Faire demi-tour en sécurité

En certaines occasions, il nous faut effectuer un demi-tour, c’est-à-dire un virage en U, à 180 degrés. Une manœuvre qui n’est pas toujours facile et présente un fort risque de chute à basse vitesse, même pour les plus expérimentés.

Il va de soi que tout demi-tour dans un espace public, tout spécialement sur une voie de circulation, doit s’opérer dans un espace sécurisé.
Vous devez avoir contrôlé visuellement l’ensemble de la zone ainsi que ses accès pour identifier les directions d’où pourrait provenir un véhicule qui vous perturbera.
Signalez-vous, mettez le clignotant ou les feux de détresse.

Pour être certain qu’aucun véhicule ne survienne pendant la manœuvre, il s’agit de trouver une zone garantissant une visibilité sur au moins 300 mètres, soit 150 m de chaque côté.
Il faut donc bannir les entrées et sorties de virages, les abords de côtes, les zones urbanisées ou à l’ombre des arbres, les recoins d’un bâtiment…

L’idéal est de trouver une zone de dégagement sur le bas-côté correspondant au sens de circulation : parking, aire de repos, station-service, intersection…
L’objectif est de traverser la chaussée après avoir pu contrôler l’absence de véhicule simultanément sur les côtés, à gauche et à droite. En effet, le contrôle visuel vers l’avant puis vers l’arrière s’avère beaucoup moins fiable car plus long à réaliser correctement.

Un carrefour entre la route empruntée et une route secondaire peut faire l’affaire, à condition d’avoir le champ libre pour réaliser la manœuvre sans se faire surprendre par un autre usager qui s’engage ou quitte la route choisie.

Infographie Motomag

Tous ces critères sont d’autant plus importants pour des motards en groupe qu’ils doivent réaliser la manœuvre à tour de rôle.
Dans ce cas, la zone de visibilité sera la plus étendue possible (500 m dans l’idéal) et l’aire de dégagement choisie assez vaste pour accueillir tous les membres du groupe.
Le rêve, c’est de dénicher un rond-point qui facilite grandement l’affaire !

 Mieux vaut éviter de faire demi-tour en pleine chaussée, surtout si l’on ne maîtrise pas bien le rayon de braquage de la machine.
Se retrouver coincé de l’autre côté et devoir reculer en poussant sur la pointe des pieds est très dangereux.

Pour réduire le rayon de virage, la moto doit être inclinée vers l’intérieur du virage. Plus l’angle d’inclinaison est prononcé, plus le rayon s’en trouve réduit. Le guidon doit être idéalement tourné au maximum, presque en butée.

Voici une technique en quatre étapes pour réussir un demi-tour dans un mouchoir de poche, proche, dans une certaine mesure, de celle appliquée dans un virage en épingle .

Un demi-tour s’opère sur le premier rapport, mais avec une certaine vitesse, légèrement supérieure au ralenti. Vous devez savoir faire patiner l’embrayage et doser soigneusement le freinage arrière.

1- Dirigez-vous le plus à l’extérieur possible de la zone de demi-tour (route, rue, trottoir, etc.) afin de vous donner le maximum d’espace pour exécuter la manœuvre.
Tournez la tête au maximum à gauche et vérifiez que la trajectoire que vous allez effectuer est dégagée.
Déplacez votre poids (éventuellement en vous mettant un peu debout) sur le repose-pied extérieur, ce qui améliore l’équilibre durant la manœuvre et permet au pied intérieur d’intervenir en touchant le sol pour rétablir l’équilibre en cas de pépin.
Lancez votre moto avec un peu d’accélération (contrôlée avec l’embrayage, en débrayant jusqu’au point de patinage).

2- Commencez le virage en tournant le guidon au maximum, en libérant la direction par la mise en roue libre. Avant de tourner le guidon, débrayez à fond.
Une fois le guidon tourné, inclinez la moto vers l’intérieur du virage en appuyant sur le demi-guidon intérieur.
Continuez de regarder dans la direction voulue et conservez toujours votre poids vers l’extérieur.

Vous pouvez réduire encore le rayon du virage en actionnant le frein arrière.
N’utilisez pas le frein avant, qui vous déséquilibrerait.

3- Dès que la moto tourne bien serré, gardez de la motricité en ramenant l’embrayage au point de patinage.
Il vaut mieux faire patiner l’embrayage en accélérant (au moins 2.000 à 3.000 tours) pour ne pas se faire surprendre par un arrêt soudain du moteur.

À cette étape, le type de moto utilisée, la cylindrée et l’architecture du moteur apporte quelques variantes. Le couple étant plus important que la puissance, un twin « pépère » sera plus à l’aise qu’un 4-cylindres de sportive dont le premier rapport long est capable de vous amener au-delà de 100 km/h. Ce qui n’est pas idéal pour une manœuvre exécutée à 5 km/h…
Le même phénomène peut s’appliquer pour le moteur de faible cylindrée, qui a besoin de plus de tours pour livrer le couple nécessaire. Dans ce cas, pour exécuter la manœuvre, faites tourner le moteur à moyen régime et faites patiner l’embrayage. La force gyroscopique créée par le régime moteur améliorera l’équilibre de la moto.

Continuez de regarder dans la direction de la sortie du demi-tour, et non dans l’axe de la moto.

Si la moto part tomber à l’intérieur, relâchez légèrement l’embrayage. Sinon, posez votre pied gauche au sol pour récupérer votre équilibre.
Si rien ne va plus, redressez la moto et ensuite freinez. Freiner avant de redresser la moto placerait le poids sur votre jambe gauche une fois la moto immobilisée et vous obligerait peut-être à déployer d’importants efforts pour la redresser.

4- Relâchez doucement le frein arrière ainsi que l’embrayage, une fois bien engagé dans la direction choisie.
Le virage est presque complété, mais restez attentif à garder un régime moteur supérieur au ralenti et à garder votre trajectoire avec le guidon tourné et la moto inclinée.

* * *

Exécuter un virage en U avec succès demande un minimum d’entraînement, ce qui n’est pas déplaisant en soi.

Pour vous entraîner, trouvez un endroit sûr. Durant ces pratiques, essayez aussi de faire des cercles complets de plus en plus serrés, cela vous aidera à visualiser le virage en U comme un demi-cercle (lisez l’article « Exercices de maniabilité moto« ).
Cette méthode d’entraînement permet d’améliorer votre contrôle de la moto et votre confort, particulièrement utile avec un passager à bord ainsi que des bagages.

C’est un des exercices que je fais travailler dans le cadre de mes stages de maniement à basse vitesse, proposés avec Passion Moto Formation.
Alors si ça vous branche de devenir le King du demi-tour serré en toutes circonstances, cliquez sur le bouton « Je suis intéressé(e) » en haut à droite de votre écran !

Un exemple de ce que ça peut donner (regardez surtout le début, jusqu’à la première minute, et la fin, à partir de 6 minutes) :

Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !

  8 comments for “Faire demi-tour en sécurité

  1. LRDP
    2 mai 2013 at 06:47

    Toujours très intéressant. Mais la question que je pose est : comment faire un virage serré, en U (ou même en V), lent ou avec un (quasi) arrêt (une intersection par exemple) en contrepoids sur l’extérieur ….avec un passager? Si le passager suit la moto, comme il a l’habitude de la faire, c’est le déséquilibre quasi assuré; s’il suit le pilote, le contrepoids est excessif. Il nous est arrivé cette mésaventure en sortant d’un tout petit chemin vers une départementale, à l’intérieur d’un virage d’icelle, sans visibilité, dont l’angle du chemin faisait à peine 30° avec la départementale (donc bien plus ardu qu’une épingle), avec un dévers en plus : tentative d’arrêt en braquant, pas d’appui en le cherchant par des petits pas maladroits et la moto a versé sur la droite. Quelle trajectoire suivre? Fallait-il aller dans l’autre sens pour faire un demi-tour ?

    Merci pour vos conseils précieux!

    • FlatFab
      4 mai 2013 at 23:19

      Avec un passager, c’est en effet plus difficile.
      Il faut donner d’autant plus de gaz et demander au passager de rester dans l’axe vertical de la moto, en serrant bien les genoux.
      Il est clair que le contexte que tu décris est le plus exigeant, celui qui demande une maîtrise parfaite des techniques de maniement à basse vitesse.
      Lire les articles
      Maîtriser son embrayage
      Sentir l’équilibre de sa machine
      Incliner à basse vitesse

      • LRDP
        6 mai 2013 at 22:38

        Merci pour cet avis,
        Il est finalement primordial d’avoir de l’expérience et, refaisant du « plateau » avec des bouteilles de lait comme repères, l’équilibre pour de telles manoeuvres se récupère nettement et je me sens beaucoup plus sûr de moi en peu de temps.

        Cordialement.

  2. Raph
    26 mars 2013 at 15:11

    Bonjour,

    Je pense aussi que certaines motos sur la vidéo n’ont pas le rayon de braquage permettant de réussir l’exercice (exemple : la Honda CBX1100).

    Certaines moto écoles ont les butées limées pour permettre la réussite du parcours lent.

    Je me trompe ?

    • Easy
      27 mars 2013 at 09:34

      Hello,

      Tout n’est pas dans le rayon de braquage pur de la moto. La preuve, sur la vidéo, l’Hayabusa dont le rayon de braquage doit être comparable à celui de la CBX1100, réussit le parcours avec MadMax à son guidon.

      Je suis persuadé qu’il est possible de réussir le parcours avec la CBX1100.

      Evidemment le rayon de braquage de la moto ne fait pas tout. Et braquer en butée ne suffit pas. Beaucoup dépend de la technique employée.
      On voit bien sur la vidéo comment MadMax incline la moto vers l’intérieur du virage pour réduire encore son rayon de braquage.
      Cela implique de bouger énormément sur la moto, pour faire contre-poids avec le haut de son corps en appuyant presque uniquement sur le repose-pied extérieur. Ca aussi on le voit bien sur la vidéo. Ce qu’on ne voit pas par contre, c’est que c’est très physique !

      C’est une technique très utilisée dans le monde de la moto trial, pour les débutants, pour touner dans un mouchoir de poche. Elle est très efficace mais plus la moto est lourde, plus elle exige de la précision…. et donc de l’entrainement.

      Cette technique implique de maitriser plusieurs choses:
      -le point de patinage de l’embrayage
      -gérer son allure avec les gaz, l’embrayage et le frein arrière
      -l’équilibre à allure lente
      -maitriser la position du corps en « contre-poids » pour diminuer encore le rayon de son virage en inclinant la moto.
      -maitriser son équilibre en virage avec le guidon braqué en butée, en faisant varier sa vitesse et/ou sa position en « contre-poids »

      Le plus simple est de commencer à s’entrainer avec une moto légère.

      • Raph
        28 mars 2013 at 18:46

        Merci pour ces explications détaillées.
        Longueur de la moto, centre de gravité, poids, rayon de braquage; c’est sûr il y a plusieurs facteurs. Reste à pratiquer pour s’améliorer !

  3. Pack
    25 juin 2012 at 12:04

    Salut Fabien, pour te dire que tes liens renvoient vers ton ancien blog.
    Sinon, tu penses qu’arriver au niveau de mad max et à la portée de tout le monde (enfin je veux dire avec de l’entrainement, bien sur…), c’est un objectif atteignable?

    • FlatFab
      25 juin 2012 at 12:55

      Danny n’est pas un surhomme… Oui, c’est possible et accessible à tout le monde, mais avec beaucoup d’entraînement.
      Lien corrigé, merci Benoît !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *