« Working girl on a bike » : mode d’emploi

A l’instar des hommes, de plus en plus de femmes actives choisissent le deux-roues pour se rendre à leur travail, voire se déplacer tout au long de la journée. Mais comment concilier les contraintes de la sécurité à moto ou en scooter avec les impératifs d’une bonne présentation ou tout simplement d’un minimum de féminité ?

MaquillageAu-delà de la qualité et de l’aspect des équipements moto pour lesquels hommes et femmes peuvent faire des choix identiques, le souci de rester féminine au guidon dépend aussi de petites astuces, de finitions et d’accessoires qui feront la motarde élégante et non une camionneuse.

Quelle motarde n’a jamais rêvé de connaître le truc des stars de cinéma qui enlèvent leur casque et secouent en tous sens leurs longs cheveux qui retrouvent instantanément souplesse, volume et brillance ? C’est simple : elles ne font pas de moto !
Dans la vraie vie, rester impeccable et fraîche après un trajet à moto relève de la gageure.

Pour les cheveux

Pas d’illusion : il est presque impossible de conserver son brushing après plus de 30 minutes sous le casque. Mais des solutions existent pour limiter les dégâts. Si vous ne voulez pas rejoindre le clan des motardes aux cheveux courts, il faut protéger au maximum vos pointes.

Règle d’or : ne jamais les laisser libres ! De longs cheveux lâchés flottent au vent, s’emmêlent, se dessèchent et deviennent cassants. Alors attachez-les comme il vous plaira, en natte, en tresses, en queue de cheval… Gardez-les sous le casque, ou dans le col du blouson, sous un foulard, un tour de cou ou une écharpe. Et pensez à emmener dans la poche une brosse à cheveux pliante !

Reste une contrainte intangible : le casque. Les cheveux n’apprécient pas de rester enfermés, compressés sous cet équipement obligatoire et fondamental pour notre sécurité. En plus, quand on met et enlève le casque, le frottement des cheveux sur les mousses crée de l’électricité statique qui bouleverse la coiffure la plus tenace.

Certaines motardes intercalent un fichu de soie, une cagoule ou un fin bonnet, d’autres utilisent le Panama de Tucano Urbano. C’est un sous-casque en osier qui s’adapte à tous les casques, jet ou intégral. Son cannage crée un espace d’air pour plus de fraîcheur et d’hygiène et évite l’électricité statique. Prix fabricant: 11,50 euros.

Si vous en êtes encore à l’heure du choix, veillez à acheter un casque le plus aéré et ventilé possible, avec toutes les mousses démontables (pas seulement celles des joues).

Pour vos cheveux comme pour la peau de votre visage, il faut veiller à conserver une propreté optimale des mousses intérieures de votre casque, en les nettoyant fréquemment avec de l’eau savonneuse (au savon de Marseille), mais surtout pas de produits type « nettoyant tapis et moquette » qui contiennent des substances chimiques nocives pour la peau.

Cela vaut aussi pour le shampoing. Le port du casque abîme les cheveux en augmentant la production de sébum, ce qui facilite l’incrustation de la pollution sur des cheveux gras. Certaines motardes ont du coup tendance à se laver plus souvent les cheveux, ce qui dessèche et abîme encore plus les cheveux au final.

Si malgré toutes ces précautions, vos cheveux persistent à ressortir du casque en désordre, il ne vous reste plus qu’à les remettre en état, par exemple avec une cire de coiffure ou avec du shampoing sec, un shampoing sans eau qui permet de rafraîchir les cheveux sans prendre un vrai shampoing.

Une belle chevelure s’entretient aussi… à table. Les aliments qui contiennent des protéines, du fer, du zinc et des vitamines du groupe B favorisent la synthèse de la kératine, donc la bonne santé et la résistance du cheveu. La viande, le poisson mais aussi les légumes en contiennent. Selon les dermatologues, les protéines d’origine animale sont meilleures pour les cheveux que celles d’origine végétale. Le fer contenu dans les viandes et les poissons est mieux absorbé par l’organisme que celui que l’on trouve dans les céréales, les légumes secs ou les produits laitiers.

Pour le maquillage

Là non plus, pas de miracle : il faut faire léger !
Les mousses de casque s’accommodent mal des épaisses couches de fond de teint. Si vous devez absolument vous maquiller, faites-le si possible après être arrivée sur votre lieu de travail. Ou alors, choisissez un maquillage léger, avec un fond de teint transparent et le moins de blush possible. Le mieux est d’éviter toute crème ou poudre sur les joues et de ne maquiller que les yeux et les lèvres.

Proscrivez les crèmes grasses et privilégiez les produits « waterproof » : le vent relatif et le grand air font toujours pleurer un peu les yeux et donc couler tout rimmel, khôl ou mascara qui ne serait pas résistant à l’eau. Sans parler de la pluie.
Une solution retenue par certaines motardes au quotidien est le tatouage permanent d’un contour des yeux, à faire réaliser par un dermatologue avec suivi médical.

Si vous portez un casque jet sans visière, une solution pour vous protéger les yeux : demandez à un opticien des lunettes de protection de laboratoire anti-projections.

En cas de bestiole ou de particule dans les yeux, un petit flacon de sérum physiologique s’avère souvent pratique pour pouvoir l’évacuer sans se frotter les yeux avec les gants ou les doigts sales.

Rester sèche pour rester belle

Le vent, les poussières, mais surtout la pluie et l’eau qui s’infiltre partout constituent les pires ennemis des motardes, surtout pour leur maquillage.

Il faut avant tout se protéger des infiltrations d’eau. Choisissez un casque avec un écran bien verrouillé et des joints d’étanchéité performants, que vous entretiendrez régulièrement en passant dessus une fine couche de silicone. Afin de ne pas avoir à ouvrir le casque sous la pluie, il faut éviter toute formation de buée. Le double écran « pinlock » reste la meilleure solution, mais il existe aussi des films antibuée ou des liquides à étaler ou pulvériser sur l’intérieur de l’écran.

Prévoyez aussi une veste ou surveste de pluie, avec un col qui monte bien haut.
Pour devenir une petite sirène bien visible sous la pluie, je conseille la veste Spidi Sirena Lady (en version jaune fluo avec de vastes zones réfléchissantes en gris argent). Et pour éviter le « total look DDE », elle se combine avec le pantalon Spidi Quick, noir mais avec des zips jaunes sur toute la longueur des jambes, pratiques pour l’enfiler rapidement.

Côté maquillage, prendre des cosmétiques waterproof et se maquiller avant de partir, mais pas trop.
Pas toujours évident de trouver tous les éléments du maquillage en « waterproof », alors n’hésitez pas à chercher en dehors de vos produits habituels, à aller demander conseil en magasin spécialisé, voire à tenter au moins une fois le maquillage par des professionnels.

Une fois le casque enlevé, prévoyez un petit nécessaire de maquillage pour les retouches devant le rétro, avec lingettes démaquillantes, cotons-tiges, crayon pour les yeux, mascara, rouge à lèvres…

Pour les mains

Soyons clairs : oubliez les ongles très longs et plus encore les faux ongles (qui sont encore plus durs que votre kératine naturelle) ! Il est possible de conserver les ongles manucurés dans des gants de moto, mais leur longueur ne devra pas dépasser 5 mm et sans les tailler pointus. Bien entendu, cela implique de choisir des gants une taille au-dessus.

Surveillez de temps en temps l’intérieur de vos gants : retournez-les, vous vous apercevrez que les ongles en usent progressivement la doublure. A vérifier avant que les gants ne perdent leur étanchéité. Si vous devez acheter une nouvelle paire, faites attention à la couture en bout de doigt, souvent inconfortable avec des ongles longs.

Pour garder de jolies mains, il est indispensable de conserver l’intérieur des gants ultra-propre. Pensez à vous laver les mains à chaque fois avant de les enfiler, au besoin avec un savon liquide sans eau. Et nettoyez vos gants au moins une fois par an, toujours avec de l’eau tiède savonneuse. Laissez-les sécher au grand air, si possible au soleil, mais pas sur un radiateur et pas au sèche-cheveux.

Pour les bijoux

Ici encore, la sobriété est préférable. Mais pas obligatoire…
De fait, on peut porter des bijoux à moto, mais pas n’importe lesquels. Difficile de caser une énorme bague sous le gant ! Si vous portez un gros anneau, un bracelet volumineux, des boucles d’oreille géantes, il faudra les enlever le temps du trajet et les remettre à l’arrivée.

Facile pour un bracelet ou un collier, plus compliqué pour les boucles d’oreille, le cauchemar de bien des motardes. Qui n’a jamais perdu une boucle arrachée par le casque ? Si vous renoncez aux « clips », tâchez de trouver un modèle de boucle d’oreille doté d’un fermoir particulièrement solide.
Autre solution, porter soit un bonnet, soit un masque en néoprène qui couvre les oreilles et les protège du frottement du casque. Il faut aimer le look « Hannibal Lecter », mais cela ne se voit pas sous un casque intégral…

Pour le sac à main

Là où les hommes se contentent de trois poches (pour le portefeuille, le téléphone portable et les clefs), les femmes ont besoin de bien plus de place, d’où le sac à main.
Une motarde « active » ne saurait s’en passer, mais où le transporter ? La sacoche de réservoir est pratique, mais il faut ensuite la transporter, on ne peut pas la laisser sur la moto, cela fait encore un objet de plus à trimbaler.
La plupart choisissent la solution la plus simple : le top-case, qui permet également de ranger une tenue de pluie, des chaussures de rechange, un éventuel ordinateur portable, etc.

Pour celles qui se refusent à altérer la ligne de leur bécane, il reste la solution du sac à dos.

On peut aussi opter pour un sac à dos à coque renforcée.

Pour les vêtements

Si vous tenez à porter une tenue résolument féminine, il faudra vous résoudre à vous changer avant et après chaque trajet à moto, donc à prévoir un endroit adéquat.

Pour passer de la tenue de cuir au tailleur, prévoir un vaste sac à dos et des tenues infroissables. Si vous n’avez que peu de capacité de rangement, enfilez juste un pantalon de pluie par-dessus votre jupe, il se plie facilement et prend peu de place.

Méfiez-vous des manches trois-quarts dont l’emmanchure viendra se placer dans la pliure du bras et créer un bourrelet gênant.

Quant aux pieds, si vous renoncez aux bottes de moto, il existe des protections de chaussures qui éviteront la marque du sélecteur sur vos escarpins. L’équipementier italien Tucano Urbano propose à la fois un « protège-sélecteur » en forme de toucan, très sympa, et un « protège-chaussure ».

Si vous aimez les pantalons évasés, prudence : le revers se prend souvent dans le repose-pied, idéal pour chuter toute seule lors des arrêts aux feux rouges. Mettez un petit élastique pour serrer vos bas de pantalon autour de la cheville.

Pour l’équipement moto

Plusieurs marques ont développé des gammes de vêtements adaptés aux motardes qui ne veulent pas de blanc ou de rose fluo. Citons principalement les français Segura et Soubirac, les italiens Spidi et Tucano Urbano, les allemands Held et BMW, le néerlandais Rev’It, le suisse IXS…

Il peut être utile d’équiper sa moto d’un top-case pour y fourrer casque, gants, combinaison de pluie, voire blouson pour avoir l’air plus légère et moins motarde, du moins quand on n’est pas sur la moto.

Et pour sortir ?

La plupart des femmes actives peuvent se permettre d’aller au travail en pantalon, mais pour une petite sortie en soirée, une tenue plus féminine peut s’avérer plus indiquée. Le port d’une robe ou d’une jupe reste toutefois délicat à moto… Soit vous avez une jupe en tissu infroissable et enfilez un pantalon ample de pluie par dessus, soit vous emportez de quoi vous changer dans les toilettes du restaurant, par exemple.

Pour le haut, il est facile de porter un joli chemisier, un top ou une tunique tout à fait féminine sous le blouson de cuir. Les chaussures peuvent être emmenées dans un sac à dos ou le top-case pour se changer à l’arrivée.
Et quid des sous-vêtements ? Sur la route, les strings ont tendance à couper ou irriter. Le plus confortable reste le boxer et autres shorties – plus ou moins échancrés.

Lire l’article « Motarde et élégante ? C’est possible !« 

  31 comments for “« Working girl on a bike » : mode d’emploi

  1. lameli92
    28 mars 2016 at 16:02

    Bonjour,

    Je tiens à vous remercier de manière générale pour l’ensemble de vos articles dans lesquels je me retrouve, parce que j’y retrouve des préoccupations de nana et des préoccupations de passionnée de 2 roues: je n’ai envie ni besoin de renier l’un ou l’autre, je pense que tout est compatible, que c’est ce qui fait notre richesse. Je n’ai honte ni de l’un de l’autre, ce serait dramatique!!

    Alors merci, merci beaucoup d’autant plus que votre plume est pertinente et intelligente, ainsi que pleine d’humour!

  2. Verobike38
    25 mars 2016 at 17:50

    Merci pour cet article !

    Je vais passer la formation pour rouler en 125. J’en suis donc à la recherche de l’équipement. Je ne suis pas fan des liserets roses, surtout que je ne sais pas quelle sera la couleur de ma future moto. Liserets roses + moto rouge, ça ne me plait pas. Donc je vais en rester à la sobriété ! En essayant des gants j’ai constaté que je ne rentre pas dans le L des filles mais très bien dans celui des hommes. Par contre, pour les gants hommes, le pouce et le petits doigt sont bien trop grands. Est-ce que c’est toléravle où est-ce qu’il faut obligatoirement que tous les doigts aillent pile-poil ? Etant prof de musique je vux protéger mes mimines au maximum !

    • FlatFab
      30 mars 2016 at 18:08

      La réponse est dans la question…
      Si tu veux la meilleure protection possible et surtout le meilleur ressenti possible (ce qui est le plus important sur les gants, notamment pour le plateau), il te faut un gant qui taille parfaitement. Ce qui est parfois très difficile à trouver.

      Un copain avec des mains vraiment spéciales a trouvé son bonheur chez l’équipementier allemand Held, qui propose un service de gants plus ou moins sur mesure.
      https://www.held.de/6-1-Home.html
      https://www.held.de/229-1-Gloves.html

  3. ripley
    29 janvier 2016 at 13:55

    bonjour,

    plusieurs cris de révolte :
    AHHHH (1er cri) pour les caissières de magasins et supermarchés qui te demandent de laisser ton sac à dos à la caisse sous prétexte que ….c’est un sac à dos.
    1) en tant que motarde, c’est mon sac à main, il y a mon téléphone, mes papiers, mon portefeuille, tout… et je dois laisser ça à la caisse ? pourquoi ?comment je paye ?
    2) la mode étant aux sacs hyper volumineux, certaines femmes ont des sacs plus grands que mon sac à dos…
    pourquoi alors moi je dois l’ouvrir à la caisse ??? et pas elles ?
    Bref les magasins qui me considèrent comme une voleuse ne me voient qu’une fois ! au mieux…

    AHHHH (2ème cri) pourquoi bordel les fabricants de vêtements moto s’évertuent à foutre du rose sur les fringues de femme ? on n’est pas toutes des barbies……

    AHHHHHHHHHHH (3ème….) et pire : en magasin, la plupart des chaussures et bottes femme sont des bottes « passagère » selon le vendeur (effectivement moins de protections, maléole etc…) alors
    1) pourquoi diable une passagère doit être moins protégée ? en cas de pet, elle prend aussi cher que le conducteur
    2) toutes les motardes ne sont pas passagères faut le dire combien de fois ********* de ******* ?

    Vu également sur un blouson de grande marque à 3 couches, à 400 boules quand même, mon conjoint et moi achetons le même modèle, le même prix. Alors pourquoi ma couche thermique est plus mince, alors que justement en tant que fille je crains plus le froid ? et pourquoi moi je n’ai pas de poche sur la manche pour ma carte bleue ou mon ticket de péage ? C’est ridicule !

    sinon article sympa et pas trop stigmatisant (un peu quand même mais peut on faire autrement ?) Nous serons toujours soumis aux préjugés et idées reçues, sans compter les indéfectibles adeptes du
    « fait pas trop froid pour faire de la moto ? » ou encore
    « c’est pas trop puissant pour une femme ? »

    sérieusement en se baladant en couple avec chacun un casque, combien de gens pensent que vous avez chacun votre bécane ou mieux que c’est la femme qui est au guidon ?

    • FlatFab
      29 janvier 2016 at 14:19

      Je dirais plutôt « discriminant » que « stigmatisant ».
      Et encore, discriminant au sens original du terme (et non avec la connotation péjorative qui lui est aujourd’hui associée) : discriminer, c’est « différencier des éléments en vue de l’application d’un traitement spécifique à chaque sous-ensemble ainsi constitué ». Cela ne veut pas dire qu’il y ait une hiérarchie entre ces sous-ensembles.
      Les femmes sont des motards comme les autres, comme les gros, les maigres, les grands, les petits, les costauds, les malingres, les barbus, les chauves, les courts sur pattes…
      Tous égaux, mais différents.

    • Julie
      29 mars 2016 at 20:58

      Bonjour,

      Motarde et caissière votre réponse m’a faite rire alors je me permets de vous répondre.

      1. Dans le supermarché où je travaille, on n’oblige pas les détenteurs de sacs à dos à les laisser à l’accueil, cependant on nous oblige à les faire ouvrir arrivés en caisse.
      Effectivement certaines femmes ont des sacs à mains plus volumineux et effectivement c’est plutôt ridicule d’en faire ouvrir certains et pas d’autres. A savoir que je demande à TOUT détenteur de sac à dos de l’ouvrir, sans distinction (ainsi qu’à tout détenteur de sac de courses de façon générale). On ne vous prend pas vous spécialement pour une voleuse. Tout ça pour dire qu’on respecte les règles qui nous sont imposées malheureusement, ne pas confondre les règles arbitraires d’un directeur de magasin avec les caissières qui sont obligées de les appliquer.

      2. J’approuve totalement le dégoût du rose sur les fringues moto ça m’a rendue dingue quand j’ai dû acheter mon équipement… Surtout qu’il est souvent couplé à du noir et c’est vraiment une combinaison que j’ai en horreur. Sans parler des vêtements et accessoires qui quand ils n’ont pas de rose ont des motifs floraux… Merci bien le cliché.

      3. Tu as oublié « C’est ta moto ça ? Et c’est pas trop lourd ?! »

      Heureusement qu’on oublie tout quand on roule hein !

    • Grizzlette
      31 août 2016 at 20:51

      Je me sens tout à coup moins seule 😉

      Oui, marre du rose et des fleurettes sur les équipements motos destinés aux femmes. Que diraient les hommes, si leurs équipements portaient des motifs gnangnans, bleus bien sûrs! tiens des petites voitures (ou motos :-)), ou pourquoi des cow-boys ????

      Le manque d’imagination des équipementiers est navrant.

      Marre aussi de l’absence de protections sur les vêtements femmes, alors que les modèles destinés aux hommes en sont pourvus ! Un exemple ? Nous avons mon compagnon et moi acheté un pantalon en cuir Soubirac. Mon compagnon a de la chance, il a des protections aux genoux, lui ! Moi, non, alors que je fais près de 20 000 bornes par an, et que je roule toute l’année, hiver compris !

      Oui, bien sûr, j’ai trouvé des vêtements motos sobres, bien coupés, ET féminins, portant toutes les protections nécessaires et homologuées. Mais ils sont rares !

  4. Marie
    29 juin 2012 at 00:52

    Bonsoir,
    je viens d’obtenir mon permis et si le problème vestimentaire ne se posait pas pendant les leçons , panoplie obligatoire acceptée sans contrainte, le  » comment je m’habille pour aller au boulot » s’impose désormais! Exit l’humeur du moment et la chaleur, il FAUT se protéger.
    Tous vos commentaires sont pertinents, il y a une remarque cependant, que je n’ai pas lu, et qui , au contraire , sublime notre féminité :
    Le regard des autres quand ils croisent une femme qui retire son casque de moto près de son engin en solo.
    A moins de jouer « le mec » , que nous soyons maquillées ou pas, en Jean ou en botte, nous sommes des nanas capables de tenir un guidon. Si ensuite , après un passage au vestiaire, nous nous transformons en Demoiselle ou Madame  » respectable » , ils fondent ! C’est un atout non négligeable que les  » non courageuses » en scooter , inconscientes au demeurant de rouler en débardeur et thongs n’auront jamais! Le regard peut être gourmand , pas respectueux.
    En ce qui me concerne, je suis ravie de rouler en moto , de savoir que j’ai réussi mon permis et de me sentir plus Femme que jamais à 48ans!
    Alors trouvez toutes les astuces que vous pourrez imaginer, nous sommes très imaginatives sur le sujet, mais profitez du regard des autres ! Nous sommes toujours plus nombreuses à posséder le A , nous changeons ainsi l’image du « motard ».
    A nous d’apporter le meilleur, et si on commençait par conduire en sécurité, sans jouer les » fangios  » ?
    Jusqu’à présent quand un automobiliste roulait comme un manche : c’est encore une fille au volant…
    Demain si un motard roule correctement , nous entendrons : c’est sûrement une fille, elle assure!
    Pas mal, non?
    Belle route à toutes!

    • Vérobike38
      25 mars 2016 at 17:52

      N’ai-je pas vu quelque part sur le site que les femmes sont en général plus technique et responsable que les gars ? C’est clair, on assure ! Très belle vision de l’avenir, en tous cas !

  5. Lila
    20 octobre 2011 at 22:11

    Merci pour cet article sérieux, qui sait (globalement) éviter les clichés et les a priori. On peut en effet vouloir rester femme à moto sans pour autant sacrifier sa sécurité… et ce n’est pas facile !
    Et même le coup des sous-vêtements est bien vu…

    Mais je rassure Bambi, un blouson de moto en cuir assez sobre sur une tenue féminine, ça peut faire son petit effet 😉

    Par contre j’hésite encore à porter des bas nylon sous le jean,est-ce que ce n’est pas un peu risqué ?

    • FlatFab
      29 janvier 2016 at 14:22

      Si, en effet, c’est un peu risqué, dans la mesure où un jeans « classique » en toile denim ne résiste pas plus d’une seconde en cas de chute sur le bitume. Et en dessous, le nylon va lui aussi frotter, fondre et pénétrer dans la peau.
      Alors des bas nylon sous un pantalon de cuir ou de cordura, oui. Sous un jeans, non.

  6. Bambi
    6 juillet 2011 at 09:47

    Bonjour,
    c’est la première fois que je viens sur ce site et je tiens à vous remercier car les articles et les commentaires sont vraiment intéressants! Notamment ceux sur l’équipement, la formation etc. Je me rends compte que j’ai fait les choses bien lors de ma mise en selle l’année dernière! 🙂
    Concernant cet article sur la féminité en moto je le trouve aussi génial! Il m’a donné quelques astuces (la robe sur le pantalon par exemple) auxquelles je n’avais pas pensé! Comme je n’ai pas de top-case ou de sacoche, le seul souci reste : que faire de mon blouson noir tout coqué sur ma petite robe d’été? 😉
    Pour ce qui est du maquillage, malheureusement je suis « obligée » de porter du fond de teint. Ce matin, j’ai mis une barrette pour relevé ma frange (il fait chaud quand même) et je me suis rendue compte que mon casque en faisait les frais au niveau du front. Alors une petite frange peut aussi être une solution pour limiter les dégâts 🙂 Merci pour les conseils de nettoyage pour les mousses en tous cas, je vais pouvoir récupérer un casque tout net!
    Merci encore et bonne route à tous!

  7. oops
    20 août 2009 at 09:06

    Bonjour,
    si effectivement la coiffure est une préoccupation courante (et pas uniquement féminine !), j’ai une autre question concernant l’épineuse association casque + cheveux longs : que faire si on a « mal au cheveux », ou pour être plus précise, mal au cuir chevelu ? Je ne sais pas si d’autres on déjà eu cette sensation désagréable, voire douloureuse : sur les longs trajets, je finis toujours par avoir l’impression qu’on me tire les cheveux en continu, de plus en plus fort.
    Mon casque est un GPA, j’ai testé les cheveux attachés et dans le blouson, enfiler le casque la tête en bas pour mettre tous les cheveux (en bataille) dans le casque, m’enrubanner dans un foulard, rien n’y fait ! Je pense tester le sous-casque en osier de Tucano Urbano, mais j’aimerai avoir votre avis.
    Petite précision : je ne bois pas d’alcool !
    En bonus, mon organisation de SDS occasionnel : à l’arrivée je m’attache les cheveux en chignon un peu décoiffé (avec des mèches qui dépassent, car de toute façon le brushing est foutu), avec une grosse pince. Ca passe aussi bien en soirée que pour un RV professionnel. Et je porte souvent une robe sous le blouson et par-dessus mon pantalon en armalith, ce qui me permet de me changer discrètement à côté de la moto et de tout mettre dans topcase et valisettes (vive l’équipement de la 1200 GS !). En cas de chute, je dis adieu à la robe en question, mais je reste bien protégée. Et bien sûr, je change aussi de chaussures ! De toute façon, impossible de garder une tenue de moto à l’arrêt quand on habite sur la Côte d’Azur…

    • FlatFab
      29 janvier 2016 at 14:23

      Bonjour,
      D’après ce que tu décris, je dirais que le problème semble tout simplement provenir de la taille de ton casque;
      Il doit être un peu trop grand.
      Du coup, lors de longs trajets, il « glisse » peu à peu en arrière et tire en effet sur les cheveux.

  8. Chevelure
    19 décembre 2008 at 14:03

    Juste un petit conseil supplémentaire cheveux. Pour redomestiquer sa coiffure, en courts trajets, il suffit parfois de passer aux toilettes y appliquer tout simplement un peu d’eau fraîche.

    Moi, c’est ce que je fais en tous cas : j’ai les cheveux bouclés et mi-longs. Je veille à mettre le casque avec les cheveux légèrement humides, et quand je l’ôte, un peu d’eau sur les cheveux et hop c’est reparti pour un tour.

  9. Milena
    7 décembre 2008 at 19:06

    Très bon article, dommage que certaines femmes, qui ont une féminité peut-être un peu refoulée, vous blâment cher auteur de ce que vous parlez de sac à main et autres maquillage… J’aime beaucoup les accessoires, le maquillage, sans pour autant être une « poupette » qui n’a que ce seul centre d’intérêt. Donc, merci encore pour cet article tout à fait pertinent et plein de bon sens, c’est rare !!!

    Cordialement

    – – –

    Réponse

    Merci à vous !

  10. Lorita
    23 septembre 2008 at 14:52

    Pas qu’à Paris, pas qu’à Paris… Il y a un SDéesse à Marseille, si si !

    – – –

    Réponse

    Il y avait…
    Cours Lieutaud, en effet. Mais le magasin a dû fermer en 2007, le vendeur tapait dans le stock, Katia a dû se résoudre à mettre fin à l’aventure. Et je ne suis pas au courant qu’elle ait retenté le coup.

  11. 18 septembre 2008 at 12:18

    Pour ma part, tous les jours 6 km en moto en circulation urbaine, il est hors de question que je porte moins qu’un jean (en protection, je parle) et qu’un blouson de moto, les gants, un casque intégral et des chaussures fermées, en général montantes. Et sur route, le minimum est un jean, avec la sensation de rouler à poil, donc je mets de préférence un jean cuir épais, et pour faire de la route un peu longue, soit un pantalon en cordura, soit un gros pantalon cuir (bas de combi par exemple).
    Cela implique que je me change généralement en arrivant au bureau ; faisable car je peux m’enfermer dans mon bureau, ou au pire que je me cache dans mon armoire pendant que ma collègue se plonge dans son ordinateur.
    Mais dès que je suis en déplacements ou rendez-vous à l’extérieur, les choses se corsent. Le strip tease dans les toilettes d’un centre de conférence, j’ai donné, c’est toujours très glauque, et vos interlocuteurs vous aperçoivent entrer en Mrs Hyde et ressortir en Miss Jeckyll ;o)
    Bon, souvent, ça permet d’avoir un sujet de conversation « ouh là là c’est pas trop dur la moto pour une femme ? »
    Cela étant, je croise tous les jours hommes d’affaires hugo boss ou jolies poupées pomponnées sur des scoots en ville. C’est leur peau, moi je préfère protéger la mienne au détriment de mon look.
    Cela étant, je pousse plus globalement un coup de gueule contre les gens qui roulent non protégés et s’abiment lors de chutes : c’est vous, c’est moi, c’est nous (la sécu) qui payons s’ils ont un accident tout seul, et c’est vous, c’est mois, c’est nous (nos assurances) qui payons s’ils ont un accident avec un tiers.
    Donc quand on me dit « c’est chacun qui juge, après tout c’est sa vie », je trouve que chacun oublie un peu trop facilement que c’est quand même la collectivité qui prend en charge les dommages ….

    • FlatFab
      29 janvier 2016 at 14:24

      Tout à fait d’accord avec ta dernière phrase.

      Le reste aussi ! 😉 Mais surtout celle-là. C’est d’ailleurs l’objet d’un autre article : Se conduire en motard responsable

  12. laurence
    4 septembre 2008 at 14:12

    moi jeans et chaussures montantes je porte cote coiffure cheveux longs donc je fais une queue de cheval que je rentre dans le blouson en cuir cote maquillage jamais donc pas de probleme de ce cote la et pour ce qui et des boucles d oreilles j en porte des petites donc pas de problemes aussi meme que je porte un percing au nez pas de probleme et je dirais que par contre je sors toutes mes bagues tellement que j en n ai je ne garde que ma chevaliere au doigt et porte de gants en cuir et jamais les ongles longs tout courts moi.
    donc feminite pour moi pas trop plus mec je suis desolee
    pour votre site super par contre moi qui habite en gironde pas d adresse et la je trouve dommage que vous n en metter pas
    et pas de top case mais sac a dos impermeable surtt lorsqu il pleut

    – – –

    Réponse

    Ce n’est pas ma faute si les seuls magasins spécialisés pour motardes sont à Paris…

    EDIT : remarque faite en 2008, ce n’est plus le cas aujourd’hui !

  13. martine
    29 août 2008 at 13:38

    Je trouve moi aussi très sympa de nous consacrer cet article … En ce qui me concerne, j’amène un change complet, dans mon top case, lorsque professionnellement j’ai besoin d’être présentable, et je me change en arrivant à mon travail (J’ai la chance de disposer d’un vrai cabinet de toilette pour ce faire).
    Le maquillage, c’est pas mon truc, à part, justement lorsque je suis en moto, histoire de « compenser ». Mais je ne maquille que les yeux, jamais de fond de teint ou autre tartine du mêm genre.
    Les chaussures, indispensables de les changer, surtout l’été, (je ne me vois pas porter mes bottes toute la journée par 30° !).
    Enfin pour les boucles d’oreilles et autres accessoires, je ne les porte jamais sous mon casque, ce qui ne m’empêche pas d’en porter, il suffit de les prendre avec soi.
    La coiffure … je ne suis pas une adepte du brushing donc en ce qui me concerne pas de souci.
    Bref tout ceci pour dire que pour moi, pratiquer la moto n’est pas antinomique avec féminité, bien au contraire.

  14. Fab
    28 août 2008 at 15:43

    En ce qui me concerne, j’ai parcouru cet article avec beaucoup de curiosité… histoire de découvrir des p’tites combines.
    En clair, c’est un résumé fort sympathique des solutions que j’ai moi-même mis en pratique suite aux diverses problèmatiques rencontrés sur la route.

    Je trouve plutôt sympa de nous consacrer ces quelques lignes… dans l’idée biensur de nous faciliter la vie. Je n’y vois pas de sexisme. Les femmes ont des exigences sur leur personne, leur image, que les hommes n’ont pas forcément.

    Allez ! Au placard les mauvais esprits !

  15. Flo
    23 août 2008 at 05:41

    Moi pour le bas, c’est jean et rien d’autre… au pire quelques fois par canicule il m’est arrivé de mettre un pantalon en toile de lin épaisse. On peut aussi mettre une robe sur le jean (c’est moins à la mode maintenant apparemment). Si j’étais obligée de mettre un pantalon plus « ville », peut-être que je me changerai en arrivant?
    Pour les bottes, je me change presque toujours en arrivant (j’ai une paire de sandales ou de chaussures dans mon casier, suivant la saison). Les bottes de moto tiennent beaucoup trop chaud, et les odeurs de pied, c’est pas terrible…

  16. Corinne 'tite route
    21 août 2008 at 10:02

    J’aimerais savoir quelle est l’esthétique d’une motarde urbaine allant à son travail, son sac sur le dos avec l’ordi portable dedans, avec son pantalon de pluie (en synthétique) par-dessus sa jupe de tailleur et ses collants (en synthétique), et ses escarpins, après une petite glissade à 70-80 km/h sur le périf (en dehors des heures de pointe, bien sûr). Le synthétique, ça fond. Ouille !
    Quant au sac à main dont les nanas se savent pas se passer, je rigole doucement. Merci pour le cliché… Et en dehors du top case et du sac à dos, il existe la sacoche réservoir. C’est ultra pratique, simple, ça ne défigure pas la moto et c’est sans danger pour la colonne vertébrale ;o)

    – – –

    Réponse

    Salut Corinne,
    C’est tout le dilemme du motard ou de la motarde « en civil », qui ne peut pas s’habiller tout en cuir ou en cordura. Les équipementiers ont depuis quelques années conçu des équipements « de ville » pour les hommes, ce n’est pas encore vraiment le cas pour les femmes. Féminité totale rime difficilement avec sécurité totale.
    Pour le sac à main, cela peut faire un peu cliché, j’en conviens. C’est aussi une « facilité » d’écriture, justement pour faire sourire. N’empêche qu’en même temps, 90% des femmes ont tout le temps un sac à main avec elles, tout comme 90% des hommes gardent toujours leur portefeuille sur eux.

    – – –

    Je reviens sur ton commentaire:
    “Féminité totale rime difficilement avec sécurité totale.”
    Forcément, si tu mets la féminité dans la hauteur des talons, la (non)longueur de la jupe, la couche de maquillage et le sac à main (indispensable), ça rime difficilement avec sécurité. Mais serait-il possible d’oser penser qu’on peut être féminine sans être caricaturale ?

    “N’empêche qu’en même temps, 90% des femmes ont tout le temps un sac à main avec elles”
    Tu devrais faire un peu plus de moto avec des femmes, tu verrais qu’elles n’ont pas forcément un sac à main. Pas à 90% en tout cas.

    Bref, je trouve que cet article est peut-être plein de bonne volonté mais est foncièrement plein de clichés sexistes sans forcément que tu t’en rendes compte. Ce qui est bien le problème.

    – – –

    C’est un point de vue.
    Je n’ai jamais dit que j’associais la féminité avec la mini-jupe, le maquillage de voiture volée et le sac à main de fashionista. Si on se connaissait, tu saurais que c’est plutôt le contraire…
    On peut tout à fait être motarde et féminine. Simplement, il faut bien admettre que les vêtements moto « passent » difficilement dans de nombreux métiers et univers professionnels où l’on demande une bonne présentation.

    Je fais régulièrement de la moto avec des femmes et je sais bien qu’elles n’emmènent pas de sac à main pour faire une balade ou une sortie. Mais nous parlons ici des femmes qui vont travailler à moto. C’est un sujet différent.

    • SuperMaxine
      26 octobre 2012 at 11:52

      Et le site blablate à tout va de mettre des formes en valeur, être sexy, etc.
      Même si je m’identifie comme féminine et m’habille de façon stéréotypée/perçue par d’autres comme féminine (je m’identifie toujours comme ça même quand je ne peux pas m’habiller comme ça ou dois trouver une astuce, la stabilité de mon identité vous épate ?) je n’égale pas ça à être sexy ou vouloir l’être, donc c’est un raccourci que de dire que c’est le cas de toutes les personnes féminines ou que la féminité consiste en ça. Sans compter les tournures de phrases impliquant l’obligation ou le devoir de féminité (sous prétexte de vouloir parler d’habits civils/de travail, qui ne souvent doivent pas être sexy… vous vous mélangez bien les pinceaux, ou alors… ?)
      De plus, une femme peut avoir une bonne présentation en étant habillée d’un style que la société considère plus masculin.

      • FlatFab
        26 octobre 2012 at 11:53

        Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage…

        • SuperMaxine
          26 octobre 2012 at 18:27

          Je ne comprends pas une réponse aussi aggressive à un message aussi personnel, mais si ça vous amuse :/ Surtout sans explication, pour bien couper toute communication.

          • FlatFab
            26 octobre 2012 at 21:48

            Le proverbe et sa signification étaient destinés à te faire réfléchir sur ta réaction.
            Ta réponse me conforte dans l’idée que tu te sens très facilement « agressée », que tu interprètes ce que tu lis d’une façon qui te permet de t’en indigner et ainsi d’exister. Pas d’agressivité, ni d’insulte à qui que ce soit de ma part. Tu admets toi-même que ta réaction ne repose sur rien d’autre que des impressions, des interprétations…
            Si j’avais voulu te dénier le droit à une réaction, j’aurais tout simplement supprimé ton commentaire.
            Ici, c’est un site d’information, pas de débat ni de polémique. Ma réponse s’arrête donc là.
            Merci de ne pas chercher les conflits stériles ou d’aller le faire ailleurs.

      • Laurence
        26 octobre 2012 at 13:09

        Bonjour,
        Super Maxine, je n’ai pas compris ton message concernant l’article que je viens de lire et qui concentre un bon nombre de petites astuces utiles. Je viens d’avoir mon permis, je ne suis pas un camionneur ni un Pin Up, toutefois, il me semble qu’être féminime ou se sentir féminime en moto n’est pas incompatble, pour ma part je n’ai pas ressenti d’obligatation dans la lecteur de l’article ou du moins pas plus que dans les brochures et autres magazines. Mais après tout, chaque motarde perçoit les choses de manière différente sans pour autant que ce soit mieux ou moins bien pour elle. Etre soit même c’est important, ne pas resemblé à une caricature de motard c’est important aussi, il n’y a pas de quoi s’offusquer qu’un homme rédige un article qui parle de féminité à moto.
        Salutation Motardes

        • Laurence
          26 octobre 2012 at 13:12

          Désolée, j’ai écri un peu vite, à la relecture je vois des fautes.

        • SuperMaxine
          26 octobre 2012 at 18:18

          Bonsoir ou bonjour Laurence,
          Je n’ai pas dit non plus que c’était incompatible. Ce n’est pas le contenu, les astuces, de l’article qui me gêne, mais les implications de certaines choses qui sont dites, ainsi que dans d’autres articles de la même catégorie. Le fait que pour l’auteur, la féminité soit plus ou moins perçue comme un devoir ou comme allant de soi pour une femme. C’est tout dans les tournures de certaines phrases, les généralisations, pas le contenu. Et je ne savais même pas que l’auteur était un homme au moment de ma lecture.
          Quant à FlatFab, je ne pige pas, mais il me semble que cette réponse vise à dénier mon droit à une réaction et tentative d’explication de ce qu’a pu penser Corinne, sans explication, et mes émotions, en m’accusant d’en vouloir à l’auteur (?) ou le site, ce qui est juste insultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *