Décrypter les annonces de vente moto

De nos jours, l’achat d’une moto d’occasion passe à 99% par les petites annonces de vente en ligne, principalement sur le site Le Bon Coin. Quand on sait ce qu’on cherche, quand on sait repérer les bons ou les mauvais points, ça aide. Mais beaucoup de motard(e)s débutant(e)s ne connaissent pas assez le monde moto pour décrypter les annonces de vente de motos d’occasion. Voici quelques conseils pour les y aider.

Merci à Denver pour l’idée de cet article !

Cet article est à lire en complément des articles suivants :
Quand et comment (bien) acheter sa moto ?
Bien acheter une moto d’occasion
Racheter une moto d’école ?
Qu’est-ce qui fait une moto trop bornée ?

 * * *

Premier point, savoir sur quels sites chercher sa moto !

Là dessus, pas bien compliqué, Le Bon Coin écrase largement la concurrence, par le simple fait que publier une annonce y reste gratuit.
En toute logique, c’est aussi l’outil préféré des escrocs et arnaqueurs de tout poil, ainsi que le repaire de tous les crétins et débiles de France et de Navarre…

Pour ceux qui en douteraient encore, lisez les perles du Bon Coin et cette sélection.

C’est aussi pour cela qu’il ne faudrait pas oublier les autres sites spécialisés dans la vente en ligne de véhicules d’occasion, et notamment de motos.

En tout premier lieu, celui de Moto Magazine qui offre, en plus des annonces, une cote qui permet de se faire une idée des tarifs, ainsi que des dossiers « bilan occasion » afin de rassembler un maximum d’infos sur les points forts et les points à surveiller des motos convoitées.

Pour les mêmes raisons, ne négligez pas les annonces de Moto-Station, ainsi que ses « maxi tests » réalisés par les propriétaires de centaines de modèles différents.

Troisième gros acteur du secteur, la Centrale des particuliers, qui propose une cote, toujours utile pour se faire une idée, même s’il ne faut pas la prendre pour parole d’Evangile.

Dans le sillage de ces trois acteurs majeurs, on trouve une ribambelle de sites plus ou moins bien ficelés, spécialistes des annonces de vente de motos :

Evidemment, tous les grands forums motards comptent aussi leur rubrique d’annonces, tout comme les réseaux de grandes surfaces moto et les différents magazines motards.

Et je ne parle pas des sites spécialisés sur les motos anciennes ou les motos d’enduro-cross ou les mécaboîte 50, etc.

Sans compter certains constructeurs (comme Honda, Suzuki, BMW par exemple) qui proposent sur leur site une rubrique qui centralise les motos d’occasion à vendre dans leur réseau de concessionnaires.

L’idée est juste de vous rappeler qu’il n’existe pas que Le Bon Coin dans la vie…

 * * *

Deuxième point, savoir quoi chercher…

Le marché de la moto d’occasion est vaste. La première étape consiste à borner ses recherches.

Commencez par définir votre budget et le type de moto que vous recherchez : vous gagnerez du temps en ciblant vos recherches.
Pour en savoir plus, lisez l’article Quand et comment (bien) acheter sa moto ?

Affinez au maximum vos critères de recherche en précisant le modèle exact que vous convoitez : marque, modèle, motorisation, transmission, kilométrage, tarif et éventuellement région…

Attention, bien des vendeurs commettent des fautes sur le nom de leur moto, parfois même sur la marque !
J’ai déjà vu des annonces pour des Suzuki alors que les photos montraient une Yamaha. Certains écrivent Kawazaki au lieu de Kawasaki. Et je ne parle pas des erreurs sur la cylindrée, des oublis sur des équipements de base (comme l’ABS)…

Faites attention à la façon dont vous entrez vos mots-clefs, notamment aux espaces. Une R1200RT, par exemple, peut s’écrire R1200 RT, R 1200RT, R 1200 RT, mais aussi 1200RT R ou 1200 RT ou RT1200. Une ER-6 peut devenir ER6 ou ER 6. Certains appellent leur moto par la dénomination commerciale (Bandit, par exemple), d’autres par son type (GSF).

Commencez par une recherche bien précise, puis élargissez au fur et à mesure votre spectre de recherche.

Si possible, essayez le(s) modèle(s) convoité(s) avant d’acheter.
Les services de location de moto se développent, mais à peu près tous refusent les débutants, il vous faudra au moins deux ans d’ancienneté de permis moto avant de pouvoir louer une moto.
Pour en savoir plus, lisez l’article Louer une moto ou un scooter.

Pour essayer une moto, le mieux est de se tourner vers les concessionnaires qui proposent des modèles d’essai.
Problème, cela suppose que la moto de vos rêves soit récente, voire très récente, car les concessionnaires ne proposent à l’essai que les motos proposées au catalogue du constructeur en cours.

 * * *

Quelques conseils pour les acheteurs

Ne vous fiez pas (uniquement et entièrement) au titre !

Dans la mesure où le titre est la première chose que va voir un acheteur potentiel, le vendeur un peu sensé va vouloir inciter le curieux à cliquer sur son annonce.
Un titre précis, informatif, c’est bien. Un titre putassier, incitatif, formaté marketing, prometteur… c’est déjà plus suspect.

Un bon titre d’annonce doit préciser marque, modèle, cylindrée et année, voire édition spéciale / numérotée si c’est le cas.

Ne jugez pas seulement sur les photos.

Tout le monde cherche de belles photos pour bien voir ce qu’il va acheter.
Du coup, certains vendeurs plus ou moins finauds tentent d’attirer les clients par des détails sexy. Comme sur les sites de rencontres, d’autres mettent même de fausses photos, plus flatteuses que la réalité, piquées sur le web. Peut-être espèrent-ils que l’acheteur ne verra pas la différence quand il viendra voir la moto…

Plus que la qualité de la photo en elle-même, c’est le nombre et la nature des photos qui vont vous renseigner sur l’état d’esprit du vendeur.

Une seule photo pourrie, toute floue, mal exposée ? Des images qui datent visiblement ? Une photo récente, mais avec un enfant ou un passager sur la moto ? Un cliché pris à l’arrache depuis la fenêtre sur la moto garée en bas (c’est du vécu) ?
Tout ça indique que le vendeur n’a pas pris la peine de réaliser de bonnes photos de sa machine avant de publier l’annonce. Mauvais signe sur son sérieux.

Une bonne photo, mais avec une belle flaque d’eau (ou des traces d’humidité) juste sous la moto ? Probable que le vendeur a nettoyé sa moto juste pour la photo et n’a même pas attendu qu’elle sèche avant de prendre la photo. Moyen.

Deux ou trois bonnes photos, mais qui ne montrent tout le temps qu’un seul et même côté de la moto ? Immédiatement, je me demande ce qu’il y a de l’autre côté que le vendeur voudrait ne pas montrer…

A l’inverse, trois photos de bonne qualité, avec une moto propre et seule dans le cadre, bien cadrées, bien exposées, qui montrent les deux côtés de la bécane, de préférence dans un décor qui met la moto en valeur… c’est déjà un bon point de départ !

Evitez vraiment les annonces sans photo.
De nos jours, il est tellement facile de prendre des photos numériques que les annonces « en aveugle » sont louches.
N’hésitez pas à en demander au vendeur et s’il ne peut pas en fournir, passez votre chemin.

Prenez garde aux annonces mal rédigées ou truffées de fautes.

Cela arrive à tout le monde de commettre des erreurs, mais quand il y a déjà deux fautes dans le titre, cela n’augure rien de bon sur le vendeur qui n’a même pas pris le temps de se relire ou de passer son texte dans un correcteur d’orthographe quelconque.

Une annonce mal foutue, c’est un vendeur soit pas sérieux, soit qui n’a pas envie de vendre : on passe son chemin.
Après, une faute de frappe, un zéro oublié ou rajouté dans le prix ou dans le kilométrage… ça peut arriver. Si le reste de l’annonce est bon, ce n’est pas un souci.

Privilégiez les annonces les plus détaillées et les mieux rédigées.

Sélectionnez les cinq ou six annonces qui se rapprochent le plus de vos critères, par ordre de préférence (tarif, kilométrage, région, etc.).
L’idéal étant de privilégier les modèles de « première main », dont le vendeur est censé connaître les antécédents et fournir les factures d’entretien.

Ne vous inquiétez pas si le vendeur n’a pas tout précisé en détail dans l’annonce.
Beaucoup de vendeurs pensent que les annonces trop longues découragent les acheteurs… et ils n’ont pas toujours tort.

Une bonne annonce doit décrire le véhicule le plus précisément possible, entrer dans les détails techniques mais en laissant la place à des questions.

Elle doit impérativement mentionner la marque, le modèle, la cylindrée, le kilométrage et l’année de mise en circulation du véhicule.
Ensuite, c’est mieux si elle précise son état : usure des pneumatiques et du kit chaîne, si l’entretien à jour et/ou s’il a été réalisé dans le réseau de la marque.
Encore mieux si elle énumère les équipements, options et accessoires.
Et encore mieux si elle évoque les points faibles comme les rayures, les éventuelles pannes, rappels constructeur… sans dissimuler les défauts ou les défaillances, notamment les dommages accidentels ou un échange standard du moteur, par exemple.

A fuir par contre, les promesses exagérées sur les performances, les qualités ou les émotions engendrées par la moto.
Trop de vendeurs croient (ou font mine de croire) que leur machine est la huitième merveille du monde, ce qui justifie bien entendu un prix délirant. Un vendeur qui insiste lourdement sur le fait que sa moto « marche fort » et lui rend le kiki tout dur, c’est suspect. Surtout qu’en général, il « oublie » de donner des infos précises sur l’état technique de la machine.

Perso, un vendeur qui précise qu’il est « passionné » a tendance à me faire fuir.
Les « passionnés » de moto sont trop souvent des rigolos qui font leur entretien eux-mêmes pour le moins cher possible et/ou qui enchaînent les wheelings et pointes de vitesse au mépris du respect de la mécanique.

Autre mention qui éveille ma méfiance, le fameux « temps de chauffe », soi-disant toujours respecté.
Tout d’abord, il n’existe aucun moyen de le vérifier, de le prouver. Ensuite, trop souvent, les motards font chauffer à l’arrêt, parfois en mettant des grands coups de gaz (très mauvaise idée sur un moteur froid), ce qui ne fait chauffer que le bas moteur, puis partent ensuite à fond, sous prétexte qu’ils pensent l’ensemble du moteur chaud.
Le bon « temps de chauffe » se fait en roulant, pas à l’arrêt, en restant dans le premier tiers du compte-tours pendant deux à cinq minutes. Un motard expérimenté le sait et n’aura pas besoin de le mentionner dans son annonce.

 * * *

Prenez le temps d’étudier le marché !

Ne vous précipitez jamais.
Prenez bien le temps de réfléchir et d’aller voir plusieurs annonces pour un même modèle. C’est le meilleur moyen de comparer plusieurs motos entre elles.

Prendre le temps de s’informer, c’est avant tout se renseigner sur le modèle visé, ses caractéristiques, les différentes versions, les particularités des millésimes… et sur les tarifs d’assurance !
Vérifiez TOUJOURS que vous pouvez être assuré(e) sur la moto désirée et à quel prix.
Et ce avant d’acheter, pas après !
Pour en savoir plus, lire Bien choisir son assurance moto.

Autre avantage à prendre votre temps : consulter régulièrement les sites sur une période de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois, permet de repérer les motos qui ne se vendent pas.

Une annonce qui reste en ligne pendant plus d’un mois ? Ou qui revient régulièrement avec de nouvelles photos et:ou des baisses de prix ? Soyez vigilant(e) : le véhicule peut présenter des défauts ou avoir un positionnement prix trop élevé. Dans tous les cas, c’est un indice important lors de la négociation.

Intéressez-vous tant aux annonces de particuliers qu’à celles des professionnels.
Sachez qu’en cas de vice caché, il vous sera beaucoup plus facile de vous retourner contre un professionnel, lequel est tenu d’offrir une garantie d’au moins trois mois, voire même désormais six mois.

Bien étudier le marché sur les modèles qui vous branchent vous permettra également d’éviter une bonne partie des arnaques.

Comme par exemple de repérer les annonces irréalistes. Évidemment, il est toujours possible de faire de bonnes affaires, mais il faut rester réaliste : la grande majorité des vendeurs se renseigne sur la valeur moyenne du bien mis en vente avant de poster une petite annonce. Une moto proposée à un prix ridiculement bas cache presque toujours un problème.

A l’inverse, n’écartez pas forcément les modèles au-dessus de leur cote.
Les éventuels acheteurs seront moins nombreux à contacter le vendeur et vous pourrez toujours essayer de baisser le prix après l’essai. Gardez bien à l’esprit que le prix affiché sur l’annonce est rarement celui que vous paierez réellement au final.

Bien connaître le marché permet enfin de mieux négocier.

Sur le marché de l’occasion, négocier le prix d’achat est une pratique courante. Pour bien préparer la négo, il est indispensable de prendre le maximum d’informations sur le modèle convoité :

  • la cote d’occasion (à affiner en fonction du kilométrage, de l’année de mise en circulation),
  • la fiche technique,
  • le prix des pièces et équipements principaux,
  • un retour d’expérience des motards sur les forums dédiés au modèle,
  • les points à surveiller, les rappels constructeur…

Sélectionnez les autres annonces similaires pour montrer au vendeur qu’il n’est pas dans le bon prix (si tel est le cas).
L’idée est de s’appuyer sur les défauts constatés pour faire prendre conscience au propriétaire que le prix de vente est excessif.

 * * *

Enfin, une fois sur place…

Après quelques heures de recherches acharnées sur internet, vous avez trouvé la moto d’occasion qu’il vous faut !
Vous avez pris contact avec le vendeur et convenu d’un rendez-vous.

Méfiez-vous d’une moto trop propre, un nettoyage impeccable avant votre visite peut être le signe d’une fuite. Mais aussi d’un propriétaire très soigneux, voire maniaque.
En général, un vendeur qui veut masquer un souci va se contenter d’un lavage sur l’extérieur. Passez le doigt ou jetez un regard derrière les carénages, sous la selle, dans les recoins où la saleté va s’accumuler. Si c’est propre, il est probable que le vendeur soit un méticuleux. Si c’est sale alors que l’extérieur est bien propre, c’est peut-être bien un cachottier.

Si vous n’êtes pas sûr(e) de vous ou si vos connaissances mécaniques sont limitées, n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un(e) ami(e) plus expérimenté(e).
Si vous n’en avez pas autour de vous, demandez de l’aide sur un forum dédié au modèle souhaité, il y aura presque toujours quelqu’un pas trop loin de chez vous qui pourra vous accompagner, surtout si vous lui remboursez le carburant et lui offrez un verre.
Sinon, passez par les services (payants) de spécialistes, comme la Deux Roues Agency.

Un point important : prenez le temps de discuter avec le vendeur.
Vous en apprendrez beaucoup sur l’histoire de la machine et faciliterez les éventuelles négociations.
Pour en savoir plus, lisez l’article Bien acheter une moto d’occasion.

 * * *

Pour éviter les arnaques

Bien évidemment, refusez les paiements par mandat cash ou Western Union.

