Mesurer le niveau d’huile sur un Boxer

Conseils de bon sens pour bien prendre la mesure du niveau d’huile moteur sur votre moto BMW à moteur bicylindre Boxer.

J’aborde ici le contrôle du niveau d’huile moteur. Pour en savoir plus sur le choix de la meilleure huile pour le moteur flat-twin de votre moto BMW et sur la manière d’effectuer vous-même la vidange moteur, lire l’article « Choisir et vidanger son huile moteur« .

De nombreux conducteurs de motos BMW à moteur Boxer, le bicylindre à plat emblématique de la marque allemande, psychotent sur la consommation d’huile par leur moto.
Beaucoup disent enregistrer des consommations proches du litre aux 1.000 km, ce qui est la marge maximale de tolérance définie par BMW. Bien souvent, il s’agit surtout d’un problème de contrôle du niveau.

Le hublot, ou regard, situé à l’avant à gauche en bas du moteur, par lequel nous effectuons cette mesure, représente 0,5 litre sur les 3,75 litres que contient normalement le carter.

* * *


Dans des conditions optimales, la mesure du niveau d’huile doit s’effectuer toujours de la même manière afin d’offrir une idée à peu près fiable.

En effet, selon la position de la moto, son équilibre, la température du moteur et la température extérieure, l’humeur de Titine et l’âge du capitaine, les choses peuvent changer, parfois dans des proportions importantes.
Donc, si un jour, vous regardez et voyez le hublot vide, pas de panique ! Inutile de rajouter 4 litres d’huile ! Soyez sûrs de la fiabilité de votre mesure.

Il est recommandé d’effectuer la mesure après que le moteur a tourné, que l’huile a été bien répartie dans tout le moteur et qu’elle a eu le temps de redescendre dans le carter.

Pas la peine de faire tourner la moto dix minutes à l’arrêt, l’huile ne sera pas allée dans le haut-moteur. Il faut avoir roulé au moins dix kilomètres, voire plus (15-20) en hiver, que l’huile ait atteint sa température de fonctionnement.
Pourquoi ? Voir plus loin.

Ensuite, retour au bercail.

  1. Moto stationnée tout de suite sur la centrale,
  2. Attendre 10 à 15 minutes, mieux vaut attendre plus longtemps que moins.
  3. Moto débéquillée sur un sol ferme et une surface plane,
  4. bien en équilibre vertical et horizontal, pas penchée d’un côté ou de l’autre,
  5. Regarder le hublot en maintenant le point d’équilibre de la moto.

Le hublot comporte un cercle rouge sur son périmètre et un point central.
Si le niveau d’huile est entre le point central et le haut du cercle rouge, ça va, c’est le niveau normal.
Tant que vous voyez de l’huile dans le hublot, ça va encore.
Donc, pas de stress.

* * *

Exemple d’un niveau en-dessous du maximum mais tout à fait correct :

* * *

Deux situations (et seulement ces deux-là) où il serait bon de s’alarmer.

1- Si régulièrement, au bout de deux ou trois mesures correctement réalisées, le niveau d’huile est tel qu’il dépasse le haut du cercle rouge, il y a trop d’huile dans le carter.
Pas de panique, elle s’éliminera toute seule au fur et à mesure. Si vraiment il y en a beaucoup trop, ce sera facile à vérifier, vous aurez un gros nuage de fumée blanche au démarrage puis en roulant. A ce stade, il vaut mieux s’arrêter au plus vite et faire une vidange.

A moins que vous n’effectuiez votre entretien vous-même (auquel cas vous ne devriez pas vous trouver dans cette situation, ou alors révisez à la baisse vos compétences en mécanique), ce trop-plein d’huile résulte d’une erreur du mécanicien de votre concessionnaire. Un petit rappel à l’ordre (poli mais ferme) serait utile, histoire qu’il arrête de vous prendre pour un imbécile…

2- A l’inverse, si au bout de plusieurs mesures fiables, le niveau d’huile reste en dessous du tiers inférieur du hublot, il en manque un peu.
On a dit « un peu ». Il faut en rajouter 10 cl par 10 cl (ou 100 ml), en attendant bien que l’huile ait eu le temps de descendre. N’hésitez pas à attendre au minimum 30 secondes entre chaque grande rasade.
Il vaut mieux attendre pour être sûr de ne pas en mettre trop que de se précipiter, car c’est assez compliqué pour enlever de l’huile du carter sans faire une vidange complète.

 

Retenez bien que, tant que de l’huile apparaît dans le hublot, la pompe à huile baigne et envoie de l’huile dans le moteur pour le lubrifier (surtout) et le refroidir (un peu, à partir de 80°C).

Petite astuce pour bien verser l’huile dans l’étroit orifice du carter sans en mettre partout à côté sur les ailettes de refroidissement du cylindre : si vous ne disposez pas d’un petit entonnoir plastique, employez une feuille de papier journal roulée pour former un cornet. Le papier (surtout du papier glacé) restera étanche assez longtemps avant de complètement s’imbiber d’huile. Si vous avez du mal à en trouver, y en a plein les boîtes aux lettres…

Si vraiment le hublot reste désespérément vide, là il y a problème. Voir avec votre mécano favori.

* * *

Voilà pour les grandes lignes.
Maintenant, les réponses aux questions des petits curieux.

Pourquoi le niveau d’huile change-t-il tant ?

Question de température moteur, de temps d’attente, d’équilibre de la moto…
Toutes conditions égales par ailleurs, le niveau change selon que la moto est en appui sur la roue avant ou arrière, par exemple.
Par ailleurs, il faut attendre assez longtemps que l’huile ait eu le temps de revenir dans le carter, ce qui n’est le cas que lorsque certaines parties du moteur ont assez refroidi pour laisser passer l’huile.

Pourquoi quand je mets de l’huile jusqu’en haut, le niveau redescend ensuite très vite jusqu’au milieu ?

Comme il a été dit plus haut, le moteur élimine l’huile en trop.
Inutile de vouloir chercher à garder le hublot plein jusqu’en haut, le moteur n’a pas besoin de toute cette huile, et même cela l’endommage car le surplus crée une surpression. Donc ça dégage !
Et le pilote a l’impression de consommer de l’huile alors que c’est juste qu’il ne sait pas « faire son niveau » correctement.

Pourquoi faut-il rouler longtemps avant de faire la mesure du niveau ?

Grand sujet de débat…

Le flat-twin est un moteur refroidi par air et huile.
Tant que le moteur n’a pas atteint sa température de fonctionnement de 80°C, un calorstat (thermostat d’huile) empêche l’huile d’être refroidie par le radiateur : elle chauffe donc plus rapidement et aide le moteur à monter en température.
Une fois les 80°C atteints, le calorstat  ouvre le circuit du radiateur : l’huile passe par celui-ci, se refroidit puis vient refroidir le moteur.

Du coup, si le moteur tourne assez longtemps pour bien chauffer, au retour, le calorstat ne ferme pas le circuit du radiateur et l’huile redescend dans le carter. Vous avez la vraie quantité d’huile et donc une bonne mesure.
Même s’il en reste toujours un peu dans le radiateur, quoi qu’il arrive…

A l’inverse, sur un trajet court, le moteur n’a pas le temps de bien chauffer et à la coupure du contact, le calorstat reste fermé, emprisonnant une partie de l’huile dans le radiateur.
Tout étant une question de température, les choses empirent logiquement en cas de froid extérieur car l’huile reste plus épaisse.
Donc l’hiver, il faut rouler vraiment longtemps pour avoir une bonne mesure.

J’ai tout le temps le niveau d’huile au max car mon hublot est tout noir…

Il est noir parce qu’il est sali de l’intérieur par de l’huile brûlée. Le hublot de regard doit être changé régulièrement (tous les 5 ans environ si vous faites de la ville, tous les 10 ans si vous faites de la route) car il s’encrasse.

Différence entre un hublot sale et un hublot neuf :

 

  59 comments for “Mesurer le niveau d’huile sur un Boxer

  1. thierry rosset
    23 mai 2019 at 09:50

    Bonjour , Pouvez vous me dire ou se situe le capteur de niveau d’huile sur la r1200rt phase 3, car le symbole sur mon tableau de bord m’indique un défaut d’huile, alors que le niveau est bon , et je pense que mon capteur est défectueux , je ne le trouve pas sur la revue technique ! Ma BMW est de 2005 ; Merci

  2. Yeuk
    13 août 2018 at 11:00

    Bonjour,
    Moto : BMW R1200C
    N/S : WB10424A9WZB11346
    Date de 1éré M.E.C : 12/01/1999

    Bonjour,
    Je me permets de vous contacter par mail, j’habite Orléans.
    J’ai eu un problème récemment au niveau du bouchon de remplissage huile moteur qui a sauté comme un bouchon de champagne, tout est parti ! le support et le bouchon en plastique (d’origine), j’ai donc acheté un kit neuf, support et bouchon anti vol, j’en ai profité pour faire ma vidange, changé le filtre à huile. Lors d’une petite sortie le WE dernier et au bout de 30kms environ, Rebelote ! le bouchon saute de nouveau ! on dirait qu’il y a une grosse pression dans le moteur. Je voudrais avoir votre avis, avez-vous déjà attendu parler de ce problème et connaissez vous l’origine, que dois je faire ?
    Merci d’avance pour votre aide.

    • FlatFab
      13 août 2018 at 16:13

      Il règne en effet une forte pression dans le circuit de lubrification, c’est normal.
      Mais pour que le bouchon « saute » deux fois de suite à si peu d’intervalle, c’est que le filetage est complètement mort et ne tient plus le bouchon de l’orifice.
      Il faudrait inspecter le filetage et si besoin, en tarauder un nouveau.

  3. David
    11 janvier 2018 at 21:56

    Bonjour a tous,

    J’ai une question technique.
    Je roule tout les jours avec ma R1150R de 2003, environ 60km journalier. Depuis quelques semaines, au dessus des 3000trs/minute, l’huile remonte en pression par l’orifice de remplissage du carter moteur.
    D’une part, je me pourri les chaussures, j’ai de l’huile qui vient se poser sur ma partie cycle mais aussi gicle sur mon pneu arrière ce qui m’a occasionné quelques décrochage en courbe, sic!

    J’ai changé le joint torique du bouchon mais le problème reste inchangé.
    A vrai dire, je suis un peu inquiet!

    D’où cela peut il venir?

    Merci de vos réponses.

    • FlatFab
      13 janvier 2018 at 11:26

      Que l’huile soit sous pression, c’est normal.
      Votre première idée était bonne : le joint torique semble le premier fautif de cette fuite d’huile, il se dessèche avec le temps et ne remplit plus son office.
      Encore faut-il que le nouveau joint soit adapté au modèle de moto, qu’il soit bien posé au fond du goulot et se trouve légèrement écrasé par le bouchon afin d’en assurer l’étanchéité. A vérifier.

      Une fuite d’huile peut également provenir du joint de couvercle de culasse. Comme le joint de bouchon d’huile, ce joint assez fin se dégrade avec le temps. Normalement, il est changé à chaque révision, à l’occasion du contrôle du jeu aux soupapes. Mais il est notoire qu