Remonter en selle après avoir arrêté

La plupart des motards s’arrêtent un jour de rouler. Pour une semaine de gel, les mois d’hiver ou quelques années, voire décennies… Beaucoup remontent en selle, tôt ou tard. Mais la moto, ce n’est pas comme le vélo, ça s’oublie !

Un tiers des accidents de moto concerne des motards de moins de deux ans d’expérience.
Les enquêtes détaillées de micro-accidentologie montrent par ailleurs que, même pour les motards expérimentés, le risque est maximal au cours des six premiers mois sur une nouvelle moto.

Or si vous êtes resté plusieurs mois (ou années) sans rouler à moto, vous avez retrouvé le niveau d’un débutant (ou presque) : non seulement on n’apprend rien quand on ne roule pas, mais on perd très vite. Même une simple « pause » hivernale suffit pour oublier ses sensations, ses points de repère, ses réflexes.

A la reprise de l’activité moto, il importe de se réhabituer, de retrouver ses marques. Replonger directement, sans préparation, dans le flot de la circulation reviendrait à jouer à la roulette russe. Alors que quelques exercices simples, pratiqués hors circulation, permettent de vite se remettre en jantes ! A vous de voir si vous préférez vous exercer seul ou à l’occasion d’un stage de perfectionnement.

* * *

La base : le « huit »

On commence avec deux plots (des bouteilles plastiques d’eau ou de lait font très bien l’affaire), espacés d’une dizaine de mètres.
Le but est de tourner autour, en passant le plus près possible de chacun avant de repartir en ligne droite, mais sans rouler dessus. Virage sur le premier rapport, ligne droite sur le deuxième. Pas de freinage. Soignez le regard ! Quand vous abordez le virage, tournez complètement la tête et regardez la sortie, c’est-à-dire le point d’entrée en ligne droite. Puis dans le virage, vous regardez le milieu de la ligne droite. En sortie de virage, le point d’entrée du virage suivant. Tournez d’abord dans un sens, puis dans l’autre. Puis formez des “huit”, en croisant entre les deux plots. A mesure de votre progression, rapprochez les plots l’un de l’autre, mètre par mètre.

Un autre exercice fondé sur le même principe consiste à former une croix avec cinq plots pour tourner autour des quatre points en repassant à chaque fois par le plot central, toujours en formant des « huit ». A l’inverse de l’exercice précédent, on démarre au plus serré, avec deux longueurs de moto entre chaque plot. Puis vous multipliez cet espacement par deux tout en augmentant la vitesse et les rapports : deux longueurs en 2e (1e rapport dans les virages), quatre longueurs en 3e (2e rapport en virage), huit longueurs en 4e… Alternez les deux sens de rotation.

La suite, le carré.

Avec quatre plots, formez un carré. D’abord grand, genre cinq mètres de côté. Puis à mesure de votre progression, resserrez par 50 cm à la fois. Au final, le côté du carré doit mesurer environ une fois et demie la longueur de votre moto. Le but est de tourner à l’intérieur du carré, sans sortir et sans toucher les plots.

Tournez d’abord dans un sens, puis dans l’autre. Régime constant, d’abord ralenti de première, puis un peu plus rapide. Jamais de freinage ni d’accélération, sauf en cas de perte d’équilibre : mettre alors un petit coup de gaz pour revenir en ligne. Le but de l’exercice est d’apprendre à faire évoluer votre regard : il ne doit rien fixer, il avance en même temps que la moto, il se porte en avant chaque quart de seconde. Cela demande une grande concentration, c’est très fatiguant, l’exercice ne doit pas durer plus de dix minutes à la fois.
Il faut tout le temps regarder deux plots à l’avance. Enfin, pas les plots (sinon vous irez dedans et sortirez du carré), mais entre les plots : regardez deux côtés à l’avance, tête tournée à 100 degrés, par dessus l’épaule. Vous ne voyez même plus votre guidon. Bien le tenir, ce guidon, mais sans se crisper dessus. Serrer la moto avec les genoux, en léger appui sur les pieds. Pieds parallèles à la moto, pas en canard, en appui sur la partie charnue juste derrière les orteils. Position dynamique, fesses légèrement décollées, dos droit. Epaules et coudes relâchés.

Même avec plusieurs dizaines d’années d’expérience, vous serez surpris de la difficulté de cet exercice…

Rester humble

Au-delà de ces exercices techniques, remonter en selle demande avant tout un état d’esprit fait de modestie et de prudence.

Or l’assurance que donnent l’âge et la maturité fait parfois oublier l’humilité. Il s’agit au contraire de ne pas se surestimer. A quoi sert l’expérience, si ce n’est à acquérir la maturité et la sagesse qui devraient justement empêcher de reproduire les erreurs des débutants ?

Quand vous reprenez le guidon, limitez au maximum les prises de risque et surtout, n’y exposez pas un (e) passager(e).
Attendez d’avoir recouvré vos réflexes avant de faire parler les chevaux !

  43 comments for “Remonter en selle après avoir arrêté

  1. Fred F
    5 juin 2016 at 16:52

    Bonjour à tous
    Excellent blog,de super témoignage qui me conforte dans mon désir de plus en plus fort de reprendre la moto, deux décennies sans faire véritablement de la moto (quelques petit roulage), j’aimerais reprendre et mon choix se porterait sur une Triumph T120, j’ai eu des 900,800,750 et autres pendant des années ,hiver comme été , j’ai 52 ans et un peux fébrile à l’idée de me remettre en selle dans la circulation , je vais suivre les conseils donner plus haut,des plots et des exercices sur parking désert,réapprendre les bons gestes pour profiter de ce sentiment de liberté incroyable quand on est à moto. Bonne route à tous.

    • Marc
      5 juin 2016 at 20:06

      Salut Fred,

      J’ai déjà participé à cette discussions( voir mon post du 31/12). J’ai longuement hésiter à reprendre des heures de plateau, mais je ne voulais pas qu’on « m’impose » des faire ceci ou cela et surtout le choix des bécanes de moto école ne correspond pas du tout à mon type de moto.

      Je voulais absolument remonter sur une moto, mais pas n’importe laquelle: la nouvelle Street Twin de chez Triumph qui m’a tapée dans l’oeil dès que je l’ai vue en photo dans un magazine fin octobre (moto parfaitement adaptée aux débutants soit-dit en passant !). J’habite près de la frontière allemande et en fouinant sur le net j’ai appris que Triumph Allemagne propose des locations: j’ai immédiatement foncé et pris la formule 5 jours/900 km (coût: 230 euros, ce que j’estime être très convenable pour une moto toute neuve valant 9000 euros)

      Les premiers 150/200 km furent un peu laborieux, j’ai bien pris soin d’éviter les axes principaux et les horaires de fortes affluences, et puis petit à petit ça allait de mieux en mieux: conduite très prudente, beaucoup d’anticipation puis, les sensations reviennent, on se décrispe, et finalement 5 jours et 800 bornes plus tard, ça m’a fait de la peine de la ramener… 🙁

      Maintenant je suis bien embêté: j’en veux une , c’est obsessionnel !!! Pour cette année c’est foutu, mais je sais qu’au printemps 2017, je franchirai le pas 🙂

      • Fred F
        5 juin 2016 at 21:34

        Merci Marc pour ta réponse et le partage de ton expérience , louer une moto pour 250€ c’est cool. Pour ma part je pense sauté le pas l’année prochaine.

    • Myriam
      17 juin 2016 at 00:04

      Pendant 10 ans, cause enfant, j’ai abandonné la moto. Il y a 5 ans, mon fils étant plus grand, j’ai eu envie de reprendre. J’hésitais à me lancer seule sur la route, et j’ai préféré reprendre 2 h de moto école. Le moniteur m’a fait faire environ 1 h de plateau et 1 h de route, et je n’avais rien oublié (12 ans de conduite avant l’abandon). Cela fait 5 ans que j’ai repris, et tout se passe bien. Aucun accident, mais je reste très prudente.

      • Fred F
        17 juin 2016 at 17:21

        Bonjour Myriam
        Merci pour ton témoignage,il renforce mon désir de reprendre au plus vite mais sans brûler les étapes .

  2. Elo
    31 août 2015 at 08:51

    Bonjour à tous, j’ai passé mon permis moto en 2006, à la suite de mon permis voiture! J’ai ai départ beaucoup roulé avec un 600 bandit S, du bonheur en boîte
    Je suis restée 5 ans sans remonter pour diverses raisons dont ma grossesse! et j’ai décidé de m’y remettre… j’ai joué la carte de la prudence, au départ je voulais reprendre des leçons de conduite et mon ami m’a emmené sur un parking avec son 600, finalement les réflexes reviennent plus vite que je ne le pensais… au final je pense que quand on a quelqu’un pour nous coacher, ça aide! Après, chaque personnes est différente, certains auront besoin de reprendre des cours… on le sent de suite!! Moi une fois en selle, j’ai eu un peu d’appréhension et je me suis très vite senti de nouveau à l’aise et en symbiose avec la bécane! Un régal… vivement que je mange des km…
    Motard un jour, motard toujours 😉
    Bonne route 🙂

    • Marc
      31 décembre 2015 at 07:41

      Bonjour,

      j’ai passé mon permis A en août 1998 , et la dernière fois que je suis monté sur une moto c’était le jour de l’examen route…..(oui ça fait plus de 17 ans!!!). Disons qu’à l’époque mes moyens financiers ne me permettait pas d’envisager la moto (assurance+ equipement+bécane, à 18 ans ça fait beaucoup pour un salaire d’apprenti !), mais ça je m’en suis rendu compte APRES le passage du permis…
      Du coup ce n’est pas vraiment une « pause » sachant que je n’ai jamais vraiment fait de moto (on sais tous que les heures d’auto école ne comptent pas). Maintenant ma situation me permet (enfin!) d’envisager l’achat d’une bécane mais je dois reconnaitre que j’ai le sentiment d’avoir tout perdu et de devoir recommencer à 0…
      J’ai contacté une auto école dans le coin et il me propose un petit stage de « rafraîchissement »: 3H/80 euros. Je pense que c’est quasiment indispensable vu ma situation, non ?

      • Julien
        31 décembre 2015 at 16:09

        A mon avis c’est pas obliger, si tu sait encore tenir en equilibre sur ta moto et passer correctement les vitesse.
        Par contre avant d’envisager la route fait des exercice sur un parking ou quoi que se soit q7i soit tres grand avec du bitume propre, mais ne le fait pas seul.
        Si tu veut mon avis l’experience que partage fastfab sur ce site est largement suffisant pour envisager reprendre tranquillement, mais avec beaucoup de lecture et d’entrainement perso sa vaut mieu que 3 h de moto ecole si tu veut mon avis. Ou alors trouve des motard pas loin de chez toi indulgent qui veuille bien t’apprendre 2-3 truc. Si tu est su calvados je peut t aider, comme sa tu fera des economie surtout que si fallait vraiment que tu soit ready pour rouler tranquillemment il faudrait plus de 3h.

      • FlatFab
        1 janvier 2016 at 15:07

        Indispensable, ça se discute, mais sûrement très utile, oui !

  3. Giovanni
    5 août 2014 at 15:16

    Bonjour super site très bien fait avec beaucoup de professionnalisme j’ai 23 ans j’ai passée mon bsr il y a un peu plus de 1 ans et je risque pour le travail de devoir conduire un scooter 50cm3 mais sa fait plus de 1ans que j’en ai pas conduit j’appréhende un peut que doit je faire avez vous des conseil pour info le scooter que je compte prendre et le kymco dink 50 voilà jatend avec impatience votre réponse

    • FlatFab
      10 août 2014 at 21:23

      Que faire ? Ben, reprendre une heure ou deux de cours de conduite en scooter…

    • leonetti
      10 juillet 2015 at 14:54

      Bonjour à tous .
      super article , qui fait bien réfléchir! Je suis resté près de 17 ans sans rouler à moto. J’ai 51 ans mon permis a3 à (à l’époque 1982) ensuite 7 ans de route de la conpetition en promosport 750 de 1988 à 1990 2 participations au Bol d’or 1991/1992 et … plus rien du tout jusqu’ 2015.! Année ou j’ai récuperé une épave de 900 ninja que j’ai patiemment reconditionné. Et le jour j quand je l’ai enfourchée pour quelques kilomêtres … là le vide total!!!
      Tout juste si j’arrivais à prendre la moindre courbe ! Degouté!
      Me reste plus qu’a rouler progressivement pour reprendre mes repères…

      • Ricky
        10 juillet 2015 at 17:03

        Bonjour leonetti,
        je suis un peu dans ton cas, pour l’âge en tout cas mais pas le palmarès 😉
        En 2009 je remonte sur une vieille yam XJ après un gros paquet d’années sans moto (permis en 1980).
        Je prends la moto tous les jours pour aller au boulot (25000km/an). J’ai rincé la XJ, puis une vieille Inazuma avant de me payer une GSR 750 neuve 🙂 et une VStrom neuve aussi 🙂
        J’ai vraiment eu l’impression de repartir à zéro. Mais ça revient assez vite.

        Et l’envie de rouler fort aussi.
        Du coup j’ai repris ma licence FFM l’année dernière pour faire qq roulages et je me suis payé un stage au pôle mécanique à Alès (avec Denis Bouan : énorme)
        J’envisage de me payer une vieille 929 histoire de m’amuser un peu plus sur les roulages.
        Bon malgré mes 57 ans c’est plus le budget qui m’arrête mais l’envie de rouler est là.

        Amicalement,
        Ricky

        • leonetti
          9 septembre 2015 at 20:58

          Bonjour Ricky , Tu as fait le bon choix le roulage sur circuit c’est bon pour reprendre tes points de repère en toute sécurité ! La route et les tirages de bourre ça fini toujours mal ! mais accumuler des km en baladant le we et aller au bouleau ça le fait aussi mais en restant raisonable le plus possible. Le nombre de véhicules a considérablement augmenté en 20 ans…

          Cordialement Léonetti jj

  4. Serge
    28 juillet 2014 at 19:42

    Bonjour,

    Je voulais acheter une Honda Crosstourer 1200 pour reprendre après deux décennies de pause moto. C’était sans compter les précieux conseils trouvés sur ce site. Je roule maintenant en Honda nc700x et force est de constater que c’est plus approprié pour recommencer.
    Merci à l’auteur de m’avoir remis sur le droit chemin…

    Serge

    • FlatFab
      28 juillet 2014 at 20:17

      Merci et bravo, bon choix !

  5. gueguette
    22 mai 2014 at 12:04

    J’ai arrêté la moto en 2003 suite à un accident grave .
    Ce n’était pas le premier car j’ai eu avant 24 motos , kilométrage estimé 500 000 km …
    J’ai appris récemment qu’il me fallait repasser le plateau du permis pour me réassurer … vrai ou faux ????

    • FlatFab
      3 juin 2014 at 15:27

      C’est faux.
      Votre interlocuteur a pu confondre avec le 125, pour lequel il faut suivre une journée de formation en plateau si on n’a pas été assuré sur un 125 au cours des cinq dernières années.
      Mais si vous avez votre permis A et qu’il n’a pas été annulé, il est valable « à vie ».
      Par contre, vous repartez avec bonus 0 au niveau de l’assurance, sauf si celle-ci accepte de reprendre votre bonus auto.

  6. Isa
    19 janvier 2014 at 16:34

    Bonjour,

    Quel bien cela fait de vous lire !!
    C’est tellement vrai !! MERCI pour ces articles d’une lucidité et clairvoyance remarquables !!
    Cela fait un bien fou !! et, personnellement cela m’encourage à continuer – avec mon état d’esprit de novice complète !! mon chemin d’apprentissage « sans honte »……
    En effet, J’ai passé mon permis 125 en 2003 – j’avais commencé sur une moto (pour suivre un groupe d’amie ) et j’ai finalisé avec un scooter… tellement je me suis peur !!
    En effet, à l’époque (j’avais 44 ans) et voulais – à tout prix – rouler avec une moto… donc j’ai pris des cours n’importe comment pour faire vite !! et ce fut un désastre… je me suis fait tellement peur…que j’ai finalisé « à l’arrache »..le permis en 125,,,,. résultat …- j’ai roulé une année en scooter… puis j’ai tout laissé en plan…
    Aujourd’hui, à 56 ans…..j’ai juste envie de retrouver ce plaisir du 2 roues en gardant à l’esprit que nous vivons dans un monde de changement (mentalité, environnement et densité de circulation, générations etc..) et que notre instinct de survie est un guide précieux !!
    pour pouvoir aller loin il ne suffit pas de ménager sa monture, mais également savoir humblement et joyeusement retrouver l’envie de tout réapprendre de A à Z…. et mon projet 2014 – 2015 – c’est de passer mon permis en 500 CC ;-)) …donc, quel bonheur de trouver, lire et partager des commentaires et articles comme ceux-ci !!
    Avec mes meilleures salutations à tous
    Bonne route :-))
    Isa

    • Ricky
      20 janvier 2014 at 20:50

      J’ai du mal à te suivre. Tu parles du plaisir de retrouver le 2 roues et en même temps tu dis avoir arrêté le scooter au bout d’un an.
      Si tu aimais rouler, c’est quoi qui t’as fait arrêter ?
      En tout cas, je te souhaite de réussir ton projet.

  7. Ted
    26 juin 2013 at 09:26

    Je suis tombé sur ce blog par hasard !
    Après quelques temps sans conduite, je m’apprête à reprendre la moto, donc tous les conseils sont bons à prendre.
    Dans les prochains jours, je m’apprête à recevoir, une Tiger explorer 1200. Et j’avoue que j’appréhende un peu.
    Sachant que j’ai Revendu ma TDM 900 en 2008. Depuis j’ai conduis un peu mais sans plus. Il y à tout un environnement
    à apprivoiser, en gros du boulot, pour rouler par la suite en tout sécurité…
    J’ai conscience que les réflexes se perdent, en plus des contraintes d’une nouvelles motos, puis puissante et plus lourdes…
    En roulant, j’espère que tout reviendra peu à peu, en suivant vos différents conseils et expériences.

    • FlatFab
      26 juin 2013 at 10:10

      Reprise de la moto après cinq ans d’arrêt et sur une Explorer 1200 en plus…
      Je ne peux que recommander de suivre une formation de perfectionnement, de « reprise en mains » ou de « remise en selle ».
      Voir les articles Les journées de sécurité moto et Perfectionner sa conduite moto.
      Si vous résidez dans le Sud-Ouest, vous pouvez également venir faire une journée avec nous au CF2R.

    • oldbir
      26 juin 2013 at 14:18

      Le hasard fait bien les choses ,ce blog traitant des principaux sujet avec sérieux et compétence et cela grace à son concepteur.
      oldbir.

  8. jpalcover
    3 septembre 2011 at 07:26

    Même âge que toi, à peu près.
    Ai passé le permis « A », ai commencé par une 800cc (BMW F650GS) puis suis passé à une 1.170cc (BMW R1200R).
    La clef : rouler sur un roadster (« naked ») qui pèsera nettement moins qu’une machine pleine d’options et autres accessoires qui ajoutent du poids alors que tu n’en as pas vraiement besoin (je pense que pour toi, la pratique de la moto sera une détente ou un loisir et non un « passage obligé » pour aller travailler !)

  9. Momo
    1 septembre 2011 at 10:35

    Bonjour.
    Je constate que tous ces anciens motards ont re-craqué pour une « grosse ». Permettez-moi alors de donner mon expérience, et solliciter vos remarques.
    J’ai 62 ans, donc pas tout frais, et mes expéreincxes passées (depuis très longtemps, une bonne trentaine) se sont limitées au Solex, aux vieilles « mob », comme on disait à l’époque, jusqu’à uen « 50 » immatriculée, qui avait donc la possibilité (et le droit) de dépasser les 50 km/h.
    Puis, il y a quelques mois, alors que cette préoccupation m’était complètement sortie de la tête, je vois l’avatar de ma petite Honda initiale, sous la forme d’une 3innova », et qui, de plus, affichait une cylindrée de 125 cm3. J’ai craqué, et m’y suis remis, timidement. Ce qui m’a gêné, c’est le poids. pourtant, elle fait à peine 100 kg, mais je n’étais pas habitué. Je me suis senti très humble avec cette machine, et appréciais les accélérations. Le tout était facilité par l’embrayage automatique, qui rendait la gestion des quatre vitesses tellement facile.
    Puis, j’en ai voulu davantage, et j’ai craqué pour la CBR 125 R du même constructeur. Et là, j’ai découvert déjà un peu davantage de l’univers de la moto. J’envisage de passer le permis , mais mes ambitions ne me portent pas à espérer davantage que de piloter une 250, qui est d’ailleurs, chez Honda, très proche de la 125. Le poids des machines plus puissantes me parait assez dificile à surmonter (mais je devrai bien évidemmen t l’appréhender si je passe mon permis).
    Pour en venir à la question que je souhaite poser, c’est que ma démarche prudente (et surtout les limites du permis A1) de montée en puissance m’amène à aborder des motos de faible cylindrée. Qu’en est-il de ceux qui accèdent d’emblée à des 850 ou 1.000 et même plus? Est-ce à conseiller? Est-il finalement plus facile de conduire une moto de moyenne cylindrée qu’une 125? Le poids est-il un élémen t à redouter comme je le fais, ou bien se fait-il oublier dès lors qu’on a un peu d’expérience?
    Je peux dire par ailleurs, pour compléter le tableau que, malgré mon âge, je ne suis pas décrêpi. Je suis très sportif, entrainé, et assez performant en général dans les disciplines sportives. Par ailleurs, je ne suis pas un colosse: 1,72 pour 70 kg.
    Merci de vos réponses.

  10. Rémi
    7 juillet 2011 at 23:37

    Merci des conseils, et bravo aussi ! 😉
    En fait, j’ai commencé à la prendre pour aller au boulot. C’est un petit trajet (20 min) avec juste ce qu’il faut de circulation, ronds-points, feux et de ralentissement. Je suis partis plus tôt ce matin, histoire de trouver un coin tranquille où réveiller un peu la conduite « basse » (pieds, genoux, hanches) et, ok, deux trois franches accélération sur 20 m… Ca fait du bien. Je me renseigne également sur les stages post-permis.

    Sinon, Vichy Paris, et bien c’était un vrai régal. Fatigué du trajet et du manque de sommeil, je récupère la Div’ vers 11h. 11h00’03 je cale… 🙂 Non, je blague, par contre j’étais tellement concentré sur la manoeuvre de la bécane que je n’ai vu que la dernière d’une longue série de priorité à droite. Bon direction l’autoroute, non, zou, dans un parking et la table de 8. Rassuré, un peu, j’enquille une longue nationale jusqu’à l’autoroute, je me détends un peu, les sensations « reviennent ».

    Autoroute: j’avais oublié le vent! Ca bouscule fort. (Je remercie l’inventeur des bouchons d’oreilles, un génie) Je sors à Bourges pour récupérer l’A6 par des routes de traverses, coup de chances, 1 heures de ballades en forêt de Sologne, beaucoup mieux que l’autoroute: les arbres, les odeurs, les moucherons. Ah! j’allais oublié: toute la route était en travaux :-(, soit une 1/2 heure de départementale gravillonnée, une autre 1/2 heure de la même départementale, mais le bitume strié dans l’attente d’une nouvelle couche…

    Re autoroute. A 150 km de Paris, coup de barre monumental, une pause un café et un sourire de la part de la jolie voisine de table me font oublié la crampe qui me sert de main droite. Bon, zou, Paris me voilà, surtout, ne pas prendre le Périph’. Raté, la sortie prés de chez moi est fermée (travaux sur l’A6), Périph’ obligatoire, avec entrée par la gauche, traverser les voies le plus vite possible pour choper la porte d’Italie, tout proche. Et bien, le périph, je vais y allé mollo mollo.

    Un « héros »? Héhéhé, off course brother of road 😉
    Mais héros des pauses multiples, des distances de sécu doublée, des « d’abord ralentir, ensuite ralentir, enfin ralentir » et je crois bien que je vais me trouver un beau costume fluo… (genre http://shop.docsharleydavidson.com/harley-davidsonmenshi-visreversiblevest.aspx)
    @+
    Rémi

  11. Bauza Guy
    6 juillet 2011 at 09:00

    Bonjour

    Bravo…

    Tu vas voir ça revient vite.
    Dès que tu auras roulé un peu (environ 4000km :-))) ça ira comme sur des roulettes;

    Pour ma part, après 15 ans d’abstinence… (de moto), j’ai racheté une BMW R1200RT, il y a deux mois. Essayée le vendredi, achetée le samedi, testée de dimanche en ville et sur parking désert, comme préconisé dans le blog (trés bon conseil), puis re-testée (en fait c’est plûtot le bonhomme qui se teste, et pas la moto) le lundi sur nationale puis sur autoroute, je suis parti en Espagne le mardi. Mais calme; départ en fin d’après-midi de Nantes, dormi au sud de Bordeaux, puis deuxième grande étape jusqu’au sud de Burgos, pour arriver au sud de Salamanque, destination finale, le jour suivant.

    Tout s’est bien passé…

    Au final, comme ma le disait un ami qui lui aussi à repris la moto, à 57 ans, après 15 ans, en reprenant la moto, j’ai un peu l’impression d’être un « héros » (minuscule peut-être, mais héros quand meme,… why not.. :-))))

    Actuellement, je me sens sûr de moi. Je dois entrer dans la phase, la plus dangereuse, celle où, l’on se croit trop sur de soi, et où l’on risque de faire des « betises » à cause de cette confiance en soi. Donc raison de plus pour redoubler d’attention et de vigilance et ne pas se laisser emporter par un enthousiasme démesuré: tout passe… mais jusqu’à quand.

    Un truc, si tu as des copains motards (calmes), rouler avec eux sur des petites ballades sur des petites routes sympa…

    Un autre truc, en soirée, à la fraiche des petites ballades de 1/2 heure à 3/4 d’heures pour se faire la main…

    Bonne continuation, a bientôt peut-être

    Guy

    • Jacob
      12 mars 2016 at 17:15

      Bonjour

      J ai arrêté la moto en 1984 après vingt ans de pratique été comme hiver je peux vous dire à l époque je connaissais tous les cafés du coin pour me réchauffer avec la 1000j kawa.ce matin J ai franchis la concession honda paumé je connaissais aucune des motos que faire un vrais gosse J ai 60 ans je demande les occases du jour on me parle de modèles inconnus de chechaux de bridage un peu des prix.vous voulez essayer un modèle heu non je réfléchis .deux jours plus tard je pousse la porte on me présente une nc 750 x avec toute les options Avec même les sacoches neuf pareil il a modèle à me faire essayer non non ça va aller impossible de monter dessus .

      Je suis idiot, il parle du prix je lui dit de baisser la note et je pars sans acheter ,il appelle 3 heures après me fait une proposition incroyable je dis oui.le jour J est arrivé je me pointe J acheté casque blouson gants pantalon bref la totale je signe la commande je fais un très gros chèque il sort la moto bon il faut partir paumé J ai pas écouté le vendeur je cherche incroyable le sélecteur le vendeur est inquiet et moi alors .J enclenche la premiere le vendeur s approche et me dit vous allez doucement.je pars je suis paumé je me trompe de route je fais 50 kms en plus en plus il pleut à mon époque pas autant de rond point je suis arrivé à bon port.

      je suis à 1500 kms en quinze jours je peux vous dire je regrette J aurais du prendre une 1000 on est pareil après des années sans moto on se sous estimé. Voilà je rigole encore comment J ai acheté avant J aurai essayé le modèle.

      • FlatFab
        15 mars 2016 at 13:43

        Personnellement, j’ai du mal à comprendre comment on peut dire dans le même message que « on est pareil après des années sans moto » (sous-entendu, je n’ai rien perdu de ma maîtrise) et avouer qu’on n’était même plus capable de trouver le sélecteur de rapports…

        • DAvidP24
          16 mars 2016 at 08:20

          Déjà qu’après trois mois d’hivernage…

  12. Rémi
    5 juillet 2011 at 20:42

    Done!
    Claqué, mort, nase, mais heureux 😉 Départ 7h, arrivée 20 h, et, donc, 400 bornes et des brouettes. Un petit résumé des impressions et du trajet… demain. Là, dans l’immédiat, pizza et dodo!
    Rémi

  13. Rémi
    3 juillet 2011 at 11:12

    Bonjour à tous,
    excellent blog, c’est vrai. Je lis vos commentaires avec attention, étant – presque – dans la même situation. Presque, car je vais reprendre la moto après presque dix ans d’arrêt. J’ai 35 balais et j’ai trouvé l’occasion que je cherchais: un 600 Diversion de Yamaha. Une bécane tranquille et le même modèle que j’avais avant, il y a dix ans donc. Le truc, c’est que je réside en région parisienne et la moto, elle, réside à Vichy… 400 bornes. Je descend en train cette semaine pour l’essayer. Un ami motard devait m’accompagner, mais ce ne sera pas possible. Je me suis ré-équipé, surtout casque neuf et gants, avec, dans l’idée, de remonter avec… Passé de 0 à 400 km me fait un peu stresser, mais je me dis que c’est peut-être jouable: les zones rouges seront finalement peu nombreuses a priori (la ville surtout, Vichy, et les abords de Paname), un peu de départementales/nationales de Vichy à l’A6, et, ensuite, beaucoup d’autoroute, avec l’idée de se caler à 110-120 voie de droite et de multiplier les pauses (15 min toutes les 40). Question un poil idiote je m’en rend compte, mais qu’en pensez vous?
    Merci d’avance et bonne route à tous(tes)
    rémi

    – – –

    Réponse

    Faisable en respectant des pauses fréquentes et régulières, au moins toutes les heures.
    Et lire l’article Préparer son trajet à moto

    • Rémi
      4 juillet 2011 at 23:04

      😉
      Article lu et pauses planifiées. J’ai pu faire quelques tours de parking sur le vieil Honda 500 d’un ami ce soir. Les bras un poil crispés faut avouer, des 8, accélération, freinage, frein moteur, « slalom »… Ca fait un bien fou avant le départ! Je laisserai un post pour raconter mon périple. Merci de la réponse rapide. J’ai hâte d’être demain, beau temps prévu sur tout le trajet et quelques paysages pas dégueu…
      @+
      Rémi

  14. jean-michel
    12 mai 2011 at 18:13

    c’est si parfaitement raconté que l’on ne peut rien ajouter ,tout y est ,bravo! je m’y suis donc remis aussi ,mais apres 25 ans ..bon ,2600 km depuis noel ,le plaisir est revenu , la confiance dans la machine aussi , bien conscient que les reflexes sont ceux d’un vieux ,donc prudence extreme , mais le plaisir n’est pas forcement proportionnel à la vitesse . Voilà , la moto c’est génial et ce site aussi ,merci encore

  15. Bauza Guy
    10 mai 2011 at 21:25

    Bonjour,

    He oui!! Moi aussi, j’ai replongé!!! 57 ans, arret depuis 15 ans, l’âge de mon fils. Avant, dans mon autre vie, j’ai eu deux R 65 BMW et un R 80 RT, celle des gendarmes. Ma « moitié » était également motarde (de Dijon, excusez le très mauvais calembour, LOL, comme disent les djeuns) avec une R80 RT également. Motarde et maman = stress de la « parfaite mère imparfaite »,( je vous expliquerai un jour ce syndrome, post natal principalement féminin…), donc vente des deux BM.
    Depuis l’an dernier, ça me chatouillait…
    Je me suis un peu renseigné, un motard qui assure les autres motards à la FFM m’ a dit texto: « motard un jour, motard toujours!!! » et puis chez Motorrad : « Y’a pas de problème… »
    Bon quelle moto? une ancienne K100? R 100 RT? R80 RT? ou alors une « japoniaise? » En fait, j’ai opté pour la marque que je connaissais, et puis c’est l’outil de travail de nos « anges gardiens » de la route, donc, ça ne doit pas être de mauvaise machines… et puis pas besoin de monter dans les tours pour tenir la machine.
    Par contre ce n’est plus le meme univers, en 15 ans tout a considérablement changé, les motos, l’équipement du motard, le budget du motard, et forcément, les motards (et motardes) eux (elles)memes.
    Merci au concessionnaire qui m’a fait confiance en me confiant les clés d’une 1200 Rt pour un premier essai. J’ai ressenti, comme mon « congénère » Yves de 54 ans de ce meme blog, les memes inquiétudes, stress, et autres pensées face au regard supposé des « djeunes », mais en fait dans les groupes de motards que j’ai croisé lors de mes approches, soit dans les boutiques d’occases, soit dans les boutiques d’accesoires, beaucoup n’étaient pas si « djeunes » que ça…
    Bref, après un premier essai,( j’ai beaucoup transpiré également), j’ai estimé, que je pouvais m’y remettre.
    Premier trajet: de chez le vendeur, jusque dans mon parking sous-terrain, après une demi-heure de ville , samedi 17h00, embouteillages, grosse sueur au moment de m’arreter à 20 cm de la borne distribuant les tickets d’entrée avec le dénivelé du sol à cet endroit, ou je peine à poser la pointe des pieds (je ne mesure qu’ un metre soixante sept pour 77 kg, alors que mon prédécesseur 1m85 pour 89 kg, et je n’avais pas encore réglé les amortisseurs, ESA a découvrir).
    Second trajet, le jour suivant, dimanche, d’abord une bonne heure d’exercices sur le parking vide d’une grande surface, a très basse vitesse, entre les arbres et les marquages au sol. Arret, stop, descendre, béquiller latéral, arret, stop, béquiller sur la centrale, sans passer par le béquillage latéral, redemarrer le plus lentement possible, faire les ronds point en première, en seconde, en troisième avec l’embrayage pret pour la roue libre, bref épuisant pour les avant bras et les poignets, sans compter la concentration…Puis pour me détendre de tout ça, j’ai pris une départementale pendant une petite demi-heure, avec quelques petits virages, obligation absolue du respect des limitations et de la réglementation, meme les stops avec personne en vue et les 30km/h en ville!!! Et pas question de doubler hors des « clous », meme si on sent qu’il y a du « cheval » sous le « capot »…
    Et retour par autoroute pour sentir le vent et la conduite avec tous les quatres roues qui eux parfois dépassent les limitations…

    Le surlendemain, je partais en Espagne. Moi, sur la BM, ma moitié et mon fils en quatre roues. D’habitude, on parcourait les 1200km de trajet en une ou deux étapes, (deux conducteurs, 1h30 ou 2h00 chacun), nous l’avons fait, prudence oblige, en trois étapes plus courtes et moins fatiguantes. Immense plaisir de revoir les paysages merveilleux du centre de l’Espagne et de rouler sous le soleil sur les petits chemins au sud de Salamanque, bref « que du bonheur » comme on dit maintenant, avant on disait « le pied intégral », les temps chnagent, les expressions aussi « grâve »…

    Retour sans problème… au compteur, 3000 km de plus. J’ai revécu la pluie, la nuit, les phares, le vent, les odeurs de fin de journée, le sentiment de liberté, les sensations d’un twin-flat, meme si on ne sent plus au démarrage le petit déséquilibre qu’il fallait compenser, et ça pousse fort ( mais je n’ai pas dépassé le 150, c’est juré ). Mais malgré tout ce que je viens d’ecrire, je peux vous asurer que je ne me sens pas encore complétement à l’aise sur mon « bolide », et j’envisage de contacter une moto école pour une ou deux heures de formation accompagnée pour me remettre réellement « en selle »…

    A bientôt

    Bises a tous et toutes

    Guy

    Et puis, et puis…

  16. jean-michel
    5 janvier 2011 at 12:17

    Bien d’accord avec les commentaires ,ma reprise apres 25 ans sans m’a fait tres plaisir mais j’ai senti tout de suite qu’il fallait tout reprendre doucement , j’ai donc fait une centaine de km en allant tres peu en 5°, c’est dire …bien sûr stage programmé en urgence . Ce qui est bien avec votre site c’est que l’on prend conscience de tas de choses tres vite

  17. David
    20 août 2010 at 02:06

    Bonjour,

    Je confirme que j’ai tout oublié. Plus de 100 000 km en 15 ans, un trou de 10 ans, et je sais à peine conduire.

    Bien sûr, je retrouve les commandes (encore que pour les clignotants, c’est bof-bof) mais j’ai cru que je n’arriverais pas à franchir mon premier rond-point ; pas que j’y risquais ma vie, mais que j’étais techniquement incapable d’enchaîner correctement les actions à accomplir.

    Et puis je me pose des drôles de questions : est-ce que je suis en 4ème ou en 5ème ? Quel pied à terre au feu rouge ?

    Même pour me garer, je suis loin de mon ancien désinvolte freinage-contact-béquille-en-1-seconde.

    C’est comme si je devais me remettre à faire des ricochets, mais cette fois de la main gauche. Une partie de moi croit qu’elle sait, mais si je suis honnête je vois bien que ça va pas, qu’il y a un truc qui cloche et qu’il vaut mieux être humble, patient et accepter de passer du temps à réapprendre.

  18. corinne
    23 septembre 2008 at 19:36

    coucou
    j’ai pris des heures pour ma 125 et vraiment ca m’a pas mal aidé !!

  19. laurence
    4 septembre 2008 at 14:24

    c est bien vrai car moi rien que pour la 125 eh bien meme en cours de conduite j avais demandee au moniteur de me rapprochee les lecons sinon j en n avais une toute les deux semaines et alors la la cata on n aurait dit que j avais rien retenue du tout oubli total c est pour cela que maintenant je continue un peu tout les jours mais alors le coup des plots j ai horreurs de ca pour l equilibre merci bien c est la que l on s apercoit que se n est pas facile a maitriser sa machine car il faut jouer de l embrayage et de l accelerateur a la fois moi c est une horreur et comme le mono le c en plus eh bien il m en fait faire le plus possible malheureusement je suis bien obligee d y faire mais habitant en ville entrainement toute seule pas evident car meme sur un parking il y a des gravillons et d ailleurs c est la que je me suis retrouver au sol derapage en tournant mais bon rien de casser heureusement pour moi lol
    eh oui lorsqu on commence mieux vaut ne plus s arreter sinon on perd tout pourquoi j en c rien mais bon c est comme cela.

    • thievent j-l
      7 mai 2009 at 07:01

      par pitié utilisez un correcteur « d’ortograf »

  20. thierry c.
    30 mars 2008 at 07:55

    à propos du prix des stages , je crains que marsiho ne connaisse pas tous les inconvénients des entreprises quelles qu’elles soient! le prix semble astronomique, mais combien coute la location d’un circuit? des motos? la mise en place des éléments de sécurité? la vidéo et son matériel sans parler du personnel nécessaire en plus du moniteur? connait il pour les non salariés le prix des caisses de retraite et de l’urssaf? rien à voir avec un salarié du privé ou du public…pour ma part mon revenu net est de 45% du brut, pas 78% comme un salarié. La France est un pays où les charges sont astronomiques, cela a des bons cotés ( protection sociale) mais aussi des mauvais. Donc stp marsiho, ne juge pas sans connaitre. Merci.

  21. 29 mars 2008 at 14:56

    Suis récemment arrivé sur cet excellent blog, pas encore tout lu…
    Merci, il est très complet cet article 😉

  22. 28 mars 2008 at 11:21

    Tout à fait vrai, on perd rapidement les repères.
    Je viens de reprendre la moto après trois ans d’arrêt. Si je n’ai rencontré que très peu de problèmes en maniabilité lente, il n’en est pas de même en ce qui concerne la prise d’angle ou la conduite sous la pluie. .. Cela revient, mais tout doucement.

    J’ai pensé au stage de conduite, et je vais surement en faire un, mais les prix sont exorbitants pour une simple journée avec à peine trois ou quatre heures réelles en selle… Ces stages sont souvent vendus avec l’argument d’une prise en compte de ce stage dans le prix de l’assurance, mais après vérification, aucun d’assureur ne le fait, hormis la Mutuelle des Motards (-20%), mais à la condition que ce soit un stage organisé par eux… Au prix de presque 350 euros… Et on parle de prévention et de sécurité ? Combien vaut réellement le cout d’un intervenant pour une douzaine de stagiaires (alors qu’il rentre en recette 350×12=4200 euros) ? On se moque un peu du monde tout de même… A quand un article sur ce sujet ?

    – – –

    Réponse

    Mais c’est déjà fait…
    Et c’est ici : Perfectionner sa conduite moto !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *