Permis moto : parcours à allure lente

Mes conseils pour réussir les parcours de l’examen du permis de conduire moto, partie hors circulation (plateau), à allure lente.

Les autres épreuves de l’examen plateau du permis moto :

Pour en savoir plus, lire le guide d’évaluation pour les examens des permis moto.

 * * *

Pour bien négocier ces parcours, vous devez respecter 4 points essentiels : la position, la trajectoire, le regard, l’allure.
Souvenez-vous de ça : PTRA (position, trajectoire, regard, allure).

Il est extrêmement important de se sentir à l’aise sur la moto, donc d’avoir une bonne position.
Ensuite, il faut bien comprendre quelle trajectoire suivre, quels en sont les grands principes, où vous devez passer pour que ça marche.
Ensuite, il faut être capable de garder son équilibre en adoptant une allure correcte, maîtrisée, quelle qu’elle soit.
Enfin, une fois que tout cela est acquis, le placement du regard permettra de suivre la trajectoire prévue, grâce à la maîtrise de l’allure.

Cela se construit donc par strates, par couches successives.
Et ce n’est qu’à la fin que vous pourrez tout combiner.
Car dans le parcours, il ne faut se poser aucune question ! Si vous commencez à réfléchir, à vous poser des questions sur ce que vous devez faire, c’est mort : vous ne serez plus concentré(e), vous prendrez du retard et vous commettrez une erreur.

* * *

Avant tout, soyez CONCENTRE (E) !

Avant chaque départ, respirez : une grande inspiration par le nez, une longue expiration par la bouche, en poussant les épaules et les coudes vers le sol pour les relaxer.
Posez-vous, concentrez-vous, visualisez votre trajectoire, projetez-vous mentalement dans le parcours en pensant à toutes vos actions du début jusqu’à la fin… Au besoin, faites une reconnaissance du parcours à pied, en mimant les manoeuvres.

A l’entraînement, au lieu d’enchaîner les parcours à répétition sans arrêt à la stakhanoviste, prenez dix secondes avant chaque départ pour analyser vos erreurs et réfléchir aux remèdes.

A l’examen, avant CHAQUE essai (surtout le second), prenez le temps de vous poser !
Sur la moto, au point mort, sans tenir le guidon : redressez-vous, respirez profondément et lentement, regardez le parcours, refaites-le dans votre tête, prenez des points de repère visuels, repérez là où vous devez emmener votre roue avant…
Respirez, concentrez-vous. Ne partez jamais « à l’arrache ».

* * *

1- La bonne position de conduite

Pour en savoir plus, lire « Savoir se positionner sur un deux-roues moteur« 

Il faut se mettre le plus en avant possible sur la selle, contre le réservoir.
En appui dynamique, pas avachi(e), les genoux serrés, les pieds au plus près de la moto, bien parallèles, en appui sur le repose-pied avec la partie la plus large du pied.
Le bas du corps doit être bien gainé et serré sur la moto, tandis que le haut du corps doit rester souple, détendu.

Le poids du corps doit reposer sur les pieds et les genoux, pas sur le guidon.
Tenir le guidon sans le serrer et surtout sans se crisper dessus. Poignets dans le prolongement de l’avant-bras, surtout pas cassés, ni vers le haut, ni vers le bas.
Coudes souples, ni collés au corps, ni écartés vers les côtés, épaules relâchées.
Ne jamais freiner de l’avant, enlevez les doigts du levier, n’y touchez jamais.

Les appuis sont fondamentaux : une moto à basse vitesse, cela se conduit avec les pieds et les genoux.
Très souvent, vous avez du mal à garder les genoux serrés, car vous essayez spontanément de retrouver votre équilibre en bougeant les genoux. C’est inutile, mais instinctif.
Dans ce cas, travaillez en levant les fesses de la selle, sans tendre les jambes, les genoux toujours en contact avec le réservoir, le poids en appui sur les genoux et les pieds, surtout pas sur le guidon. Vous ressentirez ainsi beaucoup mieux les appuis sur les pieds et leur rôle dans le maintien à l’équilibre de la moto.

Très important : avancez les épaules vers l’avant, penchez-vous un peu en avant. Cela vous permet de garder les bras souples et mobiles, en évitant le risque de donner un coup d’accélérateur involontaire quand vous tournez le guidon.
Beaucoup d’élèves se tiennent raides, trop droits, voire en arrière, comme pour refuser l’obstacle. Une attitude de refus d’obstacle entraîne forcément une mauvaise approche du parcours. Il faut au contraire vouloir « rentrer dedans » !

Détendez-vous ! La crispation bloque vos épaules, rend vos bras tendus et fait baisser votre regard.

Vous devez veiller à tout cela avant de prendre le départ.
Une fois dans le parcours, une seule chose à penser : serrer les genoux et regarder à hauteur d’homme !

* * *

2- La bonne trajectoire

 

Le principe général est simple : pour passer dans chaque porte sans toucher ni plot ni piquet, vous devez y passer avec la moto perpendiculaire à la porte.

Cela ne peut s’obtenir qu’avec deux constantes :
1. Passer LARGE, avec la roue avant au ras de l’élément extérieur (plot ou piquet) de chaque porte, pour que l’arrière de la moto n’accroche pas l’élément intérieur, alors que vous êtes en train de tourner et/ou d’incliner la moto ;
2. Tourner le guidon AVANT, bien avant chaque porte, un bon mètre avant.

Pour le premier point : vous devez passer bien à l’extérieur dans les portes.
Ne visez pas le milieu de la porte, comme on le fait instinctivement au début.
Faites comme si votre roue avant devait frôler le plot ou le piquet extérieur de chaque porte. Cela évitera que votre roue arrière touche le plot intérieur. Si la roue avant passe au milieu de la porte, l’arrière touchera.
Comment faire pour en être sûr ? Il faut amener le pneu avant à la hauteur de l’élément extérieur, en face. Pas dessus, mais en face un mètre avant.

Pour le second point : ne suivez pas une trajectoire « rectiligne », faite de lignes droites cassées. Prenez tous les virages très larges, en suivant une sinusoïde, avec des changements d’angle bien arrondis.

Pour cela, il est très important de comprendre qu’il vous faut tourner AVANT les portes, et non « dedans », à leur hauteur.
Il faut changer l’orientation du guidon environ un mètre avant chaque porte pour aller chercher la suivante. Faites comme s’il y avait une porte virtuelle, imaginaire, placée un mètre avant chaque porte réelle. Vous verrez, vous passerez bien plus facilement…

En particulier sur la première porte, qui est fondamentale.
Il faut faire comme si le slalom commençait avant la première porte : on tourne bien avant elle et on braque à fond, pour viser un bon mètre avant la porte suivante.

Il faut travailler en braquage dégressif : braquer à fond, vraiment à fond, un mètre avant chaque porte, pour ensuite avoir la marge de redresser un peu pour ne pas rester en butée de direction.

Pour cela, l’exercice est simple, faire des « 8 » les plus serrés possible, les plus étroits possible.
Habituez-vous à braquer à fond et à rester braqué, sans redresser le guidon.

* * *

3- La bonne allure

Plusieurs solutions et méthodes sont possibles pour négocier ces parcours.

La plus facile, le ralenti de première.
Sur le premier rapport, on lâche doucement l’embrayage, la moto va rouler toute seule, sans caler (si le ralenti n’est pas réglé trop bas). L’élève ne maîtrise pas ou peu l’allure, c’est la moto qui avance à son propre rythme. Plus facile à gérer, mais irréaliste : dans la vraie vie, personne ne circule sur le ralenti de première. De plus, à la moindre erreur, la moto est irrécupérable puisque l’élève n’a pas appris à la ralentir, ni à récupérer une perte d’équilibre.
Pour gagner du rayon de braquage, la plupart des moto-écoles liment les butées de direction et règlent le ralenti au plus bas. Résultat, les motos d’école n’ont plus rien à voir avec les motos « de la vie réelle » et quand l’élève essaie de refaire le parcours avec sa moto, il n’y arrive nécessairement pas.
C’est la méthode des écoles qui apprennent à réussir l’examen, mais pas à conduire correctement, ni à maîtriser sa machine.

Avec la réforme 2013, cette technique (ou plutôt, absence de technique) devient prohibée.
Si l’inspecteur constate que le candidat utilise le ralenti de première, il l’obligera à respecter un temps minimal qui implique forcément d’utiliser la gestion des commandes.
Vous ne devez pas mettre moins de 18 secondes pour effectuer la première partie du parcours.

Plus efficace, la gestion des commandes.
La coordination des trois commandes d’embrayage, d’accélérateur et de frein arrière s’avère souvent difficile à acquérir pour les élèves, mais se révèle la façon la plus efficace non seulement d’éviter les erreurs, mais surtout de les rattraper.

D’abord apprendre à gérer l’embrayage, manié à trois doigts, le petit doigt enroulé autour de la poignée, les trois autres sur le levier. Moteur tournant, sur le premier rapport, il s’agit de trouver le point de patinage. Dès que la moto avance de 2 cm, on reprend l’embrayage, mais sans jamais débrayer entièrement. Pour encore mieux le sentir, freiner de l’avant et lâcher lentement le levier d’embrayage jusqu’au calage.
Ensuite, l’accélérateur : à l’arrêt, sur le point mort, travailler à ne jamais couper les gaz et garder un régime moteur entre 2.000 et 4.000 tr/minute.
Passer à la combinaison des deux pour sentir que le point de patinage devient plus sensible.
Enfin, travail de l’allure en ligne droite, en ajoutant le frein arrière, pour rouler le plus lentement possible, sans caler ni mettre de pied à terre.
Une fois que c’est acquis, à pratiquer en cercle, puis en huit, puis sur le noyau central.

Il faut conserver un point de patinage précis et permanent, stable, constant… sans pomper sur l’embrayage.
Combiné avec un zeste de roue libre avant chaque porte pour libérer la direction et pouvoir bien tourner le guidon au maximum en braquage dégressif, cela permet une gestion optimale de l’allure et de la maniabilité.

Vous pensez qu’il n’existe qu’une seule manière de négocier ce parcours ? Que nenni, j’en ai recensé au moins six.

1. Le ralenti de première. Quasiment infaisable sans trafiquer la moto.

2. Le ralenti de première, avec un léger débrayage. Il s’agit de ne surtout pas tirer l’embrayage en-dessous du point de patinage, sinon c’est la perte de motricité – et donc d’équilibre – immédiate. Facile à acquérir et faisable, mais on fait forcément moins de 20 secondes, ça  fait un C.

3. Ralenti de première + débrayage + frein arrière : on se rapproche d’une meilleure maîtrise, mais si on a le malheur de freiner un tout petit peu trop fort, le risque de calage reste présent. De plus, l’absence de gaz rend impossible de rattraper un déséquilibre. Et là aussi, c’est souvent un peu juste pour tenir le chrono de 20 secondes.

4. Point de patinage + frein arrière + accélérateur pour une allure très lente (entre 2 et 5 km/h) : méthode dite « trial ». Pratique pour bien poser sa roue avant exactement là où on veut, mais demande une excellente maîtrise de l’équilibre car le moindre déséquilibre est très difficile à rattraper. Le A est assuré, mais il ne faut pas se louper.

5. Point de patinage + frein arrière + accélérateur pour une allure dynamique (entre 10 et 15 km/h) : permet une inclinaison de la moto pour gagner en rayon de braquage et élimine tout risque de calage, mais suppose une acquisition parfaite de la trajectoire et un bon placement du regard. Très bien pour le slalom, mais à proscrire dans la partie à allure très lente.

6. Roue libre : on se lance bien dès le départ et on négocie les premières portes en roue libre pour prendre un maximum d’avance sur la trajectoire. Dès qu’on commence à perdre de la vitesse, on reprend en point de patinage + frein arrière + accélérateur. Uniquement pour la partie non chronométrée.

Vous voilà bien avancé(e)… Comment choisir maintenant ?
La méthode n°4 constitue la solution la plus sûre.
Si vous n’y arrivez pas, la méthode n°3 reste une alternative valable.

Pour mieux comprendre et vous entraîner, lire Maîtriser son embrayage.

Il est EXTREMEMENT important d’apprendre à mettre et à GARDER du gaz sur le point de patinage de l’embrayage.
Je sais que ça vous fait bizarre, que vous n’avez pas l’habitude, que vous avez peur que ça parte trop vite, que vous craignez que ça abîme la mécanique… Non, rien de tout ça. Faire ronronner, voire vrombir le moteur (sans le faire hurler) n’abîme rien et n’est pas dangereux.

Pourquoi mettre du gaz ? Pour cinq raisons :
1- Garder du gaz évite de caler, même si vous vous loupez sur l’embrayage ;
2- Monter le régime moteur entraîne de l’effet gyroscopique (masses en mouvement dans le moteur) et améliore l’équilibre ;
3- Augmenter le régime moteur rend le point de patinage d’embrayage plus précis, plus facile à gérer ;
4- Mettre du gaz avec le moteur en prise assied la moto sur son pneu arrière, plus large, donc plus stable ;
5- Cela vous procure une troisième possibilité de gérer l’allure, de doser la vitesse de la moto, en plus de l’embrayage et du frein AR.

Pas besoin de faire hurler le moteur, un régime compris entre 2.000 et 3.000 tours/minute suffit.
Il ne faut pas accélérer de plus en plus fort, cela ne sert à rien et risque de vous faire partir trop vite.
Et il ne faut surtout pas couper l’accélération quand vous allez sentir la moto bouger. C’est un réflexe naturel de débutant qui a peur de partir trop fort, de lever la roue avant, de chuter…

Entraînez-vous sur sol plat, en démarrant tout doucement, très progressivement, à maintenir une accélération stable tout en démarrant.
Vous observerez que plus vous mettez d’accélération, plus le point de patinage devient sensible, précis et donc plus facile à conserver.

Il est très difficile de garder un régime moteur parfaitement stable. Ce n’est pas grave : il s’agit de rester dans une plage, de ne jamais couper les gaz sans pour autant trop solliciter le moteur.

Bien maîtrisé, ça donne ça :

Dans tous les cas, rappelez-vous que la maîtrise des commandes, et donc de l’allure, n’est pas une fin en soi. Elle ne sert qu’à vous permettre de garder votre équilibre pour suivre la bonne trajectoire. Quelle que soit l’allure choisie, vous devez vous y sentir assez à l’aise pour ne plus penser à vos commandes, leur gestion doit devenir automatique !
Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que vous pourrez détacher vos yeux de la moto pour anticiper sur la trajectoire à suivre.

* * *

4- Le regard bien placé

Encore une fois, le but, le seul objectif, est de suivre la bonne trajectoire : bien large et à l’avance.
Le regard doit suivre les mêmes principes. Cela veut dire, avant tout,  regarder loin (au moins 4-5 mètres à l’avance) et à hauteur d’homme, jamais au sol (si vous regardez par terre, vous irez par terre).

Quelle est la règle de placement du regard à moto ?
« On regarde là où on va » ? Pas exactement : la moto va là où on regarde.
Conséquence, où regarde-t-on ? Là où on veut aller. Pas là où on est en train d’aller, justement. En ligne droite, c’est pareil, mais pas en virage.
Il faut toujours regarder exactement l’endroit où l’on veut aller.

Premier principe : regardez non pas la porte qui arrive, mais celle d’après.
Dès que vous venez de passer une porte, ne regardez pas la porte suivante, mais déjà celle d’après. Autrement dit, regardez toujours « une porte et demie » à l’avance !

Dans l’idéal, il faut essayer de ne pas fixer le regard, de garder les yeux toujours en mouvement.
Alternez un coup d’oeil vers la porte suivante et un vers celle d’encore après. Cela permet de toujours savoir où on va, tout en anticipant sur sa trajectoire.
Soyez bien conscient que c’est difficile : cela demande d’être totalement à l’aise sur tout le reste (gestion des commandes, position, trajectoire, équilibre).

Second principe : ne pas regarder les portes.
Mais quoi, euuuh ! On vient de dire qu’il fallait regarder « une porte et demie à l’avance »…
Oui, je sais. Mais c’était juste pour vous faire comprendre qu’il ne faut pas regarder la porte qui est en train d’arriver. Votre regard doit porter non pas sur l’obstacle, mais au-delà de l’obstacle, là où vous voulez aller.

Donc il ne faut surtout pas regarder les portes en elles-mêmes, c’est-à-dire les éléments qui les constituent : ce serait le meilleur moyen d’aller droit dessus en redressant le guidon.
Mais il faut bien regarder quelque part ! Oui, un point imaginaire, situé environ un mètre avant l’élément extérieur de chaque porte.

Il ne faut JAMAIS regarder les plots et les piquets !
On les voit, on sait qu’ils sont là, mais il ne faut pas les fixer.
Une fois que la position, la trajectoire et l’allure sont acquises, 90% des ratages sont dus tout simplement au fait que l’élève (ou le candidat) regarde les plots et surtout les piquets.

Vous psychotez tous sur les piquets… Ce ne sont que des jalons, des points de passage. Ne les concevez pas comme des obstacles !
Un truc simple : essayez une fois, une seule fois, en remplaçant les piquets par des plots. Vous verrez que vous y arrivez bien plus facilement, signe que la difficulté est purement mentale.

* * *

Pourquoi apprendre à gérer toutes les commandes alors que le parcours peut se passer avec seulement une bonne gestion de l’embrayage ?

Pouvoir gérer son allure permet de se ralentir pour mieux tourner avant chaque porte, mais aussi de se relancer pour reprendre de l’équilibre en sortie de porte.
En effet, comme la vitesse n’est pas assez élevée pour utiliser le contre-braquage et que tourner le guidon jusqu’en butée implique un risque de perte d’équilibre, il faut faire pencher la moto pour tourner plus court.
Or cela tombe bien, le fait d’incliner la moto entraîne une rotation plus facile du guidon.

C’est un point fondamental à comprendre !
Si la moto penche en avançant, le guidon se tournera du côté où elle penche. Du coup, vous tournerez bien plus facilement, sans avoir à vous battre avec le guidon, que ce soit pour tourner ou pour redresser.
Expérimentez-le simplement : mettez-vous derrière la moto, à l’arrêt, guidon droit, et poussez-la en l’inclinant. Vous verrez que le guidon se tourne de suite du côté où la moto penche.

Pour tourner plus facilement, inclinez la moto : appuyez avec le genou extérieur sur le réservoir, poussez sur votre pied intérieur, et tournez le guidon à fond pour appuyer sur la poignée intérieure vers le sol.
La moto va légèrement s’incliner. Pour compenser l’équilibre, il est fondamental de garder de l’accélération (sans pour autant prendre de la vitesse, grâce à la gestion du point de patinage et du frein arrière).
Si cela ne suffit pas, sortez vos épaules vers l’extérieur en penchant le haut du corps vers l’avant et sur le côté opposé au virage. Cela permet de porter votre poids sur le pied extérieur.

Du coup, après avoir passé la porte, il vous sera facile de redresser la moto pour l’emmener vers la porte suivante.
Pour ce faire, reprenez de l’allure, appuyez cette fois sur le pied extérieur à l’inclinaison que vous venez de prendre et poussez sur le genou intérieur : cela aura pour effet de redresser la moto et donc son guidon.
Enchaînez ensuite de l’autre côté et ainsi de suite…

Au final, la séquence complète est la suivante :
– regard vers la porte n+1 ;
– environ un mètre avant la porte, freinage de l’arrière et mise en roue libre ;
– inclinaison de la moto (éventuellement avec contrepoids du corps) ;
– rotation du guidon, presque jusqu’en butée, pour passer sur l’extérieur de la porte ;
– reprise d’allure et d’équilibre ;
– regard vers la porte n+1…

Si tout cela est bien assimilé, vous pourrez vous concentrer sur les deux choses essentielles : serrer les jambes (genoux et pieds) et lever les yeux.

 * * *

Dans le cas où des cônes seraient renversés pendant le parcours, il est important de continuer sans se retourner et de terminer le parcours.
Ne tournez surtout pas la tête pour regarder le plot que vous avez touché. Gardez le regard loin en avant sur votre trajectoire.
Toucher un plot ne constitue qu’une seule faute. Se retourner pour le regarder, c’est la quasi-certitude d’en commettre une seconde, synonyme d’ajournement.
Si vous touchez juste un plot ou un piquet et que vous ne faites aucune autre erreur, vous aurez un « B ».

Dans tous les cas, terminez le parcours.
Après la dernière porte, arrêtez-vous tranquillement et ne bougez pas en attendant les instructions de l’examinateur !

J’ai vu des candidats chuter en fin de parcours parce qu’ils avaient freiné à fond avec le guidon tourné. Perte d’équilibre immédiate…
Le parcours est fini ? On respire un grand coup et on freine à un ou deux doigts, doucement, et de préférence avec le guidon droit. Vous êtes à 5 km/h, pas la peine de tirer sur le levier comme un bourrin. Vous pouvez même vous arrêter au frein arrière, c’est plus sûr.

J’ai vu d’autres candidats ajournés parce qu’ils sont allés se repositionner au départ pour un second essai sans attendre l’ordre de l’inspecteur.
Ils étaient persuadés d’avoir fait deux fautes. Pas de chance, l’inspecteur n’en avait retenu qu’une seule et aurait mis un « B ». Le fait d’aller se repositionner sans s’arrêter est une erreur de parcours, cela vaut un « C ».
Du coup, forcément, avec le stress engendré par cette situation idiote et l’engueulade de l’inspecteur, le candidat rate son second essai…

* * *

Conseils pour l’arrêt-redémarrage en virage

Les deux parcours à allure lente mis en place à l’examen du permis de conduire moto depuis janvier 2013 inaugurent une nouvelle manoeuvre : un arrêt avec redémarrage en virage.
Lors de cette manoeuvre, vous êtes seul(e), sans passager, dans une partie du parcours non chronométrée.
Il s’agit, au cours d’un demi-tour complet ( à 180 degrés), de marquer un arrêt complet, comme à une intersection avec arrêt obligatoire (un « stop »), puis de repartir en tournant serré.

Les consignes d’examen spécifient que « le candidat doit marquer l’arrêt en (4) (pied[s]) au sol, moto immobilisée)« .
La position de la roue avant au moment de l’arrêt n’est pas définie précisément : vous devez juste vous arrêter avant la ligne, ce n’est pas à 20 cm près. On ne vous demande pas un arrêt de précision, mais un arrêt dans la zone entre les deux lignes. Seule contrainte : la moto ne doit pas chevaucher la seconde ligne, la roue avant ne doit pas la franchir. Si vous vous arrêtez avant ou après la zone entre les deux lignes, ce sera un C.
Lors de l’arrêt, vous pouvez poser un ou deux pied(s) au sol, au choix. La moto doit se trouver totalement immobilisée, les roues à l’arrêt.

Autre consigne d’examen : « l’arrêt étant progressif, et non instantané, le ou les pieds posés à cette occasion ne doivent pas être considérés comme des erreurs« .
Avant votre arrêt complet, vous avez donc le droit de poser un ou deux pieds au sol. Ce n’est pas recommandé de poser les deux pieds, mais c’est toléré.

En outre, « un pied posé au sol, au moment du départ en (4), à l’occasion de la reprise d’équilibre ne doit pas être considéré comme une erreur« .
Après le démarrage, si vous manquez d’équilibre, vous avez le droit de poser le pied au sol. Un seul, pas les deux en même temps. Un pied au sol à ce moment n’est pas compté comme une erreur.

Enfin, « le fait pour le candidat d’effectuer une marche arrière lors d’un arrêt n’entraîne pas de sanction mais une intervention immédiate de l’expert pour interrompre cette pratique. S’il l’estime nécessaire, l’expert peut demander au candidat de se replacer dans la position qu’il occupait avant d’entamer cette action. »
Une fois la moto arrêtée, elle ne doit pas reculer. Si elle le fait, vous ne serez pas sanctionné, mais l’inspecteur interviendra et vous demandera de vous replacer.

De façon générale, « le candidat, sauf sur le parcours de (2) en (3), s’il utilise un véhicule équipé d’un changement de vitesse manuel, reste libre quant à la méthode à employer pour faire évoluer la moto (utilisation des commandes, position du corps, du regard) ».
Il n’existe aucune méthode ou technique imposée ou nécessaire, ni par l’inspecteur, ni par votre formateur. Si ce dernier vous soutient le contraire, il a tort.

Nous allons maintenant voir comment gérer au mieux l’arrêt et le redémarrage en virage.

Commençons par l’arrêt.

Préparer l’arrêt

Vous arrivez sur le premier rapport, à allure réduite. Afin d’assurer un arrêt en douceur, il est très important de respecter deux points :
1- Vous devez débrayer avant de couper les gaz, vous devez impérativement vous arrêter en roue libre.
2- Vous devez immobiliser la moto au frein arrière, afin d’éviter tout déséquilibre par un freinage trop important sur la roue avant.

A la sortie du slalom, n’hésitez pas à prendre un peu de vitesse (tout en restant en première, évidemment) pour assurer votre équilibre et à l’approche du demi-tour, alors que vous êtes encore en ligne droite, débrayez à fond.
Ensuite, visez la ligne d’arrêt du regard, braquez le guidon pour y aller et laissez-vous filer vers la ligne, tout en freinant très légèrement de l’arrière pour vous ralentir progressivement.
A environ un mètre de la ligne, serrez bien les genoux et freinez plus fort sur la pédale en restant bien débrayé à fond, sans redresser le guidon.

S’arrêter et garder son équilibre

Pour le demi-tour vers la gauche, c’est plus facile : tout en freinant de l’arrière avec le pied droit, sortez le pied gauche et préparez-vous à le poser au sol.
Avec le guidon braqué à gauche, la moto va naturellement s’incliner à gauche, il vous sera facile de poser le pied bien à plat par terre.

Pour le demi-tour vers la droite, c’est un rien plus délicat.
Deux solutions :
– ou vous arrêtez d’abord la moto, bien en équilibre, au frein arrière, et posez le pied droit ensuite, de la même façon que pour le demi-tour à gauche (c’est plus sûr, mais demande de maîtriser le point d’équilibre de la moto) ;
– ou vous sortez le pied droit avant l’arrêt, afin d’assurer votre équilibre, ce qui vous empêche d’utiliser le frein arrière et vous impose d’arrêter la moto au frein avant, en freinant avec un seul doigt sur le levier (c’est plus difficile car vous devez doser votre freinage de l’avant et surtout éviter de faire porter trop de poids sur votre jambe).

Dans tous les cas, il est important de garder la moto la plus droite possible en vous arrêtant.
Pour cela, appuyez sur le pied opposé à celui qui supportera le poids de la moto et assurera votre équilibre. Ne vous décalez pas vers l’extérieur, au contraire, mais poussez avec la cuisse extérieure pour pousser sur le repose-pied extérieur au demi-tour.

Une fois la moto à l’arrêt, vous pouvez poser les deux pieds au sol ou changer de pied pour bien poser le pied intérieur.
Si vous avez les jambes courtes, n’hésitez pas à vous décaler, à sortir une fesse pour bien poser le pied à plat, au plus près de la moto. Il vaut mieux avoir un pied bien à plat, stable en appui, que les deux sur la pointe en équilibre précaire.

Redémarrer en tournant serré

Le démarrage en virage serré suppose un pré-requis impératif : vous devez connaître, maîtriser et garder le point de patinage de l’embrayage de la moto.
Il est nécessaire d’avoir compris et pratiqué avec succès les exercices décrits dans l’article Maîtriser son embrayage.

Pour un démarrage en virage serré sans perte d’équilibre, vous devrez :
– trouver rapidement le point de patinage de l’embrayage et le conserver de façon stable, sans prendre de vitesse et sans venir en roue libre ;
– garder le guidon braqué, ne pas redresser la roue avant.

Avant de démarrer, préparez tranquillement votre action.
Respirez profondément et pensez à tout : position, allure, regard.

Placez votre regard là où vous voulez aller, vers la sortie du demi-tour.
Regardez à votre hauteur, pas vers le sol. Ne regardez pas juste devant votre roue. Gardez bien la tête tournée.

Penchez votre buste légèrement vers l’avant, détendez vos bras.
Avec les mains posées sur le guidon braqué à  fond, fléchissez le coude extérieur vers le sol : vos épaules vont naturellement sortir vers l’extérieur, ce qui va vous aider à mettre de l’appui sur le repose-pied extérieur.

Mettez la moto en appui sur votre jambe intérieure.
Gardez bien le guidon braqué et si votre taille le permet sans vous mettre en difficulté, inclinez la moto vers l’intérieur.
Plus elle sera inclinée, plus vous réduirez le rayon de braquage et donc tournerez serré.

Quand vous vous sentez prêt(e) à démarrer, restez débrayé, mais mettez du gaz.
Pas besoin de faire hurler le moteur, mais il ne faut pas rester sur le ralenti non plus. Faites ronronner le moteur, avec un régime de 3.000 tours/minute environ. Mieux vaut en mettre trop que pas assez !
Vous pouvez soit maintenir un régime stable, soit mettre de petits coups de gaz, légers mais très rapprochés. Dans tous les cas, ne laissez pas le compte-tours retomber au régime de ralenti (en général, autour de 1.000 tr/min.).
Il est fondamental d’assurer la motricité sur la roue arrière qui va assurer votre équilibre.

Attention, gaz d’abord, embrayage ensuite !

Gardez bien du gaz et lâchez rapidement le levier d’embrayage pour l’amener au point de patinage, en cessant de freiner.
Quand la moto commence à avancer, embrayez encore un tout petit peu (2 mm de plus plus), gardez bien du gaz, gardez les yeux fixés sur votre objectif et surtout, gardez le guidon braqué.
Si vous laissez le guidon se redresser, la moto va se redresser et élargir sa trajectoire. Maintenez le guidon braqué pour maintenir la moto inclinée vers l’intérieur du virage.

Si vous le souhaitez, vous pouvez conserver la jambe intérieure sortie (tendue vers l’avant), mais sans que le pied touche le sol.
Cela peut vous sécuriser. En cas de perte d’équilibre, vous pourrez facilement redresser la moto en poussant sur votre jambe.

Mais si vous gardez bien le point de patinage avec du gaz, vous ne pouvez pas perdre l’équilibre, c’est impossible !
Pendant votre démarrage, gardez bien l’appui sur le pied extérieur (avec les épaules sorties), restez sur le point de patinage, maintenez du gaz… et tout ira bien.

Les erreurs que vous commettez souvent :
– redresser le guidon pour redresser la moto, cela vous rassure sur l’équilibre mais vous empêche de tourner ;
– pomper sur le levier d’embrayage, cela vous fait soit tomber en roue libre (ce qui déstabilise la moto et vous fait poser le pied), soit embrayer trop fort et prendre de la vitesse (ce qui redresse la moto et la fait élargir) ;
– garder la tête droite, regarder là où vous ne voulez pas aller, en face, vers la ligne de bord de piste ;
– couper les gaz en démarrant, ce qui annule la motricité et déstabilise la moto, voire fait caler le moteur.

  387 comments for “Permis moto : parcours à allure lente

  1. Charles
    6 décembre 2014 at 21:20

    Et bien, j’ai eu l’examen du plateau à la deuxième fois. Toujours difficile le lent et en particulier la partie ultra-lente du lent avec un B, pour le reste 4 A à la seconde présentation. Pour la première présentation du plateau, deux C au lent avec un pied à terre et un temps de moins de 20 secondes sur la partie chronométrée à chaque fois. Faut dire que j’ai stressé à un point au premier passage, c’était énorme. Je n’étais tout simplement pas là.

    Le stress d’avoir le permis moto, moi qui ai 39 ans et n’ai pas fais de deux roues depuis 25 ans, à l’époque avec une Peugeot 103 SP. Surtout la crainte de la chute, de ses conséquence physiques (paralysie…), me fait autant craindre la moto que je n’éprouve du plaisir à la conduite. Je possède depuis mars 2014 une Yamaha YBR 125 et ai fais cette année 15000 km, en duo la plupart du temps. Et cette probablement bête que le risque est moindre en 125 qu’avec une grosse moto. M’enfin c’est comme ça. Enfin, je remercie Fab pour ce site merveilleux, une mine d’information. Bon vent

  2. ed
    5 novembre 2014 at 11:37

    Bonjour à tous amis motard,
    J’ai passé mon plateau hier( 4/11/14) sous une pluie…horrible. Tellement concentré que la pluie en fait, tu l’oublies. Et au final je m’en sors avec 4 A !(Pour les fiches, elle ne m’a communiqué la note…)
    Je tiens surtout à remercier les différents commentaires et conseils de ce site, car ils ont été d’une très grande aide. Tant sur le point technique que moral. C’est humain d’avoir des doutes, et j’ai trouvé un sérieux réconfort en lisant tout vos commentaires. Donc, un grand merci à tous!!!
    J’aimerai également rassurer les futurs candidats et candidates à mon tour:
    Pour ma part, je n’ai réussi l’évitement que 1h avant d’aller à l’exam….En fait mon problème c’était les chaussures qui m’empechaient de passer correctement la 3ème, et du coup de bien stabiliser ma vitesse, et du coup de me concentrer sur ma manoeuvre….Faut dire aussi que, comme un con, j’ai changé de chaussures après avoir été habitué avec des autres….Mais de peur qu’elles ne soient pas acceptées a l’exam, j’ai changé…Oui je sais c’est idiot mais bon….

    Bon courage à vous tous et à bientôt sur la route

    • DavidP24
      5 novembre 2014 at 12:54

      Tu n’as plus qu’à peaufiner tes compétences avec un ou deux stages avec fabien, et tu sera s au top.

  3. Bob
    31 octobre 2014 at 14:58

    Bonjour à toutes et tous
    Comme beaucoup d’entre vous j’ai découvert ce site dans un moment de déprime post entrainement plateau 😉
    Agé de 43 ans, après quelques mois de 125 et sans autre expérience du 2 roues je décide de passer le A, le 125 étant vraiment trop juste en duo.
    Passage obligé par la case code : je choisi la version code par internet (je recommande), plus compatible avec ma vie professionnelle et, à vrai dire, pour ma seule leçon à l’auto école je me sentais très vieux au milieu de tout ces gamins et j’avais l’impression d’être regardé comme le gars qui vient de se faire sucrer son permis !
    Donc, après moult cris de rage et jurons devant mon PC j’obtiens le code du premier coup.

    Dans la foulée première leçon de plateau, j’enfourche la XJ6 pour aller jusqu’au plateau avec un sourire jusqu’aux oreilles (ça ne durera pas). Là commence de longues heures à transpirer sur ce p….n de lent avec des pieds à terre, des piquets renversés, la moto qui cale et même une jolie chute avec roulade, j’avoue avoir eu envie d’abandonner par moment mais la lecture de ce site m’a encouragé à persévérer!
    Le rapide ne me posant pas de problème, au bout de 18/20 heures de leçons le moniteur m’annonce que je passe le lundi (on est jeudi) : « t’as appris tes fiches » me dit-il ?
    « Bien sûr » 🙂 (bon ben je sais ce qu’il me reste à faire ce week-end !)

    Le jour J, échauffement sur le plateau (qui est celui de l’examen), ça passe plutôt bien.
    Je suis le premier à passer, pousette/verif : A (bien bosser les vérifs c’est un A facile)
    Arrive le lent, je m’élance, juste un pied à terre sinon le reste bien (que je crois). Fin du parcours : « c’est un C m’sieur ».
    QUOI ?!??!! à ben oui j’ai juste fait mon demi tour à l’envers, si, si, à l’envers, sur le parcours sur lequel je venais de m’échauffer pendant 1 heure !!!!!
    Je recommence donc mon parcours tout se passe bien et là, à la sortie de la zone d’évitement, le trou noir : « je prend à gauche ou à droite pour le demi tour ? », là mon cerveau me dit « démerde toi », je choisi donc un côté au hasard en me traitant de tous les noms son mon casque, et à l’arrivée : « c’est un A m’sieur » OUFFFFFF, j’ai choisi le bon côté !!!!!!
    Pour la suite ça sera A/A/A (bien bosser les fiches c’est aussi un A facile).

    Ce que je retiens du lent :
    – ne pas sous estimer les effets néfastes du stress : avant le départ bien repérer où vous allez passer du début à la fin.
    – écouter les conseils des « anciens » : j’aurais pu éviter quelques heures de leçons si j’avais écouté dès le début le gars qui m’a dit « pour tourner plus facilement, couche toi sur le réservoir », effectivement ça libère les bras et ça m’a permis de bien arrondir les trajectoires pour passer les portes plus facilement (même si j’avais l’air d’un gland, allongé sur le réservoir à rouler à 3 km/h).
    – pencher légèrement la moto avant de repartir sur le demi tour ça permet de partir plus serré et de ne pas mordre la ligne.
    La conduite a été une formalité j’ai juste perdu le point courtoisie en ne m’arrêtant pas pour laisser passer un piéton qui attendait sur le trottoir en sortie de rond point. De toute façon je ne m’arrête pas en voiture (et à fortiori en moto maintenant) en sortie de rond point c’est trop dangereux, j’y ai déjà laissé un bouclier arrière et il y aussi le risque d’emmener le piéton si on m’emboutit l’arrière.
    Me voilà donc enfin motard (débutant) et c’est un pur bonheur : le rituel de l’habillage, le son du moteur au démarrage, les premiers V aux autres motards, l’odeur de la campagne en roulant, le bruit de l’échappement qui revient aux oreilles dans les rues étroites, bref, accrochez vous, persévérez ça en vaux vraiment le coup !!!!!

    • Windgirl
      4 novembre 2014 at 14:10

      Bonjour Bob,
      Je me suis complètement retrouvée dans ta phrase « j’avais l’air d’un gland, allongé sur le réservoir à rouler à 3 km/h » parce que c’est exactement mon cas ! ^^
      Je passe l’examen mercredi prochain et j’ai découvert seulement la semaine dernière qu’en se « couchant » sur le réservoir, ben tous les virages et demi-tour passent carrément mieux !!
      J’espère ne pas me planter de côtés pour les parcours le jour J …. :-p
      Hâte d’avoir mon permis ! V

    • Jenny
      8 novembre 2014 at 00:29

      Merci pour çe témoignage Bob, ça redonne du courage car je galère sur le lent (je suis a 8h de plateau) demain matin jai 2h de cours et je vais y aller plus sereinement 🙂 d’ailleurs je vais essayer le coup du « se coucher sur le réservoir » LOL
      Encore merci pour ce site génial fab j’y passe des heures et des heures

      V a tous

      • gyome
        7 décembre 2014 at 23:07

        Je me retrouve tellement dans ces lignes, 2 heures de plateau demain…je me vois déjà couché sur le réservoir!!!

        Bravo pour cette belle et précise description de comme je conçois les petits plaisirs de motard …jusqu’au retour des sons échappement dans les ruelles! TROP FORT!

        Longue route à tous, à bientôt au détour d’un V 😉

  4. Madek
    23 octobre 2014 at 10:02

    Bonjour,

    Je souhaite vous soumettre un petit pb.
    Je suis en train de passer mon permis moto. La moto est une yamaha mt-07 et si j’ai bien regardé sur internet ,la charge utile doit être de 175 kg.
    Je suis moi-même à 130kg ( 132 ce matin, sniff !!), mettons 135 avec l’équipement. Il ne reste donc que 40 kg pour le moniteur et même s’il est plutôt mince on dépasse quand même d’une vingtaine de kg.

    Vaut-il mieux faire la remarque à l’inspecteur le jour du plateau et suivre sa consigne éventuelle ?
    ou bien se taire consciencieusement et même éventuellement mentir un peu sur mon poids réel ?

    Merci

    • FlatFab
      28 octobre 2014 at 01:16

      Tu te tais, c’est au formateur de gérer ça.
      Par contre, avant l’examen, tu peux lui demander de régler l’amortisseur pour le durcir au maximum.

      • madek
        28 octobre 2014 at 13:10

        C’est noté, merci.

  5. Nico
    22 octobre 2014 at 14:26

    Le demi tour au lent.

    Juste pour dire que une fois sur deux je foirais mon demi tour au lent. Parceque j’avais compris qu’on n’avait pas le droit de poser de pied par terre une fois reparti. J’étais du coup souvent trop large.

    L’inspecteur m’a sauvé la vie lors de l’exam. Car il a bien précisé qu’il est possible de mettre tous les pieds par terre que l’on veut lors du redémarrage, dans la mesure ou cela reste entre les 3 lignes qui servent à délimiter la zone ou l’on s’arrête. C’est, du coup, beaucoup plus simple de trouver son équilibre au redémarrage !

    Voila, c’était pour partager cette expérience.

    • Nico
      22 octobre 2014 at 14:39

      Alors ne voulant pas non plus laisser passer de faux message, et en relisant le site plus haut, « mettre tous les pieds par terre que l’on veut » est peut être exagéré. Je n’ai pour ma part utilisé que mon pied intérieur au virage, et surtout avant la 3e ligne de la zone de demi tour.

      • Windgirl
        4 novembre 2014 at 14:12

        Merci pour cette précision qui effectivement change beaucoup de choses !! :-p

  6. Edenn
    20 octobre 2014 at 15:45

    Bonjour à toutes et à tous 🙂

    Je passe mon plateau le 22 (ce mercredi et oui) du coup je me refuse d’y penser. Je compte y aller comme pour un autre cours, pendant lequel j’ai l’intention de donner le meilleur de moi même. Retrouver le plaisir que la moto va me procurer comme à chaque cours d’ailleurs. J’ai repris récemment après un mois d’arrêt suite à une formation pour mon job, donc le restant d’heures ajournées pour me caler juste avant le 22 (dernier cours de 7 à 10h pour tomber comme une fleure juste à l’heure de l’examen). Après cette période d’inactivité d’apprentis motarde, j’ai fait le lent « à froid » et j’avais compris que certains réflexes et acquis m’étaient habituels, comme pour une voiture hein, on monte on tourne la clés et hop on est parti. Mon seul hic est le suivant, je ne parviens pas à augmenter ma vitesse à la sortie du demi tour pour atteindre la vitesse minimum exigée au moment du passage radar …. 🙁 en plus évitement appris sur le tard (premier du genre la semaine dernière avec 40 km/h) et donc pour le freinage d’urgence pareil, je ne parviens pas à atteindre la vitesse demandée, sur une ligne droite tout de même…. Merci par pour tout conseil utile, je reprends mon cours à 17 h demain, faut que je tente, faut que je l’ai …. Et BONNE ROUTE et M…E a toutes celles et ceux qui se préparent au plateau ou à la conduite, on va l’avoir yeahhh 🙂

    • IchabOd
      21 octobre 2014 at 11:08

      Bonjour,

      A te lire j’ai l’impression que ce n’est qu’une question de confiance. Tu n’ose pas aller vite car tu as peur du freinage et de l’évitement, non ?

      Si j’ai raison, je pense que tu pourrais travailler ces deux points indépendamment de la vitesse, puis une fois que tu es rassurée, tu t’occupes de la vitesse, tu montes rapidement à 55 km/h, tu stabilises à cette vitesse jusqu’à la ligne où tu coupes les gaz, comme ça tu es sûre d’être au-dessus de 45 km/h (si 45 km/h est encore admis par les examinateurs) au moment du contrôle de vitesse.

      Tu verras que bien vite, une fois que tu auras ton permis, tu auras l’impression de te traîner à 50 km/h alors que ça semblait déjà très rapide sur un plateau ! 🙂

      Aies confiance en ta moto !

      • Disklad
        21 octobre 2014 at 11:48

        Bonjour.

        J’ajouterais juste, d’un point de vue purement technique, que tu passes peut-être les vitesses trop vite. Pour monter rapidement aux 50 km/h, il vaut mieux pousser pas mal la première et/ou seconde jusqu’à atteindre la vitesse nécessaire, et ensuite seulement passer la troisième qui te permettra de stabiliser ton allure. Plus tu arriveras rapidement aux 50km/h demandés, plus tu auras le temps de te concentrer sur la suite des opérations, stabiliser ta vitesse puis évitement ou freinage.

        PS : Par contre, du coup, ton message aurait peut-être eu plus sa place dans l’article sur allure rapide 😉

        • Edenn
          21 octobre 2014 at 12:20

          Merci pour vos petits messages, effectivement Disklad, après m’être relu il me semblait bien ne pas écrire au bon endroit.
          J’ai encore cet après midi et demain pour tester ce que vous m’avez conseillés 🙂
          Parfois quand je roule derrière le moniteur sur le bout d’autoroute, je suis à l’aise en vitesse et même j’ai le sentiment que la moto se traine à 80. Pour info je pilote une hornet 600, très souple et agréable, mais comme elle est juste en vitesse je me disais que peut-être on l’a bridé pour la sécurité des débutants mais mon moniteur m’a confirmé que non.

          Ça doit être moi et ma manière de titiller la boîte et l’embrayage 🙂
          Y’a une chose dont je suis sûre c’est que je le VEUUUUUX

          A tantôt

          • FlatFab
            21 octobre 2014 at 12:29

            Sais-tu qu’avec un Hornet, tu peux facilement rouler à 50 km/h en 1e ?
            Essaie, monte bien le régime, tu te mets à 50 en 1e et après, tu passes vite fait les 2e et 3e.

            • Edenn
              21 octobre 2014 at 16:40

              Merci FlatFab et non je l’ignorais. Je pensais qu’elle avait une limite de palier en 1ere, c’est sûr je vais tenter ça ce soir 🙂

              • Jacques
                21 octobre 2014 at 19:10

                Bonsoir,
                Je viens d’échouer pour la deuxième fois au plateau, plus précisément au lent, alors qu’il y a trois jours, à l’entrainement, ça passait nickel! Je suis un peu écoeuré! Il faut dire que lors de mon premier passage le 25 aout, il tombait des trombes d’eau! Et aujourd’hui, même scénario avec en plus des rafales de vent à 80/90 Kmh. Sur les quatre présentés, aucun reçu!
                J’ai 55 ans, plutôt actif et sportif, j’ai fait de la 125 il y a quelques années, et je suis plutôt à l’aise en circulation, j’ai d’ailleurs ramené la moto sur 50 km jusqu’à l’auto école malgré cette météo désastreuse. Je ne sais plus trop quoi faire, d’autant que se n’est jamais tout à fait les mêmes erreurs! Je vous remercie pour vos conseils!

                • Edenn
                  21 octobre 2014 at 19:40

                  J’ai eu droit à la pluie aussi mais d’une force…. c’est simple j’étais trempée les mecs m’ont essorés mes gants et le moniteur m’a collé au radiateur bref j’ai quitté la piste quand j’ai senti que je nageais sur la selle 🙂 mais et moui haha je suis parvenue à faire 21 secondes la vache plusieurs fois de suite. Hélas le temps ne m’a pas permis de faire autre chose.

                  Ne lâche pas Jacques, je passe mon 1er demain et je suis comme toi des petites erreurs par ci par là, je pense qu’une fois le vide fait dans sa tête et la concentration on est déjà bien parti pour réussir et puis faut se faire confiance, facile à dire oui je sais demain ça passe ou ça casse pour moi 🙂

    • Nico
      22 octobre 2014 at 14:11

      Le supplice a pris fin hier pour moi : B-B-A-A-A. C’était la 2e tentative. Ouf !

      Ouais, B au contrôle, faut le faire. J’ai fait un hors sujet : niveau d’huile, pour le contrôle moteur… quel naze.

      Le lent : à l’arrache, mais c’est passé.

      En tout cas, quel stress ! « Sur le lent t’étais tout blanc » m’a dit la monitrice ! Pourtant il n’y a intrinsèquement pas de raison ! Pas de risque de mort d’homme ! Et ça passait bien à l’entrainement …

      Pour résumer, le permis demande du temps, de la patience, un esprit serein (… et des sous) !

      Se rajouter ça en plus des contraintes de la vie de tous les jours, le boulot, les enfants, le manque de disponibilité qui en découle fatalement, et le fait qu’on s’approche de la « trêve hivernale » pour le passage des exams, et hop, bonjour la pression qu’on se met.

      Malgré tout je trouve que la formation est exigente, de qualité, les épreuves (plateau, fiches, circu) sont tout à fait sensées et bien faites. Je me sens bien mieux formé qu’à l’issue des 7h pour l’équivalence 125 avec permis B.

      Allé, vivement la circu…

      Courage à tous, et respirez bien avant le lent ; )

      • Edenn
        23 octobre 2014 at 13:37

        Félicitations Nico 🙂

        Pour moi c’est à refaire……..grrr j’attends ma prochaine date
        M…e pour la circu tu vas l’avoir

  7. Eric
    14 octobre 2014 at 19:18

    Bonsoir,

    je souhaite vous remercier pour les conseils donnés sur votre site, en effet de je viens de réussir le plateau not (A/B/A/A/A), tout ce que vous indiquez sur l’apprentissage du lent par strates s’est vérifié.

    Voici un rapide compte -rendu de mon évolution :
    Juin 2014 : premier contact avec la moto , formation de 7h, Achat d’une KTM Duke 125
    Septembre 2014 : 3500 Km parcourus (Quel pied), ce qui devait arriver , arriva : envie de passer le permis A
    12/09/2014 : inscription, je dois repasser le code
    02/10/2014 : code réussi
    02/10/2014 : premier cours de plateau (le lent), galère….consultation du site
    05/10/2014 : Lent : meilleure position sur la moto…mais pas le bon rythme/pas la bonne allure….le regard (quoi le regard , je roule pas les yeux fermés….), Rapide : RAS super simple pour moi
    09/10/2014 : le moniteur (qui voit en moi un potentiel que je ne vois pas m’inscrit pour le plateau du 14/10)
    10/10/2014 : 2 h de plateau, du lent, du lent …la descente aux enfers , 3 chutes…mais le déclic d’écouter le moniteur qui me fait comprendre le regard, anticipation de la prochaine porte (Merci Michel !!)
    11/10/2014 : Position : OK, Trajectoire : OK, Allure : OK, Regard : enfin OK ….j’enchaine 5 gauche/5 droite…mais c’est un peu « jeune »
    11/10/2014 : je demande au moniteur 2h supplémentaire : pour parfaire….
    13/10/2014 : 3 heures de plateau, répétition à Blanc, tout roule, les fiches ont été apprises pendants les 15 jours (Merci à mon fils Etienne qui s’est montré aussi dur que moi pour les leçons!!)
    14/10/2014 : Manip+Vérif : A, lent : C (sortie de route au virage/stop), deuxième : B (19,75 au lieu de 20s), Rapide :A et A, Fiches : A…

    une bonne chose de faite !!

    Merci à mon moniteur ! merci à mon fils! et merci à mon épouse car je n’étais pas facile depuis 10j !!

    salutations à tous !

  8. Sonnygoal
    13 octobre 2014 at 18:56

    Après avoir profité des précieux conseils de ce site ainsi que des commentaires présents dans le forum, je me devais également d’apporter ma contribution -toute relative- à ceux qui galèrent pour ce plateau.

    Après avoir échoué une première fois début Septembre 2014 (Sur le lent, je suis sorti de la ligne droite virtuelle entre les piquets au retour avec le passager…) je l’ai repassé ce matin et cette fois, c’est passé! Quel SOULAGEMENT ! ABAAA

    Alors pêle mêle:

    > J’ai pratiqué pendant deux heures avant l’examen. perso, cela m’a fait le plus grand bien car arriver à froid de bon matin et tout envoyer du premier coup ou presque, c’est chaud. Dans la mesure du possible, demandez à pratiquer avant votre passage.

    > Conduire sous la pluie (oui il pleut beaucoup en ce moment 🙂 ) ne change rien (presque) au comportement de la moto. Être juste un peu plus souple sur le freinage d’urgence. Et encore, avec l’ABS on ne sent pas la différence

    >ENFIN, le TRUC qui a changé ma vie (et permis de valider ce p****** de plateau): il nous était souvent demandé de maintenir un filet de gaz (entre 2000 et 4000tr) afin de conserver une motricité et de ce fait l’équilibre; très bien mais je dois être mal foutu car moi je n’y arrive pas si facilement que ça et le moteur à plutôt tendance a faire des va et vient dans les tours et parfois très haut. Et ben la méthode MIRACLE (me concernant en tout cas et déjà vu écris ici) est d’enrouler le petit doigt sur la partie fixe de la poignée d’accélérateur !!!! (souvent en butée avec la protection de la moto) les autres doigts étant sur la partie mobile, l’accélération est beaucoup mais beaucoup plus précise !! perso ça a REVOLUTIONNE mon dernier entraînement de samedi dernier et de ce matin. On m’avait déjà conseillé de faire cela sans que je pense à le faire, A TORT !!! Une fois calé entre 2 et 4000tr, cela permet de partir stable d’entrée, de ne jamais caler (et donc tomber) et freiner continuellement (plus ou moins fort) donc de maîtriser son allure a condition bien sur d’être sur le point de patinage au niveau de l’embrayage.
    Alors c’est vrai que c’est peut être un peu moins sexy que ceux que je vois et qui maîtrisent parfaitement l’accélérateur et mette des petits coups en mode « trial » mais bon, c’est ce qui m’a permis d’être plus confiant en tout cas !!!!

    Bon courage à tous

  9. Fofo
    29 août 2014 at 21:32

    Merci pour vos super conseils
    Premier plateau hier..rate
    En fait j’ai tout fait bien au premier parcours( au second ,pied au sol!!!stress), avec 22 sec ,retour avec mon prof derriere, tout nickel
    MAIS au sortir du demi tour( reussi) ,pour rejoindre le point de charge du passager arriere,je suis passe ajuste droite du plot du milieu au lieu de par la gauche…elimine… » Erreur de parcours!!… Pourtant on est en quasi ligne droite vers le point de charge passager,et je suis passe a ras d’un cote plutot que de l’autre du plot central,qui n’est pas une porte
    Je suis outre car c’est pas une porte,juste un point central…pensez vous qu’on aurait pu m’en faire cadeau , sacahnt que tout le reste etait bon? Je trouve ce C eliminatoire tres severe
    Si j’avais rate une porte ,ok j’aurais compris,mais là ,pour cette simple faute d’innatention…
    Merci pour votre avis

    • Nanoh
      6 octobre 2014 at 19:26

      Hello,

      Je comprend ta déception, j’espère que le deuxieme passage s’est bien passé pour toi ( si tu l’a passé ). Pour ma part ça a été à peu près pareil aujourd’hui. Au lent, premier essai, sous un coup de stress j’oublie tout ce que j’avais appris à l’entrainement, mauvaise trajectoire pied à terre bref…C. Deuxieme essai, je souffle un bon coup et c’est reparti. J’ai tout bien fait sans soucis. Chronométré à 27sec a la sortie des piquets. Je jubile je continue je m’arrête pile poil comme il faut entre les deux lignes comme l’examinatrice a précisé. Je repart sans soucis….je prend mon passager, je continue, j’arrive à la fin le moniteur souris, les autres élèves me disent que c’est bon…L’examinatrice qui me dis que j’ai un C….Le moniteur qui ne comprend pas les autres non plus…Je me suis pas arrêté à la bonne ligne apparemment. J’ai dépassé la ligne de quelques centimètre et je devais m’arrêter à une ligne au centre. Pourtant j’étais avant le plot lors de mon arrêt…Je repars dépité ne comprenant pas vraiment mon erreur…Le moniteur essaie de me faire obtenir un B malgré tout mais l’examinatrice reste catégorique  » On ne dépasse pas cette ligne meme ne serait-ce d’un millimètre. Ajourné.  » et je regarde les autre réussir là ou j’ai échoué, me disant qu’ils auraient fait la même erreur. Bref. Mauvaise expérience pour ma part…Je le repasse la semaine prochaine…et je compte bien l’avoir cette fois ci.

  10. Twelvetones
    16 août 2014 at 11:03

    Question sur Parcours lent – roue libre:

    Bonjour,
    Ce site est excellent: précis et professionnel. J’ai toutefois une question sur la roue libre dans le parcours lent.

    Dans le paragraphe « 3 – la bonne allure » on lit :
    « …combiné avec un zeste de roue libre avant chaque porte pour libérer la direction et pouvoir bien tourner le guidon au maximum en braquage dégressif… »
    Dans le paragraphe « 4 – le regard bien placé » on lit :
    « Au final, la séquence complète est la suivante :
    – regard vers la porte n+1 ;
    – environ un mètre avant la porte, freinage de l’arrière et mise en roue libre ;
    – inclinaison de la moto (éventuellement avec contrepoids du corps) ;
    – rotation du guidon, presque jusqu’en butée, pour passer sur l’extérieur de la porte ;
    – reprise d’allure et d’équilibre ;
    – regard vers la porte n+1… »

    On se met donc en roue libre avant chaque porte mais maintient-on la roue libre pendant les étapes suivantes: « inclinaison de la moto » et « rotation du guidon » ?

    Merci d’avance.
    Salutations,
    Twelvetones

    • FlatFab
      16 août 2014 at 21:17

      Surtout pas.
      Mais tu t’en rendras compte de toi-même sur le parcours.

  11. Marie
    15 août 2014 at 03:51

    Bonjour à tous!

    A mon tour de venir partager mon expérience et peut-être rassurer certains.
    J’ai 40 ans, et effectivement, avec l’âge, c’est plus difficile.
    Cela fait 1 an que je suis inscrite et je viens seulement d’avoir mon plateau au bout 4 fois!!!
    Mon problème, comme tous ici, le lent et le stress…Aucun soucis à passer le lent en entraînement (23 secondes en moyenne, demi tour impec etc…).
    Mais une fois à l’examen, les machoire qui se crispent, les jambes qui tremblent, mais surtout les mains qui tremblent.
    Je l’ai donc râté 3 fois…
    Aujourd’hui j’y suis allée en ayant lu cette fiche, qui m’a donné de bons conseils (et un ENORME MERCI à celui qui l’a écrite), mais aussi grâce à vos témoignages…
    Et notamment à celui qui expliquait qu’il avait fait le parcours à pied avant de se lancer.
    Je l’ai fait aussi, et c’est vrai que cela m’a vidé la tête, et j’étais prête.
    Parce que même si le parcours est le même que sur le plateau de la moto école, les repaires ne sont plus les mêmes (les plots ne sont pas de la même couleur, semblent plus espacés, les piquets également,etc….). Et cela m’a permis de prendre mes repères.
    Je me suis lancée en me disant que c’est qui suis maître de la moto et pas elle…et j’ai compté…et à chaque porte dans laquelle j’entrais, je me disais lêve la tête et regarde l’autre porte…
    C’est passé, sans gloire, ni honneur, car j’ai touché 2 piquets, et mis le pied au demi-tour.
    Mais je suis tombée sur un examinateur très, très, très sympa, qui m’a octroyé un « B », un tout petit petit « B », mais un « B » quand même, et j’ai pu passer aux épreuves suivantes et réussir mon plateau…
    Je tenais aussi à vous rassurer en vous disant que : non, les examinateurs ne sont pas plus dur l’été, et non ils ne sont pas tous « peau de vache », j’en suis la preuve vivante…
    Et sur tous ceux sur lesquels je suis tombée, tous étaient désolés pour moi…
    Comme dit mon moniteur, je l’ai eu à l’arrache, mais je l’ai eu parce que je le méritais…
    Et franchement, le principale est de l’avoir…
    Bon courage et bonne chance à tous!

  12. Christian
    7 août 2014 at 12:54

    Bonjour à tous,

    Et bien aujourd’hui c’était le plateau et ce fut une CATASTROPHE !!! Hier entrainement et tous les essais étaient bons, même très bons. J’ai raté le lent. Premier essai : Deux pieds au sol. Deuxième essai Je passe les 3 premiers portes de plots et laisse filer la moto entre les deux portes « piquet ». Purée de purée perte de concentration, tremblement et tout ce qui va avec le stress.

    Pourtant j’ai 42 ans et 11 heures d’entrainement mais le stress m’a eu au tournant.

    En lissant les commentaires, je vois « Fleur de Bach ». Il en existe beaucoup. Donc la quelle prendre et surtout combien de temps avant le passage. et l’homéopathie ?

    Bref au secours….

    Merci

    • stephanie
      8 août 2014 at 08:03

      Bonjour Christian,

      Tiens je me reconnais dans ton histoire …. Tu as pu lire mes déboires plus bas ….Ah le stress 🙁

      Pour Fleur de Bach, j’ai commandé sur le site RESCUE reconforte et rassure (anti stress)
      J’ ai pris les gouttes pendant un mois avant mon second passage, même si peut être ce fut un effet placebo? j’y suis arrivé plus sereine et j’étais zen et je l’ai eu.
      Bon courage.

    • DavidP24
      17 août 2014 at 09:58

      44 ans 3 essais et 30 heures pour tout le permis. Alors patience. Certains automatismes sont plus longs à venir à la quarantaine.

    • Christian
      28 juillet 2015 at 13:35

      Re tout le monde

      Et bien le permis est dans ma poche depuis Mai. Et j’ai fini mon permis en Nouvelle-Calédonie (Travail oblige !!! Trop dur 😉 )

      Bonne chance à tous et toutes

  13. Florian
    4 août 2014 at 22:19

    Bonjour tout le monde, je viens ici partager mon experience de cette torture 😀
    Je viens de le reussir aujourd’hui même, la 2e était la bonne 🙂 Et je tiens à REMERCIER ENORMEMENT l’auteur de ce site absolument merveilleux.
    Après mon echec vendredi il y a 10 jours, je me suis plongé dans cet article ici présent ainsi que tout les commentaires, j’ai tout retravaillé samedi pdt mes 2 dernières heures. Notamment les 3 doigts sur la commande ’embrayage qui permet une meilleure maitrise, et c’est passé impeccable du premier coup ce matin.
    Bon j’étais pas super serein au moment de passer malgré homéopathie + flzeurs de bach, et malgré 2h d’entrainement avant où tout rentrait niquel ; mais cette fois ci, tout est passé. En qq mots je dirais pour ceux qui psychotent sur le lent comme j’ai pu l’être :
    Faites une reconnaissance du parcours à pied, fixez vous des reperes a viser lors de l’epreuve en alignement avec les cones (oui pck visez ds la direction du cone, c’est pas extra on se fait attirer l’oeil par ces conneries :D)
    Prenez bien large le premier virage et faites un GRAND S pour passer la 3e porte comme il faut et avoir l’angle bien large du coup pr rentrer dans les piquets
    Inspirez / expirez bien avant le départ
    concentrez vous et go !
    Genoux bien serrés, reperes, debrayez au moment de tourner la moto pr que ce soit plus facile (merci mille fois pr ce conseil ; j’ai duré plusieurs heures a echouer au dernier virage en calant ou perdant l’equilibre )
    Et ensuite roule ma poule 😀 !

    Pour le reste, j’etais tres a l’aise pr l’evitement, freinage & co, et les fiches : fiche 6 equipement, j’étais béni des dieux ce matin 🙂

    Donc encore une fois mille mercis pour cet article et tt les commentaires qui m’ont bien aidés !! Pour la circu ce sera pas avant ocobre, je pars en vacances pr les dernieres dates restantes en aout … et en septembre, greve des inspecteurs … c’est comme ca, mais je psychote bcp moins pr la circu que pr ce foutu parcours lent !!!

    Bonne chance à tous en tt les cas, gardez confiance, en cas prenez de l’homéopathie qui peut vous aider et relisez bien les articles !! 🙂
    Florian.

  14. BENH95
    26 juillet 2014 at 10:06

    bonjour, je vous livre mon expérience du plateau juillet 2014. examen réussi du 1er coup (4A, 1B) ; tout en restant modeste je suis super fier de moi n’ayant jamais touché une moto de ma vie il y a 3 semaines et ayant 42 ans . de plus je suis le seul sur les 4 de la moto-école à l’avoir eu. les autres se sont loupés au plateau.

    Quelques conseils avisés pour les futurs passages plateau : tout d’abord un grand MERCI aux contributeurs et aux rédacteurs de ce site internet dans lequel j’ai pris des centaines de conseils utiles : BRAVO à vous tous car vous m’avez aidés !!!
    Pour la partie lente du plateau surtout la partie chrono, s’il y a 4 choses à retenir dans l’ordre de départ ce sont : 1/genoux serrés à mort contre la bécane avec le bas du ventre collé au réservoir – 2/ travailler à l’entrainement avec la même moto (moi c’était la 1) pour savoir sans réfléchir où est le point de patinage, capital pour relancer la moto sur le lent quand l’équilibre devient précaire (et oui chaque moto a son réglage de garde d’embrayage donc un point de patinage différent…) 3/ le regard, je sais… moi je me suis forcé à regarder la porte d’aprés rapidement et enfin – 4/ une fois la 2ème porte passée, il faut braquer à fond pour s’ouvrir la 3ème porte que vous abordez au plus proche du cône extérieur pour ensuite enfiler tranquillement les piquets.
    Selon moi, c’est le placement de la moto entre la 2ème et 3ème porte qui fait ou non que les candidats posent un pied, heurtent un cône et n’arrivent pas à enfiler les piquets.

    Ensuite comment gagner les 20 secondes pour avoir le A… moi j’ai trouvé MA TECHNIQUE comme un grand… pas du tout académique mais terriblement efficace pour moi en tout cas ; dés que j’ai passé les 1ers piquets, moto droite en ligne droite, je me couche complètement, ventre sur le réservoir, genoux serrés à mort, point de patinage sous contrôle continuel et là je fais du quasiment sur place !!! je peux vous dire que le chrono défile à fond… du coup j’ai pris un A au lent.

    Précision j’ai fait 14h de plateau à l’entrainement à ma demande car le moniteur m’avait dit que j’étais prêt depuis la 10eme heure mais moi je voulais blinder ma réussite.
    Autre point (c’est mon point de vue), de tous les élèves présents je suis le seul à avoir fait une reconnaissance du parcours à pied. Je vous le conseille vivement !!! pourquoi ? tout le monde a ouvert le bouquin et connait le parcours droite ou gauche par cœur bien évidemment mais la piste peut avoir une pente et/ou un dévers….
    Pour moi à l’aller du lent, il y avait pente et dévers droit !! Ca veut dire que quand tu passais la 2ème porte du lent, je savais que les 200 kg de la moto allait m’embarquer au point mort donc fallait utiliser le frein surtout pas avant mais arrière sinon chute.
    Croyez moi ou pas, les 3 autres motards n’ont même pas passé la 3ème porte ou alors à l’arrache et ont terminé dans les piquets ou en 14s sur le lent….
    J’ai abordé le parcours lent avec beaucoup de sérieux et de précision et çà a payé.

    Enfin j’ai pris un A sur les fiches que j’avais bossé comme un malade car je m’étais dit : je prends un A à la poussée de moto, un A au freinage et un A aux fiches ; le reste je fais ce que je peux car c’est technique et nécessite un peu d’expérience en moto (équilibre et évitement).

    En restant modeste, j’ai essayé à ma façon de contribuer à ce que d’autres motards avant moi m’ont apporté au travers de leurs témoignages sur ce site.
    Bien à vous et bonnes chances aux futurs lauréats du plateau 2014.
    En route pour la circulation désormais, je me nourris déjà des conseils avisés de ce site !!!

  15. Alexis
    23 juillet 2014 at 12:38

    Bonjour a tous,

    ce matin j’ai passer mon plateau qui fit un échec après 24 h d’entrainement qui se passaient plutot bien puisque je maitrisais le lent ainsi que le rapide. Encore hier j’ai eu deux heures de cours, certe la tension commencait a se faire sentir, puisque j’ai eu un peu de mal a me mettre dans le lent. Mais au bout des deux heures après recapitulatif de mon parcours avec le formateur, je lui faisait part de mes inquiétudes celui ci m’a dit que je maitrisais les techniques et que l’examen devrait bien se passer.
    Mais malheuresement ce matin je n’arrivais pas a gérer mon stress malgré une bonne entame, j’obtiens un A en poussette + verif mais au lent étant premier a passer, je n ‘ai pas réussi a maitriser mes nerfs, ce qui m’a valu au premier passage un calage avant les piquets et au second un pied + moins de 20 sec, j’ai donc étais ajourné.
    Très déçu des cette performance, je me pose plusieurs question, suis-je vraiment au point sur cette partie du plateau? Il evident que je reprennes des heures mes combien (6-8-10)?
    Je ne suis pas un grands stressé, c’est la toute première que cela m’arrive, je ne savais donc pas comment réagir.
    Je voudrais savoir ce que vous pensez de tous cela, sachant que l’auto ecole ne me proposera pas de date avant fin aout.
    Merci de votre comprehension, en attendant vos reponses
    bonne journée

    • Vina
      23 juillet 2014 at 21:29

      Salut,

      Je pense en te lisant que tu as eu un gros stress, ne doute pas de toi !!!!
      Le stress est un ennemi , pour ma part je n’ai jamais été aussi stressée que le jour du plateau , on est raide et con aussi 😉 .
      Les trucs qu’on s’est faire , on a l’impression de ne plus y arriver ou on oubli des trucs ( comme les fiches par exemple …) en gros pas de panique tu es comme tout le monde ou comme une grande majorité .
      Pour calmer mon stress j’ai utilisé huile essentielle de lavande sur poignet ( attention si allergie…) et fleur de Bach N°40 en magasin bio pour calmer…
      Et surtout la prochaine fois ne te stress pas (enfin essai 😉 ) prend une bonne inspiration et vas y quand tu le sent , regarde bien la trajectoire et lorsque tu le sent tu y vas!
      Pour mon histoire j’étais 6/6 éleves à passer et lorsque tu vois que tous ceux avant toi y arrive ben pas évident …
      Prend ton temps et surtout oubli les autres élèves (je me suis mise de côté , je me suis mise dans une bulle en quelque sorte )
      Bon courage et dit toi que si tu y arrive a l’entraînement ça vient juste du stress et pas de toi.

    • IchabOd
      24 juillet 2014 at 16:16

      Bonjour Alexis,

      J’étais aussi comme toi, assez à l’aise dans les cours et j’ai raté le premier plateau (alors que j’avais fait un sans-faute pendant les 2 heures juste avant)

      Ton problème n’est pas la maitrise de la moto apparemment, donc rajouter 6 ou 8 heures ne changera pas grand-chose je pense.

      Moi j’ai rajouté 2 heures et je l’ai repassé : Premier essai foiré avec deux pieds par terre. Mon moniteur me regarde d’un air de dire « j’le sent mal », ça m’a déplu (voire vexé 🙂 ), j’ai soufflé un grand coup, et c’est passé !

      Au niveau stress, je me suis focalisé sur le tout premier virage, en me convaincant que si je le prenais bien, bien large et lentement, le reste passerait sans souci (Et c’est souvent le cas d’ailleurs).

    • stephanie
      24 juillet 2014 at 19:02

      Bonsoir Alexis ,
      J’ai vécu la même chose et mon post et plus bas ; je repasse le plateau fin du mois et je suis sous Fleur de Bach ….Je me suis posé des questions mais le stress ben on le gère ou pas ….Rien n’est perdu parles en avec ton moniteur et surtout ne te démotive pas ….

  16. Marion
    17 juillet 2014 at 21:28

    Bonjour à tous!
    Voilà j’en suis à ma 10ème heure de cours plateau, j’ai une date d’examen en milieu de semaine prochaine, mais pour le parcours lent j’ai souvent besoin de poser le pied au sol parce que je perd l’équilibre. Mon moniteur m’a appris à le faire avec juste l’embrayage et le frein avant et quand je n’ai pas besoin de mettre de pied au sol je met 22seconde… mais étant donné que c’est rare que je ne mette pas de pied au sol, je cherchais des conseils et la méthode que vous proposez avec embrayage + frein arrière + accélérateur a l’air plus adapté pour le lent que juste frein avant et embrayage non surtout que vous dites que l’examinateur évaluent l’utilisation de ces 3 commandes… que faire?? je l’ai jamais travailler… c’est long à acquérir?
    Par avance merci de vos conseils ! 🙂

    • FlatFab
      17 juillet 2014 at 21:37

      Si tu ne sais gérer que l’embrayage (et encore, faut voir comment), cela fait deux autres commandes à assimiler en une semaine… ça s’annonce chaud !
      Tout dépend de ton aisance sur la machine et de ta capacité d’apprentissage, ainsi que bien sûr des compétences techniques et pédagogiques de ton formateur. Et sur ce dernier point, j’ai de gros doutes en voyant que celui-ci te dit de te ralentir au frein avant à allure lente…
      Bref, cela peut se résoudre en deux heures si tu es déjà impeccable sur les autres éléments (position, trajectoire, regard), comme ça peut prendre six ou huit heures.

      • Marion
        17 juillet 2014 at 23:00

        ok merci 🙂
        je verrais ca dès demain alors!
        Bonne soirée

  17. Max
    4 juillet 2014 at 22:45

    2 semaines que le sommeil était compliqué à trouver. 2 semaines que je le levais plateau, je mangeais plateau, le lisais plateau et que le peu que je dormais, je dormais plateau.

    Un petit cours de 2 heures jeudi matin pour se rassurer après 2 semaines de dietes. J y allais pour me rassurer et pourtant je suis sortis déprimé. Les exercices que je maîtrisais (allure normale), je ne les maîtrisais plus. Sortie de terrain au demi tour rapide, calage, pied par terre, freinage pas assez appuyé, cônes de l’évitement renversés, bref des acquis oubliés (et je n’étais ni sous l’emprise d’alcool ni sous l’emprise de canabis). Et le lent, ah le lent …. j’étais déjà pas très bon mais alors là CATASTROPHIQUE … Pied par terre, regard figé au sol, trajectoire plus que limite et demi tour arrêté en oubliant d’enlever la patte droite du frein arrière.

    Le moniteur de mon auto école me propose 2 heures supplémentaires l’après midi (en me précisant bien qu’il n’est pas marchand d’heures et que si je me sens prêt c’est moi qui decide, proposition que je m’empresse d’accepter.

    Me voilà donc sous un soleil de plomb à 15h à refaire tous les exercices. L’allure normal se passe très bien. Tout revient vite. Les slaloms sont propres et fluides, dans les demi tour le regard est très vite porté vers la sortie et les épaules sont sorties vers l’extérieur du virage. L’évitement est négocié assez largement en inclinant la moto dès l’entrée du couloir (voir même un peu avant). Le freinage est assuré (bon en même temps avec l abs c’est pas très difficile. Pour le lent ça va bien mieux. Les genoux sont serrés, le haut du corp détendu et surtout le regard est porté très loin très rapidement et franchement ça fait tout.

    Ouf de soulagement mais la séance du matin me laisse quand même perplexe. La dernière nuit ne sera pas bonne.

    Aujourd’hui rendez vous une heure avant l’examen pour s’entraîner encore une dernière fois. De quoi reconnaître serrainement la piste d’examen et de prendre ses marques.

    Avant de commencer chaque exercice je repense aux vidéos et aux conseils de ce blog très bien fait et très bien écrit. Une grande inspiration et on y va. On pense à tout. Les trajectoires sur l’extérieur, le regard qui se place loin rapidement, les genoux serrés etc …

    Après une poussette vérifs assurés, je visais le B au lent et le A aux autres exercices, fiches comprises. Résultat : 4A et 1B.

    Bon courage à tous.

  18. Sab
    3 juillet 2014 at 15:33

    Merci pour les conseils. Après avoir raté le plateau je me suis fait prêter une zx6r et j’ai reproduit les parcours sur le parking du boulot. Tout les soirs pendant 2 semaines et 2h de temps je m’entraînais en lisant tes conseils. Au début c’était très dur. Le lundi j’essayais de rouler le plus lentement possible et les jours suivants j’essayais de faire le parcour. Avec une sportive ce n’est pas évident.
    Les 3 premiers soirs je n’arrivais pas et puis… Le déclic ( la première fois on y croit pas et quand on le refait c’est tout simplement magique.) je riais tout seul. Le lent 34 seconde avec une sportive et un angle de braquage proche de zéro.
    J’ai pris 2h avant l’examen pour m’habituer à la moto qui me semblait être un vélo. Résultat j’ai eu le plateau avec 5 A quand au stress je savais que j’étais prêt donc y en avait presque pas.
    Merci pour les conseils ils valent de l’or.
    Je me suis entraîné seul plus de 20h avec 95km sur le parking.

  19. Ben
    3 juillet 2014 at 12:52

    Bon et bien un grand merci a l’auteur de ce site. Les conseils sont vraiment utiles et on réellement aidé a l’obtention de mon plateau du premier coup.
    Beaucoup de stress, mais le fait de lâcher le guidon et de respirer un grand coup avant de se lancer, ça le fait bien.

  20. 22 juin 2014 at 09:38

    Bonjour a tous et tout d’abord merci pour cet excellent site. Code en poche depuis une semaine, j’ai commencé le plateau hier de 14 à 16 heures et cela ne c’est pal mal passé pour un vieux de 40 ans qui n’a jamais fait de moto de sa vie (j’ai réussi le lent 2 fois 🙂 ). Je vous passes les détails racontés maintes fois pour en venir à ma question. Voilà, je suis commercial en magasin et je passe mes journées assis, je ne suis pas mal taillé mais pas sportif pour un sou donc hier, après deux heures sous l’intégral et cuirassé de mon blouson par 30 degres à manier la moto en étant relativement crispé, j’était complètement lessivé et ce matin ça coince de partout Aie !!). Quelqu’un connaîtrait-il une petite préparation physique pas trop contraignante ? (je finis souvent tard le soir et apres une journée de boulot je suis pas forcément motivé) Merci à vous.

    • FlatFab
      23 juin 2014 at 01:51

      Il va falloir se muscler un peu…
      Il est surtout important d’avoir une posture dynamique, avec de bons appuis. Le plus important, c’est la ceinture abdominale et le dos.
      Une bonne idée serait d’aller consulter un psychomotricien pour lui demander comment obtenir un bon équilibre postural, afin de ne pas vous crisper.
      Essayez d’éviter les cours après votre journée de travail, privilégiez les leçons sur votre jour de repos, si possible.

  21. Céline
    16 juin 2014 at 16:06

    Salut les futurs motards,
    Je repasse sur ce site après avoir mis un commentaire le 22 avril, date de ma reprise de l’entrainement au plateau après une interruption de 6 mois. Je viens de foirer mon plateau pour la 2eme fois ce matin. J’ai chialé un bon coup, me suis défoulée sur un bon morceau de Nirvana en maudissant le lent et l’évitement et là je me dis « ok c’est qu’un permis après tout ». Mais bon, je veux rouler, je veux entrer dans cette communauté, j’ai rencontré des gens formidables à la moto école, tout le monde était solidaire et ce matin, je n’ai reçu que des encouragements après mon échec. Le stress mes amis, ça nous perd! J’ai vu des mecs avec les jambes qui flageolaient sur la bécane et qui oubliaient le parcours . En ce qui me concerne lors du 1er plateau je ne me sentais pas prête et je me suis dit « tu vas le foirer », le résultat ne s’est pas fait attendre. Redémarrage au demi tour en franchissant la ligne: C, et au 2eme essai montée de stress plus de Céline, mais où suis-je et où est l’embrayage et que dois-je faire déjà??? Oh un pied, merde un piquet! Au revoir et à bientôt!
    Je ravale ma fierté et reprends 3 leçons avant le second passage (tant pis pour le porte monnaie, j’achèterai une mamie bien entretenue). Je me sens en confiance je n’ai plus peur de rien, le lent est nickel, le rapide encore mieux, c’est parti! Arrivée au parcours, à froid, tous les candidats se motivent. Poussette; j’y arrive presque, j’ai jamais été aussi loin en marche arrière, et bam je la fais tomber avant de franchir les cônes. L’inspecteur se marre:B. Le lent, 1er passage, plus de jambe, plus de regard, je pose un pied, je franchis la ligne tant pis je termine le parcours et prends le passager histoire de m’entrainer. 2eme essai: l’inspecteur me dit « allez respirez cette fois c’est le bon » et oui c’est le bon:B (un pied qui traine…) Dans ma tête, je m’y vois déjà, je fais la danse de la victoire, j’ai passé le plus dur yeah!!!
    Le freinage d’urgence une simple formalité: A Evitement: 1 er passage cône embarqué (ben oui qd on regarde la mémé on l’embarque). 2eme passage je me dis « allez putain tu vas y arriver », je mets les gaz comme une dingue, slalom ok demi tour sans les pieds nickel et là je n’arrive pas à passer la 3eme!!!! Non mais attends!!!! Au revoir et à bientôt!!!
    Autant vous dire que le moral est dans les chaussettes, que je n’aurai pas de date avant fin Août et qu’en plus il y a une nouvelle réforme au 1er juillet! Vous savez vous venez à vous dire « mais bordel je ne l’aurai jamais!!!!!! ». Et je vois des gars arriver alors que je suis à 40h de leçon, et qui le décrochent avant moi les doigts dans le nez! J’ai envie de dire à l’inspecteur « mais je le MERITE ce permis, j’y ai passé des heures, je mange permis, je dors permis, je vois des plots partout, qd j’entends une moto je frissonne, je me suis pris 25 gadins au début, je suis toujours remontée dis ça ne peut pas se passer comme ça??? »
    Bref, j’y retourne en août la rage au ventre mais fière de mon parcours, et à tous ceux et ttes celles qui galèrent, qui se découragent, dîtes vous que vous l’aurez!!! Prenez des médocs anti stress si nécessaire pour le plateau mais ne lâchez rien s’il vous plait!

    • FlatFab
      16 juin 2014 at 16:26

      Dis-toi que tu as raté à vraiment pas grand-chose et que la troisième fois sera la bonne !
      Parce que c’est vrai.

      Je retiens surtout qu’encore une fois, la première présentation a été perdue pour rien, que tu as été présentée alors que tu ne te sentais pas prête, que tu es partie perdante.
      Si vous ne vous sentez pas en totale confiance pour un examen aussi difficile que le plateau moto, ne le tentez pas !

    • Sylvie
      18 juin 2014 at 18:26

      Je viens de lire ton post Céline et je suis de tout coeur avec toi! Je n’ai pas encore passé mon plateau mais ça ne devrait pas tarder… Des heures que je galère aussi et le rythme d’une leçon par semaine et par dizaine qui ne me convient pas mais il est trop tard maintenant pour changer d’auto école… J’aurais dû me renseigner sur le rythme avant. Comme toi, je ne pense que permis et maintenant j’ai hâte de la tenter même si je ne me sens pas tout à fait prête (le redémarrage au demi-tour et parfois l’évitement incertain). Mon moniteur ne m’a pas encore montré « la poussette ». Tu parles de medocs anti stress, j’ai entendu parler de zenalia. Vais peut être essayer avent ma prochaine leçon pour voir ce que cela donne.
      Je remercie le créateur de ce site pour ces nombreux conseils qui m’ont aidé et donné espoir…et on va essayer de rien lâcher…

      • Marie-Jo
        19 juin 2014 at 14:23

        Salut à Tous. Pour la petite histoire, rêve de gosse, 46 ans, 1m62, j’ai passé mon plateau pour la troisième fois le 6 septembre et la circu le 25 octobre au bout de 52 heures de 47 heures de plateau et 4 heures de circu. Donc message à tous ceux qui passent le permis et surtout à Céline et Sylvie : be cool !!! Pour le 1er plateau, pas assez rapide sur les deux freinages d’urgence donc C, le 2ème plateau, tellement le trac et le stress étaient mes copains ce jour là que je franchis au lent deux fois la ligne (1er et 2ème plateau : je vivais PERMIS Céline et deux semaines entre les deux dates), le 3ème plateau soit un mois après : j’ai mangé du chocolat, des M&MS, et surtout je me suis détendue en ne pensant à rien d’autre. J’ai expliqué à mes autres camarades que j’allais m’isoler pendant l’examen. Pour le lent mais comme pour les autres épreuves, je m’asseyais sur la moto : je ballotais les bras vers le bas lentement, le regard fixe puis tu tournes tranquille la tête vers le parcours, tu le fais dans ta tête et tu prends ton temps même si l’examinateur s’impatiente …. d’ailleurs tu le l’ignores c’est encore le mieux. Tu parles dans ton casque et je vous assure les filles maintenant que j’y pense : il n’y avait rien de débile !!! Et tu y vas quand t’es prête et surtout BE COOL !!! Vous l’aurez la prochaine fois et surtout ne perdez pas espoir car une fois qu’on l’a en poche… on en est fière. BONNE SUITE ET SURTOUT BONNE ROUTE. Tenez nous au courant.

        • Sylvie
          20 juin 2014 at 20:40

          Merci pour ton message Marie Jo. Je viens d’apprendre la date de mon premier plateau début juillet!!! D’ici là j’aurai je pense deux leçons supplémentaires et j’espère que cela suffira! Je suis en conflit avec mon moniteur car j’aurais souhaité depuis le départ avoir plusieurs leçons par semaine plutôt qu’une seule! Cela aurait été plus rapide… Même si c’est un peu tard et au cas où je me renseigne pour poursuivre dans une autre auto école.
          Je ne manquerais pas de laisser un message sur ce site (que je lis et relis…) quand j’aurai passé l’épreuve… Pour le clin d’oeil Marie Jo (1m62 et 47 ans pour moi…)

          • Marie-Jo
            23 juin 2014 at 09:37

            Salut Sylvie. Trop bien le clin d’oeil. C’est vrai qu’une seule leçon par semaine c’est un peu bcp léger. Mais déjà là, il faudrait que tu t’enlèves le stress et le conflit que tu as avec ton mono. Essaie de passer au dessus de cela et déjà tu seras en meilleure condition pour passer ton premier plateau. Un truc que je n’ai pas dit dans mon commentaire : il ne faut faire q’un(e) avec sa moto. Il faut la sentir et la maitrise n’en sera que plus grande et plus aisée. En tout cas, essaie de mettre en application dans tes prochaines heures de cours ce que j’ai fait au cours du 3ème plateau concernant le fait de se détendre en début de chaque parcours. Tu seras plus à même de le mettre en application le jour J. Je penserai bien à toi début juillet. Bon courage et surtout bonne chance. V

    • nadege
      22 octobre 2014 at 22:26

      pareil pour moi je viens de le louper aujourd’hui pour la seconde fois, vérif A, lent A, freinage A et l’évitement qui pour moi n’étais pas un problème avant, m’a valut un C aujourd’hui. 1er passage 45 km au lieu de 50 km et au 2 ème passage je tape légèrement le dernier plot en le déplaçant suffisamment pour me faire recaler.
      Il faut vraiment aimer la moto pour vouloir continuer, car j’ai 26 heures de plateau, je suis prête, mais le stress est mon pire ennemis pour ce permis. Je le repasse le 19 Novembre 2014 pour la 3 ème fois, comme on dit jamais 2 sans 3. Cette fois ci ce sera la bonne.

      • Edenn
        23 octobre 2014 at 13:18

        Bonjour Nadege,

        C’est assez étonnant qu’on ne te l’ai pas validé à 45 sur l’évitement, mon moniteur disait qu’il y a une marge de 5 km/h admissible.
        En tout cas je partage ton, je passais mon 1er plateau le 22 dernier, loupé au lent et faut vraiment aimer pour y retourner.
        Allez la prochaine c’est la bonne, l’adage se vérifie souvent 🙂

        • Nico
          23 octobre 2014 at 15:46

          Faut se dire qu’on est loin d’être les seuls à rater une fois, deux fois voir plus…

          La prochaine fois sera la bonne, j’en suis sûr !!

  22. Fefe
    24 mai 2014 at 07:04

    Bonjour,
    Après des heures et des heures ( commencé en novembre) , beaucoup de découragement, d envie de tout laisser tomber, je suis enfin prête pour le permis plateau. Mais une fois sur place, A pour la poussette et verifs et bing la moto tombe au demi tour arrête . Erreur monstrueuse que je ne faisais plus : freinage au frein avant! Auparavant quand même un pied au sol, trop rapide, …., pas du tout dans mon épreuve quoi! Le lent ne me posait plus aucun problème ! Très mauvaise gestion de mon stress! Comment faire pour la prochaine fois? De plus mon moniteur très en colère ( il ne supporte plus trop son métier, marre de ses élèves qui ne percutent pas du premier coup, …)ne veut plus me donner
    de leçons sauf 2 heures avant le plateau car il dit que ça ne sert à rien, que je suis prête! Mais je ne repasse que dans 3 semaines, je vais régresse c est sur , …en plus avec mon petit vélo dans la tête , ça ne va rien arrange ! De plus il me met la pression en disant qu a partir du 1 juillet, le plateau va être encore plus dur car moins de 20 secondes sera éliminatoire et aussi pour l évitement le plot du couloir renversé deviendra un C au lieu d un B actuellement.
    Avez vous des infos ou est ce une menace en l air pour mettre encore plus la pression?
    Comment faire pour gérer mon stress et aussi la pression permanente des sautes d humeur du moniteur? Quand même, à mon âge ( 50ans) …je me sens ridicule d angoisser pour quelque chose qui n a rien de grave, de vital !
    Merci pour vos réponses.

    • FlatFab
      28 mai 2014 at 00:57

      La réforme de l’épreuve plateau de l’examen au 1er juillet est une réalité.
      Toutefois, ce n’est pas le temps qui sera sanctionné (moins de 20 secondes), mais le manque de maîtrise de l’embrayage avec gaz et frein arrière, ce qui se traduit normalement par plus de 20 sec.

      Pour gérer le stress, voir mes articles sur l’examen.

      Pour le reste, vu l’état d’esprit de ton formateur, je te conseille d’en changer. S’il n’y a qu’un seul formateur dans ton école, change d’école.

      • Willy
        27 juin 2014 at 10:40

        Bonjour,

        Je passe actuellement le plateau ( j’ai fais ma 14ieme heure de conduite cette semaine, avec un bilan) l’école prévois une place pour moi en juillet (avec 2 heures de conduite juste avant).
        Je ne sais pas trop si le stress me prendras ou pas….. l’avenir me le dira.

        Pour répondre sur la réforme du 1er juillet :
        Les changements :
        -le début du parcours lent: + de 20 sec = A, entre 19 sec et 17 sec = B, moins de 17 sec = C ==> Donc ce n’est pas plus difficile, Ils ajoutent juste une élimination si on est vraiment trop rapide.
        -Le demi tour avec arrêt : il faut arrêter la roue avant entre les 2 lignes (la roue ne doit surtout pas entrer en contacte avec la 2ime ligne), la pose du pied avant la 3ieme ligne (avec le plot) est autorisé.
        -Le freinage reste identique : demi tour (la pose du pied est autorisé, mais pas l’arrêt ), retour : 3ime impérative, 50km/h à la ligne et arrêt avant l’une des 2 lignes (sol humide ou non).
        -l’évitement : slalom en 3ime impérative et 40 km/h en milieu de slalom, demi tour (la pose du pied est autorisé, mais pas l’arrêt ), retour : 3ime impérative, 50km/h mini à la ligne. Le changement : avant : seul les plots représentants l’objet a évité était noté C, un plot tunnel représentais un B, dans quelques jours : TOUS les plot d’évitements sont pénalisés par un C.

        Pour le lent, pas vraiment d’appréhendions vis a vis du changement.
        Par contre l’évitement, moi qui prend une fois sur 2 le dernier plot du tunnel :O

        Voila pour moi, mon stade d’avancement, ainsi que les nouveaux changements

        Cordialement
        Willy

    • Fitzou
      4 juin 2014 at 20:11

      Bonjour a tous,

      Je tiens a remercier FlatFab pour tous ces conseils qui m’ont étaient précieux.Après avoir raté le plateau pour mon 1er essai j’étais complètement découragé, j’ai fait des erreurs que je ne faisais plus.Le stress m’a complètement bloqué, je n’ai pas su le gérer du coup a mon 2eme essai au lent je suis partis a l’arrache qui s’est traduit par un pied et un piquet.
      Je suis tombé sur ce cite par hasard, j’ai lu et relu le lent, appliqué tous ces conseils a l’entrainement.
      Le jour du plateau venu, je pars la tête un peu plus tranquille, mais le stress n’es pas loin.
      On étaient 5 a passé et bien sur je passe le 1er.Après les vérifications qui passent comme une lettre a la poste c est le lent.

      Je me concentre je démarre et c’est le drame un plot et je cale la cata.Je me calme je fini mon parcours, l’inspectrice très pédagogue me rassure, me fais comprendre que ça vas aller. Je me replace, je pense aux conseils de FlatFab, je pose mes pieds a terre, je relâche mes épaules les mains sur le réservoir, je respire un grand coup, je regarde le parcours je le refais dans ma tête et zou c’est reparti et la tous se passe nickel pas une erreur le chrono ou j’étais limite est bon malgré la piste en pente, mon moniteur qui est mon passager exulte de joie et moi je respire je jubile intérieurement.
      Le reste du plateau est une formalité, je n’avais que le lent qui posai des soucis.
      Le tout se termine par 5-A a toutes les épreuves malgré mon départ houleux.

      Voila pour mon vécu, j’ai attendu 1 moi avant de repasser le plateau, ce moi m’as permis de réfléchir ce qui c’était passé la 1er fois, j’ai refais le parcours dans ma tête pour trouver mes erreurs, lu tous ces conseils qui m’ont permis de voir clair pour ne plus faire les mêmes erreurs et repartir pour mon 2eme plateau plus sereins et motivé que jamais.

      Merci a FlatFab et aux autres pour leur retour d’expérience qui m’ont permis de l’avoir a mon tour.
      Merci a vous.
      Alain.

    • stephanie
      14 juin 2014 at 10:37

      Bonjour à tous,
      Après de longues années en SDS, je me décide à m inscrire pour être au guidon…Après 6h de plateau j en reviens pas ; mon moniteur me dit : « j ai ta date tu passes fin du mois » ….ok ok je suis pas si mauvaise mais seul bémol c’est que je n ai vu à chaque fois qu’un coté (le droit donc demi-tour autant pour le lent que pour le rapide de droite à gauche ), je lui dis inquiète ….sa réponse : »tu passes un coté, c’est pareil de l’autre  » euhhhhhhhhh ….. pas si sure ….
      QU’EN PENSEZ VOUS ? J ai juste les deux heures manquantes la veille ….
      Merci à vous .

      • Vincent
        15 juin 2014 at 14:19

        Salut !

        Je pense que c’est une belle connerie :S

        Je pense qu’on a un coté plus facile qu’un autre: Ne pas essayer les deux cotés est, pour moi, une grosse bêtise…
        On dit qu’il faut écouter son moniteur, mais là, j’avoue ne pas le comprendre !

        Vincent

        • stephanie
          15 juin 2014 at 18:11

          Salut Vincent,
          C’est ce que je pense aussi je vais insister pour pouvoir effectuer mes parcours sur les deux heures qu ils me restent sur le coté jamais vu en espérant que ça passe…. sinon il m envoit au casse pipe 🙁
          Merci

      • FlatFab
        16 juin 2014 at 00:03

        Les parcours sont en effet « en miroir ».
        Cela dit, notamment pour l’arrêt avec redémarrage en demi-tour, le fait de changer de côté, donc de pied au sol, peut être perturbant.
        Nous sommes tous latéralisés (à quelques rares exceptions près) et avons tous un côté préféré, dépendant notamment de notre oeil directeur.
        Même si tu te débrouilles bien, il est clair qu’il faut que tu ais travaillé un peu tous les parcours.

        Si tu ne te sens pas en confiance, reporte l’examen.
        Il faut que tu t’y présentes confiante, sinon cela va augmenter ton stress.

        • stephanie
          16 juin 2014 at 18:17

          Bonsoir Flatfab ,
          D’abord un grand merci pour le site et tous les conseils ….je l ai découvert au début de mon inscription à l’auto école et en appliquant tes consignes à la lettre j’ai eu d agréables surprises 😉 et j’ai progressé rapidement. J ai eu mon Moniteur hier au téléphone et j ai rajouté une heure pour pouvoir faire que le coté Gauche pour le lent, le freinage et le slalom-évitement…Le plus dingue c’est que j’ai du insisté lui expliquant que je me sentais démuni d’une partie de la formation. Il me restera donc deux heures la veille …. et je serais bien plus sereine d avoir vu l’autre coté.
          Merci encore .

          • stephanie
            24 juin 2014 at 19:17

            Bonsoir à tous,

            J’ai fais le coté qui manquait à ma formation et bien entendu le demi-tour arrêté coté droit dur dur mais bon ….
            Vendredi c’est le jour J . Il me reste 2 heures jeudi….
            Le stress est là ….
            Je relie les conseils et encore merci pour ce site superbe Flatfab.

            • stephanie
              27 juin 2014 at 11:51

              Bonjour à tous,
              Voici les nouvelles lol
              J’ai raté mon plateau au parcours lent …. sur les deux essais les deux mêmes fautes….un pied et le chrono 🙁
              J’ai stressé comme jamais ….
              J’ai ma date pour le repasser et deux heures de mieux juste avant histoire de refaire du lent ….
              Mais le stress hein ??? sera t’il encore là ???
              A suivreeeeee 🙂
              Merci encore pour ce site qui apporte soutien, mais aussi tous les conseils nécessaires

              • DavidP24
                27 juin 2014 at 12:50

                Salut Stéphanie,
                Il te faut peut être plus que 2h00 pour te représenter. J’en ai fait pas mal, j’ai eu deux échecs au plateau, mais j’ai pris patience.

                • stephanie
                  27 juin 2014 at 18:51

                  Salut David
                  Mon moniteur me dit que je suis prête que je dois gérer mon stress….
                  A l’entrainement je passe tout nikel ….mais à l’entrainement 🙁
                  Ce matin gros stress impossible de respirer et je tremblais grave … les examens sont pour moi ingérables 🙁
                  Je vais essayer la Fleur de Bach ….
                  J’aurai dix heures de plateau lors de la deuxième présentation et si j ai pas au deuxième coup je verrais à en faire plus.
                  Et toi tu l as eu alors ?

                  • daniel
                    1 juillet 2014 at 17:36

                    salut stephanie je comprend tres bien ton stress j’ai 60 ans et je me suis lance dans l’aventure j’ai un 125 varadero mais ça n’a rien a voir avec le 600 de l’examen j’ai des le matin d’une leçon la pression qui monte a un point que je suis deja tombe sur le lent 7 fois mon moniteur doit m’evaluer demain mais je sais que c’est ma derniere leçon et qu’il va falloir taper dans le porte monnaie je prend deux comprimes homeopatique contre le stress tout les jours et j’ai l’impression que ça ne sert à rien

                    • stephanie
                      13 juillet 2014 at 19:11

                      Bonsoir Daniel,
                      Il n’y a pas d age, ni autre …. (fille 1m58 pour 48kg et 40 ans)
                      Mais le stress lui il nous attaque tous …après une pause et des vacances je repasse pour la deuxième fois mon plateau à la fin du mois…et je vais reprendre deux heures juste la veille…
                      Je prend Fleur de Bach sous les conseils de mon moniteur peut être pourrais tu essayer ?
                      Comment c’est passé ton évaluation ?
                      A bientôt

                    • stephanie
                      25 juillet 2014 at 11:53

                      Bonjour,

                      Deuxième présentation et voilà le plateau ok avec ABAAA 😉
                      Merci à ce site et à tous ceux qui y participent 🙂 …. Le conseil Fleur de Bach super cela m’a aidé 😉
                      Courage à tous et ne baissez jamais les bras !

  23. Emma
    18 mai 2014 at 10:46

    Bonjour à tous,

    Voici mon histoire. Mercredi je passe pour la seconde fois mon plateau. J’avoue que la première fois je n’étais vraiment pas au point mais c’était avant l’hiver et ma seule chance de le passer avant mars, du coup j’ai tenté et échoué! Après trois mois de pause, je m’y suis remise. J’ai énormément progressé, j’en suis consciente mais j’ai un souci: je suis un petit gabarit (1m54). Je réussis parfaitement tous mes parcours (même le lent, avec 24 secondes en moyenne), sauf un exercice: le demi tour au lent. J’arrive à m’arrêter (enfin la plupart du temps, car si je perds l’équilibre je chute), mais redémarrer, pffff, je n’y arrive décidément pas. Je sors une fesse de la moto, mais rien n’y fait. Quelqu’un pourrait me conseiller? J’en ai marre de prendre des heures seulement pour m’entrainer au demi tour, quel gâchis! Et le problème c’est que je perds confiance à force.
    Merci.
    Emma

    • 19 mai 2014 at 23:03

      Tu suis à la lettre les conseils de Flatfab dans cette rubrique « parcours allure lente ». Le but de la manip est de faire un quart de tour sur 3 mètres, soit un démarrage à un stop avec une route perpendiculaire. Si tu regardes loin vers l’autre bout de la piste, situ inclines ta bécane, et si tu tournes à fond ton guidon, sans oublier de garder du gaz en continu et en lâchant l’embrayage progressivement, ça passe. Mais ne change pas ton regard d’objectif des,que la moto part…

    • IchabOd
      19 mai 2014 at 23:11

      Bonjour,

      Si tu fais une fixette sur ce passage, prenant des heures de conduite pour ça, peut être faut-il trouver un moyen différent de le travailler ?

      Perso je redémarrais en trouvant assez rapidement le point de patinage (avec un p’tit filet de gaz), car il faut donner de la vitesse à la moto le plus vite possible pour que ça compense son poids et qu’elle tourne au lieu de chuter à l’intérieur. C’est un équilibre à trouver : trop vite et elle ne tourne pas assez dans le peu d’espace, pas assez vite et elle chute.
      Si tu tournes et que tu vois qu’elle commence à chuter, garde braqué mais ouvre la poignée de gaz un peu, elle se redressera automatiquement en finissant le virage.

    • Emma
      21 mai 2014 at 12:22

      Re. Bon nouvel échec plateau (seconde fois). Toujours à cause de mon demi-tour au lent. J’en ai marre car je sais que c’est à cause de ma petite taille. Même l’inspecteur s’est moqué de moi: vous mesurez combien avec votre casque sur la tête? et oui deux C, c’est ça d’être petite, la moto c’est pas une trottinette. Déjà que j’ai une grosse appréhension à cause de ma taille, si en plus on me fait remarquer que c’est un handicap pour la moto et que de ce fait je suis en échec avant de commencer, c’est clair que je vais tout planter là!!! Si certains petits gabarits ont des conseils, ou veulent me témoigner leur expérience, j’en serais ravie.
      Bonne chance à ceux qui passent le permis.
      Emma

      • DavidP24
        21 mai 2014 at 13:04

        L’inspecteur est un fieffé connard. Et tu auras ton permis. Patience. Pour moi, la 3ème fois a été la bonne.

      • Anna
        22 mai 2014 at 13:26

        Bonjour Emma
        J’ai eu mon plateau à la seconde fois.. Jetée la première fois C au freinage (pas assez vite ) alors que j’avais eu A au lent , il faut le faire…
        Ton inspecteur est plutôt limite … ce n’est pas son rôle de déstabiliser..
        Le demi tour a été un calvaire pour moi , je mesure 1m58 , tu me diras,4 cms ça compte .. Je ne suis JAMAIS parvenue à repartir sans mettre un pied, et j’ai eu A les deux fois , avec 2 inspecteurs différents, par contre avec des passages des portes impeccables et un point patinage nickel … Ma taille ne me pose pas de problème . La ER6 de la moto école , n’était pas rabaissée , il a fallu que je m’adapte d’entrée ..
        Bon , je suis la reine de la poussette , je pose mon pied gauche en premier à l’arrêt ,je porte des bottes avec un petit compensé de 1 cm , je ne fais pas trop la maline pour les démarrages en côtes , mais après 55 heures de plateau …5 gamelles à l’arrêt … un pouce cassé … j’ai eu ce fabuleux permis .. Donc il faut que tu persistes.. Un grand merci aussi à mon moniteur qui m’a toujours encouragée , poussée , trainée , relevée ..
        Tiens nous au courant .. Anna

    • mk2
      24 mai 2014 at 11:06

      Salut

      Quand tu es arreté pour le 1/2 tours,regarde bien les plots que tu dois rejoindre,pour prendre le passager si ma mémoire est bonne …le plateau a un an et demi…et maitrise ton embrayage.

      Bon courage

      Philippe

  24. Cindy
    7 mai 2014 at 10:33

    Aaaaah punaise ce plateau!! rien que d’y repenser, j’ai des sueurs froides!

    j’ai fait un stage de 5j pour passer ce fichu permis A et pendant le stage, impossible de passer la deuxième porte du lent. j’étais devenue la spécialiste du viandage de bécane et j’ai fini par récolter une belle entorse du pouce gauche en chutant avec la moto!

    après une pause d’un mois et avoir dévoré ce site, je reprends deux heures de plateau. et cette fois, je fais ce que j’ai toujours voulu faire: je pose la bécane à l’entrée du lent et je fais le parcours à pince, comme je le faisais en moto pendant mon stage. et là, je me rends compte de plusieurs choses:

    1/ je coupe salement mes trajectoires, ce qui me met vraiment dans la mouise à la deuxième porte.
    2/ je regarde mes plots. ceux que je passe….
    3/ je ne mets pas assez de gaz
    4/ je suis trop crispée.

    je remonte sur la bécane et je prends des trajectoires hyper larges par rapport à avant! et…miraaaaaaacle!!!! je passe les trois premières portes!!! ensuite j’ai travaillé mon regard et enfin, mon prof m’a fait bosser la souplesse du haut en me faisant faire des slaloms en première roulante avec pour consigne de tenir le guidon avec deux doigts de chaque côté. vous savez quoi? c’est vachement plus léger une moto quand on crispe pas le haut! et pourtant le poids est le même!

    bref, tout ça pour dire, qu’après avoir foiré TOUS mes examens blancs, j’ai fini par obtenir le permis avec 4A et 1B (aux fiches) pour le plateau et 23/27 à la circu!! et du premier coup! alors que c’était très loin d’être gagné! aujourd’hui je ne roule qu’à moto, quelque soit le temps 🙂

    courage amis futurs motards!!!

  25. Sam
    29 avril 2014 at 15:11

    Bonjour et Merci beaucoup pour ce site et tout le boulot fourni ! Une véritable mine d’or pour le débutant que je suis.

    Je commence, à 27 ans, les démarches administratives et d’apprentissage pour le permis A, après une année en 125 (Yamaha YBR).

    J’ai la chance d’avoir à côté de chez moi une piste de plateau avec marquages permanents. (Oui j’en ai de la CHANCE :D)

    Je commence donc à m’entraîner seul en attendant les cours de plateau. Il me faudra d’abord valider mon code.
    En suivant vos conseils, je pratique régulièrement.

    Voilà mes questions :

    – Quels écueils, ma petite 125 me pardonne-t-elle et que la future ER6 de la moto-école ne me laissera pas passer ?
    – Inversement, quels exercices sont plus compliqués avec ma titine ? (freinage, parcours rapide?)
    – A quoi dois-je être attentif, quels défauts, dois-je tout de suite corriger pour ne pas me retrouver fortement pénaliser en passant sur une 600?

    D’avance merci, et bonne continuation pour ce site.

  26. Céline
    22 avril 2014 at 09:30

    Bonjour tout le monde,

    J’écris juste pour dire un énorme merci à ce site et aussi pour dire un gros « merde » à ceux qui galèrent comme moi pour ce foutu permis lol!!!! Je relis sans cesse tous les conseils pour le lent et le rapide ainsi que les témoignages des futur(e)s motard(e)s. J’ai démarré en juillet 2013 et après une coupure de 6 mois je reprends mes cours ce soir, autant vous dire que j’ai la trouille au taquet, mais aussi une envie terrible de le décrocher ce papier!! J’ai 36 ans, mesure 1.65 m et ne pèse pas bien lourd, je me suis ramassée plein de fois lors de l’apprentissage du demi tour (mes 1eres heures de cours) avec une belle frayeur car trop crispée sur la poignée des gaz et le regard vers le fossé, je vous laisse deviner où j’ai terminé (avec les orties et tout!). Mais il faut remonter! C’est dur, c’est un vrai challenge! Quand je vois les petits jeunes qui ont leur permis en 1 mois parfois ça me décourage, mais je me dis que quand j’aurai le mien, moi seule en connaitrai le prix et je serai fière de moi. Sans compter les critiques qui te tombent dessus du style « mais la moto c’est dangereux, tu vas te tuer » ou encore « t’es maman, t’es vraiment égoïste », merci les encouragements! Je ne le passe pas pour frimer, pour poser les genoux, pour faire des wheelings, ou pour rouler à 200, je le passe car quand je roule en circu, j’oublie tout, je suis concentrée sur la route et je me vide la tête, mieux qu’un anti-dépresseur. Et puis cette sensation de liberté, c’est inégalable.
    Donc à ceux qui se découragent (dont moi ;-), regardez le chemin que vous avez déjà parcouru au lieu de regarder celui qui vous reste à faire, et vous verrez que vous en avez déjà parcouru un sacré bout! Certains ne sont jamais montés sur une bécane de leur vie avant de s’inscrire au permis, et après des heures de leçons (ben oui pour qqs personnes 10 leçons suffisent pour d’autres il en faut le triple, c’est comme ça chacun son rythme hein!!) et bien des automatismes s’installent et les progrès arrivent.
    Bon courage à vous tous, moi je vous dis qu’on l’aura ce permis !!! (et comme dit mon moniteur, tout le monde en est capable, tout se passe dans la tête)
    V

    • K'ro
      28 avril 2014 at 20:43

      Merci Céline,
      Moi aussi je désespér..ais !
      Mais depuis que je lis les commentaires et que je parcours le site en long, en large et en travers, je me dis que je vais y arriver également …
      Cela fait trois mois que je suis sur le plateau et je ne maîtrise pas l’épreuve lente. J’ai vraiment hâte que les progrès arrivent…
      Ce site est vraiment Tip Top ! MERCI !!!

    • THIERRY
      3 mai 2014 at 22:25

      Merci pour tes commentaires plutôt rassurant J ai 48 ans jamais conduit de moto 20 heures de plateau sa va beaucoup mieux maintenant mais je pensai ne jamais allez au bout. Les 10 premières heures lent comme rapide de nombreuses chutes les bras et les jambes comme du bois grosse galères je m accroche et je progresse cordialement Thierry .

  27. féelumière
    16 avril 2014 at 19:36

    Bonjour à toutes et tous,
    J’ai 50 ans et mon permis, je le souhaite depuis 30 ans! J’en suis à 35 heures de cours plateau et circulation. Le parcours lent, je le fais en 16 ou 18s, c’est un B le jour de l’examen. Le demi tour arrêté avec départ à droite est toujours une catastrophe pour moi!
    J’ai passé le plateau la semaine dernière, A en poussette et vérification, B en lent, A en freinage d’urgence, A en évitement et….C en fiches! Voilà comment anéantir tous mes efforts. Le stress total et les mots qui ne venaient pas. J’ai été trop longue et j’ai oublié une phrase importante pour l’inspectrice. Je ne pensais pas qu’on pouvait être autant stressé! J’ai refait 2 heures de circu aujourd’hui, mais sans fiche, pas de plateau, pas de circu, pas de permis! J’avoue que je commence à me décourager! Merci pour tous vos commentaires, je pensais que j’avais un « truc » qui n’allait pas! Bon courage à toutes et tous. Au plaisir de vous lire. Et un grand merci pour ce site!

  28. Philippe G
    15 avril 2014 at 11:47

    bonjour,
    j’ai commencé mes premeires lecons de conduite. Et donc , le parcours à allure lente . Mais j’y renconbtre des difficultés : à savoir , un peu de mal à trouver bon regime pour avancer, et du mal aussi pour rendre les portes : je crois que je ne regarde que les plots !
    J’ai aussi un peu de difficulté à « braquer  » à droite alors que pour prendre les portes en braquant à gauche m’est plus facile .
    Si qqu’un a des conseils pour me faire avancer !!??????
    A noter que je n’ai jamais conduit de moto auparavant et que j’ai 52 ans. J’ai l’impression que je vais en avoir pur longtemps à passer le permis
    Je merdouille aussipas mal avec les vitesses. j’accelre et debraye en meme temps

    • Vint4
      7 mai 2014 at 00:02

      Salut!

      Merci pour ce site rempli de très bon conseils 🙂

      Je viens apporter mon témoignage: je viens d’avoir mon plateau avec 4A et 1B après 18h, je suis soulagé et très content mais ça ne s’est pas fait sans difficulté! Avant le plateau j’ai effectué plusieurs test « blancs » et ils se sont plutôt bien passés puisque je n’ai eu que des A. Mais le jour de l’examen, grosse panique, plus rien ne passe… Durant l’échauffement je n’arrivais plus du tout à faire le lent alors imaginez l’état juste avant l’examen! Pourtant durant les cours je n’avais plus trop de problème… Le stress donc!

      Bref ça n’a pas raté, j’ai mis le pied à terre sur le lent avant les piquets… mais étant donné mon état j’avais décidé des le départ d’aller très lentement pour assurer le temps et compenser une éventuelle erreur. Une fois les piquets passés plus de problème le stress diminue donc ça se fini bien avec un B. Je refuse le 2eme essai ça aurait été suicidaire.

      Je me suis dit ok le plus dur est passé! Je maitrise vraiment bien les rapides donc une formalité… Et bien pas tant que ça: je vois les personnes avant moi faire des erreurs inhabituelles et rater leurs premiers essais voire se faire ajourner sur le rapide, bref le stress revient! 1er essai de freinage ça ne failli pas, je rate mon demi tour et sors de la piste, C direct. Je me dit ok c’est impossible, le demi tour je le réussi parfaitement habituellement… 2 eme essai j’ai décidé à nouveau d’assurer le coup, demi tour au ralenti avec le pied à terre, ça ne compte pas pour une erreur donc je ne m’en prive pas car je sais que je suis capable de le faire mais le stress de l’examen m’empêche de le faire! Je réussi donc ainsi avec un A.

      Pour l’evitement excès de prudence au 1er essai, j’obtiens un C pour vitesse non atteinte avant l’évitement. Chaud donc… Je comprend mon erreur, 2eme essai, demi tour assuré comme pour le freinage et en sorti je pousse très fort sur l’accélérateur pour être en quelques mètres a la bonne vitesse. Apres je n’ai plus qu’a gérer l’évitement et plus la vitesse qui était déjà acquise. Un A, c’est le soulagement, reste plus que les fiches qui furent une formalité car bien apprises.

      C’est pas le passage plateau le plus glorieux que j’ai fait mais c’est passé en étant un peu pragmatique et stratégique (j’ai aussi changé de moto entre le lent et le rapide, l’une avait un ralenti plus bas et un embrayage plus souple, l’autre était plus agressive et les vitesses passaient mieux). Ne laissez donc pas le stress vous aveugler, faites toujours au mieux mais réagissez aussi en fonction de vos erreurs, c’est aussi important de s’adapter à la situation 🙂

      Aussi enlevez vous un stress en connaissant vos verifs et fiches sur le bout des doigts!

  29. Vcomme Véro
    1 avril 2014 at 16:22

    Bonjour,
    J’ai 48 ans et j’ai commencé mon permis moto en septembre 2012.
    Pour cela, j’ai repassé mon code, et j’ai pris 18 leçons entre septembre et novembre (environ 2 par semaine).
    Il pleuvait tout le temps, je finissais les leçons épuisée et dégoulinante de pluie et de sueur. Même mes cheveux étaient trempés sous le casque !
    Les autres étaient pourtant gentils avec moi, mais il y arrivaient mieux aussi.
    J’ai commencé à perdre confiance quand je suis tombée sur le parcours lent. Après cela, le regard du mono, qui semblait désespéré de mon cas, moi qui n’arrivait plus à progresser tellement j’étais morte de peur et stressée… j’arrivais plus à tourner ni rien.. « le regard » il me disait et rabachait « loin le regard ! » mais rien….
    Je suis arrivée un vendredi soir à ma leçon et je lui ai dit que c’était la dernière car je faisais un break. Je n’évoluais plus. Sauf sur la route, ou je me sentais de mieux en mieux, car pour aller au plateau, il fallait rouler. J’ai fait du centre ville par forte affluence le vendredi soir et de la campagne !! donc cela commençait à aller sur route. Mais le plateau ! catastrophe ! La seule fois ou ça a été, c’est le dernier jour. Je savais que j’arrêtais pour quelque temps, et du coup je me sentait mieux… et puis j’ai eu des problèmes de santé, beaucoup de fatigue… maintenant cela va mieux et il faudrait que je m’y remette… mais j’ai peur de ne pas être à la hauteur. J’ai lu les témoignages et je me dis que je n’avais « que » 18 séances, alors tout n’est peut-être pas perdu. Si vous avez des conseils qui pourraient m’aider…

    • cathfazrge
      14 avril 2014 at 19:09

      Bonjour V comme Véro

      Ne te décourage pas, moi du haut de mes 45 ans 1.63m, je suis passée par tes doutes, tes chutes, le chaud, le froid en presque 2 ans, je n’ai plus compté les leçons au moins une 40 tout confondu, passage de 2 fois le code et le ras bol de retourner sur cette piste d’examen, puisque en leçons pas de problèmes. As tu essayé les béta bloquant. mon moniteur m’a dit un jour, tout le monde est capable, persévère ton jour arrivera. Bon courage.

    • Mag
      14 avril 2014 at 23:30

      Bonjour, j’ai 47 ans et je suis aussi en train de passer mon permis moto grosse cylindrée. On dirait que vers 40 50 ans on a plus de trouille je suis actuellement à 28 heures de plateau, mais je progresse depuis une dizaine d’heure, pourtant étant jeune j’ai faisait du cross à moto et des sauts, ça m’a beaucoup surprise d’avoir autant de difficulté et dans mon cas par des peurs paralysantes qui me coupait mes moyens. Les chutes c’est normal on les faits toute chuter à allure lente. Pour corriger mes peurs décuplée j’ai perso fait une séance de kinésiologie qui est une méthode alternative en thérapie brève, ça corrige les chocs et blocages inscrits dans la mémoire cellulaire, c’est remboursé par certaines assurances complémentaires . Dans mon cas ça m’a énormément aidée et actuellement il faut surtout que je stabilise mes performances mais je devrais bientôt en voire le bout….je l’espère en tout cas. Bon courage et persévère

  30. Dom88
    26 mars 2014 at 23:26

    Bonsoir à tous!
    J’ai avalé du lent aujourd’hui, avec toujours le même problème pour l’arrêt avant le redémarrage en virage. Quand je le fais en tournant vers la gauche , ma moto s’incline du côté intérieur et quand je freine pour m’arrêter …je tombe! Je n’arrive pas à garder mon équilibre! Parfois je n’arrive pas assez vite et m’arrête même un peu loin de la ligne! Si je pose le pied droit, je freine trop fort du frein avant et je me fais peur! En plus, il y a une légère descente. Je négocie plus facilement le sens inverse qui lui est en légère montée! Flatfab, tu as tout très bien expliqué la façon de procéder, je viens de te relire mais « garder la moto la plus droite possible » ça veut dire qu’elle ne s’incline pas? Dur dur, j’en ai un peu marre de tomber au même endroit!!
    Et puis j’ai aussi un autre problème…je me mets tellement la pression, je suis tellement crispée, que la première demie-heure est toujours catastrophique, je ne passe même pas les portes!!! Après ça va mieux mais bon le jour du plateau , il n’y a que 2 essais….un truc magique existe-t-il?
    Merci pour ce site!
    Dom

    • Annie
      27 mars 2014 at 13:39

      Bonjour Dom,
      Avant d’attaquer le lent , fais quelques ronds sur le parking …
      Il faut garder la moto droite, moi, je m’aidais des cales pieds pour rester droite et j’anticipais vraiment l’arrêt … le lent m’a donné énormément de fil à retordre, alors j’ai procédé par étape.. Je me suis concentrée sur le passage des portes , et ensuite l’arrêt et le redémarrage. J’ai laissé de côté le temps minimum. A la sortie des portes , avant d’aborder l’arrêt , j’ai pris l’habitude de laisser retomber mes épaules et détendre un peu mes bras… Ca permet d’avoir les bras moins raides , j’ai lu cette astuce sur ce site … Ca a été ma façon de faire… je ne sais pas si c’est la bonne .. Normalement , avant le plateau , tu as une leçon , ca permet de se remettre dans le bain .

      • dom88
        27 mars 2014 at 22:51

        Merci Annie! Je vais essayer de penser à mes épaules! je te redis ça mercredi! Quel dommage qu on ne puisse pas bosser chez soi, comme des simples exos de math. par ex, ….comme je suis bûcheuse, ça roulerait mais là faut attendre la prochaine leçon! La dernière fois, je me causais toute seule dans mon casque… mine de rien, je pense que ça m a aidée!
        bonne soirée
        DOM (49 ans bientôt!)

    • david21
      29 mars 2014 at 15:14

      Tout d’abord merci aux conseils de se site ! moins stressé grâce à vous ! j’ai eu mon plateau le 26 du premier coup avec un second essai pour le lent (pas assez concentré) et pour le parcours du freinage (j’avais freiné avant la ligne C6 ), dom j’étais comme toi , comme je roulais en custom , la er6 et sa position de conduite c’était catastrophique en virage avec un arrêt ou pas d’ailleurs , il faut que lorsque tu arrive à ce virage tu te laisse couler au ralenti (en 1ere) et que tu embraye en tournant puis que tu freine moto droite ! pour redémarrer tourne ton guidon de façon qu’il tape sur le réservoir et accélère en penchant ton corps de l’autre côté et ça passe un maX ! si tu manque de confiance en toi , demande à ton formateur de te mettre 2 cônes et de faire un 8 autour d’eux sans freiner et sans toucher l’embrayage au ralenti , tu fais cela pendant 30 minutes et tu seras plus confiant ! la moto c’est un plaisir ne l’oublie pas ! bon courage

    • Vcomme Véro
      1 avril 2014 at 16:43

      Bonjour,
      J’ai ce problème là aussi, je suis très crispée et du coup j’ai peur. J’espère que pour toi ça c’est arrangé. On m’a dit qu’il faut le déclic… en tout cas, je ne sais plus quoi faire et je me demande si je ne vais pas abandonner. Je suis stressée pour les leçons alors j’imagine même pas quand il faudra passer l’exam !
      Bon courage.

      • Dom88
        6 avril 2014 at 12:03

        coucou Véro ! Ben non, ça c est pas arrangé… Cela aurait été trop beau! les portes passent mieux mais toujours un arrêt et un redémarrage cata ! bon, j ai décidé de ne pas craquer enfin… De tenir encore un peu! je vais faire mon programme pour la prochaine fois: Je n arrive pas à braquer à fond en gardant l équilibre , j ai peur de tomber, alors je vais refaire des 8 serres… allez, on y croit… J ai le même âge que toi… courage !

        • Marie-Jo Renard
          7 avril 2014 at 10:56

          Salut Véro et Dom88.

          Eh du courage il va vous en falloir.

          J’ai failli également arrêté.

          Pourquoi à 45 ans se mettre autant de stress. plusieurs fois je me suis posée la question mais au bout du compte et après 30 heures de plateau, deux échecs au plateau – le troisième a été le bon – et du premier coup à la circu, j’en retire une certaine satisfaction de ce permis moto. Je l’ai eu le 25 octobre 2013.

          Il faut y aller cool. J’ai laissé plusieurs commentaires sur mes actions et défaites. Bien respirer, se parler dans le casque : non vous ne serez pas cons !!! Bien d’autres le font et ne le disent pas. Et surtout ne faire qu’un avec la moto. Je le répète : elle est votre binome pendant les heures de cours. Sans elle vous ne faites rien, et sans vous elle ne peut avancer.

          Le déclic, vous l’aurez. Surtout ne pas penser que c’est facile mais ne pas vous mettre la pression. Je sais c’est facile… mais j’ai beaucoup stressé pendant les cours et les deux fois où j’ai passé le plateau et finalement c’est à la troisième fois que j’ai réussi. Il faut donc bouffer des heures de cours.

          Vous vous arrêtez dans ce virage et autant le dire : il n’y a pas le feu. Donc be cool pour redémarrer. Vous regardez au loin, vous respirez, vous braquez et vous vous élancez.

          Allez du courage. Je vous envoie plein d’ondes positives… Bonne route et tenez au courant.

  31. cloe
    21 mars 2014 at 18:04

    un bonjour d’une debutante de 50 ANS!! je passe mon plateau bientot et je travaille dessus depuis un bon moment ; j’ai fait deux arrets importants depuis que j’ai repassé mon code !!
    et a chaque reprise c’était dur de reprendre les automatismes acquis , et j’ai toujours tendance à me coucher sur la moto dans les demi_tours …..
    Merci pour tous les conseils,les astuces et surtout l’impression que c’est un eu galère aussi mˆeme pour les plus djeunes!
    d’autant que depuis hier j’ai la nette impression de « gonfler » mon moniteur …..
    CLOCLO

    • pascale
      24 mars 2014 at 18:47

      Bonjour moi aussi débutante de 50 ans, heureusement que l’on peut compter sur ce genre de conseil pour essayée d’avancer car ça n’est pas évident du tout, facile de les voir faire, mais moins sur quand c’est a nous de le faire . je perd beaucoup de temps sur le demis tour peur de penchée la moto, mais j’y crois. Mon moniteur aussi va en avoir marre de me voir si je n’avance pas plus vite, c’est un permis qui va commencer a me couter cher. Merci encore pour tous ces conseil. V a tous les motard.

      • cloclo
        25 mars 2014 at 11:27

        salut Pascale,
        ça fait plaisir de voir que je ne suis pas seule !!! je vais sur le site pour bien mémoriser les parcours et du coup ne pas trop réflechir quand je suis sur la moto et le faire avec plus d’automatisme….. j’ai une date pour mon plateau et je suis ravie, même si jamais je le rate je suis contente d’y aller et de commencer vraiment à toucher au but.
        bon courage à toi et à toutes , et tous bien sûr
        cloclo

      • Annie
        25 mars 2014 at 13:41

        Bonjour Pascale ,
        J’ai passé mon permis à 50 ans .Tout a été galère , le lent j’étais trop rapide , le rapide , j’étais trop lente. .Trop petite mes pieds touchaient à peine le sol , bonjour l’arrêt au demi tour …Paradoxalement , je me sentais très bien en circulation. Pendant des heures j’ai fait des ronds et des 8 sur le parking ,je n’étais jamais montée sur une moto avant , sauf comme passagère ..Je suis tombée plusieurs fois à l’arrêt ..J’ai cherché un site pour me réconforter un peu , et je suis tombée ici , je l’ai lu en entier, même encore maintenant , je viens souvent chercher des conseils.
        Verdict : j’ai eu mon permis du premier coup 5A après 60 heures de plateau, je sais que ce n’est pas très glorieux .. mais je n’ai jamais laissé tombé, ni annulé aucune leçon, mon moniteur m’a encouragée , poussée , aidée , « engueulée », quand enfin je l’ai eu , il m’a dit … je suis fier de toi … Pascale , le permis , c’est dur … accroches toi et tu vas y arriver, ne compte pas les heures et ne te compare pas aux autres , personne ne fonctionne de la même façon.. Un petit jeune , qui était avec moi , tout feu tout flamme , l’a raté 3 fois de suite donc …
        Aujourd’hui , je roule presque tous les jours ,sauf quand il pleut… A plus et bon courage.. Tiens nous au courant

        • Maud
          17 avril 2014 at 12:29

          Annie,
          Passionnée de moto depuis plus de 15 ans, passagère aguerrie et enthousiaste, je viens de sauter le pas et de m’inscrire pour passer MON permis moto ! 😉
          Mais…. moi aussi je suis un « tout petit » gabarit : 1 m58 et 51 ans.

          Donc, 1er « handicap » : juste le bout du pouce de chaque pied qui atteint le sol sur la XJ6….. bref, gros problèmes dans les virages à 90° et les demi-tours ! Idem pour les arrêts et démarrages, évidemment.

          >> Tu as une ou des « astuces » pour que ma morphologie ne me fasse pas enchaîner des 10aines d’heures supplémentaires…. qui me coûteront les yeux de la tête, s’il te plaît ?

          Merci d’avance !

          • virginiesoli
            18 avril 2014 at 14:24

            Bonjour à toutes (et tous)
            Tenez bon les filles ! Je mesure 1m54 et j ai passée mon permis en juin dernier et je l ai obtenu du 1er coup avec que des A! Ça a été long mais on avance chacune à notre rythme. Les déclics se font progressivement parallèlement à la confiance en soi. Le rôle du moniteur est important, pdt les cours je me disais parfois qu il allait finir par me jeter. Pourtant il ne s enervait jamais. En discutant avec lui après le permis, il m a confirmé que je me faisais des idées. Il voyait plutôt ça comme un challenge! Ne lachez rien, perso depuis juillet j ai fait 5000 km…que du plaisir et pour continuer à prendre confiance je me suis inscrite à la casim pour continuer à apprendre car pour les petites la route réserve parfois des petites surprises !

  32. M1G
    20 mars 2014 at 19:15

    Bonjour et merci pour site. Un véritable puit d`informations, si si ! Et c’est lá le problème… je m’explique.
    Je débute la moto ( jamais de scooter ou quoi que ce soit avant ) et force est de constater que j’apprends plus à vous lire qu’à pratiquer avec mon moniteur…
    J’en suis à ma cinquième heure et je galère a réaliser mon plateau lent.

    D’où ma question : aux débutants, comment se sont déroulées vos lecons de plateau, au bout de combien d’heures vous avez réussi le lent, et faisiez vous d’autres exercices pour progresser ? Et enfin qu’avez vous fait pendant les 10 premiéres heures ?

    Merci

    • birab
      29 mars 2014 at 11:10

      Salut M1G,

      j’en suis à ma quatrième heure de plateau et je n’ai fais qu’une heure de parcours lent.Les trois heures précédentes je les ai passé à faire des ronds et des 8 (à ma demande, car le moniteur voulait me mettre sur le lent dès la deuxième heure)! Je ne suis pas sûr que les huit heures de plateau me seront suffisantes pour maitriser les deux parcours.
      Une seule attitude à adopter: ne pas se décourager et persévérer (j’ai failli lâcher l’affaire à ma première leçon: bécane quatre fois par terre). Ne pas s’acharner non plus: prendre le temps de souffler 2 minutes et relâcher les bras.

      A la différence de toi, je fais du scooter 125 depuis peu et ai déjà pratiqué le deux roues en dilettante à plusieurs reprises; le fait que tu n’ai pas d’expérience n’est pas forcément une tare, au contraire.

      Bon courage à toi, à toutes et tous.

      Merci à l’auteur de ce site si complet.

  33. Mika
    6 mars 2014 at 14:42

    Bonjour à tous, voilà 8 mois que j’ai mon papier rose et je ne lasse pas de lire et de relire ce site sans lequel je n’aurais pas eu mon plateau du premier coup d’ailleurs.
    Je souhaite revenir sur l’importance du frein arrière lors du partie chronométrée ! en effet freiner de l’arrière est une manoeuvre obligatoire sur cette partie de l’épreuve et ce n’est pas pour rien.
    Lors des premières leçons il faut l’avouer je freinais pour freiner (histoire d’allumer de feu de stop quoi) jusqu’au moment où je me suis aperçu que l’on pouvait accélérer ET freiner en même temps (bon vous amusez pas à faire ça à 50km/h) à faible allure cela ajoute beaucoup de stabilité et nous fait gagner quelques précieux dixième de secondes ! Le plus dur étant le dosage entre la pression sur le frein et l’accélération.
    En tous cas bon courage a tous les candidats !

  34. Webvince
    21 février 2014 at 11:01

    Après 3 leçons de plateau, je me sens plutot à l’aise sur mon terrible engin. Le trajet aller et retour en ville et un petit bout de route se passe bien, j’arrive maintenant à rouler sans regarder les commandes, en mettant le clignotant, démarrages sans faire des bons et sans caler aux stop, arrêts sans m’ecraser sur le guidon 🙂

    Par contre le lent, warf… Soit je vais trop vite et j’arrive pas à tourner pour prendre les portes, soit je vais trop lentement et je finis par être déséquilibré et hop ! Pied par terre !

    Le redémarrage dans le virage, ça vient, j’en ai réussi deux la derniere fois, yahouh !

    La technique de ne pas débrayer avec 4 doigts que j’ai réussi à mettre en oeuvre la dernière fois semble intéressante, sauf que je dois avoir l’annulaire trop court ou je sais pas quoi, mais pour moi ça marche en laissant deux doigts sur la poignée et deux doigts pour débrayer… Avec le levier en butée sur les deux doigts « fixes »pour débrayer, le point de patinage est tout prêt, génial !

    Par contre dur dur de garder les gaz stables… J’ai pourtant pas l’impression d’être crispé (quoique je suis courbaturé de partout le lendemain…), le poignet dans le prolongement du bras, mais même sur la route en passant dans les cahots, les gaz varient !
    Comment faire pour garder les gaz stables ???

    • FlatFab
      22 février 2014 at 13:31

      Pas forcément besoin de garder les gaz absolument stables. L’important est de ne pas laisser retomber le moteur au régime de ralenti.
      Tu peux conserver un filet de gaz constant ou mettre des « coups de gaz » très rapprochés, avec un rapide mouvement du poignet, pour bien maintenir le régime entre 2.000 et 3.000 tr/min.

      • Webvince
        12 mars 2014 at 23:44

        9ème leçon ce soir, 5ème séance de lent… Et ça passe !
        Merci Flatfab pour les conseils qui ont bien complété ceux du mono.
        Le déclic vient sans doute que j’arrive enfin à combiner embrayage, coups de gaz et frein arrière.
        Et aussi certainement plus mobile sur la moto.
        Une quinzaine de passage sans faute, seul le démarrage dans le demi-tour est à parfaire, j’ai accroché le plot plusieurs fois, après avoir été beaucoup dans l’herbe maintenant je tourne trop court !
        Je vais de ce pas relire les conseils sur ce point !

  35. 13 février 2014 at 23:36

    Bonjour à tous,

    Bon, j’aurais peut-être plutôt du poster dans l’article sur ceux qui s’y mettent sur le tard, car j’ai 40 ans et après bien des années à en rêver, quelques mois à hésiter, je me suis inscrit enfin pour essayer de décrocher ce fameux permis A !
    Première leçon « d’évaluation » pendant laquelle, après m’avoir brieffé sur les commandes, le mono m’a regardé faire mumuse avec l’embrayage, l’accelerateur (sensibles ces p’tites bêtes là !!!) et faire des ronds et des 8… A l’issu en bas de la feuille j’ai droit aux 20 heures syndicales, chouette !
    Deuxième leçon, ça se corse, faut déjà emmener la bécane jusqu’à la piste en traversant la ville à une heure de grande affluence ! Il est foi ! En plus c’est pas la même monture, à ce qu’il parait elle fait 20 chevaux de plus et les commandes sont encore plus sensibles ! Content d’arriver en un seul morceau… Et là, une heure à tenter de faire le lent… Quelques frayeurs, quelques cônes renversés et quelques litres de sueur plus tard, lors de mes deux dernières tentatives j’arrive miraculeusement à faire le parcours sans me casser la g…. Et sans rien renverser… Sans trop savoir comment ! Ah oui, au détail près du redémarrage dans le demi-tour ou cette fichue machine a très envie d’aller voir dans l’herbe si ça roule pas mieux…

    Bref, les 20h inscrites sur la feuille d’évaluation, c’est juste pour la forme ? Quand j’ai dit au mono que je trouvais ça super chaud, il m’a juste répondu « ah ben ouais, c’est pas facile… »

    Bon, j’y retourne demain, après avoir lu et relu les excellents articles de ce site… M’a pas tout expliqué ça le mono (pour l’instant ?)…

    • FlatFab
      14 février 2014 at 10:02

      Tu nous diras comment ça évolue, mais de prime abord, sans le connaître et au vu juste de ce que tu dis, je le sens mal, ton formateur…
      Prévoir 20 heures de cours pour un débutant de 40 ans qui n’a jamais touché une moto, c’est audacieux.
      Et lui faire prendre une moto gros cube pour traverser la ville dès la deuxième heure, c’est limite de l’inconscience…
      Mais bon, on verra bien !

      • webvince
        14 février 2014 at 11:14

        C’était le sens de ma question, faut-il y croire en 20 heures ? Après deux leçons (1h30 chacune), je ne suis pas très optimiste mais bon comme tu dis, on verra bien…
        Après, la traversée de la ville, je me suis dit que s’il me le faisait faire, c’est que l’évaluation lui avait montré que j’en étais capable… Je ne suis pourtant pas du genre optimiste bourré d’orgueil ;o)
        Je reviendrai donner mes impressions au fur et à mesure…
        En tout cas merci pour ce site et les conseils très détaillés qu’on y trouve !

        • DavidP24
          24 février 2014 at 19:21

          Ne t’affole pas, j’ai 44 ans, quelques années de 125, et je viens enfin de passer mon A. Mon ancien moniteur a voulu me faire tenter le lent au bout de 8h00. Résultat : grosse plantade sur le lent. Au bout de 20h00, seconde tentative et plantade sur le rapide. Pardoxalement, c’est sur les deux circuits rapides que je me démerdais le mieux. Le lent, tu as vachement plus de questions à te poser. En tous cas, tu te les poses plus à 40 piges qu’à 25.
          J’ai changé de moniteur et d’auto école entre deux, et je suis tombé sur un type très pédagogue. Avec son enseignement et la lecture incessante des conseils de Flatfab, la 3ème tentative a été la bonne. La circul du premier coup. Résultats : Entre 35 et 40 heures de conduite au total. Les réflèxes sont plus lents à venir avec l’age, et les raideurs se déplacent.
          Quelques commentaires :
          -applique les conseils de Fab à la lettre, sur le lent autant que sur le rapide ;
          -tu vas plus galérer sur le lent, crois-moi ;
          -sur les 3 parcours, un truc est fondamental : le regard. Quand tu fais ton virage départ arrêté sur le lent, regarde ce p… de cone de l’autre côté, et ne le lache pas. Idem pour le virage du rapide ;
          -quand tu es au point de patinage sur le lent, ou quasi en roue libre, la rotation des masses du moteur quand on donne des coups d’accélérateur joue le rôle d’effet gyroscopique et aide vachement à garder l’équilibre.
          Bonne chance.

          • Webvince
            25 février 2014 at 20:20

            Merci pour tes encouragements, je viens ici tous les jours depuis que j’ai découvert ce site, pour me graver dans le crâne les bons conseils de Flatfab. Ça va bien finir par passer ce fichu lent ! Bon, après deux leçons de lent, faut peut-être pas s’affoler… Et puis quand j’aurai usé mon forfait de 20h, je verrai bien où j’en suis…
            Les deux derniers cours on a fait du rapide, nettement plus facile ! A part le demi-tour que je fais un peu large…

  36. Nadège
    5 février 2014 at 09:37

    Bonjour j’en suis à ma 15eme heure de plateau et je n’arrive toujours pas à tourner à allure lente ni à faire le parcours je perd immédiatement l’équilibre malgres le patinage vous avez des conseils ? Mon moniteur pense que le poid de la moto fait que c’est trop dur 🙁

    • FlatFab
      5 février 2014 at 10:19

      Ton formateur manque de maîtrise technique…
      Le point de patinage de l’embrayage ne fait pas tout. Ce qui fait tenir en équilibre, c’est le fait de mettre et de garder du gaz.
      Plus tu monteras en régime moteur, plus tu auras de l’équilibre.

      • Nadege
        6 mars 2014 at 22:05

        Bonjour j’ai appliquer pas mal de vos conseils et à presque 25h de plateau maintenant je commence à aborder le parcours lent sans tomber et avec un peu plus d’equilibre !!! Je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule a galèrer sur ce parcours, de plus j’ai régler mon probleme de taille car avec les 1,60 je n’avait pas pieds sur l’ER6 du coup j’ai acheter une paire de Buffalo avec 6cm de semelle ça m’a changer la conduite je revie !!! Affaire à suivre !!! Merci encore pour ce site qui est vraiment super !!!

    • bureth
      14 février 2014 at 10:53

      Bonjour,

      Arrivé à 8 heures de cours, j’étais pareil que toi: pas possible de tourner sans poser le pied. Je me plantais une fois sur 3 au premier virage.
      J’étais tendu, stressé, droit comme un piquet.
      J’ai changé de prof et mon nouveau prof à baissé mon ralenti et m’a fait faire des huits sans toucher l’embrayage entre deux plots pendant 30 minutes avec pour objectif de se regarder dans le retro extérieur au virage au début du virage : tu es du coup obligé de bien pencher la moto à l’intérieur du virage et contre balancer avec ton poids sur le côté extérieur au virage pour équilibrer tout ça: c’est ce qu’on appelle l’opposition.
      ça m’a totalement débloqué. En deux heures j’ai réussi ce sur quoi je butais depuis 6 heures.
      Quand tu tourne avec la moto inclinée, ton champ de braquage est beaucoup plus petit, ce qui est bien adapté au plateau.
      Ne pas oubliez de bloquer les cuisses sur le réservoir et bien se coucher sur le réservoir, dos droit.
      Bon courage

      Sylvain

    • patoche
      18 février 2014 at 15:37

      Bjr..
      Pour te dire que moi (je dois être un cas d’école….) j’en suis suis à ma 36 ème heure de plateau et j’ai encore bcp de mal avec le demi tour arrêté… En ce qui concerne le passage des portes, ça y est enfin mais ça a été long et difficile maîtrise de l’embrayage de l’allure , la trajectoire… etc…. Pour moi qui vient d’avoir 40 ans et qui n’avais jamais fait de moto cela me paraissait tout simplement impossible au départ malgré ma motivation…. Pour le poids de la moto je crois que cela dépend essentiellement de ton gabarit… J’ai commencé sur un permis A et une 600 et je me suis rétrogradé au permis A2 sur une 500 cb rabaissée car je ne mesure qu’un mètre 60… Cela me rassurait surtout de pouvoir posé les pieds par terre car meilleurs reprise d’équilibre dans le lent quand tu peux déjà te rassurer en posant un pied au lieu de benner la moto a chaque perte d’équilibre…… après une moto qui roule c’est une moto qui ne tombe pas…. Toute la difficulté est à allure réduite… En tout cas courage …. J’ai passé mon plateau la semaine dernière et j’ai raté mon demi tour arrêté.. Je repasse après demain et j’espère que cette fois ce sera la bonne…. Bon courage à toi…

      • mireille
        24 février 2014 at 20:57

        bonjour à toutes et à tous
        accroche-toi patoche ! j’ai beaucoup galéré sur ce fichu demi-tour arrété. Il est d’autant plus difficile que comme moi tu mesures 1,60m.Pourtant la maîtrise de cette manoeuvre est vraiment très importante pour l’après permis ! tiens bon ,j’ai eu le plateau le jour de mes 50 ans et j’ai d’autant plus apprécié que comme toi cela n’a pas été facile tous les jours.Ne compte pas le nombre d’heures sinon tu as envie de pleurer !!Le principal est que tu te sentes vraiment à l’aise ensuite sur ta moto!
        Bon courage à toi et à tous ceux qui sont en formation !

        MIREILLE

  37. AWDREY
    4 février 2014 at 23:47

    Hé bien! après 5 passages du plateau, je l’ai enfin eu! et avec 5A !! (waoo j’ai eu chaud au fesses hein!) (et avec 20,00sc au lent)
    Puis me voilà donc a l’épreuve de la circulation! Une seule chance seulement, la pression est grande.. en cas d’échec -> repasser Code + Plateau+circulation! Ohh non j’ai eu tellement de mal à avoir le plateau!
    Finalement il faut croire que je suis plus efficace sous la pression puisque je viens d’obtenir mon permis avec une note de 24/27 en circulation!

    Alors je remercie ce site, car à chacun de mes échecs au plateau, j’étais dépitée, prête a tout abandonné.. puis je me disais, mais non tu en ai capable! (en lecon je ne faisais plus aucunes erreurs et des 10 aines de fois la suite!) et en plus imagine la tête que tu va faire quand cet été tu verras tout le monde en moto et que toi tu auras abandonné!
    Alors j’ai lu et pris tous vos précieux conseils, mis en pratique pour la les lecons! et j’ai enfin surmontée mon stress qui me fesait tout louper a chaque fois!

    Maintenant il me reste plus qu’a trouver une jolie moto pour débutante! Je pense à la Gladius! (d’ailleurs, que pensez vous de l’achat d’anciennes moto école ?)
    Puis une assurance, pas trop chère… si vous avez des avis ?

    Merci à tous! et bon courage pour ceux qui comme moi! galère avec le plateau! Ne jamais lacher! 🙂

  38. DavidP24
    3 février 2014 at 17:24

    Après deux échecs au plateau (l’un sur le lent après 8 heures de conduite, l’autre sur le freinage d’urgence) deux mois sans piloter du fait de déboires de mon ancienne moto-école, j’ai repris 2×2 heures de cours, plus la matinée d’aujourd’hui. Une heure de circulation sans soucis, et deux heures de plateau galère. Toutes les erreurs que je ne fais plus, tous techniques les soucis que je croyais loin, jusqu’à arriver à coucher la moto sur le lent, tout ça c’était ce matin avant l’épreuve. Le fameux changement de comportement à l’approche de l’examen. Le stress stupide, alors que je rencontre de multiples situations stressantes dans ma vie professionnelle (je suis anesthésiste réanimateur), que je gère sans soucis habituellement.
    Mais pas de possibilités de reculer, je suis inscrit.
    Bon, la poussette et la vérif, un A.
    Premier lent, courage de troisième porte. Je recommence et je fais le virage un peu à l’arrache. Mais un A.
    Freinage d’urgence, virage en haut du parcours un peu à la one again, mais un A.
    Premier évitement, et paf le plot. Le second nickel, donc un A. Je connaissais les fiches quasi par cœur, depuis le,temps, donc À.
    Merci à Michel, mon nouveau moniteur pour sa pédagogie et ses explications efficaces. Merci à toi, Fabien pour la multitude de conseils que j’ai lus et relus et mis en application (sauf la gestion du stress, à priori).
    Maintenant place à la,circulation, lundi prochain, pour laquelle je vois lire ton topo.
    Et j’espère te voir pour un stage de pilotage à basse vitesse et maîtrise du poids du véhicule.

  39. Flat3
    31 janvier 2014 at 09:06

    Bonjour et merci pour ce site plein d’info !

    je suis en train de passer mon plateau et le demi-tour me pose quelques problèmes.

    vous dites « Mais si vous gardez bien le point de patinage avec du gaz, vous ne pouvez pas perdre l’équilibre, c’est impossible ! »
    Et j’aimerai bien m’en convaincre car dès que je sens la moto tomber je redresse le guidon ! pourquoi une moto ne peut pas « tomber » ?
    il me semble que l’equilibre en courbe est un savant melange entre la vitesse, le rayon de courbure et l’inclinaison ? si l’inclinaison est trop forte la moto tombe non ?

    • IchabOd
      1 février 2014 at 00:29

      Bonjour,

      Je me permets de donner mon avis.

      Si tu sens la moto tomber et que tu redresses le guidon, tu vas rétablir une stabilité (toute relative) mais tu vas aussi élargir ton virage, au risque de mordre sur la ligne blanche, ce qui est éliminatoire.
      Par contre l’autre technique qui consiste à ouvrir du gaz va augmenter la vitesse de la moto, avec la force gyroscopique elle va se redresser toute seule et tu auras virer bien mieux.

      Il faut juste lutter contre son envie de ralentir et faire confiance à l’engin et aux lois de la physique. C’est un peu la même problématique quand tu apprends le ski, tu commences à faire du chasse-neige dans les virages mais c’est long, tes virages sont plus larges, et dès que tu mets tes skis parallèles tu tournes plus vite et plus serré.

      • FlatFab
        1 février 2014 at 14:56

        Attention, on parle là de maniement à basse vitesse !
        Il ne s’agit surtout pas d’aller plus vite : l’augmentation de la vitesse entraînerait une forte augmentation de l’effet centrifuge et donc un élargissement du virage.

    • FlatFab
      1 février 2014 at 15:19

      Il y a une différence entre « s’incliner » et « tomber ».
      Et une moto se manie différemment en fonction de sa vitesse. Elle ne se comporte pas du tout pareil à basse vitesse (1 à 7-8 km/h), à moyenne vitesse (10 à 30 km/h) et à grande vitesse (autour de 40 km/h).

      Tu me parles du demi-tour sur le parcours à allure lente : il s’agit d’un départ à l’arrêt avec virage serré à basse vitesse.
      Dans cette situation, ce n’est évidemment pas la vitesse qui permet l’équilibre (grâce à l’effet gyroscopique sur les roues). Il faut remplacer cet effet gyroscopique de la vitesse par celui des masses en rotation dans le moteur et la motricité de la roue arrière.
      Si tu gardes des gaz avec le moteur en prise, mais sans prendre de vitesse, donc en étant juste sur le point de patinage, l’équilibre créé permet d’incliner la moto à basse vitesse sans perdre l’équilibre.
      Si tu redresses le guidon, c’est que tu as peur de sentir la moto s’incliner. Il faut que tu sentes que les gaz remplacent la vitesse et te permettent de garder l’équilibre malgré la moto inclinée.

      Et plus la moto est inclinée, plus il faut mettre de gaz.
      Regarde (et écoute) des vidéos de drift à moto pour t’en convaincre !

      Ou des vidéos de maniement moto à basse vitesse par les policiers américains, c’est une de leurs spécialités :

      http://www.youtube.com/watch?v=h2H3kRPUzVA
      Ecoute le régime moteur…

      • flat3
        4 février 2014 at 09:10

        Bonjour et merci pour ces elements de réponse !

        Pour le demi-tour du lent, j’ai testé en partant plus incliné ce qui me force à demarrer un peu plus fermement résultat ca passe avec plus de marge vis à vis de la ligne. Je comprend donc que c’est l’effet gyroscopique des pièces moteur en mouvement qui facilite l’equilibre ?
        Donc mettre un peu de gaz (meme en roue libre) entre les piquets devrait aussi aider à garder l’équilibre ?

        Pour le demi tour rapide, avec un peu plus de vitesse à l’entré je tourne aussi bien plus court !

        je consolide tout ça samedi prochain et j’espère avoir mon plateau cette fois ! restera le stresse à gerer.

        • Vina
          4 février 2014 at 13:35

          Coucou !

          Essaie de ne pas trop te stresser pendant les 1/2 tours : serrer la moto entre les cuisses et regarder là où tu dois aller ne pas faire une fixette sur les lignes (le regard compte beaucoup! Le truc c’est qu’il faut s’habituer , car la moto va où tu regarde 😉 !) Pour le lent il faut vraiment ne pas fixer le sol pour repartir mais redémarrer en regardant plus loin devant ! J’ai eu aussi du mal 😉
          Bon courage!!!

        • Vina
          4 février 2014 at 13:43

          Et j’oubliais:

          Si tu as vraiment peur pendant tes exercices du plateau, (moi j’avais peur et le fait de m’équiper d’un bon pantalon moto avec de bonnes chaussures (utiles pour le future ) ) je faisais sans aucune crainte les exercices , ça m’a aidé!

          • Flat3
            4 février 2014 at 14:16

            Ah oui c’est vrai, c’est purement psychologique mais l’équipement compte, les soldes chez bm m’ont un peu aidé lol

        • FlatFab
          5 février 2014 at 10:26

          De la roue libre entre les piquets ? Je déconseille, mais bon, tu fais ce que tu veux…
          L’effet gyroscopique des masses en rotation fonctionne un peu en roue libre, mais bien mieux avec le moteur en prise sur le point de patinage de l’embrayage.

          • Flat3
            10 février 2014 at 10:52

            Ca y’est plateau validé ce matin, reste plus que la circu, un grand merci et bonne chance pour ceux qui le passent !

      • patoche
        18 février 2014 at 15:46

        Ces mecs là sont des extras terrestres!!!! Mais quelle maîtrise !! Pouahhhhh …. J’aimerais juste réussir mon plateau moi…. lol

    • bureth
      3 février 2014 at 14:52

      Salut,

      J’ai eu ce problème pendant longtemps.
      Mon prof m’a fait faire un exercice : quand tu inclines ta moto à gauche pour tourner, tu dois te voir dans le retro de droite, ce qui t’oblige à faire contre poids ou opposition (penché du côté opposé au virage, bien sur l’avant)
      ça a très bien marche pour moi

  40. Sarah
    30 janvier 2014 at 17:38

    Bonjour à tous,

    Merci pour ce site qui est réellement bien fait et plein d’astuces. Une véritable mine d’or!

    Je vous écris car je suis désespérée. On m’a présenté à l’examen du plateau il y a une semaine et demi environ et je me suis plantée sur le lent.
    Premier essai : je tremble, pose un pied, rate le demi tour et renverse un piquet au retour.
    Deuxième essai : je rate le demi tour.

    Le demi tour à droite me pose beaucoup de problèmes je n’arrive que très rarement à le rentrer dans les lignes. J’ai repris des cours et on voulait me représenter à l’exam lundi prochain, ce que j’ai refusé puisque ce demi tour arrêté à droite ne rentre pas.

    Auriez-vous des conseils et avez-vous déjà eu le même problème? Je n’arrive pas à avoir de déclic…
    Sur le rapide mes demi tours rentrent à chaque fois et ce, de n’importe quel côté.

    • jay
      31 janvier 2014 at 11:20

      juste un petit conseil pour le jour du plateau si je peux me permettre : surtout rester concentré au maximum sur les épreuves et essayer de déstresser (même si c’est plus facile à dire qu’à faire.
      Pour ma part passage plateau pour la 2éme fois et 4A ET 1B (parcours lent )
      je tiens à remercier flatfab pour ce formidable site qui recèle de conseils très pertinents et qu’il faut essayer de mettre en pratique pour reussir.
      merci encore et bonne chances pour les autres.!!!

    • Lolo
      31 janvier 2014 at 11:24

      Bonjour sarah,

      J’ai passé le plateau pour la deuxième fois fin décembre et je l’ai eu. J’ai également éprouvé quelques difficultés de ce coté là. Personnellement ça venait plus du freinage que je n’arrivais pas à faire avec le pied puisque la moto penche du coté du frein arrière et j’ai donc opté pour le frein avant à un doigt. Concernant ton problème j’ai trouvé une solution pour m’en sortir. Je me place en franchissant la ligne et la bécane se retrouve à cheval avec la ligne au milieu de la moto. Pour le redémarrage j’ai opté pour un grand coup de gaz sur le point de patinage ce qui permet de faire ton virage rapidement et ne provoque pas la pose du pied ni la sortie de terrain. Tu embrayes doucement et une fois la moto en mouvement tu accélères sans toucher à l’embrayage pour rester sur ce point de patinage. Bon après il y a toujours cette histoire de regard …
      Bon courage …

    • FlatFab
      1 février 2014 at 15:22

      Encore une fois, une moto se manie différemment en fonction de sa vitesse.
      Elle ne se comporte pas du tout pareil à basse vitesse (1 à 7-8 km/h), à moyenne vitesse (10 à 30 km/h) et à grande vitesse (autour de 40 km/h).

      Tu parles du demi-tour sur le parcours à allure lente : il s’agit d’un départ à l’arrêt avec virage serré à basse vitesse.
      Dans cette situation, qui n’a rien à voir avec le demi-tour au rapide, ce n’est évidemment pas la vitesse qui permet l’équilibre (grâce à l’effet gyroscopique sur les roues).
      Il faut remplacer cet effet gyroscopique de la vitesse par celui des masses en rotation dans le moteur et la motricité de la roue arrière.

      Si tu gardes des gaz avec le moteur en prise, mais sans prendre de vitesse, donc en étant juste sur le point de patinage, l’équilibre créé permet d’incliner la moto à basse vitesse sans perdre l’équilibre.
      Si tu redresses le guidon, c’est que tu as peur de sentir la moto s’incliner. Il faut que tu sentes que les gaz remplacent la vitesse et te permettent de garder l’équilibre malgré la moto inclinée.
      Et plus la moto est inclinée (ou moins tu as d’équilibre, en raison de courtes jambes, par exemple), plus il faut mettre de gaz.

      • Sarah
        4 février 2014 at 18:14

        Merci pour ces éléments de réponse. Je reprend un peu confiance, j’avais l’impression d’être une des rares à rencontrer un problème de demi-tour sur le lent. J’ai re-testé la semaine dernière et ça fonctionnait mieux. Je reprend quelques cours histoire d’être vraiment sûre de moi avant de me représenter. Je croise les doigts. Il faudra aussi que j’apprenne à maîtriser le stress lié à l’examen.
        En tout cas merci vraiment pour vos conseils, c’est super d’avoir les avis de chacun(e) 🙂

  41. bureth
    24 janvier 2014 at 18:00

    Premier passage plateau hier.
    On s’échauffe 1 h avant, j’arrive même pas à être à 40 dans le slalom….. ça promet. Le lent une cata….
    Bref, pas plus rassuré on y va quand même.
    Verif: l’inspecteur me fait remarquer qu’il me manque un dispositif réfléchissant…. ça commence bien. Pousette et verif: transmission: il me demande la longueur de la flèche….. 2 cm ? Il me montre sur la moto 2,5-3.5 cm…. oups. Sympa quand même le gars. A
    Premier passage lent: je pose le pied et trop rapide….. coup de chaud sous le casque.
    Deuxième passage, grande respiration, on ferme les yeux et je me dis c’est comme pendant les cours. Ça passe nickel. Je vois le passager et là les jambes flageollent car j’y arrive pas trop. Ça passe. A
    Freinage: je freine bien avant la ligne ….. je repars sans me poser de question: ça passe A
    Evitement qui passe du premier coup à ma surprise A
    Les fiches: encore très stressé, fiche 12… trou noir sur la force centrifuge. L’inspecteur me relance et je réussi à lui sortir tout d’un trait.
    Donc c’est bon mais je ne sais pas comment….
    Pensez à se poser un peu avant le départ et se dire que c’est comme à l’entrainement.
    Heureux.

    • féelumière
      16 avril 2014 at 17:46

      Bonjour à toutes et tous,
      J’ai 50 ans et mon permis, je le souhaite depuis 30 ans! J’en suis à 35 heures de cours plateau et circulation. Le parcours lent, je le fais en 16 ou 18s, c’est un B le jour de l’examen. Le demi tour arrêté avec départ à droite est toujours une catastrophe pour moi!
      J’ai passé le plateau la semaine dernière, A en poussette et vérification, B en lent, A en freinage d’urgence, A en évitement et….C en fiches! Voilà comment anéantir tous mes efforts. Le stress total et les mots qui ne venaient pas. J’ai été trop longue et j’ai oublié une phrase importante pour l’inspectrice. Je ne pensais pas qu’on pouvait être autant stressé! J’ai refait 2 heures de circu aujourd’hui, mais sans fiche, pas de plateau, pas de circu, pas de permis! J’avoue que je commence à me décourager! Merci pour tous vos commentaires, je pensais que j’avais un « truc » qui n’allait pas! Bon courage à toutes et tous. Au plaisir de vous lire. Et un grand merci pour ce site!

      • DavidP24
        16 avril 2014 at 19:05

        Les thèmes des fiches sont très récurrents. Il faut les lire et les relire. C’est ce que j’ai fait. Au lit en deux soirs, je lisais le bouquin. Puis, je laissais passer une journée, et je recommençais.
        A force, on les sait. Paradoxalement, j’ai galéré sur le lent, mais la théorie, pas de soucis. il ne faut pas de par cœur, mais du bon sens.

  42. Charles
    16 janvier 2014 at 11:08

    Bonjour bonjour,
    J’ai… raté mon plateau lent mardi dernier… Premier passage, stress… Je pose un pied et je suis trop rapide… Deuxième passage, je souffle avant de repartir, je tremble un peu, je ne sers pas assez ma machine, mais tant bien que mal je passe la parti vraiment lente avec succès, demi tour nikel, je prends mon passager, je repars, arrive au niveau des piqué, j’ai du mal a bien tenir la machine alors je fais un léger décroché entre le quatre piqué, genre j’empiète à peine sur la ligne virtuel du couloir réalisé par les quatre piqué, je passe la porte, les dernier plot, m’arrête, je me dis bon, c’était bien non? Le verdict tombe… C.
    D’avoir empiéter la ligne virtuelle du couloir des quatre piqué me vaut une sortie de parcours… Et à la prochaine…
    Du coup petit conseil: Bien aller droit dans ce couloir, mais vraiment droit. Habitué vous à passer avec un passager le plus souvent possible, et avec différents gabarits pour être sur de maîtriser l’équilibre de cette parti au poil…
    Moi qui croyais qu’une fois les piqué passé en 20 sec le reste était du tout cuit…

  43. Geoffrey
    16 janvier 2014 at 10:35

    Bonjour à tous!

    Je souhaitais publier un petit message pour remercier d’abord FlatFab pour son site qui regorge d’informations aussi utiles les unes que les autres mais aussi tous les motards en herbes qui ont posté un commentaire.
    Tout cela a été décisif dans cette entreprise.
    Je me suis lancé dans cette petite aventure en septembre et elle vient tout juste de réellement commencer lors de la réception de ce sésame ( papier blanc )
    Après avoir (re)passé le code de la route, j’ai pris les cours de plateau.
    Pas facile de faire passer les 20 secondes….
    C’est là où tout le site de FlatFab prend tout son sens car les moniteurs sont malheureusement plus avares en détails.
    Je déplore d’ailleur l’absence total de briefing et débriefing devant un tableau.
    Le jour J , j’ai pris la liberté lors de la pose des plots et autres piquets je marcher sur le tracé et ainsi, bien mentaliser le circuit ce qui m’a bien aidé à me concentrer…
    Mais je n’ajouterai aucun autre conseil car tout est dit plus haut!

    Enfin, après avoir été banané deux fois pour la circulation lors des grèves des inspecteurs, ce qui m’as dailleur scandalisé ( beaucoup de personnes prennent des jours off, le stress, le temps perdu….)( pas d’excuse, simplement des absents )
    J’ai eu l’opportunité de passer la circulation sous la flotte!
    Mais 12 °C en janvier? on ne se plaint pas! et on se rassure comme on peut!

    Deux jours précisément plus tard, l’auto école m’appelle pour m’annoncer la nouvelle!!!
    Ni une ni deux je cours recuperer le papier qui m’autorise enfin de rouler seul!!!
    Et enfin, de partir dans l’après midi chercher la brèle que je m’étais offerte un mois plustot , et qui dormait dans le garage d’un copain.

    Au guidon de ma yamaha diversion de 1998 ( vieille mémère ), après mes 5 A et mes 27/27!!!! X)
    Je suis un fier nouveau motard qui doit beaucoup à ce site, et j’espère ne pas avoir usé de trop le serveur à force de relire ces pages 😉

    V à tous et bon courage pour le permis!

  44. Régis
    15 décembre 2013 at 13:43

    Bonjour,

    Voici deux fois que je passe le parcours lent… La première fois était calamiteuse à cause du stress. La deuxième fois, j’ai posé le pied une fois et l’inspecteur en a comptabilisé 2 car j’ai posé le pied au demi tour, de suite après l’arrêt.
    J’ai été scandalisé, ainsi que mon moniteur, car cet inspecteur, même en reconnaissant son erreur, n’a pas fait machine arrière.
    Attention donc, car selon l’inspecteur, le fameux pied possible après l’arrêt et demi tour du parcours lent peut s’avérer fatal…
    Scandaleux mais bon…

  45. IchabOd
    7 décembre 2013 at 18:35

    Bonjour,
    Attention pour précision sur l’arrêt à effectuer à la moitié du demi-tour : J’ai eu un « C » direct car j’ai arrêté la moto à 4 cm à gauche de la ligne ! (fiche N°2)
    J’allais repartir après m’être arrêté, l’inspecteur à 12m de là m’a fait signe d’attendre, il est venu et m’a annoncé que cet essai était fini car le pneu était en dehors du parcours !
    Je regarde en dessous et je vois la ligne (4), je ne comprends pas…. il a fallu que je me penche pour voir qu’effectivement mon pneu était légèrement à gauche de la ligne….
    Donc attention à ça, j’ai focalisé mon attention sur le fait de ne pas dépasser la ligne blanche, l’inspecteur au début de l’examen n’a absolument pas insisté dessus, ni mon formateur, donc c’est stupide de passer à côté du plateau à cause de ça…..

  46. carole
    26 novembre 2013 at 16:44

    bonjour a tous ;;;;;;ai réussi mon plateau aujourd’hui:::::pour la 4 eme fois:::::tres heureuse:::::merci pour vos messages ::::::en faite au reveille je me suis dit aujourd hui tu la :::::et sa marcher::::

    • FlatFab
      26 novembre 2013 at 16:56

      Félicitations !
      Plus le droit à l’erreur maintenant, il faut réussir la circulation.
      Prends ton temps, lis bien l’article dédié (L’examen du permis moto – La circulation) et n’hésite pas à prendre des heures de cours.

    • marie-jo
      27 novembre 2013 at 10:03

      Bonjour Carole. Trop bien. Je te félicite. Comme le dit FlatFab, lis bien son article sur la circulation et même démarche : vas-y cool !
      Bon courage et tiens nous au courant. Bonne route.

  47. patou
    21 novembre 2013 at 16:34

    Bonjour à tous,

    Tout d’abord je souhaite remercier FlatFab pour ce site très intéressant et très complet avec d’excellents conseils pour les novices.

    Je n’avais jamais conduis de moto auparavant, j’ai donc débuté mon expérience moto il y a 7 semaine, après avoir découvert ce site je n’ai pas mal passé de temps dessus et surtout à réfléchir à tous ces conseils lors de mes heures de conduite. Hier j’ai réussi le plateau après 13h de cours au premier essai.

    J’ai eu 4A et 1B au lent.

    Pour le lent, mon moniteur m’avait dis de ne pas faire attention au chronomètre des 20 secs (c’est pourquoi j’ai eu cette note) en revanche lors de mon premier essai sur le lent avant d’arriver entre les piquets après la 3ème porte je pose le pied, ce qui vaut un C. Ce qui ne fait qu’augmenter le stress du deuxième et dernier essai. Ce qu’il faut faire dans ce cas là, c’est ne pas ce déconcentrer, serrez les genoux à fond et lever la tête (ne pas se préoccuper des autres autour de vous, ni des réflexions de l’examinateur). Et surtout prendre son temps au démarrage, respirez, ne pas ce dépêcher. Bien que l’examinateur nous met la pression, pour ma part, on été 5 à le passer en moins de 1heure, avec 15 autres candidats d’autres auto-école qui vous regardent lors de votre passage.

    Pour le rapide, c’est pareil toujours la pression de l’examinateur qui regarde sa montre. Et qui vous dis c’est quand vous voulez alors que vous êtes même pas sur la moto. Dans ce cas là, il faut faire abstraction de ces PUT… de remarque et prendre sur soi.

    Ensuite arrive les fiches, un de mes camarades de l’auto-école a eu 1 C alors qu’il avait eu que des A auparavant alors si vous voulez avoir votre permis en enlevant 1 part de stress apprenez les, l’examinateur ne cherche pas à vous planter là dessus.

    De plus, petit renseignement pour tous ceux qui passe leur permis dans les Bouches du Rhône, il a été décidé entre les inspecteurs que dans tous les cas, le chronomètre serait enclenché.

    Maintenant je me languis de faire mes heures de route et de passer la circulation. Bonne chance à tous ceux qui (re)passe le plateau. Et essayez de mettre en pratique les conseils de ce site et vous verrez, les parcours (lent ou rapides) ont l’air bien plus simple ensuite.

    Merci encore pour ce site. Bonne continuation

  48. guy
    19 novembre 2013 at 20:27

    voila plateau réussi ce jour 4A et 1B aux fiches un peux stresser aux fiches merci de tous vos conseils qui m,ont bien aider en complément de mon apprentissage longue vie a ce forum guy

  49. Surp
    13 novembre 2013 at 21:02

    Plateau obtenu récemment grâce à un excellent moniteur, de bons collègues à la moto école et de bons conseils dispensés par ce site. Merci encore pour le travail accompli qui est bien utile.

    Je souhaitais apporter ma pierre à l’édifice et vous faire part de ce que j’ai pu observer lors du plateau et notamment de ce qu’il ne faut pas faire. Attention, pavé, mais qui j’espère en aidera plus d’un.

    – Ne vous mettez pas des bâtons dans les roues vous-même. Exemple, dans ma promotion, un élève arrivait à 15 jours de la date d’expiration de son code… Grosse pression, il était impératif pour lui d’obtenir le plateau au plus vite sous peine de devoir tout recommencer. Résultat, forte pression le jour de l’exam, échec.
    Un autre avait quelques soucis financiers (période de chômage) et du fait, il lui aurait été difficile financièrement de reprendre des leçons et de repasser l’examen. Résultat, forte pression le jour de l’exam, échec.

    Soyez conscient de ce dans quoi vous vous engagez. La moto demande de l’investissement, du temps et de l’argent. Si vous partez avec des nombreuses préoccupations le jour de l’examen, vous augmentez le risque de stress.

    – Le stress, parlons-en. Pourquoi stresser ? Je ne dis pas que je n’étais pas un peu tendu lors de l’examen, mais, loin d’en perdre mes moyens. Ce permis, je suppose que pour beaucoup c’est un loisir, un plaisir, une envie, un rêve de gosse. Ok, mais l’échec ou la réussite ne va pas conditionner votre futur proche. Vous n’allez pas perdre votre emploi, votre vie ne sera pas radicalement modifiée etc. Alors allez-y zen. N’y aller pas défaitistes en vous disant « J’peux le louper, je le repasserai », allez-y pour l’obtenir mais sachez gardez à l’esprit qu’un échec, même s’il n’est pas évident à digérer ne vous empêchera pas de continuer à vivre. Partez donc gagnants, concentrés mais ne stressez pas, ça ne vous apportera rien de bon.
    A cause du stress, des élèves qui passaient le lent facilement à la moto école se sont retrouvés perdus et ont commencé à utiliser des commandes qu’ils ne maîtrisaient pas (exemple, ces élèves passaient les 20 secondes du lent uniquement sur embrayage + frein, sous l’effet du stress, ils ont commencé à ajouter des coups d’accélérateur violents et non maîtrises. Résultats, calage, échec.)

    – Venez à l’examen en connaissant parfaitement vos vérifs et vos fiches. Un élève n’avait pas appris ses vérifs et s’est mis à douter et stresser juste avant le début de l’épreuve. On a eu le temps pour les lui faire réviser rapidement. Il passe la poussette mais avec tout se stress accumulé, se loupe sur le lent.
    Un autre élève n’avait pas correctement appris ses fiches. Il passe toutes les épreuves, avec déjà le quota de A nécessaire. Il arrive aux fiches, se fait ajourner sur un C car il n’a pas réussi à retranscrire ses fiches à l’inspecteur. Il avait pourtant fait le plus dur.

    Les vérifs et les fiches ne demandent rien d’autre que l’implication personnelle. Ce n’est certes pas la partie la plus drôle, mais venir à l’examen en sachant que les verifs et fiches sont maîtrisées sur le bout des doigts vous enlève déjà une sacré part de stress et de doute. C’est 2 A assurés. Alors oui, c’est pas le plus drôle à apprendre, mais si vous stressez tant pour le permis moto, c’est parce que vous voulez l’obtenir absolument, alors, comment peut-on se présenter à l’examen en voulant l’obtenir coûte que coûte sans avoir appris ce qui pourrait vous assurer 2 A ?

    Si ça peut en aider certains, je les ai révisées de la façon suivante. 3 semaines avant l’examen, presque tous les soirs. Le 1er soir, la fiche n°1, apprise par cœur. Le second, apprentissage par cœur de la fiche n°2 et révision de la fiche n°1. Le 3ième soir, apprentissage par cœur de la fiche n°3 et révisions des fiches 1 & 2 et ainsi de suite.
    Certes arrivée à la 12ième fiche, ça prend du temps, une bonne heure quand on les maîtrise bien pour toutes se les réciter, mais ça m’a valu un A. Pendant 3 semaines les journées étaient rythmées par boulot, fiches le soir puis dodo mais l’investissement a payé.

    Allez-y gagnants, prêts et motivés. Ne laissez rien au hasard ou à la chance. Ne changez votre méthode à la dernière minute le jour de l’examen et essayer d’appliquer les conseils de ce site qui sont vraiment efficaces
    .
    Avant chaque épreuve, j’ai appliqué le conseil donné sur le site, à savoir :
    – Prendre son temps pour se positionner correctement
    – Visualiser le parcours de la position de départ en se projetant dedans
    – Respirer profondément, bloquer la respiration puis expirer
    L’expiration était mon top départ et me permettait d’oublier tout ce qu’il y’avait autour et me concentrer sur ce que j’avais à faire durant les épreuves.

    Bonne chance à tous et encore merci pour ce site qui est une mine d’informations.

    • FlatFab
      14 novembre 2013 at 13:01

      Merci de ton témoignage et de ta contribution : beaucoup de bons conseils !

  50. Flo
    10 novembre 2013 at 22:34

    Bonjour à tous
    Voilà j’en suis à ma 17 eme heures de cour et j’ai déjà acquis les plateaux rapide sous tous les temps (pluie vent et beau temps) mais voilà alors que je commençais à réussir le lent a la perfection ( enfin plutôt de manière correct) j’ai eu 3 semaines de coupure sans leçons de conduite ( pour cause perso) et à ma dernière leçons j’ai été incapables de réussir le plateau lent (le rapide étant vraiment acquis). Alors que je savais pertinemment toute les positions à adopter mais je n’arrivai pas à les reproduires. Je commence donc à m’inquiéter car les 20h approches et j’aimerais ne pas trop déborder en heures de leçons en plus.

    Alors est ce normal d’avoir une perte de moyen face au plateau lent après 3 semaines d’arrêt ? Est ce que sa va revenir rapidement ? Ou alors n’était ce qu’un jour sans ?

    Merci de vos réponses qui me seront très utile. Et merci a toi Flatfab pour cette article qui m’est déjà très utiles

    • FlatFab
      12 novembre 2013 at 19:29

      Déjà, les 20 heures de formation ne sont qu’un minimum légal, pas une obligation. Faut pas faire une fixation sur ce volume de formation…
      Ensuite, oui, c’est normal d’avoir une période de ré-apprentissage après trois semaines d’arrêt. Quand vous débutez, vous régressez à partir de dix à quinze jours sans pratiquer.
      Normalement, vous retrouvez assez vite votre niveau antérieur, au bout d’une à deux heures.
      Si c’est combiné avec un jour « sans » (pour cause de fatigue, de stress, de préoccupations extérieures, de météo difficile, de changement de moto, de changement de formateur), cela peut s’avérer plus long.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.