Motards ou motocyclistes ?

Explications sur le métier de motocycliste des forces de l’ordre.

Cet article a été scindé en deux. Pour retrouver la partie sur les relations entre les motards et les forces de l’ordre, lire l’article « Comment se comporter avec les forces de l’ordre ?« 

Dans l’histoire de la circulation routière en France, les premiers motards connus des automobilistes ont été ceux de la police et de la gendarmerie. Encore aujourd’hui, sur la route, la plupart des gens les appellent « motards »: « ralentis, il y a un motard », « attention, un motard nous suit »…

Pourtant, leur équipement, leur manière de rouler, leurs missions, leur formation n’ont rien à voir avec ceux des motards civils. Eux-mêmes se désignent par le terme administratif de « motocycliste », qui désigne tout conducteur d’une motocyclette, mais est franchement tombé en désuétude dans le langage courant.

Un motocycliste reste avant tout un gendarme ou un policier ou un douanier qui a choisi la spécialité motocycliste.

Depuis 2014 (arrêté du 1er août 2014 modifiant l’arrêté du 30 mars 2012 fixant les conditions physiques et médicales d’aptitude exigées des personnels militaires de la gendarmerie nationale et des candidats à l’admission en gendarmerie), il n’existe plus de condition de taille.
Avant 2014, il fallait mesurer au moins 1,70 m pour prétendre devenir motocycliste.

Actuellement, les conditions physiques et médicales sont simples : présenter l’intégrité des mouvements du rachis ; aucune amputation, totale ou partielle, de doigt ; avoir une « très bonne paroi abdominale » ; absence de varices ou d’hémorroïdes ; vision du relief normale ou satisfaisante.

Je connais mieux les gendarmes motocyclistes que ceux des autres administrations, je vais donc plutôt parler des premiers, mais les règles s’appliquent aux autres administrations.

Il existe juste de légères différences dans leurs formations respectives car les écoles motocyclistes de la Police Nationale (à Sens) et des Douanes (à La Rochelle) ne disposent pas des mêmes infrastructures que le Centre national de formation à la sécurité routière (CNFSR, anciennement appelé Centre national de formation motocycliste, CNFM) de la gendarmerie nationale à Fontainebleau.

 * * *

L’école de gendarmerie motocycliste

Installé à Fontainebleau depuis 1967, le Centre national de formation à la sécurité routière est un des deux centres spécialisés de l’école de gendarmerie de Fontainebleau.

Les missions du CNFSR visent à :

  •  sélectionner, former et perfectionner les motocyclistes de la gendarmerie nationale ;
  •  former les officiers et sous-officiers de gendarmerie, ainsi que les commandants des unités spécialisées en sécurité routière ;
  •  développer une culture sécurité routière au profit de tous les personnels de la gendarmerie ;
  •  étudier et expérimenter les matériels et les techniques liés à la sécurité routière, à l’équipement du motocycliste, des motocyclettes ;
  •  participer à l’ensemble des études réalisées sur la sécurité routière, en interne et en externe ;
  •  renforcer le rayonnement européen et international du CNFSR.

Le centre propose 22 formations différentes, il reçoit entre 1.600 et 2.000 stagiaires par an, français et étrangers, répartis sur une centaine de stages de durée variable.

Mentionnons par exemple les stages spéciaux, d’une durée d’une à quatre semaines, qui forment les gendarmes des sections de recherche pour les filatures, les estafettes de la Garde Républicaine, le G.S.I.G.N. (Groupe de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) aux techniques motocyclistes, ainsi que tous les stagiaires étrangers.

 * * *

L’école des motocyclistes de la police nationale

Né en 2009 du regroupement de l’école moto de la préfecture de police de Paris (à Chevilly-Larue) et de l’unité pédagogique de l’école nationale de police de Sens (89, Yonne), le centre national de formation des motocyclistes de la Police Nationale (CNFM-PN), implanté au sein de l’école de Sens, a pour charge la formation initiale et continue de tous les motocyclistes de la Police nationale, y compris ceux :

  • de la préfecture de police de Paris,
  • de la direction centrale des compagnies républicaines de sécurité (CRS),
  • de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP).

Outre le recyclage des quelque 2.500 motocyclistes de la Police Nationale, le CNFM-PN assure également la formation des personnels des divers services spécialisés comme :

  • le service de la protection (SDLP),
  • la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI),
  • la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ),
  • l’unité de recherche – assistance – intervention – dissuasion (RAID)
  • ou d’autres services plus généralistes de la Police, qui sont amenés à utiliser des motos banalisées…

Une vingtaine de formateurs motocyclistes animent non seulement ces formations, mais également des démonstrations lors de manifestations publiques : salon de la moto, journée de sécurité intérieure, salon des métiers, forum européen des polices municipales, opérations de sécurité routière, etc.

Chaque année, le centre accueille plus d’un millier de stagiaires, sur une vingtaine de formations différentes dont la durée varie d’une semaine – pour obtenir l’attestation de conduite pour les 125 cc par exemple – à 14 semaines pour la formation des motocyclistes de la Police nationale.

* * *

Devenir gendarme motocycliste

Les 6.000 gendarmes motocyclistes sont rattachés à la gendarmerie départementale (par opposition à la gendarmerie mobile), spécialistes de la police de la route.

Ils ont d’abord réussi les épreuves de sélection pour devenir gendarme, puis ont intégré une École de Sous-Officiers de Gendarmerie (ESOG) pour un stage de dix mois.

En sortie d’ESOG, les jeunes gendarmes qui souhaitent devenir par la suite motocyclistes doivent, autant que possible, essayer de servir en gendarmerie départementale à leur sortie de stage.
Toutes les formations motocyclistes font en effet partie de la gendarmerie départementale, sauf l’escadron motocycliste de la garde républicaine.

Toutefois, la majorité des jeunes gendarmes sont appelés à servir d’abord en gendarmerie mobile lors de leur première affectation en sortie d’ESOG. Pour les candidats masculins qui veulent choisir la gendarmerie départementale, il faut donc travailler de façon à s’assurer une place en tête de classement.

Pour ceux qui commenceraient leur carrière en gendarmerie mobile, la bifurcation vers une carrière de motocycliste est toujours possible, avec un retard de trois ans sur leurs camarades servant d’emblée en gendarmerie départementale.

En cas de déficit en effectifs motocyclistes, il arrive que le recrutement des motocyclistes se fasse directement en ESOG. Les futurs motocyclistes effectuent alors le pré-stage pendant leur scolarité et en cas de réussite, leur première affectation sera prioritairement orientée vers une unité motorisée. Ce n’est qu’une fois en unité qu’ils seront envoyés au stage de formation complet.

* * *

Tous les gendarmes qui souhaitent devenir motocyclistes doivent poser leur candidature à un pré-stage motocycliste.

Il ne faut pas obligatoirement servir en gendarmerie départementale pour le pré-stage, il est ouvert aux gendarmes mobiles et aux gardes républicains remplissant les conditions.

  • Être gendarme de carrière.
  • Avoir moins de 40 ans au 31 décembre de l’année de la demande de pré-stage.
  • Être jugé physiquement apte après une batterie de tests effectuée par un médecin militaire juste avant la formation (yeux, ouïe, antécédents de fractures, opérations diverses, cardio, prise de sang, analyse d’urine, etc.).

Les gendarmes dont le dossier est retenu sont convoqués pour un pré-stage d’une semaine (dix sessions par an, durée de 35 à 40 heures sur piste et sur route), qui se déroule au CNFSR à Fontainebleau.
Le pré-stage est intense et exigeant physiquement. Dans les 11 ateliers, les instructeurs vérifient l’aptitude des candidats à la conduite de motos de la gendarmerie. Ceux qui réussissent les épreuves se voient décerner le brevet militaire de conduite et conservent pendant une période de deux ans le bénéfice de la réussite.

Les candidats ayant satisfait aux épreuves de sélection du pré-stage (de 60 à 75% des candidats) sont par la suite convoqués pour le stage de formation motocycliste, qui leur donnera la qualification souhaitée et leur ouvrira les portes d’une affectation en unité motocycliste.
Ce stage, d’une durée de 480 heures en 11 semaines, se déroule également au CNFSR.

De leur côté, les officiers de gendarmerie, affectés au commandement d’un ESDR et volontaires pour la spécialisation mototcycliste, sont formés au cours d’un stage de cinq semaines au CNFSR, qui a pour objet de leur permettre de maîtriser le pilotage d’une moto de grosse cylindrée, de mieux appréhender les problèmes spécifiques de la lutte contre l’insécurité routière, de concevoir des services sur la route et de promouvoir l’action de la gendarmerie nationale en la matière.
Ce stage comporte :
– des cours didactiques sur la sécurité routière (deux semaines) ;
– du pilotage pratique sur pistes et sur routes ainsi que des mises en situation (trois semaines).

Lors de ces stages, les gendarmes apprennent à parfaitement maîtriser leur engin (d’abord des Yamaha FZ6 et XJ6 sur la route et en plateau, puis des Yamaha 250 TTR en enduro et 600 TTRE sur les pistes techniques, enfin les Yamaha FJR 1300 et BMW R1150RT et R1200RT sur route) en toutes circonstances (vent, pluie, neige pour ceux qui ont la chance de suivre le stage en hiver) et sur tous les types de revêtement : route mouillée, terre, sable, terrain très accidenté et/ou en pente, escaliers, palette à chars, pavés, béton, etc.

Pour donner une idée de l’intensité de la formation, les stagiaires parcourent 6.000 à 7.000 km sur route en moins de trois mois et passent notamment 20 heures sur le seul exercice du freinage-évitement sur la piste de bitume à l’entrée du centre.
Mais l’essentiel de la formation a lieu sur le « polygone », les dix pistes techniques d’instruction qui s’étendent sur 10 hectares, et sur les pistes tout-terrain qui l’entourent sur 70 ha en forêt de Fontainebleau.

Le stage est difficile et les blessures ne sont pas rares…

* * *

Les stagiaires apprennent également à effectuer toutes les missions de police de la route et acquièrent une véritable culture de la sécurité routière.

Les gendarmes des brigades de gendarmerie départementale ayant sur leur circonscription des terrains difficiles d’accès et qui satisfont aux conditions peuvent en plus suivre un stage particulier enduro, appelé FTT (formation tout terrain), d’une durée de deux semaines.

Par ailleurs, un gendarme motocycliste devra revenir au CNFSR pour suivre un stage dit « de recyclage » de deux semaines s’il a échoué aux deux jours de tests réguliers (tous les quatre ou cinq ans) où il doit prouver qu’il conserve les aptitudes nécessaire pour satisfaire aux exigences de son service.

* * *

Tous ceux qui viennent à bout de leur formation et réussissent les épreuves de fin de stage sont assurés d’une mutation prochaine dans une unité motocycliste : brigade motorisée (BMO), peloton d’autoroute (PA) ou brigade motorisée autoroutière (BMA).

L’escadron départemental de sécurité routière (EDSR)

Il existe 97 EDSR en France, dont 93 en France métropolitaine.
L’EDSR est une unité qui regroupe l’ensemble des unités motocyclistes d’un département. 50 d’entre eux comptent en outre une (exceptionnellement plusieurs) brigade rapide d’intervention (BRI), équipée de voitures rapides.
L’officier de gendarmerie commandant l’EDSR est le conseiller sécurité routière du colonel qui commande l’ensemble des gendarmes du département. Il anime et coordonne sur tout le département la lutte contre l’insécurité routière en privilégiant les actions de prévention à l’intention du grand public et la répression des grands délits.
Chaque EDSR est composé d’un effectif de 20 à 200 militaires, dont 60% ont la compétence motocycliste.

La brigade motorisée

Une brigade motorisée est composée d’un effectif variable d’en moyenne une dizaine de motocyclistes.
Les brigades motorisées se situent en règle générale dans les villes de préfecture ou de sous-préfecture.
Les motocyclistes de ces BMO consacrent l’essentiel de leur temps à la lutte contre l’insécurité routière : surveillance et contrôle du trafic routier, intervention et régulation dans le cadre d’accidents de la route, coordination des transports.
Ils ont une mission primordiale de prévention par l’éducation et mènent des campagnes d’information à destination des écoliers (pistes routières) comme des professionnels de la route.
Enfin, ils assurent régulièrement des escortes d’autorités et de convois particuliers (convois sensibles, hors gabarit, certaines épreuves sportives, organes etc.).

Le peloton d’autoroute

Comme son nom l’indique, un peloton d’autoroute a pour vocation d’intervenir sur un tronçon d’autoroute pour y assurer la sécurité des usagers et veiller au respect du code de la route et des règles de circulation.
Les personnels des pelotons d’autoroute interviennent en moto et en voiture, mais n’ont pas vocation à intervenir (sauf cas exceptionnel) en dehors de leur secteur autoroutier.
Les PA font l’objet de protocoles d’accord entre la gendarmerie d’une part et les sociétés concessionnaires d’autoroutes d’autre part.

La brigade motorisée autoroutière

Une BMA est une brigade motorisée qui a en charge, en plus de son secteur territorial, une portion de voie express. Ces unités ont par conséquent une grande souplesse d’emploi et un travail souvent varié.

Les brigades rapides d’intervention

Les brigades rapides d’intervention (BRI) dépendent, comme les unités motocyclistes, de l’escadron départemental de sécurité routière (EDSR), mais ne se trouvent pas dans tous les départements.
Les BRI interviennent sur autoroute en renforcement du peloton d’autoroute au sein duquel ils servent (surveillance et contrôle du trafic routier), et réalisent les interceptions de véhicules commettant des délits de grande vitesse, tout spécialement ceux qui cherchent à se soustraire aux contrôles.
Pour faire partie des 150 gendarmes conducteurs au sein des BRI, il faut remplir les mêmes conditions que pour devenir motocycliste, et avoir servi au moins pendant trois ans dans une unité motocycliste ou tout autre unité de gendarmerie départementale.
Les candidats sélectionnés à l’issue d’épreuves spécifiques partent suivre une formation de quatre jours organisée sur le circuit du Mans (Sarthe) par l’Automobile Club de l’Ouest (ACO). L’enseignement pratique et théorique reçu lors de ce stage est entretenu par un stage de recyclage de deux jours tous les trois ans, organisé au Mans également.

L’escadron motocycliste de la Garde Républicaine

Cette unité particulière, composée d’une centaine de personnels, est basée à Dugny (Seine-Saint-Denis), au nord de Paris.
Pour l’intégrer, outre les critères déjà cités, il faut suivre des tests supplémentaires de trois jours à Dugny et posséder au préalable le permis A dans le civil.
L’escadron motocycliste de la Garde est rattaché administrativement au 1er régiment d’infanterie de la Garde Républicaine.

Ses missions les plus connues (car largement médiatisées) sont d’une part l’escorte du Président de la République et des souverains étrangers en visite officielle en France, d’autre part l’escorte du Tour de France chaque été.

Mais l’escadron motocycliste a également d’autres missions importantes comme les escortes de convois particuliers, l’escorte des transports de détenus particulièrement dangereux, le transport d’organes en région parisienne, ou encore l’acheminement de plis urgents entre l’Élysée et les ministères.

L’escadron compte trois pelotons, dont le deuxième constitue l’équipe d’acrobatie motocycliste de la garde.

* * *

Les perspectives de carrière

Sous réserve de conserver leur aptitude physique et de satisfaire aux exigences des stages de recyclage moto qu’ils doivent suivre tous les six ans, les gendarmes motocyclistes peuvent espérer faire le reste de leur carrière dans une unité motocycliste, jusqu’à la limite d’âge de 56 ans.

Les gendarmes qui désirent commencer une carrière de gradé doivent comme les autres gendarmes départementaux passer les épreuves de l’examen d’officier de police judiciaire (OPJ). Cela implique de suivre la préparation de 14 mois axée sur l’acquisition de connaissances sur la police judiciaire, le code pénal et le code de procédure pénale comme leurs camarades de brigade territoriale.
Même si dans les faits les gendarmes motocyclistes effectuent relativement peu de missions à caractère judiciaire, il est nécessaire d’être OPJ pour être candidat à l’avancement.

Aux grades de maréchal des logis-chef puis d’adjudant, les gradés motocyclistes sont adjoints au commandant de BMO, de PA ou de BMA, et à ce titre participent à l’élaboration du service de l’unité. Un adjudant-chef ou un major (par concours ou au choix) commande une unité motocycliste ou peut devenir adjoint d’un commandant d’EDSR.

* * *

Pour en savoir plus sur la formation et les missions des brigades motocyclistes des Douanes, formées à l’école de La Rochelle.

* * *

Voici une série de cinq vidéos réalisée en 2014 par la chaîne de télévision locale des Yvelines sur les missions des motocyclistes de la police nationale. L’essentiel reste d’actualité et permet de mieux connaître le quotidien des policiers à moto.

* * *

On continue avec le clip de présentation des motocyclistes GN, réalisé par le SIRPA Gendarmerie, entièrement tourné à Fontainebleau et dans ses environs.

Outre les décos « haute visibilité » des FJR et la tenue motocycliste en dotation depuis 2011, on visite tour à tour le château, le rond-pont de l’obélisque, le centre-ville, le polygone du CNFSR, les virages d’Episy, puis ceux d’Arbonne, un bout d’A6…
Au moins, ça n’a pas dû coûter cher en frais de déplacement !

* * *

Pour en savoir plus sur la formation des sous-officiers de gendarmerie en général :

 * * *

Pour en savoir plus sur les carrières de la gendarmerie nationale :

 * * *

  7 comments for “Motards ou motocyclistes ?

  1. Philippe Roche
    30 octobre 2016 at 13:01

    Dans l’émission « Immersion totale », on entend la journaliste déclarer : « Aujourd’hui, le dispositif mis en place vise à surveiller les comportements dangereux des automobilistes. Il s’agit notamment de traquer le non-respect des distances de sécurité, ou encore la circulation continue sur les voies de gauche et du milieu. »
    Elle était sérieuse, la journaliste ? Parce que là, c’est le comportement quotidien de la plupart des usagers de la route qu’elle vient de décrire. Et que ce genre de comportement n’est jamais sanctionné, à la différence des excès de vitesse, tellement plus faciles à contrôler, même quand ils ne représentent pas un danger.
    Le métier de gendarme motocycliste me paraît admirable s’il consiste à faire de la prévention, à remplir des missions d’aide à la population, tout en vivant sa passion pour la moto. C’est l’impression qui ressort des premières vidéos présentées dans cet article. Il me paraît exécrable, en revanche, s’il est demandé aux forces de l’ordre de faire de la répression, non pas dans l’intérêt de la sécurité routière, mais pour améliorer l’image des hommes politiques qui en sont responsables.
    Le témoignage de Denys, qui date de presque 10 ans, est très instructif à cet égard : « bon allez-y, faites attention, il y en a tout le long de l’autoroute, c’est une journée où il y la télé, il y a le préfet, faites gaffe ». Des témoignages de ce genre, j’en ai déjà entendu à plusieurs reprises.
    Autrement dit, les forces de l’ordre, et donc les motocyclistes, sont coincées entre leur conception de leur métier et les contraintes politiques.

  2. Hamonic Didier
    12 mars 2016 at 00:06

    Bonjour et merci pour ce beau et bon reportage. Promotion septembre à décembre 1976. À cet époque le matériel n’était par aussi performant et parfois au polygone c’était galère pour égayer les bécanes ensablées ou simplement les faire démarrer au kick par debbouton électrique. De plus nos tenues sortaient du placard à souvenir. Cela n’enlevait rien à la qualité de la formation et je suis fier d’avoir obtenu la qualification requise pour aller à cette époque en BRGM à Montpellier.
    À ce jour retraite j’envoie les les collègues qui roulent sur de la Belle mécanique aussi bien en formation qu’en unité. Encore merci pour ce reportage que je vais conseiller à mes Amis. Au plaisir de te lire. Amis motocyclistes soyez prudents. Je roule en diversion, du 600″ et Honda 500 XL. Je me sens libre quand je roule.

  3. DENOLLE
    13 juin 2010 at 19:25

    Bsr,

    Je cite : Les candidats qui n’auraient jamais fait de moto à titre personnel auparavant n’ont quasiment aucune chance de passer les tests.

    Pas d’accord, beaucoup n’ont jamais touché une moto et sont sortis « apte  »

    le problème vient qu’avec des années de « pratique civile », les erreurs sont bien encrées et s’en séparer en 1 semaine n’est pas spécialement simple. Quand tu arrives « neuf » tu ne peux qu’appliquer ce que l’on te montre.

    Merci

    Jean-Charles

  4. piston-qui-chante
    8 septembre 2009 at 21:51

    Ouais c’est ça on va s’acheter des goldwings et des Rt pour faire plaisir aux cruchots…

  5. FredNaud
    13 mars 2009 at 09:13

    Très bon article, plus gendarme que police mais bon, je ne t’en veux pas. Le respect entre contrevenant et forces de l’ordre, il faut l’entretenir, on dit bien : « faute avouée, moitié pardonnée ». Soyez tous prudents sur la route…
    A+ en Vendée…:)

    – – –

    Réponse

    Salut,
    Je précise bien au début de l’article que je connais mieux la gendarmerie motocycliste et que je parle surtout d’elle.
    Mais dans les grandes lignes, c’est pareil pour la police et les douanes.

  6. Mike
    15 mars 2008 at 21:20

    Bonjour.
    J’ai lu votre article et je le trouve bien fait et riche en vérité.
    C’est très bien expliqué et il ne manque rien.
    Je suis gendarme et reviens du pré-stage avec l’honneur et l’avantage de partir prochainement en formation de trois mois.
    Bravo pour cet article que je trouve de bon conseil.

    – – –

    Merci à toi et félicitations pour ta réussite au pré-stage !

  7. sebastien
    2 février 2008 at 19:02

    Bonsoir,

    – J’ai consulté ton blog et il comporte juste une petite erreur. L’obtention du CAT n’est pas nécessaire pour devenir motocycliste.Je suis éléve gendarme et je rentre tout juste du pré-stage que j’ai obtenu. Une place en unité motorisée m’est réservé en sortie d’école (20 mars 2008) en attente de la date de stage.

    Réponse

    Merci de cette précision. Je rectifie en conséquence. Bravo pour la réussite du pré-stage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.