Coût de l’entretien chez BMW

Pour bien comprendre le contenu des factures de votre concessionnaire BMW et ses explications fumeuses, et anticiper le coût approximatif de vos révisions.

Il faut distinguer deux choses : les révisions kilométriques et celles “chronologiques”.

Lors de l’achat (on parle d’un achat neuf, bien sûr), se faire bien préciser les conditions de gratuité de la première révision des 1.000 km.
Normalement, la main-d’oeuvre est gratuite. Bien sûr, les pièces (huile moteur, éventuellement huile de boîte, joints et autres “nécessaires”) sont à payer.

Pour info, certains clients très fidèles d’une concession parviennent lors de la commande à négocier également la gratuité de la révision des 10.000 km.
Dans ce cas, attention à bien vérifier que le mécanicien aura fidèlement suivi le plan d’entretien, sans remettre (comme par hasard) certaines opérations à la révision des 20.000 km…

Sur les moteurs bicylindres Boxer, il y a un “entretien” (c’est le terme officiel BM, code opération 140) tous les 10.000 km, compter 20 VT de main-d’oeuvre.
Chez un concessionnaire en régions, compter autour de 200 euros. Entre 200 et 250 euros sur Paris.

Tous les 20.000 km, soit une révision sur deux, c’est une “inspection” (code opération 149), un peu plus conséquente. Compter 30 VT.
En régions, il vous en coûtera autour de 300 euros. Entre 300 et 400 euros sur Paris.

Ces deux types d’opérations sont parfois avec, parfois sans contrôle et réglage du jeu aux soupapes.
En pratique, c’est presque toujours avec, ce qui rajoute 5 VT.
Le coût annuel de l’entretien dépend donc du kilométrage parcouru.

La VT est l’unité de temps de main-d’oeuvre chez BMW.
Une VT est égale à cinq minutes. Il y a donc 12 VT dans une heure de main-d’oeuvre.
Le prix de cette VT est fonction du coût horaire de la main-d’oeuvre du concessionnaire.

Mais même si vous ne roulez que 5.000 km par an (ou encore moins ?), il faut entretenir la moto car elle s’use, même sans rouler : les joints sèchent, les fluides perdent leurs qualités. BM a donc gentiment prévu des révisions “minimales”, ce que l’on appelle le « service annuel ».
Cette maintenance se fait en général à l’occasion d’une révision kilométrique, elle n’est pas à faire à un an pile poil.
Il est possible de ne la faire qu’une fois tous les deux ans, ou au bout d’un an et demi.
Mais en cas de pépin sur un organe ayant dû être révisé, le constructeur pourra vous refuser la prise en charge sous garantie.

Dans cette inspection annuelle, certaines opérations sont à faire “au moins une fois par an” et d’autres “au plus tard tous les deux ans”.
Ainsi, la vidange du liquide de frein du circuit de roue est à faire en théorie chaque année.
Mais celle du circuit de commande peut attendre deux ans.

La vidange du liquide d’embrayage doit aussi se faire tous les deux ans sur les moteurs Boxer à refroidissement par air.
Mais sur les moteur de nouvelle génération 1200 et 1250 à  refroidissement liquide, la commande d’embrayage hydraulique utilise désormais de l’huile, qui ne demande pas de vidange.

Sur les nouveaux moteurs “long life”, notamment les blocs K1600, K1300 et K1200 à partir de 2005 (K12S, R, GT seconde version), ces intervalles d’entretien ont été multipliés par deux (soit deux ans et quatre ans).

La vidange de l’huile de boîte de vitesses et de pont (dit “de couple conique”) se fait tous les 20.000 km, mais si vous parcourez moins de 10.000 km par an, c’est à faire tous les deux ans.
Sur certains modèles de R1200 et K1200, le cardan est scellé “à vie”, aucun entretien n’est prévu. Il tiendra… le temps qu’il tiendra.
Cette politique n’a duré que deux ou trois ans. Depuis 2007, BM a de nouveau mis un bouchon de vidange et de remplissage sur le pont arrière de ses motos. Ils se sont rendus compte que le concept d’une lubrification éternelle était une belle ineptie.

La révision annuelle, dite “service annuel” (code opération 155), est donnée à elle seule pour 32 VT.
C’est dire qu’elle n’est pas donnée. Cumulé avec un entretien, le barème officiel donne 44 VT.
A 48 VT, c’est avec une inspection (20.000 ou 40.000 km). Compter environ 500 à 600 euros dans ce dernier cas.

Attention, ces tarifs s’entendent hors consommables !
Certains clients BM me contactent parfois en citant des factures d’entretien de 600, 700, 800 euros…
Ils oublient souvent de préciser que l’entretien périodique a inclus un changement de pneus par exemple (toujours très chers en concession) ou de plaquettes de freins origine BMW (à 75 euros la paire, ça chiffre vite !), d’autres consommables ou d’autres opérations hors plan de maintenance.

L’entretien périodique des motos BMW ne figure certes pas parmi les moins chers, surtout par rapport aux marques japonaises et surtout en région parisienne.
Mais il faut aussi comparer ce qui est comparable : je vois des nouveaux clients BMW, auparavant en japonaises, qui hurlent à la mort parce qu’ils comparent le coût en concession BM avec ce que leur coûtait leur moto jap’ qu’ils faisaient entretenir en service rapide ou en garage multi-marques…

En tout état de cause, il est faux de dire que l’entretien BMW est LE plus cher et qu’il faut forcément être riche pour faire entretenir correctement sa moto.
Comparez (à kilométrage égal) avec les tarifs des révisions chez certains concessionnaires Ducati ou KTM, où les tarifs sont libres (non barémés par la marque) : sur 40.000 ou 50.000 km, mieux vaut avoir une BM… Et plus vous roulez, plus la différence s’accroît !

 

  147 comments for “Coût de l’entretien chez BMW

Répondre à Richard Esposito Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.