Rouler avec une moto chargée

Le comportement routier d’un deux-roues varie grandement en fonction de sa charge, du poids total transporté. Rouler avec une moto avec passager, avec des bagages, demande quelques précautions, avant, pendant et après le trajet.

Triez et classez vos affaires

Avant d’arrimer le premier sac ou de remplir les valises, le tri du chargement permet de séparer les charges les plus lourdes des plus légères et les plus volumineuses des plus compactes.
Les principes de base sont de placer le plus de poids possible près du centre de gravité, et les gros volumes derrière le ou les occupant(s) pour limiter la prise au vent. Les affaires les plus lourdes trouveront donc leur place sur le réservoir et dans le bas des valises. Le top-case ou le porte-bagages n’est à consacrer qu’aux effets les plus légers.

Réglez correctement votre moto

Entre la passagère (ou le passager) et vos bagages, votre moto s’alourdit de plusieurs dizaines de kilos, avec d’importantes conséquences sur son comportement: puissance moindre, distances de freinage plus longues, tendance à sortir large des virages, diminution de la maniabilité.
Une fois la machine chargée, il convient de faire le plein d’essence et d’inviter le passager à monter en selle.
La première étape consiste à augmenter la précharge des suspensions avant et arrière (si possible) ; la seconde à rejoindre un gonfleur pour augmenter la pression des pneus (selon les préconisations du constructeur et du manufacturier). Tester alors prudemment les réactions de votre machine.
Enfin, prévoir l’ajustement du faisceau de l’optique avant qui risque de pointer vers les étoiles.
Se rappeler qu’une fois arrivé, la moto déchargée doit retrouver des réglages de suspension et d’optique adaptés…

Dernière chose, vérifiez que vos bagages arrimés à l’arrière ne gênent pas la visibilité des indicateurs lumineux de votre moto (feu arrière, feu stop, clignotants) et n’empêchent pas de lire la plaque d’immatriculation. Un simple rabat, une sangle flottant au vent peuvent dissimuler aux autres véhicules les signaux émis. Mieux vaut que rien ne se balade. A vérifier régulièrement lors des arrêts, bien sûr !

Pour les accélérations et les freinages, anticipez au maximum !

Le freinage est directement affecté par le chargement. Ce qui impose donc de prendre plus de marge pour compenser l’allongement de la distance de freinage. Outre la puissance, l’attaque des freins est aussi altérée (sauf avec les systèmes asservis électroniquement du type BMW EVO, qui tiennent compte du chargement).
Se méfier de la tenue de route détériorée par le déplacement du centre de gravité et l’augmentation du poids total roulant. Les réactions de suspensions peuvent engendrer des effets dans la direction (louvoiements, élargissement de la trajectoire accentué, manque de précision…).
De même, la prise au vent accentuée occasionne des incartades, notamment lors des rafales (vent et/ou turbulences lors des dépassements de poids lourds).
L’enfoncement des suspensions réduit la garde au sol. Ça peut surprendre, surtout en courbe où les béquilles touchent le bitume plus vite que d’habitude.
En circulation urbaine, ne vous faites pas piéger par la largeur des valises lors des remontées de file.
Le manque de reprise fait qu’il devient plus difficile de doubler sans être bien lancé. Attention à ne pas garder ses anciens réflexes, notamment si vous possédez une moto légère (hors charge).
La largeur nouvelle de votre moto et sa plus faible maniabilité obligent à ne pas doubler aussi fréquemment que seul et sans bagages.
Concernant le sous-virage, des trajectoires plus douces permettent de compenser ce problème. D’une manière générale, entraînez-vous à rouler avec les charges du voyage pour vous approprier un peu ce qui doit être considérée comme une nouvelle monture.

Rouler avec des bagages nécessite une adaptation de son mode de conduite.

Et pas seulement en raison du nouveau comportement d’une moto alourdie. Il faut également penser à sa bagagerie.
Si vous êtes adeptes des bagages « maison », des sacs arrimés par un filet ou des sangles, vous connaissez les risques : il n’est pas rare de perdre un vêtement ou un objet tombé de la selle.
Si vous utilisez une bagagerie rigide, vous êtes normalement à l’abri, à condition de respecter les limitations de vitesse et de poids indiquées par les constructeurs de bagagerie adaptables pour leurs produits.
Enfin, si vous roulez avec un sac à dos, le problème devient moins la moto que vous-même. Car un sac exerce une pression sur votre dos qui peut devenir douloureuse. Il n’améliore pas non plus votre confort au niveau du fessier, souvent mis à mal sur une moto.

Résistez à la tentation de surcharger.

Les parties arrière du cadre, en acier ou en alu, n’apprécient guère l’excès de poids sur le porte-paquets, dans le top-case ou les valises latérales. Outre le risque de tordre la boucle arrière, on perturbe nettement la tenue de route: l’avant allégé devient flou et une oscillation de la direction peut apparaitre à grande vitesse, susceptible de dégénérer en guidonnage.

Respectez le poids autorisé

Tenir compte de la capacité de chargement maximum de votre moto quand elle figure sur la carte grise. Les porte-bagages (d’origine ou adaptables) disposent d’une valeur de charge maximum à ne pas dépasser, tout comme la bagagerie souple ou rigide.
Attention, la capacité (en litres) d’une valise ou d’un top-case ne correspond pas au poids maximum toléré (en kilos): voir la notice du constructeur du véhicule.

Attention à l’arrêt

Gare à ne pas se prendre les pieds dans le chargement en montant en selle ou à ne pas se laisser déséquilibrer quand le passager s’installe. Moto sur la béquille, ne pas négliger son enfoncement plus rapide dans un sol meuble ou un goudron ramolli par la chaleur.
Reste à prendre en compte l’inévitable augmentation de la consommation et, pour les machines à transmission secondaire par chaîne (forcément plus sollicitée), le rapprochement des opérations de tension et de graissage.

  19 comments for “Rouler avec une moto chargée

  1. Benoît
    18 juin 2013 at 18:40

    bonjour,
    j’ajoute un petit sujet que vous n’avez pas abordé : la proximité des pots d’échappement avec les bagages.
    Selon les motos, les pots peuvent être en contact avec les bagages. C’est le cas des pots relevés et des valises cavalières. Certaines valises sont fabriquées avec un matériau isolant et ignifugé. Certains pots ont aussi une protection isolante qui évite que les bagages ne brulent ou fondent trop vite. Mais ce n’est pas toujours suffisant et il ne faut pas transporter de chocolat.
    Parfois, ce sont les chaussures du passager qui fondent.

    en réponse à Philippe Roche : « un sac polochon maintenu en travers du réservoir ou sur sa longueur par un ou deux sandows pourrait-il d’après toi constituer une solution ? » : oui, j’ai testé ça pendant des centaines de kilomètres. Un polochon en long tenu par une sangle passant sous le réservoir tient très bien, ne gène pas, contient beaucoup et du lourd.
    Il faut juste faire attention lors des manœuvres à l’arrêt : le guidon peut toucher.

    Benoît

    • Philippe Roche
      18 juin 2013 at 20:07

      Sur une RT, les chaussures du passager ne vont pas fondre, ça c’est sûr. Quant au chocolat, il fondrait de toute façon même s’il n’était pas en contact avec le pot d’échappement, mais nous n’avons pas l’intention d’en transporter (;-)
      Des sangles plutôt que des sandows pour arrimer un sac sur le réservoir, c’est une bonne idée pour éviter d’en rayer la peinture.
      Merci à tous pour toutes les bonnes idées que vous m’avez données.
      Le départ est prévu pour dans à peine plus d’un mois, et il va me falloir maintenant lutter contre la procrastination dont je suis coutumier pour acheter tous les bagages dont je vais avoir besoin pour être prêt à temps.
      J’aimerais bien vous raconter mon voyage après mon retour, mais ça ne pourra évidemment pas être sur le site de Fabien.
      Amitiés à tous, en particulier à Oldbir.
      Philippe.

      • FlatFab
        18 juin 2013 at 20:24

        Philippe, ne prends pas tout pour toi… 😉
        La première partie du commentaire de Benoît est générale, pas à propos des RT (ni des K16, d’ailleurs).
        Et à ton retour, tu pourras nous raconter ton voyage, soit sur ton propre site en indiquant l’adresse ici, soit en commentaire d’un de mes récits de voyage, par exemple.

        • Philippe Roche
          19 juin 2013 at 20:10

          Oups ! En effet…

      • oldbir
        19 juin 2013 at 12:46

        Très touché.
        Amitiés.
        Oldbir

      • brisy
        20 juin 2013 at 10:05

        salut benoit,
        exact! malgré l’isolant thermique, collé sur le dessous de la valise, et les 2 ou 3 cm qui séparent le pot de la valise gauche (très petite d’ailleurs à cause du pot) , la chaleur s’installe sur un long parcours….quand au voyage de Philippe ;espérons qu’il nous fera part des morceaux choisis.
        amicalement
        marco

  2. Philippe Roche
    31 mai 2013 at 14:09

    Salut Fabien,
    Mon problème, ce n’est pour l’instant pas trop de « Rouler avec une moto chargée », mais plutôt de la charger quand je serai aux États-Unis en juillet pour faire la route 66 avec une BMW R 1200 RT de location.
    Je m’explique : nous serons trois à rouler avec deux motos équipées, si mes demandes ont été bien respectées, de deux valises et d’un top-case chacune. Ça fait déjà un certain volume de bagagerie, me diras-tu, et nous allons voyager léger, sachant qu’on peut faire des lessives dans pratiquement tous les motels américains.
    Pour autant, j’ai encore deux problèmes à résoudre, et c’est l’avis du grand voyageur que je requiers.
    1. En dehors des vêtements et des affaires de toilette, il y a beaucoup d’autres choses à emporter : appareils photo, combinaisons de pluie (les orages peuvent être terribles là-bas en été), chargeurs de téléphone et d’appareil photo, et Dieu sait quoi encore… Tous ces objets risquent de prendre beaucoup de place et rendre la capacité de la bagagerie insuffisante. Je pensais la compléter par une sacoche de réservoir, de marque Kriega par exemple. Ils ont beaucoup d’articles à proposer, mais ils ne disent pas clairement quel support de réservoir peut être accouplé avec quelle sacoche. Je suis prêt à acquérir ce qu’il faut avant mon départ, mais je ne veux pas non plus acheter n’importe quoi pour me rendre compte après coup que mes achats ont été inutiles. Finalement, un sac polochon maintenu en travers du réservoir ou sur sa longueur par un ou deux sandows pourrait-il d’après toi constituer une solution ?
    2. L’autre problème, c’est comment emmener tous mes bagages dans l’avion ? J’ai une valise souple pour top-case de R 1200 RT, mais pas de sacs pour les valises latérales, et je ne veux pas me trimbaler comme un clochard avec des sacs en plastique dans l’aéroport. Je pourrais acheter des sacs adaptés à ces valises, mais je ne saurais pas quoi en faire une fois rentré en France. A ton avis, faut-il utiliser un sac de voyage lambda et le bourrer dans la valise de la moto ?
    J’ai bien conscience que mes problèmes peuvent te paraître dérisoires et te faire sourire, mais j’aimerais tout de même bien avoir ton avis.
    Amicalement,
    Philippe.

    • oldbir
      31 mai 2013 at 15:34

      Je ne suis pas Fabien,mais si je peux me permettre de te donner quelques conseils,sachant que Fabien t’en donnera certainement des meilleurs.Je me sert de ma 1200 rt en duo et le plus souvent chargée au maximum Je suis équipé du top case,des valises et de la sacoche de réservoir,cette sacoche est bien pratique du fait de ces accroches mais il est vrai que sa contenance est un peu restreinte.Quant aux sacs adaptés aux valises ils sont très pratiques pour la vie courante,je m’en servaient déjà sur ma 1150 rt,c’est du solide,,L’on peux aussi remplacer les sacs BM par des petits sacs à dos bien pratique pour des ballades à pieds mais il faut les choisirs adaptés aux valises.Pour un long périple et en duo c’est largement suffisant;
      mais attention on a toujours tendance à prendre beaucoup trop de choses inutiles.
      Salut et bonne route.

    • FlatFab
      31 mai 2013 at 19:18

      Salut Philippe,

      Le souci avec la 12RT, c’est qu’on ne peut pas mettre n’importe quoi sur le réservoir.
      Le réservoir est en plastique, avec une forme bien particulière. Et sur une bécane de location, pas question de rayer la peinture…
      Bref, soit tu prends une sacoche de réservoir spécifique pour RT, soit il vaut mieux laisser tomber.

      Vous serez trois sur deux motos ? Il reste donc une large place libre sur la selle arrière d’une des RT.
      Plutôt qu’une solution bricolée et avec le risque d’une capacité limitée, ne serait-il pas plus sûr et simple de prendre un gros sac costaud qui sera facilement arrimé sur la selle arrière et pourra accueillir tout le petit matériel en plus des vêtements et affaires de toilette ?
      Il y a des choses pas mal chez Kriega effectivement, ou chez ZuluPack, ou encore chez Ubike.
      Et à l’étape ou pour les visites, le sac s’enlève facilement, se porte en sac à dos ou en bandoulière.

      Pour le transport hors moto, une première solution est de tout fourrer dans un grand sac souple que tu pourras compacter en fond de top-case, par exemple, après avoir réparti son contenu dans les valises.
      Pour ma part, j’utilise un sac « duffle » 50 litres de Kathy’s Journey, mais pas de chance, il ne se fait plus…

      Mais cela suppose que tu démontes les valises chaque soir à l’étape.
      Il est plus pratique de prendre des sacoches intérieures de valises.

      Une solution, deux sacs de voyage ou de sport Decathlon Kipsta Classic Team 20 litres. Ils n’ont pas tout à fait la forme des valises de la RT, mais ils entrent dedans et permettent un transport facile.

      Dernière solution, des sacs intérieurs spécifiques pour les valises, soit pour R1200RT, soit pour K1600GT.
      Si tu n’en as pas déjà, tu peux prendre ceux pour la K16GT, sans les remplir complètement, ils devraient entrer dans les valises de la RT.

      • Philippe Roche
        1 juin 2013 at 19:22

        Merci infiniment d’avoir pris le temps de me faire une réponse aussi détaillée, qui m’a donné deux bonnes idées.
        Je n’avais effectivement pas pensé à la place disponible sur la selle arrière de l’une des deux motos. Mon cousin, qui sera seul sur sa moto, et dont le top-case a déjà été sollicité pour transporter de la nourriture et de l’eau (beaucoup d’eau quand nous serons dans le désert !), pourra donc aussi acheminer « tout le petit matériel », comme tu l’appelles.
        Les sacs de la K16 ne rentrent pas dans les valises de la RT à moins de les violenter, j’ai essayé chez mon concessionnaire BMW. Plutôt que d’acheter ceux de la RT, je vais suivre ton conseil et acheter des sacs Décathlon qui me coûteront beaucoup moins cher et pourront me servir plus tard pour d’autres utilisations.
        Merci encore.
        Philippe.

      • brisy
        5 juin 2013 at 09:05

        bonjour Fab,
        merci pour le conseil (qui sert aussi aux autres) concernant le sac « kipsta » , j’aime bien les solutions « pas chères » surtout quand elles marchent bien, je n’aime pas payer juste pour un logo… depuis la: liste des choses à ne pas oublier… une du site cbf 600 a fait un récapitulatif en forme check-list(http://cbf600.fr/download/file.php?id=22609)bien pratique pour ne rien oublier. j’essaye d alléger maintenant pour garder ce qui me parait essentiel et ne pas surcharger la moto (en fonction de chaque balade ,bien sûr…).
        j’aime aussi me chicorner avec mes p’tits camarades , mais pas en public…(humour)
        par ailleurs, lors du stage « montagne  » avec l’afdm 54 on m’a fait remarquer que la k1200gt fume blanc surtout au premier démarrage matinal, et de me dire qu’elle « fait » de l’huile, en réalité après 1500km sur le vékende j’ai du remettre l’équivalent de 20cc pour ramener le niveau en haut de l’oeuilleton. ça ne me parait pas tant que ça pour 1200 bornes d’autoroute et 300 de montagne..?qu’en dis -tu?
        amicalement
        marco

    • ziza33
      5 juin 2013 at 09:11

      Bonjour,
      pour avoir déjà pratiqué, renseignes toi, mais à priori les loueurs moto proposent de faire du gardiennage de valise. donc tu parts avec tes affaires dans la valise pour l’avion et une fois sur place tu transvases le tout dans les petits sacs adaptés aux sacoches. Bien sur à condition de ramener la moto au point de départ… ()
      c’est super ! et prévoies beaucoup beaucoup d’eau … selon la portion, les températures sont vraiment pénible à supporter… … sous le casque… effet cocotte minute garantie. tres bon voyage… Une copine avait meme apporter un petit brumisateur manuel, à remplir à la fontaine, trop cool ,
      je crois qu’on en revient jamais totalement.
      Amitiés motardes

      • Philippe Roche
        8 juin 2013 at 18:07

        Tu as raison, bien sûr, mais les motos partent de Chicago et seront rendues à Los Angeles. Je ne peux donc pas laisser les bagages en consigne à Chicago pour les récupérer au moment du retour.
        Quant aux besoins en eau, ils seront effectivement énormes. J’ai déjà sillonné à plusieurs reprises le sud-ouest américain, mais toujours en voiture climatisée. Même dans ces conditions, ils sont déjà très élevés.
        Pas mal, l’idée du petit brumisateur !
        Philippe.

        • FlatFab
          9 juin 2013 at 10:49

          Pour s’hydrater, le mieux est d’avoir un petit sac à dos de type « Camelback », accessible en permanence.
          Pour un usage ponctuel, il en existe à pas (trop) cher dans les grandes surfaces de sport, c’est léger, ça ne prend pas de place… A recharger toutes les heures ou deux heures par de l’eau fraîche, à demander à tous les arrêts en station d’essence, bars, « diners » et tous points d’eau fraîche.
          Sinon, une ceinture enduro (à mettre par dessus le pantalon-blouson) avec bidon d’eau de cycliste, l’avantage est de pouvoir mettre des glaçons dedans.

  3. benjamin
    18 mai 2009 at 22:22

    Bonjour,

    y a t-il un rapport théorique maxi à respecter entre poids de la moto et de son chargement ? (2/3 – 1/3) Je suis très intéressé par la Versys, qui est légère (relativement aux autres motos) et je vois plein de « versystes »qui y ont monté valises et top case. Si on ajoute mme, (avant repas de fêtes), ça peut vite monter à 20 kg de chargement + 120 kg de barbaque (moi + mme, je ne précise pas la proportion pour éviter toute représaille). Sur une moto loin des qualités d’une RT, en tenue de route, ça peut-y- pas devenir casse-gueule ? (a fortiori pour le novice que j’espère être d’ici un mois…)

    – – –

    Réponse

    Bonjour,
    Pas de ratio précis à respecter.
    La charge maximale est indiquée dans la notice d’utilisation. 140 kilos me paraissent amplement supportables par la moto.
    Par contre, il est certain que cela va considérablement modifier l’assiette de la moto, la répartition des masses, le centre de gravité et donc le comportement global de la machine…
    Il faudra clairement réduire la vitesse d’entrée en virage car la force centrifuge sera augmentée par le surcroît de masse.
    Prévoir aussi que le centre de gravité sera plus haut, donc les manoeuvres à l’arrêt et à basse vitesse deviendront plus délicates.
    Bref, tout est possible, mais cela demande soit de l’expérience, soit des précautions.

  4. Free
    1 janvier 2009 at 18:03

    Bonsoir

    J’ai un dilemme en effet je fais du tennis et je suis bassiste aussi, et je rencontre toujours un mal fou a transporter cela, pour des raisons de sécurité je préfère ne pas les trimballer au dos étant des objets dures. Comment pourrais transporter cela en toute sécurité ? merci beaucoup

    PS mon véhicule est un scooter 125

    – – –

    Réponse

    Bonjour,
    Faut pas demander l’impossible non plus…
    Transporter un sac de sport arrimé avec un tendeur sur l’arrière de la selle d’un scooter ne pose pas spécialement de problème.
    Mais s’il faut en plus ajouter une basse dans son étui, cela devient franchement acrobatique. Je n’ai pas vraiment de solution.

  5. thierry charmensat
    11 août 2008 at 06:47

    bonjour, finies les vacances! plus sérieusement, mon manuel ne me dit pas d’augmenter la pression des pneus pour rouler en duo: est ce en raison de la présence de l’abs? du coup je durcis la suspension de deux crans (4/7 au lieu de 2/7) et je n’augmente ma pression de pneus que de 50-100g avant et arrière: correct? par ailleurs se pose le problème du top case, car normalement on ne doit pas dépasser 3 kg de charge mais à peine quelques affaires et on est presque à 5 kg: est ce raisonnable? il faut dire que faire des top case de 36-45 litres et limiter la charge à 3 kg, c’est hypocrite!!! ton avis?

    – – –

    Salut Thierry,

    1- La présence d’un dispositif ABS sur ta moto n’a aucune incidence sur la pression des pneus et vice-versa. Si tu roules chargé, il faut effectivement augmenter légèrement la pression de 0,2 ou 0,3 bar. C’est surtout valable si tu roules avec passagère + bagages. Si tes pneus sont déjà bien gonflés, cela suffit pour rouler avec passagère seule, sauf si elle pèse plus de 80 kilos…

    2- Le réglage de suspension dépend du goût de chacun, je crois qu’on en avait déjà discuté. Deux crans de dureté en plus paraît correct.
    Je ne comprends pas bien la mesure en grammes sur la pression d’air, je ne parle qu’en bar ou en psi. Si j’ai bien compris, 100 grammes = 0,1 bar. Donc 50 grammes = 0,05 bar. Tu arrives à voir la différence de pression ???
    Augmente ta pression de pneu arrière de 200 grammes, pas la peine de modifier à l’avant.

    3- La limite de capacité des top-case est théorique. Les constructeurs apposent ces avertissements pour se couvrir en cas d’accident. C’est comme le fait de marquer qu’il ne faut pas rouler à plus de 130 km/h avec un top-case ou des valises…
    J’ai déjà mis un jerrican de 25 litres plein d’eau (donc qui pesait 25 kilos) dans un top-case Givi E52 pour partir en montagne. Le top-case n’a pas bronché. Par contre, à force de virages, le robinet du jerrican a cassé et mon top-case était plein d’eau…
    Tu peux charger ton top-case à 5 voire 10 kilos. Mais pas tous les jours tout le temps. Ou alors en roulant très doucement. Si tu charges beaucoup et que tu roules fort, c’est la platine, le support du top-case qui va casser.

  6. thierry charmensat
    21 juillet 2008 at 14:05

    toujours un plaisir de revenir sur le site… pour le réglage de suspension arrière, ma kawa er6 a 7 niveau de « dureté-précharge », d’origine j’en suis au 2 ( je pèse 67 kg pour un niveau 2 qui va jusqu’à 75 kg), mais comment juger si je dois mettre une « force » 3, 4, 5, 6 ou 7??? d’autre part cela suppose d’avoir la clé pour changer cette précharge; la moto pèse 180 kg et la charge maxi est de 180 kg… peut on rester, même si je roule seul , en niveau 3 ? votre avis? merci…

    – – –

    Bonjour,
    Alors là, j’avoue que je n’en sais rien du tout, je n’ai jamais eu à modifier un réglage sur une ER-6 !
    Si cela fonctionne comme d’autres motos que j’ai connu, chacun des crans, des niveaux, correspond à un poids croissant. Mais je ne sais pas si chaque degré équivaut à une charge de 5, 10 ou 20 kilos… Cela doit normalement figurer dans le manuel du propriétaire.
    Il est tout à fait possible de régler des suspensions au-delà du réglage « moyen » recommandé pour votre poids. Cela signifie simplement qu’elles seront plus rigides, moins souples. La moto absorbera moins les chocs et renverra l’énergie plus fort, c’est moins confortable. En contrepartie, elle s’enfonce moins en virage, ce qui garantit en général une meilleure tenue de route.
    C’est toujours un compromis…

  7. kouassi fabrice
    8 juillet 2008 at 08:14

    vos conseils sont très bien refléchis et cela m’est d’une grande utilité .Mais j’ai une très grande préoccupation qu’est:est il possible de retrograder de vitesse brusquement sans courir le risque d’abimer sa moto?

    – – –

    Bonjour,
    Que voulez-vous dire par « brusquement » ? Il est possible de rétrograder, de descendre un rapport très vite, si on coordonne bien les mouvements. Il est aussi possible de le faire brutalement, sans souplesse, en force, mais cela finira par abimer la boîte à la longue. Peut-être parlez-vous de descendre les rapports « à la volée », sans utiliser la commande d’embrayage.
    En fait, dans tous les cas, c’est une question de régime moteur. Si vous êtes sur la bonne plage de régime moteur pour changer de vitesse (cette plage varie selon les modèles de motos), ça passera toujours, même brutalement. A l’inverse, si le moteur tourne trop bas ou trop haut par rapport à cette plage optimale, le passage de vitesse sera plus dur et finira par abîmer la boîte, quelle que qoit la méthode employée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *