Motarde et élégante ? C’est possible !

Le temps où les motardes devaient se contenter de s’équiper avec les petites tailles des vêtements moto pour hommes est révolu. Aujourd’hui, non seulement les équipements pour dames répondent aux besoins sécuritaires et pratiques, mais ils parviennent à mettre en valeur leur silhouette.

Les équipements de protection pour motards existent depuis plusieurs décennies, mais jusque dans les années 1990, l’utilisation d’une moto restait un domaine presque exclusivement masculin. Il était alors logique que les équipementiers s’alignent sur les besoins et les formes des messieurs, les dames désireuses de vivre la liberté sur deux roues étant dès lors contraintes de se glisser tant bien que mal dans des combis qui ne leur étaient pas destinées.

Les plus graciles d’entre elles parvenaient à s’en sortir en portant leur choix sur des équipements en taille ado. Mais comme chacun le sait, un corps féminin est construit différemment de celui d’un homme, et l’ajustage coinçait à certains endroits, ce qui se répercutait tant sur la sécurité que sur le confort.

Les courbes féminines avaient beaucoup de mal à se glisser dans une veste pour homme, notamment au niveau des hanches et de la poitrine. Les protections tombaient aux mauvais endroits, devenaient pénibles et étaient souvent éliminées pour gagner en confort. Ici, les fringues étaient trop étriquées, là elles pendouillaient lamentablement…

Et puis les femmes sont entrées en force dans le monde de la moto. Plus seulement comme passagères, mais aussi comme conductrices.

Les unes par passion (longtemps contenue avant que les enfants soient assez grands pour leur lâcher les baskets), les autres par commodité, les femmes sont de plus en plus nombreuses à choisir la moto ou le scooter pour se déplacer.

Mais bannissez l’idée qu’il est possible de chevaucher un 2-roues en décolleté, jupe plissée et mi-bottes à talons, hormis pour aguicher le manant… sur une pub !
Pour rouler, sur une moto ou un scooter, le casque, le blouson, le pantalon, les gants et les chaussures montantes constituent l’équipement de protection incontournable, qu’on soit homme ou femme.
Mesdemoiselles et mesdames, laissez vos escarpins et tops légers dans votre top-case ! Vous vous changerez quand vous serez arrivées.

Avec la démocratisation du deux-roues et la présence croissante de femmes au guidon de motos et scooters de toutes cylindrées, l’industrie a dû répondre aux besoins des motardes.
Elle a chargé ses stylistes de créer un large assortiment adapté à leurs besoins et goûts spécifiques: les femmes accordent en effet davantage d’importance à la sécurité et recherchent une protection optimale. Dans le même temps, elles n’oublient pas qu’un équipement ne doit pas seulement être adapté sur la moto, mais également lorsqu’on en descend.

Le temps a passé et les motardes disposent aujourd’hui d’un vaste choix d’équipements – pantalons, vestes et combinaisons – aux dimensions assorties côté taille, poitrine, fesses et épaules.
Cet assortiment ne s’arrête pas là puisque le choix déborde en direction de bottes et de gants au look chic, de protections dorsales adaptées et, bien sûr, des équipements de loisir répondant au goût féminin.

Outre le sur-mesure, il existe en série des modèles adaptés aux deux sexes, que ce soit en matière de formes, de couleurs et de design. C’est particulièrement le cas chez les équipementiers haut de gamme des pays du nord de l’Europe, notamment l’allemand BMW, le néerlandais Revit et le suisse IXS, où le choix est le plus vaste (et les prix les plus élevés).

D’autres fabricants, notamment italiens, avec Spidi et Tucano Urbano, se sont engouffrés dans la brèche et proposent depuis plusieurs années des gammes pour femmes substantielles, adaptées à la morphologie féminine et à leurs goûts, en matière de couleurs par exemple.

Les nouveaux équipements motards comportent désormais presque toujours une version pour femmes, quand les fabricants ne lancent pas des gammes ou des produits « ladies only ». Et ce n’est pas près de changer puisque les motardes sont de plus en plus nombreuses.

Il existe même quelques stylistes françaises spécialisées dans l’équipement des utilisatrices de deux-roues.
La plupart ont encore du mal à en vivre et j’en ai connu plusieurs qui ont dû fermer boutique au bout de quelques années.
L’une d’elles arrive à durer, c’est Pascale Molina. Certes, on est là plutôt dans l’équipement scooter ou moto urbaine, mais c’est déjà ça…

Société française crée en 2008 par Pascale Molina, motarde polyvalente (enduro, raids, circuit) mais aussi passionnée de couture.

Les créations sont réalisées en matériaux haut de gamme (utilisation de textiles certifiés « Confiance Textile » – garantissant qu’il n’y a pas de substances nocives dans le produit fini). Qualité et élégance décrivent ces équipements : un soin particulier est apporté à l’élaboration des produits grâce à des textiles à haute technicité, garantissant une utilisation pour toutes les saisons (étanche, respirant) en prenant soin d’étudier la morphologie féminine, grâce à des coupes cintrées qui épousent bien le corps.

* * *

En magasin, ne lésinez pas sur les essayages.

Optez pour des vêtements qui conviennent à l’utilisation que vous faites de votre 2-roues. Privilégiez les aspects pratiques (polyvalence ville/route, étanchéité) ; vérifiez les protections (coudières, dorsale, tiges dans les chaussures…).

Beaucoup de conductrices de 2-roues pensent que leur colonne vertébrale risque moins en ville que sur la route. Du coup, la dorsale est bien souvent proposée en option lors de l’achat d’une veste ou d’une parka. Sachez que c’est en ville, sur des trajets courts et empruntés fréquemment, que le risque de chute est le plus fréquent, et que seule une vraie protection dorsale homologuée peut limiter, voire éviter les lésions graves de la colonne vertébrale.

Je recommande par ailleurs à toutes les femmes désireuses de s’équiper de le faire dans un magasin spécialisé.
Là, chaque souhait peut être traité par quelqu’un de compétent et, si nécessaire, des modifications pourront être définies lors de la commande et réalisées directement par le fournisseur.

* * *

Le pionnier a été SDéesse (jeu de mots sur SDS, « sac de sable », expression gentiment péjorative qui désigne en général la passagère servant de « poids mort » à l’arrière), tenue par Katia, une motarde d’expérience et une excellente vendeuse.

Implanté de 2003 à 2011 dans le traditionnel quartier moto autour de la place de la Bastille, le magasin se trouvait un peu à l’écart des autres, près de l’intersection entre la rue Amelot et du boulevard Richard-Lenoir, en face d’un garage moto qui dispose de quelques places de stationnement pour deux-roues.

La boutique a hélas fermé ses portes en début d’année 2011.

* * *

Depuis février 2007, il existe à Paris un second magasin spécialisé : LNLM, créé par Hélène Jaouen, ex-opticienne et habituée des essais consomotards de Moto Magazine en tant qu’essayeuse bénévole.

LNLM a lancé depuis décembre 2007 son blog pour tenir ses clientes au courant de l’actualité de la boutique et de ses activités connexes.

LNLM
245 rue Lecourbe
75015 PARIS
Tel: 01.45.33.00.67.

Ouvert du lundi au samedi de 10h00 à 20h00.

Attention, la rue est en sens unique (intersection rue Lecourbe et rue de la Convention), le stationnement peut se faire sur le large trottoir juste en face du magasin, mais la police verbalise les bécanes mal garées.
On peut déplorer que le magasin soit situé complètement à l’écart des deux quartiers Etoile et Bastille où sont concentrés les autres magasins d’équipement moto, il faut y venir spécifiquement, mais le déplacement en vaut la peine.

Avantage, les 110 m² du magasin ont permis l’aménagement d’un coin dépôt-vente (pour blousons, vestes et pantalons seulement) et d’un petit salon pour se poser. Vous pouvez aussi laisser vos annonces de virées, de sorties, d’événements et de rendez-vous sur le tableau à cet effet. La déco est colorée, vive, très jeune et branchée.

Hélène brille surtout par son conseil, plutôt tourné sécurité que frime. Tous les vêtements vendus sont dotés de protections homologuées et la plupart des blousons comprennent une dorsale à coque et non en mousse. Les casques peuvent être avec un écran iridium, mais une étiquette prévient que ce type de visière n’est pas homologué pour la route. Bref, une approche responsable pour des vêtements dans quatre gammes : custom, urban, classic et sport.

* * *

Après l’implantation éphémère de SDéesse à Marseille, il n’y avait plus de boutiques moto pour femmes qu’à Paris.
Mais depuis juin 2008, un magasin s’est ouvert à Antibes :
Miss Bike
28 avenue Reibaud – 06600 Antibes
Tel: 04.89.82.65.55 et 04.93.61.21.30

Horaires : du lundi au samedi, de 9h30 à 12h30 et de 13h30à 19h30, sauf mardi et vendredi, fermeture 19h00
Recommandé par Cathie, la scénariste et éditrice de Moto Râleuses !

En venant de Sophia-Antipolis / Grasse :
– Suivre la route de Grasse, puis l’avenue Philippe Rochat ;
– arrivé au niveau d’un carrefour, tourner à droite au second feu, direction Cannes – Juan les Pins, puis toujours tout droit ;
– vous êtes avenue Reibaud, Miss-Bike se trouve au 28, juste avant l’intersection avec le vieux chemin de Saint-Jean sur votre gauche.

C’est tenu par une motarde, d’origine marseillaise, Florence Oudot.
Elle vend de l’équipement à la fois pour femmes et pour hommes, et un peu pour enfants.
“Avant de me lancer sur ce créneau spécifique, j’ai bien étudié le marché. Il existe déjà des enseignes sur Nice ou Mandelieu », précise la jeune chef d’entreprise. « Mais sur Antibes et sa zone de chalandise, on ne trouve que quelques ‘corners’ au sein de concessionnaires moto. Il y avait donc de la place pour développer une offre bien ciblée, notamment pour la clientèle féminine. Car des motardes, il y en a ! Et elles sont exigeantes sur la qualité de leur équipement”.

* * *

Un magasin avait ouvert en septembre 2009 près de Nantes, avec une superficie de 100 m2, spécialisée dans la vente d’accessoires et d’équipements pour la femme qui circule en deux roues motorisés.
Miss Moto a fermé ses portes mi-2012.

* * *

Une boutique dédiée aux motardes a ouvert ses portes depuis mai 2010 en région Rhône-Alpes.

Comme son nom l’indique, Femina Moto se destine avant tout à l’équipement des motardes, scooteristes et passagères moto… sans pour autant sacrifier « l’élégance en deux roues », comme mentionné dans la « base-line » de l’enseigne. Sur une surface de 200 m², les femmes pourront s’habiller de la tête aux pieds avec des produits étudiés pour elles : vestes, blousons, bottes, gants, casques, combinaisons…

Femina Moto
ZA Les Gaux
29, rue de l’Avenir
38150 Chanas
Tél : 04 74 56 62 36

Ouvert le lundi de 14h à 19h, du mardi au samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 19h.

* * *

En avril 2011 a ouvert à Versailles (Yvelines) une nouvelle boutique, dénommée Lady Zigzag.

Lady Zigzag est un projet de seconde vie porté par Joëlle Guesnet. Après un parcours professionnel de plus de vingt ans dans le développement de produits cosmétiques, elle propose un nouvel univers de vente conçu autour d’une eBoutique et d’une boutique physique. Son objectif: faciliter la vie des femmes utilisatrices d’un deux-roues motorisé en leur proposant des équipements respectant leur féminité sans négliger leur sécurité.

La boutique se situe 19 rue Montbauron à Versailles. Ouverte du mardi au samedi, de 10h à 19h30.
Tel. : 01 71 42 70 35
Le blog de Lady Zigzag

* * *

Karine Garcia-Fernandez a ouvert en mars 2013 une nouvelle boutique à l’enseigne MotoGirls, à Mulhouse.

MotoGirls
7 rue de l’Arsenal
68100 Mulhouse
Tél. : 03 69 54 12 49
Horaires : du mardi au samedi, de 10h à 18h30

Pour en savoir plus, lire cet article de Mulhouse Mag.

* * *

A la rentrée 2015, Estelle Cavallini a ouvert sur Bordeaux le magasin L-Access.

Après diverses expériences professionnelles, dont une comme vendeuse en bijouterie, cette motarde en Ducati a ouvert sa boutique d’équipements pour motardes et enfants. Les deux tiers de ses clientes sont des motardes en gros cubes, l’autre tiers étant constitué de motardes en 125 et de passagères.

La boutique L-Access est située au 250 avenue Jean Mermoz à Eysines, ce qui correspond au 250 rue Jean Mermoz au Haillan.
Téléphone : 05 56 24 67 54
Email : contact@l-access.com
Page Facebook

* * *

Et la liste des nouvelles créations s’allonge, avec l’ouverture en septembre 2016 d’une nouvelle boutique parisienne !

MYMY Rider associe un atelier mécanique 100% féminin et un magasin d’équipement à l’ambiance vintage, ouverts depuis le 5 septembre 2016 dans le 20e arrondissement de Paris : c’est au 30, rue des Maronites 75020 Paris.

Plus qu’une boutique d’équipement, on y trouve de nombreux produits autour de la moto : livres, bijoux, déco…
A cela vient s’ajouter un espace détente où boire son café et grignoter un en-cas avec d’autres motardes.
Côté atelier, Bruno propose aux clientes de leur apprendre les rudiments de l’entretien d’un deux-roues et de la préparation.

* * *

Les temps étant définitivement au e-commerce, une autre boutique en ligne, exclusivement dédiée aux femmes et aux enfants, s’est lancée en 2011.
Après Miss Moto et Miss Bike… c’est – en toute logique – sous le nom de Miss Deux Roues !

* * *

Autre boutique,  présente à la fois en « dur » (sur Epinal) et en ligne : MotoFemme

SB MOTO
9, route de Gérardmer
88000 EPINAL
Tél : 09 53 29 52 31

* * *

Brigade de police motocycliste écossaise, comprenant trois femmes

 

Commander à l’étranger

On trouve des sites web spécialisés dans la vente d’équipements pour motardes à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Le problème devient alors le coût d’expédition des objets achetés par correspondance, sans parler des problèmes d’essayage et des différences de cotation de tailles entre l’Europe et les USA.
Mais allez jeter un oeil, ça donne toujours des idées et rien n’interdit de repérer un vêtement sur le Net et d’aller ensuite le commander au distributeur de la marque le plus proche de chez vous.

Voir sur:
Moto Rose
She Rides
Lady Biker

A découvrir, le premier site « lifestyle » pour motardes, Motoress, en anglais.

Et lisez mon article sur « la moto au féminin » !

  12 comments for “Motarde et élégante ? C’est possible !

  1. Tifany
    17 juillet 2017 at 12:51

    Superbe article!
    Personnelement, je trouve que la gamme motardes, malgré un ENORME amélioration ces dernière année manque encore sur un point…
    La taille… Etant assez costaud, j’ai du mal à trouvé des vestes ou pantalon à ma taille… En principe je rentre juste dans la taille maximum proposé pour les modèles femme, j’ai les bras qui passe juste, le zip sa ferme… je ne sais pas comment mais sa ferme. Mais dès que je grimpe sur la moto, j’ai le dos à l’air… (Je pilote une sportive…)
    Et dans la même ligné, je n’ai pas encore trouvé une dorsale qui ne finisse pas par remonté à cause des hanche pour finir par me gêner au niveau de la nuque… Sans compté que le jour ou je trouve, je ne sais pas si j’arriverais à la mettre sous la veste…

    Mais je garde bon espoir, vu les progrès fulgurant sa devrais arrivé un jour. Déjà je peut prendre des modèle femme mieu taillé…

  2. Monique
    10 juillet 2017 at 10:52

    Femina moto à Chanas a fermé depuis le 7 juillet 2017. Je projetais d’y aller… Pas de chance !

  3. ded
    29 octobre 2015 at 18:05

    Bonjour ! J’aimerai ton avis sur ce produit : http://www.gogogearla.com/kevlar-leggings-1/
    Un leggings/skinny en kevlar à la coupe ultra féminine c’est tentant ! Mais est-ce au détriment d’une protection minimal exigée ??
    Il y a 5% d’élasthane dans la composition, le reste en Kevlar. Ca me parait étrange 95% de kevlar pour un truc qui à l’air aussi souple. Qu’en penses-tu ?

    • FlatFab
      30 octobre 2015 at 09:21

      Le principe est intéressant, mais il faut rester conscient des limites…

      Le Kevlar est résistant à l’abrasion et à la déchirure, notamment par ses propriétés de dilatation thermique nulle : il ne fond pas, ne se dilate pas, donc ne rompt pas. Très bien pour protéger des brûlures lors d’une glissade au sol. Par contre, il n’absorbe pas la chaleur et les frottements causés par une longue glissade vont quand même provoquer des brûlures par échauffement de la peau.
      De plus, le Kevlar perd ses propriétés lorsqu’il est mouillé ou exposé aux rayons ultra-violets du soleil. Il doit donc soit être micro-enduit d’une couche protectrice (qui le rend raide, ce n’est donc pas le cas sur ces leggings), soit porté en-dessous d’un autre vêtement isolant de la pluie et du soleil.

      Le site précise bien : « Kevlar Leggings can be used as a base layer under other garments for extra protection against abrasion. »
      Il s’agit d’un sous-vêtement qui doit être porté sous d’autres équipement afin d’apporter une protection supplémentaire. A lui seul, il ne fournit pas une protection suffisante.

      • ded
        2 novembre 2015 at 20:43

        Merci d’avoir répondu.

        Entre temps j’ai envoyé un message à la fondatrice de la marque. Je lui ai demandé si ils avaient fait un test d’abrasion et si le leggings pouvait être porté sans sur-pantalon. Voilà sa réponse (que je retransmet comme telle parce que je suis pas une super traductrice ^^) :
         » […] yes, we’ve had an independent lab conduct abrasion testing on the fabric. There are actually two fabrics that make up the leggings, the inner layer is Kevlar, the outer layer is a specially designed fabric that we created that is even stronger than the inner layer of Kevlar. Most Kevlar Jeans test up to 60,000 cycles on the abrasion disc that is used for the test. With our leggings, they tested up to 140,000 cycles. As for wearing no pants, if you see the cover photo on our facebook page, you’ll see that the rider was not wearing anything over her leggings when she crashed at 45mph, there was no tearing in the fabric. We recommend that if you plan on doing high speed riding, it’s always best to wear a layer over as more protection is always better than less. For city riding (commuting), it should be fine for you to wear them without another layer. For each rider, it will be different so it ultimately depends on what you are comfortable with. Thanks so much for your question, we really appreciate having a chance to answer it! […]  »

        et là (parce que je n’avais pas tout compris 😀 ):
         » the leggings are made with two layers, one outside and one inside. The entire garment is made of the Kevlar and the other special fabric so there is protection for the entire lower part of the body from the waist down to the ankles « 

  4. Doche Marie Line
    25 février 2013 at 12:24

    Bonjour à toute et à tous. Une question, A tout hasard, vous ne rechercherez pas des modèles femme pour faire des photos pour la vente d’équipements moto ? Cordialement.

    • FlatFab
      25 février 2013 at 16:24

      Cela fait effectivement partie de mes projets, mais il faut résider en Gironde ou au moins en Aquitaine.

    • 8 mars 2016 at 04:03

      Un équipementier nous a contacter et nous avons régulièrement des demandes et invitation que nous faisons partager à la communauté. Si vous êtes intéressées, nous contacter, via facebook.

  5. chb
    17 janvier 2013 at 11:03

    Ouais… tout ça c’est bien beau !
    mais quand on est motarde on est quand meme souvent mal coiffée !!

  6. Momo
    8 septembre 2011 at 13:03

    Il y a également le magasin que, je pense, vous n’avez pas cité:

    LADY ZIGZAG
    19 RUE MONTBAURON
    VERSAILLES

  7. LNMY-SCK
    29 mars 2011 at 14:39

    Sdéesse est fermé maintenant 🙁

  8. GERARD Elisabeth
    21 juillet 2010 at 13:42

    Bonjour,
    En complément de ton article, je connais la boutique Miss Moto pour y être allée.
    La boutique est très sympa, tu peux y trouver les blousons, les bottes, les casques, les gants enfin tout l’équipement.
    Les marques qui sont proposées ne sont pas très répandues dans la région nantaise : Belstaff, Helstons, Eska, Tornéo, Cromwell, Davida,…
    Les filles de la région nantaise, allez-y ça change des autres magasins 😉
    Merci pour tes articles et à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *