Choisir sa protection dorsale

La protection dorsale fait partie depuis 1991 de l’équipement homologué FFM, obligatoire pour pouvoir rouler sur circuit, mais elle n’est pas encore vraiment entrée dans les moeurs des motards de route. C’est pourtant la meilleure protection contre les lésions de la colonne vertébrale, et donc pour éviter la paralysie totale ou partielle.

Première publication en mai 2007.
Mise à jour en janvier 2020.

Cet article est complété par Pourquoi se protéger le dos.

Introduction

Comme le blouson, les bottes, le pantalon renforcé… la protection dorsale n’est pas obligatoire.
Elle est juste indispensable !!!

Il existe deux types de protections dorsales :

  1. les intégrées (on parlera de « plaque », insérée dans le blouson)
  2. les additionnelles (directement en contact avec votre dos, se mettent sous le blouson).
    Dans ce dernier cas, on parlera de « coque dorsale ».

Depuis quelques années, de plus en plus d’équipementiers, notamment sur le haut de gamme, font l’effort d’intégrer dans leurs vestes et blousons des protections dites « homologuées CE » (voir plus loin ce que ça veut dire).
Mais beaucoup de blousons restent encore vendus soit avec une « mousse à deux balles », une simple plaque de mousse, molle et souple, de moins d’un centimètre d’épaisseur qui ne protège pas la colonne… soit sans rien du tout, dans certains cas.

Mais une plaque dorsale homologuée peut bouger, glisser, tourner lors d’une chute, d’une glissade.
Même les plus performantes n’atteindront pas le degré de protection qu’offre une coque dorsale car elles sont forcément moins couvrantes.
Une plaque ne protège que les vertèbres centrales, là où une coque protège des cervicales au coccyx en longueur, et parfois jusqu’aux omoplates en largeur.
La population motarde en prend peu à peu conscience et on voit de plus en plus de motards français s’équiper d’une coque dorsale.

Cette protection essentielle reste pourtant un des parents pauvres de l’équipement motard.
Pas de chiffre à l’appui, mais clairement, seuls 10 à 20% des motards en possèdent une.
Ceux qui sont intéressés se perdent souvent dans l’embarras du choix et c’est pour les renseigner que j’ai rédigé cet article.

Deux autres articles basiques sur Motoblouz :
Bien choisir sa protection dorsale moto
Une protection dorsale, pourquoi faire ?

* * *

Les arguments contre la dorsale

Le prix

Le premier argument présenté pour expliquer l’absence d’une dorsale, c’est son prix.
De mon point de vue, je ne supporte pas et je récuse d’emblée l’argument du coût des équipements de protection. A combien estimez-vous le coût d’années passées dans un fauteuil roulant ?
Quand on met plusieurs milliers d’euros dans une moto, on peut investir quelques centaines d’euros dans une tenue adéquate qui durera parfois même plus longtemps que la bécane.
A une autre échelle, c’est la même chose que les gamins que je rencontrais lors de mes interventions dans les lycées avec La Prévention Routière et qui me disaient que 150 euros pour passer le BSR, c’est trop cher alors qu’ils roulaient sur des scooters à 2.000 euros…

Dans le cas d’une protection dorsale, l’argument vaut d’autant moins que ce type d’équipement vaut entre 30 et 150 euros, soit moins qu’un casque, un blouson de cuir ou une paire de bottes « racing ».
De plus, il ne se voit pas et n’est pas exposé aux rigueurs du climat. Une protection dorsale ne s’abîme pas (sauf en cas de chute violente), ne se démode pas, ne s’use pas… Et certaines sont même réutilisables après impact.
C’est un investissement sur le long terme, pour protéger ce qu’il y a de plus précieux et de plus fragile après votre crâne : votre colonne vertébrale.
Voir tout en bas de l’article pour les détails anatomiques.

L’inconfort

Le deuxième argument, c’est un manque de confort, une impression de rigidité.
Il est certain que dans un premier temps, une dorsale se fait sentir. Mais on l’oublie très vite. Et les équipements modernes sont bien plus confortables que jadis. C’est comme les gants : au début, on a l’impression d’une contrainte, mais à la longue, ils deviennent indispensables et on se sent tout nu(e) quand on roule sans.

Une dorsale, ça tient chaud en hiver, au dos, mais aussi au ventre grâce à la ceinture abdominale.
Certains se plaignent de trop transpirer en été : si vous habitez dans les régions chaudes, prenez une dorsale aérée, respirante.

* * *

Comment choisir une protection dorsale ?

Une dorsale additionnelle, à porter près du corps comme un gilet, présente le gros avantage de l’interchangeabilité.
Si vous possédez plusieurs blousons ou vestes, une seule dorsale permet de bénéficier en permanence d’une protection.

La norme d’homologation

Il existe quatre normes de protection définies par l’Union Européenne.
On ne parle pourtant pas de norme « CE », mais de norme « EN » pour les équipements de protection individuelle (E.P.I).
Toute autre norme (NF, AFNOR, etc.) est interdite.

Le label CE présent sur chaque E.P.I. garantit que le fabricant s’est conformé à toutes les obligations concernant ce produit, aux termes des directives communautaires et des normes techniques.
Celle concernant les protections des motocyclistes est la norme EN-1621, destinée aux « vêtements de protection contre les chocs mécaniques pour motocyclistes ».

En savoir plus
Les tests réalisés portent sur une série de critères :

    • Impact : la pièce à tester est posée sur un capteur et un poids trapézoïdale de 5 kg est lâché à une hauteur d’un mètre. L’énergie résiduelle est mesurée par le capteur.
    • Abrasion : un échantillon du matériau est fixé à un capteur, puis mise en contact avec une bande de papier abrasif défilante.
    • Perforation : une lame est lâchée d’une hauteur prédéfinie sur le matériau à tester.
    • Éclatement : un échantillon du matériau est fixé sur une poche gonflable, progressivement remplie d’eau, jusqu’à éclatement du matériau.
    • Déchirement : un échantillon est maintenu par deux pinces qui s’éloignent progressivement l’une de de l’autre, jusqu’au déchirement.

La norme EN 1621-1, élaborée en 1997, porte sur les protections des articulations : épaules, coudes, hanches et genoux.
Celle pour les protections dorsales, élaborée en 2003, se nomme EN 1621-2.
Pour les protections thoraciques, il s’agit de la norme EN 1621-3.
Et pour les gilets airbags, de l’EN 1621-4.

Il existe plusieurs versions de la norme EN 1621-2, niveau 1 et niveau 2.
Au niveau 1, la force résiduelle moyenne doit être inférieure à 18 kN, avec un impact autorisé jusqu’à 24 kN.
Au niveau 2, la force résiduelle moyenne doit être inférieure à 9 kN, avec un impact autorisé jusqu’à 12 kN.

Prendre absolument une dorsale homologuée 1621-2 de niveau 2 !


Attention, l’existence d’une étiquette « CE » ne garantit pas le respect de l’homologation…
Il faut le petit logo représentant un motard avec la mention « EN 1621-2 ».
Vous verrez à côté un chiffre et une lettre.
Le chiffre précise le niveau de protection de la norme, 1 ou 2. Attention, si rien n’est précisé, il s’agit sûrement du niveau 1.
La lettre précise la zone couverte de façon conforme: B pour « back », le dos ; « L » pour les lombaires.

* * *

Eléments de confort

Le choix d’une dorsale n’est pas si évident qu’il y paraît.
Ne vous fiez pas à l’aspect extérieur d’une dorsale : les plus épaisses ou les plus lourdes ne sont pas forcément les plus efficaces.

Après avoir vérifié, sur l’étiquette, la qualité de la protection, il faudra que la dorsale corresponde à votre morphologie.

  • L’épaisseur n’est pas un gage de protection, bien au contraire, mais plutôt synonyme d’encombrement.
  • Bien entendu, elle ne doit aucunement déranger vos déplacements lorsque vous êtes sur la moto et laisser libres les mouvements de votre tête une fois casquée, tout en couvrant une zone dorsale importante pour diffuser l’éventuel impact.
    De façon générale, la protection ne doit pas empêcher les mouvements de nuque (elle ne doit pas buter contre le casque), ni gêner le confort en position assise (en dépassant au bas des reins), ni la rotation du buste pour contrôler les angles morts (donc pas trop rigide).
  • Faites attention à prendre une dorsale à votre taille. Certaines n’existent qu’en taille unique, d’autres en proposent plusieurs. Il existe aussi des dorsales spéciales pour femmes et pour enfants (voir plus bas).
  • Dans le magasin, essayer la dorsale avec le blouson et le casque enfilés. Attention aux blousons cintrés ou très serrés à la taille, la dorsale crée une surépaisseur qui peut devenir désagréable ou gênante.
  • Prévoyez que vous allez peut-être devoir enfiler des vêtements plus épais en hiver sous la dorsale.
  • La plupart des dorsales additionnelles disposent de deux systèmes de serrage: le premier sert à ajuster grossièrement votre dorsale en joignant deux longs scratchs ou deux bretelles ; le second avec des bandes élastiques au niveau du ventre sert à bien plaquer la dorsale sur le dos.
    Il faut que la protection reste bien en place pour diffuser l’énergie de l’impact du canal rachidien (la colonne vertébrale) vers les parties molles du corps.
    Veiller à prendre une dorsale avec double serrage au sternum et aux lombaires (ceinture abdominale).
  • Privilégier une dorsale avec une vaste zone de couverture (colonne + épaules, voire clavicules) : non seulement elle protège plus de surface de peau, mais cela répartit la force de l’impact.

Bon point : des canaux d’aération pour ne pas trop transpirer en été.
Mauvais point : des rivets non recouverts (pour maintenir les coques sur le support) qui peuvent blesser.

Pour en savoir plus, lire  Pourquoi se protéger le dos.

Une autre idée pour une bonne protection complète : l’armure de torse, appelée « gilet pare-pierres », avec protections aux coudes, épaules, torse et dos. A porter sous un blouson léger en été ou chaud (mais ample) en hiver.
Voir plus bas dans l’article.

* * *

Solution pour budgets serrés

Si vous n’avez pas trop de sous…
Vous pouvez au moins vous payer le minimum : 35 euros chez Décathlon.

La grande surface de sports commercialise plusieurs dorsales homologuées moto (attention, niveau 1 seulement), mais pour des sports qui n’ont rien à voir (étonnant, non ?).

Plus d’info sur l’article correspondant.

Ce n’est peut-être pas le top en termes de qualité, mais c’est toujours mieux que rien et c’est pas cher

* * *

Sélection de modèles

Ensuite, on passe la barre des 100 euros pour des équipements de grande marque.

