Un corps mal isolé se refroidit rapidement en l’absence de source de chaleur externe. Si votre moto n’est pas équipée de poignées ou de selle chauffantes, il existe plusieurs solutions pour créer cette source de chaleur bienfaitrice.

Première publication en novembre 2008.
Dernière mise à jour en avril 2020.

Pour des conseils d’équipement hivernal pour la moto, lire « Equiper sa moto pour l’hiver« .
Pour des conseils de conduite en hiver, lire « Rouler en deux-roues en hiver« .

Introduction

Quand le thermomètre descend sous les 5 degrés ambiants, vous finirez forcément par avoir froid à moto…
Au-delà de 30 à 45 minutes de route à plus de 70 km/h, même avec un bon équipement coupe-vent, isolant, même avec trois couches techniques efficaces, vous allez commencer à avoir froid, obligé !
Pour en savoir plus, lire S’équiper pour l’hiver.

Le froid s’installe d’abord aux extrémités, mains et pieds, puis aux genoux.
Progressivement, avec le refroidissement du sang, il s’étend dans tout le corps.

Afin de préserver les fonctions vitales, le cerveau commande alors la vaso-constriction : les vaisseaux sanguins se resserrent, les veinules, puis les veines sont moins irriguées en sang, les membres inférieurs et supérieurs se refroidissent d’autant plus…
Pour en savoir plus, lire Les troubles de santé liés au froid.

Le seul moyen d’échapper au refroidissement consiste à trouver une source de chaleur externe.

Pour cela, on peut s’arrêter à l’abri, de préférence au chaud, pour boire chaud, manger chaud, mettre les mains sur le moteur, taper des pieds pour réactiver la circulation sanguine, se coller contre un radiateur…

Mais s’il faut continuer, qu’on ne trouve pas où s’arrêter, qu’on n’a pas le temps… il faut se maintenir au chaud grâce à notre équipement, avec des équipements / vêtements / accessoires chauffants.

Pour les accessoires chauffants (poignée et selle) à monter sur votre moto, lire Équiper sa moto pour l’hiver.

Attention, il faut bien comprendre que le but de ces équipements chauffants est de vous maintenir au chaud, pas de vous réchauffer !

J’explique la nuance : si vous avez déjà froid, si vous êtes déjà en hypothermie (légère), la plupart d’entre eux ne seront pas capables de chauffer assez fort pour vous réchauffer.
Ou alors, cela nécessitera de les pousser à fond, ce qui va diminuer leur autonomie et vous brûler la peau.

Il faut les porter sous des vêtements bien isolants et les brancher dès le départ pour maintenir la chaleur épidermique à 37 degrés.

Un bon vêtement chauffant doit maintenir une impression de tiédeur constante, pas de forte chaleur.

En effet, s’il chauffe trop fort (plus de 37 degrés), il va faire transpirer la peau. La sueur va ensuite se refroidir et refroidir votre peau, c’est le fonctionnement même de la thermorégulation du corps.
Et du coup, vous aurez froid, sauf à chauffer jusqu’à faire évaporer la sueur… difficile sous une veste isolante, n’est-il pas ?

Conseils généraux

Les équipements moto chauffants apportent un confort garanti y compris par temps de gel, mais présentent tout de même quelques contraintes.

D’abord le prix, bien sûr !
Comme tous les équipements motards, ils coûtent assez cher, d’une part par la technologie demandée (qui doit prendre peu de place et peser le moins possible), d’autre part par les faibles volumes de vente : on ne va pas se mentir, la conduite par grand froid concerne très peu de motards.

Ensuite, une débauche de fils, de câblages et de branchements qui mettent parfois la patience à rude épreuve, surtout si on doit s’arrêter souvent et que l’on a choisi de les raccorder sur le faisceau de la moto.

Egalement une certaine fragilité des raccords électriques et des soudures qui oblige à les manipuler avec plus de précautions que des vêtements classiques.

Enfin, une ergonomie parfois perfectible, notamment au niveau des interrupteurs et des thermostats (quand il y en a).

Rien n’est parfait !

Si on choisit des équipements autonomes, auto-alimentés par une batterie, celle-ci prend de la place, pèse son poids et ne dure jamais assez longtemps.

Certains préfèrent alors connecter leurs vêtements chauffants sur une prise de bord.
Mais du coup, des fils traînent, il faut penser à les débrancher quand on descend de la moto, à les remettre avant de repartir…
Facile quand il n’y a qu’un gilet, plus contraignant pour des gants ou des semelles.

Même s’ils coûtent plus cher, préférez les vêtements avec thermostat ou régulateur, avec au moins deux ou trois positions.
Les équipements qui ne fonctionnent qu’en mode « on/off » ont tendance à chauffer très fort, ce qui limite leur plage d’utilisation.
Une position intermédiaire permet de les utiliser en mi-saison froide.

Dernier élément à prendre en compte si vous multipliez les éléments chauffants branchés sur la moto : veillez à ce que l’alternateur de votre machine fournisse suffisamment de watts pour couvrir l’ensemble des besoins (phares, feu stop, clignotants, injection électronique, pompe à essence, centrale ABS, assistance au freinage, poignées chauffantes, GPS…)
Un gilet chauffant peut consommer jusque 100 watts à puissance maximale.

Dans tous les cas, un vêtement chauffant doit être porté au plus près du corps, à même la peau ou avec juste un linge fin, afin de réchauffer la plus grande surface de peau possible.

La ou les couche(s) isolante()s doi(ven)t évidemment être portée(s) par dessus – et surtout pas en dessous !

Dans l’idéal, un vêtement chauffant est porté très ajusté, mais sous un autre vêtement un peu ample, de façon à conserver une couche d’air entre les deux.
Cet air chaud constitue le meilleur isolant qui soit et la meilleure façon de rester au chaud.

 * * *

Précision importante

Au cas où certains se poseraient la question, cet article n’est pas sponsorisé.
Je ne fais la promotion de personne.

Et comme dans de nombreux articles sur ce site, je ne donne pas de références, de recommandations sur tel ou tel modèle.
D’abord parce que je n’ai pas pu tester l’ensemble des références disponibles dans chacun des segments de marché, ensuite parce que ces références changent, les dénominations et les tarifs évoluent chaque année.
Il m’est évidemment impossible de suivre chacune de ces évolutions.

Donc pas de recommandation sur tel ou tel matériel !
Et il est inutile de m’envoyer un message pour demander si tel matos est bon ou pas. A moins qu’un heureux hasard fasse que ce soit quelque chose que j’ai pu utiliser, il y a 99% de probabilité que je n’ai pas pu essayer cet équipement et que je ne puisse pas vous donner d’avis éclairé à son sujet.

Mon but dans cet article est de vous informer pour vous dire ce qui existe et de vous donner quelques éléments de choix.
Mais je ne peux pas choisir à votre place.

 * * *

Les chaufferettes

Il existe trois types de chaufferettes :

  • chimique à usage unique,
  • chimique réutilisable,
  • électronique.

Chaufferette à usage unique

Elle utilise une matière appelée « calorite » (c’est une marque commerciale, pas le nom scientifique) qui s’oxyde au contact de l’air en dégageant de la chaleur.
Le principe est simple : on enlève la chaufferette de son sachet, on la secoue pour faire entrer l’air et ça chauffe ! Plus qu’à la mettre dans le gant ou la botte. La chaleur diffusée dure plusieurs heures.

Précision : les composants de la poudre sont  biodégradables et sans danger pour l’environnement (poudre de fer, eau, poudre de bois, charbon actif et sels).

Chaufferette réutilisable

Elle obéit à un autre principe chimique. De l’eau, contenue dans un petit sac, est saturée d’acétate de sodium en solution instable. Il suffit de plier une petite plaque en métal en suspension dans cette solution pour déstabiliser le produit et le faire cristalliser. Il se solidifie en dégageant de la chaleur pendant quelques dizaines de minutes.
En cas de long trajet, il ne faut donc pas hésiter à en emporter plusieurs.

Ces chaufferettes sont économiques (moins de trois euros pièce) et réutilisables (une centaine de fois), il suffit de les mettre à tremper dans de l’eau bouillante jusqu’à ce que la solution redevienne liquide.

Chaufferette électronique

Pas de réaction chimique, il s’agit d’une résistance combinée à une batterie, laquelle se recharge sur secteur ou sur USB.
Elle est souvent enfilée dans une sorte de « chaussette » en laine afin de ne pas être en contact direct avec la peau.
Les performances de chauffe et d’autonomie varient selon la puissance de la batterie.

Inconvénients

Quel que soit leur type, ces chaufferettes ne peuvent pas se mettre partout : elles prennent de la place, ne peuvent pas toujours se glisser dans les gants ou les bottes.
De plus, leur chaleur ne dure pas plus d’une demi-heure.

Pour ma part, j’en ai deux réutilisables et une électronique.
Je ne les utilise pas sur la moto, mais seulement pour me réchauffer les mains à l’arrêt quand il n’y a pas moyen de faire autrement (rare).

Cela peut être pratique aussi pour un passager : il peut prendre une chaufferette entre ses mains pour se réchauffer les doigts, puisqu’il ne dispose pas de poignées chauffantes.

Cela suppose évidemment que le passager n’ait pas besoin de se tenir avec les mains, qu’il soit assez expérimenté et que votre conduite soit assez souple pour qu’il puisse se maintenir juste en serrant les genoux.

* * *

Les semelles et chaussettes

Venues de la motoneige, sur batterie ou raccordées à une prise de bord de la moto, les semelles chauffantes permettent de garder les pieds au chaud dans les bottes.
Très peu utilisées car inconfortables du fait de leur épaisseur.

Pour ceux qui roulent régulièrement par grand froid, les chaussettes chauffantes sont (un peu) plus utilisées que les semelles.

Il faut qu’elles soient hautes, bien montantes :

  • d’une part pour chauffer la plus grande surface de peau possible,
  • d’autre part pour que la batterie de la chaussette arrive juste au-dessus du bord de la tige de la botte et qu’elle s’appuie dessus.

Sinon, le poids de la batterie tire progressivement la chaussette vers le bas, ce qui la fait « tire-bouchonner » dans la botte et s’avère contre-productif.
Il faut donc impérativement essayer ces chaussettes chauffantes avec votre paire de bottes moto d’hiver et que les deux équipements soient parfaitement complémentaires l’un de l’autre.

Si vous changez de modèle de bottes ou de chaussettes, il y a risque d’incompatibilité et votre investissement devient inutile.

Les sous-gants

La fausse bonne idée…

Le sous-gant chauffant cumule pas mal d’inconvénients, principalement à cause de son épaisseur qui vient gêner pour la sensibilité des commandes et surtout (comme tout sous-gant dans un gant à taille normale) comprimer les doigts, diminuer la circulation sanguine et donc pénaliser le réchauffement.

Du coup, un sous-gant chauffant (déjà cher) suppose d’acheter une autre paire de gants plus grands que d’habitude, ce qui augmente encore l’investissement, alors que pour le même prix, le motard peut avoir des poignées chauffantes ou des gants chauffants.
Donc très peu répandu.

Le gilet ou la sous-veste

A mes yeux, l’équipement chauffant le plus utile : si vous devez régulièrement affronter des températures glaciaires sur de longs trajets, investissez dans un gilet chauffant de moto (ou de plongée sous-marine, souvent moins cher).

Il vous gardera le torse au chaud, le sang sera chauffé au niveau du cœur, il ira irriguer et réchauffer l’ensemble de votre organisme.

Il peut être autonome (sur batterie) ou alimenté par la moto.
Dans les deux cas, cela ne pose pas de souci :

  • le vêtement est assez grand pour y placer une batterie, voire deux, sans que ça gêne ;
  • la présence et le passage des câbles ne gênent pas dans la mesure où le tronc reste une partie du corps très peu mobile en conduite moto assise.

Dans la plupart des équipements de ce type, les plaques chauffantes se situent sur la poitrine (de part et d’autre du zip de fermeture) et dans le dos (sur les omoplates et/ou sur les reins).

Encore une fois, cet équipement doit être porté au plus près du corps pour être efficace.
Le choix de la taille est fondamental, il faut vraiment pouvoir l’essayer avant achat ou pouvoir le renvoyer gratuitement jusqu’à trouver la bonne taille.

Gilet ou sous-veste ?

Pour vous chauffer le torse, un gilet chauffant (sans manche) est suffisant.

Une sous-veste chauffante (avec manches) ne vous chauffera pas mieux : les manches ne contiennent pas de zones chauffantes.
Par contre, elles accueillent souvent des câbles (avec sortie au niveau des poignets) pour alimenter des gants chauffants non autonomes.

Conclusion : si vous voulez des gants chauffants alimentés par la moto sans avoir des câbles de partout qui vous emm…, la sous-veste est une bonne idée.
Dans tous les autres cas, prenez un gilet.

 * * *

Les gants chauffants

La catégorie d’équipements chauffants la plus connue et celle qui a le plus progressé ces dernières années.

Autant les gants chauffants avec câbles n’intéressent plus que quelques motards « roule-toujours » qui roulent des journées entières dans le froid, autant les gants chauffants autonomes (avec accumulateurs) se sont démocratisés, jusqu’aux motards en roadster et même aux conducteurs de scooters.

Il est d’ailleurs amusant de constater chaque hiver la même chose : les motards roulent le plus longtemps possible avec leurs gants habituels et  dès qu’il se met à faire vraiment froid (ce qui arrive à des dates variables et parfois pas du tout), ils se ruent tous dans les magasins d’équipement qui se retrouvent alors en rupture de stock.
La période de froid dure quelques jours ou quelques semaines, les nouveaux stocks arrivent, mais trop tard.
Et du coup, les magasins déstockent et font des promos : c’est là qu’il faut acheter, en vue de l’année suivante !

Avec l’amélioration constante des batteries, les gants chauffants autonomes parviennent aujourd’hui à proposer une autonomie de plusieurs heures (rarement plus de deux ou trois, faut pas rêver non plus) avec une forte puissance et pour un rapport poids / volume raisonnable, en tout cas correct pour être embarqué dans une manchette de gant sans pénaliser la conduite.

Le rapport qualité / prix est devenu assez intéressant pour inciter beaucoup de motards à adopter les gants chauffants autonomes à la place des poignées chauffantes :

  • tarif équivalent, voire moins cher,
  • pas d’installation à faire sur la moto,
  • pas de coût de main d’oeuvre,
  • conservation des poignées d’origine, plus fines,
  • réutilisables sur la moto suivante.

Pour le reste : réglages par smartphone, précision du thermostat, nombre de niveaux de chauffage possibles, détection de la chaleur corporelle, cuir ou textile, coques de protection… c’est à chacun de voir selon ses préférences et son budget !

 * * *

Les marques

Sic transit gloria mundi…
Les deux grandes marques pionnières des équipements, l’américain Gerbing et l’italien Klan, sont aujourd’hui en déclin.

De nouveaux acteurs, plus dynamiques, plus innovants, ont conquis de larges parts du marché, comme Keis ou Alpenheat.

Certaines marques « généralistes » (non spécialistes des équipements chauffants) proposent des produits sur ce créneau, notamment des Français comme Ixon, ESquad, Furygan, Five, Overlap, VQuattro ou Racer.

23 thoughts on “Les équipements chauffants”
  1. Salut les roule toujours

    J’ai acheté des gants gerbings XR12 il y à 2 ans chez http://www.univers-passion.com/37-vetements-chauffants et j’en suis vraiment satisfait, je roule toute l’année et je suis devenu avec l’âge très frileux des mains et oui je sais c’est pas beau de vieillir !
    Pour une autonomie illimitée j’ai choisi le raccordement en direct sur la batterie le branchement est assez simple j’ai fait passer le fil qui relie les gants entre eux dans la doublure de mon blouson comme ça je n’ai plus qu’à brancher mes gants au blouson et mon blouson au cordon à spirale relié à la batterie pour plus de confort avec le kit que j’ai acheté (toujours sur le même site) , de plus avec le régulateur livré avec les gants je peux faire varier la puissance de chauffe de 25 à 100 % c’est le top.
    J’ai testé sur de longs trajets autoroutier quel confort de ne plus sentir le froid sur ses mains mais une douce chaleur et en mi-saison j’utilise aussi ces gants mais sans les brancher ils sont performants et confortables.

  2. Bon, moi aussi je vais faire de la pub… vu que j’ai aussi acheté mes gants chez Michel, à MotoHouse, à Jesus Eik. 😉 Même si nous sommes 3 ans plus tard, et que le marché a un peu dû évoluer.

    J’ai vite froid aux mains, je roule en moto par tous les temps, et j’en ai beaucoup souffert. Je me suis renseigné… mais les manchons ne me tentaient pas, et les poignées chauffantes ne semblaient pas parfaites.
    Je me suis alors tourné vers les gants chauffants. Il y a moyen d’en trouvé pas cher sur internet (de 60 à.. 10 eur!), mais ils sont souvent à pile, et forcément de moins bonne facture. J’avais peur de me retrouver avec des gants qui ne chauffent pas, qui ne tiennent pas longtemps, qui s’usent vite… bref une perte d’argent.

    Je me suis alors tourné vers de « vrais » gants moto. Ceux à brancher sur la batterie de la moto semblaient bon, mais j’avais peur de tous ces branchement peu pratiques. Quant aux gants avec leur propre batterie, souvent c’est du 7V moins chaud, et ça peut être « dramatique » si la batterie vous lache. 🙂
    Quant aux sous-gants qui me tentaient au début, j’ai le branchement à la batterie de la moto, ou le placement des batteries amovicles me semblent souvent ennuyeux.

    Bref, j’ai craqué, j’ai acheté le top, à un prix déraisonnable: les gerbing hybrid 12v. (Je voulais la version GRX avec coque et de meilleures protections pour motards… mais il parait que ces gants ne sont pas importés en Belgique, à confirmer. Au moins, il passe un rien plus inappercu lorsque je les mets pour me promener.)
    De prime abord, je suis très satisfait: je ne gèle plus, et c’est le principal. Et j’ai bien eu l’occasion de tester, ces derniers jours il fait toujours entre -10 et 0 degré!!!

    Sur petites batteries, ça permet de ne pas m’ennuyer avec le cablage, et c’est très appréciable. Il y a 3 puissances accessibles… la plus forte fait toujours l’affaire, mais la deuxième est correcte pour économiser la batterie, ça permet de tenir le coup. Il y a aussi un testeur de charge sur la batterie avec 3 états, le luxe. 😉 (Même si je ne sais pas trop ce que ça vaut, c’est toujours ça de pris.) Comme je m’y attendais avec du 12V, ça se vide vite, même si je préfèrais ça à du 7V moins chaud.) Faut pas espérer tenir plus d’une heure avec le mode fort, et encore les batteries sont neuves. Ca me fait un peu peur d’ailleurs… à ce rythme, il suffit que j’allonge les trajets, ou que j’aille promerner le chien en les mettant (par -5 degré ça aide!) pour que je les charge chaque nuit. Ce n’est pas compliqué à faire, la prise est pratique, et les gants se brancent en 2 secondes (je préfère ça que de brancher les gants en montant sur la moto). Par contre, à ce rythm, je me demande quelle sera leur durée de vie, c’est quand même 50 euros par batteries! Enfin bon, ce n’est pas l’hyver tous les jours…
    Pour l’effet, ça me permet de faire tranquillement des trajets, alors qu’avant j’aurais souffert le martyrs! (Mais j’avoue que je n’ai pas de très bon gants d’hiver, je me les suis fait voler… ça n’empêche…) Ce n’est pas pafait, notamment parce que:
    1) Seul le haut des mains chauffe. Je comprends qu’ils ne mettent pas de fils du côté de la peaume… mais ça fait froid, surtout lrosqu’on laisse la moto dehors! Laisser les mains sur les poignées et le guidon n’est pas agréable. Pour ma prochaine moto, je crois que je mettrai en plus des manchons chauffants pour le grand luxe. 🙂
    2) Le pouce semble un peu délaissé. Mais ça va encore…
    3) Le bout des doigts ne chauffe pas. Malheureusement, j’ai une taille juste un peu juste pour moi. Il n’y avait pas la taille au-dessus, donc je n’ai pas pu comparer. Peut-être qu’avec plus d’espace dans le gants la chaleur serait meilleure? Qu’avec des doigts de gants un peu trop long, le bout des doigts de main serait chauffé? Je me le demande.
    La batterie est grosse, mais elle est encore assez bien intégrée et accessible sur le haut des poignets, pas vraiment de critique à cet égard. (Plus petit et plus léger c’est mieux évidemment, mais je savais à quoi je m’engageais.)

    Et pourquoi des hybrid alors? Parce que je trouvais ça important de pouvoir aussi faire de longs trajets, ou de ne pas perdre mes mains si un jour j’arivais à vider mes batteries de manières impromptues. (Ou que cette dernière s’avère vraiment très mauvaises.)
    Là aussi, rien à dire: ça chauffe plus fort sur la batterie de la moto, ça tient chaud, et il y a moyen de régler sur 3 puissances différentes. (On dirait que c’est nouveau le thermostat inclu, d’après les anciens tests.)
    Je n’ai pas eu grand mal à l’installer sur la moto, même si ma batterie était un peu trop planquée à mon gout. 🙂
    Par contre, pour l’installer sur moi, c’est une autre histoire… c’est pour ça que je tombe sur cet article d’ailleurs, en cherchant de bonnes astuces sur le net. (Peut-être que ce post est totalement dépassé…) Si on n’a pas de veste avec pré-cablage électrique, ça me semble galère, je n’ai pas envie de glisser ça moi-même. Bref, lorsque j’en ai besoin, je sors le cable de mon coffre (ça m’ennuie de le faire à chaque fois, mais je n’ai pas envie qu’on me les vole, mes les abime, ou qu’on vide ma batterie…), je branche aux gants, et ça pend un peu. Ca fait l’affaire pour l’instant, mais je dois trouver comment optimiser ça!

    Bref, vous l’aurez compris, j’utilise les gants sur batteries en règle générale, même si sur fil ça fonctionne mieux et que ça me semble indispensable pour les longs trajets.
    Le système n’est pas parfait à mes yeux, le prix était énorme, mais je l’assume, j’en avais trop besoin. (Faut pas que je les perde surtout…) J’arrive tous les matin au boulot sans souffrir, et là je vais rouler 25 minutes sur autoroute avec -5 degrés dehors sans stress, ce que je n’aurais jamais pu raisonnablement faire auparavant. Bref, un utilisateur heureux. Mais pour le prux, encore heureux. 🙂
    A noter que je n’ai pas essayé toutes les autres techniques pour lutter contre le frois, et je serais curieux de comparer aux autres! Ici, il n’y a qu’un seul son de cloche… (Mais après les gants-chauffants, je me vois mal me contenter de sous-gants en soie, ou de protège-mains…)

    * * *

    Réponse

    Merci de ce long témoignage.

    Pour le passage des fils d’alimentation, faute de sous-veste avec câblage intégré, le plus simple est de garder le long fil en Y chez vous et de le faire passer dans les manches de votre veste moto, en tenant les extrémités dans chaque main avant d’enfiler la veste. Cela évite que ça pendouille. L’alimentation principale sort par en bas, pour la brancher sur la prise qui sort sous la selle.

    Les autres moyens de lutter contre le froid à moto sont évoqués dans d’autres articles : « S’équiper pour l’hiver » et « Rouler en deux-roues en hiver« .

  3. Bonjour a tous je pense que le temps de la chaufferette est passé maintenant vous avez des gants blousons semelles chauffante a base Infrarouge lointain qui permet l’amélioration de la circulation sanguine et donc améliore la motricités des muscles et des articulations allez voir le cite IRL France c’est l’avenir a moindre coût.

  4. je lis vos commentaires avec un grand intérêt puisque je suis atteint de la maladie de raynaud ( pour les non initiés ce sont les bouts des doigts et des pieds qui ne sont plus irrigués par le sang quand le corp à froid , pour simplifier l’explication ) qui me bouffe la vie tous les jours en hiver et certaines fois dans les autres saisons . effectivement comme le dit zag il faut bien que quelqu’un s’y colle pour informer les autres . j’ai lu avec attention les nombreux commentaires et je pense m’être fait une idée plus précise de la chose . je pratique le VTT , la moto et surtout le jet ski toute l’année , et c’est ce dernier sport qui m’apporte le plus de sensations . je suis au bord de l’atlantique et je fais du jet une à deux fois par semaine avec des pots , et c’est un grand malheur que d’avoir dans une eau à 9/10 degrés les mains gelées en permanence . même de remettre le jet sur la remorque demande un effort énorme car nous ne sentons plus les mains et nous pouvons nous blesser gravement en nous tapant les mains sur la ferraille . je recherche un produit performant , fiable et même s’il est onéreux , quand on souffre on est prêt à tout . donc je vous fait confiance à tous et de grace pensez à ceux qui vous lise et qui vous croient sur parole !! merci encore …….

  5. J ai reçament fait l acquisition de cette paire de gant,(la version 4) au premier a bort belle objet bien conçu ,mais quelle déception une fois installer au guidon les tiges métal chauffant sont très rigide et me fond perdre beaucoup de temp en freinage d urgence ce n ai pas grand chose mais c est un peu galère malgré la taille qui me va je suis au fond de la doublure il reste encore le bout du gant qui heurte le levier frein et embrayge et ces quelques millième de seconde me rende moins reactif en circulation. Pour la chaleur au dessus de la main c’est très agréable ,j ai en plus les poignées chauffantes très plaisant l ensemble sur autoroute.
    Bilan général bon produit mais trop rigide pour bien « sentir » les commandes et parfois dangereux en usage rapide du frein

  6. Je suis vttiste et m interesse aux semelles et gants chauffants. il faut aller voirr du coté des clubs québécois qui eux sortent faire du quad et -5°C est une temperature quasi tropicale!!! Il font des adaptations avec des éléments chauffants de poignées (quadiroquois dans google)

  7. Vivement le test sur les gants chauffants de janvier 2010 ! Là au-moins nous aurons du factuel et un guide de choix objectif. Et à partir de ce guide, je ferai mon choix.
    Zag, si Gerbing sort en tête, j’espère que tu me feras un tarif ! Lol

  8. bonjour..
    ah voila coimment on est récompennser de vouloir aider…
    comme cité plus haut, j’ai tellement cherhcé d’article sur ce sujet que du coup j’en ai fait un pour les autres… maintenant si Môssieur bouboule a besoin de preuves, je peux fournir au choix, les factures des différents modèles, ma correspondance avec les différents intervenants, il peut aussi aller directement chez motohouse à jesus eik et demander au vendeur comment il m’a convaincu… ou alors, comme tout le monde, si le post n’est pas à son gout, qu’il aille voir ailleurs plutot que d’essayer d’étaler sa science du marketing direct… que cet article reste une siource d’informtzion pour ceux qui cherhcenbt une siolution et non un post ping pong de mots d’humeur!

  9. Ca sent la publicité à plein de nez pour Gerbing ce post de Zag.
    Je me suis toujours demandé pourquoi les gens se fatiguait a donner autant de détails hyper positif pour un produit qu’ils ont acheté hormis d’y avoir un intérêt financier!
    La construction du post de ZAG est une belle leçon de marketing direct.
    1. J’envoie un premier message en ciblant le leader du marché. Je pose de question sur le produit.
    2. Comme personne ne me répond, je test le produit moi-même et j’en profite pour informer les personnes intéressées. Surtout si le produit est mauvais.
    3. Je passe en revue les autres marques (Klan, Snowlife…)sous d’autre pseudo mais en passant très vite parce qu’elles n’ont aucun intérêt.
    4. J’achète enfin le produit miracle pour lequel je donne toutes les caractéristiques + options.
    5. D’autres pseudo (que je créé) vont ensuite se rajouter pour confirmer.
    6. Dommage que l’administrateur pourtant si objectif dans tous ses posts accepte de publier ce type de message…

    – – –

    Réponse

    Je laisse, mais j’admets qu’on peut se poser la question, sans autre preuve que des présomptions.
    Elle est posée et chacun pourra ainsi juger par soi-même.
    De plus, je prépare un comparatif sur les gants chauffants que je publierai en janvier 2010. Nous pourrons alors avoir des arguments précis pour étayer le débat.

    1. Bouboule a écrit : « Je me suis toujours demandé pourquoi les gens se fatiguait a donner autant de détails hyper positif pour un produit qu’ils ont acheté hormis d’y avoir un intérêt financier! »
      Ben, peut-être tout simplement parce qu’on est très content d’avoir enfin trouvé le produit qu’on cherchait depuis longtemps, et qu’il est très gratifiant de pouvoir se poser en expert ou en conseiller auprès de ceux d’entre nous qui sont à la recherche d’une solution à un problème donné.
      Pour le marketing, Gerbing n’a assurément pas besoin du blog de Fabien : les recherches sur Google concernant les accessoires chauffants pour moto (gants, chaussettes, vestes, tours de cou, et j’en oublie) suffisent à nous diriger vers le site de ce fabricant, qui est de plus rédigé en bon français.
      Quant à moi, je n’ai froid nulle part, sauf au bout des doigts en dessous de 0° C (j’ai d’excellents gants Baïkal de Mac Adam. Tiens ! on dirait de la pub !), et je viens de commander des sous-gants Gerbing à brancher sur la batterie. Je vous dirai ce que j’en pense après les avoir essayés, et je vous garantis que ce que sera mon opinion (« I Me Mine »), et pas Gerbing’s opinion.
      Maintenant, vous n’êtes pas obligés de me croire…

      1. Ben voilà, je les ai reçus et installés, ces fameux sous-gants GERBINGS Liner 12 V. Comme le dit Zag, l’installation est très facile, même pour les nuls en mécanique, dont je fais partie : il suffit de démonter la partie avant de la selle, de connecter les deux câbles du « harness » (les instructions de montage ne sont pas traduites en français) à la batterie, et le tour est joué.
        Je suis resté un moment perplexe devant les cinq fusibles livrés avec les sous-gants. En y regardant de plus près, je pense avoir compris qu’ils sont destinés aux accessoires chauffants autonomes, qui ne sont donc pas connectés à la batterie de la moto, mais à une batterie externe. Si on a juste une paire de gants, l’intensité est de 2,2 A, et le fusible de 3 A est suffisant ; si on y ajoute un blouson, qui va nécessiter une intensité de 6,4 A, soit un total de 8,6 A, il faudra choisir le fusible de 10 A etc… Aucune raison de s’en inquiéter, donc, si les accessoires sont connectés en 12 V à la batterie de la moto.
        Première utilisation aujourd’hui (0° C dans la région lyonnaise) : la préparation du motard prend encore un peu plus de temps que d’habitude avec tous ces fils à faire passer dans les manches de la veste et à connecter au « harness » et aux sous-gants. Et surtout, ça chauffe trop ! Au bout de quelques kilomètres à bonne allure, j’ai été obligé de tout arrêter sous peine de me brûler les doigts. Un potentiomètre serait certainement le bienvenu à la place de l’interrupteur on/off livré d’origine.
        Essai plutôt décevant, donc.

  10. Avec plaisir!
    je me doutais bnien que j’etais pas le seul à chercher une solution contre les doigts gelés…
    suis toujours aussi content, je recommande tout de même d’acheter le regleur de tention portable (velcro) à 69 euros, car sans lui, ca brule.. is is je vous jure…; on est obliré de faire on/off ou de bouger bien tous les doigts toutes le minutes…
    avec le reglage scratché à la veste… je suis le king de la route sur mon hornet… 😉

  11. Saluuuut les frileux 🙂

    Alors je voulais juste dire un grand merci à zag, cela fait presque 2 mois que je suis à la recherche d’un teste comparatif sur les quelques marques de gants chauffants qu’il existe et j’ai trouvé la perle rare !!
    J’ai faillit me laisser tenter par la « marque » ZANIER qui se trouve sur ebay à des prix raisonnable mais par mefiance et en me disant qu’un prix raisonnable engendre souvent une qualité à la hauteur du prix, je me suis abstenu.

    En tout ca je vais me laisser tenter par ceux qui n’ont pas de batterie et je reviendrais pour donner mes impressions. @+

  12. erreur de prix!
    le thermostat PORTABLE pour 1 element est à 69 euros, le double (pour 2 personnes ou 2 element:100 euros, l’encastrable (instaklation sur la moto 100 euros….
    voilaaaa

  13. deuxième aspect:
    Gerbing (mon nouveau dieu) propose, comme cité plus haut 2 gammes de produits chauffant:
    les 12v power (cablés) et les 12V hybride, cable ou batterie…
    il est vrai que dans l’ideal, mes gans en verison hybride sont surement plus pratiques.. (mais chauffent-ils aussi vite et aussi fort? quid de la longévité de la batterie?) bref, vendus 279 euros!!!! j’ai préféré la version cable à 179….
    en revanche, comme je disait plus haut, un potentiomètre serais le bienvenu pour éviter les on/off à chaque feu…. et bien le dieu Gerbing (sinon il serait pas dieu) y a pensé.. c’est une option…. mais là encore, 100 euros le potard, il faut pas exagérer.. ptet dans un deuxième temps…
    sinon gerbing propose en plus des gands, veste, chaussettes et semelles chauffantes…
    faites vous plaisir pour noel!:

    http://www.gerbing.eu/Home/tabid/36/Default.aspx

    d’ailleur je vois sur le site qu’on peut commander le thermostat pour 72 c’est deja mieux! v’ais m’en commander un moi!!! zou!

    bonne route à tous!

  14. bonjouuuuuuuuuuur
    (et pas bbbbonnnnjjjouuurrrrrrr) 🙂

    et bien voila.. après 6 mois de recherches, surf etc.. j’ai enfin LA solution… (soyond juste UNE solution)
    le montage??? du gateau:
    1) soulever la selle
    2) dévisser la visse + de la batterie
    3) mettre la cosse + sur le plot / revisser
    4) faire pareille pour le –
    5) refermer la selle en laissant la prise dépasser près du réservoir…
    et voilaaa c’est pret…
    non je ment: il reste à passer le Y dans les manches de la veste…

    alors: batème du feu (enfin.. de la glace) 30 bornes dont 20 d’autoroute par -4°
    et bien pas les doigts dans le nez car j’ai mes gants, mais c’est tout comme…
    1ière impression: ca CHAUFFE! et tout de suite!!!
    2 ième ipression ca CHAUFFE même bien!!
    3 ième impression: le vendeur m’avait prévenue ca CHAUFFE.. tellement qu’il y a un intereupteur facile d’acces pour couper de tempsen temps… non non, j’exagère pas, je vous jure….
    il faut trouver un peu le technique d’enfilage branchement (surtout l’ordre dans lequel on passe les etapes) mais c’ets l’affaire de 5 minutes….
    donc ravi ravi ravi… et je vais être honête: mes pieds sont jaloux!

  15. félicitations.. tu pourras faire un super test/retour de ce que tu penses de tes magnifiques gants Gerbing? (et aussi à quel point c’est compliqué ou non à installer, pour les analphabètes de la mécanique comme moi..)
    merci bonne route!

  16. et bien voila.. il en fallait pas plus pour me décider.. je suis passé au magasin en rentrant du bureau et j’ai crqué (il faut dire qu’un client qui etait là pour acheter un fusible poue ses gans chauffant de 3 ans d’age m’a aider à décider)..
    3 ans et ravi du modèle (pourtant ancien et a evolué depuis) bref je le suis offer des gerbing gans chauffants (cablés, pas sur batterie) à 179 euro.. mais quand on a eut 1X vraiement froid, on compte pas…. pour info, la version mix batterie/ cable coute 279, là il faut pas exagérer!!!
    verdict demain matin, ils annoncent -7° 🙂

  17. hello, et bien voila, 3 mois plus tard j’ai l’info:
    j’ai commandé les fingerheathers G3 …. et les ai renvoyés…. ca chauffe… oui pas énorméement mais suffisemment je pense…. parcontre le partie chauffante de trouve à l’INTERIEUR de la main, donc 1) ca sert pas à grand chose 2) c’est très inconfortable car on sent l’élément chauffant au lieu de la poignée… c’en est presque dangereux…
    j’ai donc achté de poignées chauffantes (SAITO2), le montage n’est pas compliqué mais très dur physiquement, c’est pouquoi j’ai d’abord installé la gauche (moins sensible).. bah là, ca chauffouille, (je peux comparer puisque j’en ai qu’une), mais pas assez pour ne pas avoir froid sur le devant de la main…
    bref, il rest l’option gands chauffant (klan ou exo²), j’ai trouvé ces tests:
    http://www.moto-zoom.com/essai/listecategorie-accessoires-:-gants-7/
    les exo² ont l’air de bien chauffer mais ils ne sont pas assez souple d’après l’article…
    il faut encore trouver des magasins qui les proposent…;
    pour l’heure, il faisait -5 ce matin, alors gands ou pas gand, je me suis levé + tot et j’ai fait le caisseux.. parcequ’il y a pas qu’aux mains qu’on caille, et -5, là je laisse mon casque au garage…
    j’espere avoir apporté ma pierre à l’édifice, et surtout si quelqu’un a trouvé une bonne solution, qu’il l’écrive ici!!!
    merci

  18. Bonjour
    merci pour ces infos, c’est super difficile d’avoir des tests/avis sur les gants chauffants…
    Est ce que vous avez testé les gants Gerbing, qui se branchent sur la batterie ou l’adaptateur 12V ?
    J’hésite entre des gants à batterie type Fingerheaters et des Gerbings à brancher (vu les tarifs, un avis extérieur m’aiderait bcp …)
    Merci !

  19. haaa j’ai cherhcé un test des G1 et G3 pendant des mois…
    je suis très interessé par le G3, mais en l’absence de personnes les ayant testé, je n’ai pas encore fait le pas… je me suis pourtant documenté et la personne de chez SO diffusion m’a affirmé qu’il chauffaient les doigts des 2 cotés … est-ce réèllement le cas aujourd’hui? étant vraiement content des me gands actuels (à par le potentiel thermique) je regarde aussi le G1, mais cet article m’en a dissuadé… mes gants actuels présentent l’excellente idée d’avoir des dragonnes… ultra pratique au quotidien…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.