Même si le vendeur vous jure que c’est sécurisé, il y a toujours une méthode pour contourner le système.
En général, quand on vous propose cette solution, ne cherchez même pas à comprendre, le vendeur n’est pas crédible.
Préférez le paiement en espèces ou par chèque en faisant attention de ne pas laisser la possibilité au vendeur de l’amender ou d’en modifier le montant. C’est pourquoi le chèque de banque ou le virement bancaire sont préférables.

Si le vendeur est éloigné et refuse un paiement en direct, proposez-lui de recourir aux services d’un tiers de confiance.
S’il refuse, lâchez l’affaire.

Il existe au moins trois sites de tiers de confiance :

De même, refusez toute moto qui vous serait soi-disant livrée par quelqu’un d’autre que le vendeur lui-même ou une personne de votre connaissance.
Vous ne devez traiter qu’avec le propriétaire du véhicule, son nom est indiqué sur la carte grise.

Plusieurs types d’escroquerie sont habituellement utilisés.
Ils ont tous une chose en commun : un acompte est demandé, souvent en relation avec des services de transferts d’argent comme Western Union ou MoneyGram.
Si vous entendez des mots tels que « preuve de liquidité », « transfert d’argent », « Trust service » ou « chèque de somme supérieure »… passez votre tour.

En tant qu’acheteur, n’effectuez jamais de transaction avec un vendeur vous demandant d’effectuer des versements suspicieux, comme des avances ou des paiements à l’étranger.
N’acceptez aucun acompte ou paiement de frais divers tant que vous n’avez pas vu et essayé le véhicule.

Si les informations que vous donne le vendeur ne correspondent pas à celles indiquées sur l’annonce ou les documents administratifs, et en particulier si le véhicule n’est pas stationné en France ou que vous ne traitez pas directement avec le propriétaire… abandonnez.

Ne jamais utiliser de numéros de téléphone surtaxés pour entrer en contact avec un vendeur.
Si le numéro de téléphone indiqué dans l’annonce commence par « 08 », oubliez.

  10 comments for “Décrypter les annonces de vente moto

  1. Ryan
    7 septembre 2016 at 18:21

    Bonjour.

    J’ai déjà commenté sur cet article mais je me permets de rajouter 1 point particulier.

    Attention aux annonces avec motif de vente : Vente pour cause départ à l’étranger. Je cherche actuellement un 2 roues et c’est HALLUCINANT le nombre d’annonces (surtout les maxi-scooters en Ile de France) vendus pour ce motif. C’est dingue. On a réellement l’impression que tout le monde quitte la France.

    En réalité. C’est une arnaque bien établie qui fait croire à l’acheteur qu’il n’aura aucun recours face au vendeur car le vendeur n’est pas sur de la qualité de sa marhandise ou alors il connait carrément l’existence d’un vice qui deviendra vice caché.

    Mon conseil : Vente pour cause de départ à l’éteanger = passez votre chemin.

    V

  2. 3 septembre 2016 at 20:20

    Bien se méfier des annonces trop alléchantes surtout sur le coicoin, pour ne pas citer de marque ou site …
    Surtout ne pas faire d’acompte via Western Union ou virement hors frontières !

  3. 24 août 2016 at 14:44

    Salut,
    Super article ! Tout y est.
    Content de voir que l’on se rejoint sur la façon de rédiger une annonce moto 😉
    http://www.amateur2moto.com/rediger-annonce-moto/
    @+
    V

  4. Seb63
    18 août 2016 at 21:30

    Bonsoir,

    Perso, quand j’achète une moto ou conseille pour en acheter une, même neuve, je fais toujours un tour sur le site d’occasion des pro, http://www.motoconcess.com. Ne pas hésiter à regarder sur toute la France, cela permet d’avoir une idée des tarifs des pros. En cas d’achat à un particulier, prévoir 10-20 % de moins environ (si entretien réalisé par un pro).

    D’autre part, on peut également trouver en neuf en déstockage des motos à des prix parfois très intéressants (ce que j’ai fait pour ma CB500 vendue juste 200 euros de plus qu’une occasion pro de presque 2 ans dans la même boutique). Si vous n’êtes pas pressé et déjà arrêté sur un modèle, il est possible d’anticiper avec votre concessionnaire, votre belle sera exposée (pas une moto d’essais) et bien équipée pour un faible supplément (ce qui permet à votre concess de vendre plus aux autres et de s’assurer que la moto marquée vendue partira d’ici 1 mois….). Attendez quand même d’avoir votre permis, au moins la partie plateau -).

    En espérant que ces informations vous seront utiles,
    Amitiés motardes,
    Seb

  5. Pascal
    17 août 2016 at 15:48

    Bonjour,

    il existe aussi le site –> http://www.leparking-moto.fr
    pas super fluide pour naviguer, ou alors c’est mon ordi … mais ça permet d’avoir un aperçu des annonces sur pas mal de sites et d’identifier des annonces qui ne sont pas forcément dans le coin-coin …

    merci en tout cas pour ces articles toujours aussi détaillés
    @+
    Pascal

  6. Marc
    17 août 2016 at 13:41

    Bonjour

    Pour les motos existent ils un argus…Vu les modèles, je me perds car je ne sais jamais si la moto est dans les prix : HAUT, MOYEN ou BAS

    Je trouve + difficile d’avoir une référencé en moto qu’avec une voiture et pourtant …..

    • FlatFab
      17 août 2016 at 20:40

      Il existe une cote, celle de l’Officiel du Cycle, qui fait référence pour les professionnels.
      Mais elle n’est accessible qu’aux pros, l’accès en ligne est payant (et cher).

  7. Ryan
    16 août 2016 at 12:35

    Un super article, qui tombe à pic.

    Je suis actuellement en pleine recherche de moto et je m’aperçois d’une chose qui risque de me compliquer la tâche…

    Quasiment impossible de trouver une moto 100% d’origine par chez moi. J’ai lu avec grand intérêt l’article sur le bruit à moto et ainsi, totalement en accord avec ce qui y est dit, je ne veux pas d’une moto avec un pot différent de celui d’origine (même si d’après les annonces 90% des vendeurs proposent le pot d’origine avec la moto).

    Et encore, la ligne d’échappement est une chose, quid des autres (supports de plaques, clignotants…).

    Je pense passer par un professionnel, et si jamais ça coince encore, continuer d’économiser pour acheter neuf.

    V

  8. Disklad
    16 août 2016 at 10:27

    Une petite astuce que l’on m’a donné pour finaliser les transactions : aller dans votre banque. En effet, tout en ayant préparé les papiers au préalable, il est très simple et sécurisé d’effectuer l’achat dans une banque. Si vous payez par virement, vous pouvez demander au guichetier de l’effectuer tout en remettant une preuve au vendeur que vous avez la somme, etc. (C’est ce que j’ai fait pour ma deuxième moto). Si vous payez en liquide et que donc vous vous trimballez une belle somme d’argent sur vous, les banques sont filmées, etc. pas de risque de vol à l’arrachée, ou tout du moins, pas sans preuve.

    Très bon article, Fab, merci encore !

  9. brisy
    15 août 2016 at 12:00

    bonjour,
    très intéressant ! il est vraiment utile d’apprendre à décrypter ce qui est écrit et surtout ce qui n’est pas écrit dans les annonces…. parfois c’est profitable de garder l’esprit ouvert et de changer de projet en fonction des disponibilités ou de la mode dans les occasions; ainsi ,comme pour les autos, certains modèles ou cylindrées sont « surévalués », car très demandés( F800 gs chez BMW par exemple)… en cherchant bien ,on trouve parfois de très bonnes motos peu demandées et de ce fait moins chères malgré leurs qualités ( merci moto station et moto mag pour les essais !)
    reste qu’un entretien de fond ( liquides, freins, pneus, suspensions, révisions à terme) à un coût réel qui s’ajoute ou se soustrait selon les cas du prix de l’acquisition… à prendre en compte pour la décision
    merci
    amicalement
    Marco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *