Grandeurs et limites du GPS à moto

Après la navigation aérienne et maritime, le GPS (Global Positioning System) s’est démocratisé sur la route, même si son utilisation à moto impose des contraintes. Avec le GPS, le voyage perd en spontanéité, mais gagne en efficacité. Réflexions d’un vieil utilisateur…

Première publication en février 2007.
Dernière mise à jour en avril 2020.

Pour voir comment passer votre GPS auto sur la moto, lire « Adapter un GPS auto sur sa moto « .

Un peu d’histoire

Je vais encore apparaître comme un ancien combattant, voire un vieux con, mais peut-être est-ce devenu vrai avec le temps…

Je pense pouvoir me targuer de figurer parmi les tout premiers utilisateurs d’un GPS à moto en France : je me souviens de mon premier Garmin Street Pilot III, monté sur mon R850RT, en 2003 ou 2004…
Puis du 2610, puis des Zumo 500, 500 Deluxe et 550 qui lui ont succédé, jusqu’à mon Zumo 390 actuel (depuis 2016).

Quand j’ai écrit cet article en 2006, puis l’ai publié parmi les premiers sur le site début 2007, le GPS restait encore assez confidentiel chez les motards.
Principalement parce que les terminaux GPS spécifiques aux motos coûtaient alors très cher, à cause de leurs spécificités et des faibles volumes du marché motard (comparé aux GPS de voiture).

Avec le temps et les progrès technologiques, le GPS à moto s’est généralisé et on aurait pu s’attendre, comme dans beaucoup d’autres secteurs, à une baisse des prix.

Il n’en a rien été et les terminaux Garmin Zumo et Tomtom Rider restent toujours aussi chers en neuf, avec des prix qui demeurent aux alentours des 500 à 600 euros au moment de leur lancement commercial.

La différence est que ces tarifs chutent ensuite assez vite, qu’il est bien plus facile aujourd’hui de trouver des terminaux d’occasion, que le cycle de vie d’un modèle a raccourci.
Dans les années 2000, un nouveau modèle Zumo ou Rider sortait tous les cinq ans environ. Dans les années 2010, il est remplacé au bout de deux ans, trois au plus.

Les gammes se sont diversifiées : au départ, il n’y avait qu’un seul modèle disponible chez chacun des deux grands fabricants.
Aujourd’hui, il existe des modèles d’entrée, de milieu et de haut de gamme, différentes tailles d’écran, des modèles avec batterie seule et/ou avec alimentation externe, avec batterie fixe ou amovible, avec ou sans logiciel de cartographie…

Et surtout, l’arrivée des smartphones a tout changé !
95% des téléphones mobiles actuels sont dotés d’une puce GPS, ce qui les rend capables de les géolocaliser, et tous comprennent une application au moins basique de navigation routière.
Le tout intégré dans un équipement très grand public : rien à payer en plus, rien à installer.
Forcément, ça change la donne…

D’où la nécessité de mettre (enfin) à jour cet article !

 * * *

Les bases

Tout d’abord, à l’adresse des néophytes complets, deux mots d’explication sur ce qu’est le GPS.

Il s’agit d’un dispositif de positionnement par satellite : 27 satellites américains gravitent en permanence autour de la Terre et déterminent votre position par triangulation.

La position est calculée quelques secondes après la mise sous tension de l’appareil. Le récepteur scrute le ciel en quête d’au moins trois satellites GPS, afin d’indiquer exactement la position actuelle en degrés, minutes et secondes de longitude et de latitude.
Ainsi que d’autres informations comme la qualité de réception, la date et l’heure à la seconde près, votre vitesse de déplacement, votre altitude…

Plus votre récepteur GPS captera de signaux satellite, plus votre position sera précise (jusque trois mètres de précision).
A l’inverse, si vous ne captez plus rien ou seulement deux satellites (dans un tunnel, en ville avec de hauts immeubles, dans une épaisse forêt), le récepteur sera incapable de déterminer votre position ou vous situera avec une grande imprécision.

Voilà, le GPS à la base, c’est juste ça !

Le système européen Galileo (en cours de déploiement) fonctionne exactement sur le même principe, avec 30 satellites, dont six de rechange, donc 24 opérationnels.
Au , 26 satellites ont été lancés, dont 22 sont opérationnels.

* * *

La navigation

Le GPS peut être utilisé par les motards pour différents usages : antivol (ce qu’on appelle un « traqueur ») ou secours d’urgence (pour vous géolocaliser avec précision après un accident corporel).

Mais l’intérêt évident de cette géolocalisation est de la combiner avec un logiciel de cartographie et de routage, le tout intégré dans un terminal qui vous donne des instructions d’acheminement sur écran et/ou par messages vocaux.

Sans grand intérêt sur un trajet connu, cet outil apporte une aide importante au motard en voyage.
On sait toujours où l’on est (sous réserve de capter le signal satellite) et même si la route indiquée n’est pas toujours la plus directe ou la plus plaisante, on est certain de parvenir à destination.

Le GPS peut s’utiliser « à la volée » en vous donnant l’itinéraire – le plus court en distance ou le plus rapide en temps, avec ou sans péages, en recherchant les voies rapides ou les routes sinueuses – depuis l’endroit où vous vous trouvez jusqu’à un point précis.

Mais il prend tout son sens lors de périples de plusieurs jours que l’on peut préparer sur ordinateur en mémorisant les itinéraires dans le GPS.
Plus besoin de cartes papier (fragiles), ni d’atlas routiers (lourds et encombrants). Plus besoin de s’arrêter pour consulter un plan ou changer de pli de carte. Le « road book » est disponible et actualisé en permanence.

Certains modèles apportent aussi d’autres informations, appelées POI (points of interest), comme les stations d’essence, les aires de repos, les garages, les lieux touristiques, les hôtels et restaurants, ou encore les zones de radars fixes de vitesse.

Par ailleurs, le GPS confère un énorme avantage pour se repérer et trouver sa route dans les villes étrangères, surtout quand les panneaux sont rédigés dans une langue étrangère, voire un alphabet que vous ne comprenez pas.
Que ce soit pour trouver une adresse ou un lieu utile (distributeur de billets, office de tourisme, musée, restaurant…), là le GPS apporte une aide incomparable !

* * *

Plaidoyer pour les cartes routières

Les systèmes GPS modernes facilitent le voyage, cela ne fait plus de doute.
Mais aussi confortables qu’ils puissent être, ils ne peuvent pas entièrement remplacer une carte papier.

Un proverbe un peu exagéré dit : « Dans le désert, le GPS t’indique exactement où tu meurs de soif. »

Ce qui est vrai, c’est que les systèmes GPS modernes peuvent représenter une aide inimaginable dans des régions inhospitalières.
Dans les zones où le réseau routier est correct, le compagnon électronique devient aussi un outil efficace. L’appareil nous guide sans problème sur les routes, indique la prochaine station d’essence ou affiche la durée pour atteindre la destination.

Mais que se passe-t-il lorsque la technologie tombe en panne ?
Une platine déboîtée, un câble qui se déconnecte, une carte mémoire endommagée et on se retrouve sans orientation sur le bas-côté de la route…
Une chute suffit pour mettre un terme aux services de l’électronique. La batterie peut se décharger ou être hors service. Le novice en usage de GPS peut parfois par erreur recalculer l’itinéraire, ce qui va effacer la route qu’il avait préparée avec amour et chargée sur l’appareil.
Même une route barrée ou une déviation pour travaux peut parfois représenter un problème conséquent, surtout si le logiciel ne sait pas recalculer l’itinéraire.

Quelle route alternative peut maintenant guider le conducteur à l’endroit souhaité ? Quel itinéraire dispose du plus beau paysage ?
Des questions auxquelles le système GPS n’est pas en mesure de répondre. Lorsque nous ne possédons pas de carte papier, nous restons dans le doute et allons certainement louper de beaux paysages de la région.

Aussi pratique que la navigation GPS puisse être, l’aperçu détaillé et général de l’itinéraire planifié est seulement correctement visible sur une carte routière.
Ce n’est pas pour rien que les cartes indiquent, en fonction de l’échelle choisie, des caractéristiques importantes de la nature et des infrastructures. Est-ce que la route présente un paysage remarquable ou des beaux virages ? Quels sites intéressants se situent à droite et à gauche de la route? Comment se présentent les chaînes de montagne et les vallées ? Que pouvons-nous savoir sur la végétation ? Est-ce qu’il risque d’y avoir beaucoup de soleil ou allons-nous traverser une zone ombragée avec des forêts ?

Alors soyons honnêtes ! Est-ce qu’une carte n’est finalement pas plus simple à utiliser que n’importe quel système GPS ?
Une carte papier ne peut pas tomber en panne et reste indépendante de toute source d’énergie. En voyage, les motards ne peuvent pas définitivement pas s’en sortir avec un système GPS et sans carte routière.
Il y a certainement quelques exceptions, mais celui qui souhaite garder un minimum de sécurité et de flexibilité ne peut pas renoncer au papier.
Et qu’y a-t-il de plus beau de pointer le doigt sur une carte le soir pour définir la route du lendemain ?

Pour ma part, j’utilise toujours des cartes papier pour préparer mes itinéraires.
Par contre, une fois sur la route, le GPS me renseigne à l’avance, m’apporte plus de sécurité et de sérénité, m’évite les erreurs et pertes de temps…
Au cas où, si je pars pour un long voyage, j’emmène toujours les cartes papier – la plupart du temps.

* * *

Les limites du GPS

Le GPS n’est pas synonyme de perfection et de voyage facile !
Rouler à moto avec un GPS n’est pas forcément de tout repos.

Une fois surmontées les affres du choix, puis de l’installation sur votre machine, le petit boîtier vous réservera bien des surprises !

D’abord les joies des mises à jour : un navigateur GPS est un concentré d’électronique qui s’accompagne d’outils logiciels.
Entre le « firmware » du récepteur, le logiciel de gestion et les cartographies, sans compter les itinéraires à télécharger et les conseils de réglages/dépannages, vous passerez au moins autant de temps sur votre ordinateur que sur la route… On exagère à peine !

Vous êtes parti(e) ? Tout va bien, jusqu’à ce que votre nouveau jouet commence à délirer.

Par moments, les indications données sont fausses (soit à cause d’un positionnement approximatif, soit à cause d’un bug du calculateur d’itinéraire).

Le GPS pourra vous envoyer sur une route avant de soudain vous demander de faire demi-tour, parfois sans raison apparente. Ou vous emmener sur une route plus courte d’après lui, mais qui se révèle non carrossable. Ou vous faire contourner un village par des vicinales sous prétexte que ce sera plus rapide de trois secondes (parce que pour lui, toute route hors agglo est à 90 km/h, quelle que soit sa largeur et son revêtement).
Ces incohérences se font de plus en plus rares avec l’amélioration des cartographies, mais ça arrive encore.

Nous avons tous lu ces articles de presse à propos d’un conducteur (de voiture ou de camion) qui a suivi aveuglément les indications de son GPS et s’est retrouvé en position délicate, dans un ravin, au fond d’un port ou d’un lac…

Même quand il fonctionne bien, le GPS pourra sérieusement vous agacer (pour rester poli).
Il tiendra mordicus à vous faire emprunter tel itinéraire, alors que vous savez pertinemment que tel autre est plus court ou plus rapide puisque vous passez par là depuis dix ans. Et le temps qu’il recalcule, vous aurez pendant dix minutes la petite voix qui vous serine de tourner à droite…

Tenez compte aussi que le système de calcul d’itinéraire tient certes compte des limitations de vitesse, mais pas des temps d’arrêt, des « stops » ou des feux tricolores.
Pour lui, un itinéraire truffé de feux où vous devez vous arrêter tous les 200 mètres est aussi rapide que la rue parallèle, dont vous savez qu’elle est libre de feux.
Le GPS est utile en terrain inconnu, mais votre connaissance du terrain sera toujours meilleure que la sienne.

Des fois, le récepteur débloque à pleins tubes et vous expédie d’un coup à des centaines de kilomètres.
Un jour, alors que j’étais dans les montagnes de l’Ariège, le mien m’a soudainement situé loin en Espagne, avant de revenir à la raison au bout de quelques secondes. Du coup, il a enregistré une vitesse de déplacement de 3.034 km/h !

Bref, ne vous fiez pas aveuglément aux conseils de votre GPS !
Vérifiez vos itinéraires, gardez votre bon sens et suivez (aussi) les panneaux indicateurs, ils sont encore d’actualité.

* * *

Les dangers du GPS

Le GPS est parfois au motard ce que le téléphone portable est à l’automobiliste : un véritable danger sur la route.

Tous les fabricants conseillent de ne pas utiliser leurs produits en circulation.
Aux Etats-Unis, il est même impossible de se servir d’un GPS dans un véhicule en mouvement, les commandes se désactivent.

S’il reste toujours possible de « zoomer » sur un carrefour compliqué ou de « dézoomer » pour vérifier la cohérence de l’ensemble de l’itinéraire, il est franchement risqué de se lancer dans des opérations plus compliquées.

Même en jetant de fréquents coups d’œil sur la route, votre attention est focalisée sur le GPS, votre champ visuel se réduit à ce qui est juste devant vous (plus aucun contrôle visuel sur les rétroviseurs) et votre temps de réaction augmente considérablement. En plus, votre main gauche est occupée sur le boîtier et plus sur le guidon…

Tous les ingrédients sont réunis pour une belle gamelle en cas d’obstacle imprévu.
Un bon conseil : dès que vous devez toucher plus de deux secondes à votre GPS, arrêtez-vous dans un endroit sûr.

  9 comments for “Grandeurs et limites du GPS à moto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.