Le mensuel français « Moto Magazine » a publié en septembre 2011 dans son numéro 280 un essai comparatif, réalisé par l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH), selon le protocole de la norme EN 1621-2 niveau 2, soit un maximum autorisé de la force résiduelle transmise de 9 kN pour une énergie d’impact de 50 joules.

La meilleure note technique est attribuée à la coque dorsale de la marque italienne Tryonic, modèle Feel 3.7, avec une force résiduelle transmise de seulement 4,78 kN.
Epaisse (57 mm) mais légère (855 grammes) et bien ventilée, elle est longue et couvre bien les vertèbres lombaires. Mais du coup, la coque rigide peut gêner avec une position de conduite droite, sur les motos routières par exemple.
Prix public moyen : 149 euros.

Cette coque dorsale existe également en version « gilet », plus enveloppante, au prix public de 199 euros.

A noter que la marque Tryonic a été achetée en novembre 2011 par l’équipementier néerlandais Rev’It.
Depuis début 2012, la dorsale Tryonic Feel 3.7 remplace le modèle Gravity de Rev’It.

Elle est déclinée dans une deuxième version, la SEE+, qui offre une protection légèrement inférieure même si toujours en accord avec la norme CE niveau 2, mais présente un poids réduit. Elle s’adresse à ceux qui veulent privilégier un équipement allégé.

* * *

Le meilleur rapport qualité/prix est attribué au produit Viper D3O de la marque Racer, avec un prix public à 129 euros pour une force transmise de 6,06 kN.
Cette dorsale, très souple grâce au matériau D3O, s’avère particulièrement confortable, mais ne couvre pas les lombaires (trop courte).

Info
Racer a présenté aux JPMS 2012 sa coque dorsale en D3O, cette fois intégrée dans un gilet sans manches, nommé Pro-Top, avec un nylon mesh très aéré.
Disponible en trois tailles (M, L et XL) en coloris blanc/noir, le gilet Racer Pro-Top est commercialisé depuis mai 2012 au tarif de 119 euros.

* * *

Autres produits testés :
– BMW Renfort dorsal, version 3 (à 169 euros), très couvrante et protectrice, mais lourde (1140 grammes)
– Knox Aegis, 100 euros
– All One Bender, 120 euros
– Held Zelda, 139 euros
– Büse Bellino 2, 175 euros

On peut également citer les produits des trois grands équipementiers italiens : Dainese (modèles Wave), Spidi (modèles Back Protector) et Alpinestars (modèles Bionic), disponibles dans différentes versions plus ou moins couvrantes, avec ou sans plaque thoracique, avec ou sans plaque de nuque…

* * *

Info sur les plaques intégrées

Pour les dorsales intégrées au blouson, le meilleur plan aujourd’hui est de prendre une plaque en D3O et de l’adapter à votre blouson.

Les protections « mousse » intégrées d’origine sont la plupart du temps bonnes à jeter.
Pour le savoir, un test simple : prenez la protection, pincez son épaisseur entre deux doigts, puis pliez-la en deux. Si la mousse comprime quand vous la pincez et si vous pouvez plier la plaque en deux, ne rêvez pas, elle ne vous protégera pas en cas de choc.

A noter toutefois que de plus en plus d’équipementiers insèrent des dorsales de qualité dans leurs vêtements haut de gamme.
Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à virer la protection en mousse d’origine pour la remplacer par une adaptable de qualité. La plupart des équipementiers en vendent en option, cela vaut en général entre 20 et 30 euros, selon les cas.

Astuce : une plaque dorsale en matériau D3O est commercialisée depuis 2012 par Furygan (disponible chez tous les revendeurs Furygan).
Elle est taillée pour entrer dans les poches dorsales des blousons de cette marque française, mais peut s’adapter à la plupart des autres marques.
En effet, du fait de ses propriétés élastiques, le D3O peut se découper (une paire de bons ciseaux suffit) !
Il suffit de retailler la plaque aux bonnes dimensions de son blouson, et le tour est joué.

Pour en savoir plus sur ce matériau et pourquoi je le recommande :
Le D3O, nouvelle armure des motards ?

* * *

Les dorsales pour motardes

Les références du genre, BMW et Dainese, existent bien sûr en petites tailles qui conviendront aux femmes sans « trop » de formes.

La plupart des fabricants proposent aujourd’hui un modèle de dorsale pour motardes, plus ou moins adapté aux spécificités de la morphologie féminine. En particulier, les femmes « bustées » devront trouver une dorsale dont les bretelles ne se croisent pas au niveau de la poitrine.

Spidi a été le premier à décliner ses dorsales en version femme, mais Held propose depuis 2009 une dorsale spécifique pour femmes, la Recia.

Répondant aux normes européennes de niveau 2, la dorsale Held Recia est pourvue de mousses de protection multicouches.
Présentée sous forme de gilet, elle épouse le corps de la motarde tandis que la large bande velcro abdominale permet ajustement et bon maintien – à condition d’avoir la taille mannequin.

Le même produit est également vendu par l’équipementier suisse IXS, sous l’appellation « Carapax ».

* * *

Et pour les enfants ?

Encore plus rares, voire inexistantes, sont les protections dorsales dignes de ce nom dans les blousons pour enfants.

La marque suisse IXS est une des seules à proposer une protection dorsale flexible avec protège-reins intégré : la Pro Back VII Kids, spécialement étudiée pour les petits gabarits.

* * *

Et le gilet de protection ?

Suite à la question d’un motard internaute désireux d’en savoir plus sur le gilet Dainese Wave Neck, j’ajoute ce paragraphe sur les gilets de protection.

Le gilet-armure n’a pas vraiment percé en France…
J’en ai porté pendant quelques temps. Le souci est que c’est difficilement compatible avec le port de vêtements moto « normaux » car les coques se superposent et gênent beaucoup les mouvements. La seule solution est alors d’enlever les coques intégrées au blouson. Résultat, si un jour on décide de ne pas mettre le gilet, on se retrouve sans protections, il faut les remettre et c’est souvent un peu pénible.

Je dirais que le choix est entre :
– un blouson (ou veste) de bonne qualité avec coques aux coudes et épaules + dorsale indépendante ;
– un blouson de daube sans protections par dessus un gilet.

Le gilet peut se porter sur un simple t-shirt en été, effet « total look » garanti. En cas de glissade à grande vitesse, la maille risque clairement de rompre, mais pour amortir les chocs en cas de chute en ville, c’est tout à fait correct.
J’ai pris quelques bonnes pelles en enduro avec un gilet-armure, et ça protège bien, même s’il faut bien le serrer car les coques ont tendance à tourner pendant les glissades.

* * *

Protection dorsale ou gilet airbag ?

Les gilets gonflables commencent peu à peu à se répandre dans la population motarde.
Cela reste très minoritaire, mais les motards attachés à leur sécurité s’intéressent à ce produit et quelques-uns m’ont déjà posé la question de l’opportunité du gilet airbag.

Le gilet airbag a pour lui deux avantages.

Il s’enfile par dessus votre vêtement moto, et non en dessous, d’où une moindre impression de gêne, un meilleur confort. Il se met et s’enlève plus facilement. D’un autre côté, il faut quand même le porter bien ajusté et il n’est pas plus respirant. Par forte chaleur, il tient tout aussi chaud, je peux vous l’assurer.
Autre qualité, indiscutable elle par contre, il protège non seulement le dos, et tout le dos, mais aussi le thorax et un peu l’abdomen. Et ce, de façon bien plus efficace qu’une plaque thoracique – du moins contre les chocs, moins contre la perforation.

En revanche, le gilet suppose quelques inconvénients.

Tout d’abord, il reste bien plus cher que la dorsale. Cette dernière coûte en moyenne autour de 150 euros, un airbag coûte au moins deux fois plus cher. Certes, il est réutilisable (à condition de ne pas avoir été abîmé), alors que la dorsale, c’est comme un casque : il faut en changer si elle a tapé car elle n’assurera plus son rôle d’amortissement à l’endroit du choc.
Mais bon, on ne se prend pas un gros gadin tous les ans (ou alors, faut songer à changer de conduite…) !

Le gilet airbag dont se « clipser » sur la moto ou être activé pour les modèles électroniques.
Il peut aussi tomber en panne de batterie.
Contrainte minime, mais la dorsale, on la met en s’équipant et on n’y pense plus.

Le gilet protège superbement contre les chocs.
Moins bien contre l’abrasion.
En cas de longue glissade sur le dos, le matériau du gilet va fondre et l’air s’échapper, alors que la coque en dur de la dorsale résistera et protégera.
Aucun matériel ne protège à 100% dans toutes les circonstances, chacun est un compromis.

Pour en savoir plus, lire « Réflexion sur le gilet airbag moto »

* * *

Quelques explications anatomiques

La colonne vertébrale est composée de vertèbres empilées les unes sur les autres.
De bas en haut : 5 lombaires, 12 dorsales, 7 cervicales.
A l’intérieur de ces vertèbres passe la moelle épinière.
Elle a pour rôle la conduction des influx nerveux du cerveau vers tous les organes et membres.
Elle part du crâne (en dedans même) et se conduit jusqu’en L2 (2eme vertèbre lombaire).

Si un choc survient au niveau d’une vertèbre ou qu’une force trop grande vient à déplacer une vertèbre par rapport a sa sous-jacente ou sus-jacente, cette dernière va alors sectionner la moelle épinière, empêchant ainsi la conduction des influx nerveux.

En conclusion : plus la moelle est touchée haut, plus vous serez handicapé.
Et cela ne concerne pas que les membres.
La moelle innerve aussi les organes et les tissus (colon, vessie par exemple, ne fonctionneront plus).

Les vertèbres cervicales, au nombre de sept, sont très vulnérables.
Un traumatisme, par hyper-flexion ou par hyper-extension ou par choc frontal, peut entraîner une paralysie totale : au dessus de la 3e cervicale, c’est mortel.
En dessous, on est tétraplégique, c’est-à-dire que les quatre membres sont paralysés plus le thorax et l’abdomen.
La tétraplégie est le plus souvent complète avec un taux de récupération nul.

Au pire, on ne peut bouger que la tête (atteinte au dessus ou au niveau de la 4e vertèbre cervicale).
Au mieux, seuls les deux derniers doigts sont paralysés, plus tout le reste en dessous (atteinte au niveau de la 7 ème cervicale).
On peut alors fléchir l’avant-bras sur le bras, on garde la « pince » (rapprocher l’index du pouce), on peut se servir d’une fourchette et utiliser un fauteuil roulant.

Les vertèbres dorsales, au nombre de 12, sont parfois impliquées lors des accidents de moto.
Un traumatisme violent au niveau des vertèbres dorsales (l’on dit « thoraciques ») ne pardonne pas.
La paralysie, si elle existe, est presque toujours complète et sans espoir de récupération.
En effet, la moelle épinière est contenue par une membrane, la dure-mère, qui est ici quasiment en contact avec le canal vertébral.

C’est différent au niveau lombaire, où la dure-mère contenant la moelle épinière puis le début des racines nerveuses garde un petit espace occupé par de la graisse, jouant un rôle d’amortisseur.
Ici, la paralysie peut être totale ou incomplète – avec, dans ce dernier cas, espoir de récupération.

Pour en savoir plus, lire  Pourquoi se protéger le dos.

Voir ci-dessous la répartition exacte des organes dirigés par la colonne vertébrale et donc les fonctions affectées s’il y a lésion.

  259 comments for “Choisir sa protection dorsale

  1. jp
    8 juin 2012 at 20:04

    bonjours, je doit acheter une dorsale en vue de deux journée piste cet été, et je vien de lire votre topo sur les dorsale, donc à vous lire les dorsale en mousse fourni avec les blouson sont du pipi de chat comme ont dit, plus loin vous parlé des normes, je vien de regarder ma plaque mousse de mon blouson, un cuir furigan blade evo, et sur la dorasale j’ai une étiquette avec la norme ce en 1621-2 et j’ai bien le logo du motard avec la letre B et le 2 dessus, donc que faut il en conclure? que ma vulgaire plaque de mousse me protegera autant qu’une tryonic feel 3.7?
    j’ai acheté cette dorsale, je vais l’utiliser sur piste bien sûr puisque c’est obligatoire, mais comme c’est un peu plus génant que ma plaque mousse je me pose la question pour mon utilisation route.

    merci V

    • FlatFab
      8 juin 2012 at 22:34

      Le blouson Furygan Blade Evo n’est pas équipé d’une plaque de mousse, mais d’une plaque dorsale SaS-Tec homologuée 1621-2 niveau 2.
      En théorie, cette protection est tout autant protectrice qu’une coque dorsale CE, comme la Tryonic Feel.
      Cela dit, une plaque dorsale pourra toujours avoir tendance à bouger en cas de glissade prolongée. C’est pourquoi la FFM demande une coque dorsale, fixée par bretelles et ceinture.
      Pour la route, la plaque homologuée du blouson, c’est déjà bien, même si elle ne couvre pas le dos aussi bien qu’une coque.

      • pascal dunikowski
        10 juin 2012 at 15:04

        les bons gilets airbag ont toujours une dorsale certifiée 1621-2 précaution indispensable en cas de non déclenchement de l’airbag

  2. Martinez
    13 mai 2012 at 21:52

    Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant (comme tout le reste du site par ailleurs!). J’ai toutefois une question. J’ai rajouté une plaque dorsale Dainese à mon blouson lorsque j’etais en moto école. Suite à la lecture de cet article, lorsque je me suis renseigné pour remplacer ma plaque dorsale par une coque, le vendeur m’a conseillé de compléter ma plaque dorsale avec une ceinture lombaire coquée. Est-ce suffisant ou vaut-il mieux investir dans une coque?
    Je profite de ce commentaire pour te remercier pour l’ensemble des conseils donnés sur le site. J’ai mon permis depuis une dizaine de jours et le site m’a vraiment beaucoup aidé. Donc merci!

    • FlatFab
      2 juin 2012 at 01:17

      Une ceinture lombaire est faite avant tout pour aider les muscles lombaires à maintenir le dos droit. La fonction de protection reste secondaire. D’ailleurs, je doute qu’aucune ceinture lombaire, même coquée, soit homologuée ECE 1621-2, ne serait-ce qu’au niveau 1.
      Dans tous les cas, une coque homologuée niveau 2 sera préférable.
      Mais je concède que cela coûte plus cher.

  3. Danka
    27 mars 2012 at 11:01

    Bonjour, et merci pour ce super article !!

    Juste une petite question, j’ai repéré le gilet Held Recia (lady) comme étant de très bonne qualité.
    Seulement il est sorti en 2009 et malheureusement on ne le trouve plus en vente nulle part.
    Held aurait-il sorti un autre gilet/dorsale pour motarde d’aussi bonne qualité ?
    Ou faut-il se rabattre sur une dorsale mixte ?

    Je vous remercie de votre réponse, et encore 10000 mercis pour votre article !!
    ps : peu importe le prix, tant que la protection est efficace 😉

    * * *

    Réponse

    Prends une IXS Carapax, c’est exactement la même !
    http://www.lequipement.fr/produit/dorsale/ixs/carapax-gilet

  4. Olivier
    14 mars 2012 at 15:01

    Bonjour,

    N’ayant pour l’instant qu’une vulgaire « mousse » et après la lecture de cet article je pense sérieusement à investir dans une dorsale.
    Si j’ai (bien) compris il n’existe pas de dorsale miracle assurant une protection de la mort (petit jeux de mots …) et un confort absolue.

    On a donc le choix entre :
    – Une dorsale intégré au blouson offrant un confort sans gêne majeur une fois hors de la moto mais une protection laissant à désirer
    – Une dorsale en gilet offrant une meilleur protection mais gênante une fois hors de la moto

    A la limite je serrais prêt à sacrifier quelques secondes de ma vie à chaque fois que je monte / descend de ma moto pour enfiler / enlever la dorsale sous le blouson afin d’avoir une meilleur protection.
    Il ne reste ensuite plus que le problème du rangement … Est-ce qu’une dorsale peut rentrer dans un sac à dos ?

    Je dispose d’un sac à dos Furygan Torque (je n’ai pas ces dimensions exacte mais il recouvre entièrement mon dos) où il faudra encore un peu de place pour le sur-pantalon et les quelques affaire que j’ai à transporter.

    Si vous avez des conseils pour m’aiguiller je suis preneur !

    * * *

    Réponse

    Oui, c’est possible.
    Les dorsales en D3O de Racer (par exemple) sont souples et peuvent se plier.
    Et la coque dorsale All One Bender peut se plier en deux, c’est prévu pour.

  5. Philippe Roche
    9 mars 2012 at 17:53

    Nous passons beaucoup de temps à nous « harnacher » et à nous « déharnacher », bien que nous ne soyons pas des boeufs. Nous serons donc facilement tentés de négliger tel ou tel élément de sécurité en fonction des circonstances : toi, par exemple, tu confesses rouler en jean, tout en admettant que ce n’est pas bien ; moi, je ne pense pas que je porterai ma dorsale toute neuve (Vidal Sport, choisie après lecture de cet article, merci Fabien) au cours de mes trajets domicile-travail. Pourtant, une mesure de prévention n’est efficace que si elle est appliquée en permanence, un accident étant par définition un évènement imprévu, même s’il est parfois prévisible. C’est là le paradoxe du motard qui souhaite se protéger, mais qui n’accepte pas toutes les contraintes que cela impose.
    Quant aux dorsales, puisque c’est le sujet de cet article, les commentaires du style « Je l’ai essayée, elle est bien » n’ont pas d’autre sens que « Je la supporte », ce qui n’a rien à voir avec leur efficacité, qu’aucun d’entre nous n’a d’ailleurs réellement envie de mettre à l’épreuve. J’espère simplement qu’une bonne dorsale pourrait m’éviter une fracture grave du rachis si une chute m’en faisait courir le risque. Bonjour au passage à Acetyl-CoA (mais attention à l’alcool, les connaisseurs du métabolisme comprendront), en qui j’ai reconnu un confrère, anesthésiste-réanimateur comme moi, ou bien urgentiste, ou peut-être même chirurgien : il n’y a pas de sot métier ! (;-)
    Je ne pense pas plus que toi qu’une dorsale amovible ajoutée à une dorsale intégrée à un blouson puisse avoir des effets délétères, mais je n’ai pas d’arguments scientifiques pour étayer ce point de vue. La crainte de Max reste donc fondée.
    Je ne sais pas non plus si le fait de remplacer la plaque de mousse d’un blouson par une vraie dorsale est une bonne idée (Anthony), parce qu’il est alors impossible de la serrer sur son corps, chose que tu recommandes.

  6. stl
    21 février 2012 at 18:21

    bonjour, qui peut me parler de la protection »defender armor » dorsale+ventrale complete avec les bras de chez SPIDI. Merci.

  7. 11 février 2012 at 15:47

    Moi j’aurais un simple conseil que je réitère ici : essayez avant d’acheter ! Personnellement je roule avec une dorsale Furygan (en réalité une Zandona…). J’ai souhaité changer pour une Tryonic Feel 3.7 au vu des résultats dans les différents comparo., et bien je viens de la renvoyer à l’expéditeur…La forme de la dorsale n’est pas du tout adaptée à mon dos, elle se décolle en haut et est très désagréable à porter en comparaison de ma Fury qui épouse parfaitement mes courbes.

  8. Haazbob
    30 janvier 2012 at 12:27

    Ces tests là :

    un anglais :
    http://www.motorcyclenews.com/upload/Ride%20Magazine/Product%20test%20pdfs/6%20JUN08%20Back%20protector%20test.pdf

    un canadien :
    http://www.motoplus.ca/evaluation/eval-forcefield-Pro-Sub4-L2.html

    Il y a également eu un test motomag en août/septembre, celle qui ressortait la première est la Tryonic Feel 3.7 je crois.
    Dommage que ce test n’ait pas pris en compte les Forcefield 🙂

    * * *

    Réponse

    Les essais comparatifs de Rider Magazine font autorité dans le monde moto.
    Je relève que la coque dorsale ForceField Pro Sub 4 figure parmi les trois produits classés premiers ex aequo de ce dossier.
    Quant à l’article canadien, je le trouve un peu trop dithyrambique pour être sérieux. Il n’y a pas de comparatif, pas de mesures. C’est juste l’appréciation par une seule personne sur une seule moto à propos d’une seule dorsale, à laquelle il tresse des louanges un poil outrancières.

  9. Poupagef
    28 janvier 2012 at 22:45

    Testé avec mon dos à moi.
    Merci Forcefield ! (voir plus haut)

  10. Florian
    19 janvier 2012 at 23:03

    Salut à tous!

    J’allai justement vous parler à tous de la marque Forcefield. Le vendeur m’as vivement conseillé ma dorsale pro L2K, apparemment soumise aux plus hautes normes de sécurité. Elle recouvre l’intégralité de la colonne, épouse parfaitement ses courbures, sans aucun composant dur donc très agréable à porter, parfaitement maintenue par les bretelles et la ceinture, légère, aéré…
    Enfin voilà très bonne came, je conseille vivement!

    J’espère malgré tout qu’elle ne me sera jamais utile…

    * * *

    Réponse

    « soumise aux plus hautes normes de sécurité » : bla bla bla !
    Il n’y a qu’une norme, l’ECE 1621-2, avec deux niveaux de qualité. Les produits ForceField sont homologués 1621-2 niveau 2 comme la plupart des coques dorsales actuelles.

    • Haazbob
      25 janvier 2012 at 22:26

      Certes, mais les dorsales Forcefield, Pro Sub 4 en tête, restent celles qui s’en sortent le mieux aux tests 🙂

      * * *

      Réponse

      Quels tests ?

  11. HOSTIN
    17 janvier 2012 at 20:28

    Bonjour,

    Je suis comme tous l’ont été ici à un moment donné en quête de la protection idéale…. Mon choix se porte sur la Forcefield Pro Sub 4, mais ou la trouvé pour pouvoir l’essayer… Je suis à Montpellier donc si quelqu’un peu m’aiguiller se serait génial.

    Merci pour cet article complet et remis à jours enfin un forum ou la conversation ne dévie pas sur un sujet différent.

    * * *

    Réponse

    Les produits ForceField sont importés en France par la société MAD.
    Pour connaître les revendeurs, contacter MAD :
    Parc de la Muscatelle – 13790 Châteauneuf-le-Rouge – France
    Email : mad@mad.fr
    Fax : 04 42 12 58 51
    Téléphone : 04 42 12 58 70

    • Haazbob
      25 janvier 2012 at 22:33

      Hostin,
      Il y a 3 distributeurs des produits Forcefield en France : http://www.forcefieldbodyarmour.com/stockists/international/7

      Avant d’investir dans la Pro Sub 4, j’ai contacter les 3.
      Sauf erreur de ma part, tu ne pourras rien faire avec MAD car la société ne vend pas aux particuliers.
      J’ai fait une commande groupée de 14 dorsales auprès d’un des deux autres. Si je peux te faire bénéficier de cette expérience, ce sera avec plaisir.
      Je ne sais pas si je peux le faire directement ici, l’avis du modo/admin sera le bienvenu 🙂

      * * *

      Réponse

      Non, ce site n’est pas un forum et n’a pas vocation à accueillir les annonces de vente ou d’achat.
      Mais rien ne vous empêche de vous contacter directement et de régler ça entre vous.

  12. Benjamin
    12 janvier 2012 at 16:52

    Bonjour

    Tout d’abord merci pour cette foule d’infos (objectives !) sur les protections ! Ce n’est pas si souvent qu’on peut avoir des infos qui ne visent pas à vendre tel ou tel matériel…

    Sinon je dois dire que je suis tout à fait en accord avec votre vision des choses (notamment les réflexions sur le fait que le prix des protections reste largement raisonnable, quand on a conscience de ce qui est en jeu…)

    Enfin peut-être un petit complément, pour info, on peut aussi citer la marque POC, plus connue dans le VTT, le snow, et qui vend des équipements de protection, paraît-il de très bonne qualité. Dont des dorsales, qu’ils annoncent homologuées EN 1621-2 niveau 2 (je n’en possède pas moi-même, je ne peux pas vérifier).

    http://www.pocsports.com/en/15/wheels-body_armor

    Salut à tous et encore merci pour le travail de recherche !!!

  13. 12 janvier 2012 at 14:14

    Bonjour,
    Je m’interroge sur la nécessité de cumuler les protections.
    Je porte un blouson bering turismo 2 avec dorsale intégrée KNOX advance X et un gilet airbag. (le HIT AIR MLV-R)
    J’hésite à retirer la dorsale intégrée et rajouter une coque dorsale, mais je crains ne plus pouvoir bouger sur ma moto.
    Cordialement

    * * *

    Réponse

    Avec un gilet airbag et une plaque dorsale intégrée homologuée, tu es déjà bien protégé.
    Tu peux éventuellement remplacer la plaque par une coque, tu pourras toujours bouger, rassure-toi.
    Mais cela ne me paraît pas nécessaire.

  14. jvjean
    19 décembre 2011 at 21:20

    büse ne fait que remarquer des dorsales d’autres fabricants.
    la belluno 1 était une komperdell cross (qui obtenait d’excellents résultats aux tests), la nouvelle version utilise un autre fournisseur moins bon.

  15. Haazbob
    19 décembre 2011 at 18:13

    Petit complément pour JPVDH :
    Je crois que les sacs à dos, dont le Boblbee auquel je m’étais intéressé, ne font pas l’unanimité.
    Si cela peut t’aider, je sais que Motomag a publié un comparatif assez récemment (je ne peux pas te dire exactement dans quel numéro car je ne suis pas chez moi, mais je pense que c’était sur septembre ou octobre).

    Au passage, après 2 mois, je suis entièrement satisfait de ma Forcefield Pro Sub 4, et les 13 personnes avec lequel j’ai lancé un achat groupé également ! Pas plus tard que samedi, un je suis allé dans un magasin de l’avenue de la grande armée (si, si, il reste encore là-bas quelques très bons professionnels !) où l’on m’a indiqué que c’était un excellent produit. J’y ai également entendu parler de la marque Büse qui fait un tabac en Allemagne. A suivre.

  16. brisy
    19 décembre 2011 at 17:14

    salut jpdvh ,
    du point de vue du kiné raidir une partie du dos ne semble pas le meilleur puisque forcément les efforts vont se transferer au dessus (la tête , le cou,) et en dessous (la charnière lombes bassin) sans être orthopédiste ou urgentiste . les sacs semi rigides ou les dorsales articulées ,l’air bag plus encore me paraissent meilleurs pour amortir et dissiper l’energie d’une chute.
    lors d’une glissade en 125 sur du verglas le sac a dos (civil , pas motard ) a bien joué le rôle de pare-dos en évitant un choc direct sur les vertebres, le casque (merci shoeï) a amorti celui sur le pare-choc de l’auto qui m’a stoppée…amicalement
    marco

  17. 18 décembre 2011 at 17:40

    Bonjour, moi je possède la tryonic qui n’est plus distribué en France pour le moment car la société a été racheter wait and see…

  18. JPDVH
    29 octobre 2011 at 12:24

    Bonjour,
    Très bon article et commentaires. Merci!
    Pour être exhaustif, il serait intéressant d’avoir des retours sur les sac à dos homologués « dorsale ». Je pense plus particulièrement aux sacs Boblbee. Je ne sais pas trop quoi en penser. Je peux juste dire que j’ai fait une chute a basse vitesse il y a quelques années avec un de leurs sacs (un vieux modèle non homologué il me semble) et que celui-ci avait bien joué son rôle, bien qu’une bretelle se soit rompue (je n’avais pas de ceinture lombaire sur ce modèle…). Quoi qu’il en soit, il y a une toujours une discussion sur la dangerosité des sacs rigides à moto et vos expériences et avis (en particuliers des urgentistes, orthopédistes…) seraient les bienvenues.

  19. Mickaël
    10 octobre 2011 at 22:01

    Bonjour !

    Je viens d’acheter la dorsale de chez Décathlon, erreur puisque si elle est EN1621-2, elle n’est pas de niveau 2 : non pas B 2 mais malheureusement B 1, je vois clairement la différence flagrante avec ma dorsale B 2 intégrée à mon cuir furygan, demain je vais donc me faire rembourser, en attendant de pouvoir acheter la Dainese d’occasion.

    Gaffe à la précipitation lors de l’achat…

  20. marcucciu
    1 octobre 2011 at 23:13

    Motard débutant je trouve ce site particulièrement bien pensé et très riche en informations. Merci pour les efforts de lisibilité et pour le style concis. A bientôt pour beaucoup de questions de novice. Merci encore.

  21. 29 septembre 2011 at 16:54

    J’ai une dorsale alpinestar et j’en suis très content, les gilets sont beaucoup plus difficile a enfiler sous la combinaison mais protège mieux qu’une dorsale classique c’est sure.

    Cordialement.

  22. ben
    22 août 2011 at 16:13

    salut tous le monde

    je tiens à remercier l’auteur de cette article qui c’est montrée vraiment utile, surtout la partie femme que ma chérie à adorée :).

    Pour ma part j’ai pris la petite dernière de chez Vidal (celle argentée ), une vrai petite merveille je l’ai pris pour faire 30 bornes aujourd’hui, elle est vraiment aérer légère, je l’ai bien vue avec environ 24° à Paris .
    Elle c’est faite oubliée en à peine 10 minutes.

    sinon que dire de plus livraison express et soignée avec le t-shirt en cadeaux.

    Si quelqu’un a besoin de plus d’infos sur mon ressenti il pourra toujours me poser ses questions à cette adresse isoo_83@live.fr

  23. Poupagef
    16 août 2011 at 21:18

    En tout cas, bravo pour cet article qui continue à vivre plus de 4 ans après sa mise en ligne !
    Nos amis québécois (motoplus.ca) ont aussi travaillé sur la question, avec un essai comparatif tout chaud : http://www.motoplus.ca/evaluation/Comparo_dorsales/comparo-dorsales-2011.html
    Bonne lecture !

  24. Poupagef
    6 août 2011 at 15:06

    Comme indiqué plus haut, j’ai « essayé » une Forcefield lors d’une chute violente (100 kmh, avec rencontre avec un trottoir).
    Je crois VRAIMENT que je lui dois d’avoir encore une colonne vertébrale entière. Il n’y a qu’à voir l’hématome qui m’a valu 7j d’hosto, situé juste en-dessous de la zone protégée…
    Mais je n’ai VRAIMENT pas l’intention (ni l’envie) de faire un essai comparatif !

    • Haazbob
      11 août 2011 at 11:07

      J’ajouterais, pour ne pas aller dans le sens de la réponse faite à Maurice, que la/les Forcefield est/sont très bien classée(s). Je vous invite à regarder les tests ci-dessous :
      En lisant celui-ci, on a presque plus envie d’acheter une BMW, et carrément pas d’investir dans du Dainese…
      http://www.motorcyclenews.com/upload/Ride%20Magazine/Product%20test%20pdfs/6%20JUN08%20Back%20protector%20test.pdf

      Celui-ci confirme la qualité des protections Forcefield
      http://www.motoplus.ca/evaluation/eval-forcefield-Pro-Sub4-L2.html

      Je suis en train de finaliser mon étude (ce site m’a beaucoup servi, un grand merci !) pour acheter une nouvelle dorsale (j’ai actuellement une Furygan mais à priori il existe beaucoup mieux).
      Mon choix se focalisait sur la BMW que j’ai testée et qui est, à mon sens très confortable.
      Pour la Forcefield Pro L2, ça l’est moins je le reconnais, par contre (je me fie peut-être trop aux tests mais il faut bien se baser sur quelques chose), Forcefield semble vraiment être la référence à l’heure actuelle en utilisant des matériaux qui absorbent davantage l’énergie.
      J’aimerais également essayer la Pro Sub 4 qui semble couvrir davantage, et en tester le confort.

      A suivre.

  25. Maurice
    4 août 2011 at 18:12

    Bonjour.
    Ayant lu attentivement l’article et la plus grande partie des commentaires, je me suis tourné vers le magasin moto le plus proche, et on m’a conseillé, en tant que « nouvelle génération », un produit « Forcefield body armour », qui aurait des qualités très intéressantes, notamment en terme de d’adaptation au dos du porteur, ce qui la rendrait particulièrement pratique et confortable, « bien mieux que celles existantes », a argumenté le vendeur.. Devant faire l’achat, et voyant qu’elle satisfaisait la norme 1621-2-2003 Niveau 2, je l’ai achetée pour la somme de 115 Euros. Elle est disponible des tailles XXS à L.
    Si vous avez des infos ou des expériences à propos de ce produit, ce serait intéressant de le resituer par rapport aux marques dont vous parlez.
    Voici le site du constructeur: http://www.forcefieldbodyarmour.com

    – – –

    Réponse

    J’ai pu essayer une coque dorsale Forcefield Pro L2 Back Protector.
    Confortable certes, mais rien d’exceptionnel. De là à dire qu’elle s’adapte au dos bien mieux que les autres, cela me paraît relever du gros argument commercial infondé, puisque non fondé sur une étude comparative rigoureuse. Avec la chaleur corporelle, quasiment toutes les coques dorsales s’adaptent à la forme du dos du motard.

    • Florian
      19 janvier 2012 at 23:16

      Dit moi Maurice tu l’as pas acheté à Plan de Campagne ta dorsale par hasard?! Je reconnait le prix et le discours du vendeur xD Sinon je suis d’accord j’ai la même, excellent dorsale!

      • Momo
        14 mai 2012 at 16:52

        Non, je l’ai achatée dans un magasin Honda à Poissy (Yvelines). Mais les arguments publicitaires sont un peu les mêmes ^partout. Comme je te réponds assez largement après ta qiestion, et que j’ai regardé ce qui a été dit depuis, je constate que ce n’et pas un mauvais choix.

  26. 11 juillet 2011 at 18:44

    bonjour
    il existe des protections pour le snowboard qui répondent également à la même norme. (norme 1621-2)
    http://www.decathlon.fr/jacket-protection-id_8110416.html#Avis_utilisateurs
    je connais une personne qui la porte pour la moto et qui en est content. d’autres l’ont ils essayé?
    cordialement. Franck

  27. Poupagef
    14 juin 2011 at 15:27

    Merci Forcefield !
    36 ans de moto, et je me gamelle le premier jour de ma vie où je porte une dorsale !
    Eh bien je crois que je lui dois une fière chandelle. Apres une glissade et une rencontre avec un trottoir, rien au dos… mais une côte cassée (latéral) et bobo les fesses : j’étais en jean.

    – – –

    Réponse

    Merci de ce témoignage.
    Tu es maintenant mûr pour aller lire l’article sur les surpantalons de protection.

  28. Nouba
    13 juin 2011 at 20:01

    salut à tous et merci pour ce sujet bien traité.

    J’aime bien la bmw version complète : (http://markt.motorradonline.de/produkt-364642-Protektorenjacke_2) mais je crois qu’il serait plus judicieux de m’orienter vers une Tryonic Feel 3.7 Vest ou une alpinestars Track Protection Vest et d’acheter séparément des protections qui moule bien mes épaules, coudes et avant bras à loger dans une veste

    et d’y adjoindre le model de neck brace de chez leatt compatible avec les bosse dans le dos « Leatt STX » :

    http://www.moto-online.be/content/leatt-sort-des-sentiers-battus

  29. Skinou
    13 juin 2011 at 08:32

    Apres la lecture de cet article, et malheureusement le récit d’un ami qui remercie sa dorsale Dainese, je suis passé chez BMW et j’ai fait un ptit chèque a la dame fort pro dans ses conseils.

    Je la quitte plus cette dorsale et une fois je l’ai oublié, et bien j’avais l’impression qu’il me manquait quelque chose.

    Merci pour ces articles vraiment top !!!!!!!!

    Skinou

  30. Debrus Patrice
    12 mai 2011 at 09:37

    merci Fab pour ce site épatant.
    j’ai acquis cet été un sac guy cotten étanche 80 L, très pratique.
    ……..j’ai suivi le conseil d’ARNAUD.
    je viens de m’équiper d’une dorsale bmw back protecteur 3.
    je connaissais le produit, je suis passé à l’acte.(169 e)
    le but, avoir un équipement dorsale modulaire et polyvalent pour différentes vestes. selon les circonstances de roulage.
    -veste bmw voyager2 pour toute l’année (elle n’a pas de protection dorsale)
    -blouson cuir A2 pour le confort mi-saison.
    -coupe vent de pluie klimakonfort en été.
    difficile de concilier confort en toute circonstance et bonne protection.
    67 ans permis à 60 ans, bmw650 scarver, et 15 ans de mot125 dans paris pour aller bosser, 150 000km, une seule petite chute à l’aplomb d’un feu rouge en janvier 2009. je suis à l’arrêt une automobiliste distraite oublie de s’immobiliser et me bouscule la valise droite, je verse à gauche……..veste protégée aux coudes ne m’empêche pas un petit hématome interne à l’avant bras. 3 mois à me remettre. reprise des transports en commun. j’aurais eu des extenseurs de guidon (cintre) sur ma yam SR125 je n’aurais rien eu, la protection coude de la voyager 2 ne m’a pas prémunis suffisamment.( 2 ans pour oublier le rhumatisme au coude)
    bonne route à tous.
    RoueCoolToujoursVoyageur.
    Patrice.

  31. Fred
    25 avril 2011 at 10:00

    Si cela peut aider quelqu’un a faire un choix : j’ai la dorsale Spidi Back Warrior Evo dont Fab parle dans son article, et j’ai pu tester (pour vous bien sur 😉 ) la protection en live la semaine derniere apres une chute sur cote gauche puis le dos : aucun probleme, absolument rien senti, protection parfaite, j’etais debout en 2 secondes.

    En plus de ca, au quotidien elle se laisse totalement oublier sous le blouson, bref que du tout bon pour moi, je recommande chaudement pour les moments qui auraient du faire aiie. 😉

  32. Sylvain.C
    13 avril 2011 at 13:35

    Bonjour,
    Je cherche actuellement à compléter ma panoplie de futur motard (passage du permis en ce moment) par l’achat d’une dorsale.
    J’ai déjà dégrossi une bonne partie des dorsales existantes et sélectionner plusieurs modèles :
    Vidal : 85€, je compte aller l’essayer au revendeur dans le 95
    BMW : Gilet protection, que je suis allé essayer dans la boutique BMW sur Paris mais sans mon blouson, vraiment bien, relativement fine, légère et protège bien le dos (de « visu ») mais chère : 159€ au jour d’aujourd’hui.
    Dainese Wave : 149€/169€ avec les épaules, essayer aussi mais après le Gilet de BMW, je trouve la comparaison en défaveur de Dainese.
    Ensuite, j’ai noté les Dorsales Tryonic … aussi adapté au sport d’hiver.
    Je ferai mon opinion une fois la Vidal essayée je pense.
    Sinon, j’essaie d’aller au sport d’hiver chaque année… et je descends les pistes en vrai calu comme qui dirait :-). Donc, pourquoi pas réutiliser ma dorsale … en plus du casque.
    De plus, j’ai gouté au ski nautique cet été et en effet, ca me rappelle les sensations de vitesse du ski alpin … Quid du dorsale (utile ou pas ?)

    Donc, j’ai 2/3 questions :
    Mon choix de dorsale est-il bon ?
    Toutes les dorsales sont-elles compatibles sport d’hiver ? ( je dirai que oui sous le blouson/manteau/combi)
    Sport d’eau ? (J’ai vu dans votre parcours que vos loisirs sont en rapport avec l’eau, vous en savez peut-être un peu plus)

    Cordialement

    PS : Petit gabarit : 1m65,55kg
    PS2 : Continuez donc à écrire vos passions sur ce blog, j’y ai appris ces dernières semaines énormément de choses.

    – – –

    Réponse

    Une protection dorsale est toujours utile, dans tous les sports extrêmes.
    Que ce soit la BMW, la Vidal ou la Tryonic, on est sur de bons produit, bien maintenus par bretelles et ceinture, ce qui permettra de l’utiliser à moto et à ski.
    Je suis plus dubitatif sur une utilisation dans l’eau, pas sûr que les mousses apprécient une immersion prolongée et/ou répétée, elles ne sont pas faites pour ça. Et l’eau salée risque d’abîmer les parties en textile.
    Pour les sports nautiques, il existe des gilets de sécurité qui combinent flottabilité et protection du corps.

  33. brabsster
    23 mars 2011 at 20:04

    Gros dilemme entre la Vidal et Spidi Back Warrior Evo que je viens d’essayer et impressionnante de légèreté et discrétion, mais j’ai un doute sur sa longévité.
    La vidal semble imposante qu’en est il réellement sous le cuir??

    – – –

    Réponse

    La dorsale Vidal est effectivement épaisse, environ 5 cm.
    Cela ne se sent pas spécialement quand tu la portes, mais si tu as un blouson cuir très près du corps, cela peut poser problème.

  34. nex
    19 mars 2011 at 18:27

    slt à tous

    Je voulais savoir si quelqu’un avait des renseignements sur la nouvelle matière D3O qui commence à être utilsé par certain équipementier pour les protections..; dorsale blouson, coude et genoux comme chez furygan … est ce qu’il existe un type de dorsal comme chez BMW fait dans cette matière… est ce reellement protecteur ????

    D’autre part juste une remarque concernant l’achat des matériels de protection, il est toujours très difficile en 2011 de trouver sur les sites de vente comme le disait « trock » dans un post en 2010 les détails de la certification de ceux-ci … faudrait une directive  » européenne  » pour mettre de l’ordre lol…

    En tout cas le site est super et riche en information, en tant que nouveau motard ( janvier 2011 ) je m’y abreuve régulièrement ;–)))

    cordialement

    • gamerfou
      19 mars 2011 at 21:15

      Tu as la Scott Viper qui existe en d3o.

      cependant j’attend encore de voir des résultats de tests indépendants sur ce matériau, jusqu’ici je reste relativement sceptique… ca doit marcher, mais à mon avis c’est loin d’être miraculeux.

  35. vincent
    5 mars 2011 at 16:16

    Je posséde une dorsale Vidal et je peut dire qu’elle et absolument géniale,vite enfilée,vite oubliée sous le blouson,j’ai une réelle confiance dans le produit

  36. alex
    1 mars 2011 at 16:45

    Bonjour,
    Tout d’abord, bravo pour l’article.

    J’aurais une question « conne » à poser, mais est t’il possible de coupler une dorsale avec un gilet airbag pour un maximum de protection ? si oui, est ce que cela apporterait une protection ultime ?

    • Aviateur35
      1 mars 2011 at 22:42

      J’ai essayé les deux en magasin : dorsale Dainene Shield Air 7 + airbag Bering.
      Résultat : porter les deux en roulant serait relativement « intenable ». Trop épais, trop gênant,…

    • 5 mars 2011 at 23:57

      Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, porter dorsale + airbag, c’est comme mettre ceinture et bretelles.
      Le fait de porter une dorsale n’aurait d’intérêt qu’en cas de choc contre un objet coupant ou pointu qui risquerait de percer le gilet airbag.
      Autrement, la coque dorsale n’apportera pas de protection supplémentaire par rapport au gilet.

  37. Poupagef
    20 janvier 2011 at 16:53

    Bonjour

    Wouah, c’est l’article « protection dorsale » pour Wikipédia ! (Je suis aller vérifier, il n’y a qu’un pauvre article – c’est mieux que rien – « vêtements pour motards »)
    Bravo en tout cas : complet, pédagogique, argumenté… et merci à tous les contributeurs, qui font encore monter le niveau !
    Une question cependant : je n’ai pas compris quel est le niveau de la protection AB cuir ?

    Merci

  38. René
    25 décembre 2010 at 00:29

    Bonjour,

    Merci pour cet article très complet.
    Vous penserez peut être que je chipote mais :

    Dans votre article vous parlez de grande vitesse en deux roues. Selon vous, à partir de quelle vitesse entre-t-on dans le domaine des grandes vitesses ?

    Je m’explique : pensez vous que dans le cadre de mon « interfilage » quotidien à travers la circulation parisienne (ou personnellement je ne dépasse que très rarement les 60 km/h quand certaines portions sont fluides par exemple) qu’un gilet de protection (dorsal, protection aux coudes, aux épaules et aux avant bras) couplé à un « blouson de daube » (pas fait pour la moto mais en cuir tout de même) soit suffisant ?
    Tout ceci dans le but (superficiel je sais mais bon …) de pouvoir retirer le gilet une fois arrivé à bon port et de remettre mon blouson qui ne me donne pas une allure de spationaute ?

    Enfin, connaissez-vous un gilet qui intègre : une dorsale, des protections aux coudes, avant-bras et épaules mais pas de protection pectorale ?

    Bonnes fêtes

    – – –

    Réponse

    Quand je dis « grande vitesse », c’est plus de 100 km/h.

    Oui, il est possible de porter un gilet de protection sous une veste de cuir. Cela assure déjà une bonne protection.
    Tous les gilets de protection typés « enduro » comportent des protections thoraciques en dur. Le seul que je connaisse qui offre des protections « souples » est le gilet BMW gris et bleu.

  39. Trok
    15 novembre 2010 at 10:26

    Je me permets d’apporter quelques précisions sur la norme EN 1621, sur laquelle je réfléchis un peu, ces derniers temps.

    Contrairement à ce que tu dis, Fab, la 1621-2 niveau 1 n’absorbe pas deux fois plus d’énergie que la 1621-1 : elle en transmet deux fois moins, et ce, dans le cas bien particulier des conditions (ridicules) d’un protocole de test bien précis, très grosse nuance.

    Je m’explique : le protocole de test consiste à faire chuter une masse de 5kg contre la protection, en partant d’une hauteur de 1m, un accéléromètre mesurant (à un facteur de masse prêt : force transmise = masse * accélération mesurée) l’effort exercé derrière la protection.

    Ainsi, en l’absence de protection, la valeur moyenne de la force transmise est de l’ordre de 50kN. Avec 1621-1, il ne reste plus que 35kN, avec 1621-2 niveau 1 plus que 18kN et avec 1621-2 niveau 2, plus que 9kN, comme tu le dis bien. Sauf que, si on remet ça en perspective avec les 50kN en l’absence de protection, mesurer transmission et absorption, ce n’est plus pareil.

    – 1621-1 absorbe (50-35)/50=30% du choc, soit 15kN
    – 1621-2 niveau 1 absorbe (50-18)/50=64% du choc, soit 32kN, soit 32/15=2,1 fois l’absorption de 1621-1
    – 1621-2 niveau 2 absorbe (50-9)/50=82% du choc, soit 41kN, soit 41/32=1,3 fois l’absorption de 1621-2 niveau 1… et pas deux fois.

    Ne pas confondre absorption et transmission : transmettre deux fois moins ne veut pas dire absorber deux fois moins. Je sais, c’est du pinaillage, mais utiliser les bons mots pour dire les bonnes choses, je trouve ça quand même mieux.

    Maintenant, sur une note moins ouvertement pinailleuse, et plus pragmatique : je trouve ce protocole de test parfaitement grotesque, et là encore, je m’explique.

    Faire chuter une masse (quelle qu’elle soit) d’une hauteur de 1m, ça ne veut pas dire grand chose, dans le quotidien d’un motard : un motard n’est pas une masse initialement à l’arrêt qu’on laisse bêtement tomber (à part sur une chute à un feu rouge, à la limite). Du coup, pour transposer ce modèle à notre quotidien, dopé à l’énergie cinétique, il faut calculer la vitesse à laquelle cet objet atteindra le sol : un rapide bilan énergétique faisant l’analogie entre l’énergie potentielle et l’énergie cinétique nous la donne – vitesse = racine(2*G*hauteur) avec « G » étant la constante gravitationnelle (9,81m*s^-2) – il est intéressant de noter que la masse de l’objet en chute n’intervient pas : en négligeant les frottements aérodynamiques, une masse d’un gramme ou d’une tonne tombant de la même hauteur le feront à exactement la même vitesse. Ainsi, un objet qui chute d’un mètre va atteindre une vitesse de (2*9.81*1)^0.5=4,4m.s-1 à l’impact, soit environ 16km/h…

    … voilà : ce protocole ne simule rien de plus qu’un impact à 16km/h… personne ne trouve rien de ridicule là-dedans ? Ces protections qu’on risque d’être « censé » utiliser à 100km/h, on les certifie pour 16km/h… bravo, la norme. D’autant plus que la résistance de ces matériaux n’est certainement pas linéaire en fonction de la vitesse : à 100km/h, il ne résisteront certainement pas 6,25 fois plus qu’à 16km/h (peut-être mieux, peut-être moins bien, mais pour le savoir, il faut tester proprement).

    Mais alors, pourquoi avoir choisi une telle norme ? Très simple : là aussi, je m’explique. Il est communément admis que le corps résiste à de très fortes décélérations jusqu’environ 300G sur un très court laps de temps. Or, puisque Force=masse*accélération, 300G sur 5kg, ça correspond à 300*9.81*5=15kN… oui : la protection offerte par l’obsolète 1621-1.

    La vitesse d’impact n’a été choisie dans le protocole que pour s’assurer qu’elle n’était pas trop rapide pour transmettre plus de dommages que le corps ne peut en supporter… et non pas pour refléter la réalité de l’utilisation des produits testés. La protocole est consensuel, et non pragmatique : en matière de sciences, c’est l’un des pires pêchés qui puisse être.

    Pire : lorsque la norme a évolué, il a été choisi de rabaisser le seuil d’efforts transmis. Quel intérêt ? Ils auraient dû augmenter la vitesse d’impact, pour se rapprocher (un peu) des cas réels.

    Bref, EN 1621, c’est peut-être mieux que rien, mais ça ne veut pas dire grand chose, comme la plupart des normes : pas adapté à la réalité au départ, et encore moins en évoluant…

    • Trok
      15 novembre 2010 at 10:29

      Petite correction : je voulais bien sûr dire « transmettre deux fois moins ne veut pas dire absorber deux fois plus ». Je croyais avoir corrigé cette erreur en préparant mon texte : mea culpa maxima quand même.

      • 15 novembre 2010 at 12:04

        Merci, c’est très intéressant.

        Ça ne change rien aux protections qu’on nous propose mais au moins on sait à quoi s’en tenir. 🙂

        • Trok
          16 novembre 2010 at 12:27

          Ah tout à fait : même si je trouve ridicules les tests pratiqués, je ne nie pas pour autant l’intérêt capital d’être bien protégé (si j’ai à faire de l’autoroute, je me mets en full cuir, sinon, je m’autorise une paire de jeans Esquad, le blouson restant en cuir – et dans tous les cas, sans la moindre exception, c’est bottes renforcées aux malléoles, gants cuir avec renforts aux articulations, casque intégral, et dorsale + protection coudes/genoux/hanches… je réfléchis aussi au gilet airbag)…

          … mais justement, j’ai commencé à me poser mal de questions sur cette norme en réfléchissant à ma dorsale (Dainese Wave 2, en ce qui me concerne), et sur ses protections rigides : en effet, coudes et genoux, j’ai des protections souples (1621-2, certaines en niveau 1 et les autres en niveau 2, selon les vêtements), et… justement : elles sont peu ou prou données pour être aussi résistantes que ma dorsale (aux même tests, que je trouve insuffisants, comme je l’ai expliqué au-dessus)… Pour être plus précis, ma réflexion a été amorcée en lisant, sur un forum anglophone, l’histoire d’un gars s’étant pété une omoplate lors d’une chute à l’arrêt avec les protections rigides de sa dorsale, identique à la mienne (apparemment, ça a concentré tout l’effort au point où il ne fallait pas, et paf l’os : moi qui ait justement acheté ça pour avoir plus de protection, en plus d’être facile à enfiler comme un simple gilet… du coup, en scientifique de métier indécrottable, j’ai cherché à en savoir plus).

          Dilemme encore accentué par mon envie de me payer un blouson AB Cuir, dont la dorsale « maison », pourtant souple, est donnée comme respectant amplement 1621-2 (d’après les tests faits, elle transmettrait environ 1,5 fois moins de force durant les tests que la Dainese Wave 1, qui, au niveau du dos, est peu ou prou la même que la Wave 2, qui protège juste plus de zones)… et je dois avouer que ce gros gilet Dainese, il est quand même lourd et peu pratique : y trouver une alternative qui me protègerait de manière similaire, mais serait moins contraignante, ça me dirait quand même bien.

          D’autant plus qu’en y réfléchissant, ce n’est pas parce qu’une dorsale est rigide qu’elle protège plus : sinon, on mettrait une armure en acier, ou en plomb… le facteur intéressant, c’est l’absorption : or, par exemple, le métal, c’est extrêmement conducteur, en matière d’énergie mécanique (pour s’en convaincre, il suffit de demander à quelqu’un de taper à une extrêmité d’une poutre acier, et d’allea sentir la vibration à l’autre bout ; puis de faire la même chose avec une poutre en bois sur la même longueur : la propagation de l’impact, on va beaucoup moins la sentir sur la poutre en bois, pourtant moins rigide, car sa structure poreuse va, de beaucoup, amortir le choc ; d’autant plus que sa densité inférieur va être naturellement moins conductrice)… qu’un matériau composite souple puisse absorber plus d’énergie qu’un autre composite rigide, a priori, ça ne me paraît pas déconnant : fonction des structures et des matériaux utilisés (qui peuvent aussi bien donner l’avantage aux rigides qu’aux autres), je suis tout à fait disposé à le croire (on fait des trucs très délirants, avec les composites).

          Maintenant, le problème, dans tout ça, c’est ce que j’ai dit au-dessus : sans tester, dans le fond, on ne peut rien savoir… or, les protocoles de tests pratiqués sont tout sauf réalistes… et donc, on ne peut hélas pas en déduire grand chose. Pour autant, j’ai bien envie de donner leur chance à _certains_ (pas les mousses de base non plus) composites plus souples, tout en restant conscient que, en l’absence de plus de données, c’est bien de cela qu’il s’agit : de la chance, rien de plus. Faute de grives…

    • DUVALEIX
      27 novembre 2010 at 02:02

      Bonjour,

      Excellent article, que je découvre malheureusement trop tard, après m’être acheté il y a quatre jours une dorsale Dainese Shield 7 air, 1621-2 (ça, c’est OK), mais de niveau 1 seulement (pas bien ! J’aurais dû parcourir votre site plus tôt).

      Or, d’après l’ « Informative Note Attachment » fournie avec ma dorsale, la valeur moyenne de force transmise avec énergie d’impact de 50 J est bien de 9 KN, ce qui correspond, selon Trok, à une dorsale de niveau 2.
      Est-ce moi qui ne comprend pas ?

      Je vous remercie pour votre réponse et vais poursuivre la lecture de cet excellent site.

      Bonne continuation.

      – – –

      Réponse

      Le site Dainese confirme que la coque « Dainese Shield 7 Air » est bien une « protection dorsale certifiée selon la norme EN 1621.2/2003 niv. 1 », et non 2.

      • Trok
        29 novembre 2010 at 03:23

        9kN, c’est limite-limite, pour atteindre le niveau 2… si la dorsale est testée pour 9,4kN résiduels, paf, 0,4kN de trop, et c’est le niveau 1 – mais en arrondissant, bah on peut marquer 9kN : de l’art de jouer au funambule quand, à la base, on reste un marchand de tapis/chaussures/peaux de bêtes/rayer la mention inutile. Et comme d’une, on est généralement mal informés là-dessus, et que de deux, les constructeurs ne communiquent pas plus que ça (jai écrit à Spidi il y a quelques jours pour leur demander lesquelles de leurs bottes étaient certifiées : eux, les fabricants mêmes, ont été incapables de me le dire, et m’ont renvoyé vers leur distributeur, qui m’a juste donné un catalogue dans lequel trois pauvres modèles certifiés se battent, sans que le niveau de certification des bottes, 1 ou 2, soit précisé : pour des modèles qui concernent le MX et la piste [de vitesse], ça la fout mal), bah, à l’oeil, difficile de s’y retrouver, entre toutes les différentes normes et leurs différents niveaux (ça fait quelques semaines que j’essaye de comprendre tout ce mic-mac, et je commence tout juste à ne plus trop my perdre : un peu plus de détails là : http://www.pva-ppe.org.uk/standards.htm et là : http://www.satra.co.uk/spotlight/article_view.php?id=363 pour les anglophones).

        Maintenant, à peu près 9kN, c’est déjà plutôt bien… mais c’est bien au-dessus (et là, plus, c’est moins bien) de ce qui reste aux meilleures dorsales, comme celles de BKS Leather et quelques autres, par exemple, qui atteignent le virtuel niveau 3 (en fait, tous ces niveaux et normes sont hérités de travaux à l’Université de Cambridge, où un niveau 3 avait été spécifié, bien qu’il ait été zappé de la norme européenne quand elle a adopté la plupart des recommandations de ces travaux), avec moins de 4kN résiduels sur un impact de 50J.

        Bon, après, une dorsale, heureusement ou malheureusement, c’est loin d’être l’équipement le plus utile : elles, elles sont dimensionnées pour prendre un premier impact si on tombe directement sur le dos, et c’est tout. Si on commence à rouler-bouler et qu’une partie de l’énergie cinétique longitudinale (bien plus élevée que celle qui nous fait tomber de la selle jusqu’au sol) se retrouve, dans la confusion et le chaos, à nous plaquer au sol ? Pas prévu pour. Si on se tape un obstacle fixe ? Pas prévu pour. Si on tombe sur les hanches ou les côtes, et qu’un mouvement de torsion entre la partie tombée et celle qui ne l’est pas encore nous fusille les vertèbres (et là, c’est statistiquement la première cause de blessures au dos, de loin, en moto) ? Pas prévu pour. Evidemment, une dorsale, ne serait-ce que pour le rare cas où ça marche vraiment (une blessure au dos, c’est vraiment rare, mais en regardant les chiffres d’accidentologie, une blessure parce qu’on fait un plat sur le dos, c’est un cas rare d’une blessure rare, pour ne pas dire que c’est statistiquement presque inexistant), c’est un petit geste toujours bon à prendre (et puis, si la dorsale en profite pour soutenir les lombaires, c’est encore mieux). Mais avant ça : de bonnes bottes (et tant qu’à faire,certifiées, au moins en niveau 1, pour ne pas que la semelle s’arrache et cie), de bonnes genouillières et de bonnes protections des hanches (1621-1 – il y a 3 niveaux, pour celles-là… tiens, d’ailleurs, un article global sur toutes ces normes, censées nous informer, mais auxquelles on ne comprend généralement rien, et sur tous ces constructeurs qui vendent du matos en nous jurant qu’ils vont nous sauver la vie, alors que pour avoir le droit de le suggérer, il faudrait qu’ils soient certifiés, et qu’ils ne le sont pas, pour au moins 95% d’entre eux, ce pourrait être une bonne idée), ainsi que des vêtements _vraiment_ résistants à l’abrasion/déchirement/coupure, statistiquement, c’est beaucoup plus important qu’une dorsale.

  40. Serval
    2 novembre 2010 at 02:13

    En complément ,voici un lien avec sur un comparatif détaillé des absorptions en italien (mais avec google traduction c’est nickel )

    http://www.motosicurezza.com/?q=proteggere-schiena-tre-comparative-paraschiena

    Interessant 😉

  41. Serval
    2 novembre 2010 at 02:08

    Suite a mon message ,voici un lien sur les dorsales TRYONIC (allez dans details ) les 2 dorsales sont a moins de 4 knewton

    http://www.montagneshop.com/protection-dorsale-tryonic-see.html

    Et la grosse 3.7

    http://www.montagneshop.com/protection-dorsale-tryonic-feel-3-7-vest.html

    Ce sont bien des protections moto ,mais sur ce site ils donnes tous les détails.

    Ca faut le coup d’aller l’essayer ,j’ai vraiment été très étonné de la façon dont elle épouse la colonne ,tout en ayant une mobilité au top.

    Maintenant je recherche de bonnes protection epaules pour remplacer celles de mon cuir dainese plutot  » basiques ».

    Je me pose egalement des questions quant a l ‘efficacité de la protection clavicule de la dorsale BMW .
    Ca semble pas tres compliqué d’en « bricoler » une soit meme avec cuir et mousse ,fixé sur les bretelle avec une attache au centre comme chez bm.

    Cordialement

  42. Nicolas
    31 octobre 2010 at 14:29

    Bonjour Fabien,

    Je suis en train de passer le permis A (plateau obtenu lundi dernier, et circul’ très bientôt).

    Au moment du choix de l’équipement, la multitude de modèles proposés par les différentes marques de la place peut dérouter. Quelle dorsale choisir? Pour quelles raisons?
    Et, avec cet article, je crois que tu réponds à toutes les questions qu’un motard, novice ou confirmé, peut se poser quant à ses protections.

    Je t’adresse un grand merci et bravo pour ce site, que je « dévore » sans ménagements. Et quel plaisir de lire un site écrit en Français, contrairement au langage SMS…

    Bonne continuation, et merci encore!

    Nicolas

  43. Denis
    27 octobre 2010 at 17:36

    Bravo pour toutes ces informations sur les protections dorsales!!!

  44. serval
    21 octobre 2010 at 00:40

    Bonjour ,
    Merci pour votre super article.
    C’est pas compliqué : lorsqu’on cherche des renseignements sur les dorsales ,quasi tous les forum nous renvoyent votre lien ;).

    Armé de toutes mes nouvelles connaissance sur les norme EN 1621-1 -2 et en plus les level 1 et 2 ,jai fais la tournée des villages motos (seclin + ronchin dans le 59 (5 gros mag d’acess + 5 concessionnaires )
    Aucun n’a su m’expliquer les différentes normes ,et tous m’ont dis : « ha vous savez ,on en vend tellement peu …personne ne m’a jamais posé ce genre de question .. »
    Chez daffy par exemple il y a 3 models qui se battent a tout casser ,chez maxxes idem ,heureusement que j’en connaissait plus qu’eux sur les normes grace a vous.
    J’ai donc essayé 6 ou 7 dorsales « non interegré » ,y compris la bm. , la spidi Defender Back & Chest./ ou autres Alpinestars Bionic Back Protector, ainsi que les dainese chez un DS Ducati.

    Resultat des courses ,j’ai choisi la toute nouvelle (2010 ): Tryonic SEE + back protector.
    à 98e ,et aucune autre ne m’a donné autant de mobilité ,la dorsale epouse parfaitement ma colonne jusqu’au coccyx , elle est de niveau EN 1621-2 Level 2 (absorption d’impact est a 6.4Kn ).

    Le system d’attache est vraiment bien fait ,elle est fine et legere.
    Elle est egalement parfaite pour la piste pour dehancher ,ou sur la route pour tourner le buste.

    A la base je partais avec les ref que vous aviez cité , recopiés sur un post-it pour choisir l’une d’elle ,mais apres toutes les avoir essayé ,la Tryonic epousait tellement bien ma colonne que je me suis plus posé de question.
    Chez TRYONIC il y’a aussi la FEEL 3.7 (3.7 pour 3.7 Kn en absorption mais plus cher a 149e )
    Je pense qu’elles méritent toute 2 une place dans votre dossier 😉

    Je vous laisse un lien
    http://mesboparts.com/noticias.php?idioma=eng

    Encore une fois merci pour vos conseils ,j’ai vraiment pris conscience de l’absolue nécessite de rouler en dorsale ,et je suis très étonné qu’helas peu de gens y accorde une importance (il suffit de voir le peu de place qui leurs sont accordés dans les rayons ou dans les catalogues )
    Vous participez a changer les choses ,bravo !!

    En tous maintenant ma devise est : Jamais sans ma Dorsale !

  45. Arthur.12
    19 octobre 2010 at 20:21

    Article semble t-il exhaustif sur le sujet.
    Je compte me mettre petit à petit à la moto (route, pas sportive) et n’y connais donc rien.
    N’ayant pas encore le permis, je compte commencer par une petite 125, après avoir pris quelques leçons en auto école (et oui, faut repasser le code malheureusement).
    Cela fera peut-être sourire…
    Bref, novice, j’attache pas mal d’importance à la sécurité, surtout que les voitures passent souvent près des deux roues (j’utilise mon vélo tous les jours).
    Dans le cadre de l’utilisation d’une 125 qui plafonne aux alentours de 100 km/h, l’utilisation de protections dorsales est-elle vraiment un plus, surtout pour une utilisation purement routière (pas d’autoroute) ?
    Les risques en 125 et à « faible vitesse » sont-ils les mêmes que sur un gros cube ?

    Merci d’avance pour le retour d’info.

    – – –

    Réponse

    Quand on tombe, on se fait mal pareil, que ce soit d’un cyclo, d’un scooter, d’une moto, de 50 ou 125 ou 500 cm3…
    Les risques de heurter un obstacle (poteau, arbre, bordure de trottoir, panneau, voiture) sont les mêmes pour tous les usagers de deux-roues moteur.
    La seule différence est que sur un « gros cube », la vitesse aggrave les conséquences d’une chute et augmente le risque d’accident mortel.

  46. ROBIN
    9 octobre 2010 at 18:47

    Génial ce site sur les dorsales et très complet en plus !
    Merci !
    Je souhaite, comme vous autres investir dans une bonne protection dorsale. J’ai cherché beaucoup de comparatif sans grand succès.
    Je fais de la route, jamais de piste, sur une BMW R1100S et possède déjà un gilet airbag de HitAir de première génération.

    Je pense que j’ai tout intérêt à compléter cet équipement d’une dorsale en dur, à porter sous la veste non ?
    J’hésite entre plusieurs modèles.
    D’après vous, quel est celui qui absorbera le mieux les chocs, avec un kn le plus faible ?

    -Bmw renfort dorsal 2
    -Dorsale Knox Aegis
    -La nouvelle Dainese Wave avec renforts omoplates
    -La spidi BACK WARRIOR EVO donné avec un kn exceptionnel

    Et que penser de la nouvelle dorsale pliable de All One, la Bender (http://www.dafy-moto.com/protections-dorsales/prot-dorsale-bender-grand-modele-large-all-one.html)
    Le fait qu’elle soit pliable est séduisant car n’encombre pas une fois descendu de la moto, mais est ce que cela n’altère pas ses qualités ? Elle est pourtant niveau 2 mais j’aurais pourtant davantage confiance en une BMW Renfort dorsal 2, non ?

    Merci pour votre réponse et pour le fait même de vous être penché sur un sujet essentiel quand on roule en moto, que les journalistes ont pourtant l’air de bouder.

    – – –

    Réponse

    Mettre une protection dorsale additionnelle sous un gilet airbag, c’est un peu comme ceinture et bretelles… Utile mais pas indispensable.
    Je n’ai pas réalisé de mesure scientifique sur les différentes dorsales listées, je n’en ai pas les moyens.
    Pour moi, tout matériel homologué ECE 1621-2 niveau 2 procure une protection suffisante. A partir de là, deux options : choisir la moins chère ou la plus confortable.
    Problème, pour éprouver le confort, il faut pouvoir essayer…
    Il n’y a pas de mauvais produit parmi les 4 grandes marques citées.
    Pour la All One, pas d’avis, pas testé.

    • Trok
      19 octobre 2010 at 05:17

      En même temps, ceinture et bretelles, on porte ça pour éviter que le pantalon ne tombe, pas pour faire des accrobaties (et puis, au passage, elles ont des intérêts bien différents : la ceinture est inenvisageable si on porte un costume trois pièces, voire un costume bien cintré, car la boucle va produire une bosse disgracieuse sur les vêtements qui vont la recouvrir. Là est tout l’intérêt des bretelles, pour faire une petite parenthèse sartoriale : il serait non seulement inutile de porter les deux, mais dans le cas typique où on met des bretelles, ça irait même à l’encontre de la raison pour laquelle on les porte).

      Pour revenir au sujet, à mon sens, la dorsale, c’est pour protéger le dos, et l’airbag, pour protéger les cervicales : aujourd’hui, je porte systématiquement une dorsale (gilet Dainese Wave 2, sans les bras, donc), mais pour mes cervicales, je n’ai rien, et ça me dérange. Hors, je tiens vraiment à porter la dorsale sous la veste, et c’est là que les problèmes arrivent : les gilets airbags se portent au-dessus de la veste, ce que je trouve particulièrement disgracieux (et oui, ça compte quand même un poil, ça, même si ça ne compte pas autant que la vie et la santé).

      L’idéal, ce serait le système Airbag Neck Brace de chez APC Systems, mais en version mécanique, avec un fil à cliper : parce que, déjà, leur système qui demande un capteur à brancher sur la batterie, c’est gentil, mais quand je prends une autre moto que la mienne, pas équipée, je fais comment ? Puis ça prend de la place sous la selle que je n’ai pas vraiment ! Et puis, la fiabilité de l’électronique (ils reconnaissent eux-même dans leur notice qu’à proximité des commisariats, par exemple, qui peuvent être équipés de brouilleurs d’ondes [je pense aussi aux petits cons qui s’amusent avec des brouilleurs de portables illégaux], le système peut s’arrêter de fonctionner et ne repartir que 10s plus tard : super, si on se vautre à côté d’un commisariat, tant pis pour nous), c’est aléatoire. Sans parler de ce que la batterie du Neck Brace doit être rechargée (ha : et si j’ai oublié ?)…

      Bref, leur idée de l’Airbag Neck Brace, solidaire du, et installable sur n’importe quel, casque, ça me séduit au possible. Mais pourquoi coupler ça à de l’électronique idiote ?!?!? S’ils vendaient ça avec un système à l’ancienne, la question ne se poserait pas, j’en aurais déjà acheté un depuis un moment : à mon avis, ce serait le compromis idéal.

  47. CILOU
    25 septembre 2010 at 16:14

    Bonjour,
    Que me conseillez-vous de prendre entre la Held Recia et la IXS Carapax ?

    Merci d’avance

    – – –

    Réponse

    Techniquement, ce sont exactement les mêmes !
    Donc soit tu prends celle qui te plaît le plus esthétiquement, soit tu choisis la moins chère des deux.
    A priori, Held est moins cher.

    – – –

    merci beaucoup pour votre réponse

  48. Thomas
    5 septembre 2010 at 09:11

    Bonjour,
    Encore merci pour tes réponses précise et rapide. Je vous signale que je viens d’obtenir mon plateau et que je passe la circulation prochainement 🙂
    Je suis de plus en plus attiré par les dorsale dainese. En parcourant les sites internet je suis tombé sur un modèle et j’aurai aimé avoir ton avis.

    http://www.cardy.fr/pages/sl_product.php?id=109880&d=1_6___AR_&prod=DAINESE-&-omoplate-Wave-13

    Voici le lien. L’intitulé de cette dorsale est: wave 13.
    Si j’ai bien compris le descriptif produit elle est bien une EN 1621.2/2003 niveau 2.
    J’attend d’avoir ton avis avant de faire mon choix définitif. Il y a t’il une grosse différence avec celle de BMW.

    Merci

    – – –

    Réponse

    La Dainese Wave 13 est comparable à la BMW Renfort dorsal 3. Leurs prix sont d’ailleurs comparables.
    La BMW est plus souple, plus facile à porter sous un blouson. La Dainese est plis rigide et résistera mieux à un impact contre un objet pointu ou coupant.

  49. Adrien
    4 septembre 2010 at 10:46

    Bonjour,
    Je me permets d’intervenir pour vous remercier et apporter un commentaire. Tout d’abord merci pour cet excellent article et les très bons commentaires qui ont suivis grâces auxquels j’ai fait l’acquisition de la dorsale de BMW.
    Je n’ai pas encore le permis moto. Si tout se passe bien ce sera pour lundi! Pourtant j’ai déjà la moto, le casque, le blouson, les bottes, les gants, la dorsale.. Il ne me manque plus que le pantalon!
    A l’auto école (ECF Bron, je la cite parce que ça s’est très très bien passé, mais je sais que c’est très aléatoire, ça dépend des personnalités) on a parlé lors d’un module « sécurité » du retour d’expérience, de la nécessité d’échanger entre confirmé et débutant. J’ai scrupuleusement suivi les conseils de mes moniteurs et à défaut de motards dans mon entourage, j’ai lu les forums. Tout spécialement ceux concernant les gamelles. Voyeurisme? Peut être.. Quoi qu’il en soit il m’est apparu au cours de ces lecture que ceux qui étaient encore là pour témoigner l’étaient en partie grâce à leur équipement.
    Alors MERCI merci aux sites, forums, blogs de motards, en les lisant j’ai compris que je devais mettre mon argent dans les équipements. Certes, j’avais prévu un budget mais j’ai changé d’avis sur la moto que j’ai achetée pour pouvoir privilégier la sécurité. Je n’ai pas le permis mais je sais que quand l’accident arrivera j’aurai mis un maximum de chance de mon côté et je penserai à la communauté internet des motards!
    Adrien

    • Florian
      19 janvier 2012 at 23:29

      Comme tu as raison…
      A part ce que nous portons, nous n’avons pas grand chose pour nous protéger. Les vêtements ET les protections sont IN-DIS-PEN-SA-BLES. Pendant 7 ans de off-road et après un nombre de chutes que je ne compte même plus, aucune fracture, une élongation du tendon du pied gauche? Pourquoi? Equipé de la tête au pied! A méditer, pour les riders short-tshirt…

  50. CILOU
    2 septembre 2010 at 06:41

    Dernière question, j’entends beaucoup parler de la BMW ! pour femme, vous conseilleriez plutôt, la Held Recia ou la BMW back protector 3?
    (la Held Recia a l’air plus complète, épaules,nuque,coccyx,côtes).Mais protège t-elle mieux…

    Encore merci !

    • 2 septembre 2010 at 23:07

      La Held Recia ne protège pas plus que le BMW Renfort dorsal 3.
      La dorsale BMW protège les clavicules, ce que ne fait pas la Held.
      Elle est aussi bien plus couvrante en largeur, jusque sur les omoplates, alors que la plaque de mousse de la Held s’arrête au milieu des omoplates.
      Les deux couvrent de la nuque au coccyx.
      Aucune des deux ne protègent les côtes : ce n’est pas parce que le gilet couvre les côtes qu’il va les protéger des chocs. Les plaques ne sont que dans le dos.
      La Recia est plus adaptée à la morphologie féminine, alors que le Renfort dorsal BMW est unisexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.