vérifier une moto d’occasion, les éléments sont partout les mêmes: pneus, freins (plaquettes, étriers, disques), direction (tubes de fourche), carnet d’entretien…

Côté options, beaucoup s’interrogent au moment de l’achat d’une RT neuve sur leur caractère plus ou moins indispensables.
Les poignées chauffantes s’avèrent souvent précieuses, surtout dans les climats humides et parfois froids. D’ailleurs les poignées chauffantes (PC) sont une « option obligatoire »: elles ne sont pas vraiment « de série », mais bien pré-montées en usine et il faut faire une commande spéciale pour avoir une RT sans PC.
Attention, ce n’est pas le cas pour les 850. Du coup, les PC sont bien souvent intégrées dans le prix pour les 1150 et 1200.
Les pare-cylindres sont un équipement quasi-obligatoire et peu coûteux, il est courant que le concessionnaire les offre. Les choses ont un peu changé (comme tout le reste) avec la R1200RT. Les pare-cylindres de base en plastique renforcé restent abordables, mais il existe des modèles en carbone ou en alu chromé ou en titane qui coûtent beaucoup, beaucoup plus cher.

Une fois déterminé le « comment » de l’achat, reste à savoir quand.

Car à un moment ou à un autre, il faudra se décider. C’est comme en informatique, on peut éternellement espérer trouver mieux pour le même prix. Sauf qu’alors, on ne s’équipe jamais.
Par contre, si on n’est pas trop pressé, attendre le bon moment peut faire économiser un bon petit paquet.

Si vous le pouvez, attendez l’automne et surtout la fin de l’année civile (novembre-décembre).
Les concessionnaires sont confrontés aux journées plus courtes, ils entreprennent des travaux de transformation et les clients passent tout au plus jeter un coup d’œil pour se faire une idée des modèles de la saison suivante. Alors qu’une discussion avec le concessionnaire pourrait révéler qu’une ou deux motos sommeillant dans son échoppe pourraient s’avérer une bonne alternative aux nouveautés. D’une certaine manière, ces motos sont l’anti-matière des nouveautés, des deux-roues presque « automatiquement » tombées en désuétude – injustement – après l’annonce d’un successeur. Elles bénéficient souvent de remises ou d’avantages commerciaux.

Le concessionaire voit également arriver la fin de l’année, avec ses primes de vente. S’il atteint (voire dépasse) les objectifs annuels de vente fixés par  l’importateur, il recevra une prime conséquente. Un argument à ne pas négliger, qui peut justifier une petite remise de sa part sur la moto de vos rêves, puisqu’elle sera compensée par une prime plus importante…

Autre bon moment pour acheter, le tout début d’année.
Tout d’abord, c’est encore l’hiver, il y a peu de demande. Ensuite, les concessionnaires n’ont souvent pas pu vendre tout leur stock de l’année précédente et doivent faire de la place pour les nouveaux modèles qui vont arriver en mars-avril. Les modèles du millésime précédent sont donc bradés, avec de fortes promotions.

A lire : « Négocier sa moto en concession« , sur Le Repaire des Motards.

  14 comments for “Comment (bien) acheter sa moto ?

  1. gphili
    29 mars 2016 at 13:20

    je viens d’avoir mon permis; je suis à la rechrche d’une premiere moto. mon budget st limité à 3500e max? j’aime bien la versys 650; je fais 1m85 pour 80kg. est ce bonne moto pour moi et aussi debuter ? pour usage balade . les occasions sont elles bonnes. je pense prendre une entre 2008 et 2010 si j’en trouve

    • FlatFab
      30 mars 2016 at 17:51

      Bon choix pour débuter.
      Et on trouve sans problème des Versys 650 en occasion à moins de 3.500 euros et en bon état.
      Et même à moins de 3.000 euros.
      J’en vois une bonne trentaine en vente en ce moment en France métropolitaine sur Le Bon Coin…

  2. Frédéric LAMBOUR
    25 mars 2016 at 15:16

    Bonjour,

    Merci pour ce site qui m’a accompagné durant mon permis moto (passé à 46 ans). Je suis maintenant sur le choix de ma première moto. Petite question à un amoureux des BM :
    Une Bmw r 1150 r de 2004 à 30000km est-ce raisonnable ou trop vieux pour être tranquille au quotidien .

    • FlatFab
      25 mars 2016 at 15:17

      Pour ma part, je trouve ce choix raisonnable.
      Prévoyez quand même de l’équiper de protections en cas de chute car, mine de rien, ça pèse lourd.

      • LAMBOUR Frédéric
        25 mars 2016 at 15:33

        Petite erreur elle est de 2002 ça commence a faire beaucoup même pour une BM. Il n’y a pas que le moteur qui prend de l’age.

  3. IchabOd
    25 septembre 2013 at 15:08

    Bonjour
    Pouvez vous donner une stratégie d’achat pour une moto sachant que je souhaite parcourir pas mal de kms avec (elle ne va pas dormir au garage, je vais aller au travail tous les jours avec).

    Donc d’ici quelques années, lorsque je souhaiterais la revendre, probablement que j’aurais du mal à le faire par rapport au kilométrage élevé (relativement aux autres annonces). Y a t-il une stratégie plus valable qu’une autre dans ce cas à votre avis ? Plutôt neuf ou occasion ? Un kilométrage déjà important avec un prix plus bas en conséquence, ou autre contraire une moto à faible kilométrage ?

    Autre question liée qui me taraude, toujours dans l’esprit de la revendre un jour : vaut-il mieux acheter une moto qui se vend bien, genre Gladius ou ER6 (je suis débutant), parce que justement je pourrais la revendre facilement, ou autre contraire trop de motos tue la moto et il vaut mieux prendre une moto plus rare (genre Shiver 750 pour rester dans la même catégorie) mais qui reste de trouver un acheteur plus facilement car moins abondante à la vente ?

    Vous l’aurez compris je n’ai aucune expérience là dedans…

    merci

    • FlatFab
      26 septembre 2013 at 18:31

      Impossible de répondre dans l’absolu.
      Vous ne me donnez aucun chiffre concret, aucune estimation de kilométrage annuel, aucune idée du temps que vous comptez garder la moto, aucune notion de budget d’achat, pas de définition du type de trajet (ville, campagne, montagne, route ?)…
      Sans un minimum d’infos, comment pourrais-je vous répondre ?

      • IchabOd
        27 septembre 2013 at 22:36

        Je ne savais pas quoi donner comme info.

        Là j’ai un scooter Burgman, j’ai fait 37 000 kms en un peu moins de 5 ans, et a priori je ferais pareil en moto, voire plus parce que je ferais des balades alors qu’en scooter bof quoi…
        Je ne saurais pas trop répondre sur le temps de garde de la moto, je ne suis pas trop du genre à vouloir plus rapide, plus gros cube, donc pourquoi pas 5 à 7 ans si vous voulez une estimation grossière.
        Budget théoriquement pas limité, mais en pratique j’opterais pour une moto en dessous de 7 000€ sur du neuf.
        Type de trajet : Un peu de route, d’autoroute et de ville pour les trajets travail. Pour les balades => routes. pas de long voyage.

        Merci

        • FlatFab
          27 septembre 2013 at 23:36

          OK, tu ne roules pas énorme non plus…
          Comptons 8.000 à 10.000 km par an sur cinq à sept ans : entre 40.000 et 70.000 km maxi. N’importe quelle moto gros cube (hors sportive) peut le faire.
          Une moto japonaise d’entrée de gamme va commencer à beaucoup vieillir aux alentours de 50.000 km, une machine plus haut de gamme (Honda, BMW) ira jusqu’à 100.000 km sans trop de soucis.

          Le souci, c’est le budget.
          En-dessous de 7.000 euros, on ne trouve pas beaucoup de motos haut de gamme, ou alors des occasions déjà très kilométrées.

          Quelques idées parmi d’autres :
          – Honda CB 500 R, avec ABS, à 6.000 euros TTC en neuf, bien pour débuter, légère, facile, fiable ;
          – Suzuki GSF 650 Bandit, 6.200 euros en neuf, lourd mais solide et fiable ;
          – Suzuki GSX 1250 F ABS, trop cher en neuf, mais trouvable à ce prix en occasion, moteur hyper fiable, en choisir une récente mais très kilométrée ;
          – BMW R1100R et R1150R…

          • IchabOd
            28 septembre 2013 at 00:06

            j’en prends bonne note et je te remercie du temps que tu as passé à me lire et répondre.

  4. Sim
    5 octobre 2010 at 07:55

    Bonjour, j’aime beaucoup la Triumph Street triple (R pour le gris mat). Je voudrais l’acheter neuve et avoir la possibilité de la revendre d’ici quelques années si nécessaire.
    Perd-t-elle beaucoup de valeur à la revente ? Est-ce une moto fiable ?

    – – –

    Réponse

    Il est difficile de juger de la tenue à la cote d’une moto aussi récente : la Street Triple R a été lancée à l’été 2009.
    Mais si l’on en juge par la Triumph Street Triple « standard », c’est une machine globalement fiable.

  5. Christophe
    17 juillet 2010 at 13:10

    Article très intéressant … J’ai trouvé sur un site une liste des points à contrôler lors de l’achat d’une moto.
    Je tiens à vous faire partager ce lien en espérant que cela aidera les futurs propriétaires de moto à faire le bon choix
    http://www.listes-utiles.fr/liste-des-points-a-controler-avant-dacheter-une-moto.html

  6. Free
    11 mars 2010 at 21:45

    Bonsoir

    Jai en tête d acheter une xt 660 R neuve car j aimerais la garder le plus longtemps possible. En effet ca serait mon premier trail en 600 brider a 25 kw je vis en Suisse. Hors je pensais la prendre en leasing est ce une bonne idée ou ferais je mieux de prendre une moto déjà roder avec peu de kilomètres.

    Une xt 660 décote telle beaucoup

    – – –

    Réponse

    La Yamaha XT décote peu, c’est une moto reconnue comme fiable et durable, avec une mécanique éprouvée.
    Tout dépend bien sûr de l’entretien et du kilométrage.

    Quant à savoir s’il faut la prendre en LOA (leasing) ou en occasion récente, c’est un calcul à faire en fonction de ton utilisation.
    La location avec option d’achat est bien adaptée pour un faible kilométrage annuel et à condition de ne rien modifier sur sa machine.
    L’achat d’occasion est préférable si tu roules beaucoup et/ou si tu veux personnaliser ta moto.

  7. Laurent
    9 mars 2007 at 07:24

    115000 km et revendue… Jamais pensé que c’était possible en France ! Généralement au delà de 50000 c’est pas évident du tout…
    Peut être que justement la marque y est pour beaucoup, mais effectivement pour le moment 15000 euros ça me paraît une limite. Peut être qu’en vieillissant 😉
    Tout à fait d’accord sur l’effet de nouveauté, et aussi sur le fait que c’est la mienne la plus belle !
    Sinon j’achète mes motos en hiver, principe de précaution pour l’assemblage. Je pense qu’en automne les mécanos sont plus occupés par les révisions d’avant hivernage, donc qu’ils prennent le temps de monter correctement la mienne s’ils n’ont rien d’autre à faire. Je me met ainsi à l’abri de la petite griffe sur la bulle qui dérange, des oublis de serrage divers ou de la disparition des clefs (vécu, ça fait pas pro pour une moto neuve !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *