Essai des protections Alpine MotoSafe Tour et Race 2017

Sur proposition de la marque néerlandaise Alpine, qui a renouvelé au printemps 2017 sa gamme de produits de protection auditive pour les motards, j’ai effectué un essai comparatif des filtres MotoSafe afin de les comparer entre eux et par rapport à des protections sur mesure.

Cet article est à lire en complément de Se protéger du bruit à moto.

Merci à Susanne Gibson, responsable marketing international chez Alpine Hearing Protection, pour m’avoir aimablement fourni les matériels nécessaires à cet essai !

Je connais les produits Alpine MotoSafe depuis des années, environ dix ans je crois.
Ce sont les premiers à avoir proposé des protections auditives « génériques » pour les motards, les MotoSafe étaient les premiers filtres que j’ai portés, à partir de 2007 si je me souviens bien.

Avant, comme beaucoup de motards, je mettais des bouchons jetables en mousse modelable, en forme de cône ou de tube.
Voire des boules Quies en cire, qui avaient le gros avantage de me protéger également de l’inconfort des gros ronfleurs que l’on croise souvent dans les rassemblements motards et, pour moi qui ai le sommeil léger, qui sont à l’origine de trop nombreuses nuits blanches et d’un manque de sommeil très pénalisant pour rouler le lendemain.
Spéciale dédicace à Haroun le Poussah, grand trembleur de murs devant l’Eternel, et à tous les potes « paparazzi » qui ont souvent pris des photos de moi en train de dormir sur ma chaise ou ma selle pendant les concentres…

Ces bouchons avaient pour moi plusieurs gros défauts.

Ils étaient jetables, plus ou moins lavables, mais je ne pouvais pas les réutiliser de nombreuses fois, ce qui impliquait de les renouveler régulièrement en pharmacie, le truc que tu oublies toujours quand tu en as besoin et qui fait que tu te retrouves à partir en « road trip » avec des bouchons sales, ce qui n’est franchement pas génial pour l’hygiène de l’oreille.

Ils atténuent l’ensemble des fréquences sonores. Très bien pour rouler « dans du coton », mais pas pratique pour converser avec les copains, entendre le guichetier au péage ou à la station d’essence, écouter de la musique, entendre les instructions audio du GPS, les bruits environnants (klaxons, sirènes)…

Et surtout, je les perdais systématiquement, ils ne tenaient pas bien dans mon oreille, tout particulièrement dans celle de gauche où j’ai un conduit auditif de forme assez « spéciale ».

Depuis, j’ai changé !
J’ai arrêté d’aller dans les grands rassemblements motards et surtout d’y dormir, je me suis mis moi-même à ronfler… et j’ai trouvé les filtres Alpine MotoSafe.

Et en ce temps-là, les MotoSafe, c’était ça :

Pour 22 à 25 euros (selon les revendeurs), on avait une grosse pochette de rangement avec une dragonne, trois embouts (dont un de rechange en cas de perte) et deux paires de filtres, une jaune et une verte, afin d’adapter le niveau d’atténuation acoustique à nos besoins. Et le petit tube applicateur qui aide bien pour insérer les embouts dans l’oreille et éviter d’y mettre nos doigts sales et gras.

Les filtres verts correspondent à une protection « moyenne » (en moyenne de 17 décibels), les jaunes à une protection plus forte (en moyenne de 18 dB), avec une atténuation toujours plus forte sur les fréquences élevées (les sons aigus).
Pour les détails, voir le tableau ci-dessous.

Et pour une présentation générale du produit, voir cette vidéo promotionnelle (avec textes en anglais).

Ces filtres MotoSafe « première version » n’ont pour moi qu’un seul défaut : comme ils sont assez petits (pour convenir au plus grand nombre, je suppose), je suis obligé de les enfoncer assez loin dans le conduit auditif pour qu’ils tiennent et y restent, ce qui peut occasionner quelques douleurs sur long trajet et ce qui fait aussi que celui de gauche (encore et toujours) se décroche facilement, se balade, n’oblitère plus l’entrée du conduit auditif et ne sert donc plus à grand-chose.

C’est pourquoi, au bout de quelques années (2009 je crois), je les avais remplacés par des Earpad Earsonics, plus gros, qui correspondaient mieux à mes oreilles de Dumbo…

Mais ça, c’était avant !

 * * *

Depuis 2011, je vis en Gironde et depuis 2012, je suis délégué bénévole du comité départemental de l’Association Prévention Routière.
L’essentiel des actions de l’APR est dirigée d’une part vers les jeunes, les scolaires, auprès de qui j’interviens pour tout ce qui concerne les deux-roues moteur, d’autre part vers les seniors… auprès de qui j’interviens nettement moins !
Les équipes qui interviennent auprès des personnes âgées comptent notamment des professionnels de la vision et de l’audition, qui viennent bénévolement mais présentent leurs produits et leurs offres commerciales destinées à améliorer la sécurité de conduite des personnes qui présentent des troubles de la vue et/ou de l’ouïe.

Parmi ces professionnels figure un audioprothésiste indépendant, qui commercialise notamment les produits Interson-Protac, entreprise française implantée dans le Gard et fabricant d’embouts auriculaires qui a lancé en 2014 un produit spécifique pour les motards, en combinant un embout en silicone médical moulé sur mesure et un filtre acoustique Alpine MotoSafe (les jaunes).
Visiblement, cela n’a pas été un grand succès commercial car ils n’en ont pas vraiment fait la publicité…

Du coup, cet audioprothésiste m’a proposé de réaliser une paire d’embouts sur mesure, avec une petite remise entre bénévoles.
Je les porte depuis le printemps 2014 en toute satisfaction et avec un grand confort. Ils ne me font absolument pas mal à l’oreille, même après des heures de route, et remplissent parfaitement leur office.
Plus d’acouphènes, plus de fatigue auditive, j’arrive bien plus frais et dispos, j’entends mon GPS et ma musique…
Le seul « défaut », leur prix, près de 150 euros la paire.

 * * *

Du coup, quand Alpine m’a contacté en juillet 2017 pour me proposer d’essayer la nouvelle version des filtres MotoSafe, j’ai tout de suite eu l’idée d’un test comparatif entre les différentes versions.
J’ai demandé à Alpine de m’envoyer non seulement les deux nouvelles versions, mais aussi un jeu de l’ancienne, et évidemment rajouté ma version sur mesure.

Quelles différences y a t-il entre ces versions ?

La principale nouveauté est qu’Alpine a décidé de séparer les deux versions de ses filtres.
En clair, vous avez maintenant un kit « Tour », avec des filtres noirs, et un kit « Race », avec des filtres rouges, pour encore plus d’atténuation.

La version Tour est présentée comme adéquate pour les balades sur route et autoroute.
La version Race est proposée pour l’autoroute, le circuit de vitesse et les casques « jet » ouverts, sans mentonnière.

Techniquement, les filtres Tour proposent une atténuation acoustique moyenne de 17 décibels, principalement centrée sur les fréquences aigües, avec une valeur d’atténuation qui culmine à 22,7 dB sur la fréquence des 2000 Hz.
De leur côté, les filtres Race proposent une atténuation acoustique moyenne de 20 décibels, avec un pic d’atténuation qui grimpe à 30,5 dB à la fréquence des 2000 Hz.

On pourrait dire que la version Tour correspond à peu près aux anciennes versions (verte et jaune), légèrement améliorées, alors que la version Race marque clairement une progression.

Tableau détaillé :

 

 

 * * *

Commercialement parlant, cela se traduit par deux produits différents, proposés dans un « packaging » identique : une petite pochette noire, sans dragonne, avec une paire d’embouts (plus de troisième embout gratuit), l’applicateur et… point barre !
En contrepartie, c’est moins cher que la version précédente : 15 euros.

La pochette plus petite se range plus facilement dans la poche. Tant mieux puisqu’il n’y a plus de dragonne pour la porter autour du cou.
Cela dit, Alpine a quand même laissé un anneau métallique, ce qui permet d’utiliser une autre dragonne ou de rattacher la pochette à un trousseau de clés.
Par contre, ça se perd plus facilement aussi.

Et si on est distrait et qu’on perd un embout… c’est mort, faut racheter un kit. Plus le droit à l’erreur.

Photos :

 

 

 

Il existe un troisième kit, dit « Pro », qui regroupe dans une seule pochette (plus grande) deux paires d’embouts avec les filtres rouges et noirs, ainsi qu’un applicateur et une petite bombe de produit nettoyant (quantité, 5 ml). Pas de dragonne comme avant.
L’ensemble est vendu 28 euros, donc plus cher que la version précédente.

Je comprends que la bombe de nettoyant doit sans doute coûter plus cher à fabriquer que la dragonne. Mais la dragonne, c’est pratique et ça se garde à vie du produit. Alors que la bombe de nettoyant, une fois vide… Surtout que ce matériel se nettoie très facilement avec de l’eau tiède savonneuse, pas besoin d’un produit spécial.

 * * *

Et en vrai, qu’est-ce que ça donne ?

J’ai réalisé cet essai sur la première quinzaine d’août 2017, en parcourant environ 1.500 km (dont 50% de voies rapides à 110 km/h et plus, 30% de grosses départementales à 90 km/h et 20% de petites routes à 60-80 km/h) au guidon de deux motos différentes et avec deux casques différents.

J’ai roulé d’une part avec une BMW R1200RT avec bulle haute, large et réglable, donc une moto très protectrice qui permet de rouler avec très peu de vent relatif, et d’autre part avec une BMW R1200GS Adventure avec bulle d’origine fixe, qui (vu ma taille) protège le torse mais pas la tête.

J’ai porté soit un casque modulable BMW System 6 EVO, bien insonorisé (que je porte évidemment fermé), soit un casque Arai Tour X4, très ventilé, bien plus bruyant, surtout avec toutes les aérations ouvertes quand il fait bien chaud.

Et j’ai au préalable effectué un test audiogramme chez un audioprothésiste, qui a confirmé mon excellente audition (faut bien que je compense ma myopie de taupe) : aucune perte significative d’ouïe à 40 ans bien passés.

J’ai alterné six configurations par tranche de deux à trois heures :
– sans protections auditives (pas plus d’une demi-heure),
– avec les filtres verts,
– avec les filtres jaunes,
– avec les filtres noirs,
– avec les filtres rouges,
– avec les filtres jaunes et embouts sur mesure.

Je ne dispose pas des appareils techniques de mesure qui me permettraient de quantifier précisément les différences entre les versions de filtres.
Cet essai s’est fait « à l’oreille », c’est le cas de le dire !

Très sincèrement, je n’ai ressenti aucune différence entre les filtres verts et jaunes.
Elle est plus marquée entre les noirs et les rouges.

Dans tous les cas, cela dépend vraiment de la façon dont les embouts sont posés.
S’ils n’obturent pas pleinement le conduit auditif, le filtre atténuateur ne sert presque à rien.
Cela signifie qu’il faut prendre le temps de bien les poser, utiliser l’applicateur en le faisant tourner pour bien enfoncer l’embout et le faire tenir dans le conduit.
J’ai parfois dû m’y reprendre à deux voire trois fois, surtout à gauche, avant de parvenir à bien poser ce fichu embout, sans le faire bouger en ressortant l’applicateur.

A noter que les lamelles coniques des embouts restent exactement de la même taille que dans la version précédente, soit 11 et 14 mm avant compression.

Ce qui fait retomber dans le même problème qu’avant : si on possède un conduit large, il faut y enfoncer l’embout assez loin, ce qui peut provoquer des douleurs internes au bout d’un moment (assez long tout de même, au moins une heure).
Mais si elles sont bien posées, ces protections peuvent rester en place pendant des heures sans faire mal (même une journée entière) et on s’y habitue vite.
Les manches des embouts ne touchent pas le casque.

Toutefois, j’ai vraiment ressenti la différence avec mes embouts sur mesure, qui se mettent tout de suite, très facilement, sans s’enfoncer, sans faire mal et qui obturent toute l’entrée du conduit auditif.
C’est tout aussi efficace et surtout bien plus pratique.
Mais bon, c’est pas le même prix !

Pas de donnée sur la longévité de ces matériels Alpine qui sont réalisés dans un matériau breveté, appelé ThermoShape, qui ne contient pas de silicone.
En théorie, tant que le matériau ne se dégrade pas à vue d’oeil (déchirure, cassure), le produit reste bon pour usage.

Pour en savoir plus sur les produits Alpine : https://www.alpinehearingprotection.com/

 * * *

Notice d’utilisation des MotoSafe :

  9 comments for “Essai des protections Alpine MotoSafe Tour et Race 2017

  1. Seb63
    11 septembre 2017 at 22:29

    Bonjour,
    Perso, j’utilise les Moto Safe vert (sur petites routes à plusieurs) ou jaune (sur autoroute), un bon produit. Par contre, j’ai rencontré quelques fois des difficultés pour les enlever, depuis j’ai mis dans la trousse une petite pince. Je confirme que la pose est essentielle, mais c’est efficace dans mes plus petites oreilles, même enfoncé modérément. Bien faire attention qu’un choc ne puisse pas blesser l’oreille si mal inséré (on prend le coup assez vite et c’est de toute façon trop inconfortable si mal positionné).
    Amitiés motardes,
    Seb63

  2. dipo
    28 août 2017 at 15:18

    Personnellement, j’utilise les Music Safe, les courbes d’atténuation étant identiques à celles des Moto Safe (anciennes versions) (Silver=Green; Gold=Yellow);

    La courbe d’atténuation des Tourers (Blacks) est plus basse que celle des Greens sauf à 2KHz ou l’atténuation est quasi la même.
    La courbe d’atténuation des Races (Reds) est égale ou supérieure à celle des Yellows sauf à 4KHz ou il y a quasiment 2dB de moins.

    Du coup, je vois peu l’intérêt du Tourer, je vais rester avec mes vieux bouchons. Quand aux Reds, j’ai peur que l’atténuation soit trop importante sur la route.

  3. Al
    21 août 2017 at 15:19

    Mince alors, je trouvais les jaunes parfaits vraiment une bonne insonorisation et la limite pour pouvoir toujours entendre l’environnement et ils n’existent plus…

    • Philippe Roche
      21 août 2017 at 19:23

      Bien sûr que si, ils existent encore. Alpine a simplement enrichi sa gamme de filtres en y ajoutant les noirs et les rouges.

  4. Alain
    18 août 2017 at 10:02

    Bonjour
    Article ou essai très « objectif » dans le sens ou en dehors de toute mesure c’est bien le ressenti final qui est retenu. Je trouve ici plus de raisons objectives et sensées qu’un étalage de chiffres abscons.

    MAIS, il y a un mais ! maintenant il faut maintenant aller au bout de la démarche, un petit résumé des systèmes de protection auditive.

    NOTA = j’ai utilisé des protection d’une marque inconnue (je ne m’en souvient plus) achetée à 35 euros avec la plupart des défauts cités pour les Alpine = Une seule taille, problème pour une oreille et plaisir de rouler avec.

    Je devais justement les renouveller, j’avais trouvé un fabriquant dans le domaine industriel mais oublié Alpine.

    Merci

  5. thierry marchand
    17 août 2017 at 19:37

    Alpine filtre jaune me donne entière satisfaction depuis 6 ans pour les bruits faible à moyens, sans aucune gêne ni douleur après une journée de moto
    (silencieuse : GoldWing F6b) ou nuit en campagne ou montagne : TRÈS résistants à l’usage avec un tout petit entretien de base régulier (propreté) = rien à voir avec les infects bouchons de mousse thermo-formables …! Peut-être + chers à l’achat, mais, après 6 ans … largement « amortis » ! Si j’en rachète, ce qui est probable prochainement, je prendrai le nouveau modèle « Race-Red » pour une protection idéale.

    Par contre, sur mon H-D RoadKing (avec échappement « stage1″…!) ainsi que mes nuits en milieu « urbain-bruyant » (Perpignan centre-ville !) … là je ne puis plus me passer de mes filtres sur « moulage silicone anatomique » par mon audio-prothésiste … Cher = 145€ (!) mais INCOMPARABLES (& inusables…!) : le rêve, au propre comme au figuré (boîtes de nuit, mobylettes à échappement libre, groupes d’avinés hurleurs/rigolards …) = FINI !!! le « calme/silence »… !
    Et cela, ça n’a PAS de prix … !
    Bonne route à tous & … prudence sur 2 roues,
    Thierry

  6. Paul
    17 août 2017 at 16:53

    Salut,

    j’ai un paire de ces embouts depuis quelques semaines mais j’ai du mal à bien les mettre également.
    Et s’ils ne sont pas bien enfilé j’ai l’impression d’avoir plus de bruit (vent en particulier) plus fort et plus dérangeant que sans ses bouchons.

  7. brisy
    17 août 2017 at 16:20

    salut , bonne idée de présenter les protections auriculaires 🙂 après plusieurs essais je reste sur un modèle alpine avec filtre jaune et moulage silicone anatomique des mes oreilles réalisé par un audio prothésiste… un peu plus de 100€ mais après c’est tranquille….
    amicalement
    Marco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *