L’examen du permis moto – Le plateau

Présentation des différentes épreuves pratiques de l’examen hors circulation (plateau) pour les permis A1 et A2. 

Première publication en septembre 2010.
Mise à jour en mars 2020.

Ne négligez pas la lecture des commentaires des internautes apprentis motards, en fin d’article : l’expérience des autres s’avère souvent instructive et je donne parfois en réponse quelques conseils spécifiques supplémentaires.

Présentation de l’examen

La partie « plateau » valide la maîtrise technique de la machine.
L’examen est défini par l’arrêté du 18 février 2020.

Ce texte prévoit que :

L’épreuve hors circulation est composée d’un enchaînement de six manœuvres comprenant :
– trois manœuvres de maîtrise de la moto à allure réduite, dont une sans l’aide du moteur ;
– trois manœuvres de maîtrise de la moto à allure plus élevée.

Rappel, cet examen est entièrement pratique. Il ne comporte plus aucune épreuve théorique à l’oral.

Au cours d’un parcours effectué sans interruption, vous devrez y démontrer votre capacité à maîtriser la moto à l’arrêt, en vous déplaçant à allure lente (sans et avec passager) et à vive allure, en pratiquant d’abord un freinage, puis un évitement pour vous arrêter, le tout ponctué de plusieurs demi-tours serrés sur une piste de six mètres de largeur.

Le parcours de l’examen est balisé par 17 cônes orange et 5 cônes bleus :

  • quatre cônes bleus marquent le point d’arrêt à la sortie de l’évitement.
  • un cinquième cône bleu indique le lieu où le candidat doit marquer l’arrêt lors du demi-tour à allure lente sans passager.

Quant aux cônes orange, ils permettent d’indiquer la trajectoire que doit suivre le candidat pour réaliser son parcours.

J’insiste sur un point : ce parcours « tout en un » est effectué sans interruption, vous ne descendez pas de la moto, le moteur n’est pas coupé (sauf pour la première épreuve sans moteur, évidemment).

Par contre, ce parcours comprend plusieurs arrêts :

  • à la fin du parcours lent sans passager (plot bleu d’arrêt en milieu de demi-tour),
  • à la fin du freinage (ligne au sol pour la montée du passager),
  • à la fin du parcours lent avec passager (porte de plots pour la descente du passager),
  • à la fin de l’évitement (rectangle de plots bleus pour l’arrêt final).

Soit trois occasions en cours de parcours de vous arrêter pour respirer, vous détendre un peu et réfléchir à la suite.
Ces trois zones d’arrêt sont dites « neutralisées » (entourée en bleu dans les schémas ci-dessous), vous avez le droit de poser les deux pieds au sol et de rester à l’arrêt « un certain temps ».
Les consignes d’examen ne spécifient pas de minimum, ni de maximum pour les temps d’arrêt.
Evidemment, vous n’aurez pas plusieurs minutes, ni même plusieurs dizaines de secondes… Mais si besoin, vous pouvez vous « poser » cinq à dix secondes, l’inspecteur ne peut pas vous pénaliser pour ça.

Maîtrise de la moto sans l’aide du moteur

Description : déplacement de la moto, moteur coupé.
Objectif : vérifier que vous êtes capable de déplacer, pousser et béquiller la moto en marche avant et en marche arrière.

Maîtrise de la moto à allure lente

Description : simulation de situations de conduite en milieu urbain.
Objectif : valider votre capacité à évoluer aisément à faible allure, avec et sans passager.

Maîtrise de la moto à allure normale

Description : slalom, demi-tour autour d’un point fixe et, pour finir, une manœuvre d’arrêt, d’abord un freinage, puis un évitement.
Objectif : démontrer que vous maniez votre moto sans souci à allure normale, en maîtrisant son inclinaison et que vous êtes en mesure d’effectuer un freinage et d’éviter un obstacle inattendu sur lequel vous arrivez à 50 km/h (vitesse imposée).

Vous avez droit à deux essais.

L’évaluation repose sur un système de notation globale à trois niveaux symbolisés par une lettre :

  • note A : niveau bon ;
  • note B : niveau satisfaisant ;
  • note C : niveau insuffisant.

Pour valider votre examen, vous devez décrocher un A ou un B.
La note C aux deux essais entraîne l’ajournement du candidat.

Vidéo globale « officielle », réalisée par le service Communication de la Direction de la Sécurité Routière du ministère de l’Intérieur, qui décrit le parcours et la notation :

* * *

Déroulement de l’examen

L’épreuve hors circulation s’effectue selon la chronologie suivante :

  1. Vérification de l’identité et de l’équipement des candidats
  2. Tirage au sort du parcours
  3. Épreuves (par groupe de huit candidats maximum)
  4. Bilan
  5. Transcription du résultat

L’ensemble de ces étapes est prévu pour durer moins de 30 minutes. Le temps est strictement compté !

Vérifications administratives

A votre arrivée au centre d’examen, préparez votre permis de conduire (ou une pièce d’identité en cours de validité si vous n’avez pas encore de permis de conduire) : il est obligatoire, même pour le plateau.

L’inspecteur fait l’appel et vérifie individuellement les dossiers administratifs des candidats, qu’ils soient bien identifiés, qu’ils aient bien le droit de passer l’examen, etc.

A cette occasion, il peut vérifier l’équipement des candidats.
Un casque homologué et conforme à la réglementation est obligatoire, ainsi qu’une paire de gants de moto avec protections.
Il est obligatoire de porter une veste ou un blouson moto avec des manches longues, des chaussures montantes protectrices (ou bottes ou bottines), et un pantalon long.
Sur ce point, lire Réfléchir à son premier équipement motard.

Tirage au sort

L’inspecteur fait tirer au sort un parcours parmi les deux possibles et le met en place (ou le fait mettre en place par les formateurs, le plus souvent).

Les deux parcours se ressemblent, la physionomie d’ensemble est la même. Simplement, l’un se fait dans un sens (départ à droite, arrivée à gauche) et l’autre en sens inverse (en miroir).

La moto est vérifiée (en général, ça a été fait avant) et mise en place par le formateur qui accompagne l’examen.
Le candidat a le droit de demander à la repositionner.

Pour les épreuves pratiques, l’inspecteur ne peut plus effectuer une reconnaissance à pied du parcours avec le groupe de candidats.
Depuis 2013, ce n’était plus obligatoire et vu le peu de temps accordé, cette étape était généralement abandonnée.
Le texte officiel de 2020 prévoit explicitement que :

Aucune explication ou reconnaissance détaillées sur fiches du parcours n’est réalisée par l’expert.
Aucune démonstration n’est réalisée.

Dans la mesure où cette reco n’a pas lieu et où les consignes d’examen ne sont pas données oralement, il est essentiel pour chaque candidat de parfaitement connaître les parcours et les consignes, comme expliqué ci-dessous.

Parcours sans moteur

La première épreuve commence, avec le déplacement sans moteur.

Les consignes :

  • la position de la motocyclette est située au départ de l’épreuve ;
  • le candidat doit, après avoir débéquillé (béquille latérale), pousser la moto en marche avant ;
  • lorsque la motocyclette a entièrement franchi la porte, il doit reculer selon le parcours défini par la fiche d’examen ;
  • il doit béquiller au point de départ (béquille latérale) ;
  • il doit déplacer sa moto en marchant à côté lors du parcours.

Pour cet exercice, l’impossibilité pour le candidat de relever la moto suite à la chute de celle-ci ne peut être considérée comme une incapacité.
La chute de la moto n’est pas éliminatoire.

Sur cette épreuve, voir Savoir déplacer la moto sans moteur.

Parcours à allure lente sans passager

L’objectif de cette épreuve est de s’assurer que le candidat sait :

  • déplacer sa machine à allure réduite,
  • s’arrêter et démarrer en tournant,
  • maîtriser le gabarit de sa moto,
  • diriger sa vision,
  • adopter une bonne position sur la moto,
  • manipuler avec aisance l’embrayage, l’accélérateur, le guidon et les freins.

La plupart des candidats sont (plus ou moins) à l’aise sur cet exercice en formation, mais ne le sont plus du tout à l’examen !
En effet, ils se sentent observés, d’une part par l’inspecteur (qui fait juste son travail), d’autre part par les autres élèves et moniteurs de différentes écoles.
Il s’agit d’être vraiment TRÈS à l’aise à l’entraînement pour espérer se trouver à peu près convenable le jour de l’examen.

Première partie

Sur la première partie du parcours à allure lente sans passager, il s’agit d’évoluer entre des cônes et des piquets qui forment des portes rapprochées.
Ce parcours est chronométré et doit être effectué en 16 secondes ou plus.
Le chronomètre est déclenché quand la roue arrière de la moto franchit la première porte A et arrêté quand la roue arrière franchit la porte B.

L’inspecteur n’a pas à vous présenter le chronomètre.
Vous n’avez pas le droit de réclamer à le voir. En général, votre formateur accompagnant est autorisé à le voir.

En l’absence de toute faute, un temps égal ou supérieur à 16 secondes donne une note A.
En 14 et 16 secondes, c’est une note B.
En 14 secondes ou moins, c’est la note C.

L’exercice doit entièrement se faire sur le premier rapport.
Vous avez le droit d’accélérer et de freiner. Le but est de rouler vraiment « au pas », à la vitesse de marche d’un piéton, de façon à démontrer votre capacité à actionner l’embrayage, en combinaison avec l’accélérateur et le frein arrière.
Le ralenti moteur n’est pas autorisé.

Pour les machines à boîte automatique (scooter ou moto à boîte auto), il n’y a pas de chronométrage sur cette partie de l’épreuve.

Attention à votre démarrage !
Vous partiez à l’arrêt au point de départ du parcours. A partir du moment où la roue avant de la moto franchit la première porte de plots et jusqu’à ce que la roue arrière l’ait à son tour franchie, c’est une « zone neutralisée ». Vous avez le droit de caler et de mettre un pied au sol. Vous avez le droit de vous arrêter et de repositionner la moto si vous êtes mal parti.
Mais gaffe ! Vous n’avez droit qu’à un seul « loupé » : 

Pour ne pas allonger la durée de l’épreuve, le nombre d’essais accordés pour se repositionner est limité à un. Au-delà, le candidat ne se repositionne pas et le parcours doit être réalisé.

Vous n’avez pas le droit de vous arrêter, la moto doit rester en mouvement (avec les roues qui tournent, même très lentement).
Vous avez droit à une faute, ce qui vous vaudra un B.
Deux fautes et c’est le C, synonyme d’ajournement.
Une faute, c’est par exemple plus de deux (ou trois si vous avez réussi la première épreuve) pieds à terre, un plot déplacé, un piquet touché…

Il y a les fautes directes qui vous vaudront automatiquement un C : mettre moins de 14 secondes sur le parcours chronométré, maîtrise de l’embrayage non acquise, ne pas passer dans une porte, sortir du parcours, caler dans le parcours…

Pour aller plus loin, lire Conseils pour le lent sans passager.

Seconde partie

La seconde partie du parcours à allure lente sans passager n’est pas chronométrée.
Mais vous devez rester sur le premier rapport.

A la sortie de la porte de plots B, vous ne devez pas marquer d’arrêt.
Vous pouvez accélérer légèrement en vous dirigeant vers le couloir d’évitement pour ensuite traverser la piste dans sa largeur et effectuer un demi-tour au cours duquel vous devez effectuer un arrêt-redémarrage.

Il s’agit du premier arrêt !
La roue avant doit être arrêtée à l’aplomb du plot qui marque le milieu de piste et est appelé « point 4 ».

De part et d’autre de ce plot central, une zone neutralisée de 50 cm permet de poser les pieds au sol.
J’insiste : si vous posez un pied au sol dans cette zone neutralisée, notamment lors du redémarrage, ce n’est pas comptabilisé dans les trois pieds auxquels vous avez droit sur l’ensemble du parcours.
Par contre, un pied au sol en dehors de la zone neutralisée compte, bien sûr.

Attention à ne pas caler à ce moment-là !
D’une part parce que caler avec le guidon braqué vous fait généralement chuter, mais aussi parce qu’en cas de calage à cet endroit (point 4), contrairement au point de départ (point 1), le candidat n’a pas le droit de se repositionner.

Après avoir redémarré, vous devez effectuer un premier demi-tour sur la largeur de la piste (sans franchir les lignes blanches).
Ce demi-tour à 240 degrés peut être « en cercle » (sans redresser le guidon) ou « en ellipse » (en redressant le guidon, puis en le braquant de nouveau).
En effet, vous avez le droit de repartir en arrière vers le début de piste dans la limite du premier plot du slalom rapide, celui qui se trouve à 17,50 mètres en amont, légèrement décalé par rapport au centre de la piste.

Le principal point de difficulté concerne l’arrêt-redémarrage avec guidon tourné, suivi d’un demi-tour.

Cette manœuvre représente souvent un risque de perte d’équilibre et est à travailler de façon approfondie pour les petits gabarits.
Prévoyez que certaines pistes d’examen peuvent se trouver en légère déclivité (pente ou dévers).
C’est souvent là que vous poserez un ou deux pieds au sol, ce qui est autorisé (dans la limite de deux ou trois pieds au sol sur l’ensemble du parcours).
Lire Conseils pour l’arrêt-démarrage en courbe et Conseils pour le demi-tour.

Point important : au cours du second essai, une note C sur cette épreuve à allure lente sans passager (que ce soit en première partie chronométrée ou en seconde partie non chronométrée) entraîne l’interruption de l’essai.
Vous n’aurez pas le droit de continuer sur les autres épreuves.
L’inspecteur vous arrêtera au point 4 et vous demandera soit de tenter un nouvel essai (si c’était votre premier), soit de remettre la moto au point de départ (si c’était le second).

Cette disposition est surtout destinée à faire gagner du temps à l’inspecteur sur la suite de l’examen.
On considère qu’un candidat qui n’est pas capable d’assurer un A ou un B sur cette première épreuve n’a pas à faire perdre du temps aux autres candidats (ni à l’inspecteur).
C’est aussi une façon d’insister sur l’importance du maniement à basse vitesse : vous n’aurez accès à la suite des épreuves que si vous prouvez votre maîtrise sur cette première épreuve.
Attention, ce point de réglementation n’est valable QUE POUR LE SECOND ESSAI !

Parcours à allure lente avec passager

Les candidats doivent prendre un passager sur une partie du parcours.

Le passager doit se tenir des deux mains, le plus près possible du conducteur, les pieds sur les repose-pieds et les genoux serrés.
Toute autre attitude ne peut être acceptée.

Le passager ne doit pas communiquer avec le candidat en dehors des phases de montée et de descente de la motocyclette.

C’est souvent le formateur qui joue le rôle du passager.
En général, il aide discrètement à l’équilibre de l’ensemble, en appuyant sur les repose-pieds, en se penchant légèrement sur l’extérieur dans les virages et le demi-tour.

Si le formateur s’avère plutôt pénalisant (par exemple, en raison d’un embonpoint coupable), il est tout à fait autorisé de prendre n’importe quelle autre personne en passager : un autre candidat, une candidate (en général plus légère), la petite amie d’un candidat…

Le rôle du passager peut être assumé par toute personne présente sur le centre d’examen âgée d’au moins 18 ans, à l’exception de la catégorie A1 pour laquelle la personne doit être âgée d’au moins 16 ans.

Attention toutefois : mieux vaut un formateur, même un peu plus lourd, qui sait se placer et préserver l’équilibre de la moto, plutôt qu’un passager néophyte, certes plus léger mais qui ne saura pas rattraper la moto en cas de perte d’équilibre… voire qui provoquera une perte d’équilibre.
On a déjà vu des passagers néophytes provoquer la chute de la moto en essayant de monter dessus.

A l’issue de l’épreuve de freinage, le candidat doit marquer l’arrêt, avec un pied ou les deux pieds au sol, moto immobilisée, la moto pouvant chevaucher la ligne d’arrêt C6 (ou C5 en cas de piste mouillée), pour faire monter le passager.

Le fait pour le candidat d’effectuer une marche arrière lors de l’arrêt n’entraîne pas de sanction, mais une intervention immédiate de l’inspecteur pour interrompre cette pratique.
S’il l’estime nécessaire, l’inspecteur peut demander au candidat de se replacer dans la position qu’il occupait avant d’entamer cette action.

Au moment où vous repartez avec passager, tant que la roue arrière de votre moto n’a pas encore passé la ligne C5 ou C4, c’est une « zone neutralisée ».
Un pied posé au sol, au moment du redémarrage, à l’occasion de la reprise d’équilibre, n’est pas considéré comme une erreur.
Caler au redémarrage (après avoir pris le passager) n’est pas éliminatoire.
Mais vous n’avez pas le droit de vous repositionner, de revenir en arrière.

Attention, caler une fois n’est pas une faute, mais caler plusieurs fois d’affilée, si.
Si vous calez une première fois, n’hésitez pas à bien mettre de l’accélération et à garder le point de patinage de l’embrayage pour redémarrer.
Surtout lorsque vous redémarrez avec passager, le surcroît de poids risque de provoquer un calage : mettez bien du gaz, mais pour démarrer tout doucement en contrôlant le lâcher d’embrayage.

A l’issue du parcours avec passager, l’arrêt doit impérativement se faire dans la zone prévue, pas avant, ni après.
Ce n’est qu’une fois la moto arrêtée que le candidat peut poser le(s) pied(s) au sol.

* * *

Parcours à allure normale

Sur les parcours de maniabilité à allure normale, dite « rapide », l’exercice n’est pas chronométré, mais les deux exercices d’arrêt (freinage, puis évitement) sont à pratiquer à une vitesse minimale imposée de 50 km/h.

Lors des deux demi-tours en bout de piste (un dans chaque sens), seuls sont considérés comme des erreurs le renversement du cône central et la sortie de terrain (franchissement des lignes blanches).
Le rapport de vitesse utilisé et l’allure ne sont pas évalués.

Vous avez le droit de poser un pied lors de chaque demi-tour, mais ils sont décomptés des trois pieds auxquels vous avez droit sur l’ensemble du parcours.

Le démarrage après avoir déposé le passager, au moment de vous élancer pour le slalom, jusqu’au franchissement par la bande de roulement du pneu arrière de la porte de plots, est une « zone neutralisée ».
Vous avez le droit de poser le pied au sol et de caler, mais pas de vous repositionner.

L’utilisation par l’inspecteur du radar cinémomètre doit respecter les principes suivants :

  • l’inspecteur doit impérativement se placer selon les prescriptions d’utilisation du radar afin d’être en mesure de relever précisément la vitesse au moment défini par la fiche d’examen ;
  • en cas de panne du radar en cours d’essai ou d’absence de mesures fiables, l’essai est annulé et il est procédé à un nouvel essai ;
  • en l’absence de radar opérationnel, les examens ne peuvent avoir lieu.

Le freinage

L’objectif de l’épreuve de freinage est de s’assurer que le candidat maîtrise sa machine lors d’un freinage à une allure d’au moins 50 km/ h, en sachant freiner sur une courte distance, sans chuter, tout en conservant l’équilibre, et où positionner son regard.

Pour le freinage, les consignes  :

  • démarrer de l’extrémité de la piste, monter les trois premiers rapports de vitesse au minimum (sauf pour les véhicules équipés d’un changement de vitesse automatique) à l’aller ;
  • après avoir fait un demi-tour dans les limites de la piste, effectuer le retour en ligne droite, avoir engagé le troisième rapport de vitesse au minimum et avoir atteint la vitesse minimum de 50 km/ h ;
  • effectuer un freinage et immobiliser sa moto avant la ligne C5 si la piste est sèche, avant la ligne C4 si la piste est humide ;
  • effectuer le parcours fixé par la fiche d’examen ;
  • les deux roues doivent rester au sol pendant le freinage ;
  • la chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.

Au retour, le troisième rapport de vitesse (minimum) doit être engagé au plus tard avant le début du freinage.
Dans le cas contraire, la notation B est attribuée (sauf pour les véhicules équipés d’un changement de vitesse automatique).

Au retour, la vitesse mesurée doit être égale ou supérieure à 50 km/h, sans marge technique pour les permis A2, avec une marge de 5 km/h pour les permis A1.
Une vitesse inférieure à 50 km/h donne une note C.

En cas de défaut de maîtrise du freinage (notamment si la roue arrière perd l’adhérence), la note donnée sera un B.

Un début de freinage avant la ligne C6 engendre un C pour non réalisation de l’exercice demandé.
Mais attention  !

La notation C n’est appliquée que lorsque le freinage d’urgence est déclenché sans ambiguïté possible avant la ligne C6.
En effet, il ne saurait être reproché au candidat (la vitesse de retour étant de 50 km/h pour un repère [ligne C6] mesurant 10 cm de large) une anticipation de quelques centimètres.

Afin d’éviter toute confusion, il est recommandé au candidat de ne pas poser les doigts sur le levier de frein avant la ligne C6.
Par contre, le candidat a le droit de décélérer (couper les gaz) pour ralentir s’il arrive vraiment trop vite, à condition bien sûr de toujours respecter le plancher de 50 km/h à la ligne C6.

Pour aller plus loin, lire Conseils pour le freinage.

L’évitement

L’objectif de l’épreuve d’évitement est de s’assurer que le candidat est à même de réaliser une manœuvre d’évitement, qu’il possède les techniques de contre-braquage (ou braquage inverse) et d’évitement, qu’il est capable de revenir sur sa trajectoire initiale, qu’il sait où positionner son regard et effectuer un freinage pour s’arrêter avec précision.

Pour l’évitement, les consignes :

  • démarrer de l’extrémité de la piste, avoir monté les trois premiers rapports de vitesse à l’aller avant la ligne C6 ;
  • avoir atteint la vitesse minimum de 40 km/h à la ligne C7 (premier plot du slalom) pour le slalom à l’aller ;
  • après avoir fait un demi tour, effectuer le retour en ligne droite, avoir engagé le troisième rapport de vitesse au minimum et avoir atteint la vitesse minimum de 50 km/h (avec une marge de 5 km/h) ;
  • effectuer un évitement et aller immobiliser sa moto dans la zone d’arrêt délimitée par quatre plots de couleur bleue ;
  • obligatoirement effectuer le parcours fixé par la fiche d’examen ;
  • la chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.

Le couloir d’évitement mesure 2,25 m de long côté extérieur (en trois plots) et 1,50 m de long côté intérieur (avec deux plots), sur 1 m de large.
Le mur de trois plots s’étale sur 1,50 m.
Il faut réaliser un déport d’environ un mètre sur une distance de 7 mètres à 50 km/h.
Pour les scooters, la sortie du couloir est légèrement élargie de la largeur d’une embase de plot, soit 20 cm.

Tout plot déplacé ou renversé dans le couloir ou le mur entraîne une note C.

Le non-respect de la vitesse minimale de 40 km/h à la ligne C7 à l’aller entraîne une note C.
Les motos A1 bénéficient d’une marge de 5 km/h (soit 35 km/h au radar).

Le non-respect de la vitesse minimale de 50 km/h à la ligne C6 au retour entraîne une note C.
Les motos A1 et A2 bénéficient d’une marge de 5 km/h (soit 45 km/h minimum au radar, pas au compteur).

S’il arrive trop vite, le candidat a le droit de décélérer et/ou de freiner avant la ligne C6 (entrée du couloir d’évitement), à condition bien sûr de toujours respecter le plancher de 45-50 km/h à la ligne C6.

Le candidat a le droit de couper les gaz dès la ligne C6 pour ralentir dans le couloir avant de pratiquer son évitement.
C’est l’entrée dans le couloir qui est mesurée à 45-50 km/h, et non l’évitement lui-même.

Pour aller plus loin, lire Conseils pour l’évitement.

L’arrêt final

L’arrêt final doit être impérativement effectué dans la zone d’arrêt en milieu de piste, délimitée par un rectangle de quatre plots de couleur bleue.
Aucun des pneumatiques (on regarde le point de contact au sol) ne doit sortir) de cette zone.

Cette zone est neutralisée, le candidat peut y poser les deux pieds au sol.
Il doit s’y arrêter complètement et attendre que l’inspecteur vienne le voir pour lui annoncer le résultat de l’essai.

C’est un point HYPER important !
Même si vous pensez avoir raté votre essai (que ce soit le premier ou le second), vous ne devez pas quitter la zone d’arrêt final.
Attendez que l’inspecteur vienne vous parler.
Ne prenez pas d’initiative…
Si ça se trouve, vous avez réussi. Peut-être que vous avez commis une erreur, mais qu’il ne l’a pas vue (ça arrive). Peut-être qu’il l’a vue, mais a décidé d’être sympa avec vous ce jour-là. Vous ne savez pas.
Alors ne bougez pas, ne dites rien et attendez !

Dans la zone d’arrêt final, arrêtez-vous complètement.
Vous pouvez laisser le moteur tourner.
Vous pouvez laisser une ou deux mains sur le guidon.
Vous pouvez ouvrir votre écran de casque pour respirer.
Vous pouvez laisser le 3e rapport engagé ou repasser au point mort ou repasser sur le premier rapport pour préparer le redémarrage.
Dans tous les cas, ne bougez pas de là, ne dites rien et attendez !

J’insiste : ne dites rien.
Ne commencez pas à vous excuser pour je ne sais quoi, ni à pleurer, ni à supplier, ni à engueuler tout le monde, ni à vous flageller, ni à taper sur la moto, ni à crier de joie…
Cela vous fait sans doute sourire là maintenant, mais j’ai vu tous ces comportements en examen.
Ne dites rien de rien. Vous pourrez laisser libre cours à vos émotions après, en dehors de la piste, quand vous aurez enlevé le casque.

Vidéo explicative de Fred, de MonPermisMoto.com (partenaire de ce site), qui présente le parcours à suivre et les consignes à respecter :

 * * *

Résumé des consignes d’examen :

 * * *

Vidéo de l’ensemble du parcours (hors déplacement sans moteur) :

 * * *

La grille de notation de l’épreuve plateau :

Vidéo d’explication de la notation, toujours par Fred, de MonPermisMoto.com :

* * *

Rappels de réglementation

La piste doit mesurer au moins 130 mètres de long et 6 mètres de large.
L’aire de maniabilité doit présenter l’aspect d’un sol plat et horizontal, être asphaltée ou cimentée, ne pas comporter d’obstacle dangereux, en particulier aux extrémités et être exempte de gravillons susceptibles d’entraîner un dérapage.

Le candidat doit obligatoirement effectuer le parcours retenu, aucune erreur de parcours n’est admise.

En général, un des deux parcours prévus pour l’examen plateau est tiré au sort par un des premiers candidats convoqués de chaque demi-journée.
Dans la réalité, l’inspecteur est libre de faire ce qu’il veut : faire tirer au sort une fois pour toute la session ou à chaque épreuve, tirer au sort lui-même ou le faire faire par un formateur ou par un élève…

Il est interdit par le règlement d’examen de changer de machine.
Les différentes épreuves doivent se dérouler sur la même motocyclette, à l’exception de l’exercice de déplacement sans l’aide du moteur qui pourra être réalisé sur une motocyclette différente, étant entendu que celle-ci est du même modèle que celle utilisée par le candidat pour la suite de l’épreuve.
Par contre, les candidats ne sont pas obligés d’utiliser tous la même machine. Vous pouvez demander au formateur accompagnateur d’amener deux motos à l’examen et utiliser l’une ou l’autre pour vos épreuves. Mais vous n’avez pas le droit de changer en cours d’épreuve, bien évidemment.

Le changement de machine pour les autres exercices n’est autorisé qu’au cas où la moto utilisée serait rendue inutilisable au cours de l’un de ceux-ci.
Si un réglage du ralenti de la motocyclette est nécessaire, il ne peut être effectué que par le candidat et à sa seule initiative durant l’essai.
Les rétroviseurs équipant la motocyclette ne doivent pas être déréglés ou rentrés lors des exercices.

Il est strictement interdit de s’échauffer sur les parcours d’examen sous peine d’une exclusion immédiate.
Éventuellement, il peut être possible de s’échauffer sur la piste du centre d’examen, mais toujours en dehors des parcours mis en place. Et souvent hors de la zone des parcours, même s’ils ne sont pas encore mis en place.

Vous avez droit à deux essais pour réaliser l’ensemble du parcours.
Si vous avez réussi le parcours sans moteur, pas besoin de le refaire. Votre second essai commence directement avec le parcours à allure lente.

Je vous conseille de tâcher d’obtenir un A ou un B dès le premier essai.
Si vous échouez au premier essai, vous aurez une telle pression sur les épaules que vous augmentez considérablement les risques d’échouer à nouveau.
Au premier essai, allez-y « zen », pour ne courir aucun risque inutile.
Si vous devez passer un second essai, allez-y « franco », vous n’avez plus rien à perdre.

La réalisation d’un essai est terminée après le franchissement de la dernière porte, motocyclette arrêtée, candidat(e) pied(s) au sol.
Ce qui peut se passer après avoir franchi complètement la dernière porte et s’être arrêté n’est pas pris en compte.

Au cours d’un essai, le fait que le candidat ne poursuive pas l’exercice et revienne au point de départ, suite à une ou plusieurs erreurs (entraînant une notation C), ne signifie pas qu’il abandonne.
Chaque candidat a la faculté de terminer son parcours ou de revenir au point de départ.

Les éventuelles erreurs commises en zones neutralisées (entre deux essais) ne sont pas prises en compte lors de l’évaluation, à l’exception de la chute qui reste éliminatoire, quels qu’en soient l’endroit et la cause (exemples : chute provoquée par la montée ou descente du passager, perte d’équilibre à l’issue du freinage ou de l’évitement).

Une chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.
La chute est définie par la moto couchée avec un point d’appui au sol autre que les pneumatiques.
La chute n’est prise en compte que lors de la réalisation d’un essai, pas entre deux essais.
Une chute de la moto entraîne la notation C et l’arrêt immédiat de l’examen.

 * * *

L’image ci-dessous est disponible en très haute résolution.
N’hésitez pas à l’agrandir ou à la télécharger pour la détailler.

 * * *

Pour la suite, lire :
L’examen du permis moto – La circulation

  491 comments for “L’examen du permis moto – Le plateau

  1. Quentin
    20 juin 2020 at 14:04

    Bonjour ,

    J’aimerais savoir si l’épreuve des fiches ce font toujours âpre avoir réaliser le parcourt avec la moto Merci .

    • FlatFab
      25 juin 2020 at 22:15

      L’examen plateau est devenu entièrement pratique. Il ne comporte plus aucune épreuve théorique à l’oral.

  2. Christian Fekete
    17 mai 2020 at 02:40

    Est ce qu’il y a un parcours avec dimensions que je puisse utiliser pour la pratique ?

    • FlatFab
      17 mai 2020 at 12:28

      Voir en fin d’article, avant la toute dernière vidéo…

    • Sébastien GENEVIÈVE
      17 mai 2020 at 22:12

      Bonjour, bravo pour votre travail qui je pense permet d’y voir plus clair dans un texte legifrance pas toujours facile à appréhender Je n’ai pas malheureusement trouver, ou mal chercher la réponse à ma question. Je possède le permis A2 option 78 et souhaite le modifier en manuel, juste A2. Avant le 1er mars je devais selon mes informations repasser qu’une partie du plateau afin de montrer mes capacités à gérer un embrayage, savez-vous qu’en est-il depuis l’élaboration de ce plateau tout en 1 ? Merci d’avance pour votre aide.
      Amicalement Sébastien

      • FlatFab
        18 mai 2020 at 11:43

        Rien de changé sur ce point depuis 2013 : vous devrez passer une partie de l’examen hors circulation (plateau), avec seulement le parcours à allure lente en solo (la partie chronométrée et la suite jusqu’au premier arrêt) et l’évitement (slalom aller, demi-tour, retour, évitement, arrêt).

        • Sébastien Geneviève
          18 mai 2020 at 11:57

          Quelle célérité merci beaucoup pour cette réponse car mon auto-école semblait vouloir me faire tout repasser… Encore merci

  3. Henri
    9 mars 2020 at 17:10

    Bonjour FlatFab,

    Je viens de lire l’arrêté dans sa version de mars 2020 et il y a deux points sur lesquels je serais heureux d’avoir tes éclaircissements si tu as un peu de temps:

    1) l’arrêté mentionne qu’il faut utiliser conjointement embrayage et accélérateur pour franchir les trois portes du lent chronométré pour obtenir un A (passage reproduit à la fin de mon commentaire). Il me semblait à la lecture de tes billets sur l’allure lente que l’utilisation des gaz était facultative, quoique plus adaptée. Cela m’embête car mes formateurs insistent sur l’utilisation du seul patinage (la moto-école en fait une consigne de sécurité, considérant qu’un lâcher intempestif de l’embrayage avec les gaz transformerait la moto en projectile) et que je m’entraîne de cette façon (comme l’école a bonne réputation et de bons résultats, cela me paraissait judicieux de ne pas contester la consigne). Est-ce une nouvelle règle?

    2) la grille de notation dans ton billet, que je n’ai pas retrouvée dans l’arrêté, mentionne que 2 B équivalent à un C, ce qui me paraît extraordinairement rigoureux, surtout combiné à la règle précédente: une porte passée sans toucher à l’accélérateur et, par exemple, commencer le slalom en seconde suffiraient à échouer? Dans l’ancienne formule je crois que 3 B et 2A permettaient d’avoir son plateau.

    * « Maîtrise de l’embrayage acquise : utilisation combinée accélérateur et embrayage (éventuellement frein [s]) lors du franchissement des 3 portes : notation A (en l’absence d’autre [s] erreur [s]). /
    Une utilisation combinée accélérateur et embrayage implique que le conducteur associe la manipulation des deux commandes conjointement. »

    • FlatFab
      9 mars 2020 at 20:25

      1. L’arrêté fixe les consignes d’examen, mais l’inspecteur reste libre de mener l’examen comme bon lui semble.
      L’utilisation des commandes d’accélérateur et d’embrayage est requis SI ET SEULEMENT SI l’inspecteur choisit de ne pas chronométrer le parcours à allure lente sans passager… ce qui n’arrive quasiment jamais.
      S’il y a usage d’un chronomètre, seul le résultat compte, pas la manière.

      Je comprends la consigne de sécurité édictée par ton école, mais pour moi, elle n’est valable que pour des élèves débutants.
      A partir d’un certain niveau, si les formateurs font leur boulot correctement, il est tout à fait possible d’enseigner le point de patinage avec gaz, sans aucun risque de lâcher d’embrayage intempestif.
      Dans tous les cas, le régime moteur appliqué reste modéré (entre 2.000 et 4.000 tours/minute), donc même en cas de lâcher de levier involontaire, la moto ne va pas s’envoler !
      Je travaille avec une grosse école moto bordelaise qui applique cette technique depuis 2013, avec 600 à 800 élèves par an, donc plusieurs milliers d’élèves formés avec cette technique et il n’y a eu AUCUN accident lié à cette technique. Il s’est produit des accidents en leçon sur d’autres parties du parcours, avec d’autres techniques, mais pas celle-là.
      A mon sens, cette « consigne de sécurité » est un prétexte pour masquer un aveu de méconnaissance du sujet. Mais ce n’est que mon opinion.

      2. La grille de notation n’est pas si sévère puisqu’elle autorise d’entrée de jeu trois pieds au sol, faute la plus souvent commise.
      Commencer le slalom lent en 2e ? Il faudrait être complètement stupide puisque la moto est mise en place sur le point de départ avec la boîte au point mort.
      Et je viens d’expliquer que l’usage de l’accélérateur n’est pas obligatoire à cause de l’usage généralisé du chronomètre.

  4. Ramel
    16 juillet 2019 at 23:45

    Bonjour’ mon moniteur me dit de pencher la moto, il m’explique l’effet gyroscopique… mais je n’arrive pas a la pencher. J’ai bien lu d’appuyer sur les cales pieds, serrer le reservoir… dur,dur ! Une astuce ?

  5. David
    14 juin 2018 at 13:54

    Bonjour,

    Je voulais juste remercier les auteurs du site pour tous les précieux conseils qui y sont présents et qui ont été un parfait complément à ceux de mon moniteur.

    J’ai passé mon plateau ce matin, résultat : 5 A.
    Même le lent, que j’appréhendais comme beaucoup, est passé comme une lettre à la Poste à la première tentative.

    Pourtant je suis passé par quelques péripéties, notamment une chute lors de mes cours sur le plateau d’entrainement avec une grosse blessure à l’épaule, ce qui m’a empêché de faire de la moto pendant plus de 2 mois. La reprise a également été compliquée : gros, gros stress, confiance en berne, C’est revenu petit à petit mais il a fallu du temps. J’ai cumulé 38h de plateau avant de passer l’épreuve.

    Donc, à ceux qui doutent, qui se posent des questions, qui ont peur de ne pas y arriver, je le répète, persévérez, relisez le contenu de ce site, ça va finir par passer.

    Je commence les cours de circulation la semaine prochaine, j’ai hâte.

    V à tous.

  6. Yvon Volpi
    1 avril 2018 at 09:56

    Circulation vendredi dernier . Un inspecteur qui met à l’aise et qui explique bien où passer et même où faire attention: le top.
    Pour le reste mon expérience en 125 m’a permis d’aborder cette épreuve sans appréhension. Heureusement car ,par deux fois des voitures mont coupé la priorité: ça m’a donné l’occasion de montrer ma maîtrise de la moto. Grand merci à tous pour les conseils qui palient les insuffisances du moniteur.

  7. Yvon Volpi
    16 mars 2018 at 13:12

    Bonjour à tous.
    Plateau ce matin décroché avec 4A !
    Un grand merci pour les animateurs du site à qui je dois cette réussite.
    Et merci pour les conseils des internautes.
    Pas de remarques spécifiques sur les examinateurs: chacun a son caractère et ses marottes !
    soyez juste prêts.

  8. Najib
    19 janvier 2018 at 17:40

    Bonjour à tous,

    Et voilà plateau passé ce matin: 5A, tout parfait du 1er coup à chaque essai. Enfin je ne viens pas pour me la raconter, je souhaite bon courage à tous ceux qui le passent et qui lisent ce site génialissime. Flatfab, une spéciale pour toi, l’inspecteur m’a fait la remarque suivante:
    « Qu’est ce qui vous a incité à investir ? Parce que là vous êtes parfaitement équipé, bottes, pantalon, dorsale, blouson, c’est nickel »
    « Oh un certain site internet, passion-moto sécurité, qui m’a beaucoup sensibilisé »
    « Ah c’est nickel, ça fait plaisir à voir un motard conscient et responsable » 😛

    En gros je te remercie, j’ai suivi tes conseils en commençant par la 125 pendant 2 ans, lu, relu et re-relu tous les articles (« choisir son équipement », « savoir bien conduire », « s’entraîner »… etc)
    Direction le permis gros cube. J’ai appris par coeur, lu et relu tous les articles:
    – A sur la poussette et les vérifs
    – 34 secondes sur le lent et un A grâce la technique dite « trial »),
    – Freinage d’urgence, à 58 km/h avec frein arrière d’abord puis frein avant, A du 1er coup ! (« article savoir freiner à moto » 😉 )
    – Contre braquage, technique diablement efficace ( A sur l’évitement à 53 km/h du 1er coup)!!
    Le tout sous une pluie battante !

    – A aux fiches (mais je les connaissais par coeur)

    Témoignage un peu long, mais merci beaucoup pour cette mine d’or qu’est ton site, prochaine étape: la circulation. Encore pleins d’articles à lire et relire 😉

    • FlatFab
      19 janvier 2018 at 17:48

      Félicitations et un bravo tout spécial pour les 34 secondes au lent, c’est beau !

      • Najib
        2 février 2018 at 16:39

        La technique trial, avec laquelle j’ai eu beaucoup mal en 125, est passé toute seule et très vite sur la CB500, j’ai trouvé la moto beaucoup plus stable que mon ancienne CBF125 à basse vitesse.
        Encore une fois, tout est dit dans tes articles, mon moniteur a été super et à chaque fois d’accord avec les analyses venant de ton blog 🙂
        J’attends une date pour la circu et la 600 GSXF me fait de l’oeil (pas encore achetée ^^). Conduite plutôt souple et pondérée, j’adore être sur la moto, je me fiche d’aller vite, ce que j’adore c’est cette sensation incroyable de liberté.
        Un bon courage à tous

  9. Alain
    24 mai 2017 at 14:17

    Bonjour

    Même si j’ai le permis depuis 1 an, je me rappelle dans mon cas que j’avais appris vraiment par hasard que le code devait être repassé en cas de 5 échecs, j’ai eu un peu peur, je l’avoue.

    Je trouve que les moto écoles occultent vraiment ce point, nous devrions avoir cette information avant de signer notre engagement. Et je profite de rajouter un autre point :

    On nous présente toujours un forfait minimaliste et le coût final comme dans mon cas a été multiplié X fois..
    Aujourd’hui je sais que si tu arrives quinqua ou plus, jamais fait de la moto, les heures de plateau vont s’enchaîner et même des échecs . Certes tu finis toujours par avoir ce permis. Mais si on m’avait proposé un forfait plus réaliste en rapport de ma personne ( age , … ) au moins une moyenne, je me serai peut-être posé la question de savoir si je le passais ce permis ( même si j’avais vraiment envie ). Il y a tout de même du business, il ne faut pas se cacher

    A ton sujet Elly 64, la circulation s’est vraiment plus facile, ce fameux stress disparaît car tu prends confiance en toi en roulant 20 ou 30 mn.

    Et oui, ce n’est pas un examen binaire comme le plateau, tu peux toujours te rattraper hors mis des erreurs de code de la route ( feu rouge )

    Tu vas vite le réussir et devenir une « motarde »

    A bientôt

    • Elly64
      24 mai 2017 at 18:37

      Oui je partage ton avis.

    • ELLY64
      8 juin 2017 at 19:13

      Coucou à toutes et à tous,

      Je reviens vers vous, car ce matin j’ai passé l’épreuve de la circulation, mon moniteur m’a dit que c’était bon !!!!!

      Je suis soulagée……….. toutefois si j’ai bien compris je dois attendre 48h00 pour obtenir le césame  » le permis provisoire » sur le site de la sécurité routière.

      Pouvez-vous me dire si c’est fiable ? sachant que je l’ai passé ce matin, jeudi….. j’émets des doutes sur le fait que samedi j’ai mon certificat sur le site.

      Je suis impatiente, car ma moto est au garage depuis 3 semaines, je la regarde, et je veux enfin la conduireeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!!

      Bise,

      Elly

      • Henri
        8 juin 2017 at 21:05

        Bravo, bonne route et sois prudente !
        L’apprentissage (le vrai) commence 😉

        Henri, 2 ans et demi de permis, 32 000 kms sur ma Deauville et toujours autant de plaisir.

        • ELLY64
          8 juin 2017 at 21:11

          Merci beaucoup.

          Pouvez-vous me dire pour le permis provisoire ?

      • Sevelise
        8 juin 2017 at 21:32

        Félicitations!! Il y a effectivement de grandes chances que tes résultats tombent samedi. Moi j’ai passé le mien un vendredi et j’ai du attendre le lundi…. trop long!!!
        Maintenant bonne route à toi et prudence!

        • Elly64
          8 juin 2017 at 21:34

          J’espère………………..

          Merci pour ton message,

          Bonne route également.

          • Thierry Guillon
            8 juin 2017 at 21:50

            Salut,

            Je ne veux pas être oiseau de mauvais augure mais le délai est de deux jours ouvrables. Moi je l’ai passé un vendredi et je n’ai eu le résultat que le mercredi matin soient quatre jours d’attente…
            Bon week-end néanmoins.

            • ELLY64
              9 juin 2017 at 06:47

              Je verrai bien, espérons qu’au Pays Basque ça aille plus vite…..

      • Alain
        9 juin 2017 at 08:49

        Juste félicitation et bienvenue dans le monde des motards lol

        Je ne peux pas te répondre à ta question car c’était ma moto école qui m’a téléphoné pour me dire que c’était bon.

        Ils m’ont remis un permis provisoire et repris mon permis d’origine, il m’a fallu bien 2 mois avant de recevoir le définitif. ( tt Dépend de ta préfecture )

        Attention, si tu dois louer une voiture le permis provisoire n’est pas valable. Il y avait une astuce mais je me souviens plus laquelle, tu vois avec ta moto école sur ce sujet !!!

        • ELLY64
          9 juin 2017 at 09:45

          Merci pour ta réponse,

          Bonne journée,

          Elly

      • FlatFab
        9 juin 2017 at 20:27

        Voir sur le site : http://www.securite-routiere.gouv.fr/permis-de-conduire/resultats-du-permis-de-conduire
        Et c’est indiqué clairement : « Votre résultat ne sera disponible que 48 heures après le passage de l’examen (week-end et jours fériés non inclus). »
        Ce sera donc sans doute pour lundi.

        Je sais que c’est dur, mais tu as déjà attendu des mois, tu n’es plus à deux jours près.
        Et soit dit en passant, c’est entre autres pour ça que je déconseille d’acheter sa moto avant d’avoir obtenu le permis.

  10. Nolwenn
    12 mai 2017 at 14:01

    Bonjour,

    Merci pour les précieux conseils délivrés sur ce site !

    Je voulais témoigner pour rassurer les grands stressés… Pour commencer, sachez que j’ai échoué deux fois au permis B, fautes éliminatoires à cause d’un stress qui me fait perdre mes moyens. La troisième fois c’est passé mais j’ai quand même fondu en larme après avoir enclenché le lave-glace arrière alors que l’inspectrice me demandait l’avant (réaction pathétique mais incontrôlable…).

    Il y a quelques semaines, mon moniteur m’annonce qu’il a une date de plateau pour moi : le 9 mai à 13h. La séance qui a suivi cette annonce a été catastrophique, je me suis mise une pression de fou… les suivantes mieux (moins bien qu’avant que j’ai ma date quand même) et la dernière séance avant le grand jour, le 3 mai, je ne savais plus rien faire. Mon moniteur me remet donc deux séances in extremis, je prend sur moi et ça se déroule pas trop mal. Sur les conseils de ce site, je passe à la pharmacie : Zenalia + Sédatif PC tout le weekend jusqu’à l’heure précédent l’examen.

    Mardi 9 mai.

    8h, ultime séance de plateau, concentre toi, ce n’est pas le moment de tout faire foirer ! Concentration, sans se mettre la pression, le lent bien, freinage OK et les deux évitements impeccable (alors qu’il me faut souvent une deuxième tentative) Ouf, voilà de quoi me rassurer !

    13h30, c’est parti, je passe en 4ème position sur 6 candidats.
    Objectif: A aux vérifications et au freinage, comme ça je me laisse de la marge pour le reste !
    Poussette: péniblement mais ça passe.
    Vérifications: panique à bord, je mélange tout, raconte n’importe quoi, cherche le câble du frein (hydraulique bien sûr…) L’examinateur est super sympa, il m’oriente dans ses questions, tente de me rassurer, j’oublie le témoin d’usure des pneus, « c’est un B Madame »
    Crotte de bique, c’est trop bête, l’épreuve la plus simple, si je ne suis pas capable d’avoir un A ici je n’aurais jamais mon plateau,… Moniteur : « Eh, détend toi, tu as eu B, pas C! Tu es capable d’avoir A sur les autres épreuves, ça va le faire. Tu ne vas pas pleurer pour un B quand même ? » Bon Ok, c’est pas dramatique, passons à la suite …

    Lent. Je suis la seule nana et donc le passager des 5 autres candidats. Grand soleil, je commence à avoir chaud avec le casque et la veste … Ah, c’est déjà à moi ?
    C’est parti, respire un coup, tu es capable de le faire ! Les plots et piquets, ça passe, j’espère que je suis dans les temps … arrêt au bout, « tu braques à fond et tu regardes vers la sortie du demi-tour » OK chef ! Oulah, j’ai braqué tellement à fond que j’ai du mal à redresser mais ça passe. Le passager, ça passe. Arrêt. « Notation A, vous pouvez respirer Madame » (l’inspecteur et le moniteur ont rigolé pendant tout mon passage parce que j’étais en apnée, je l’ai appris par la suite ^^ trop de choses à penser pour respirer !)
    Yessssss ! Je descend de la moto, les jambes qui tremblent, je commence à enlever le casque. « Retournez vous placer comme passager pour les deux deniers candidats » Mince, c’est pas fini.

    Freinage, Ok, comme la plupart du temps, c’est déjà ça de pris: A.
    Evitement: j’arrive un peu fort, relâche un peu les gaz avant la ligne, trajectoire bien, je m’arrête. « Notation C, il vous manque 2km/h ». Oh non, c’est trop bête … Je n’arriverais jamais à en faire un deuxième bien! Allé je me pose, je respire 30 secondes, ils attendront. On y va ! ça passe, vitesse OK : A. Pfiou… Il n’y a plus qu’à choper au moins B aux fiches, pas la mer à boire si j’arrive à ne pas paniquer.

    Fiches. Au hasard, la première: impeccable, c’est celle qu’on a toujours le courage de lire quand on commence à lire tout le livre ^^ Je sais que je la connais, je la récite et c’est un A.

    C’était pas gagné mais j’ai réussi à garder le contrôle de mon corps. Je vous recommande l’homéopathie, qui a l’air d’avoir bien fonctionné sur moi. Et surtout, prenez le temps qu’il faut pour souffler avant de vous lancer sur une épreuve 🙂
    Merci à mon moniteur qui a su trouver les bons mots pour me redonner confiance en moi, pendant les séances et à l’examen, ça a joué un rôle important dans ma gestion du stress !

    • Elly64
      12 mai 2017 at 18:51

      Merci pour ton récit qui m’a fait rire car c’est tout moi.
      J’ai changé d auto école en deux heures de cours j en ai appris plus qu en 4 mois….. Je passe le plateau le 23 mai du coup. Je prendrai un beta bloquant. Et du zenalià. …. Et beaucoup de concentration je ne veux pas repasser le code.

      • Aline95
        14 mai 2017 at 05:29

        Bonjour
        Combien d’heure de plateau avez vous fait avant de passer l’examen ?
        J’en suis à 10 heures de formation et je ne sors rien.
        En fait si quand mon moniteur se tait (genre pas de : met les gaz ou freine ou encore ça passe) ou que je ne l’ai pas dans mon champ de vision ça passe pas trop mal voir bien.
        Je désespère de réussir se foutu lent.
        J’ai testé le freinage d’urgence hier en toute fin de séance, le demi tour c’est chaud mais ça devrait sortir plus rapidement que le lent.
        Je sais que je dois persévérer mais ça me soûl et je commence à perdre confiance.
        Peut être avez vous des conseils à me donner.
        Merci d’avance
        Aline

        • elly64
          15 mai 2017 at 07:46

          Bonjour,

          J’ai du faire 20h00 de plateau, et avoir le « déclic » au bout de 15h00 car un moment, le portefeuille y joue aussi 🙂 donc j’ai pris le taureau par les cornes et ça passe.

          Dans l’autre auto école, on m’a appris a posé le pied dans la zone neutre, au demi tour du lent, ce qui est plus facile ( je ne savais que je pouvais ), pour le demi tour du rapide, tu peux poser le pied également ( et il faut bien regarder au loin pour ne pas manger la ligne et bien tourner, garde également un tout petit peu de vitesse, ça aide la moto a tourné plus facilement ).

          Plein de bonnes choses,
          Elly

        • Sevelise
          15 mai 2017 at 08:25

          Salut Aline,

          Je ne peux te dire combien d’heures j’ai eu…. j’avais un forfait « à volonté » dans mon auto école. Du coup j’y allais presque tous les samedis.
          Ton moniteur je t’a pas appris à tourner avant d’attaquer le lent? Le mien m’avait mise à part, à côté de la piste et je devais m’entraîner à faire des 8 autours de plots pour positionner mon regard.
          Pour le lent, il faut surtout que tu places ton regard, toujours loin devant. Regarde la porte d’après. Ton cerveau enregistre le trajet. Donc tu ne regardes pas la porte que tu places, mais celle d’après.
          Il faut aussi que tu serres un maximum le réservoir de ta moto avec tes cuisses. Une feuille doit tenir entre tes jambes sans tomber. Et enfin tu appuies fort sur tes cale-pieds.
          Pour ma part je comptais dans ma tête lentement pour me focaliser sur le temps et ça aidait bien.
          Après pour l’exam je l’ai foiré 3 fois mais à cause de mon stress. Donc comme je l’ai dit plus haut: zenalia et euphytose une semaine avant l’examen ça aide!!
          Courage ça va le faire!

        • Nolwenn
          15 mai 2017 at 08:42

          Bonjour,

          En ce qui me concerne, j’ai fait 21 séances. C’est des séances de 2h mais il faut compter bien 30 minutes le temps de faire l’aller retour au plateau et nous sommes deux par moto donc ça fait 40-45 minutes effectives. Comme Sevelise, j’ai un forfait avec heures illimitées, c’est super parce qu’il y a la « pression financière » en moins, surtout que je n’avais jamais conduit quoi que ce soit (125, scooter…) avant de faire ma première heure.

          Je n’ai pas vraiment de conseils à te donner, je pense que j’ai eu la chance d’avoir un super coach. Il me donnait de bon conseils que je me suis répété dans ma tête au moment de l’examen, du coup j’ai suivi mécaniquement ses indications … Le principal c’est effectivement le regard, toujours sur la porte suivante, jamais sur THE premier piquet sinon il y passe à chaque coup ^^

          Après, je pense que ce qui m’a aidé aussi c’est qu’il y avait toujours un paquet de spectateurs pendant mes séances de plateau, du coup j’ai appris à en faire abstraction avant le jours de l’examen et du coup j’ai presque oublié l’inspecteur, j’étais dans mon monde (à tel point que je ne me souvenais même plus lequel de mes camarades m’a servi de passager…).

          Enfin, comme Elly, j’ai pris l’habitude de « rentabiliser » le pieds offert sur le demi-tour du rapide. A part le jour de l’examen, bizarrement, mais sinon en entraînement je le posais à chaque fois mais bien en avant et je m’appuyais dessus pour reprendre mon équilibre, plutôt que de risquer deux « petits pieds » parce que le premier n’étais pas assez franc…

          Voilà, voilà, bon courage Elly et Aline, ça va le faire ! 🙂

          Nolwenn

          • Elly64
            15 mai 2017 at 10:31

            Merci pour ces conseils.

          • Elly64
            23 mai 2017 at 14:11

            Bonjour,

            J’ai passé le plateau pour la 5éme fois ce matin et je l’ai eu !!!! mais je ne réjouis pas trop car il me reste la conduite.

            Et je suis dans le floue juridiquement, car j’ai lu ici que je n’avais pas droit à l’erreur pour la conduite, alors que sur l’arrêté du 20 avril 2012, je lis ça :

            L’épreuve pratique peut comprendre une épreuve hors circulation (HC) et une épreuve en circulation (CIR). L’épreuve hors circulation est également communément appelée « plateau ». Seuls peuvent passer l’épreuve pratique en circulation les candidats ayant obtenu un résultat favorable à l’épreuve hors circulation.
            Sous réserve du respect des autres dispositions du présent article 2, les candidats ayant obtenu un résultat favorable à l’épreuve hors circulation des catégories C1, C, CE, C1E, D1, D, DE, D1E en conservent le bénéfice pour trois épreuves en circulation et à condition qu’un délai d’un an au maximum ne se soit pas écoulé depuis la réussite à l’épreuve hors circulation. Ce délai est porté à trois ans maximum depuis la réussite à l’épreuve hors circulation pour les catégories A1, A2 et A du permis de conduire

            Qui peut l’éclaircir juridiquement , quel organisme dois-je appeler pour obtenir confirmation de cet arrêté ? ( bien que légifrance est une source sure )

            Ce que je comprends c’est que j’aurai droit à 3 essais durant 3 ans pour le permis A2, une fois le plateau en poche, me trompe-je ?

            La nouvelle auto école où je suis désormais va se renseigner, elle n’est pas au courant.

            Je vous remercie pour votre aide précieuse,

            Bise,

            Elly

            • FlatFab
              23 mai 2017 at 14:30

              Félicitations !
              Tu as bien fait de changer d’école.

              « Ce que je comprends c’est que j’aurai droit à 3 essais durant 3 ans pour le permis A2, une fois le plateau en poche, me trompe-je ? »
              C’est bien ça.
              Cette disposition récente complète celle de validité de l’épreuve théorique générale (ETG, l’examen de code) qui prévoit que celle-ci reste valable pour cinq épreuves pratiques.

              • Elly64
                23 mai 2017 at 14:37

                Merci pour ta réponse rapide, donc même si j’ai eu mon plateau qu’au 5ème essai, il me reste 3 essais pour la conduite ? ( suis blonde sorry ) 😉

                • sevelise
                  23 mai 2017 at 15:04

                  Je ne sais pas si ça a changé avec le passage en A2 pour tout le monde, mais je sais que l’année dernière encore, tu n’avais droit qu’à 4 échecs en tout! Pour ma part j’ai eu mon plateau à la 4ème fois, et je n’avais droit qu’à 2 passage en circulation!
                  Le jour où je l’ai passé, il y avait un type qui comme moi avait eu le plateau à la 4ème fois et qui passait sa circul pour la 2ème. Il a foiré et a dû tout repasser…

                  Ne te met pas la pression! La circulation, ce n’est qu’une formalité.

                  Bravo pour ton plateau! Tiens nous au jus!

                • FlatFab
                  23 mai 2017 at 15:21

                  C’est bien ce que dit le texte.
                  Mais tous les formateurs et tous les inspecteurs ne le connaissent pas.
                  N’hésite pas à imprimer l’arrêté sur Légifrance et à l’emmener avec toi pour le présenter, au cas où…
                  En cas de problème, il faut tout de suite demander l’intervention du délégué départemental à l’éducation routière, sur place.

                  • Elly64
                    23 mai 2017 at 15:43

                    Merci pour ta réponse précise au cas où ça peut servir.bise je passe la conduite le 8 juin

                    • Philippe Roche
                      23 mai 2017 at 17:35

                      Et voilà pourquoi Fabien répond toujours bien aux filles : il finit toujours par avoir droit à une bise, voire à plusieurs ! 😉
                      Bravo Elly64. Si le 64 de ton pseudo correspond au numéro du département où tu vis, tu es vraiment vernie, car tu as autour de toi plein, plein de routes magnifiques, en France ou en Espagne.
                      Félicitations, et bon courage pour le 8 juin, ça va passer les doigts dans le nez.
                      Philippe.

                    • Elly64
                      23 mai 2017 at 18:02

                      coucou Philippe merci pour ton message et tu vises juste les routes du pays basque sont un bonheur de chaque jour alors en moto ça va être encore plus magnifique. Bise également

                  • Elly64
                    24 mai 2017 at 11:11

                    Bonjour,

                    J’apporte quelques précisions qui viennent de m’être transmise par mail par la Déléguée à l’Education Routière.

                    Prenons mon cas :

                    J’ai réussi mon plateau au 5ème essai, il est donc désormais valide durant 3 ans quoiqu’il se passe.

                    Si j’échoue la route une fois, je devrai repasser le code mais en aucun cas le plateau, qui valable 3 ans à partir de la date d’obtention.

                    Conclusion :

                    Le code t’autorise 5 examens, plateau et circulation comprise, si tu essuies 5 échecs au total, tu dois repasser le code, mais tu ne conserves la réussite de l’épreuve correspondante, par voie de conséquence, le plateau.

                    Si tu échoues 5 fois le plateau, tu dois repasser le code.

                    A bientôt,

                    Elly

        • gizmo
          26 janvier 2018 at 00:58

          Pour ceux qui galèrent je conseillerais de passer le permis 125 avec les 7 heures de conduites et d’acheter une 125 à vitesse pour se faire la main.. les parcours rapide seront facile après ca.. y aura juste le lent a se familiariser avec le frein et l’embrayage.
          Perso j’ai loupé le plateau et je le repasse… par contre je ne savais pas que de se représenter à l’examen était payant (120 euros) ou alors mon autoécole s’est planté.

          • a
            26 janvier 2018 at 11:58

            Je n’ai pas souvenir d’avoir payé une telle somme à chaque passage… Il me semble que c’était plus de l’ordred de 40€…

          • FlatFab
            26 janvier 2018 at 14:37

            Oui, l’école peut demander des « frais d’accompagnement » (appellation officielle des frais de présentation à l’examen) en cas d’échec et de nouvelle présentation, car le forfait de base comprend généralement une présentation à l’épreuve plateau et une à l’épreuve route.
            Par contre, ces frais sont encadrés depuis 2015 et ne peuvent dépasser l’équivalent de 1h30 au tarif horaire pratiqué par l’école.
            Dans ton cas, à 120 euros, cela suppose un tarif à 80 euros de l’heure, ce qui me paraît TRES TRES cher…
            Es-tu certain que ce chiffre ne regroupe pas les heures d’entraînement que tu dois reprendre + les frais d’accompagnement ?

    • TURBANT
      19 février 2018 at 19:45

      Bonsoir, pouvez vous me dire les quantités à prendre pour l homéopathie ; le stress me fait perdre tous mes moyens, ça me paralyse. Si seulement ça pourrait m aider. Merci d avance

      • FlatFab
        19 février 2018 at 19:53

        A voir avec un médecin ou pharmacien homéopathe.

      • Seb63
        19 février 2018 at 20:33

        Bonsoir,

        3 granules maxi (quelque soit le dosage). Commencer par du 9 ch, puis 2 ou 3 jours avant l’examen prendre du 12 ch. A prendre à distance des repas, idéalement à jeun.

        Demande bien conseil à un pharmacien, en particulier si tu fais des allergies (il y a des excipients notamment) ou si tu as un autre traitement en cours. Encore une fois, un granule suffit, à renouveler la veille, en prendre un par jour ne ferait qu’enrichir les labos, sauf si tu aimes le sucre -).

        L’idéal serait de consulter pour prendre un seul principe actif (à considérer selon les troubles psychiques et physiques résultants du stress) mais Sedatif PC donne de bons résultats (1 seul comprimé suffit, c’est un mélange de différents actifs).

        Sinon les techniques qui consiste à penser à une image positive par exemple fonctionne également très bien, mentaliser le parcours en se voyant le réussir (et anticiper la prochaine porte…) peut aider. Le but de la formation est néanmoins d’acquérir des techniques et réflexes, pas d’accumuler du stress… Perso, je pense qu’il faut se forcer à faire le parcours jusqu’au bout : quand tu l’as fait une fois même avec 3 ou 4 fautes, les tentatives suivantes finiront par être meilleures (on ne peut améliorer que ce que l’on a déjà fait-). Rien n’est pire que de voir quelqu’un boucler sur ses mêmes fautes pendant 2 heures, il est préférable de montrer à l’élève qu’il sait faire des choses, qu’il progresse et ainsi il aura confiance en lui… et nettement moins de stress.

        L’approche pyscho est importante en formation, il faut aider les stressés et aussi mettre devant les faits ceux qui ont trop confiance en eux (l’inverse du stressé existe aussi…). En France, on est trop concentré sur les exams…-) pas assez sur le développement des personnes et encore moins sur leur suivi (la formation continue résoudrait une grande partie du stress, avec un apprentissage efficace par paliers…).

        Amitiés motardes,
        Seb63

      • Sevelise
        19 février 2018 at 21:17

        Perso, je prenais du Zenalia et de l’euphytose. Je ne me souviens plus des doses, mais la pharmacie pourra t’indiquer. Pour ma part ça a super bien marché. J’ai attaqué 10 à 15 jours avant le plateau. Le jour J j’ai senti le stress monter et retomber aussi vite qu’il était venu!
        Bon courage ça va le faire !!

  11. ELLY64
    28 avril 2017 at 07:29

    Bonjour,

    Voilà 4 fois que je ne réussis pas le plateau.

    La 4ème fois m’a mis un sacré coup sur la tête. Je pensais l’avoir réussi. Sauf qu’au rapide l’examinatrice m’a dit au premier et second essai « Madame l’allure est trop lente  » . Je lui ai demandé de voir son radar, car en cours je l’ai toujours passé entre 38 et 41 sans souci, donc je ne comprenais pas ( je n’ai pas regardé le compteur dû au stress ). Elle a refusé de me montrer son radar me disant qu’elle n’avait pas le droit….

    Pour info, je perds tous mes moyens en examen alors qu’en cours je passe tout sans souci.

    Ma question : Cette examinatrice que j’ai eue deux fois déjà a t-elle le droit de ne pas me montrer le radar ? Y-a t-il une loi ?

    à savoir que la 3ème fois cette même personne ne me l’a pas donné car manifestement au demi tour du lent je me suis arrêtée sur la 1ère ligne mais pas entre la 1ère et 2ème…….. je l’ai accepté.

    Conclusion, je ne suis plus dégoûtée mais ECOEUREE, je n’arrive pas à refaire surface tellement hier je croyais avoir réussi, comme la 3ème fois et à chaque fois cette femme s’approche de moi pour m’annoncer une erreur dont je ne me suis pas apercue et que je n’ai jamais faîte mais que j’accepte, les règles sont les règles.

    Le 1er et 2ème que j’ai ratés, sur le rapide je n’avais pas été formée sur le côté gauche pour l’évitement sur lequel je suis tombée, et le 2ème le moniteur ne s’est pas réveillé, conclusion j’ai du me lancer en direct sans échauffement à 8H00 du matin….. bref catastrophe.

    Merci pour votre réponse.

    • Sevelise
      28 avril 2017 at 09:51

      Désolée pour toi. J’ai eu aussi du mal à décrocher ce satané plateau que j’ai réussi à la 4eme fois. Concernant ta demande, il me semble qu’effectivement l’inspecteur peut ne pas te montrer le radar s’il le veut car j’ai souvenir de 3 gars qui avaien été recalés et qui passaient d’habitude a plus de 50. Leur moniteur avait râlé mais n’avait pas pu voir le radar.
      Je ne sais que te dire si ce n’est d’essayer comme je l’ai fait de te « shooter » à l’Euphytose et au Zenalia une semaine avant. Pour moi ça a bien marché… bon courage!

    • FlatFab
      28 avril 2017 at 10:24

      Il y a pas mal d’éléments troublants dans ton témoignage.

      Il est faux de la part de l’inspectrice de dire qu’elle n’a pas le droit de te montrer la mesure du radar de vitesse.
      C’est surtout qu’elle n’en avait pas envie.

      Mais je relève surtout de gros soucis liés à ta formation, à ton formateur, à l’école moto que tu as choisie.
      Comment peut-on présenter à l’examen une candidate qui n’a pas été préparée à l’ensemble des parcours d’examen ?
      Comment excuser un formateur qui ne se réveille pas un jour d’examen ?

      Tu dis qu’à l’entraînement au rapide (tu ne dis pas si c’est sur l’évitement ou le freinage), tu passes « entre 38 et 41 sans souci ».
      J’espère bien, parce que c’est très bas comme vitesse, trop bas !
      L’exercice d’arrêt des parcours à allure rapide doit s’effectuer à 50 km/h sur la ligne C6, avec une tolérance de 5 km/h. Ce qui veut dire 45 km/h minimum, grand minimum.
      Si ton moniteur valide tes passages à 40 km/h, il y a un GROS souci !

      Parce que tu n’as pas été correctement préparée, tu as raté tes quatre premières présentations.
      Le souci est que maintenant, si tu échoues à ton 5e essai, tu devras repasser le code avant de pouvoir te présenter de nouveau au plateau. Et même si tu réussis le plateau au prochain essai, tu n’auras pas droit à l’erreur à l’examen en circulation, car si tu te plantes, tu devras tout repasser. Bonjour la pression !
      Surtout pour quelqu’un qui réagit mal au stress de l’examen.

      Bref, il va d’abord falloir mettre vraiment les choses au point avec ton formateur.
      Lis les articles de ce site sur les épreuves de l’examen.
      Eventuellement, abonne-toi aux vidéos de Fred sur « MonPermisMoto.com », c’est vraiment utile pour compléter ta formation.

      Ensuite, occupe-toi de ton problème de stress.
      Tu n’es pas la seule, lis les témoignages des autres candidats dans les commentaires des articles, tu y trouveras plein de conseils : homéopathie, hypnose, sophrologie, bêta-bloquants…

      • ELLY64
        29 avril 2017 at 08:26

        Bonjour et merci à toutes et tous pour vos messages.

        Des petites précisions :

        Je parlais de l’évitement bien sur à 38/40km heure lorsque je slalome entre les cônes. Pour l’evitement ou le freinage d’urgence je suis bien à plus de 50 ou 50.

        Par contre, vous venez de m’apprendre que si j’échoue au 5ème je dois repasser le code………… Mon moniteur ne me l’a pas dit………. pire encore il me dit « tu peux le passer autant de fois que tu veux  » !!!!

        Cela concerne les personnes ayant également le permis voiture depuis 25 ans ( j’ai 46a ).

        Conclusion : si j’échoue au 5ème……….. c’est la catastrophe.

        Déjà que j’ai la pression en examen alors que je passe tout en cours…………. là c’est l’horreur.

        Conclusion j’ai raté deux essais à cause du moniteur…………. donc 2 de foutus en l’air.

        Changez d’auto école pourquoi pas mais pourquoi faire ?

        En toute humilité le niveau je l’ai largement, c’est la panique à l’examen que je n’arrive pas à gérer c’est tout.

        Bref, là je suis pas bien du tout, d’autant que j’ai vendu ma 125 que j’avais depuis un an et que j’ai acheté ma 500.

        Bon ce n’est pas grave au pire mon mari la reprendra.

        Encore merci

        • Henri
          29 avril 2017 at 09:34

          Je confirme les précédents commentaires :
          1. La formation : Il semble qu’il y ait un vrai problème. J’ai été confronté à la même situation. Après 45 heures de leçons et une présentation (ratée évidemment) au plateau, j’ai changé de moto école. Je m’étais fait « trimbaler » par un moniteur et une école parisienne avec tous les défauts : Plateau à une demi-heure de route, 5 voire 6 élèves pour 4 motos, moniteur touriste, plateau partagé etc… Il faut du temps pour s’en rendre compte tellement on a envie d’apprendre. J’ai trouvé une école en banlieue près de chez moi avec un vrai formateur et cela fait toute la différence.
          De nombreux messages sur ce site recommandent avant de s’inscrire d’assister à une leçon et de discuter avec les élèves. Si l’école refuse, méfiance.
          2. Le stress. On y est tous sujet. J’ai utilisé les fleurs de Bach, efficace pour moi, mais il y a de multiples possibilités. Il ne faut pas hésiter.

          Bon courage, prends ton temps (!), une pause peut faire du bien aussi. J’ai finalement eu mon plateau au 4° essai, avec que des A et j’avais à 69 ans 51 ans de permis B… Aujourd’hui je suis motard quotidien et ravi de l’être.

          • ELLY64
            29 avril 2017 at 09:39

            Merci Henri pour ton message, après réflexion, je vais donc repasser le plateau une 5ème fois, en espérant l’avoir, je le passe le 18 mai, je viens d’avoir le moniteur, qui m’a dit ne pas pas m’avoir dit pour le code à repassé au bout de la 5ème fois pour que je ne stresse pas………… c’est son avis, ce n’est pas le mien, j’aurai du avoir cette information dès le premier essai.

            Si j’échoue, je change d’auto école, car ce n’est pas sérieux, je n’avais pas tous ces éléments, et j’ai quand même grillé 2 essais pour rien. Le moniteur par lui même j’apprécie la personne, mais je ne peux pas pardonner ce manque de professionnalisme.

            Yallah !

        • Sevelise
          29 avril 2017 at 14:12

          Oui j’avais oublié la petite pause qui fait du bien! Moi j’ai levé le pied pendant 3 mois. Plus de moto, je ne voulais plus en entendre parler. Et puis la loi sur le A2 est passée et là je me suis décidée! J’ai filé à la pharmacie, et j’ai t’attaqué. 2 cours et c’était dans la poche.
          Ton moniteur est dégueulasse de ne pas t’avoir informée qu’à la 5eme fois tu devais tout repasser. C’est comme pour le permis voiture. 5 échecs et on recommence tout. Donc prend le temps de souffler, de penser à autre chose et quand tu en auras envie et que tu te sentiras prête lance toi à nouveau et ce sera bon!
          Bises et courage!

          • elly64
            29 avril 2017 at 15:55

            Merci pour ton message, je vais faire la pause jusqu’au 17 mai, où je reprendrai 2 heures en lent et rapide. Le 18 mai je tente avec tous ce qui m’est arrivé……..

            Dans le cas d’un échec je changerai d’auto école.

            A+

            Elly

            • Alain
              1 mai 2017 at 10:47

              Bonjour

              Je crois que bcp de moto écoles ne sont pas explicites sur le nombre de passages possible au plateau. Je l’ai découvert moi-même lorsque je me suis présenté la quatrième fois au plateau…
              Sinon j’avais un stress paralysant, j’ai consulté mon médecin traitant, il m’a donné quelque chose de léger et adapté à mon examen..
              En tout cas, j’ai eu mon plateau et la première fois la circulation

              Bonne chance

              • Elly
                1 mai 2017 at 10:50

                Merci Alain pour ton message, je pense allez voir mon médecin également, car je ne veux pas échouer sur ce 5ème et dernier essai.

                Il est clair qu’en ce me concerne la moto école n’a eu de cesse de me répéter  » tu peux le repasser autant que tu veux ! « …… C’est grâce à vous à ce forum que j’ai découvert les 5 essais…….. Heureusement, merci à vous.

                Bonne journée

                • Verobike38
                  2 mai 2017 at 10:18

                  J’espère vraiment que tu réussiras ! Le passage par la case médecin ne peut te faire que du bien. par contre l’auto-école est en dessous de tout. C’est quand même à eux de donner toutes les infos au candidat. Courage ! TU vas y arriver.

                  • Elly64
                    2 mai 2017 at 10:22

                    Merci, je vois le médecin demain. Pour l auto école j en ai tiré mes conclusions dans le cas d’un échec ce que je vais tenter d éviter

                    • Chris3874
                      7 mai 2017 at 13:30

                      Elly64,
                      j’ai le plateau et la conduite du premier coup il y a 7 ans à 47 ans pourtant j’étais hyper-stressé. J’ai eu recours aux « fleurs de bach » et le jour de l’examen plateau quand l’examinateur a demandé si quelqu’un voulait faire le passager je me suis proposé ce qui m’a permis d’être toujours actif durant l’épreuve et de ne pas ruminer sur le bord de la piste pendant que les autres passaient: mon stress est descendu et j’étais en bonne condition pour mes passages.
                      L’épreuve sur route reste une formalité quand on a réussi le plateau.
                      Je te souhaite de réussir et de persévérer car depuis 7 ans chaque fois que je prends ma moto j’ai toujours la même pensée: » pourquoi je ne l’ai pas passé plus tôt? »
                      Bon courage nous avons tous galéré à un moment ou un autre avec l’envie d’arrêter et je pense que le salut entre motards sur la route est aussi la reconnaissance de ce que nous avons vécu pour obtenir le sésame.

                    • elly64
                      7 mai 2017 at 20:35

                      Merci beaucoup pour ton message, je suis motivée pour réussir mon dernier essai. Je vais prendre quelques précautions au préalable, je vous en parlerai en milieu de semaine.

                      Toutefois j’ai été voir mon médecin qui m’a donné un petit traitement à prendre le jour de l’examen pour ralentir mes palpitations…… 😉

                      Merci à toutes et tous pour votre soutien, cela m’encourage car il me tarde de conduire ma moto qui est dans le garage. Et si j’échoue je recommencerai à zéro ce n’est pas grave ce n’est pas un code qui m’arrêtera.

                      Bise

    • Fairyphil
      28 avril 2017 at 11:14

      « sur le rapide je n’avais pas été formée sur le côté gauche pour l’évitement sur lequel je suis tombée »

      Hein?!?

      Change de moto-école, à mon avis.

  12. Alex
    23 mars 2017 at 20:39

    Bonjour a tous,

    Merci pour tous ces conseils qui m’ont permis d’avoir mon plateau du premier coup aujourd’hui.

    Le premier essai au « lent » était catastrophique, je loupe la porte du couloir…. « C » immédiatement !!! Même a la première heure je faisais beaucoup mieux lol (trop de stress et fort mistral).

    Deuxième essai, bof bof mais j’ai quand même eu un « B ».

    Passage au rapide :
    – Freinage A
    – Premier évitement , C passage a 43km/h… je doute de la précision du radar lors de ce passage
    – Deuxieme passage, « A » passage à 53km/h.

    Grand OUUUUUUF de soulagement.

    Passage maintenant aux fiches, je tombe sur la 3, « Facteurs a risque a moto » (la seule ou je ne voulais pas tombé.) Et finalement A.

    L’inspecteur était super cool, avec le sourire et plaisanté bien avec moi, ce qui m’a permis de me détendre après le premier essai du lent.

    Encore merci pour tous ces conseils du site, qui viennent en complément des conseils du mono.

    Merci merci merci !

    • Fairyphil
      23 mars 2017 at 22:37

      Félicitations! Bienvenue dans la grand famille des motards.

      V

    • Alain
      24 mars 2017 at 08:52

      Bonjour

      Et oui, le sress est le problème majeur lors du plateau, nous ne sommes pas tous égaux à le gérer. Le gros souci s’est pour ceux qui ratent le plateau, la fois suivante ils sont encore plus stressés, le cercle infernal. Mais en règle générale, nous le décrochons toujours ce plateau . En circulation le stress est moins fort, tu as 20 mn pour prouver que tu peux être motard lol

      Au sujet, du radar, cela me donne pas l’impression que c’est très fiable mais bon ils n’ont rien d’autre…. ( Leur radar qui a la taille d’un Chronomètre ne peut pas être aussi précis que celui de la gendarmerie )

      Félicitation et bonne continuation pour la circu.

      • Fairyphil
        24 mars 2017 at 10:58

        Ah, oui, j’avais oublié qu’il y a la circu.

        • Alex
          24 mars 2017 at 13:10

          Oui lol
          Je la passe le 14 avril, mais il ne devrait pas avoir de soucis !

          V

      • Alex
        24 mars 2017 at 13:14

        Oui le stress me fait perdre tous mes moyens c’est horrible.

        Pour vous dire a quel point, lors du premier essai du freinage d’urgence, arrivé à moitié du plateau, je ne savais plus où aller… Et j’ai commencé le slalom de l’évitement…. C’est pour vous dire ! Il faut le faire quand même ! lol

        Heureusement deuxième essai nickel !

        Pour en revenir au radar, non je ne pense franchement pas que ce soit vraiment fiable…

        Enfin bref, je l’ai eu, je suis hyper soulagé !

        Oui pour la circu, je n’aurai pas de stress car c’est totalement différent du numéro de cirque qu’on nous fait faire au plateau…

        • Henri
          24 mars 2017 at 16:37

          Bravo pour ton plateau !
          Mais ce « numéro de cirque » te sera bien utile quand tu circuleras en ville ou ailleurs. C’est le plus souvent à basse vitesse que l’on risque la chute bêtement. J’ai 2 ans de permis, et je retourne quelquefois sur le plateau pour travailler le lent.

          • Fairyphil
            24 mars 2017 at 19:37

            Je confirme ce que Henri a dit.

            Le point de patinage, le regard, les appuis… ça sert énormément, surtout en milieu urbain.

            • Alex
              24 mars 2017 at 19:44

              Oui j’en doute pas, je m’en sert tous les jours avec mon 125 au feu, cedez le passage …etc etc.
              Il me tarde la circu maintenant !

              • Alain
                27 mars 2017 at 09:59

                Bonjour

                Oui l’expérience du plateau nous sert dans le quotidien quand nous sommes en ville. Par contre, nous avons un avantage c’est qu’on peut mettre un pied au sol et j’en abuse lol . Plaisanterie à part, c’est aussi une des raisons de plus, qu’il faut toujours être bien chaussée car quelques fois les appuis ne sont pas légers !!!!!!

  13. Pepette
    11 novembre 2016 at 22:43

    Salut tout le monde,
    Pour moi exam plateau jeudi 17 novembre. Je voudrai des conseils je fais 1,60m et je tombe dans l’arrêt du demi tour, des conseils ?
    Merci d’avance.

    • FlatFab
      11 novembre 2016 at 22:56

      Les conseils sont là, en fin d’article : Permis moto : parcours à allure lente.

    • Alain
      12 novembre 2016 at 14:20

      Bonjour

      Tu parles du demi tour au lent ??

      • Pepette
        12 novembre 2016 at 21:17

        Oui et en même temps aujourd’hui au rapide 1ère partie nickel et seconde un vrai boulet. Je ne me sens pas prête du tout !

        • Alain
          14 novembre 2016 at 09:27

          Bonjour

          A l’approche de l’examen on se pose toujours beaucoup de questions et nos difficultés nous font peurs mais à dire vrai à juste titre.

          Déjà si tu sens vraiment que tu rates trop souvent des exercices ( d’ailleurs c’est une question à Flatbat on se présente à l’examen à partir de quel % de réussite, lorsqu’on passe tout le plateau à 80 % ou 90 % forcement aucun doute lorsqu’on est à 100% lol ) Demande à décaler ton examen ou prend vite quelques cours supplémentaires avant.

          Après sans être défaitiste tu as toujours la possibilité de le repasser alors pas de panique, ta vie n’est pas en danger lol

          Tu sais l’examen c’est l’image de ce que tu fais avec ton mono en exercice avec le stress en plus.
          Honnêtement, tu sais très bien si tu peux le réussir ou pas, tu auras toujours le chanceux qui rate l’évitement et le jour J qui le réussit mais tu ne dois pas compter sur la chance.

          Bien sûr, on ne pense uniquement à l’examen mais n’oublions pas que le but est d’être formé pour le jour qu’on sera seul sur la route.

          Mais déjà sur ce site, il y a des supers conseils pour ton plateau alors bonne lecture..

          Tu vas l’avoir ton plateau, tout le monde le décroche!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Seb63
      14 novembre 2016 at 20:27

      Bonjour,
      J’ai déjà fait le parcours avec une moto très haute pour ma taille…Outre la bonne gestion des commandes, regarde au loin (la où tu veux aller et non par terre ou à 3 mètres seulement, regarde à 5-10 mètres à hauteur d homme) et tu verras que cela passe nettement mieux (tu te surprendras à gérer instinctivement l’appui sur les cales pieds à condition de serrer un minimum le réservoir avec les genoux…). Si tu regardes trop près et que tu as les jambes qui restent écartées sans appui efficace sur les cales pieds, cela va être compliqué ….
      Pas panique pour l’examen, apprendre à gérer le demi tour du rapide avec un minimum de vitesse, cela aide (s entrainer sur le ralenti de seconde et non en première cela permet une meilleure acquisition…). Pour le lent, redémarrer en première, 2500 tours/min et jouer progressivement sur l embrayage, regard au loin bien en diagonale…
      Amitiés motardes,
      Seb

  14. Fairyphil
    28 octobre 2016 at 11:06

    C’est bon, c’est finalement passé comme une lettre à la poste!

    Allez, zou, j’attaque la circu Lundi.

  15. Fairyphil
    15 octobre 2016 at 19:56

    Suite des aventures du plateau.

    L’exam était prévu pour hier à 13h30. Donc, RDV sur la piste privée pour une heure de chauffe. Sauf que, à Nice, on a eu droit à ce qu’on appel un « épisode Méditerranéen ». En gros, c’est in mini ouragan. On s’est donc fait la chauffe sous pluie battante et vents d’apocalypse. Malgré une piste détrempée, tout est passé sans problème, et j’étais super-motivé.

    Notre mono appel l’inspectrice pour savoir si l’exam est toujours en place, et elle lui dit qu’on doit venir sur site et on verra sur place. On va au site (le petit plaisir perso de prendre la moto jusque là bas, comme d’hab :p) et on attend l’inspectrice. Elle arrive, fait un tour de piste, et nous donne son verdict: reporté.

    Franchement, de loin, ça avait l’air de passer. Mais une semaine avant il y avait un cirque à la place de la piste, et du coup c’était flotte plus boue bien infecte. On va pas prendre de risques.

    Résultat: je suis absent toute la semaine prochaine (voyage de noces) donc ce sera pas avant (espoir) fin Octobre.

    Ce qui me tracasse, c’est que j’ai jusqu’au 2 Décembre pour passer le A, sinon ce sera A2 d’office. Une fois le plateau passé, je peux enchaîner les heures de circu sans soucis, mais je me demande si cet ajournement pour cause météo me donnerait peut être le droit d’avoir une légère extension sur la date limite. Pour une fois, c’était pas ma faute…

    • FlatFab
      15 octobre 2016 at 20:00

      Ne rêve pas, il n’y aura pas de prorogation de la date-limite pour cause d’ajournement de l’examen pour raison météo ou autre…
      La loi ne tient pas compte des cas particuliers.

      Tu as tout le mois de novembre pour valider ton plateau, ça va passer sans problème !

      • Fairyphil
        15 octobre 2016 at 20:01

        Oui, je m’en doute. J’essayais de garder un peu d’optimisme… 🙂

      • Fairyphil
        16 octobre 2016 at 09:35

        J’en profite pour faire ce que je n’ai pas fait jusqu’à maintenant:

        Merci énormément pour ton site, FlatFab! j’y ai appris bien plus que ce que les heures de plateau m’ont apporté. Des choses qui paraissent être des « détails », comme le positionnement sur la moto, me paraissent beaucoup plus facile à intégrer suite à la lecture de tes articles. C’est tout dans la tête 🙂

        Si je passe le permis, et trouve la moto de mes rêves (GT ou Custom) à un prix abordable, je monterai volontiers faire un petit stage de perfectionnement avec toi.

        Donc, mille mercis!

  16. Christian
    4 octobre 2016 at 20:41

    Salut à tous,

    Je rejoins complétement les commentaires de certains. Je viens d’obtenir mon plateau avec 5A… Super mais pas sans mal, j’ai eu une 20 aine d’heures de plateau et je dois dire que ce site a tout changé pour moi, j’ai eu des doutes sur les capacités pédagogiques de mon moniteur au début qui me laissait seul face au lent et face à ma moto sans vraiment de conseils. Une fois les 6 premières heures de passées, le réveil de l’instructeur est enfin arrivé… ET là super, très exigeant sur le parcours lent, il m’expliquait le pourquoi du comment de mes erreurs, et ne laissait rien passer, même quand je pensais avoir bien réussi ! Bref son exigence à payé et les précieux conseils trouvés ici m’ont permis de progresser beaucoup plus vite.
    Reste plus que la circulation et après 1 an et demi de scooter, des mauvaises habitudes à perdre (oui déjà !).

    Bientôt motard et fier de l’être même si le chemin est encore long… comme pour la voiture un permis en poche ne veut vraiment pas dire qu’on sait conduire… La moto c’est du boulot !!

    V à tous

  17. Runordie
    23 septembre 2016 at 21:58

    Un petit message pour adresser un GRAND merci à FlatFab qui est à l’origine de ce site génial. J’ai passé le plateau ce matin, que des A, quel soulagement pour cette épreuve que je redoutais vraiment ! (surtout le lent…)
    26 ans, aucune expérience de la moto en dehors de balades scooter ‘borderline’ en Thaïlande sans permis, je n’aurais pas pu réussir au plateau après seulement 8h de cours sans l’aide de ton site (trop maigre ‘package’ de ma moto-école).

    Malgré la bonne volonté de mon moniteur, j’ai la sensation d’avoir appris beaucoup plus dans tes nombreux articles que pendant mes 8h de leçon. Il faut dire que beaucoup de profs que j’ai pu observer ont une fâcheuse tendance à être inattentifs et très bavards avec leurs collègues lors des cours de plateau. Surtout lorsqu’ils sont en présence d’élèves qui ont des facilités au premier abord (je ne veux pas généraliser mais c’est mon expérience).
    Par exemple, l’importance du regard et de la position sur la moto ont été des éléments déterminants dans ma réussite, et ce sont des choses que mon moniteur n’a pas assez souligné à mon goût. Si je n’avais pas lu tes articles je n’aurais pas prêté suffisamment attention à ces conseils, car trop peu rabâchés.

    Un grand enseignement que je tire de cette expérience : on PEUT (et on doit ?) s’instruire en lisant lorsque des contenus de qualité sont disponibles (comme ton site). Pour plusieurs raisons :
    – C’est gratuit 🙂 et ça peut peut-être vous épargner quelques demi-douzaines d’heures de cours comme moi
    – On sous-estime parfois la capacité que l’on a à assimiler des conseils écrits, surtout dans le cadre d’une pratique ‘manuelle’ comme l’est la moto. Et pourtant cette capacité à transposer des concepts ‘intellectuels’ en application pratique est bien réelle.
    – On bénéficie d’un retour d’expérience beaucoup plus large que celui d’un seul professeur un peu blasé et fatigué par la routine : lecture des commentaires en bas d’article, confrontation de plusieurs sites/blogs…etc
    –> Tout cela vient bien sûr en complément des heures passées au guidon, le plus nombreuses possible… Mais quel complément !!

    Une chose est sûre : je continuerai à suivre tes articles avec passion pour la suite de mon aventure moto. Pour l’instant aucun moniteur de mon école n’a su me transmettre un vrai bagage de prévention à la sécurité moto comme tu as su le faire. Mais peut-être qu’il n’est pas trop tard, après tout j’ai encore les leçons de circu devant moi, il faut leur laisser la chance de se rattraper 😉
    C’est vraiment grâce à ce site que j’ai acquis une première conscience de la sécurité et ai pu prendre les mesures nécessaires (achat d’un équipement de qualité, ajout d’un pantalon et de bottes sans lesquels je ne sors plus même en passager, + un airbag sur la liste de noël…).

    Alors bon courage à tous ceux qui se préparent, sachez profitez de la mine d’or qu’est ce site !

    • FlatFab
      23 septembre 2016 at 22:26

      Merci pour tes remerciements ! 😉

      J’étais cette semaine en Ile-de-France et j’ai plusieurs jours de suite partagé des pistes d’entraînement avec des écoles moto alors que j’encadrais des cours particuliers sur plateau.
      J’ai été effaré d’abord par la pauvreté du contenu technique enseigné aux élèves en préparation permis, mais aussi par le manque d’implication des formateurs, tout du moins en très grande majorité.

      Non seulement ils n’enseignent rien ou presque des techniques de maîtrise moto : démarrage, arrêt, maniement à basse vitesse, placement du regard, contrepoids du corps… Mais en plus, ils ne s’occupent pas de leurs élèves, passent la majeure partie de leur temps à discuter entre eux, à pianoter sur leur portable, à griller des cigarettes, voire à s’occuper de leur chien…

      Très peu passent vraiment leur temps avec les élèves et même ceux qui le font, qui s’impliquent, qui font preuve de bonne volonté, répètent tout le temps les mêmes phrases creuses et ne transmettent pas les techniques vraiment efficaces. Peut-être ne les connaissent-ils pas ? Ou peut-être qu’ils les considèrent comme trop compliquées et qu’ils préfèrent se contenter du strict minimum nécessaire pour passer l’examen ?

      Il y a vraiment un gros boulot à faire dans cette profession.
      Lire mon article Mes propositions pour la sécurité routière des motards

      • Runordie
        23 septembre 2016 at 22:53

        Ce que tu relèves, c’est exactement ce que j’ai observé lors de mes sessions. Je comprends qu’un métier puisse lasser à la longue, mais il y a quand même un minimum à fournir.

        C’est vraiment dommage, surtout que mon mono est un grand passionné : très gros rouleur, manifestement très expérimenté, part en voyage pendant des semaines tout autour de l’Europe à moto, etc. Personnellement je ne demande qu’à en apprendre plus de lui !
        Mais j’imagine que tout passionné qu’il est, ça ne fait pas de lui un grand pédagogue…

        Merci pour ton article.

        • Seb63
          24 septembre 2016 at 08:07

          Quand je sélectionne une moto école pour un proche, mon grand jeu était de demander au moniteur une démonstration… Cela vaut le coup d’oeil, même avant de choisir la moto école. Un seul a accepté (je l’ai découvert après avoir passé mon permis dommage), en décomposant par exemple l’évitement (une seule main sur le guidon pour montrer que l’on pouvait tirer ou pousser…) et en faisant le lent avec appuis et regards décomposés (il parle en le faisant, dit ce qu’il regarde et ce qu’il fait), sans parler des exercices d’équilibre que je n’ai jamais fait lors de mon permis pour comprendre qu’avec une bonne combinaison des commandes, la chute sur le lent peut devenir très rare… Ses élèves n’ont que tres peu de stress en présentant le plateau, j’étais bluffé de voir un de leurs passages -). Au besoin, il les filme pour leur expliquer car il est vrai que s’observer n’est pas naturel au départ…
          Pour revenir au post de départ, c’est évident que financièrement le moniteur doit donner des conseils au fil de de l’eau pour que l’eleve fasse plus d’heures… La majorité font courir les élèves avant de leur apprendre à marcher, à savoir aller sur la piste de suite sans avoir la maîtrise de l’embrayage et de l’équilibre, c’est sur que cela n’aide pas… mais cela rapporte beaucoup…. Le nombre d’heures de formation mini / moyenne / maxi passé sur formation plateau puis sur route devrait être consultable sur le site de la Préfecture, cela serait édifiant… vs. taux de réussite (qui est très tronqué mais c’est une autre histoire….).

          • Runordie
            25 septembre 2016 at 10:18

            Je te rejoins totalement sur ce dernier point. Avoir accès au nombre d’heures « dépensées » en plus du taux de réussite de chaque moto école pourrait nous fournir un critère de choix vraiment pertinent. À mon avis on tomberait de haut… Parmi les élèves que j’ai côtoyés, très peu avaient passé moins de 20h en leçon avant de se présenter à l’examen (bien plus du double du package standard de la moto-école).

      • H. Simon
        24 septembre 2016 at 00:24

        C’est malheureusement la triste vérité !
        J’ai passé mon permis il y a 2 ans. Première moto-école à Paris, par facilité et attrayé par un forfait plus bas (très mauvais choix). Résultat : plateau à une bonne demi-heure, élèves « collés » sur une moto pour faire le trajet (y compris périphérique et autoroute !!) après 1h de plateau, moniteur inattentif à ses élèves et ne répétant que quelques phrases basiques. Il m’a présenté au plateau sans que je n’ai entendu parler des appuis, juste le minimum pour avoir le permis, par pour conduire en sécurité. J’ai failli l’avoir, une erreur de parcours (demi-tour à l’envers) m’a évité de partir avec un permis en poche mais aucune formation.
        J’ai changé d’école et ai eu la chance de trouver un moniteur génial, impliqué, exigeant. Plateau à 3 minutes et pas plus de 2 élèves. Le rêve. J’en ai un peu bavé, mais aujourd’hui, sur la route, j’entends encore ses conseils dans mon casque…
        Je sais que c’est difficile, mais ne pourrait on pas sur ce site avoir une rubrique ou les bonnes écoles seraient mises en avant, et pourquoi pas les mauvaises signalées ? Problème d’éthique ?
        Et je continue à suivre ce site et m’enrichir de sa lecture.
        Bonne route à tous.
        Henri

      • Epiphane
        26 septembre 2016 at 15:31

        Bonjour,
        Je passe mon permis moto en ce moment et je vis exactement ce que vous décrivez tous : les monos sont soit en train de papoter avec leurs potes, soit en train d’envoyer des textos à leurs potes, bref ils ne font pas le job.
        J’en suis à ma 8ème heure et j’ai fini par m’énerver car le mono m’annonçait déjà qu’il me faudrait au minimum 15h en plus de mon forfait de 30 heures alors que je commençais à peine ma 7ème heure. Les 4 heures précédentes je les ai passées toute seule au fond de la piste privée à essayer de comprendre pourquoi mon regard ne suffisait pas pour faire un demi-tour sur une double voie et que je finissais dans la haie ! C’est en lisant les conseils ici et en regardant des vidéos ailleurs que j’ai compris que je ne tournais pas mon buste et que mon coude devait « tirer » mon avant bras et ce quelque soit la direction de mon regard (principe de la brouette si bien décrite et que j’ai essayé en marchant dans mon bureau tout un après midi pour ressentir le mouvement de rotation)… résultat des courses, le mono m’a enfin mise sur le circuit lent, certes avec la 125 pour que je ressente bien la rotation (je n’aime définitivement pas l’ER6) et là au 3ème essai j’ai passé mes plots et piquets sans rien toucher (ni les pieds au sol ni les plots). Comme quoi quand on gueule cela fait avancer la mule et quand on a de bons conseils, on progresse.

  18. Gaëlle
    22 septembre 2016 at 17:51

    Bonjour à toutes et tous, je tiens à vous faire part de mon expérience. Aujourd’hui c’était l’épreuve tant redoutée, le plateau. Je tiens à dire que je cumule 30 heures de plateau et 5 chutes (j’ai encore des bosses)
    Alors, à l’échauffement, c’était pas gagné, surtout pour le rapide, jamais à la bonne vitesse. L’évitement, je shootais tout le temps le plot extérieur. Rageant!
    Direction le centre d’exam, à 30 min de route, ce qui m’a aidé à me détendre un peu. Tirage au sort, départ à droite et demi tour à gauche ( ca commence très bien)
    La poussette se passe bien au début. Arrivée au moment de béquiller, la moto commence à se coucher vers moi. Je la retiens avec la hanche et réussi à la redresser. Avec les vérifs techniques, c’est un B
    Le lent. Premier passage, je me loupe à la troisième porte, manque de me vautrer. Pas grave, je m’arrête, respire un grand coup, finis le parcours pour m’entraîner. Deuxième passage, nickel, c’est un A
    Freinage d’urgence, je sors du couloir au demi tour. Pas grave, je fais le freinage et attend que l’examinatrice me dise de me replacer. Deuxième essai, je garde en tête ce que m’a dit mon mono: dernier plot avant la ligne : 55km/h. Ça passe, c’est un A
    Dernière parcours, je pense à garder les gaz dans le slalom pour les 40km/h, demi tour nickel, évitement parfait. Même les autres mono ont dit que c’était beau
    Pour l’oral, pas de stress, ça fait un mois que je relis les résumés des fiches, ça fait le faire. Une question, 3min et c’est un A
    Trop contente. Je tiens à dire que ce site m’a bien aidée surtout pour le lent. Je mesure qu’1,65m (on me surnomme courte patte à mon boulot, c’est dire). Du coup le centre de gravité est hyper important. Hésitez pas à vous pencher sur la moto et surtout serrer les genoux. Cela permet de détendre les bras un max et de pouvoir pousser sur le guidon au lieu de tirer. Ne penser à rien et visualiser bien la trajectoire. Ne jamais se précipiter sur les portes. Si vous vous sentez pas prêt à passer le plateau, prenez d’autre heures de cours et peaufinez au max votre technique, ça paye.
    Sur ce, bon courage à toute et tous et merci encore pour les conseils!

  19. Fairyphil
    12 septembre 2016 at 12:36

    Et encore un échec au plateau Jeudi 8.

    Rien de dramatique cette fois, et plutôt un goût de satisfait. Le lent s’est passé à la perfection (A du premier coup, moniteur super content). Pareil pour le freinage d’urgence. Et puis on passe à l’évitement.

    Je shoot le troisième cône du slalom (regard mal placé), puis je pose deux fois le pied au demi tour. C, essai suivant. Très bon slalom, en confiance, je me dis juste de pas mordre la ligne au demi tour. Je pense « elle est où cette ligne? », je regarde par-terre, et BAM, je la bouffe de presque 50cm. Ajourné.

    Rageant, mais j’ai quand même piqué une crise de rire, et je dois dire que je suis très content de mon lent, ayant même pris du plaisir pendant l’examen. Et après tout, on est là pour ça: le plaisir.

    Après, facteurs pas très bon: le matin même, une heure avant de partir à l’exam, ma binôme fait chuter la moto que j’utilise depuis le début et casse le calle-pied droit. Moto HS, et remplacement avec une que j’avais jamais essayé avant, point de patinage très proche de la butée. Si ça ne ma pas posé de soucis au lent, ça a quand même pas aidé sur le demi-tour.

    Autre soucis: un boulet super excité qui ne voulait pas me laisser tranquille dans mon coin pendant l’exam et venait me raconter ses stress et angoisses toutes les deux minutes. Franchement, ça aide pas.

    Prochaine tentative en Octobre, après mon mariage 🙂

    • marc
      12 septembre 2016 at 13:30

      Bonjour

      En tout cas, tu as le moral et cet échec ne l’a pas entamé lol
      Oui, il y a une multitudes de paramètre pour réussir ce plateau et à priori tu en avais quelques-uns au rouge.
      Il n’y a pas de doute que l’évitements, le regard est majeur ( n’hésites pas à accentuer ton regard à l’endroit où tu veux aller et seulement ensuite tu vises le couloir de freinage ) ainsi que d’arriver à 50 km/h stabilisé.
      Sinon hors examen, tu réussis tt le temps l’évitement ( sur la totalité : slalom, demi-tour ) et d’une manière symétrique : droite ou gauche. Si tu as un pourcentage encore de ratés, quelques cours pour travailler cet exercice serait vraiment top

      En tout cas, il n y a pas doute que le prochaine sera la bonne.

    • FlatFab
      14 septembre 2016 at 10:04

      Le boulet, la prochaine fois, tu le vires à coups de pompes. Tu verras, ça soulage ! 😉

      • Fairyphil
        14 septembre 2016 at 10:46

        Ah ben voilà une bonne idée d’article pédagogique:

        « De l’efficacité d’un 43 Fillette appliqué à la partie charnue d’un élément anxiogène: Réflexion, Mise en Oeuvre, Résultat. »

Répondre à Fairyphil Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.