L’examen du permis moto – Le plateau

Quelques tuyaux pour préparer et réussir les épreuves pratiques hors circulation (plateau) pour le permis A. Astuces, conseils et vidéos en ligne.

Ne négligez pas la lecture des commentaires des internautes apprentis motards, en fin d’article : l’expérience des autres s’avère souvent instructive et je donne parfois en réponse quelques conseils spécifiques supplémentaires.

* * *

Au départ, cet article portait sur l’ensemble de l’examen plateau et était devenu extrêmement long.
J’ai préféré le scinder en plusieurs parties : cet article qui explique comment se déroule l’examen en général, et d’autres plus spécifiques pour chacune des quatre épreuves.
Vous les trouverez ici :

  1. Le plateau – Maniement sans moteur et vérifications
  2. Conseils pour les parcours plateau à allure lente
  3. Conseils pour les parcours plateau à allure normale
  4. Le plateau – Interrogation orale

Pour un propos général sur le permis moto, lire « Passer le permis A« .
Pour les détails administratifs et réglementaires, lire « Les catégories de permis moto« .
Si vous n’avez pas encore choisi votre moto-école, lire l’article « Trouver une bonne moto-école« .
Concernant l’épreuve en circulation, lire l’article « L’examen du permis moto : la circulation« .

Pour en savoir plus, lire le guide d’évaluation pour les examens des permis moto.






Préparation à l’examen
Le règlement de l’examen prévoit un minimum d’heures à faire en formation dite « hors circulation » (ce que l’on appelle communément le plateau), soit 8 heures.
En réalité, la plupart des élèves en font beaucoup plus : deux, trois, quatre fois, cinq fois, six fois plus.

Chacun apprend à son rythme. Certains ont besoin de plus de temps que d’autres, certains sont handicapés par des facteurs physiques (surpoids, sens de l’équilibre perturbé, séquelles d’alcoolisme ou d’usage de drogues) ou psychologiques (traumatisme lié à un accident, manque de confiance),  des difficultés d’apprentissage ou de concentration…
Les femmes ont souvent besoin de plus de temps pour prendre confiance en elles-mêmes. Les personnes de plus de 40-50 ans ont une capacité d’apprentissage réduite et une condition physique moins bonne.
Cela ne veut pas dire que ces personnes n’y arriveront pas, juste que ce sera plus long que pour la plupart des jeunes hommes.
Bien entendu, il existe des exceptions, dans toutes les populations et dans les deux sens.

Pour avoir une idée d’une formation initiale à la conduite moto, vous pouvez lire les récits des nombreux débutants qui ont raconté leurs aventures au permis A.
Un des mieux écrits est ici.

* * *

Présentation de l’épreuve hors circulation

La partie « plateau » valide la maîtrise de la machine ainsi qu’un minimum de connaissances pratiques et mécaniques relatives à la moto et à son utilisation sur route.
Elle se conclut par un examen théorique.
Vous devrez y démontrer votre capacité à maîtriser la moto à l’arrêt, puis en vous déplaçant à faible allure, sans et avec passager, puis à vive allure, en sachant pratiquer un freinage et un évitement pour vous arrêter en fin de parcours.

Maîtrise de la moto sans l’aide du moteur

Description : Déplacement de la moto, moteur coupé.
Objectif : Vérifier que vous êtes capable de déplacer, pousser et béquiller la moto en marche avant et en marche arrière.
Sans oublier ensuite d’effectuer des vérifications mécaniques et de sécurité.

Maîtrise de la moto à allure lente

Description : Simulation de situations de conduite en milieu urbain.
Objectif : Valider votre capacité à évoluer aisément à faible allure, avec et sans passager.

Maîtrise de la moto à allure normale

Description : Slalom, demi-tour autour d’un point fixe, re-slalom et, pour finir, une manoeuvre d’arrêt.
Objectif : Démontrer que vous maniez votre moto sans souci à allure normale, en maîtrisant son inclinaison et que vous êtes en mesure d’effectuer un freinage d’urgence ou d’éviter un obstacle inattendu sur lequel vous arrivez à 50 km/h (vitesse imposée).

Connaissances relatives à la moto

Description : Rappel, dans les grandes lignes, du contenu de la fiche tirée au sort et réponses aux questions de l’examinateur.
Objectif : S’assurer que vous avez intégré les différentes notions liées à la pratique de la moto (spécificités du véhicule, comportements à adopter en fonction de la situation, connaissance des risques).

* * *

Rappels de réglementation

Les déplacements de la moto prévus dans les tests de maniabilité sont tirés au sort par un des premiers candidats convoqués de chaque demi-journée.
Le numéro de la fiche est le même pour les tests de maniabilité et pour l’ensemble des candidats de la demi-journée. Toutefois, l’expert peut procéder à un nouveau tirage au sort en cours de séance. Le maximum de tirages au sort par jour est fixé à quatre.
L’interrogation orale fait l’objet d’un tirage au sort individuel, sur présentation par l’expert d’un jeu de fiches.

Le parcours de chacune des quatre épreuves pratiques doit être tiré au sort parmi les deux possibles.
Dans la réalité, l’inspecteur est libre de faire ce qu’il veut : faire tirer au sort une fois pour toute la session ou à chaque épreuve, tirer au sort lui-même ou le faire faire par un formateur ou par un élève…

Il est interdit par le règlement d’examen de changer de machine.
Les trois tests doivent se dérouler sur la même motocyclette, à l’exception de l’exercice de déplacement sans l’aide du moteur qui pourra être réalisé sur une motocyclette différente, étant entendu que celle-ci est du même modèle que celle utilisée par le candidat pour la suite de l’épreuve.
Le changement de machine pour les autres exercices n’est autorisé qu’au cas où la moto utilisée serait rendue inutilisable au cours de l’un de ceux-ci.
Si le réglage du ralenti de la motocyclette est nécessaire, il ne peut être effectué que par le candidat et à sa seule initiative durant l’essai.
Les rétroviseurs équipant la motocyclette ne doivent pas être déréglés ou rentrés lors des exercices.

D’où l’importance de garder sa moto d’école, celle que l’on connaît bien.

Un deuxième essai peut être accordé pour chacun des parcours.

Il est strictement interdit de s’échauffer sur les parcours d’examen sous peine d’une exclusion immédiate.
Eventuellement, il peut être possible de s’échauffer sur la piste du centre d’examen, mais toujours en dehors des parcours mis en place. Et souvent hors de la zone des parcours, même s’ils ne sont pas encore mis en place.

* * *

Déroulement de l’examen

L’épreuve hors circulation doit s’effectuer selon la chronologie suivante :
1. Vérification de l’identité et de l’équipement du candidat
2. Tirage au sort des tests de maniabilité
3. Tests de maniabilité (groupe de huit candidats maximum)
4. Interrogation orale
5. Bilan
6. Transcription du résultat

L’ensemble de ces étapes est prévu durer moins de 20 minutes. Le temps est strictement compté !

A votre arrivée, préparez votre permis de conduire (ou une pièce d’identité en cours de validité si vous n’avez pas encore de permis de conduire) : il est obligatoire, même pour le plateau.

L’inspecteur fait l’appel et vérifie individuellement les dossiers administratifs des candidats, qu’ils soient bien identifiés, qu’ils aient bien le droit de passer l’examen, etc.

A cette occasion, il vérifie aussi l’équipement des candidats. Un casque homologué et conforme à la réglementation est obligatoire, ainsi qu’une paire de gants de moto avec protections. Il est obligatoire de porter un blouson moto avec protections et des chaussures montantes protectrices (ou bottes ou bottines).
Sur ce point, lire l’article « Réfléchir à son premier équipement motard« .

L’inspecteur fait tirer au sort les parcours et met en place ces derniers.
La moto est vérifiée et mise en place par le formateur qui accompagne l’examen.

L’examen plateau est composé de quatre épreuves pratiques.
A chaque fois, l’ensemble des candidats de la session passe l’épreuve, les uns après les autres. Seuls ceux qui ont réussi accèdent à l’épreuve suivante.

Pour chaque épreuve pratique, l’inspecteur peut effectuer une reconnaissance à pied du parcours avec le groupe de candidats.
Ce n’est plus obligatoire depuis 2013.
En général, cette reconnaissance est réalisée tambour battant : l’inspecteur veut avant tout ne pas perdre de temps. Il marche vite et parle sans se retourner, pas forcément très fort. Si vous ne connaissez pas les parcours par coeur, je vous conseille de lui coller aux basques, de le suivre de très près en écoutant attentivement les quelques consignes d’examen qu’il voudra bien donner.

* * *

Parcours sans moteur

La première épreuve commence, avec le maniement sans moteur et les vérifications mécaniques.

Au cours de la reconnaissance, les explications ci-dessous sont fournies aux candidats :
– la position de la motocyclette est située au départ du test ;
– le candidat doit, après avoir débéquillé (béquille centrale ou latérale), pousser la moto en marche avant ;
– lorsque la motocyclette a entièrement franchi la dernière porte, il doit reculer selon le parcours défini par la fiche d’examen ;
– il doit la béquiller au point de départ (béquille centrale ou latérale) ;
– il doit déplacer sa moto en marchant à côté lors du parcours ;
– il est admis, si la marche arrière ne peut être réalisée en une seule manœuvre, d’effectuer une marche avant et une seule, en direction de la porte précédente.

Pour cet exercice, l’impossibilité pour le candidat de relever la moto suite à la chute de celle-ci ne peut être considérée comme une incapacité.
La chute de la moto n’est pas éliminatoire.

Sur cette épreuve, voir l’article sur le sujet : « Maniement sans moteur et vérifications« .

* * *

Parcours à allure lente

L’objectif de cette épreuve est de s’assurer que le candidat est apte à déplacer sa machine à allure réduite, qu’il sait s’arrêter et démarrer en tournant, qu’il maîtrise le gabarit de sa moto, qu’il sait diriger sa vision et adopter une bonne position sur la moto, manipuler avec aisance l’embrayage, l’accélérateur, le guidon et les freins, enfin qu’il conserve son aptitude avec un passager.

La plupart des candidats sont à l’aise sur cet exercice en formation, mais ne le sont plus du tout à l’examen, car ils se sentent observés, d’une part par l’inspecteur (qui fait juste son travail), d’autre part par les autres élèves et moniteurs de différentes auto-écoles.
Il s’agit d’être TRES à l’aise à l’entraînement pour pouvoir espérer se trouver à peu près convenable le jour de l’examen.

La particularité de ce parcours, c’est la gestion de l’équilibre et de l’allure, il s’agit d’évoluer entre des cônes et des piquets qui forment des portes rapprochées.
Vous avez droit à une faute, ce qui vous vaudra un B. Deux fautes et c’est le C, synonyme d’ajournement.
Une faute, c’est par exemple un pied à terre, un plot déplacé, un piquet touché…
Il y a aussi les fautes directes qui vous vaudront automatiquement un C : maîtrise de l’embrayage non acquise, ne pas passer dans une porte, sortir du parcours, caler dans le parcours…

L’exercice doit se faire sur le premier rapport.
Vous avez toutefois le droit d’accélérer et de freiner. Le but est de rouler vraiment « au pas », à la vitesse d’un piéton, de façon à démontrer votre capacité à actionner l’embrayage, en combinaison avec l’accélérateur et le frein arrière.

Les candidats doivent prendre un passager sur une partie du parcours.
C’est souvent le formateur qui joue le rôle du passager. En général, il aide discrètement à l’équilibre de l’ensemble, en appuyant sur les repose-pieds, en se penchant légèrement.

Si le formateur s’avère plutôt pénalisant (par exemple, en raison d’un embonpoint coupable), il est tout à fait autorisé de prendre n’importe quelle autre personne en passager: un autre candidat, une candidate (en général plus légère), la petite amie d’un candidat…
Attention toutefois : mieux vaut un formateur, même un peu plus lourd, qui sait se placer et préserver l’équilibre de la moto, plutôt qu’un passager néophyte, certes plus léger mais qui ne saura pas rattraper la moto en cas de perte d’équilibre.

A un moment du parcours, le candidat doit marquer l’arrêt, avec un pied ou les deux pieds au sol, moto immobilisée, la moto pouvant chevaucher la ligne d’arrêt, avant de repartir.
Il doit s’arrêter la roue avant approximativement au niveau de la ligne C6 pour faire monter le passager.
L’arrêt étant progressif et non instantané, le ou les pieds posés à cette occasion ne sont pas considérés comme des erreurs.

Le fait pour le candidat d’effectuer une marche arrière lors de l’arrêt n’entraîne pas de sanction, mais une intervention immédiate de l’inspecteur pour interrompre cette pratique.
S’il l’estime nécessaire, l’inspecteur peut demander au candidat de se replacer dans la position qu’il occupait avant d’entamer cette action.
Un pied posé au sol, au moment du redémarrage, à l’occasion de la reprise d’équilibre, n’est pas considéré comme une erreur.

Caler au démarrage ou au redémarrage (après avoir pris le passager), avant de passer la première porte, n’est pas éliminatoire.
Attention, caler une fois n’est pas une faute, mais caler plusieurs fois d’affilée, si.
Si vous calez une première fois, n’hésitez pas à bien mettre de l’accélération et à garder le point de patinage de l’embrayage pour redémarrer. Surtout lorsque vous redémarrez avec passager, le surcroît de poids risque souvent de provoquer un calage : mettez bien du gaz, mais pour démarrer tout doucement en contrôlant le lâcher d’embrayage.

L’exercice se termine au franchissement de la dernière porte.
La réalisation d’un essai est terminé après le franchissement de la dernière porte, motocyclette arrêtée, candidat(e) pied(s) au sol.
Ce qui peut se passer après avoir franchi complètement la dernière porte et s’être arrêté n’est pas pris en compte.

Le candidat doit obligatoirement effectuer le parcours retenu, aucune erreur de parcours n’est admise.
Il dispose de deux essais si nécessaire.

Toute marche arrière est interdite.

La chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.
La chute est définie par la moto couchée, un point d’appui au sol, autre que les pneumatiques.
La chute n’est prise en compte que lors de la réalisation de l’essai, et pas entre deux essais.

Trois zones sont dites « neutralisées », c’est-à-dire qu’il n’est pas tenu compte d’éventuelles fautes réalisées dans ces zones :
1- la première est très courte, du point de départ jusqu’au franchissement par la bande de roulement du pneu arrière de la première porte (cependant, pour ne pas allonger la durée de l’épreuve, le nombre d’essais accordés pour se repositionner est limité à trois. Au-delà, le candidat ne se repositionne pas et il doit réaliser le parcours) ;
2- la deuxième, tout aussi courte, du départ du point 4 (arrêt-redémarrage en bout de parcours), jusqu’au franchissement par la bande de roulement de la roue avant (point de contact au sol) de la ligne située dans l’axe du cône. En cas de calage, le candidat ne se repositionnera pas. Un pied posé dans cette zone, même après le franchissement par la bande de roulement de la roue avant (point de contact au sol) de la ligne, ne sera pas pris en compte ;
3- la troisième, de la prise du passager jusqu’au franchissement par la bande de roulement avant des marquages de la tête d’évitement (cependant, pour ne pas allonger la durée de l’épreuve, le candidat ne se repositionne pas).

Encore une fois, les éventuelles erreurs commises en zones neutralisées ne sont pas prises en compte lors de l’évaluation, à l’exception de la chute, qui reste éliminatoire quels qu’en soient l’endroit et la cause (exemple : chute provoquée par la montée du passager).

Au cours d’un essai, le fait que le candidat ne poursuive pas l’exercice et revienne au point de départ, suite à une ou plusieurs erreurs (entraînant une notation C), ne signifie pas qu’il abandonne l’examen. Chaque candidat a la faculté de terminer son parcours ou de revenir au point de départ.

Pour en savoir plus, lire l’article « Conseils pour les parcours plateau à allure lente« .

* * *

Parcours à allure normale

Sur les parcours de maniabilité à allure normale, dit « le rapide », l’exercice n’est plus chronométré (comme c’était le cas avant 2013), mais les deux exercices d’arrêt (freinage, puis évitement) sont à pratiquer à une vitesse minimale imposée de 50 km/h.
Chaque candidat réalise successivement les épreuves de freinage et d’évitement, sauf en cas d’échec, de chute ou d’abandon.

L’objectif de l’épreuve de freinage est de s’assurer que le candidat maîtrise sa machine lors d’un freinage d’urgence à une allure élevée d’au moins 50 km/ h, en sachant freiner sur une courte distance, sans chuter, tout en conservant l’équilibre, et où positionner son regard.

L’objectif de l’épreuve d’évitement est de s’assurer que le candidat est à même de réaliser une manœuvre d’évitement, qu’il possède les techniques de contre-braquage (ou braquage inverse) et d’évitement, qu’il est capable de revenir sur sa trajectoire initiale, qu’il sait où positionner son regard et effectuer un freinage pour s’arrêter avec précision.

Lors de la reconnaissance de l’exercice, les explications concernant les exercices de freinage et d’évitement sont fournies simultanément.

Pour le freinage, les explications ci-dessous sont fournies aux candidats :
– il doit démarrer de l’extrémité de la piste, monter les trois premiers rapports de vitesse au minimum (sauf pour les véhicules équipés d’un changement de vitesse automatique) à l’aller avant la ligne C6 ;
– il doit, après avoir fait un demi-tour, effectuer le retour en ligne droite, avoir engagé le troisième rapport de vitesse au minimum et avoir atteint la vitesse minimum de 50 km/ h ;
– il doit effectuer un freinage d’urgence et immobiliser sa moto avant la ligne C5 si la piste est sèche, avant la ligne C4 si la piste est humide ;
– il doit obligatoirement effectuer le parcours fixé par la fiche d’examen ;
– il dispose de deux essais, si nécessaire ;
– un essai est terminé véhicule arrêté, pieds au sol ;
– la chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.

Pour l’évitement, les explications ci-dessous sont fournies au candidat :
– il doit démarrer de l’extrémité de la piste, avoir monté les trois premiers rapports de vitesse à l’aller avant la ligne C6 ;
– il doit avoir atteint la vitesse minimum de 40 km/h à l’aller ;
– il doit, après avoir fait un demi tour, effectuer le retour en ligne droite, avoir engagé le troisième rapport de vitesse au minimum et avoir atteint la vitesse minimum de 50 km/h ;
– il doit effectuer un évitement et aller immobiliser sa moto en zone d’arrêt ;
– il doit obligatoirement effectuer le parcours fixé par la fiche d’examen ;
– il dispose de deux essais, si nécessaire ;
– un essai est terminé véhicule arrêté en zone d’arrêt ;
– la chute entraîne l’échec immédiat et l’interruption de l’examen.

N’oubliez pas qu’à l’examen, vous avez droit à un second essai.
Toutefois, je vous conseille de tâcher d’obtenir un « A » ou un « B » dès le premier essai. Si vous échouez au premier essai, vous aurez une telle pression sur les épaules que vous augmentez considérablement les risques d’échouer à nouveau. Au premier essai, allez-y « zen », humble, pour ne courir aucun risque inutile. Si vous devez malgré tout passer un second essai, allez-y franco, vous n’avez plus rien à perdre.

Lors du demi-tour, seuls sont considérés comme des erreurs le renversement du cône central et la sortie de terrain.
Le rapport de vitesse utilisé et l’allure ne sont pas évalués.

Au retour, le troisième rapport de vitesse (minimum) doit être engagé au plus tard avant le début du freinage. Dans le cas contraire, la notation B est attribuée (sauf pour les véhicules équipés d’un changement de vitesse automatique).

L’utilisation du radar cinémomètre doit respecter les principes suivants :
– l’inspecteur doit impérativement se placer selon les prescriptions d’utilisation du radar afin d’être en mesure de relever précisément la vitesse au moment défini par la fiche d’examen ;
– en cas de panne du radar en cours d’essai ou d’absence de mesures fiables, celui-ci est annulé et il est procédé à un nouvel essai ;
– en l’absence de radar opérationnel, les examens ne peuvent avoir lieu ;
– il a été fixé une marge d’erreur de 5 km/h qui doit être ajoutée à la vitesse lue sur le radar.
Ainsi l’inspecteur ne prend pas en compte la vitesse enregistrée, mais la vitesse retenue après application de la marge d’erreur. Exemple : vitesse lue sur le radar 46 km/h, vitesse retenue 51 km/h.

Au cours d’un essai, le fait que le candidat ne poursuive pas l’exercice et revienne au point de départ, suite à une ou plusieurs erreurs (entraînant une notation C), ne signifie pas qu’il abandonne. Chaque candidat a la faculté de terminer son parcours ou de revenir au point de départ.

La chute est définie par la moto couchée, un point d’appui au sol, autre que les pneumatiques.
La chute n’est prise en compte que lors de la réalisation des essais, et pas entre deux essais.
Une chute entraîne la notation C et l’arrêt immédiat de l’examen.

Pour en savoir plus, lire l’article « Conseils pour les parcours plateau à allure normale« .

* * *

Interrogation orale

Elle peut se dérouler sur la piste, en salle ou dans le véhicule de l’accompagnateur.

La fiche tirée au sort sert de support au candidat.

Il doit pouvoir s’exprimer librement et il convient que l’évaluation des connaissances soit indépendante de la qualité d’expression.
En cas de difficultés de compréhension relatives à la question ou d’imprécisions concernant la réponse, l’inspecteur doit orienter le candidat, sans pénalisation de ce dernier.
Il appartient à l’inspecteur de relancer un dialogue inexistant ou mal orienté.

La notation s’établit selon un système à trois niveaux symbolisés par une lettre :
― connaissances acquises : A ;
― connaissances en cours d’acquisition : B ;
― connaissances non acquises : C.

Compte tenu de la densité des informations, il ne doit pas être exigé des candidats de restituer « par cœur » le contenu de chaque fiche.

Voir l’article sur ce sujet : « L’interrogation orale au permis« .

* * *

  481 comments for “L’examen du permis moto – Le plateau

  1. Fairyphil
    12 août 2016 at 13:09

    Bon, voilà, j’ai foiré mon lent.

    Premier essai: un pied à terre avant la première porte, puis 17:59 au chrono. Donc un C.

    Deuxième essai: tellement stressé que je me suis mis en mode inspecteur du bitume et me suis mangé le cône extérieur de la première porte, avec pied au sol pour faire joli.

    C’est pas venu du tout de la technique (acquise), mais du mental. Mauvaise préparation, stress, RDV à 6h30 sur la piste de l’école pour se roder, pas de bière avant l’exam…

    Un inspecteur très sympa, une belle piste mais sans les repères intégrés pendant la formation.

    Je re-signe pour Septembre. Et si ça passe pas, encore et encore et encore. Et ce coup-ci, le lent je vais me le faire version Trial, debout sur les calle-pieds. Il parait qu’il n’y a pas de note artistique…

  2. louis
    26 juillet 2016 at 20:59

    référence à la reine des neiges ?? 🙂
    La 125 c’est la meilleure idée selon moi, apprendre sans pression dans des petites routes tranquilles . Certains font le tour du monde avec.

    http://themotolady.com/one-woman-125cc-motorcycle-10k-mile-road-trip/

    Bon rétablissement

    ps: j’ai passé mon permis à 50 ans apres avoir roulé en 125vanvan ( et je ne suis pas un papy ..)

    • Dany
      26 juillet 2016 at 23:20

      Merci Louis (qui n est pas encore papy ), impressionnant cette jeune femme dans le lien !
      Je suis tenace et persévérante alors attendons le déplâtrage et la reprise en douceur.
      Je souhaitais m offrir ce permis moto pour mes 50 ans … Bah c est cuit …
      Bien à toi.
      Dany (51 ans)
      ✌️

  3. huysmans
    7 juillet 2016 at 20:55

    Bon 2ème essai du plateau et encore raté. Le lent n’est pas passé alors qu’en formation il était nickel. je n’étais pas stressé du tout. Mais la piste était inclinée latéralement ce qui n’a pas facilité cet exercice d’équilibrisme digne d’un numéro de cirque.
    Je vais laisser tomber car j’avoue que passer mes samedis à tourner autour de plots ça devient lassant…

    • marc
      7 juillet 2016 at 22:16

      Bonsoir

      Je te comprends car j ai vécu un peu cela
      Un moment, nous avons plus que marre, si tu es dans ce stade un petite coupure peut te faire du bien…

      Moi j’ai réussi au bout de la 4eme fois alors maintenant il me reste plus qu’une chance pour la circulation.

      • Nathalie
        13 juillet 2016 at 13:16

        non, je pense que tu fais erreur, les épreuves réussies ne comptent pas. Il te reste 2 chances

        • Marc
          13 juillet 2016 at 14:49

          Bonjour

          Si cela pouvait être vrai Nathalie 🙂 je me sentirais plus à l’aise

          • Marc
            13 juillet 2016 at 14:55

            En Lisant cela, j’ai peur qu’il me reste une chance, si quelqu’un peut confirmer ou pas

            Nombre de chances pour le permis moto et délais pour se présenter
            PAR MOTO-CONSEILS · 30/12/2012

            Vous avez en tout cinq chances pour le permis moto (plateau et circulation confondus). Par exemple, si vous vous êtes déjà présenté 4 fois au plateau, il ne vous reste plus qu’une seule chance pour l’épreuve circulation. A l’inverse si vous avez obtenu le plateau du premier coup, il vous reste 4 chances pour la circulation.

            • Lucas
              13 juillet 2016 at 15:19

              Salut Marc,

              Il te reste 2 chances, tu as raté 3 fois le plateau et réussi la 4ème fois celui-ci, donc encore 2 chance ! 😉

              • Duck
                20 juillet 2016 at 12:28

                Bonjour,

                Non il lui reste seulement 1 chance car il s’agit de 5 présentations à l’examen comme pour le permis B…

                • FlatFab
                  20 juillet 2016 at 12:54

                  Désolé, mais faux.
                  L’arrêté du 20 avril 2012 fixant les conditions d’établissement, de délivrance et de validité du permis de conduire prévoit deux points :

                  Primo, « Les candidats ayant obtenu un résultat favorable à l’épreuve théorique générale conservent le bénéfice de leur admissibilité pour cinq épreuves pratiques par catégorie et à la condition qu’un délai maximum de cinq ans ne se soit pas écoulé depuis l’obtention de cette admissibilité ; une épreuve pratique est comptabilisée à chaque échec à l’épreuve hors circulation des catégories concernées et à chaque échec à l’épreuve en circulation. »
                  Je pense que c’est assez clair.

                  Secundo, « les candidats ayant obtenu un résultat favorable à l’épreuve hors circulation des catégories A1, A2, A et BE en conservent le bénéfice pour cinq épreuves en circulation et à condition qu’un délai de trois ans au maximum ne se soit pas écoulé depuis la réussite à l’épreuve hors circulation. »

                  • Quadrapasfou
                    20 juillet 2016 at 14:51

                    Donc, si je lis bien, la réussite au plateau remet les compteurs à zéro ? (et les candidats ont 5 tentatives pour passer le plateau)

                    • FlatFab
                      20 juillet 2016 at 14:58

                      On peut avoir l’impression que les deux articles se contredisent, mais ils se complètent.
                      Le premier article concerne toutes les catégories de permis. Le second ne concerne que les catégories A1, A2 et A.

                      Les candidats ont droit à cinq tentatives pour le plateau.
                      S’ils réussissent une fois sur ces cinq tentatives, ils ont droit à cinq tentatives pour la circulation.

                      Par contre, de ce que je comprends, s’ils cumulent cinq échecs aux épreuves pratiques (plateau + circulation), il faudra quand même repasser le code, mais pas le plateau, la réussite reste acquise.

    • Marc
      24 juillet 2016 at 11:40

      Bonjour

      Je ne sais pas où tu en es pour ton plateau mais je l’ai eu la 4ème fois, pour moi c’était le stress. Mais la conduite, du premier coup, alors cela vaut le coup de continuer… Ne laisse pas tomber, tout le monde le décroche avec plus au moins de temps et c’est la finalité qui compte.

      Courage

    • Sevelise
      26 juillet 2016 at 20:19

      Ne baisse pas les bras! La piste du plateau est aussi inclinée où j’ai passé le mien. Il m’a fallu 4 tentatives pour l’avoir. Après le 3eme échec, j’ai baissé les bras et j’ai tout arrêté pendant 3 mois. J’ai repris 2 journées de cours et jackpot!
      Je me focalisais sur ce dévers de merde qui n’existe pas où je m’entraîne…. Alors je me suis convaincue qu’il y en avait un à l’entraînement et qu’il n’y en avait pas pour l’exam…. Et puis 2 Zenalia et 6 Euphytose par jour m’ont pas mal aidée….
      Et c’est enfin passé! Maintenant j’attends la circul…..
      Bon courage, souffle un peu et rattaque!

      • IlMeLeFaut
        26 juillet 2016 at 21:04

        La piste inclinée ça sent le circuit Carole tout ça 🙂

        • Sevelise
          27 juillet 2016 at 00:42

          Non je suis à Auxerre… Mais la piste est vraiment en dévers…. Une vraie galère!!

  4. Diwan25
    18 mai 2016 at 22:22

    Merci pour vos précieux conseils j avais de grosses difficultés sur le lent et je ne progressais pas. grâce à vous j ai vous j ai eu le déclic la veille de l’examen lors du dernier cours. Je l ai passé pour la 2 ème fois ce matin et je l ai obtenu. La technique qui consiste à relever les fesses de la selle et les appuis des genoux sur le réservoir pour guider la moto et garder l équilibre se révèle etre très efficace.

  5. Philippe Roche
    14 avril 2016 at 12:08

    Ayant passé le permis A à une époque où il n’y avait encore ni épreuve de plateau, ni même d’épreuve de circulation, je suis frappé par le fait que vous flippiez tous à l’idée de réaliser quelques manœuvres entre des cônes en présence d’un examinateur.

    Attention, je ne dis pas que c’est l’enfance de l’art et que ça se fait les doigts dans le nez sans même y penser. N’ayant eu moi-même aucune formation initiale, tout ce que j’ai appris sur la conduite d’une moto, je l’ai fait de façon empirique et je m’en suis contenté pendant de nombreuses années. Grâce à Fabien, à son blog (il tient vraiment à ce que l’on ne considère pas comme un forum), et à ses stages, j’ai enfin pu acquérir des notions solides concernant la conduite d’une moto.

    Ce que je cherche à vous faire comprendre, à vous tous qui redoutez l’examen du plateau, c’est que cet examen très académique ne fait que reproduire de façon artificielle les situations auxquelles vous vous retrouverez confrontés quand vous serez au guidon de votre propre moto.

    Quelques exemples, tirés de mes expériences récentes : demi-tour sur une route étroite quand vous vous apercevez que la moitié de la troupe n’a pas pris le bon embranchement (deux fois de suite en un quart d’heure !) ; évitement d’une plaque d’égout ou d’une bouse de vache aperçue au dernier moment ; arrêt en équilibre à un carrefour et, au moment de repartir : Ah ! Merde ! Une voiture arrive sur ma droite, je suis obligé de m’arrêter alors que j’ai déjà pris un peu d’angle pour tourner, etc.

    Je ne sais pas si ça peut vous aider, mais si, au lieu de voir des cônes et un inspecteur, vous pensiez à la route que vous allez enfin pouvoir parcourir après l’obtention de votre permis, vous seriez peut-être un peu plus sereins (et pas serins !).

    Si seulement cette intervention pouvait vous profiter, j’en serais ravi.
    Philippe.

    • Quadrapasfou
      14 avril 2016 at 12:22

      En fait, ce ne sont pas tant les exercices qui sont stressants, que la conjonction exercice et stress, et cela sur une épreuve en particulier : le parcours lent.

      On ressent, de façon logique, un stress de l’examen.

      Or, ce stress de l’examen est totalement antinomique avec une épreuve de LENTEUR où il faut au contraire est à la fois décontracté et concentré.

      Et la quasi-totalité des échecs au plateau vient de là.

      Il est vrai que ça peut paraître bizarre, mais dans les faits la combinaison stress / lenteur est effectivement difficile à gérer. C’est juste ça.

      • Stéphanie
        14 avril 2016 at 12:53

        Je confirme. Comment être souple, lent et posé quand on tremble de partout ? Pas facile facile 🙂

        • Philippe Roche
          14 avril 2016 at 16:45

          Justement ! Tu es capable de conduire ta moto si tu « trembles de partout » ? Évidemment non. Est-ce que la lenteur demande plus de décontraction et de concentration que le parcours à allure rapide ? Non, là encore.

          Si, en revanche, on en fait un jeu, comme on pourrait le faire pendant un stage de maniabilité, on oublie pendant quelques instants l’enjeu de l’examen et on s’amuse comme un fou à tournicoter autour de ces foutus cônes. Je le sais, je l’ai fait.

          Bien sûr, j’attends le commentaire suivant : « Facile pour lui de dire ça, lui qui n’a jamais passé cet examen. » Certes, mais j’ai passé des examens bien plus difficiles que celui du permis moto. Le dernier en date est le concours de l’Internat des Hôpitaux, qui me permet d’exercer maintenant le métier d’anesthésiste-réanimateur. Là, le stress, il n’y a pas besoin d’un examen pour en avoir, il est présent en permanence.

          Il ne s’agit donc pas tant de passer l’épreuve du permis A que d’apprendre à le passer, avec le bénéfice qu’on en attend : avoir le droit de conduire sa moto sur nos belles routes de France et d’ailleurs. Y a-t-il une meilleure récompense que celle-ci ?

          Amicalement,
          Philippe.

          • Momo
            14 avril 2016 at 23:26

            Je ne connais pas l’épreuve « Plateau-basse vitesse » actuelle, puisque j’ai passé le permis selon la formule ancienne, celle existant jusqu’en fin 2012. Or, je me souviens qu’à cette époque, je crois que c’était dans Moto-revue, des journalistes ou pilotes professionnels avaient fait le test du plateau du permis A selon les normes de cette année-là.

            Eh bien, je me rappelle tout à fait des résultats: tous les « pro » avaient passé l’épreuve rapide haut la main, mais ils avaient quasiment tout échoué à l’épreuve lente! (Je précise, naturellement, qu’ils s’étaient présentés sans préparation préalable).

            Le journal arguait que l’épreuve lente leur paraissait comme « une épreuve qui ne correspondait pas aux circonstances courantes de la vie d’un motard », pour expliquer l’insuccès.

            Les épreuves actuelles sont-elles plus réalistes? Je ne sais pas, mais il est certain que, ajouté au stress de l’examen, je comprends largement les difficultés rencontrées par les candidats.

            • IlMeLeFaut
              14 avril 2016 at 23:42

              Bonsoir,

              Le plateau, en fait les examens de conduites, génère un stress différents de ceux des examens « scolaires » ou de formation. Je le sais, j’ai plusieurs diplômes « scolaires » et je n’ai jamais stressé à l’approche de l’un de ces examens.
              Mais les permis… Aïe aïe aïe, on sait qu’il y a de l’argent en jeu, que ce n’est valable que 5 essais etc.

              Les permis ne reflète en rien les situations rencontrées sur la route. Je n’ai le permis moto que depuis peu, donc je ne peux pas trop parler dessus.
              Ce qui est certains, c’est qu’en voiture ça n’a rien à voir, et en moto quand bien même on ferait face à des situations où on doit faire demi-tour, redémarrer en ayant déjà amorcer un virage… Et bien tout simplement, dans la vraie vie on peut mettre les pieds au sol ! On peut s’y reprendre en autant de fois qu’on le souhaite etc.

              Pour moi sur le permis moto, seul l’évitement et le freinage d’urgence sont réellement utile dans le sens où ça nous force à ressentir le basculement de la moto où ce que provoque un gros freinage, un blocage de roue etc.
              Le lent c’est cool pour apprivoiser l’équilibre, mais les histoires de demi-tour arrêtés ou de « pas de pieds au sol »… En vrai, on à le droit. Donc bon.

              Mais oui, ça permet de s’amuser quand on le prend comme ça, perso à la fin avant mon 3ème passage, je m’amusais comme un petit fou sur ce plateau, à essayer d’être le plus lent possible. C’était vachement technique.

              Mais mes 2 premières présentations c’était la cata niveau stress !

              • FlatFab
                19 avril 2016 at 16:01

                « Les permis ne reflète en rien les situations rencontrées sur la route. Je n’ai le permis moto que depuis peu, donc je ne peux pas trop parler dessus. »
                Pourtant, tu le fais. Et en plus, à tort. 😉
                Hé si, à condition qu’elles soient enseignées correctement, les techniques apprises pour le parcours plateau à allure lente sont utiles dans la vraie vie.

                Dans la vraie vie, on peut mettre le pied par terre… sur sol plat et avec une moto légère.
                Quand tu auras une moto haute et/ou lourde, qu’il te devra effectuer un démarrage en quart de tour ou demi-tour dans une côte et en dévers… tu verras ce qui va se passer quand tu voudras mettre le pied par terre !

                • IlMeLeFaut
                  24 avril 2016 at 00:35

                  Salut !

                  Je roule en Z800e, donc assez haute et plutôt lourde… Il n’empêche que je n’ai absolument aucune pression lorsque je m’apprête à faire quelque chose de « compliquer ». Je met le pied a terre, afin d’éviter de faire tomber la moto lorsque je sent que si elle part je ne la rattraperais pas.

                  Et en soit, on peut s’y reprendre à plusieurs fois dans la vie. En soit, la situation plateau est incompréhensible du coup, puisque qu’on mette 1,2 ou 3 pieds par terre dans ce demi tour ça ne change rien… Je ne sait pas comment l’expliquer, mais je trouve que les situations « techniques » sont plutôt bonnes, mais les barèmes de notation un peu moins.

            • Henri
              15 avril 2016 at 10:50

              Evidemment, le lent permet d’apprendre à maîtriser la moto à basse vitesse. Ca peut sembler très théorique et inutile dans la vraie vie. Mon expérience (permis fin 2014 et depuis 15 000 kms) me fait dire que c’est vraiment utile de faire un demi-tour sur une petite route ou dans une rue sans hésitation et en regardant bien. Bien placer le regard est fondamental à basse et haute vitesse. Et sur un demi-tour dans 6 mètres on se retrouve facilement dehors. Sur le plateau c’est la ligne, sur la route ça peut être le fossé.

              Comme souvent dit ici, prenez cet apprentissage comme la préparation à une conduite en sécurité et pas comme une torture qui ne servirait qu’à avoir ce f..u permis.

              Bon courage à tous et … relax 😉

              • Verobike38
                15 avril 2016 at 11:19

                Hello
                Pour moi, le plateau c’est dans longtemps (je passe ma formation 125 début mai et après je me donne 2 ans de pratique avant de songer au GC). Mais je me permets quelques réflexions pour aider ceux qui stressent à mort.

                Mais mon fils passe le permis B vendredi prochain.
                Ce lundi, le permis blanc a été une cata totale et pourtant il est en conduite accompagnée, il a plus de 100h de conduite et 5000 km !!

                Le stress, la peur de louper, lui a fait perdre tous ses moyens (bordure de trottoire à peine l’épreuve commencée, la monitrice prend le volant…. calage au stop d’après….)
                Pour le rassurer je lui explique qu’il ne faut pas qu’il se focalise sur la peur de louper, ce n’est pas grave. Le permis ça se repasse. Même si ça coute des sous, c’est que des sous. C’est sur qu’on ne les forge pas, les sous, mais notre avenir ne dépend pas de ce permis. Son avenir à lui, c’est le bac en juin et surtout l’entrée dans l’école d’ingé de ses rêves. S’il loupe l’entrée dans cette école ce sera super compliqué d’y rentrer plus tard, voire impossible. Alors que le permis, un loupé ne ferme aucune porte. Même s’il faut repasser le code. On peut le faire en candidat libre.

                Je pense qu’il faut se concentrer sur ce qu’on doit faire. Savoir au fond de soi qu’on sait le faire, puisque sinon on ne serait pas face à l’examinateur. Et oublier l’enjeu. Après tout, on peut le repasser, ce plateau. Ce n’est pas comme si on a grillé un stop et tué un gamin qui passait. Donc sachons relativiser !

                Mes élèves aussi stressent à mort et la peur de louper les paralyse. Et pourtant, mes élèves sont des gens qui veulent pratiquer la guitare pour leur plaisir. Je suis un prof particulier. Pas d’examen, pas de diplôme, juste se faire plaisir. Je fais tout pour les mettre en confiance, et pourtant certains ne dorment pas de la nuit avant un cours. Pourtant je peux vous dire que je suis une prof tout ce qu’il ya de plus cool qui leur dit qu’une fausse note ce n’est pas grave ! Tout ça pour vous dire à quel point on peut stresser !

                Je pense qu’il ne faut pas se focaliser sur la peur de l’erreur, mais juste sur ce qu’il faut faire, en se disant qu’on sait le faire…

          • Elodie
            2 juin 2016 at 10:29

            Merci pour ces quelques lignes.
            J’ai bien joué ce matin sur la piste d’examen ! Plateau en poche
            🙂

            Une IDE contente

            • Philippe Roche
              24 juillet 2016 at 12:10

              Salut Élodie,
              Je viens juste de lire ton message, désolé pour le retard, et je te félicite pour la réussite du plateau, que tu as obtenu, comme tu le dis, en t’amusant.
              Ton message me fait d’autant plus plaisir que tu es une de ces infirmières que je côtoie quotidiennement et pour lesquelles j’ai beaucoup d’estime.
              J’imagine que tu as maintenant passé l’épreuve de conduite. Tous mes vœux pour le choix de ta première moto et pour ta future « carrière » de motarde.
              Sois prudente, et n’hésite pas à participer à des stages de perfectionnement pour te sentir le plus à l’aise possible sur ta moto, qui doit être un objet de plaisir, et en aucun cas une source de stress.
              Philippe.

      • Mikael
        15 avril 2016 at 10:20

        Le plateau lent existe pour « prouver » que tu maîtrise ta machine à faible allure. Si tu y arrive lors de l’examen alors tu arriveras dans la vie de tous les jours.

        Le problème du plateau c’est que :
        1 – tu n’as pas droit à l’erreur (sauf une mineure) la ou dans vraie vie le fait de poser un pied au sol ne pose pas de problème en soit.
        2 – tu as peu de chance que l’examinateur passe à coté d’une faute.
        3 – Si tu rates tu sais que devra repasser à la caisse (heures en sup + représentation).
        4 – Nous sommes un certain nombre à n’avoir plus passé d’exams depuis des années.

        J’ai fait parti des premiers à inaugurer le nouveau permis, j’étais en stress, mais une fois sur la bécane j’ai ancré mes pieds au sol, respiré un bon coup et passé mon cerveau en mode concentration.
        C’est passé comme une lettre à la poste du premier coup (sauf mon premier passage au freinage d’urgence :/ ou je n’étais plus concentré).

  6. IlMeLeFaut
    4 avril 2016 at 12:05

    Salut !

    Bon courage à ceux qui vont passer leur plateau cette semaine !

    Marc, cette fois c’est la bonne ! 😉

    • Marc
      4 avril 2016 at 12:57

      Merci c’est pour demain après-midi….J’ai pris un cours ce matin pour travailler l’évitement, je me sens plus confiant du coup, le verdict demain

      A Bientôt pour le résultat

      • IlMeLeFaut
        4 avril 2016 at 15:08

        C’etait pareil pour moi, je me sentais bien plus confiant lors du 3eme passage, j’avais vraiment la sensation de maitriser la moto pour les exercices demandés. Comme quoi…

        Surtout que tu sais que tu passes tout, il n’y a que l’evitement de vraiment problematique. Et tu te sent plus a l’aise avec, donc… Croisons les doigts !

    • Chris.
      5 avril 2016 at 01:28

      Bon courage pour ceux qui passent les épreuves, pour moi direction la circu vendredi…

      • IlMeLeFaut
        5 avril 2016 at 23:38

        Effectivement, bon courage à tous ceux qui passent un examen !

      • Chris.
        12 avril 2016 at 23:05

        22.5 bilan favorable
        Ça y est je suis titulaire du permis A.
        j’ai commencé le permis en 2006, pris 3 leçons de plateau puis mis en sommeille à cause du boulot.
        en 2015 période plus favorable et reprise du permis 8500 km plus loin…
        Le permis moto c’est une affaire de patience

        • Marc
          13 avril 2016 at 08:36

          Félicitation Chris et bravo pour ton parcours. Maintenant profite du 2 roues en restant prudent

          • Chris.
            13 avril 2016 at 10:42

            Merci Marc, je vais continuer d’utiliser ma 125 encore quelques temps et on verra plus tard pour une autre moto.
            Il vaut mieux rester prudent même si l’on croit tout maitriser car ce n’est pas le cas et en moto encore plus qu’en voiture.
            Courage à tous ceux qui passent ce permis et notamment le plateau, pour la plupart le seul problème c’est le STRESS: une femme très stressé a réussie son plateau à la deuxième présentation
            car elle a su le dominer. Cette femme a plus de 40 ans et au début elle pensait ne jamais y arriver et pourtant…

            Salutations d’un jeune motard de 36 ans

    • Marc
      6 avril 2016 at 10:35

      Bonjour

      Voilà, hier j’ai passé mon plateau pour la 3 ème fois.

      Nous avons fait une heure d’échauffement à l’école de moto avant l’examen , je me trouvais en dessous de mon cours de la veille, mais bon…..

      Bref, nous partons à 4 sur l’examen cette fois-ci nous sommes tous dans la même catégorie d’age. ( J’ai 55 ans le + vieux tt de même lol )
      Je sens que le stress monte comme ceux qui sont avec moi sur les 4 nous sommes 3 qui ont déjà passé et raté le plateau…

      Voilà les questions sur la moto arrivent : « Les freins » je me prends un B car je n’ai pas parlé de vérifier les niveaux et pourtant je le savais ( je suis un bricoleur sur voiture ), mauvaise augure le stress commence déjà à me frapper…

      Je vois passé 2 collègues sur le plateau lent, les 2 plantes ( pour l’un, erreur de parcours 2 fois de suite et ma collègue pied au sol en permanence ) ils ont échoué pour cause de stress ( je connaissais leur capacité en cours, ils sont très bons )

      A mon tour, je passe les cônes whaoou c’est ok, j’ai le sourire et je termine le lent avec soulagement. Et là la douche froide de l’inspectrice, Monsieur, vous n’avez pas marqué un temps d’arrêt suffisant avec le pied dans la zone du démarrage en virage. ( Zone qu’on termine après avoir passé entre les cônes de l’évitement : 3 lignes au sol dont une en pointillé )

      Je me relance et là de nouveau, je sens que tout se passe bien, je marque bien l’arrêt en regardant l’inspectrice, je prends mon mono comme passager. Je termine super content, là c’est bon, j’ai réussi..
      L’inspectrice arrive avec son Chrono et un sourire « 20 secondes », je suis heureux mais elle m’annonce que je me suis arrêté avant les 3 lignes ( dans la FAMEUSE zone) vous avez un C…..

      Oh non!!!!!!!!!!

      Je n’arrive pas à me remémorer ce que j’ai fait dans cette zone ( les 2 fois d’ailleurs ).. Je suis dégoutté !!!!!!

      En plus, l’évitement était du bon coté pour moi, mais bon vu que je ne l’ai pas passé alors les regrets fusent…

      Sur 4 nous sommes 3 qui ont raté pour cause de stress… Si nous ne réussissons pas du premier coup, le stress est encore plus dur les autres fois et de plus en plus dur à chaque fois qu’on rate.

      Je dois passer cette semaine, à la moto école pour payer mes cours, je ne sais pas si je vais continuer car je sature, le stress me bloque et rien ne passe lors de l’examen. Je suis dans cette spirale et je m’en sors pas même si chaque fois, les monos me disent que je ne suis pas loin…

      Je ne vais pas me donner d’excuses, je sais très bien que je ne suis pas le plus à l’aise en moto, mais j’aime cela. Par contre, je dois être réaliste si je vais encore le passer une 4eme fois, je vais être encore archi stressé x4….

      Imaginons que je réussisse ( après avoir avoir fumé 10 joints contre le stress mdr ) au vu de mon expérience, le permis circu cela sera aussi dans le stress car je n’aime pas la vitesse. Mon envie de ma moto ce n’est pas la vitesse, c’est le plaisir à mon rythme.

      Aujourd’hui, Je suis triste d’avoir vu pleurer ma collègue qui l’avait raté comme moi, je suis triste de me dire que je vais arrêter après tous ces sacrifices, je suis triste car cela me donne une mauvaise image de moi ( je ne parle pas de mon entourage encore que ).

      Au vu de mes résultats, je n’ai pas beaucoup de conseils à vous donner mais faire une telle formation, il faut arriver sans se mettre la pression, si on a l’insouciance de la jeunesse c’est plus facile, si on a de la maturité , il faut arriver avec le budget ( sans se culpabiliser j’aurai dû le donner pour mes enfants ) avoir du temps qui n’empiète pas les heures de boulot. Et si on est très éloigné du monde du 2 roues, il faut peut-être commencer par une 125 ou un scooter 125 pour prendre ou reprendre l’habitude de l’équilibre ( Plusieurs articles à ce sujet )

      En tout cas, je vais vous regarderais passer cet été avec envie avec vos beaux casques et cette liberté que procure la moto.

      Merci pour ce beau site de m’avoir accueillie

      • Verobike38
        6 avril 2016 at 12:59

        Hello Marc
        Et si tu faisais une pause ? Tu prends une 125, tu roules quelques mois avec et tu reprends des cours une fois que tu te sens plus à l’aise ?
        Tu peux aussi consulter un médecins pour les médicaments anti stress. Flat Fab donne quelques très bonnes pistes en ce domaine.
        Il y aussi la sophrologie qui marche très bien.
        Ce serait tellement dommage de renoncer à ton rêve !
        Allza, courage !

      • Quadrapasfou
        6 avril 2016 at 18:20

        Il y a aussi la solution d’aller voir son médecin pour se faire prescrire des trucs contre le stress, ou simplement de prendre de l’homéopathie pendant quelques jours.

        En tout cas, il faut prendre le temps de digérer l’échec avant de remettre le couvert c’est sûr.

        Et le jour de l’examen, sur le plateau :
        – ne pas regarder le passage des autres !!!!!!!!!! (y a rien de pire pour faire monter le stress)
        – ne pas rester en groupe à discuter du permis pour se mettre encore plus la pression
        – respirer à fond, s’étirer, faire le vide complet dans la tête et faire les cent pas en attendant son tour.

        Allez, jamais 3 sans 4 … 😉

        • Thibault
          10 mai 2016 at 19:29

          Inutile d’aborder ici l’aspect technique du plateau (encore que : je pense que le stress est aussi souvent une conséquence d’un manque de confiance, et, in fine, de maîtrise total de l’engin).

          Si l’on s’en tient au strict aspect mental de l’examen plateau, les 3 conseils ci-dessus de Quadrapasfou sont essentiels et vraiment très efficaces. J’ai passé ce jour le plateau pour la 2e fois, et je les ai appliqués naturellement (càd sans avoir lu le post en question). La première fois, j’avais fait tout le contraire : j’avais scruté les autres candidats en m’imaginant à leur place, et taillé le bout de gras pendant les passages, avec untel qui te raconte qu’il a échoué dix fois, un autre qui te fout le doute sur une manœuvre qu’il exécute différemment de toi, etc…

          Ce matin, j’ai fait les 100 pas dans mon coin, en me forçant à souffler et à sourire, gardant juste un œil sur l’examinateur pour ne pas rater mon tour. Et devinez le résultat ?

          Bon courage à tous

          • Marc
            11 mai 2016 at 08:50

            Bonjour

            Je me remets en selle la semaine prochaine pour prendre un cours, c’est surtout pour me faire plaisir et faire le point où j’en suis.

            Normalement, la semaine suivante, j’ai un autre cours et le lendemain l’examen plateau.

            Cela m’a fait du bien cette halte même si elle a été un peu longue mais ce n’était plus possible d’être dans ce mode stress, regret, doutes et enchaîner.

            J’ai l’impression que j’ai pris du recul et je m’en fais moins une montagne maintenant que j’étais à 2 doigts d’abandonner.

            Je suis conscient de mes capacités et de mes difficultés mais je vais tout faire pour le réussir.

            Par contre, si je l’ai cela une grande joie en rapport de mon investissement sinon je me ferai une raison, il y a pire.

            Au sujet de mon stress, j’ai mon pharmacien qui m’a vendu des produits homéopathiques, on verra bien

            A bientôt

            Je vous tiens au courant

            • Verobike38
              13 mai 2016 at 16:50

              Tu as retrouvé la motivation, génial. Tu le dis toi même, tu es là pour te faire plaisir !!

      • IlMeLeFaut
        6 avril 2016 at 23:38

        Salut Marc,

        C’est chiant pour toi, je sais parfaitement ce que tu ressens. Et encore, toi t’a tenu bien plus longtemps. Moi je voulais arrêter au deuxième échec. Toi, c’est après le 3ème que tu ressens ça.
        J’attachais trop d’importance à ce permis. Trop stressé alors que je ne le suis jamais.

        J’ai fait un bon mois de pause entre le 2ème passage plateau et la reprise d’heure de conduite. Franchement, ça m’a fait un bien fou. T’as le temps de réfléchir pas mal. De te remettre en question, et de chercher ce qui te bloque.

        On dit toujours que c’est du gâchis d’abandonner après tant d’effort. C’est un peu vrai, mais que c’est dur d’échouer pour un rien à chaque fois. Essaie une dernière fois au cas où, ce sera peut être la bonne. Ca a été le cas pour moi. Il faut juste arriver a réellement comprendre qu’on avance chacun à notre rythme, et que parfois il ne faut pas se buter à ça. Prend un peu de temps. Travailler la pratique c’est bien, mais à un moment faut aussi travailler sur soi.

        Et au cas où, après mon deuxième échec j’appréhendais trop le troisième passage sachant que je stresserais encore plus ! Et ce mois de pause m’a fait beaucoup de bien, le stress s’est évacuer avec le temps.
        Pour mon troisième passage on était 6 a passer, je n’ai pas regarder un seul parcours. Je faisais vraiment les 100 pas en sifflant de mon côté pour évacuer et figer mon esprit hors de l’examen.

        A chaque fois que je validais une étape, je refaisait les 100 pas jusqu’à mon autre parcours et ainsi de suite. Si il te faut plus d’un mois de pause, prend plus. Tu verras bien à quel moment ça te reviendra, mais faut rien forcer.

        Dernière chose, je voulais réellement abandonner. Et si je n’avais pas écouter mes proches et les conseils donné ici, aujourd’hui je m’en mordrais les doigts, puisque le troisième passage fut le bon… Comme quoi, des fois ça tient à rien, et c’est quand on s’y attend le moins qu’on donne le plus !

        Courage à toi, je suis passé par là ! A toi de voir, trouve le moyen d’évacuer et de mettre ça dans un coin de ta tête pour que ton cerveau l’apprivoise 🙂 Comme m’a dit un autre élève « Le plateau, c’est comme à l’armée: Ton cerveau tu le met de côté et tu fais ce qu’on t’as appris. Point barre. »

        • Marc
          8 avril 2016 at 11:09

          Bonjour

          Merci à vous tous de votre soutien

          Il est vrai après plusieurs échecs consécutifs son « ego » est malgré tout touché. Savoir que bcp ont commencé en même temps que moi et ils ont terminé avec le permis en poche. A ce stade là, je me sens pas bon et toutes les questions fusent ai-je fait un bon choix pour ce permis. Je suis certain que chacun a des capacités dans certains domaines mais pas dans tous !!!!!!

          Certes c’est vrai d’arrêter c’est dommage ( au vu de mes sacrifices ) de ne pas essayer une nouvelle fois, mais je crois que si je réitère je ne le dirai pas à mon entourage pour me libérer d’un stress supplémentaire. En tout cas, il faut que je me remotive car je n’étais pas loin mais ce n’est pas être proche c’est de l’avoir lol
          A bientôt

          • Henri
            8 avril 2016 at 19:28

            Bonjour Marc,
            Je suis passé par là et j’ai réussi au 4ème essai !! C’est vrai que les premiers passages, je les annoncaient à tout le monde. Après le deuxième, je le réservais à mes (très) proches. Ca retire en effet un peu de pression. Et ne négligie pas les aides anti stress. Personnellement j’ai utilisé le Rescue. Effet psychologique ou réel, peu importe, ça a marché.
            Bon courage.
            Il me reste un peu de Rescue, je peux te l’envoyer 😉

            • Marc
              11 avril 2016 at 14:30

              Bonjour

              Par le pur hasard, j’ai découvert que nous avons la possibilité de passer 5 fois ( si je le savais qu’à moitié vs allez comprendre pourquoi ), une épreuve pratique de la moto sinon rebelote le code de la route. Par contre, ce que je ne savais pas que les échecs du plateau soustrait les chances SUPPLÉMENTAIRES en circulation :

              Exemple dans mon cas, 3 échecs en plateau si je réussis à la 4 ème fois , il me restera que 2 chances en circulation…

              Je pense qu’à tous cela doit vous paraître évident mais ce n’était pas le cas pour moi, je pense que c’est 2 épreuves étaient vraiment indépendantes.

              J’en ai gros sur la patate lol

              A ceux qui démarrent le plateau, bien avoir cela en tête….

              Bonne journée

              • Henri
                11 avril 2016 at 14:55

                Hélas que UNE chance ! 4 + 1 = 5 😉
                Mais franchement, la circulation n’a pas le même niveau de difficité que le plateau. Ne pas prendre à la légère, mais si le plateau c’est 70% d’échec, la circul c’est 95% de réussite (ordre de grandeur, les vrais pourcentages doivent exister quelque part).
                J’ai eu mon plateau au 4ème passage et la circul dans la foulée.
                Bon courage, relax avant, concentré pendant et… heureux après !

                • Marc
                  12 avril 2016 at 16:30

                  Merci Henri de tes encouragements

                  Je pars une semaine en vacances cela me fera du bien de souffler lol car je n’ai plus du tout envie de moto en ce moment…..

                  Et dire, que j’avais vu une Honda d’occasion super intéressante en prix/Kms, j’ai hésité pour faire la démarche de l’acheter…Je crois que j’ai bien fait de ne pas aller au bout de cette envie

                  Et toi, tu as acheté quoi comme moto Henri

                  • Verobike38
                    13 avril 2016 at 18:46

                    Je pense que tu as raison. Tu vas te détendre, te ressourcer et tu seras surpris de tes progrès en reprenant le guidon.

                • Mikael
                  13 avril 2016 at 11:38

                  Entièrement d’accord avec Henri, la circulation n’est pas l’épreuve la plus difficile et c’est d’autant plus vrai si tu as ton permis boite à roues : Même si le positionnement et le comportement n’est pas le même qu’en voiture, tu as beaucoup moins d’appréhension vis à vis de la circulation car c’est un environnement qui reste familier et cela s’en ressent au niveau du stress.

                  Pour le plateau visiblement ce sont des fautes d’inattentions, si tu maîtrise la première zone du lent le reste passera bien.
                  Un conseil pour ce genre de fautes : mentalise !!!
                  Tous les soirs avant de dormir refait le parcours dans ta tête, le jour de l’examen refait aussi le parcours mentalement et même à pied si tu en as l’occasion.
                  Et le conseil que tu connais déjà : avant toutes les épreuves on se tient droit, la tête haute et on respire un très grand coup !

                  Le jeu en vaut la chandelle alors accroche toi !

                  Courage 🙂

                  • Marc
                    13 avril 2016 at 13:44

                    Oui Mikael, il me manque pas grand chose chaque fois, les monos me tiennent aussi ces propos..Après ce foutu stress me fait réaliser des bêtises + que stupides et comme les inspecteurs sont intransigeants ( je ne critique pas ) je me fais ajourner !!!!

                    Je vais suivre tes conseils lol

                    • Grizzlette
                      14 avril 2016 at 09:18

                      Salut Marc

                      Bonne idée de prendre une pause, de 1, 2, voire 3 mois.

                      Ce qui peut vraiment aider sur le plateau (ma méthode qui fonctionne au top) c’est de se dire et répéter : je suis ici, sur ce plateau, PARCE QUE JE SUIS PRÊT. Repense mentalement et sens PHYSIQUEMENT tous les parcours sans que tu réussis, et à l’examen, débranche le cerveau en te focalisant UNIQUEMENT sur le ressenti physique des gestes à accomplir pour passer les portes, gestes que tu connais par coeur.

                      J’avais vu un reportage sur la Patrouille de France, dans lequel on voyait les pilotes effectuer et répéter, dans le silence absolu d’une salle de classe, chacun de leurs gestes de pilotage pour leurs figures dans le ciel.

                      Pour shématiser, lors de l’examen, mets-toi dans la peau d’un « automate » qui va effectuer mécaniquement les gestes 1000 fois répétés sur le plateau.

                      Le fait de prendre une pause permet aussi d’intégrer tous les gestes en profondeur lorsqu’on est stressé.

                      Tiens bon, tu vas l’avoir ce foutu permis !

                      G.

                    • Stéphanie
                      14 avril 2016 at 12:44

                      Bonjour Marc,

                      J’ai passé mon plateau hier et ça a été une catastrophe ! On aurait dit une novice. J’ai paniqué comme jamais et j’ai fini par faire n’importe quoi. Je tremblais tellement que j’avais du mal à maintenir la moto droite, du coup, j’avais tellement peur de basculer et tomber que je n’ai même plus pensé à freiner entre les piquets ! J’avais l’impression de me regarder et de ne contrôler aucun geste. Tout le monde me dit que ça ira mieux la prochaine fois, mais à mon avis, vu l’état dans lequel j’étais, je ne vois pas comment je pourrais être mieux la prochaine fois… C’est affreux ce sentiment de ne pas pouvoir se contrôler et de perdre pied… Je me sens vraiment mer***ique ce matin et profondément triste 🙁

                    • Sevelise
                      22 avril 2016 at 14:02

                      Salut Marc,
                      Je crois qu’on peut se serrer la main: 3ème fois que je le passais ce matin et 3ème échec….
                      Que dire….. Démotivée, dégoûtée, effondrée…..
                      En fait je me suis présentée 4 fois: la 1ère on m’ajourne: carte d’identité périmée le lendemain du code et personne n’avait fait gaffe qu’elle n’était plus bonne. Là je peux dire que je me sentais super prête et pas stressée….
                      La fois suivante, je me plante 2 fois sur l’évitement…. Et les 2 fois suivante je me plante sur le lent….. A chaque fois pied à terre…..
                      En fait il y a une saloperie de dévers sur le parcours et je me focalise dessus…. Du coup alors que je réussis sans aucun échec à l’entraînement, là je panique et c’est mort…..
                      Bref là je ne sais pas si je vais continuer. Je crois que je vais me prendre un peu de temps pour moi pour souffler, et essayer de penser un peu à autre chose qu’à cette saloperie de plateau que je ne suis pas foutue de passer avec succès…..

                      Je te souhaite à toi et à tous ceux de ce site bonne chance pour la suite!

                    • IlMeLeFaut
                      24 avril 2016 at 00:47

                      Bonsoir !

                      Sur la piste « 77 » du circuit Carole, c’est pareil la piste est légèrement en dévers sur le début du parcours lent… Résultat j’ai fait une fixette dessus et sur mes 2 premiers passages, je cale 2 fois et pose un pied ensuite.
                      La vérité c’est que je faisais bien une fixette dessus, et après avoir géré freinage de l’arrière et coup de gaz c’est passé nickel sans me rendre compte qu’il y’avait un dévers… Ce qu’il faut c’est arriver sûr de sa technique.

                      Une pause m’a été extrêmement bénéfique. J’ai pris un peu plus d’un mois et ça m’a permis de faire le point sur ce plateau. J’y ai été cool la troisième fois, et c’est passé avec 5A. Je n’aurais jamais pensé faire ça après mes deux premiers passage où je me sentais complètement nul.
                      Je sais très bien ce qu’on ressent quand on échoue à ce stade. Faut pas se décourager, quitte à faire une pause pour reprendre de l’envie. Mais, faut pas lâcher, vraiment.

                      Bon courage à tous et ne surtout pas baisser les bras, c’est facile à dire pour moi… Mais sachez que j’ai vraiment voulu abandonner, et avec le temps la famille qui pousse et en croisant des motards le déclic est venu tout seul ! Aujourd’hui je m’en mordrais les doigts si j’avais lâcher l’affaire !

            • Marc
              29 avril 2016 at 09:18

              Bonjour

              Depuis mon dernier échec plateau, je n’ai pas contacter ma moto école, je me sens tellement démotivé même lorsque je vois les motos sur la route, cela m’attire plus….

              J’aimerai retrouver l’envie mais je ne sais pas comment….

              • Henri
                29 avril 2016 at 15:21

                Bonjour Marc,
                Ca fait mal au coeur de te lire, surtout quand on est passé par là !
                Si tu es en région parisienne, je peux te proposer de t’emmener faire une ballade un jour de beau temps dans la campagne, ou d’aller à Paris un jour d’embouteillage, ou d’aller faire un peu de maniabilité sur un parking vide, ou ….
                Bref d’apprécier le plaisir, la praticité et les progrès qu’on a à faire tous les jours même après de milliers de kilomètres.
                Pour le reste, l’envie doit venir de toi. Ne laisse pas la déception l’écraser.
                Henri

              • Danielle
                29 avril 2016 at 21:21

                Hey Marc, ne lâche rien, allez hop hop un ptit coup pied au cul, m enfin, y en a qui y arrive alors nous aussi on vas l avoir voyons et pis ok c plus facile pour certain et alors ? Tu crois quoi que tous les motards que tu vois sur les routes l’ont tous eu facilement ? Ben non, alors si l ont eu, nous aussi notre tour viendra, c’est évident, malgré mes 4 échecs au plateau, je m’y remets la semaine prochaine après un break de 2 mois (cause professionnelle). Et puis un jour tu verras lorsque tu chevaucheras ton cheval d acier, tu seras fier et tu auras bien raison. Gardes le moral et prends tout ça avec du recul et tu verras ça va le faire.

                • Marc
                  2 mai 2016 at 09:24

                  Bonjour

                  Ce matin, je suis passé voir les motos qui étaient en stationnement sur le parking de mon entreprise ( comme à une période, j’aillais me faire envie lol ) ..Et toujours rien, je vais essayer peut-être de passer ce soir à moto école si de nouveau ce déclic…..

                  Je n’arrive pas à m’enlever cette image de l’inspectrice qui arrive avec un beau sourire et le chrono en main au plateau lent en me disant vous avez fait un bon temps, je me sens si heureux mais lorsqu’elle me rajoute mais votre roue n’était pas sur la bonne ligne dans la zone du demi-tour, la douche froide. Je n’ai rien à dire c’est moi qui est merdé pour 2 cm avec ce foutu stress.

                  Voilà où j’en suis et je n’ose même pas en parler à ma copine, à mes amis…

                  En tout cas, cela fait du bien de me libérer ici

                  • Danielle
                    2 mai 2016 at 11:22

                    Meuuuuh c po grave Marc voyons, ya des choses plus grave dans la vie, relativise. Mais je sais ce que c est, tu peux me croire, quand l inspectrice a hésité avant de me dire « bon alors désolée il vous manque 1,2 km/h sur votre retour évitement ce sera C » et paf prends ça en pleine poire… Alors qu elle a fermé les yeux sur les 3 pieds posés à la nana avant moi sur son lent …. Ben j avais pris un sale coup au moral, alors oui c dur mais bon. Tu es bon c sur sinon ton moniteur ne t aurai pas présenté à l examen, garde ça en tête. Ce qui est fait, est fait et vas de l avant et fais toi plaisir. Courage. Dany

                  • Mikael
                    3 mai 2016 at 13:25

                    Bon Marc faut arrêter les ouins ouins ! Au bout d’un moment faut arrêter de regarder dans le rétroviseur , ce qui c’est passé EST passé, concentre toi sur le futur au lieu de perdre ton énergie à ressasser.
                    Alors maintenant tu vas me faire le plaisir de poser tes baloches sur la table et faire ce petit exercice une fois que tu auras lu ces quelques lignes :
                    Tu lèves la tête en regardant droit devant toi et tu dis avec une intensité croissante : Ce permis est à moi ! Ce permis est a MOI ! Ce permis est A moi ! Ce permis EST A MOI ! Ce PERMIS EST A MOI ! CE PERMIS EST A MOI !
                    Allé dans deux mois, quand tu iras faire une belle balade en moto sous le soleil d’été tu repenseras à tout ça en rigolant !

              • Patrick
                29 avril 2016 at 22:23

                Allez Marc ! Il faut y aller !
                Pour moi aussi, il a fallu plusieurs passages sur le plateau.
                C’est peu dire que le découragement grandissait…
                A chaque fois, la même ritournelle : une erreur que je ne faisais pas pendant les cours comme, par exemple, sortir des lignes en bout de piste lors du demi-tour ou bouger le même plot à l’évitement lors des deux essais …
                Et avant chaque nouveau passage, je me demandais ce que j’allais bien trouver comme nouvelle ânerie à faire.
                Pourquoi ? Le stress, et uniquement le stress.
                Qu’est-ce qui m’a fait poursuivre ? L’envie de décrocher ce permis et aussi la persévérance d’un autre élève, plus âgé que moi. Il en voulait, se débrouillait bien en leçons, mais perdait tous ses moyens à l’examen. Lui, il a décroché son plateau après huit tentatives ! Je crois que beaucoup auraient lâché le morceau bien avant. Pas lui… Ensuite, il a décroché son sésame facilement en circulation.
                Maintenant, après un examen en circulation sans problème (27/27), j’avale tranquillement les kilomètres et je profite de ma propre moto sans perdre de vue que je suis un débutant pour longtemps encore.
                Et surtout, je ne regrette pas ces semaines passées. Ces petits échecs rendent humble, même s’ils font mal sur le coup. Mais la réussite finale redonne tellement de fierté et de bonheur. Quand j’ai vu le résultat favorable s’afficher sur l’écran de mon ordinateur, j’étais aussi fou qu’un lycéen qui vient de décrocher son bac avec mention Très bien.
                Crois-moi, le jeu en vaut la chandelle.
                Quel plaisir de sillonner les alentours au guidon de sa machine !

    • Marc
      7 juin 2016 at 14:28

      Bonjour

      Enfin, j’ai eu une bonne nouvelle, j’ai eu mon plateau au bout de la quatrième fois.

      Pour vous remémorer mes péripéties :

      1 fois) Les 2 passages du plateau lent, un pied au sol et trop lent , le stress paralysant
      2 fois ) Une quille qui voltige lors de l’évitement, je veux assurer au deuxième passage 47 km/h ( Corrigé ) ajourné car
      il manque 3 km/h
      3 fois ) Premier passage au lent, je ne mets pas le pieds au sol lors du 1/2 tour. ( juste avant de prendre le passager )
      Je recommence je m’arrête pas entre la ligne pleine et pointillé mais juste avant, toujours dans la zone du 1/2 tour du lent, ajourné encore le stress qui me fait faire n’importe quoi
      4 fois ) j’ai un B au lent mais j’assure, un A au freinage, je démarre l’évitement après le slalom entre les quilles, je rate le 1/2 tour je sors de la bande blanche… Un nouvelle fois et là tout se passe à merveille avec un A. La fiche sur l’assurance, j’ai un A les 12 je les connaissais sur les bouts des doigts lol

      J’en ai vraiment bavé mais je l’ai eu ( le stress, mon age ne m’ont pas aidé mais je l’ai eu ) Maintenant la circu, je dois faire attention , je n’ai qu’un seul joker mais il faut y croire…

      nota : j’ai arrêté un petit moment cela fait du bien et tu repars mieux car j’ai fait tomber la pression

      A bientôt

      • Verobike38
        7 juin 2016 at 14:54

        Hello Marc
        Super nouvelle ! Félicitation !
        Comme quoi, patience, opiniatreté et lecture de tous les bons conseils qui regorgent ici et tout est possible.
        Reste zen sur la circu, j’ai cru comprendre que c’est plutôt cool par rapport au plateau.
        Tout devrait bien se passer !! Ton rêve est à portée de main !
        Véro

        • Marc
          7 juin 2016 at 15:06

          Merci Vero

          Après la circulation tout dépend de pleines choses mais il me semblerait que c’est moins difficile d’après ce que j’ai lu ici

          En revenant au plateau, je suis de ceux qui a fallu bcp plus d’heures que prévues et budget méga explosé mais bon, une fois lancé c’était dommage d’arrêter.

          Si c’était à refaire, j’aurai acheté une 125 cm pour commencer à me faire la main et seulement ensuite attaqué le permis moto.

      • Chris.
        10 juin 2016 at 15:52

        Félicitation Marc, on croise les doigts pour la circu…
        Le seul paramètre que tu ne peux pas prévoir: les autres usagers…!

        Courage, on attends des nouvelles 😉

        • Marc
          22 juillet 2016 at 14:56

          whaouuu j’ai réussis la circulation du premier coup, c’est la grand plaisir !!!! Je vais vite oublié mes difficultés du plateau lol

          Merci à vous tous de m’avoir soutenu

          • Chris.
            22 juillet 2016 at 15:46

            Félicitations
            bienvenue dans la famille motarde
            ça fait plaisir pour toi.

      • IlMeLeFaut
        10 juin 2016 at 20:46

        Alala j’suis super content pour toi ! Quel pied d’enfin obtenir ce foutu plateau !

        Reste bien concentré pour ta corculation, on va dire que niveau examen le plus dur est fait !

        Ca me fait vraiment plaisir que tu l’es obtenu ! Je suis passé par là, les echecs l’envie d’abandonner qui s’est au final transformée en pause plus que bénéfique !

        Et quel pied, aujourd’hui, de rentrer du travail et d’aller faire une ballade…

        Je te souhaite de tout coeur d’ibtenir ta circulation pour que tu puisse connaitre ce meme plaisir !

      • Sevelise
        21 juillet 2016 at 16:22

        Bienvenu au club! Pour moi aussi réussite au bout de la 4eme fois. B au lent et A partout! Trop heureuse!!! Maintenant j’attends de passer ma circul mi août…..

  7. Verobike38
    29 mars 2016 at 15:58

    Hello
    J’apprends tous les jours en lisant ce site !

    Parmis ceux qui passent le permis A, je voudrais savoir si vous aviez déjà conduit une 125 avant de partir sur le A.
    Pour ceux qui en ont conduit une avant de commencer le permis A, je voudrais savoir si c’est un réel plus avant d’aborder le gros cube.

    C’est le chemins que je pense suivre (125, puis au bout d’un an et demi, le permis A). EN ce qui me concerne le frein pour le permis A est d’abord l’appréhension de commencer de suite sur un gros cube et puis ensuite les finances, c’est trop cher pour tout de suite.

    Merci de partager vos expériences !

    Véro

    • Marc
      29 mars 2016 at 16:11

      Bonjour

      Nous sommes voisins car je suis aussi dans le 38.
      Mon expérience c’est la galère pour réussir le plateau 😉

      En tout cas, pour moi si c’était à refaire j’aurai acheté une 125 pour m’aguerrir un peu plus sur les 2 roues. En finalité cela m’aurait coûté moins cher car une 125 cela se revend et tu arrives sur le plateau ( besoin de moins d’heures ) avec de l’expérience comme le freinage, penché ect. De plus, cela doit être un gros avantage lors du permis en circu.
      Après bien sûr, ton permis cela ne sera pas tout de suite mais je crois également cela te permettra de savoir au bout de cette année si tu as vraiment envie de faire de la moto. En tout cas, je vois que des avantages si tu n’es pas pressée

      • Vérobike38
        29 mars 2016 at 21:43

        Merci de ta réponse. Non, je ne suis pas pressée car de toutes manières les finances ne peuvent pas suivre pour un gros cube et le permis.
        Je te souhaite de réussir très vite !
        Pour la circu, si tu roules en voiture depuis un moment, ça doit le faire, non ?
        Puis-je te demander où tu prends tes cours, moi je pense aller à l’école de conduite 3D aux Avenières, près de chez moi.

        • Marc
          29 mars 2016 at 21:52

          Moi je suis sur Grenoble alors ma moto école sera trop loin mais je pense que tu as encore le temps avant d’en choisir une si tu passes dans une phase 125 lol

          A bientôt

        • FlatFab
          30 mars 2016 at 17:43

          Non, circuler à moto n’a (presque) rien à voir avec la voiture.
          Et la conduite demandée en examen de circulation est très académique, assez éloignée de celle que l’on pratique au quotidien depuis des années.
          Donc beaucoup d’habitudes à désapprendre et réapprendre, ce qui prend du temps, surtout passés 30 ans…
          Lire (si ce n’est déjà fait 😉 L’examen du permis moto – La circulation.

    • Frédéric
      29 mars 2016 at 23:10

      Bonjour,

      Je prépare actuellement le A, il me reste juste la circulation à passer. J’ai eu une 125 (Varadero donc une « grosse » 125 du fait de son gabarit proche des GC) pendant 5 ans (et près de 70 000 km) et ça m’a franchement aidé. Sur le plateau pour l’équilibre, le contrôle de l’embrayage et le maniement ; mais aussi sur la circulation car je connais une partie des pièges (notamment sur sol mouillé…) et ai l’habitude de circuler en agglomération.
      Cependant, cela ne veut pas dire que je n’ai pas rencontré de difficultés car il y en a eu et j’ai aussi eu mon lot de « mauvaises habitudes » (les controoooles…). Donc piloter une 125 pendant un temps c’est très bien, mais l’obtention du A n’en sera pas pour autant une partie de plaisir.

      Bon courage à vous pour le A et V à tous.

    • FlatFab
      30 mars 2016 at 17:48

      Ta question et les réponses qui y ont été apportées auraient eu plus leur place sur cet article :
      Comment « bien » commencer la moto.

      • Verobike38
        30 mars 2016 at 19:38

        OOps désolée !

    • Quadrapasfou
      5 avril 2016 at 10:47

      Hello Verobike,

      J’ai passé le permis A l’an dernier à 45 ans et, pour ce qui me concerne, j’avais déjà roulé en 125 (voir plus …) pendant pas mal de temps, mais jamais au quotidien (en clair, je faisais des tours dans les bois ce qui est beaucoup plus marrant que rouler sur route – avec une 125 en tout cas).

      N’ayant donc pas roulé en deux roues en ville avant de m’inscrire au permis A, je ne sais pas trop si cette expérience m’a beaucoup aidé ou pas (peut-être un petit peu quand même).

      En revanche, parmi les personnes qui passaient le permis en même temps que moi, ceux qui roulaient quotidiennement en 125 depuis un ou deux ans avaient clairement une facilité d’apprentissage par rapport aux autres. Généralement, les 9h00 de cours de plateau étaient pour eux amplement suffisantes pour présenter l’examen.

      Conclusion : c’est très certainement utile.

      • Verobike38
        5 avril 2016 at 11:37

        Merci Quadra pour ce témoignage !

    • Mikael
      5 avril 2016 at 13:52

      Salut Verobike,
      J’ai eu la même démarche il y a 4 ans : A 30 ans je n’avais jamais touché un 2 roues motorisé et j’étais pas du genre casse cou ! J’ai donc fait la « petite » formation de 7 heures suivi le l’achat d’une Honda CBR 125 : un vrai vélo 🙂
      Notre idylle a duré un an, j’ai déménagé à 40 km de mon boulot et les 30 km d’autoroute ont vite viré au cauchemar : Ma bécane n’a jamais été modifiée et en fonction du vent et de la pente je plafonnais à 80/90 km, bref un brin stressant avec les camions qui roulent à la même vitesse que toi… ou qui te dépassent ! Du coup je me suis inscrit « chez les grands ».

      De mon point de vu mon expérience 125 n’a pas servi à grand chose, tu gagnes peut être quelques heures de plateau car tu as intégré les automatismes du passage de vitesses.
      Pour le reste le gros cube est vraiment un monde à part : masse de la moto, accélération, équilibre, sensations… rien à voir. J’ai vraiment flippé la première fois que j’ai vu un gros cube de près, il me paraissait ENNORME… en portant ce n’était qu’une Hornet ! Mais une fois dessus tu es vite rassuré.

      Bref tout cela pour dire que le passage 125 n’est pas une obligation (à mes yeux), si c’était à refaire je prendrais directement la case GC.

  8. Pascal
    24 mars 2016 at 12:34

    YESSS et comme beaucoup d’autres, je tenais à dire un grand grand merci à Fabien pour ce site absolument fabuleux qui tournait en boucle sur mon Pc depuis maintenant 2 mois (et ça va continuer …) mais aussi à mes 2 non moins excellentissimes formateurs Max et Christophe du côté d’Herblay et Taverny (95)

    Plateau 5 A à 50 piges … c’est marrant … très chaud quand même mais c’est passé … bon pas encore gagné la circulation à passer mais un gros stress en moins tout de même

    Ce que je veux dire c’est que ce site n’aide pas « simplement » à passer le permis, c’est déjà pas mal mais c’est beaucoup plus que cela, c’est donner les clés d’une approche globale de la moto dans tous les domaines, croyez-moi c’est peut-être un peu long parfois mais ça en vaut la peine, lisez, re-lisez et re-re … bon j’arrête

    C’est en tout cas ce qui m’a énormément servi pour arriver jusqu’au plateau avec peut-être un peu moins d’appréhension …

    Je pense que, pour mon cas en tout cas, les échanges et conseils terrains sont essentiels mais aussi la lecture assidu de toutes les infos du site (… et encore j’ai pas tout lu) m’ont donné un petit peu de confiance supplémentaire pour passer ce plateau dont on se fait tout un monde … car une fois sur place tout va vraiment très très vite, pas le temps de se poser, de réfléchir, il faut enchaîner …

    Merci encore et si un prochain stage se prépare en région parisienne, je serai ravi d’en être (enfin faut quand même avoir la circu et … aussi acheter une moto, accessoirement …)

    Encore bravo et très longue vie à Passion Moto Sécurité
    Pascal

  9. Chris.
    11 mars 2016 at 22:45

    Bonjour,

    J’ai suivi les conseils de ce site en plus des cours dispensés par le moniteur, je remercie l’auteur pour cela. Premier passage du plateau: 5A sans recommencer la moindre épreuve.
    J’ai l’avantage de savoir gérer mon stress et d’avoir eu plusieurs heures en plus: une obligation professionnelle, puis 15 jours après un report suivi d’une annulation de l’inspecteur…
    Courage à ceux qui doivent passer cette épreuve qui n’est pas une sanction mais une restitution de ce que l’on fait à l’entrainement.
    Merci encore, gardez la banane!

    Bye

  10. IlMeLeFaut
    9 mars 2016 at 14:26

    Bonjour tout le monde !

    Je passe aujourd’hui pour faire suite à mes messages du 14 février. Je sortais d’un 2ème échec et j’étais totalement réfractaire à l’idée de reprendre la moto.
    Et pourtant, après avoir été poussé par mes proches, je me suis décidé à y retourner. J’ai repris 4h de plateau depuis, et tout se passait bien donc pour mon moniteur il était logique de me représenter en examen…

    J’ai donc repassé mon plateau ce matin, ou plutôt devrais-je dire: j’ai obtenu mon plateau ce matin ! Je suis tellement heureux ! Vous n’imaginez pas ! Enfin surement que si puisque vous y êtes tous passé !
    J’ai obtenu 5A !

    C’est à nouveau le demi-tour gauche qui a été tiré au sort… Sur le lent, j’obtiens un B au premier passage, je prend mon deuxième essai pour chercher un A (étant soulager du fait que le B est suffisant). Pendant le lent et le rapide j’ai pensé aux différents commentaires lu et laissé ici, aux conseils de mon moniteurs et de ce site… Au final, toutes les autres tentatives ont débouché sur des A dès le premier essai. Et pourtant, il y’a un moment où j’ai posé deux fois le pieds par terre sur le demi tour du rapide (l’examinateur ne l’a pas vu, où il a été clément ?). Bref, j’suis trop content, mon texte n’est peut être pas lisible ou compréhensible, je n’ai pas relu et à vrai dire j’suis tellement content que plein d’idées et de sujets me passe par la tête 😀

    Encore merci à vous, bonne route à ceux qui ont eu leur conduite et courage à ceux qui se batte avec eux-même pour obtenir ce plateau ! L’arrêt de la moto pendant un mois m’a été largement bénéfique, j’y retournais tout le temps avec la banane ! Alors ceux qui doute beaucoup, prenez une petite pause pour voir !

    Encore merci, faîtes attention à la route et il ne faut jamais baisser les bras ! Bonne journée à vous !

    • JeanDeNouste
      9 mars 2016 at 18:04

      Félicitations ! Il ne te reste plus que la circulation, être attentif et concentré, et … zouuuuu … roulez jeunesse !!!!

    • Marc
      9 mars 2016 at 21:04

      Félicitation pour cette réussite

      Pour moi, c’est vendredi le plateau, je ne suis pas au mieux car je suis très moyen à l’évitement, il me manque de la vitesse.

      Le lent ça va !!!!

      Bref, je ne suis pas confiant on verra bien mais quelle pression

      • IlMeLeFaut
        11 mars 2016 at 00:07

        Merci à vous deux !

        Il me reste la conduite à passer, en espérant que ça le fasse du premier coup… Je rencontre très peu de problème en conduite, et j’ai un peu d’expérience de la route grâce à ma voiture… On verra bien !

        Marc, le manque de vitesse sur l’évitement et le freinage d’urgence était un problème pour moi. Mais en vrai, on a tous appris à le faire, et on sait tous le faire avant d’aller à l’examen. C’est comme à l’armée, comme m’a dit un élève: On t’apprends tout, tu sais faire donc quand il faut s’en servir tu mets tons cerveau de côté et ça le fait 😀

        Dis toi bien que si ton moniteur t’envoi en examen, c’est que tu as les capacités pour le réussir. Moi je me suis fais manger par le stress à trop réfléchir. La 3ème fois, j’ai mis mes écouteurs en attendant l’examinateur qui faisait passer une conduite avant, et je sifflais en attendant chacun de mes passages (lent, freinage, évitement) toujours dos à la piste pour ne pas regarder ce que faisait les autres. Et Franchement c’est passé tout seul. La clef c’est ça: la gestion du stress. Trouve un moyen pour ne pas cogiter: chante, danse, compte les avions… Et ça va passer !

        Répète toi que tu sais le faire, et ça va le faire ! Courage à toi et tiens nous au courant !

        • Marc
          11 mars 2016 at 20:30

          Voilà l’examen passé mais un échec, je suis en mode stress car lors de la question sur la vérification de la moto et en particuliers j’ai été incapable de dire qu’il fallait que je m’assure que la direction n’avait pas un point dur …sanction un B
          Dès que j’ai démarré le circuit lent, la cata plus rien ne passer et plus aucune sensation ni de la concentration.

          Et oui, un C j’aurai espéré mieux et aller plus loin ….

          A suivre mais je suis décu

          • IlMeLeFaut
            13 mars 2016 at 21:09

            Salut !

            Je sais parfaitement ce que tu ressens, seulement maintenant tu sais comment ca se passe, tu sais ce que le stress provoque…

            Reprends 2 ou 4 heures, tu seras plus liberer et essaie de trouver quelque chose pour passer le stress (meme pendant l’entrainement).
            A ton prochain passage a l’examen tu seras deja plus detendu !

            Courage 😉

            • Marc
              14 mars 2016 at 08:58

              Merci pour tes encouragements

              Ce que j’ai vécu ce stress paralysant, on le connaît tous un jour ou l’autre dans des situations de vie
              Maintenant, il faut oublier et aller de l’avant.

              Toutefois, je pensais que le permis moto n’était pas facile mais pas à ce point. Cela ne tient pas à grand chose !!!!

              Normalement, j’ai un seul cours cette semaine de 2 h et après plateau vendredi à 13h,

              Encore merci

              • Cédric
                14 mars 2016 at 09:17

                Salut Marc,

                Je sais ce que tu as ressenti car j’ai vécu la même chose lors de mon premier échec.

                Moi j’avais fait en sorte de prendre mon dernier cours le matin du jour de l’examen et cela m’as bien aidé.

                Allez faut s’accrocher encore un peu avant la libération. Tu n’est plus très loin du Graal 😉

                Tiens nous au courant.

                V

              • IlMeLeFaut
                21 mars 2016 at 11:09

                Alors, ce plateau ?

                • Marc
                  21 mars 2016 at 15:48

                  Bonjour

                  Finalement le plateau je devais le passer la semaine dernière, j’ai souhaité le décaler à cette semaine mais manque de chance gréve des inspecteurs. Donc le planning a été totalement bouleversé et en finalité je le passe le 30 Mars le matin.

                  Du coup, je reprends des cours car cela va faire trop long entre mes 2 examens

                  A bientôt

                • Marc
                  25 mars 2016 at 13:48

                  Bonjour

                  J’ai passé le plateau ce matin ( pour la deuxième fois ) , je démarre le parcours lent………….Vlan pied à terre c’est un B l’inspectrice me propose un autre essai et là j’ai le A super content!!!!!!!

                  Ensuite freinage un A, le moment d’inquiétude monte, l’évitement taux de réussite 60 à 70% en cours et ce n’est pas mon coté

                  Je me lance et tt de suite de mauvaises sensations pour les slaloms entre les cônes… A l’évitement, bing le dernière cône voltige.

                  Deuxième essai et je passe whaounnnn heureux et l’inspectrice m’annonce : pas assez vite 47km/h, vous avez un C !!!!!!!

                  Je suis dégoûté et je m’en veux ….Certes, je m’en rends bien compte que je ne suis pas si à l’aise que cela en moto mais tout de même….

                  Quelle investissement en temps et finance…

                  Inscrit le 5 Avril pour la 3eme fois

                  A bientôt

                  • IlMeLeFaut
                    26 mars 2016 at 00:32

                    Salut !

                    Ah mince, désolé pour toi ! Je sais trop ce que c’est… C’est rageant, pour 3km/h. Mais les moniteurs(meme des autre AE) nous disaient qu’il y avait une tolerence de 5km/h. En gros on avait le droit d’etre retenu de 45 a 50km/h… Qu’en est il vraiment ?

                    Tu ne te decourage pas, c’est cool ! Ce sera pour la prochaine. Tu sais comment ca se passe et ce qu’il te manque.

                    Moi j’ai obtenu mon permis hier(passé la conduite mardi), quel bonheur une fois le plateau apprehendé de la bonne maniere !

                    Courage a toi, ca va le faire !

                    • Marc
                      28 mars 2016 at 17:57

                      Merci pour tes encouragements car j’en ai besoin car tout cela commence vraiment à me mettre la pression………………

                      Bon, il faut que je décroche ce fameux plateaux après il y aura encore la conduite parait-il moins dur mais avec un % chance important !!!!!!!!

                  • FlatFab
                    27 mars 2016 at 07:54

                    47 km/h annoncés, c’est 47 mesurés ou 47 retenus avant application de la marge de 5 km/h ??

                    • Marc
                      28 mars 2016 at 17:53

                      Bonjour

                      Je pense que c’est les 47 km/h retenus sinon j’ose espérer que je n’aurai pas été ajourné

                      Et dire que l’évitement à gauche cela passe quasi chaque fois mais bien sûr c’est en cours et non examen

                    • Marc
                      30 mars 2016 at 15:16

                      FlatFab

                      Lundi, je remonte sur la moto pour 2 h de cours avant le plateau mardi. Je vais essayer de bosser plus l’évitement et lâcher moins tôt les gaz pour arriver à 50km/h . Ce n’est tt de même pas ma tasse de thé de pencher une moto mais je n’ai pas le choix.
                      Je pense qu’il faut avoir confiance ( d’après ce que j’ai lui ici ) certes pour moi c’est déjà vite 50km/h lol mais à cette vitesse une moto tient encore bien sur le macadam…

                      merci d’être là

                  • Henri
                    28 mars 2016 at 21:02

                    Bonsoir Marc,
                    En effet c’est rageant pour quelques kmh… Mais c’est utile de savoir à combien on roule. En moto on n’a pas toujours le nez sur le compteur et quand tu auras ta moto, sur la route ce sera pareil.
                    Peut être dans l’autre sens et cette fois-là tu pesteras après un 51 kmh retenu pour 50 avec un point et 90 euros en moins…
                    Un truc que l’avait donné mon moniteur : Tu montes tes vitesses – 1ère dynamique, 2ème dynamique, 3ème on mantient. En appliquant cette méthode, on arrive à être quasiment toujours à la même vitesse en 3ème.
                    Ce truc me sert maintenant pour éviter de dépasser les vitesses règlementaires (eh oui, je respecte les limitations ! ). Limité à 30, je reste en 2ème. Limité à 50, je reste en 3ème.
                    C’est aussi important pour être sur le bon rapport si un coup d’accélérateur est nécessaire pour ma sécurité, mais aussi d’avoir un frein moteur suffisant dans la circulation.
                    Bon courage pour ton plateau !

  11. Dany
    19 février 2016 at 12:53

    Bonjour, 3e échec… Pfff ras le bol, je suis une mamie de 51 ans et bien envie d envoyer tout péter. 1 ère fois, l évitement plot éffleuré et déplaçé de quelques cm… Game over, 2e fois… Tétanisée même pas passée le lent eh merde, et avant hier la honte un truc qui ne m étais jamais arrivé, moto mal béquillée et qui me tombe dessus a la fin de la poussette !!! Bref la main a prit un peu, paf un B le reste passe sauf qu a l évitement shoot d un plot, allez 2e passage on y croit … Ben non manquait moins de 2km/h… Alors la gt vénère l inspectrice a hésité pour finalement me dire C. Chiotte alors, et pourquoi la fille passée avant moi qui se plante 2 fois au lent est acceptée (1er passage elle se goure de trajet et le second 3fois le pied au sol !) même mon moniteur était dégouté…. Enfin quand on se plante on a toujours du mal à l avaler et j avoue avoir été un peu jalouse ( c mal je sais) de l autre qui en plus se la pétait un peu … J ai peur de louper encore les 2 fois qui restent et de devoir repasser le code encore… Et c vrai que de lâcher après ce que g traversé pour arriver presque au but c trop con aussi, eh oui en juin dernier grosse gamelle sur le plateau alors que ma date d examen se profilait et paf grosse fracture du poignet qui m’a valu une plaque et 7 vis sur le radius… Oups . Bon allez je vais utiliser encore mes 2 chances et on verra en espérant que le prochain soit le bon quand même. Ça m a fait du bien d écrire ici parmi des gens qui comprennent les difficultés de cet examen. Bon courage à tous. Danielle

    • Al
      19 février 2016 at 23:53

      Bon courage a toi surtout !
      Tu n’as pas l’air d’en manquer ceci dit après ta chute tu es toujours la. Bravo.
      Un peu de chance en plus et ca va passer, tu n’es plus très loin semble t il. ca s’est joué à un fil. Un peu d’entrainement encore et tu seras surement plus sure et sereine.

      On croise les doigts pour toi !

      • Dany
        20 février 2016 at 00:19

        C est gentil Al merci pour ton petit mot d’encouragement. On verra bien si j arrive à décrocher ce graal un jour ….Quant à la chute, c est du passé maintenant…certains diront que c est le métier qui rentre ou simplement que c est le jeu ma pov lucette Ça m à juste fait une coupure de 4 mois sans moto. Allez à bientôt, Je posterai un mot en cas de victoire ✌️

      • Dany
        26 février 2016 at 20:31

        Bonsoir Al, les doigts croisés n ont malheureusement pas eu d effet…. 4e plateau cet après midi. Le Lent A whouaa moi contente… Freinage d urgence que je réussi à chaque fois … Ben j ai fait une variante de stoppie et paf bonjour bitume… Dégoutée. L inspecteur m a dégagé de dessous la moto merci à lui. Forcément j arrivais pleine balle et à 58 km/h c compliqué. Je ne suis qu une grosse bécasse et m en veux terriblement. Ce soir je dois digérer tout ça avec un peu mal partout. Allez bon week end

        • Al
          10 mars 2016 at 14:32

          Arf !
          Encore un peu de pratique alors pour que tout devienne naturel et automatique.

        • Verobike38
          29 mars 2016 at 16:01

          Hello

          Allez Dany, courage, tu vas y arriver. Peut être faut-il que te passe par la case médecin, pour un peu d’homéopathie pour te détendre avant le jour J ?
          Biz
          Véro

        • Dany
          26 juillet 2016 at 17:57

          Hello les gens 🙂

          Juste un p’tit mot pour vous dire que je suspend le permis A…. le 26/02 j’avais loupé pour la 4e fois et puis tout avait été mis en stand by pour raisons de concours (en reconversion professionnelle), bref j’ai repris les cours en juin tout allait bien juste très très fatiguée sans doute la pression des examens qui retombe (où j’ai été reçue.. je ne peux pas être mauvaise partout 🙂 ) mon moniteur ravi de constater que je n’avais rien perdu après ces 3 mois d’arrêt et puis au dernier cours juste avant de repasser mon plateau…. une erreur et j’ai chuté salement et hop fracture du péroné cette fois avec un bon trou à l’intérieur de la cheville du au cale pied. Sachant qu’il y a 1 an c’était fracture du poignet (et ma fameuse plaque que j’ai toujours).

          Je suis toujours alertée par mail des nouveaux messages arrivant sur ce site, voilà pourquoi j’avais envie de vous dire moi aussi où j’en étais 🙂

          Il me restait encore 1 chance de passer ce fameux plateau, çà sera peut-être un jour mais trop tôt pour en parler.
          Je suis passée par toutes les phases je pense, la colère, tristesse, démotivation, et me prendre les remarques en pleine face genre « j’espère que tu as compris maintenant, arrête la moto, t’as vu l’age que tu as en plus… » je vous en passe et des meilleures… mais je vais de mieux en mieux eh oui je rale !! et çà c’est bon signe, je rale de m’empétrer avec mes béquilles 🙂

          Mon platre/résine sera enlevé ce jeudi 28/07 et je serai enfin libéréééééee délivrééééee.

          J’ai longuement analysé mes échecs et m’a dernière chute principalement m’a fait douter de mes capacités mentales, pourquoi au retour d’un parcours évitement alors que je voulais faire demi-tour je me suis mise a accélérer et freiner en mm temps ? J’ai compris et accepter aujourd’hui que l’épuisement physique et mentale ne pardonne vraiment pas en moto. J’ai testé pour vous : Ne pas monter sur le cheval d’acier si la forme n’est pas top !!

          Il m’a fallu du temps pour envisager une suite et comme Je suis malgré tout positive, j’ai décidé de me procurer une 125 (la CBR 125 m’attire) histoire de me remettre doucement en confiance, me laisser pratiquer 6 mois/1 an et pourquoi pas revenir au permis A… qui sait ?

          Je voulais vous souhaiter que du bon pour la suite. Ne baisser pas les bras tant que votre état physique et mental vous le permet et le permis moto sera à vous, c’est sur.

          Passez un bel été et bonnes vacances à tous
          Bises
          Dany (la mamie)

    • Marc
      25 février 2016 at 09:42

      Tu sais moi, j’ai 55 ans et je galère sur ce plateau, je vois des jeunes qui ont commencé en même temps que moi et qui ont déjà réussi.
      Je ne suis pas casse cou naturellement et là je sens un manque de confiance, car j’ai du mal à faire pencher la moto ( circuit rapide ) et on ne même pas encore proposé l’évitement. Les heures tournent la grosse motivation du début est remplacée par le doute, les inquiétudes avec le budget permis qui s’envole.
      De plus, je me suis mis une pression pas possible, l’envie de moto est depuis de longue date mais j’ai perdu plusieurs amis dû à la moto. Donc, j’ai également tout cela en tête, sans rajouter tous ceux qui arrêtent la moto à mon âge (pourtant motards confirmés) autour de moi, personne ne me motive vraiment c’est tout l’inverse.
      Et l’autre pression c’est que j’hésitais à passer le permis mais ma copine avait une envie folle de moto car elle me demandait toujours d’avoir ce permis. Maintenant elle est moins motivée dans cette envie et moi je suis au permis ( car on est amoureux on fait un peu tout et n’importe quoi )
      Bref, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour moi mais cela fait du bien de dire son désarroi anonymement

      merci de me lire

      • Al
        25 février 2016 at 16:09

        J’ai également progressé lentement avec mon grand age… 😉
        J’en ai fait des heures de plateau, mais je me suis toujours laissé guider par mon plaisir.
        J’adorais aller au plateau, c’était monter sur une moto alors que les autres jours je ne pouvais pas.
        Vois si tu te fais plaisir ou non. L’essentiel est la.

        • Marc
          25 février 2016 at 16:34

          Merci de m’avoir répondu AI
          Certes tu poses une très bonne question plaisir ou pas. Je l’avais au début mais comme je suis dans une phase de découragement c’est moins certain. De plus, cela me demande beaucoup de contraintes pour placer mes heures de plateau (horaires de boulot modifiées et arrêt d’activité sportive) Du coup, cela n’arrange rien et me génère du stress!!!!
          Je viens de regarder en fait, je suis réellement à 12 h de plateau et 4 h de circulation. Il n’est pas impossible qu’il me manque encore des heures pour prendre confiance. Et je dois, plus regarder ce que j’arrive à faire que mes jeunes co-équipiers sortant tout droit de leurs années de scooter.lol

          • JeanDeNouste
            26 février 2016 at 08:09

            Marc, ne te mets surtout pas de pression inutile. Avec 12h00 de plateau tu es encore en phase de découverte et de familiarisation avec la machine. C’est le début de l’apprentissage. A ce stade, un p’tit jeune vacciné au scooter ou au Pwi est déjà dans le coup. A plus de 50 ans patience et méthode s’imposent. J’ai décroché le Graal à la 1ère présentation (tout en A au plateau) mais après plus de 30h00 de formation. Il faut accepter de progresser à son rythme, « step by step », sûrement. Et puis, comme te le dit très justement Al, la banane, le plaisir ! C’est décisif ! Alors, courage Marc, tu l’auras !
            Jean, jeune permis de 58 ans.

            • brisy
              26 février 2016 at 09:56

              idem
              marco

          • Marc
            29 février 2016 at 14:09

            Bonjour

            Malgré mon appréhension, j’ai passé ce matin l’évitement ce n’est pas si difficile que cela, il me manque un peu de vitesse pour le slalom 37 km/h pour 40 mais je pense que c’est jouable. Finalement le plus difficile c’est le parcours lent et dire que j’imaginais l’inverse. J’ai encore 6 h avant le passage du plateau, j’espère pouvoir évoluer dans mes derniers cours.

            La semaine dernière, j’ai posté avec le moral dans les chaussettes, là aujourd’hui je reprends confiance. lol

            • Dany
              29 février 2016 at 15:31

              Bravo Marc, tu vois la persévérance à du bon. on est tous avec toi Allez gazzzzz

        • Marc
          26 février 2016 at 13:21

          Merci cela m’a fait beaucoup de bien de lire vos commentaires !!!!Je me sens moins seul et surtout vous m’avez compris sur mes doutes et craintes…Alors, il faut que je m’arme de patience pour que je me sente mieux lors des virages en moto et réussir ce fameux plateau
          Encore merci de votre soutien, la solidarité des motards commence déjà ici lol

      • Henri
        26 février 2016 at 09:46

        Bonjour à tous les « vieux »,
        J’ai déjà partagé ici mon expérience, mais à lire ces messages je remet quelques mots.
        Je me suis mis au 2 roues sur le tard, 65 ans. J’ai commencé par un scooter 125. Equivalence de mon permis B datant de 63 !
        Après 3 ans (et 50 000 kms) j’ai eu envie d’avoir un peu plus de reprises et de vitesse car j’habite en banlieue parisienne et mon trajet est surtout de la voie rapide et de l’autoroute. J’ai donc franchi la porte d’une moto-école.
        Comme vous, j’ai vu la différence de vitesse d’apprentissage avec les 20-25 ans. Comme vous j’ai galéré et eu des moments de doutes. J’ai passé des heures sur ce sacré plateau, j’ai fait à l’examen des erreurs que je ne faisait jamais à l’entrainement etc.. etc..
        Mais les résultat est arrivé : La moto devient une amie qui va la ou on veut qu’elle aille et j’ai eu enfin le permis.
        Aujourd’hui j’ai toujours le même plaisir à enfourcher ma (lourde) Deauville et à faire mes 500 kms hebdomadaires, par tous les temps. Je retourne de temps en temps sur le plateau saluer mes moniteurs qui sont devenus des amis (on a eu le temps de se connaître 😉 ) et de passer quelques portes. J’envisage même de retourner prendre quelques heures de perfectionnement.
        Si vous avez l’envie, vous allez y arriver. Piloter une moto n’est pas naturel, voir le contre braquage. Mais ces gestes techniques pour permettront de devenir un(e) (très) vieux motard(e) quand ils seront devenus réflexes.
        Henri, 70 ans révolus mais toujours jeune sur sa moto et ailleurs…

    • Marc
      31 mars 2016 at 09:52

      Bonjour

      Nous n’avons plus de nouvelles Dany où en es tu de ton plateau….. Je comprends bien ce que tu as vécu car je suis en plein dedans comme l’échec à l’évitement dû à qls km/h en dessous du 50…. Bon c’est comme cela !!!!

      Après il est clair que les + âgés on nous fait aucun cadeau même je commence à penser que c’est quasi l’inverse….Ce n’est pas que je suis dans un échec qui me rend plus amère. Mais 2 fois, je prends un B à la vérif moto, la dernière fois contrôle des commandes parfait, niveau d’huile parfait ensuite l’inspectrice me demande sur les clignotants, je mets le contact , je les teste devant elle ceux de devant et de derrière en précisant même l’indicateur sur tableau de bord….et vlan je ne lui ai pas dit  » je vérifie s’ils ne sont pas cassés » et alors mon B arrive pour moi c’était tellement implicite que je ne lui ai pas dit…..
      Ce n’est pas ce B qui m’a fait rater le plateau mais démarrer avec un A cela fait du bien…

  12. IlMeLeFaut
    14 février 2016 at 18:59

    Bonsoir tout le monde !

    Je lis, je lis… Et y’a rien à faire je ne reprend pas confiance.

    J’ai 22 ans, et je suis inscrit au permis depuis décembre, depuis j’ai passé le plateau 2 fois. Une fois fin janvier et l’autre fois le 4 février. J’ai raté les 2 ! Et je suis dégoutté ! J’ai l’impression que je ne l’aurais jamais, que c’est mission impossible !

    La première fois, je rate sur le lent: Je suis extrêmement stressé (alors que je ne le suis pas de nature) je sors du parcours sur le demi tour lent… Il faut savoir que j’ai TOUJOURS eu un problème avec ce demi tour ! Bref, je repasse donc debut février, et ayant bien travailler mon demi tour gauche je part plus confiant(oui oui, j’ai encore tiré le demi tour gauche), pas du tout stressé parce que ça m’a tué la première fois. Le truc, c’est qu’entre notre arrivée et le debut de l’épreuve j’ai poiroté plus d’une heure ! Donc moi qui ne partait pas stressé, j’ai finalement eu le temps de cogiter pas mal ! Surtout que je suis le seul a passer aujourd’hui donc je ne peux pas échanger avec quelqu’un qui le passe en même temps et qu’on se rassure mutuellement.

    Le moment est venu de m’élancer, et là au premier coup je cale, avec le froid pepette ne repart pas immédiatement et elle s’arrête (la piste est un peu en pente donc il faut accélérer légèrement, chose que je n’ai pas besoin de maîtriser sur la piste d’entraînement). 2ème essai, tout se passe bien, j’arrive au demi tour, la piste me semble moins large que sur la piste d’entraînement, je m’élance et me dit que pour assurer, je peux poser un pied (ce que je fais), et fini mon parcours nickel. Assez content de moi, je souffle un peu.
    L’examinatrice arrive, « Monsieur, ce sera à nouveau un C: vous avez mis un pied par terre et le temps n’ai pas bon ». Elle me montre le chrono; 19,80 secondes. Je suis resté 20 minutes assis sur ma pepette, énervé comme jamais sachant qu’elle n’a pas lancé le chrono immédiatement quand je suis partit (je l’ai vu le lancé) et qu’a l’entraînement je le sort entre 21,40 et 25 secondes !

    Je n’ai pas retoucher la moto depuis. Et j’ai eu envie d’abandonner. Il faut savoir qu’avant ça, je n’avais JAMAIS connu l’échec a un examen. Pourtant, ce permis est vraiment un de ceux que je désire le plus ! Je l’ai super mal vécu, et vraiment jusqu’à aujourd’hui je ne voulais plus entendre parler de ça. Mais voilà depuis ces échecs, et malgré le temps pourri je croise un nombre incalculable de motards, souvent jeune… Je n’en croise quasiment jamais en temps normal, et là c’est juste une torture de les voir se balader en moto.

    Du coup, je me demande si je ne ferais pas bien d’essayer une troisième fois… Mais je ne peux pas m’empêcher de devenir anxieux à l’idée de me dire qu’il va falloir repartir en guerre contre cette satanée piste. Je sais qu’une fois sur place je vais repenser a mes échecs etc.

    J’ai trop envie de pouvoir rentrer du travail et prendre ma moto pour décompresser en balade, le week end etc. Mais franchement, j’ai l’impression d’être un incapable et qu’il y aura toujours un trucs pour me faire raté. Le temps au lent, un pieds inutile, une vitesse trop lente sur le parcours rapide… je cogite trop et ça me fait vraiment « peur » cette idée de me représenter. Surtout qu’au bout de 5 essais je dois repasser le code… Je n’en peux plus ! Je suis vraiment écœuré ! Et quand on commence a se poser des questions sur l’utilité du plateau, l’etat de la piste enfin bref, qu’on devient de mauvaise foi ce n’est pas bon signe.

    Et de voir mon père sortir ses motos tous les jours… Mais quelle torture !

    J’ai tellement envie, mais m’en sent, aujourd’hui, incapable.

    • Cédric
      14 février 2016 at 22:47

      Salut,

      Il faut que tu remobilise et que tu aille au bout !! Ok tu l’as loupé 2 fois mais n’en fais pas un drame. Dis toi qu’il y a plus grave, que ce n’est qu’un loisir justement bref trouve des moyens pour dédramatiser. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais dis toi que plus tu attends et plus tu va perdre ce que tu as appris.

      Je pense que tu devrais aussi en parler avec ton formateur, c’est aussi à lui de trouver des solutions pour que tu réussisse. Après mon premier échec mon formateur m’as remotivé et m’as de suite proposé une autre date pour justement « rester dedans » et ne pas trop cogiter.
      Moi aussi j’ai pensé tout arrêter, comme toi je n’avais jamais connu l’échec à un examen et ensuite je me suis dis que ce n’était pas possible d’abandonner si prés du but.

      Tiens nous au courant.

      • IlMeLeFaut
        14 février 2016 at 23:23

        Salut !

        Merci pour ton message, et oui c’est plus facile à dire qu’à faire ! Et il avait fait ça également pour le premier raté, une date la semaine d’après… Je vais appeler la moto école en début de semaine, on verra bien. Bonne soirée.

    • FlatFab
      15 février 2016 at 00:01

      A l’inverse de Cédric, je pense que tu devrais prendre un peu de recul.
      Il me semble que tu investis beaucoup trop d’enjeu personnel et affectif dans cet examen, dans ce permis. Tu lui donnes bien trop d’importance et c’est ce qui cause ce stress impossible à maîtriser.

      Par ailleurs, je note que tu dis bien ne pas être habitué à mettre du gaz lors de ton démarrage dans le demi-tour, ce qui est une erreur technique.
      Lis bien l’article sur le parcours à allure lente et continue à t’entraîner pour réussir ton démarrage avec gaz sur le point de patinage, en inclinant la moto.

      Encore une fois, tu ne seras réellement prêt pour l’examen que et seulement quand tu sauras réussir les deux parcours du premier coup, sans aucune erreur, trois fois de suite et à froid, sans entraînement, sans échauffement, comme à l’examen.

      • Céline76
        15 février 2016 at 14:53

        Bonjour,

        Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis Flatfab sur l’enjeu (ou plutôt le trop d’enjeu) que l’on met dans le permis.
        J’ai 40 ans et passionnée de moto depuis l’adolescence (personne ne l’était dans la famille donc pas facile car mes parents ne voyaient que le côté dangereux de la moto).

        Ensuite les années passent: les études supérieures, le début du travail où il y a des priorités financiéres autres…Bref…
        Puis m’est tombée dessus une très grave maladie et là je me raccrochais à des projets et le permis moto c’était le premier!
        Guérie je m’inscris à l’auto école en Août dernier: code impeccable, je commence les séances de plateau, pas évident mais ça me plaît et j’ai un moniteur en or (je retrouve beaucoup ses conseils sur ce site), patient, posé, bref…tout pour que ça aille.

        Il m’inscrit au plateau quand les parcours passaient très bien à l’entraînement: j’ai raté la 1ére fois sur le freinage (que je ne ratais jamais) et la seconde sur le parcours lent où mes jambes tremblaient tellement qu’il m’était impossible de tenir la moto avec le bas du corps.
        Jamais dans mes études, je n’ai été dans cet état pour un examen et jamais je n’ai échoué d’ailleurs; passée la déception, l’ego en prend un coup quoiqu’on en dise.

        Effectivement j’ai attendu 6 semaines entre le 2ème et le 3éme passage pour « digérer » et essayer de comprendre.
        Mon moniteur avait bien compris lui; il m’a dit « tu mets là-dedans un enjeu tellement grand, tu le veux tellement que tu en perds tes moyens! Vas-y comme en cours comme tu fais quand on s’entraîne ». Ça semble facile dit comme ça mais c’était exactement ça.
        Lors de la 3ème présentation, j’ai essayé d’oublier les 2ères et de relativiser la place que j’accordais au permis et, encouragée par le moniteur aussi, j’ai réussi brillamment ;-).

        Ne lâche pas, prend juste du recul et effectivement si i y a des problémes dans la technique, là il faut revoir avec ton formateur mais il n’y a pas de raison que tu n’y arrives pas.

    • Henri
      15 février 2016 at 00:46

      Bienvenue au Club !! nous sommes bien nombreux à avoir été dans ton cas et à avoir réussi quand nous avons été prêts.
      A te lire, j’ai l’impression qu’il te manque des bases. J’ai été dans ce cas en m’étant inscrit dans une moto-école parisienne. Ca veut dire une bonne demi-heure pour rejoindre le plateau, moniteur souvent en retard et légèrement fumiste, 5 élèves en même temps, 3 moto-écoles se partageant le plateau etc.. J’ai failli réussir du premier coup, une bête erreur de parcours (demi-tour à l’envers). J’ai ensuite changé de moto-école, en banlieue, plateau à 800 m et 2 motos donc 2 élèves. Je frémis à l’idée d’avoir eu le permis du premier coup ou on m’avait juste appris quelques trucs pour le passer. Tu es en formation et les 20 heures sont notoirement insuffisantes pour acquérir des bases techniques solides pour la route.
      Réfléchis à ça, ne te décourage pas et va à ton rythme. Le porte feuille sera peut être un peu plus léger hélas, mais tu éviteras peut être de te retrouver en situation délicate.

      • Quadrapasfou
        15 février 2016 at 11:03

        Demi-tour au lent : deux trucs essentiels que m’avait donné mon moniteur :
        1 – les gazs : monte à plus de 3000 tours/minutes avant de commencer à débrayer
        2 – le regard : regardes où tu veux aller et ne regardes que ça, sinon tu sors.

        Pour la gestion du stress lors de l’attente (poireauter 1h00 avant de passer, ça aide surtout à faire monter la pression c’est clair) :
        – ne pas regarder le passage des autres
        – ne pas rester en groupe (à discuter de l’épreuve, par exemple …)
        – respirer à fond, marcher lentement et faire le vide dans sa tête.

        Mais si tu es habitué des examens, cette seconde partie devrait se gérer plus facilement avec le nombre de tentatives.

        Et comme te le conseille Flatfab, laisse passer un peu de temps pour faire retomber la pression et digérer ces échecs. Trois semaines par exemple c’est pas mal (ensuite ça dépend des individus) sinon tu risques de jouer au têtu qui revient buter dans le même mur. Puis tu reprends au moins une leçon pour la confiance, puis ensuite tu t’inscris.

        C’est vrai que c’est carrément stressant le plateau, surtout le lent où la gestion du stress est vraiment difficile à réaliser. Mais ça se fait.

        Allez, une fois passée la déception (mais prends le temps de la laisser passer), tu vas te remobiliser et tout baignera.

    • IlMeLeFaut
      15 février 2016 at 16:35

      Bonjour tout le monde !

      Ca fait du bien de lire un peu, et de me confier sur mes échecs. Je suis, dans la vie, un très très mauvais perdant. C’est pourquoi je me débrouille toujours pour obtenir ce que je passe. Et là, c’est la première fois que ça coince donc c’est super dur de gérer ça.

      Pour ce qui est du passage du demi-tour, à droite je le passe nickel et sans gaz. A gauche, après avoir consacré 1h à ça, je le passait aussi 8 fois sur 10 sans mettre le pieds. Du coup, j’obtenais toujours un « B » à l’entrainement au pire des cas. Je pense reprendre entre 4 et 6h à partir du week end prochain. Pour retravailler un peu le lent, et le rapide (où mon plus gros défaut est souvent de ne pas atteindre les 50km/h), même si quand il pleut j’appréhende un peu le freinage car je n’ai pas d’abs. Je n’avais aucuns problèmes peu importe le temps au début. Et plus le plateau arrivait, moins j’y arrivais fréquemment.

      Et plus je répète les exercices pendant une séance moins je suis « clean ». Je met tellement toute ma concentration sur les premières tentatives (car je sait qu’on a que 2 chances à l’examen), que je réussis généralement sans soucis.

      Là je pense que je repasserais le plateau environ un mois après mon dernier échec. Je verrais suivant comment je me/le sent. En tout cas, c’est cool et rassurant de voir que la solidarité, en quelque sorte, commence dès l’apprentissage.

      Encore une bonne fin de journée à vous !

  13. Cédric
    13 février 2016 at 21:50

    Bonjour à tous.

    Je reviens vers vous pour vous annoncer que j’ai eu mon plateau hier !!! Le deuxième essai aura été le bon. Une journée marathon qui restera un sacré souvenir.

    J’avais prévu de faire un dernier entrainement le matin avant de passer le plateau l’après midi. Seul horaire de disponible de 8H00 à 10H00. J’habite à 40 mn de l’auto école donc réveil matinal pour partir vers 7H00.
    Le réveil sonne, j’ouvre les volets. Le jour n’est pas encore levé et je découvre un ciel chargé avec la pluie. La radio n’annonce pas d’amélioration bref il va falloir enclencher le mode « guerrier » !!!

    J’arrive à l’auto école et enfile la combinaison de pluie que je ne quitterai plus de la journée. On installe les différents parcours sous la pluie et un vent froid mais il en faut plus pour me décourager. Je ne suis pas remonté sur une moto depuis mon échec il y a une semaine et demie. Un petit coup de lent pour commencer et reprendre confiance, ça passe sans soucis avec des temps de passage entre 20 et 24 secondes. Freinages et évitement pour finir, tout est ok. Les pieds et les gants sont mouillés, je fais tout sécher le temps d’avaler un sandwich car j’avais prévu d’emmener la moto jusqu’au lieu du passage du plateau qui est à 40 Kms de l’auto école pour découvrir la circulation.

    Départ en fin de matinée avec un autre élève qui lui passe la conduite. Il ouvre la route, je suis en deuxième position avec le moniteur derrière. Nous voilà partis avec un vent et une pluie battante histoire de baptiser mes premiers tours de roues ailleurs que sur un parking.
    Malgré le temps, je me sens bien sur la moto. Je suis tout content de pouvoir passer plus que la troisième et redécouvre les « vraies » sensations de la moto, j’en oublie presque que je vais au plateau. Les gants sont remouillés et les pieds aussi, ambiance froide et humide.

    On arrive sur le lieu du plateau, ce n’est pas le même examinateur que la dernière fois. Mon moniteur nous dit qu’il est assez pointilleux mais que lui au moins annonce les notes. J’ai l’honneur de tirer le parcours, ce sera départ du lent à droite. L’examinateur décide de partir faire la circulation avec l’élève qui m’accompagne.
    On installe le parcours toujours sous la pluie et le vent avec un troisième élève que nous avons rejoint sur le lieu du plateau. Il avait loupé en même temps que moi mais aux fiches.

    Après 20 minutes d’attente, l’examinateur revient. Les choses sérieuses commencent, la pression monte, c’est différent de la première fois car je sais comment cela va se passer. Je repense un instant à la première fois, à l’échec avant de me reprendre. Je me parle à moi même :  » Te foire pas Cédric, t’y reviens pas une troisième fois surtout après une journée pareille »

    On se dirige vers la piste avec l’autre élève. Je dois passer le premier mais il nous laisse le choix de l’ordre de passage, je lui dis qu’on reste dans cet ordre. C’est parti !!!
    Poussé de moto nickel, vérifs techniques « pneus », « fourche » et « retros, klaxon » nickel. L’examinateur m’annonce un A avant de faire passer l’autre élève.
    Viens le moment du lent, là où j’avais complètement loupé la première fois. Mon moniteur place la moto. L’examinateur nous explique le parcours mais bon je commence à le connaitre !!
    J’enfourche la moto, j’enlève la béquille… Première, je passe la première porte. Je regarde loin, deuxième porte. Le plus dur est fait, j’ai les bras qui tremblent et je me dirige vers les piquets. Pas question de se relâcher, je sors des piquets sans encombres, faut assurer le demi tour, ne pas tout gâcher. Je stoppe la moto à la ligne. Mon moniteur et l’examinateur me regardent. Je redémarre avec le guidon braqué à fond, j’ai l’impression que je vais perdre l’équilibre mais je ne sais pas pourquoi je parviens à le retrouver. Stop pour prendre mon moniteur à l’arrière, passage sans soucis mais je me force à rester concentré. Je vois la dernière porte, c’est bon elle est passée !!! Je stoppe la moto, je vois l’examinateur qui s’approche… Que va t’il me dire ? « 17 secondes Monsieur, ça vous fait un B ».
    Je suis presque déçu de ne faire que 17 secondes alors que je faisais quasiment tout le temps plus de 20 secondes à l’entrainement mais qu’importe car l’essentiel est assuré. « Ok, ok Monsieur. Je garde !!! »

    Pas de soucis particuliers pour les rapides. Pouce levé de l’examinateur au freinage. Pareil à l’évitement. Je n’ai même pas regardé le compteur pour les vitesses de passages. J’avais peur de shooter le cône de l’évitement mais je n’ai pas trop calculé et c’est passé sans problèmes.
    Direction les fiches que j’ai bien préparé. Je tire la 2. Je dis l’essentiel plus des infos tirées d’autres fiches. L’examinateur regarde la montre et me demande si c’est bon. Je lui dit que oui et là phrase magique : « Bon cela fera un A et c’est bon pour votre plateau Monsieur. » 4 A et 1 B.
    Après un « Merci Monsieur » je sors de la salle où je retrouve l’examinateur et les autres élèves qui sont contents pour moi. Soulagement, je suis trop content. C’est pas encore le permis mais quand même c’est une sacrée marche de franchie. Le deuxième élève passe et cette fois c’est ok pour lui aussi.

    On est repartis en moto, retour à l’auto école sous une pluie battante mais je m’en fou, j’ai le plateau !!! Je suis même content de me faire rincer par les camions que je croise !!! Retour à la maison vers 17H00 après une sacrée journée commencée à 6H00 du matin. Dans la voiture, je me remémore ma déception du premier essai, dire que j’avais penser un instant tout arrêter !!! Je suis content d’avoir réussi à rebondir pour atteindre l’objectif fixé. Finalement le permis moto c’est une sacrée aventure, plus forte que je ne l’imaginais.

    Dernière ligne droite le 25 avec la circulation…

    V à tous 😉

  14. Marc
    12 février 2016 at 13:18

    Bonjour
    Je suis à 12 h de plateau et premier exercice de l’évitement, il m’a été impossible de le faire, j’ai eu peur des cônes, cette peur paralysante ah oui j’ai 55 ans. J’ai fait une sortie route, j’avais du mal à suivre les 2 autres jeunes motards qui étaient avec moi, le moniteur me poussait à aller plus vite, plus vite, je me sentais pas bien à un moment je me suis dit qu’est ce que je fais ici. Je n’ai jamais regardé le compteur mais une fois sur l’autoroute, je doublais tout le monde pour suivre mes coéquipiers avec le vent sur mon casque , un léger guidonement, il fallait que je prenne sur moi car je me sentais pas bien
    Bref comment lutter contre cette peur, car j’ai la sensation de ne pas maîtriser la moto à grande vitesse et je ne connais pas ses limites, les miennes oui malheureusement
    Avez-vous eu déjà ressenti ce que je vous ai écrit certes je ne suis pas un casse-cou, j’espère que cela ne va pas être un frein pour le permis..Ah oui, j’ai également autour de moi un matraquage psychologique : la moto c’est dangereux et tout ce qu’il va avec comme les exemples!!!!
    merci pour vos conseils

    • HCB1300
      12 février 2016 at 16:15

      Bonjour Marc,

      Eh oui, à nos âges et à avec notre manque d’expérience, tout cela est quelque peu déroutant.

      J’ai connu un certain nombre de tes ressentis, mais ça passe avec l’expérience. Fais toi confiance ainsi qu’à ta machine. je ne dis pas de forcer ton tempérament ni de te mettre en danger en dépassant ta zone de confort, mais ose un peu plus à chaque fois que ton ressenti s’améliore. N’essaie pas de suivre les autres si tu ne le sens pas.

      Quand j’ai obtenu le permis, j’était loin de pouvoir me faire confiance. Alors tous les jours, j’ai roulé, roulé en m’inspirant des conseils de Fabien et des intervenants, roulé en essayant d’analyser tout ce qui représente la conduite à moto. Maintenant, je me fais confiance, mais j’essaie de toujours rester à l’écoute de mon ressenti et je m’adapte.

      Alors bienvenue à toi et bonne découverte de ces horizons nouveaux.

      Essaie d’analyser tes impressions en fonction des événements et situations rencontrés.

      • Marc
        15 février 2016 at 13:39

        Merci à ceux qui m’ont répondu pour mon passage à vide, pour le plateau rapide. J’ai fait un autre cours ce matin avec un autre moniteur (cela change souvent de moniteurs) Pour le freinage cela ne va trop mal. Sinon pour éviter les cônes, je ne penche pas assez cela s’explique par cette peur qui me paralyse et que je n’avais pas dans les premiers cours. Je n’aime pas être dans cette situation car si je suis de nature optimiste, je me mets à douter : Suis-je assez casse cou, trop vieux, vais-je arriver un jour ; mon budget va t il exploser (pas franchement possible) .C’est terrible à dire, j’ai perdu confiance en moi et j’arrive à me dire : Qu’est ce que je fais là.
        Ce mercredi une sortie circulation est programmée, j’aurai préféré faire du plateau mais peut-être cela va me décoincer.
        Je sais que j’ai besoin de patience et des heures de plateau pour sortir de cette situation mais lorsqu’on n’est pas dans sa zone de confort ce n’est pas toujours agréable.

        Bonne journée

    • FlatFab
      12 février 2016 at 16:23
    • Al
      12 février 2016 at 18:12

      J’ai passé à 51 ans donc un peu plus jeune mais pas de beaucoup 😉
      Surtout vas y relax.
      Pour bien maîtriser la moto il va sans doute te falloir plus de temps. Pour certains ça va vite et pour d’autres pas. Ce n’est peut être même pas une question d’age même si on est globalement plus attentif et prudent et donc plus crispé.
      Je pensais que j’allais y arriver facile ayant conduit une 125 jeune et bien pas du tout. Il m’a fallu BEAUCOUP d’heures de plateau avant d’être vraiment à l’aise dans la maniabilité. Idem pour l’évitement. Mais à force ça rentre. Il faut que le corps et la tete s’habituent.
      Il faut en avoir envie aussi et se faire plaisir pour que ca rentre au rythme ou ca doit rentrer.
      Dis toi qu’il faudra peut être 20h 30h ou 40h avant que les choses se fassent. (prépare ta tirelire et oublie la si tu peux)

      Pour la circulation, tu y es allé un peu trop tôt je pense. Comme tu n’étais pas à l’aise tu as eu peur et c’est normal. Seul un inconscient n’aurait pas peur sur un engin qu’il ne maîtrise pas.
      Dans la moto école ou j’ai passé le permis on ne prenait pas la route tant qu’on ne savait pas faire l’évitement.
      Donc la aussi je dirais patience et persévérance.

      Après le permis aussi je faisais moyennement le fier sur ma machine. Les premiers virages étaient un peu tendus.
      Et puis la aussi, la pratique a fait évoluer les choses.

      Vas y cool sans stress sur ta progression qui se fera, vas y concentré pour progresser et la peur va se transformer en plaisir.

    • JeanDeNouste
      13 février 2016 at 08:15

      La moto, c’est à tout âge … réaliser à plus de 50 ans ce dont tu avais rêvé à 20 ans c’est le pied.

      J’ai passé le permis moto à 58 ans, j’ai toujours adoré la la conduite automobile, avec une approche dynamique, voire même sportive. A moto, au début, c’est très différent. Perte de repères, peu de ressenti, sentiment de ne pas maîtriser grand chose … nous y passons tous et c’est tant mieux ! Eh oui, quand tu vois le petit jeune sur la 125 Ktm se payer un wheeling sous l’oeil presque amusé du mono tu te dis … j’suis pas au niveau ! Quand il se ramasse sur la piste école tu penses … il faudra qu’il se calme, au risque d’alimenter les vilaines statistiques.

      Il faut accepter de progresser un peu moins vite, les réflexes, les automatismes s’acquièrent peu à peu, l’inhibition diminue, la maîtrise et la confiance s’installent. Il m’a fallu pas moins de 36h00 de formation, j’y ai investi 1200,00€ (raisonnable me semble-t- il code inclus) pour le décrocher, dès le premier passage (tout en A au plateau).

      Ensuite, il faut rouler et rouler et rouler encore, sur tous les terrains, par tous les temps, en solo, en duo si possible. Avec 11 000 km en 9 mois, je commence à comprendre ma BMW r1200r. Je ne suis pas près de tutoyer les limites et capacités de la la machine …le serai-je un jour ? Mais je progresse, ma conduite est de plus en plus coulée, je me fais plaisir. Sous l’intégral, la banane !

      Avec ma chérie, nous sommes un vieux couple … sur la moto, nous retrouvons nos 20ans … c’était il y a presque 40 ans, nous n’avions pas de moto mais déjà un flat-twin … une deuche ! La deuche, je l’ai encore !

    • Henri
      13 février 2016 at 13:53

      La solidarité motard s’exprime aussi dans ces moments ou l’on se retrouve seul face à soi-même.

      J’ai eu mon permis en novembre 2014 à 69 ans. J’ai comme toi ressenti que les « jeunes » ont des facilités qu’on envie à certains moments. Je crois que notre « expérience » nous conduit à plus réfléchir et donc à être moins spontanné et à intellectualiser. C’est un frein dans l’apprentissage mais aussi un avantage pour acquérir une maîtrise technique plus solide qui sera bien utile par la suite.
      J’ai du faire un peu plus de 50 heures de plateau et 3 présentations. Aujourd’hui je ne les regrette pas car la maîtrise de la moto à allure lente est utile tous les jours (je roule quasi qutotidiennement en région parisienne et dans Paris). Tu verras qu’il y a des paliers et que tout d’un coup, ce que tu faisais en réfléchissant à chaque geste, devient naturel. Ces paliers il faut les franchir et mieux vaut le faire sur le plateau qu’après.
      Si je peux te donner quelques conseils :
      Pour l’examen, d’abord dominer le stress. N’hésite pas à utiliser les médicaments anti stress. Ca marche !
      Pour ton apprentissage, concentre toi sur les fondamentaux : le Regard, la Trajectoire, la Position, les Appuis.
      Et n’oublie pas que tu n’est pas là pour avoir le permis mais pour apprendre à piloter en sécurité.
      Enfin fais toi plaisir !

      Henri, Honda Deauville, 14 000 kms en 15 mois, été comme hiver. Un freinage d’urgence (réussi), beaucoup de prudence qui n’empêche pas de bien rouler et de se faire plaisir, un flash sur le périph car on peut toujours se faire surprendre et toujours envie de progresser car le plaisir vient aussi de la maîtrise.

  15. Cédric
    3 février 2016 at 22:17

    Bonsoir,

    Je viens de passer mon plateau pour la première fois aujourd’hui et grosse désillusion puisque je l’ai loupé.

    Nous étions 4 à passer. J’ai été envoyé le premier. Poussé de moto sans problème, je la remet bien précisément. Commence les vérifs, je tombe sur « embrayage et accélérateur », « les clignotants » et enfin « la transmission ». L’examinateur n’est pas très causant c’est peu dire car il n’annonce pas la note mais pour moi j’ai un A.

    Les autres passent, le premier stress est passé et je suis dedans, je me dis que le départ est bon et qu’il faut rester concentré. Viens mon tour pour ouvrir l’épreuve du lent, mon formateur place la moto. Je l’enfourche, c’est le moment d’assurer et là direct je perds mes réflexes pourtant si évident à l’entrainement.
    Je galère un peu pour enlever la béquille, je réfléchis pour passer la première. La distance entre la porte de départ et la première me parait bien plus petite que d’habitude. Je démarre et passe la première porte et là pied à terre. J’arrive à passer la deuxième porte mais je suis si mal parti que mon pied retouche le sol. Je termine le parcours et comprends que je suis bon pour un 2ème essai.

    Le 2ème essai ne sera pas le bon non plus puisque copie conforme du premier. L’examinateur ne m’a même pas laisser finir après le demi tour.  » Celui là n’est pas bon non plus. » Je ramène la moto au point de départ pour l’autre candidat.
    Je descends de la moto, j’enlève mon casque. Tout est allé si vite, je n’ai rien maîtrisé et perdu mes moyens. Je me sens « comme un con », j’arrive pas à croire que j’ai loupé car j’ai toujours tout eu du premier coup et le stress ressenti avant un examen m’a toujours été bénéfique. Hier soir encore à l’entrainement tout avait bien été mais aujourd’hui c’est comme si je faisais l’exercice pour la première fois. Je vois les trois autres passés sans soucis et cela me rends encore plus en colère contre moi.

    Sur le moment, je me suis dit « j’arrête tout !!! » et puis passé le coup de la déception je me dis que je ne peux pas tout stopper si prêt du but. De plus j’ai la chance d’être dans une région où les places d’examens sont rapides à avoir donc je relativise en me disant que ce sera un peu plus long que ce que je pensais, qu’il y a pire dans la vie et que ce sera pour la prochaine fois… Néanmoins j’ai hâte de remonter sur la moto assez rapidement pour reprendre confiance.

    Sur 4 candidats, 2 reçus dont une fille qui passait pour la troisième fois. Un des candidats à foirer aux fiches… Comme quoi il ne faut rien négliger.

    Je vous tiendrai au courant de la suite et merci encore pour tous les bons conseils prodigués sur ce super site.

    Cédric

    • Al
      3 février 2016 at 23:47

      Bienvenue au club 😉
      C’est pénible et pour avoir vécu la même chose je compatis.

      Allez un petit (gros) coup de concentration la prochaine fois et c’est bon !

  16. IY52
    31 janvier 2016 at 18:09

    Bonsoir à tous,

    J’ai repassé mon plateau une 3eme fois 🙁 … La 1ere et 2eme fois, j’ai paniqué, gros stress incontrôlable… Du coup ECHEC ! Et la 3eme fois, au 2eme essai au lent, j’ai fait 20 sec 50. Au retour avec mon passager, j’ai touché et apparemment, bougé de max 1 cm un piquet qui n’est pas tombé… L’examinateur est venu vers moi et m’a annoncé un « C » et « Vous pouvez aller garer la moto ! » J’étais … Dég,.. triste, écoeurée… J ai l impression d’avoir été victime d injustice car lorsque je regarde certains sites fiables dont un officiel, ma faute vaut un B et non un C !! Je le repasse dans quelques temps, ce sera un autre examinateur… Je garde bon espoir !! 🙂

    • FlatFab
      31 janvier 2016 at 18:18

      Effectivement, un piquet déplacé vaut un B.
      il est possible que l’inspecteur se soit trompé. La question est de savoir pourquoi ton formateur-accompagnateur n’a rien dit. C’est à lui de relever ce genre d’erreur et d’en faire la remarque (avec diplomatie) à l’examinateur.

  17. Arthur
    27 janvier 2016 at 18:46

    Bonjour à tous !

    Un grand merci à Flatfab pour ce site super réussi et très utile.
    J’ai tellement passé de temps à lire les articles ,sur le plateau notamment ,que je ne me voyais pas ne pas faire part de mon expérience.
    J’ai eu mon plateau aujourd’hui avec 5A après un premier passage raté. (19,5sec en première partie et pied après zone au demi tour du lent.)

    J’ai eu une date 15 jours après le premier passage ce qui m’a permis d’être toujours bien dans le truc.
    Ayant beaucoup mieux réussi à gérer mon stress ( et oui là deuxième fois c’est quand même moins stressant) le plateau s’est bien passé.
    Poussette et vérif : pas de soucis je connaissait par coeur : A

    Au lent : je passe juste juste au temps (l’examinatrice n’a pas voulu me dire mais je pense que j’était à 20sec pile poil).
    Je me suis appliqué pour mon demi tour (cause de mon premier échec). J’ai bien du rester arrêter 2/3 minutes histoire de bien faire ma check list pour le demi tour : ça fait A

    Freinage d’urgence: aucun souci, la route était humide donc un peu plus de marge. J’ai quand même freiner trop tard et déclenché les deux ABS avant la ligne lol : A

    Pour l’évitement, je commence bien nickel et à la fin du slalom je me trompe de sens de demi tour et je me retrouve du mauvais côté… Plus qu’un essai la pression commence à re monter d’un coup.
    Je souffle bien, je visualise 3/4 fois le parcours, je me concentre et ça passe : A.

    Pour les fiches ça c’est super bien passé, je les avais potassé pas mal et même si je suis tombé sur la fiche que je maitrisait un peu moins (stabilité et trajectoire) j’ai réussi à sortir l’essentiel. : A

    Au final je suis super content et ce site m’a été très utile.
    Ce qui m’a permis de m’en sortir même avec les montées de stress c’est : la respiration, la check list mentale avant chaque épreuve et le placement du regard.
    On était 8 à passer de mon auto école et seulement 2 l’ont eu. (7 échecs au lent et une chute au freinage).

    En tout cas pour ceux qui passe leur plateau : ne lâchez rien !!! restez concentré jusqu’au bout !

    A très bientôt sur les routes !!

    Arthur

    • Quadrapasfou
      28 janvier 2016 at 10:36

      Félicitations, le plateau ça n’est pas si compliqué quand on y pense … après coup. Mais dans les faits, c’est au moins 50% de gestion du stress (et le stress cause sans doute 98% des échecs) et face à cela, c’est « chacun se débrouille comme il peut ».

  18. Greg
    23 décembre 2015 at 11:35

    Bonjour à tous,

    Passage et obtention du plateau hier, après n’avoir jamais touché une moto et passé 22h à m’entrainer au plateau.

    J’ai eu A B(lent) A A AouB(fiches)

    Pour les vérif’s, pas de problème particulier. Sur les 6 à passer, j’ai décidé de passer le premier.

    Pour la partie lente, je me suis un peu excentré entre les piquets et ai touché un piquet sans le faire tomber en sortie. Pensant avoir échoué, je reste concentré quand même et termine mon parcours, au moment de prendre mon moniteur en passager, je me prend une soufflante.
    Arrivé à la fin, me préparant mentalement à le refaire, l’examinateur me dit « Pour le piquet, il n’est pas tombé et n’a pas bougé, ça vous fait donc un B vous le conservez?
    -Evidemment monsieur !^^ »
    Je me lève donc de la moto après l’avoir remise en place, j’entend encore mon moniteur qui s’était replacé pour faire le passager crier : DEUXIEME ESSAI ! DEUXIEME ESSAI ! On a tous été surpris de mon B.

    Pour le freinage, 1 er essai : l’examinateur me dit freinage avant la ligne, car je me suis arrêté bien avant la ligne …
    Donc 2 ème essai : réussi.

    Evitement : 1er essai réussi.

    Et les fiches, je suis tombé sur « Fatigue, somnolence, solutions et route de nuit » J’ai légèrement bloqué sur la fatigue mais me suis bien débrouillé pour la suite.

    Sur les 6, nous étions 4 à avoir réussi. 1 éliminé aux fiches (je vous laisse imaginer la frustration de mon moniteur ….) et l’autre éliminé sur une erreur de parcours au deuxième essai de l’évitement… (Encore une fois, une erreur bête)

    Merci pour tous les conseils que j’ai pu trouver ici. Place maintenant à la circulation, 2×3 heures car on avait une heure de circulation gratuite à chaque heure de plateau donc ce qui est vraiment bien.

  19. Naka
    14 décembre 2015 at 20:13

    Salut, très bon article, je post juste un petit commentaire pour savoir d’où viens la première vidéo (le podcast), je l’ai trouvée très sympa, j’aimerai éventuellement en voir d’autre de la même personne 🙂

    • FlatFab
      14 décembre 2015 at 20:35

      C’est une vidéo de Francis de la Turbie, un motard humoriste lyonnais, aujourd’hui parti à l’étranger et qui a arrêté ces petites vidéos bien marrantes. J’en ai gardé quelques-unes que j’ai insérées dans les articles sur les examens du permis moto.

      • Naka
        17 décembre 2015 at 12:04

        Merci ! J’ai tout de même pus en retrouver quelques unes sur internet

  20. Jerome
    29 novembre 2015 at 18:37

    Plateau raté une fois. 3 semaines d’arrêt me voilà reparti pour préparer le plateau une 2eme fois avec une autre auto école.

    Je profite de cet excellent blog pour apporter mon expérience sur le choix de votre moto-école.

    1er erreur à ne pas reproduire. Penser que choisir l’auto-école la plus proche de son domicile est la meilleure. Ce critère est le pire des critères. Si on doit repasser le code, privilégier le CD pour travailler à la maison, à l’heure qu’on le souhaite surtout quand on a des enfants et oublier la proximité.

    Les critères principaux pour le choix d’une auto-école sont, pour moi :
    – la proximité entre le lieu où sont stockées les motos et le plateau. S’il faut 30 à 40 minutes pour arriver sur le plateau, cela veut dire qu’en 2h de plateau théorique vous n’en aurez réellement effectué que 50mn à 1h, voir moins si en plus il faut de temps en temps remettre de l’essence dans la moto. L’idéal est donc de trouver une auto école qui a un garage proche du plateau. Ca existe et l’auto école peut même avoir un plateau privé.
    – une moto par élève pendant tout le plateau. Renseignez vous bien pour les auto écoles qui vous proposent 40h de plateau au prix de 20h. Cela peut vouloir dire que vous allez surement vous retrouver à partager une moto avec 2 ou 3 personnes pendant chaque séance de moto.
    – le moniteur. Il est primordial de rencontrer le moniteur avant de signer. Il existe des moniteurs qui ne sont jamais montés sur une moto en dehors de leur job de moto-école, d’autres qui sont des passionnés de moto, qui sont des gros rouleurs et pourront vous apprendre pleins de détails importants. Privilégier la 2eme catégorie, en général le moniteur de moto est rarement habillé comme un prof de collège 🙂
    – le prix. Certaines auto-écoles vous proposent un prix plus bas que les autres mais respectent scrupuleusement le 8h de plateau/12h de route dans le forfait. De ce fait, comme la plupart d’entre nous, avons besoin de plus de 8h de plateau, le cout global du permis moto s’envole à 90€ les 2h. Attention …
    – les motos-écoles proposent plusieurs types de moto. Il y en a qui disposent des dernières motos de chez les constructeurs. Sans citer de marque et de modèle, je redémarre mes séances avec une moto qui fait 164 kg à sec hors qu’avant j’en avais une qui faisait 190kg. Cette différence est importante et je me sens plus confiance.
    Bon choix à vous

  21. TheChuckNorris
    13 novembre 2015 at 14:18

    Hello,

    plateau passé hier après-midi (1ère fois): A A A A et B 🙂

    13Hde plateau, et pas de moto avant (125 ou 50).

    Pas compliqué en soi, juste bien gérer son stress (c’est un loisir après-tout).

    On était 5 à le passer, et seul 1 ne l’a pas eu: erreur toute bête, il est passé du mauvais côté du plot lors du retour du parcours lent 🙁

    Voilà les informations sur le site m’ont bien aidé (les retours par commentaires également).

    Courage à ceux qui vont le passer (ou le repasser) 🙂

  22. Jerome
    7 novembre 2015 at 00:12

    Bonjour à tous,
    et voici le boulet du lot !!
    20h de plateau, les derniers déclics sur le lent se sont décantés la veille de l’exam. 2h de prépa avec le moniteur avant l’exam tout nickel puis la dernière minute de prépa, je me suis mis la pression sur le parcours rapide, j’ai fait n’importe quoi, j’arrive au demi tour en 3eme, la moto cale et me tombe sur la jambe (résultat un beau bleu), moi qui me demandait comment on pouvait faire tomber une moto 🙂 aprés 100 000kms sur 2 scooters 125 sans jamais un incident.
    Arrivé à l’exam, pas serein dutout, parcours lent : 1ere tentative, 1 pied par terre, 17 secondes, je touche une porte, je recommence : 15s. La fête à neuneu, en quelque sorte !!! Enfin, j’ai réussi à faire rire la galerie car il y avait du monde qui me regardait !
    Au final, si tout le monde me dit qu’il faut que je persiste (mais déjà 1000€ pour le permis + 500€ pour un nouveau casque). Encore 500€ pour un forfait 10h. Je me tate depuis une semaine.
    Vaut il mieux attendre février pour avoir une période plus propice au niveau météo ? ca me permettra de penser réellement à autre chose..
    Vaut il mieux changer de moniteur (même si le problème C’EST MOI) ?
    Vaut il mieux prendre un forfait 10h ou 20h sur une semaine ?
    Vaut il mieux que j’essaie de trouver une auto école qui a un maxi scooter ?
    Merci pour vos conseils
    A+
    Jerome

    • Teomme
      7 novembre 2015 at 11:20

      T’as raté ton premier plateau ? La belle affaire…. Ca arrive à beaucoup de monde 😉 (moi le premier)

      Franchement, et à mon humble avis, inutile de tout remettre en cause pour un échec.
      Reprends quelques heures de cours pour finir de « décanter » et repasse-le.
      Après tout, 20h pour maitriser le lent, c’est plutôt quelque chose d’habituel.
      Si tu attends trois mois pour reprendre, tu vas perdre une partie de tes acquis et ça ne t’aidera pas beaucoup plus…

      Ce qui peut être pas mal, c’est de reprendre une heure de cours juste avant l’examen, ça permet d’être bien chaud.

    • Marc GEOFFROY
      18 décembre 2015 at 09:51

      Bonjour à toutes et tous. Voici ma  » petite  » expérience ( histoire de peut être rendre sereins les plus stressés.
      Depuis mon adolescence j’ai rêvé de rouler en moto. Mon « truc » c’était les customs. Et puis ma vie en â décidé autrement : mariage tôt – 22 ans – à 32 ans, 3 enfants et un crédit maison sur 20 ans. Pas toujours facile de remplir le frigo pour 5. Bref, on passe son temps à faire des choix, et choisir c’est renoncer. J’ai donc renoncé à mon rêve.
      Voilà que ce vieux rêve refait surface. Les enfants sont grands, plus de crédits, je suis en retraite et je me dis que l’heure de la concrétisation est arrivée.
      Début mai 2014 j’ose entrer dans une moto école, pas très à l’aise avec 64 ans au compteur parmi ces jeunes. Mais je me dis : Petite précision : je n’avais jamais fait de moto.
      Je me suis donc inscrit – forfait 20 h pour 850 € .
      Une semaine plus tard je passe le code. Première tentative réussie.
      Alors commence le long apprentissage du plateau. : Progression en dents de scie. J’avais du mal à maîtriser le lent, la trouille à l’évitement, et je sortais régulièrement de la piste au demi-tour que ce soit pour le freinage d’urgence ou l’évitement. Par contre jamais tombé. Si une fois à l’arrêt ( ? ). Les heures de formation ( d’auto-formation devrais-je dire ) passent et les 20 heures du forfait sont avalées.
      J’insiste, je sens malgré tout que mon rêve est à ma portée grâce à cette progression  » dents de scie  » . J’essaye de positiver et de me motiver en me disant : puisque tu y arrive, ne serait-ce qu’une fois de temps en temps et bien tu DOIS y arriver. Alors je reprends des heures de plateau. 2 heures par ci par là. L.été passé. Arrivent les jours froids et humides du coup j’arrête tout pendant dix mois. En juin cette année je retourne à la moto-école, plus décidé que jamais.
      Plateau Toujours en dents de scie, mais les hauts des dents sont plus fréquents que les creux.
      Alors le moniteur m’inscrit à l’examen pour début juin.
      Le jour  » J  » arrive. Nous sommes 4 à nous présenter. 2 gars et 2 filles. Je suis le deuxième et bien entendu le plus âgé, enfin, le plus mûr…
      Pour la  » poussette  » tout le monde un A.
      Pour le lent, tout le monde a eu droit à 2 essais et au final : 4 échecs ! Le premier pour avoir mis moins de 17″ au premier essai et trois fois un pied à terre pour son deuxième essai. Pour moi deux fois le parcours en moins de 18″. La troisième candidate, première tentative moins de 18″ , deuxième essai piquets renversés, la quatrième candidate, plots renversés et sortie de piste au demi-tour.
      Voilà voilà… Les quatre fantastiques en train de ruminer leur échec. Pour ma part, devant m.absenter 10 jours plus tard pour trois semaines, je voulais laisser tomber et reprendre en septembre. Mais finalement, le lendemain, je retourne m’inscrire pour la semaine suivante. Il faut battre le fer quand il est chaud, et je connaissais mes fiches orales pratiquement par cœur’ à la virgule prés. Il ne fallait pas perdre cet acquis.
      Le jour  » J  » arrive. Ce coup-ci je suis le seul candidat au plateau.
       » Poussette  » Â.
      Lent : 1er essai 19  » = B. L.examinateur me demande si je souhaite utiliser mon 2 ème essai. Je lui répond : un tien vaut mieux que deux tu l’auras, un B ça me va.
      Freinage d.urgence : 1 et essai, après le demi-tour je reviens entre les cônes au lieu de longer la ligne blanche = C. 2 ème essai sans problème = Â.
      Évitement : 1 er essai tout bon sauf le chrono ! 44″ 8 alors qu’il faut minimum 45″ = C. 2 ème essai 45″ 6 ( je sais, ce n’est pas glorieux mais ça passe. Après tout je joue avec les règles.) Et là, quand l’examinateur m’a dit : C’est bon, ça vous fait un A, je savais que j’allais réussir mon plateau parce que les questions orales ne seraient qu’une formalité.
      Au final, plateau réussi à la deuxième tentative A B A A A.
      Dès mon retour en juillet je prends 2 heures de conduite le 18 puis 2 heures le 21 et je passe la circulation le 23 . Résultat favorable. Mon rêve venait de naître, et au vu de mon âge, 65 ans en octobre j’étais heureux comme un gamin au pied du sapin de noël.
      Le 29 Juillet je répondais à une annonce, et le 4 Août je rentrais de chez le vendeur à la maison au guidon d’une Kawasaki VN 900 Classic. Le roi n’était pas mon cousin …
      Depuis j’ai roulé un peu plus de 4700 km, et je peux dire que c’est maintenant que j’apprends. Tous les jours on apprend. Au cours de ma vie, j’en ai rencontré des  » tout-vu-tout-fait » . Tôt ou tard ils se plantent.
      Pour ma part, voiture, car, semi-remorque ( quand j’étais  » actif  » ) et maintenant moto, Je fais en sorte de ne jamais relâcher la vigilance. Quand on me dit  » t’es fou, la moto c’est dangereux  » je réponds  » ce n’est pas la moto qui est dangereuse c’est ce qu’on en fait  » Comme la voiture ou les camions, cars scoots etc…
      Je ne suis pas non plus d’accord quand j’entends : tant de morts à cause de la vitesse ou du brouillard etc… C’est le comportement du conducteur donc le conducteur seul responsable.
      Bien sûr que le risque zéro n’existe pas, c’est justement pour cette raison qu’il faut rester humble et vigilant.
      Bonne chance aux futures candidates et futurs candidats. Lorsque vous obtiendrez votre permis, faites en sorte que votre nom ne s’ajoute pas à la liste trop longue des « morts sur la route » .

      • Franck
        23 janvier 2016 at 12:44

        Bonjour Marc
        Je me permets de vous repondre car votre message que j’ai lu m’a un peu touché
        Tout d’abord ,felicitation pour cette réussite et surtout cette ténacité,je vous dis respect
        Ensuite tout comme vous apres avoir mis cette envie de passer le permis moto depuis bien longtemps ,j’ai egalement mis de coté ,je me disais que ce n’etait pas compatible avec des nouveaux nés ,de plus ,comme vous le disiez ,les moyens n’étaient pas focement la egalement ,bref pas grave partie remise …
        Et me revoila a 46 ans me lancer ce nouveau défis ….je viens de m’inscrire ,le code bientot en poche ,enfin j’espere ,je fais encore entre 1 et 7 fautes ( 6 et 7 etant rares ).
        Donc bientot les cours de plateau et c’est la que votre message va m’aider ,je ne sais pas encore si je suis doué ou pas mais j’ai l’envie de réussir et je pense ,la sagesse ,tout comme vous a votre age ,forcément et c’est la dessus que je me sentirai le mieux par rapport a un jeune .
        Par contre contrairement a vous ,je redoute les fiches ,certes je vais les travailler comme un fou car la memoire n’est plus ce qu’elle etait ,mais malgré tout j’appréhende un peu .
        Enfin voila tout ca pour vous remercier de votre témoignage que je trouve très utile et ce n’est pas ce que vous dites sur la securité et le comportement de chacuns qui me contredira ….vous avez tout compris …..mais n’est ce pas normale a votre age ?
        Merci et bonne balade en becane en toute securité

      • Grizzlette
        25 janvier 2016 at 15:25

        Très beau témoignage, et très beau parcours, Marc!

        Profitez bien de votre rêve devenu réalité, au guidon de votre belle moto!

  23. clemsg
    6 novembre 2015 at 20:04

    Après un premier échec au plateau il y a 2 semaines (2 parcours lents ratés pour des « pieds de merde » comme dis mon moniteur), je l’ai repassé il y a deux jours et je l’ai eu !!
    – A àa la poussette et vérifs
    – B au lent au premier essai, pour le chrono dixit l’examinatrice. « Vous gardez ou vous faites votre deuxième essai ? » « JE GARDE !!!! »
    – A au freinage d’urgence
    – A à l’évitement
    – A aux fiches

    Fini le stress du parcours lent !!

    Ce qui m’a sauvé : j’ai arrêté d’essayer de gagner du temps dans les premiers virages, je me concentre sur les trajectoires même si je vais un peu vite, et je me me concentre pour gratter le temps quand j’entre entre les piquets. Un B est facile à assurer comme ça, le A est peut être plus compliqué …. mais je ne demandais pas mieux que B 🙂

    Examen de circulation prévu vendredi prochain, dernière leçon prévue la veille.

    Allez, on y est presque !! 🙂

    Un grand merci à ce superbe site bourré de conseils, et aux différents commentaires bien utiles aussi 🙂

  24. jonathan
    25 octobre 2015 at 09:39

    bonjour

    j’ai passer mon plateau le 8 octobre javer tout réussie au plateaux que des A je monte dans la voiture avec l’inspecteur je tire ma fiche et la boom!!!
    j’ai eu un gros trous noir je savait plus ma fiche bordel ille ma mie un c recaler directe ho lala bon jai repasser mon plateaux le 16 je les eux mdr heureusement plus que la circulation le plus gros et fait bonne chance a tousse !!

    • Vincent
      31 octobre 2015 at 10:03

      Bonjour

      Moi je commence ma formation après avoir roulé plus de 20 ans en 125 essentiellement en ville (je possède actuellement une hyosung gt de 170 kg à boite manuelle). J’aimerais savoir quelles sont les plus grandes difficultés rencontrées dans les épreuves du plateau par les habitués de 125 et comment les surmonter?

      En effet, bien qu’étant un habitué du patinage et de l’embrayage (conduite en ville oblige), j’étais été surpris de mes difficultés à maîtriser le parcours lent. Quid des autres parcours ?

      • FlatFab
        31 octobre 2015 at 17:46

        Les deux parcours à allure lente sont ceux universellement reconnus comme les plus difficiles techniquement. Les quatre parcours à allure rapide sont plus simples.
        Une moto gros cube est bien plus lourde qu’une 125. La maîtrise du point de patinage de l’embrayage ne suffit pas, il faut y ajouter du gaz, du régime moteur.

  25. Remy
    24 octobre 2015 at 04:53

    Un très grand merci à celui ou ceux qui font ce site qui m’a été d’une aide inestimable dans la préparation de mon permis. J’ai passé et validé le plateau ce matin et je le dois aussi à ces lignes. Merci ! C’est clair, précis et surtout très efficace !

    Les 2/3 « trucs » tout bêtes qui pour moi auront été déterminants et m’auront permis d’obtenir 4 A et un B :

    – Sur le lent, la clé est de poursuivre son tout premier virage sur un bon mètre voire un mètre cinquante. C’est LE secret. Si on fait ça, la deuxième porte et l’entrée du « couloir » sont quasiment alignées et on les passe ultra facilement. Sinon c’est trop serré et du coup pied par terre, stress, échec. Du jour où j’ai compris ça je n’ai jamais plus raté le lent, pas une seule fois. Le temps se gagne sur la ligne droite et si on fait moins de 20 secondes (ça a été mon cas) ce n’est pas grave : on ne pourra qu’avoir A au rapide de toute manière (ou C évidemment, mais pas B). Donc gardez les concours de lenteur pour la préparation à l’auto-école, si vous avez un B au premier coup ne tentez pas le diable et un cassage de gueule qui peut toujours survenir surtout sur le lent : ne recommencez pas, gardez ce B , il ne pourra en aucun cas être éliminatoire.

    – Sur le rapide le conseil le plus important que je donnerais sur l’évitement est de bien lire et bien comprendre les conseils donnés ici pour les maîtriser, puis de les oublier ! On n’a pas le temps de se dire « alors je vais à telle vitesse, je contrebraque comme ça à tel moment quand je passe devant tel plot blabla », c’est trop de données pour le cerveau en trop peu de temps ! Et le jour de l’examen, avec le stress, la quantité de données qu’on est capable de gérer en même temps diminue vraiment ! Ce qui (pour moi) aura vraiment marché est d’être un peu bête : je monte le plus vite possible à 55 et à partir de là je ne regarde plus jamais mon compteur, je rentre dans le couloir en le serrant le plus possible sur son côté extérieur et une fois que j’y suis engagé je ne regarde plus que les 4 plots de l’arrivée, pas un seul regard sur le mur, et je hurle (intérieurement) à mon corps « à gauche !! » (ou « à droite !! »), tous les gestes qui suivront seront instinctifs et ça passera comme une lettre à la poste. Si je me dis ‘vazy appuie à gauche de ton guidon pour faire pencher ta moto à gauche blabla » je n’aurai pas le temps, je n’oserai pas y aller assez franco, je le ferai trop tard. Non, je me dis juste « A GAUCHE !!!! » en fixant la zone d’arrivée et j’évite sans souci les plots.

    J’ai vu 4 candidats réussir pour 7 échecs et ce ne sont pas les meilleurs qui l’ont eu mais 1) ceux qui avaient la rage 2) ceux qui avaient les nerfs. Plusieurs partaient vaincus d’avance et ça n’a pas pardonné. Si comme moi vous avez du mal à maîtriser vos émotions je peux vous dire ce que j’ai fait, sans que ce soit un conseil, mais qui a super bien marché même si ce n’était pas prévu : l’avant-veille j’ai fait une soirée bien trop arrosée, résultat la veille de l’examen j’étais bien trop occupé à avoir très mal au crâne et à être épuisé pour stresser et surtout j’ai bien dormi, car j’étais éreinté : quand les autres candidats me disaient que leur nuit avait duré 4 heures je me disais que j’avais dormi comme un bébé, et ça a immensément joué ! C’est bien la seule fois que je conseillerais de boire pour assurer en moto !

    Encore une fois merci pour cet article réellement utile, et bonne chance à tous les futurs candidats. Ne stressez pas trop et vous l’aurez ! Après tout c’est du loisir la moto, vous allez juste montrer ce que vous savez déjà bien faire et qui n’est pas sorcier à un inspecteur qui n’est pas là pour vous enfoncer, alors si vous paniquez le jour du plateau répétez vous bien « ça va c’est pas non plus l’élection de miss France » 🙂

  26. Jenjen
    15 octobre 2015 at 06:08

    Bonjour à tous !

    Très bon site avec de très bon conseils.

    Mon parcours permis moto pour les femmes petites stressées, angoissées… Bref pour celles qui pensent que c’est impossible.

    Je me suis inscrite au code en avril 2015. Suite à des soucis en préfecture… J’ai passé mon examen début juillet que j’ai réussi. 1ère étape.
    Pendant le code j’ai pas voulu prendre des leçons de moto car j’ai préféré avoir le code et après attaquer la pratique. Mais au fonds je repoussais car j’avais peur.

    Après le code j’ai fais une pause et attaquer la moto début août. Je vous dis pas la chaleur. La veille une angoisse pas possible.
    Tout c’est bien passé, mais les doutes sont la.
    Le lent je vais pas y arriver, freinage d’urgence aussi…
    La deuxième séance catastrophe impossible de faire un demi tour correct. Alors là je vous dis pas mon état.
    Mais j’ai continué et petit à petit sa rentre mais j’ai toujours l’angoisse de tomber, la peur…

    J’enchaîne les heures avec une chaleur pas possible une angoisse toujours présente…
    Après 18h de plateau inscription à l’examen ! Oh la la je vous dis pas mon état.
    D’après mon moniteur je peux mais moi je me sens pas prête du tout. Mais je me lance quand même. En fait je peux réussir 10 fois l’évitement ou le lent, comme je peux le rater 10 fois après. Du coup je me dit c’est pile ou face et je me lance.
    L’examen blanc je tombe pour la première fois au lent. Morale 0.
    Le matin de l’examen, entraînement et le lent se passe bien, mais l’évitement gauche une horreur. Le droit sa passe mais parfois sa passe pas. Je vous dis pas le moral.
    Arrivé au plateau je demande à passer en premier.
    Je commence la poussette et les Verification ok.
    Arrive le lent que je réussi avec succès sauf qu’à la fin de me trompe de parcours. Je vous dit pas mon état.
    Je recommence en soufflant un bon coup et je réussi avec succès. Ouf
    Freinage d’urgence 1er essai louper car j’ai freiner avant je recommence et ouf je réussi.
    L’évitement droit (heureusement), 1er essai plot en l’air. Aller je recommence avec une rage que même moi je me suis pas reconnue. Et ouf sa passe.
    Arrive les fiches et c’est ok pour mon plateau.

    Je vous dis pas le poids en moins, une liberté…., une joie, du haut des mes 1,58 m j’ai réussi en 18 heures ce que je croyais impossible.

    Reste 2 heures de circulation pure (car je conduisais pour aller au plateau), examen un mois après, toujours cette angoisse d’échouer,…
    Arrive le jour J levée à 4h du matin avec une pluie pas possible. Alors la l’horreur. Je passe l’examen auquel je trouve que je me suis pas mal débrouiller mais le doute persiste car j’ai mis le clignotant a droite mais suis allé tout droit. Du coup je sais pas..
    Résultat hier c’est bon ! J’ai vraiment du mal à réaliser que j’ai réussi mon permis moto en 20h moi qui croyais qu’il me fallait le double…
    De plus avec ma petite taille et un caractère anxieux je sais pas comment j’ai fait. Même mon mari m’a avoué qu’il avait un doute non pas à cause de mes capacités mais à cause de mes angoisses.

    Tout cela pour vous dire que même petite, angoissées, stressées…. Si on aime la moto c’est possible.

    Par contre j’ai oublié de dire que je mangeais ni le matin ni le midi car j’avais la leçon de plateau. Je prenais juste un médicament homéopathique.

    Si on aime la moto faut se lancer l’angoisse est la mais elle disparaît aussitôt sur la moto. La concentration prend le dessus. J’espère que mon commentaire aidera certains et certaines futur motard car moi sa ma aidé.

    Bon courage à ceux et celles qui passe leur permis et encore merci pour tous les conseils.

    • Jenyjen
      15 octobre 2015 at 06:13

      J’ai oublié de préciser que j’avais un formateur formidable, qui ne m’a jamais criée dessus qui m’a toujours encouragé et était toujours au petit soin envers moi.
      Bien choisir son auto école est l’essentiel.

  27. Dav
    10 octobre 2015 at 13:33

    Salut à tous, je voulais témoigner à mon tour de mon expérience plateau, les conseils de ce site sont une véritable mine d’or pour se préparer à un examen aussi technique !

    J’ai 26 ans, je roule en 125 Honda cbr depuis 2ans et demi et la suite logique était donc le gros cube.

    Réussite hier à la première présentation après 20h de leçon, le choix de l’auto école et la qualité du formateur est effectivement primordial pour être dans de bonnes conditions le jour j !

    Arrivé au centre d’examen après 2h de leçon juste avant, donc confiant, sûr de moi, poussette et vérifs sans problème, vient le lent et la le drame..impossible de tenir en place, je tremblait comme une feuille morte dès la moto enfourchée…je réussi malgré tout du premier coup, parcours assez moche mais A quand même..le stress..votre pire ennemi !

    Pas de problème pour le freinage d’urgence, mais une erreur de parcours stupide pour l’évitement, demi tour du mauvais côté et je me retrouve de l’autre côté de la piste…plus qu’un essai, on respire un grand coup, ça passe !

    Fiche bien apprise donc formalité, et ça y est c’est fait !

    On a beau être très bon en leçon, ne surtout pas négliger la gestion du stress, que je n’ai pas senti s’installer car il peut nous faire perdre 50% de nos capacités le jour j…

    Reste plus que la circu dans 10 jours, bon courage à tout ce qui vont passer le plateau, gérez bien la pression et ça passera comme sur des roulettes 😉

  28. JONATHAN
    4 octobre 2015 at 12:34

    bonjour je voudrait avoir des avis je passe l’examen du plateau jeudi mon soucie qui me préoccupe ces les 12 fiche j’ai du malle a les retenir si vous pouver me donner des conseille pour bien les apprendre je les lit tout les jour mai arrive pas a les retenir vous vous pouver me donner des conseille merci a tousse bon courage .

    • Quadrapasfou
      5 octobre 2015 at 09:37

      Salut Jonathan,

      Petit souci de mémoire ou plutôt de stress et de concentration ?

      Au début de chaque fiche, il y a 3 ou 4 mots qui donnent la substance de la fiche. Tu peux essayer de t’entraîner à restituer/expliquer le contenu de la fiche uniquement en lisant ces quelques mots, puis tu vérifies (ce sont exactement les conditions de ‘examen en plus). A force, ça entre. Mais il faut être concentré. Fais-le le matin, plutôt que le soir où on peut avoir la tête fatiguée.

      Tu peux aussi retranscrire – pas recopier, mais retranscrire avec tes mots et ta compréhension – les fiches en les écrivant (avec la fiche sous les yeux). Le fait d’écrire aide à retenir.

      Ce n’est pas vraiment une épreuve de par cœur, mais une épreuve de compréhension-restitution (sauf pour les premières fiches, bourrées de chiffres et de stat, que j’ai trouvées vraiment barbantes).

  29. Seb
    3 octobre 2015 at 18:56

    Bonjour à tous,

    Un site très précieux qui m’a permis d’obtenir le plateau. J’explique :

    Mon parcours : scooter de 14 à 18 ans. Puis cette année en février 2015 je passe la formation 125 (soit 12 ans plus tard que le scooter). Je me débrouillais bien sur le plateau (5h). J’achète une 125 (une Keeway RKV, très bien pour débuter avec indicateur de rapport engagé, on ne parle pas assez de cette moto sur ce site pourtant)

    En juillet 2015 après 6 mois de 125, je me décide pour le permis A. Le temps de passer le code je commence les cours fin juillet. Effectivement pour le lent, je le réussis bien dès les premièrs cours. Puis je pars 3 semaines en vacances (après 8h de lent) et revient début septembre. Le mono me dit « j’ai une place pour toi le 16 septembre ». Waouh je ne m’y attendais pas. Et là, à la reprise, c’est le drame. Je me mets la pression et n’y arrive plus au lent. Je perds vraiment confiance. D’ailleurs l’alternance 125 et 600 ne m’aide pas en fait. L’évitement je me rends compte que je n’y arrive que vers la gauche. Je bloque. Nous sommes 5 jours avant le permis, je suis persuadé d’être voué à l’échec, vraiment. Je fais style de faire comprendre au mono que je ne suis pas prêt, timidement, mais il ne prend pas cette perche.
    Et là nous sommes le vendredi, l’examen est le mardi suivant. Je me fâche envers la moto en général. Je n’utilise plus la 125 car cela m’enlève mes « sensations-souvenirs » du dernier entrainement gros cube.
    Je tombe sur ce site : je lis toutes les pages plateau et permis en général. Je lis beaucoup de commentaires aussi. Les conseils qui m’ont sauvé : prendre un beta-bloquant +++ (prescription médicale contre-indiqué si asthme), regarder à hauteur d’homme, bien s’avancer sur la moto, serrer les genoux, bras détendus bien souples, imaginer une porte 1m avant la vraie porte, et prendre large. Comme un lecteur l’a dit, 2 respirations profondes, et partir sur la 2è expiration.
    Et surtout je me suis entrainé pour la poussette et l’évitement en 125 (le WE juste avant, ça m’a sauvé aussi. Merci Flat pour le conseil précieux)

    Je fais 3 heures les 2 jours avant le plateau : ça remarche ! Je me sens mieux, beaucoup mieux (entrainement sous beta bloquant pour m’habituer)

    Résultat : B (oublié de dire que le feu n’était pas cassé) A (merci le beta bloquant)AAA.
    2 essais pour l’évitement qui était bien sûr tombé sur mon mauvais côté. Pour l’évitement, c’est difficile de l’assimiler mais plus on se rapproche des 50-55 km/h, plus c’est facile d’éviter. Regarder la porte de sortie, appui avec pied et main en ispsilatéral, coup de bassin et redresser.

    Dernière chose : en quelque sorte on peut considérer que les B ne sont pas dérangeants vis-à-vis d’un A pour les verif, le lent et les fiches, car on est « obligés » d’avoir 2 A au rapide (et 2A ça passe !)! J’ai eu un B aux verifs, cela m’a beaucoup déstabilisé, et pour rien en fait !!!

    Bon courage à tous, merci pour ce site en or (auteur et aussi commentaires)
    V

  30. grosjean
    23 septembre 2015 at 11:27

    Bonjour à toutes et tous,
    Moi je suis un peu dans le même parcours que Yves (post du 15/9)!
    J’ai 57 ans en excellente forme physique, sportif mais voilà j’en suis au troisième échec plateau et franchement j’ai perdu ma motivation!
    Comme beaucoup d’entre vous, hors examen je fais des parcours (lentes ou rapides) quasi parfaits, où je suis calme, détendu (essentiel pour la réussite je pense)!
    Mes échecs au plateau me poursuivent et je n’arrive pas à les oublier!
    Premier échec ! 16’94 » au lent! parcours parfait mais 4 centièmes trop rapide ! (celui là me reste en travers)
    Second échec ! Essentiellement ma faute
    Troisième échec (hier) ! L’inspecteur annonce  »pas de chrono mais je veux du moteur, de l’embrayage et du frein, utilisation des toutes les commandes  » C’est effectivement écrit comme ça!
    Sauf que beaucoup de moto écoles entraînent leur élèves sur le ralenti…..Et paf!!! tous les candidats font des yeux gros comme des billes….. Donc je me lance :
    – Premier passage 2 pieds et pas assez de moteur C!
    – Second passage, j’adapte, j’utilise le moteur, Je passe et je cale dans le couloir, pas le temps de redémarrer……

    Et là franchement, l’envie de tout envoyer balader… Et j’en suis là! Continuer et cela a un coup financier? Arrêter et dépense inutile?

    J’imagine bien que je ne suis pas le seul à avoir connu ce parcours du combattant, mais franchement, apprendre sans en avoir plus aucun plaisir, quel intérêt?
    Thierry

    • FlatFab
      23 septembre 2015 at 11:40

      Chrono à 16’94, ce n’est pas quatre centièmes, mais quatre secondes trop vite !
      Désolé, mais tu ne peux pas parler de parcours à allure lente si tu es sur ces bases-là… Et visiblement, y a un gros souci sur les méthodes d’apprentissage et les techniques de conduite enseignées par ton formateur. Quand on fait le parcours lent au ralenti, quand on cale dans le couloir, quand on ne se sait pas se servir du point de patinage avec gaz et frein arrière, désolé, mais il faut se poser des questions sur la pertinence de sa technique !!
      Alors, ce n’est pas de ta faute, tu fais comme on t’a dit, comme on t’a appris, mais visiblement, ce n’est pas adéquat, ce n’est pas la bonne façon de gérer sa moto.
      A partir de là, à toi de réfléchir, de te poser les bonnes questions et d’en déduire les conclusions qui s’imposent.

      • thierry
        23 septembre 2015 at 12:10

        Je corrige, 6 centièmes pour avoir B!!
        Je pense que la quasi totalité des moto écoles apprennent à leur élève le parcours lent sur le ralenti! En tout cas je n’ai vu que cela de la part des candidats que j’ai côtoyé sur mes trois examen plateau!!!
        Cela même été débattu dans un autre forum!! Je m’étonne que vous sembliez ignorer cette pratique d’apprentissage!
        En tout cas merci pour vos encouragements quant à réfléchir et me poser les bonnes…..merci du conseil avisé!!!

        • FlatFab
          23 septembre 2015 at 12:21

          Ah non, je n’ignore pas du tout cette technique ! 😉
          Je l’ai même enseignée de 2008 à 2010 car on m’avait formé ainsi, je ne connaissais que ça.

          Mais aujourd’hui et depuis des années, je récuse totalement son bien-fondé. Ce n’est pas en apprenant avec le ralenti de 1e qu’on sait gérer une moto à basse vitesse dans la vraie vie, et encore moins à l’examen. Ton histoire en est la preuve.

          La plupart des formateurs enseignent cette technique, oui… seulement parce qu’ils sont incapables d’enseigner la gestion des commandes au point de patinage d’embrayage. Et bien souvent, parce qu’ils sont eux-mêmes incapables de l’appliquer. Ils ont appris et enseigné le maniement à basse vitesse sur le ralenti de 1e pendant des années (en gros, de 1992 à 2013) et depuis janvier 2013 (réforme des examens), ils n’ont pas appris à changer leur méthode d’apprentissage.

          C’est bien pour obliger les formateurs de conduite moto à enseigner « correctement » le maniement des commandes que les modalités d’examen ont été revues d’abord en janvier 2013, puis encore une fois en juillet 2014, avec notamment la notation C pour les candidats qui font moins de 17 secondes au parcours lent.
          Parce qu’avant (de janvier 2013 à juillet 2014), c’était noté B si moins de 20 secondes. Résultat, 80% des formateurs continuaient à enseigner le ralenti de 1e, tous leurs élèves avaient un B au lent et s’en satisfaisaient. Sauf que derrière, les débutants ne savaient toujours pas manier une moto à basse vitesse…

          Non, la totalité des moto-écoles n’enseignent pas cette technique de conduite inefficace.
          Certaines ont compris que former un motard débutant, ce n’est pas seulement le préparer à l’examen plateau, mais aussi et surtout lui donner les bonnes bases techniques pour toute sa vie, pour savoir manier sa moto en sécurité dans la circulation, et pas seulement sur un plateau.

          • Quadrapasfou
            23 septembre 2015 at 13:05

            Je me permets de plussoir (si, si, c’est du français …) au post de FlatFab, j’ai passé mon permis en région lyonnaise au printemps dernier et, que ce soit lors de l’examen plateau (ou l’on voit les autres écoles) ou lors des heures de leçon, je n’ai vu personne qui n’utilisait que le ralenti de 1ère. Tout au point de patinage sur les 20 premières secondes, avec des phases où l’on embraye plus ou moins, où l’on met ou non un coup de gaz et où l’on freine plus ou moins (virages, lignes droites), mais ça doit patiner !
            Sinon, c’est vite vu, c’est trop rapide (sans compter que le point de patinage, en moto, c’est extrêmement utile, par exemple en ville ou dans les ronds points).

            • Philippe Roche
              23 septembre 2015 at 18:07

              Je plussois moi aussi avec ce verbe inusité : dans la vie de tous les jours, il est impossible de conduire sa moto à basse vitesse sans maîtriser le point de patinage. J’ai longtemps cru moi aussi qu’on devait faire toutes les manœuvres lentes sur le ralenti de première, mais Fabien m’a ouvert les yeux d’abord avec son blog, puis avec ses stages.
              Conjugaison du verbe plussoir vérifiée, à propos.
              Philippe.

          • thierry
            23 septembre 2015 at 13:42

            Bin nous sommes en plein brouillard car il semble aussi que les inspecteurs (et je parle d’aujourd’hui et pour ma région (sud ouest où je suis) travaillent de manières différentes : Certains travaillant sans chrono mais souhaitant voir l’élève utiliser toutes les commandes, et d’autres (2 sur 3 pour moi) chrono, peu importe moteur ou pas!
            Quand au chrono et pour répondre a Quadrapasfou au ralenti (pas tout à fait puisqu’il faut un peu de moteur) j’étais en moyenne à 22 secondes et on est au point de patinage évidemment!
            Voilà je clos le débat que j’ai ouvert! ciao!

          • TheChuckNorris
            9 novembre 2015 at 17:09

            Je confirme: mon auto école m’entraîne en ce moment même à être systématiquement au dessus des 20 secondes pour le lent.
            Mon moniteur a commencé à me faire faire des lignes droites de moins en moins vite (en jouant avec l’embrayage et le frein arrière) pour qu’au final j’arrive à être entre 5 et 0 km/h.
            La moto (Yamaha XJ6) roule environ à 10 km/h au ralenti, et je suis généralement sur une moyenne 5/6 km/h avant la porte de la ligne droite, et entre 5 et 0 sur la ligne droite (je ne pensais pas que le 0 était possible d’ailleurs).
            Résultat? En moyenne 21 secondes au lent.

            Essaye d’en parler à ton moniteur (quelques exercices sur ligne droite basse vitesse), et tu seras beaucoup plus à l’aise en maîtrisant le point de patinage 🙂

      • Fabrice
        23 septembre 2015 at 19:43

        Euh, 16’94 au slalom du lent, ça vaut pas un B, s’il n’y a pas d’autres fautes?

        • FlatFab
          23 septembre 2015 at 19:55

          Depuis le 1er juillet 2014, les consignes d’examen prévoient :
          « Maîtrise de l’embrayage non acquise : notation C < 17 s. Maîtrise de l’embrayage en cours d’acquisition : 17 s ≤ notation B (en l’absence d’autre[s] erreur[s]) < 20 s. Maîtrise de l’embrayage acquise : notation A ≥ 20 s (en l’absence d’autre[s] erreur[s]). »

          Le guide d’évaluation est consultable ici :
          http://www.pro-permis-de-conduire.securite-routiere.gouv.fr/le-guide-d-evaluation-moto-a96.html

    • Camgus
      4 novembre 2015 at 23:16

      Salut Thierry

      Moi j ai 52 ans et je me suis lancé dans le permis moto….IL a fallut que je repasse le code déjà ….Bon je l ai eu …Et je viens de louper l examen blanc du plateau !!! Et j ‘étais enervvvéééééééééééééé! En plus j ai du boucher des trous sur le plateau au mortier …Si si, avec l aide d’un moniteur de l auto école et d’une voiture
      Mais ce n ‘est pas moi qui ai payé le mortier , la gâche et les truelles ! Si c ‘est vrai. Bon, bref moi aussi je passe par des grosses phases de découragements. Et puis je continue. Je vais investir 450 euros de plus, forfait 10 heures pour décrocher cette putain d’ épreuve plateau. Il ne faut pas être naïf cette épreuve plateau et aussi un gros business qui fait vendre des leçons, car franchement dans quelles circonstances de la vie réelle veux tu que le contexte plateau se reproduise ??? Ne cherches pas , il y en pas. En pleine circulation dense avec un bouchon personne ne viendra te casser les c… si tu mets 10 fois le pied par terre en louvoyant entre les bagnoles arrêtées dans un embouteillage !!! Bref pour en revenir à ta question , c’est à dire stop ou encore … IL y a plusieurs réponses : 1 Tu continues à te faire plaisir tant que tu as le budget pour. Avant tout tu te fais plaisir, et la réussite du plateau est une conséquence directe du plaisir à piloter la moto et d’augmenter sa maitrise de l ‘engin. Si tu t arrêtes , c’est pas bon. 2 ) IL faut continuer coute que coute / En leçons privées avec un motard, avec un pote qui a une moto ou bien en achetant une moto et en la conduisant sans permis et sans assurance, mais avec un pote motard qui t emmenè sur un parking le dimanche ou tu pourras t ‘entrainer un max sans budget !!! . Et oui maintenant c’est comme ça ! Il faut se débrouiller peu importe les risques ! La jungle n ‘est pas qu ‘à Calais…..Elle est partout !

      • brisy
        5 novembre 2015 at 09:41

        hello Camgus,
        sans vouloir faire la morale…(mais en la faisant quand même un peu ) tu ne devrais pas recommander de se mettre en danger en s’entrainant sans assurance et sans permis ! quid en cas d’accident? qui paye pour les blessures ? pour les dégats? n’est-ce pas un peu irresponsable (soit le contraire de l’esprit motard à mon sens)
        amicalement
        M.B.

      • Marie-Jo
        5 novembre 2015 at 16:51

        Bonjour Camgus.

        J’ai 47 ans et le permis depuis deux ans avec une trentaine d’heures de plateau et une réussite à la troisième fois. Je n’ai pas plus les moyens que cela.

        Par contre, fière de conduire ma moto tous les jours pour aller au travail, je peux t’assurer que cette épreuve du plateau est indispensable à ta conduite : le patinage, le freinage d’urgence et l’évitement. A une heure du matin dans la meme soirée, j’ai dû éviter une biche, deux renards… et si si un lapin. Et là : tu dis merci le plateau. Quant à l’épreuve minutée, elle est plus que nécesssaire meme en te louvoyant entre les voitures.

        J’ose te dire de rester prudent et ne te démotive pas. Tu vas y arriver. On y arrive tous. Bonne route et V

      • louis
        5 novembre 2015 at 17:51

        en ville tu as besoin tous les jours de ce que l’on apprend au plateau à basse vitesse. C’est le minimum de maitrise à acquérir, pour ne pas te faire taper par un pare-choc quand le traffic redémarre ou bousculer un piéton – le pied à terre systèmatique ne suffira pas, il va au contraire t’handicaper. Et plus généralement c’est une façon de mieux connaitre ta moto, les commandes et l’équilibre. Inévitablement tu en auras besoin.
        En plus c’est fun, moi « j’adore » (presque) traverser de long en large les embouteillages sans mettre les pieds au sol. (mais Je prefererai croiser aussi des biches et des renards…)
        Donc courage puisque ça vaut le coup.

  31. Yves
    14 septembre 2015 at 23:13

    Je n’ai encore jamais publié de commentaire sur ton site, mais j’y ai passé des heures, alors comme aujourd’hui j’ai réussi le plateau, il est normal que je vienne te remercier pour l’aide que cela m’a apporté.

    Même avec un super moniteur, ce qui est mon cas, les séances de travail sont vite passés, et c’est inestimable de pouvoir relire des explications détaillées, à tête reposée, en prenant tout le temps nécessaire pour comprendre.
    J’ai attendu d’avoir 54 ans et d’être grand-père pour décider de me mettre au permis moto, alors que je n’ai jamais eu le moindre deux-roues à moteur. Lors de ma première séance plateau, je suis passé directement du vélo à la 650.

    J’ai toujours pensé que la moto était un véhicule bien trop dangereux pour s’y risquer. Il m’a fallu plusieurs décennies pour intellectualiser un peu la nature des risques (le temps, les autres usagers qui ne nous voient pas, la vitesse, la prise de risques inutile, l’inexpérience etc. tout le monde ici sait tout çà au moins aussi bien que moi), et ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour les réduire au maximum, même si le risque zéro n’existe pas. Ce site m’y a beaucoup aidé (d’ailleurs l’url du site se suffit à elle même), et j’ai compris que tout ce temps, j’avais en fait été un motard refoulé.
    Aujourd’hui, la décision de franchir le pas est motivée exclusivement par l’envie. j’habite le Var, je suis informaticien et je travaille soit à la maison, soit chez mes clients qui sont à 95% à à Paris, ou je me rends par le TGV. La moto n’a aucune justification d’utilité pour moi, et n’a pas d’autre motivation que le plaisir. LA vitesse ne m’intéresse pas du tout, et je suis plutôt attiré par l’idée de parcourir tranquillement les belles petites routes de ma région.

    il m’a fallu 40 heures pour réussir le plateau, il faut dire aussi que j’ai eu une interruption de deux mois due à mes activités de l’année. J’ai échoué l’examen il y a un mois. Deux échecs au lent, j’ai vraiment empilé les conneries, pas dans le temps, pied par terre, demi-tour raté, et même un piquet couché, ce qui ne m’était jamais arrivé hors examen.

    Aujourd’hui, même chose au premier essai, j’ai cru que le cauchemar recommençait, mais je me suis bien repris au second, pas d’erreur, pas de pied par terre, et j’ai essayé de m’appliquer pour le chrono. Je savais que, j’avais assuré le B, objectif que je m’étais fixé dans mon tableau de marche. Et la l’examinatrice me tend l’écran du chrono : 20,5 secondes. Le rapide s’est bien passé (même si j’ai un peu bloqué la roue arrière au freinage, mais j’étais à l’allure et je n’ai pas dépassé la ligne).
    J’étais serein pour les fiches, je savais que je les connaissais.

    Reste donc l’épreuve de circulation, puis à trouver une moto. Mon choix s’est porté sur une bandit 650, Que je prendrai d’occasion. Apparemment elle a l’air d’être réputée bienveillante avec les débutants (et les vieux) et a l’avantage d’être relativement économique (entretien, assurance etc.). Elle a le défaut d’être un peu lourde pour les manœuvres, mais je fais 1m80 et près de 100kgs, alorsje me dis que ça devrait passer.

    Salut à tous, et encore merci Fab, pour ton site, je sais que même si je suis désormais débarrassé du plateau, je vais continuer à y puiser des trésors de connaissance quant à la pratique de la moto.
    Yves

  32. JONATHAN
    10 août 2015 at 10:52

    BONJOUR JE VEUT PASSER MON PERMIS MOTO CEPENDANT J’AI JAMAIS ROULER EN MOTO MAI J’AI LA MOTIVATION POUR POUVOIR Y ARRIVE
    POUVAIT VOUS ME DONNE DES BON CONSEILLE POUR POUVOIR Y ARRIVE MERCI A TOUT CE QUI ME DONNERONS DE BON CONSEILLE MERCI

  33. Chacha
    24 juin 2015 at 00:51

    Bonsoir à tous,

    Aujourd’hui c’était le jour J , jour de l’examen du plateau et ayant passé des heures et des heures sur ce merveilleux site j’ai envie de vous faire part de mon expérience, qui j’espère, pourras profiter à quelqu’un.

    Donc voilà je me présente Charlène, 25 ans. Ma première et quasi unique expérience sur une moto à 16 ans, en tant que passagère, m’a convaincu qu’un jour je passerais mon permis moto.
    Et voilà, presque 10 ans après, je me suis inscrite à une petite moto-école que l’on m’avait conseillé pour la qualité de son seul et unique moniteur, un homme d’une soixante-dizaine d’années très énergique et plein de bonne humeur et de pédagogie, le 24 avril 2015.

    Après avoir passé plusieurs dizaines d’heures dans la salle de code , j’ai réussi l’examen du premier coup et enfin les choses sérieuses ont pu commencer.

    N’ayant jamais conduit un deux roues ni même un scooter, mes premières heures de plateau furent très stressantes, le temps d’apprivoiser la  » bête « , je me suis même entendu dire que c’était trop difficile et que je n’y arriverai pas, que ce n’était pas fait pour moi.
    Seulement voilà, l’envie est plus forte et je me suis dit qu’il fallait se battre un peu plus que ça pour arriver a ses fins.
    Mon « super-papi moto » comme je l’appelle, a pris du temps, beaucoup de temps, nécessaire pour que je commence à comprendre le fonctionnement de la moto, a me rassurer et me mettre en confiance.
    Une dizaine d’heures plus tard il m’avait déjà donné une date pour passer ce fameux plateau, et là, j’ai commencer à douter et à me dire que jamais je n’y arriverai, le parcours lent ressemblait à l’Everest et je n’avais commencer que ce parcours là. Je me suis dit, où est-ce qu’il m’emmène…

    Les jours passent, les leçons s’enchaînent, je progresse, je le voit et mon super papi me le dit, m’encourage et me félicite, il me confirme que je suis prête à passer mon plateau.
    Pour moi je n’était pas prête, ayant un tempérament très perfectionniste, je me disait que ce n’était pas suffisant et que je n’y arriverais pas mais il me soutenait le contraire, alors j’ai fini par le croire et m’auto-persuader qu’il avait raison.

    Aujourd’hui j’ai passé le plateau et j’ai eu 5 A , je n’en revenait pas , tout ça pour vous dire qu’il y a des choses importantes dans le passage du plateau et du permis en général, qui sont la confiance que vous aurez en votre moniteur, quelqu’un qui vous suivra réellement et qui vous guidera parfaitement, saura vous rassurez et vous corrigez calmement et explicitement, et la confiance et la concentration que vous aurez en vous. Si les paramètres sont là et que ça marche à l’entrainement alors ça fonctionnera à l’examen, croyez-en une angoissée de l’échec.

    Tout ça vous auriez pu le lire dans les articles très complet de ce très bon site, mais je tenais à le souligner.
    Merci a FlatFab pour tous ces articles tellement enrichissant, je vais maintenant commencer à me plonger dans les articles de la circu.

    V à tous, à bientôt sur nos routes 😉

  34. Elodie
    9 juin 2015 at 12:59

    Bonjour,

    Je tenais à remercier ce site et particulièrement FlatFab pour avoir été un peu mon « moniteur virtuel » :p . J’ai obtenu mon plateau hier matin et tout au long de mes entraînements, je parcourait le site pour avoir les bonnes techniques et m’améliorer.

    Je n’ai jamais fait de moto auparavant, je suis un petit gabarit et ça a été plutôt compliqué. J’ai eu au total 22h de plateau. Comme quoi, il ne faut jamais se décourager 🙂 (c’est juste que le porte feuille crie un peu).

    Mon niveau que dire, j’ai mis beaucoup de temps avant de réussir à faire un des parcours officiels. Je crois je j’ai commencé à faire le lent au bout de 12h … Avant je m’entraînait hors des parcours sur des exercices pour appréhender la moto. J’avais vraiment l’impression de patauger vu que je faisais pas les parcours :(.

    Au final j’ai réussi à me dépatouiller, mes 6 dernières heures ont été les plus bénéfiques. J’ai eu un autre moniteur qui m’a donné de nouvelles méthodes que celui que j’avais avant. Car je m’en sortait pas du tout: le lent, trop rapide. L’évitement je n’y arrivait jamais, etc… Le nouveau moniteur a su voir tout de suite ou je merdait et on a tout corrigé.

    Pour ceux que ça intéresse je vais expliquer mon passage au plateau :

    Pour les plus stressés je conseille l’homéopathie qui m’a bien aidée j’ai utilisé Zenalia qui a très bien fonctionné.

    L’heure d’entraînement avant était pas une très grande réussite je ne tenais pas le chrono au lent enfin, j’assurai un B mais il m’arrivait de faire d’autres erreurs (pied posé au mauvais endroit où cône renversé) le freinage d’urgence nickel et l’évitement… Bah ça passait à peu près une fois sur deux.

    Et au moment d’aller à l’examen j’était pas très rassurée vu mes performances sur l’entraînement…

    La poussette : j’avais du mal pour la manoeuvre arrière, j’y suis arrivée en un coup. J’ai eu un p’tit soucis de remettre la béquille mais j’y suis arrivée.
    Le verifs nickel je les connaissait par coeur.
    Premier A donc. Me voilà rassuré il faut juste que je fasse un B au lent.

    Le lent : je souffle comme il faut avant de partir je fait un chrono B et là au moment du demi tour je pose un pied après la ligne, j’avais envie de m’insulter x( je prend mon passager et finis le parcours. L’ inspectrice m’annonce « c’est un C on recommence ». Je commence à avoir le palpitant qui s’agitent. Mon moniteur me glisse un « aller c’est bon, n’improvise pas, fait comme d’habitude et ça va bien se passer » je me concentre au max je part, et la je me dit « trop rapide dans le chrono tu vas du avoir C… » Je me reconcentre pour finir le parcours (sans mettre de pied au demi tour après la ligne xD) tout en étant persuadée que c’était la fin de l’examen pour moi. L’inspectrice viens me voir et dit « pour le chrono ça fait B, suivaant ! »
    Ouff –‘ j’ai mis bien deux minutes avant de réaliser que c’était bon.

    La pression était un peu redescendue mais j’était concentrée sur les autres parcours.

    Freinage d’urgence : le seul que je maîtrise à tous les coups, réussi au premier passage.

    Évitement : ma bête noire, je craignais beaucoup l’épreuve car aux entraînements je ne réussissait pas à chaque fois. Je respire un grand coup, je part, fait mon slalom tranquile, demi tour à l’aise, et là moment de vérité : je check mon compteur un peu avant, 50 , ok je me prépare à faire mon évitement. Ça passe, le plot n’est pas tombé, je me suis bien arrêtée au bon endroit. L’ inspectrice me dit « ok c’est tout bon, suivaaant ! » Et la j’ai commencé à trembler comme une feuille j’ai pas tout compris…

    J’ai mis du temps à accepter que j’avais réussi du premier coup enfin… Je sais pas trop c’était bizarre.

    Puis viens en suite la dernière partie : les fiches.
    Je les connaissait quasiment toutes par coeur. Les fiches les plus « difficile » ne me posaient pas de pb particulier. A ce moment là je me suis dit : « c’est bon tu l’as tu as 3A 1B… » Psk j’aimerais bien savoir comment on a C aux fiches en les ayant apprises… Du coup c’était déjà dans la poche !
    Je suis tombée sur vitesse et freinage. Une fiche que je connaissais sur le bout des doigts…

    Voilà maintenant j’ai une date pour la circulation le vendredi prochain. Y’a plus qu’a 🙂

    Encore merci pour ce site et bon courage à celle et ceux qui passent leur plateau.

    • FlatFab
      10 juin 2015 at 10:49

      Merci pour ton témoignage !

  35. Ln
    28 avril 2015 at 02:25

    Bonjour !
    Un petit mot pour remercier l’auteur de ce site et les nombreux commentateurs. Je viens de réussir le plateau au deuxième essai malgré un stress quasi ingérable.
    La première fois je savais que j’allais au casse-pipe. Lorsqu’on ne réussit pas du premier coup à l’entrainement, il vaut mieux prendre le temps de quelques séances supplémentaires. Pas toujours facile de refuser quand le moniteur propose une date… Cette première expérience m’a au moins permis de me familiariser avec le centre d’examen.
    J’ai aussi connu un des plus grand stress de ma vie (malgré de nombreux examens, concours, entretiens… que je gère plutôt bien d’ordinaire). Il fait trembler les jambes et transforme les bras en coton, il ramollit le cerveau et raidit les articulations, il balance une boule de pétanque à la place de l’estomac.

    Quelques séances plus tard la maitrise est là. Le stress aussi. J’ai bien essayé de l’évacuer avec quelques remèdes homéopathiques mais rien à faire : boule de pétanque, envie de vomir. Alors j’ai eu un déclic lors de la séance d’entrainement du matin. Je me suis dit : Boule et ses potes Tremblote et Ramollo sont là, ils ne partiront pas. Il faut cohabiter.
    Plutôt que de chercher à camoufler les sensations j’ai essayé de les ressentir à fond, jusqu’à les user.
    Dès que la boule apparaissait je l’invitais à grossir dans tout mon corps, je l’explorais, et même, j’entretenais une sorte de conversation avec elle. Du coup elle s’est un peu affaiblie. Parfois même je l’ai cherchée.
    Alors bien sûr, une fois que je me trouvais sur la moto au départ des parcours, la boule était là. Mais le fait de l’accepter au lieu de la refouler vainement m’a aidée à gérer, et j’ai effectué les parcours moins bien qu’à l’entrainement certes, mais c’est passé quand même.

    Je pense qu’il est nécessaire d’accepter les manifestations du stress, de les explorer, de les ressentir à fond, pour mieux les gérer.

    En espérant que ce petit conseil pourra aider certains d’entre vous…
    Encore merci à FlatFab qui, il faut le dire, a été un peu mon moniteur de substitution, courage à ceux qui y sont encore, et bonne route aux autres 😉

  36. philippe G
    21 avril 2015 at 18:32

    bonjour à tous,
    Voila , je reprends le permis moto. J’avais abandonné l’année passée après 20 h de lecon et l’impression de n’etre arrivé à rien. Une vraie tache ! le lent : la misére ! Le reste on n’en parle meme pas ! Par contre j’ai perdu des litres d’eau à force de transpirer.
    Mais cette année , j’ai decidé de reprendre et d’aller jusqu’au bout ; j’ai meme changé de moto ecole : dans l’ancienne je connaissais torp bien le moniteur et il me semble que lui n’osait pas trop me dire ce qui n’allait pas et moi , je n’osais lui demander.
    Dans la nouvelle, je me suis inscrit et le meme jour j’ai eu premiere lecon ! J’ai passé deux heures sur la route : chose que je n’avais jamais dans l’autre moto-ecole. Et franchement, meme si tout n’a pas ete parfait,je me suis senti beaucoup mieux et moins stressé !
    Il y a un question que je voudrai soumettre : sur le lent, dans mon ancienne moto ecole, je faisaais le parcours en ralenti de 1ere , sans toucher, à l’accelerateur quasiment. Alors, je voudrai savoir si c’est dans les regles ou s’il faut se servir de la poignée d’acccelerateur ? Merci d’avance
    En tous cas, j’ espere cette que je puisse aller au bout ! et que je stresse moins! Deja , le monituer me guide plus. je ‘n’ai fait qu’une lecon jusque maintenant

    • FlatFab
      21 avril 2015 at 23:10

      La réponse à ta question est ici !

  37. romain
    20 avril 2015 at 15:14

    bonjour à tous! j ai validé mon plateau la semaine derniere avec 5A,pourtant c etait pas gagné.Je n avais jamais touché de moto avant decembre 2014.Je voulais donc remercier Flatfab pour ses supers conseils ainsi que tous les commentaires des apprentis motards qui m ont beaucoup servi!
    les choses qui m ont bien aidé pour reussir ce plateau sont :
    – le petit doigt a gauche qui sert de butée naturelle pour eviter de trop debrayer dans le lent
    -toujours garder du gaz a 3000,4000 TM,ca stabilise et ca evite de caler betement ( vous verrez,au bout d un moment,on le sent à l oreille qu on est sur le bon regime )
    -parvenir à travailler le point de patinage en accelerant bien et freiner de l arriere en meme temps ( cela parait contradictoire mais tres efficace entre les piquets pour gagner du temps )
    – enfin les classiques : serrer les jambes en se collant au reservoir et anticiper sur le regard pour avoir la bonne trajectoire ( lorsque l on s apprete a franchir une porte,deja regarder celle d apres! )

    j espere que ma petite experience pourra servir à d autres… en attendant vivement la circulation pour profiter de ce permis

    a bientot 🙂

    • Mika
      21 avril 2015 at 11:00

      Félicitaions pour ton plateau ! 🙂 et courage pour la circu (mais c’est beaucoup plus simple).

      En effet le fait maintenir une légère pression sur le frein arrière tout en maintenant un filet de gaz à été pour moi la technique ultime pour passer cette première phase du lent. C’est contradictoire mais terriblement efficace d’ailleur je m’en sert tous les jours lorsque je suis en ville dans les bouchons.

  38. ancora
    25 mars 2015 at 10:40

    Bonjour moi je suis a mon 5e passage raté donc j’ai du repassé mon code je pense que je vais essayer une dernière fois.

    • Lorène
      14 avril 2015 at 11:30

      Pour ma part, 4ème échec au plateau hier ! et du coup un peu perdue, ne sachant que faire ? une pause de quelques mois ? une semaine intensive ?
      Je suis très à l’aise en circulation (expérience de 5 ans en 2 roues, 3 en Vespa 125 et 2 en moto 125) mais une fois sur le plateau je suis tétanisée et j’oublie tous mes automatismes et acquis.
      Est-ce arrivée à d’autres personnes et comment surmonter l’examen du plateau ?

      • Quadrapasfou
        15 avril 2015 at 11:35

        Contre le stress, il y a pas mal de trucs envisageables, en premier lieu de l’homéopathie préventive, des exercices de respiration, de la dépense physique avant l’examen (un petit footing ?).
        On peut aussi envisager une bonne cuite la veille au soir, pour être sûr d’avoir 2 de tension pour l’examen (là, pas de problème, les doigts ne trembleront pas sur le levier d’embrayage), mais attention de ne pas être au-dessus des 0,5 g/l pour l’examen, il faut un petit peu de temps pour que l’alcool soit évacué (environ 0,15 g/l et par heure je crois ), mais à toi de voir …

      • Al
        15 avril 2015 at 12:03

        De ma maigre expérience, je dirais qu’il ne faut pas confondre le stress et l’implication.

        Ce qui fait échouer dans ces cas la, c’est la crainte de ne pas y arriver, d’échouer. On se crispe par peur ou bien on se détend trop (et du coup on se déconcentre) pour se forcer à évacuer cette crainte.

        Il faut donc être concentré (sinon on fait des erreurs et on n’y a pas droit) et mobilisé mais « positif ».
        Pour être positif il faut :
        – Etre sur de soi et donc bien avoir le niveau à l’entrainement. On doit y arriver facilement sans forcer.
        – Le jour de l’examen se concentrer sur la réussite. Visualiser par avance le parcours que l’on réussit, y aller en se disant que l’on réussit, qu’on va l’avoir, que ça passe bien.
        – En cas d’échec au premier essai … pas de problème, on va réussir le second. Tout va bien.

        Pour l’anecdote le jour de ma circulation je regardais des candidats passer le plateau. Une fille arrive à l’épreuve de l’évitement. Elle démarre, slalom sans problème et au demi tour, elle ne tourne qu’à moitié et sort de la piste à angle droit. Sur le bord de la piste il y avait un talus herbeux très raide de 2m de haut dans lequel elle est allée commencer à monter et elle est restée bloquée. Mais miracle elle n’est pas tombée et a pu se dégager.
        Son niveau de stress devait être énorme de se voir plantée ainsi dans le talus. Le moniteur (celui de ma moto école d’ailleurs et pas le sien qui est resté à regarder) a couru vers elle et l’a bien soutenue à ce moment en l’encourageant. Et elle a réussit le second essai.

      • Nathalie
        15 avril 2015 at 17:30

        Pour répondre à lorene oui moi hier 2 ème passage plateau échec avec une pression encore plus lourde que la première fois. Sûrement un manque d’assurance je pense qu’il faut vraiment maîtriser le plateau sous toutes ses formes avant d’y aller

  39. Gabynou
    3 mars 2015 at 16:56

    Bonjour, j’aurai aimé avoir l’avis de Flatfab si possible ou n’importe qui d’autre d’ailleurs.
    J’ai donc échoué a l’épreuve du plateau une fois et puis je l’ai repassé la seconde fois ce vendredi 27/02 où je l’ai raté également. Mais ce lundi, le 02/03 mon moniteur me passe un coup de file en me disant qu’il y a un « problème « . En effet en récupérant les dossiers de ses élèves présentés il a vu que sur mon dossier était marqué favorable… Ainsi que sur le bordereau. Mais je l’ai raté, et je n’ai même pas terminé l’examen. Donc je suis a la fois content d’être noté favorable mais aussi perplexe. Et ça n’a pas l’air d’être une blague vu que mon moniteur m’a fait commencé la conduite.
    Je me pose donc la question… Parce que je suppose que ce n’est pas chose normale une telle erreur. Mais cela peut il se produire réellement ? L’examinateur peut-il revenir sur la décision s’il se rend compte de l’erreur ou comment ça se passe ?
    J’avoue que je suis content d’en avoir fini avec le plateau mais je m’attends a chaque minute d’avoir un appel de mon moniteur me disant que finalement je dois le repasser. x)
    Y a une trace écrite sur un ordinateur de mon résultat qui peut justement annuler le fait que ce soit favorable du coup ?

    Merci beaucoup de vos réponses. 🙂

    • Medusahw
      3 mars 2015 at 17:26

      Salut Gabynou,

      Si c’est inscrit sur ton bordereau tu n’as pas à t’inquiéter tu as « validé » ton examen plateau, l’administration ne reviendra pas la dessus.

      Un bon concours de circonstance parfois dans la vie ça arrive, et cela tombe sur toi donc profite et bonne chance pour la circu.

    • FlatFab
      4 mars 2015 at 11:49

      Le formulaire d’examen est écrit, manuscrit et fait foi.
      Il semble bien que l’examinateur ait commis une erreur, mais je ne vois pas comment la préfecture pourrait s’en rendre compte et encore moins revenir dessus.

  40. Erisson
    28 février 2015 at 18:18

    Bonjour,

    Juste un petit commentaire pour remercier Flat Fab pour son fantastique boulot. Comme cela a déjà été signalé par beaucoup, ce site est une mine d’or. Il ne faut pas hésiter à s’y plonger, s’y replonger et… s’y plonger encore. A 24h d’une réussite au plateau qui n’était franchement pas gagnée d’avance, plusieurs conseils glanés sur ce site auront été déterminants (notamment le regard, ah l’importance de ce f…. regard! et de prendre quelques instants de respiration-relaxation avant de partir pour un second passage -« vous avez un C, vous voulez tenter un second passage??? » euh, oui…!!!).

    Encore merci, et bonne chance à tous.

  41. olivier
    24 février 2015 at 18:21

    bonjour a tous trop content aujourdhui je passer mon plateau pour la 3 fois et je l ai eu ,merci a flatfab pour ce site qui ma beaucoup aider , desoler pour l ortographe je rentre juste et je suis super emu encore merci

  42. Al
    13 février 2015 at 11:45

    Permis obtenu, le plateau a été la phase la plus difficile à gérer, principalement à cause du stress inattendu…

    Ce stress je ne m’y attendais pas. Je passais bien à l’entrainement (ça a pris du temps quand même, il a fallu bosser) et je me suis donc présenté serein… un peu trop puisqu’au moment de m’élancer tout s’est bloqué et crispé.

    La seconde tentative fut la bonne et voila ce que j’en ai retiré:
    1) il vaut mieux avoir le niveau voire un peu au dessus. (facile à vérifier à l’entrainement, tout doit paraître facile)
    2) se dire qu’on a le niveau et qu’on va réussir
    3) répéter le point 2 jusqu’à la fin des épreuves.

  43. LAMARQUE
    13 janvier 2015 at 11:32

    Bonjour,jais passé le plateau hier j’ai rater ,le premier passage sur le lent,la, je suis d’accord j’ai mis le pied à terre,la ou je suis plus réservé c’est au deuxieme passage il ma un mis un Cparce que j’ai parlez au passagé,c’est normal à votre avis ?
    merci

    • FlatFab
      13 janvier 2015 at 12:05

      Sur cette épreuve, le passager doit « conserver une attitude neutre », donc ne pas parler et ne pas répondre au conducteur. Normalement, le candidat n’a pas de raison de lui parler.
      Maintenant, de là à mettre un C juste pour ça, cela me paraît exagéré. Peut-être y a-t-il eu une autre erreur qui a incité l’inspecteur à se montrer strict ? Ou peut-être que tu es tombé sur un ayatollah borné qui était de mauvaise humeur…

  44. MOATTI Sydney
    6 janvier 2015 at 23:20

    Bonsoir j’ai besoin de d’aide de connaisseurs svp, mon auto Ecole a fermée et a perdu mon dossier et mon livret d’apprentissage , j’avais eu mon plateau seulement ce n’est pas la préfecture qui reconnaît le plateau elle reconnaît seulement l’épreuve de circulation pouvez vous m’aider afin que je fasse reconnaître mon acquisition du plateau svp cest mon rêve depuis petit et voilà presque 1 ans que je suis dans l’embarras a cause de cette d’auto école qui a ferme et qui ma bien laissé dans la merde merci beaucoup.

    • FlatFab
      7 janvier 2015 at 01:52

      Le livret d’apprentissage, ce n’est pas dramatique, mais si l’école a fermé et que vous ne pouvez pas récupérer votre dossier Cerfa 02 avec le résultat de l’examen plateau, je crains que ce soit très mal engagé…

      Votre question et votre témoignage seraient mieux placés en commentaire de l’article Trouver une bonne moto-école.
      Encore une fois, je ne peux qu’inciter à se méfier des écoles qui affichent peu d’ancienneté et proposent des tarifs défiant toute concurrence, c’est souvent une source d’ennuis.

    • DavidP24
      7 janvier 2015 at 15:14

      Salut Sidney,
      J’ai eu un problème similaire.
      Il faut que tu demandes à ton ancienne moto-école qu’elle te fasse une attestation de perte de ton dossier Cerfa 02. Vérifie avant par le bouche à oreille et auprès de la chambre de commerce que l’auto école ne soit pas en liquidation judiciaire, auquel cas tu contactes le liquidateur judiciaire qui a peut être ton 02.
      Si ton 02 est effectivement perdu (en général, ç’est de la magouille financière de la part de l’auto-école), l’attestation te permettra de te réinscrire dans une autre auto-école, mais il faudra tout repasser.

  45. Kaddour
    20 décembre 2014 at 05:14

    Bonjour a tous,
    Plateau réussi avant hier.J’avais decidé de cette date avant d’avoir pris les 20h.
    Code blanc la veille de l’exam, la monitrice me demande pourquoi j’ai programmé le jour du passage alors que je n’etais pas pret.Je lui teponds que je pensais l etre.En effet, a la derniere lecon, impossible de reussir le lent et évitemment.le jour de l examen,je me disait, tout de facon je l’aurais pas , c est pas grave etc…et j ai reussi!! C etait pas beau a voir mais ca a marché.Conseil, supprimer le test !

  46. khox
    12 décembre 2014 at 08:46

    Bonjour déjà bravo a ce qu’il l’on eu se fameux plateau 🙂

    Pour ma part j’ai 17 est je suis a 17h environ de plateau mais en voulans m’entraîner de mon coter avec ma moto 125 j’ai fait la mauvaise experience de freiner brutalement du frein avant donc je suis passer par dessus elle me retombe dessus etc du coup cela fait un mois que je n’est plus rouller ( je l’avoue j’ai un peu peur de remonter sur la bête )

    J’aimerais savoir si vous auriez pas des conseil pour redompter la bête

    Merci d’avance

  47. BOCRIDAMO
    9 décembre 2014 at 15:43

    salut à tous !!! après avoir lu et relu tous vos temoignages je viens enfin à ma plus grande joie apporter le mien.

    Voilà, je suis une femme de 46 ans mesurant 1 m52 et ayant toujours convoité le permis moto sans avoir jamais osé me lancer. En 2013, j’ose et je fais le tour des moto ecoles de ma ville qui toutes me refusent car aucune n’avait de moto rabaissée et donc je touchais pas par terre. Je passe à la ville d’a côté et là miracle une auto ecole m’accepte, d’ailleurs je ne remercierais jamais assez DANI pour celà !!! Me voilà donc fin decembre 2013 prête à passer mon plateau apres avoir tout juste pris 20 h de leçons.

    Mais voilà debut janvier 2014 accident de ski et boum operation des ligaments croises qui m’immobilisent durant plus de 6 mois. Septembre 2014 je me remet en selle, et là, catastrophe blocage complet au demi tour, plus rien ne passe, je chute, je doute…dans quelle galère me suis je fourrée ? Mon gentil moniteur me rassure, me fait faire du demi tour, du tour complet, ……et hier enfin le jour fatidique du plateau arrive… je vous passe le stress, l’angoisse du demi tour, de l’evitement, des fiches…bref l’horreur…mais je le voulais ce plateau !!!! Je me suis motivée, l’inspectrice était sympa, résultat : ABAAA !!! Le vrai bonheur !!!

    ALors tout ça pour vous dire, notamment aux femmes et surtout aux petites femmes, que même si des periodes de decouragement surviennent il ne faut rien lâcher !!! Ecoutez à fond les conseils du moniteur, détendez vous et vous y arriverez aussi !!!! Bon maintenant reste encore la circu, mais bon j’espère bien y arriver, le plus gros morceau étant pour moi ce fichu plateau !!! Et en attendant de valider ce permis en entier je continuerais à vous lire et à lire tous les précieux conseils dispensées sur ce site !!! A bientôt !!!

    • H. Sylvie
      10 février 2015 at 16:05

      Bonjour, très contente d’avoir lu votre récit. Cela me donne du baume au coeur, mais il est vrai que l’épreuve du plateau, surtout le parcours lent m’angoisse beaucoup et j’ai toujours peur de tomber. J’en suis pour ma part à 7 heures et je manque une fois sur deux ce fichu portail métallique, l’endroit chronométré….. j’ai 52 ans, je mesure 1m62 et heureusement l’auto école moto, a une moto surbaissée…. J’ai réservé mes rendez-vous pour le mois de mars et cela me fera 11 heures…… A bientôt, pour la suite des évènements. Bonne réception, une future motarde en Harley Davisdon.

  48. Jack06
    3 décembre 2014 at 20:50

    Bonjour,juste un grand merci aux multiples messages de témoignages et conseilles , maintenant que j ai mon permis en poche je peux dire  » à plus sur la route en 2 roues  » Bien à vous ……………………….

  49. Annasi
    27 novembre 2014 at 20:40

    Bonjour,
    la guerre n’était pourtant pas gagnée mais alors pas du tout….

    Merci à ce site pour tous ces merveilleux conseils, ils m’ont été d’une grande aide et utilité, j’ai également bcp apprécié les commentaires des lecteurs, d’où le mien aujourd’hui.

    J’ai passé mon plateau (aujourd’hui) et avec le plus grand soulagement du monde et la plus grande SURPRISE : AAAAA.

    J’ai du accumulé 40h de conduite. Déjà, j’ai du mettre 10h pour réussir à manier l’engin, le conduire ect… je n’avais jamais conduit un 2 roues de ma vie, même pas un scooter. Ces 10h passées, enfin je m’attaque au lent…et là c’est la drame. Je me suis entrainée pas moins d’une vingtaine d’heure avant de le maitriser.

    Le rapide, j’attaque le rapide, paf bim bam boum… je chute à 50 km.h au freinage d’urgence parce que j’ai tout donné brutalement sur les freins avant, sans utiliser les freins arrières. Jolie chute, jolie blessure, mais qu’à cela ne tienne je remonte aussitôt sans regarder la blessure faite. Ce n’est qu’en arrivant chez moi que j’ai constaté le drame. Cette chute m’a refroidi quelques temps.

    Bref, les heures d’entrainement passent, et puis même si je ne suis pas prete à 100% je me lance. Et je pense, ce qui m’a beaucoup sauvé la mise, c’est les 2h d’entrainement faite juste AVANT le passage à l’examen.
    Examen à 13h, heure de conduite de 10h à 12h, ensuite destination le lieu d’examen en moto. Moi qui croyais que j’allais devoir y aller seule en voiture avec pour seule compagne ma détresse. Le moins qu’on puisse dire c’est que là j’étais « chaude », bien échauffée vu que je venais de rouler 3h. Moi qui pensait encore une fois que l’examen aller se dérouler « à froid ».

    Inutile de dire que le matin et la veille, j’ai pris dose de Gelzenium, bain aux huiles essentielles, bref tout de quoi me destresser. Ma hantise c’était le stress, la peur… Ca fait une semaine que j’avais l’estomac noué, je vivais moto, rêver moto…. En plus d’être stréssée au naturel, là j’étais EN PANIQUE.

    Voilà ce que j’ai appris lors de mes 10 dernieres heures de conduites, celles qui m’ont été le plus bénéfiques. Avant ces 10h, l’examen moto était encore pour moi la traversée de Bagdad.

    1 – Le lent : Bien expirer avant chaque départ, inspiration, expiration, autant de fois qu’il faut. Toujours regarder la porte suivante. TOUJOURS REGARDER LA PORTE SUIVANTE. Mettre du gaz pour conserver l’effet gyroscopique, ce qui permet de gagner du temps sans accelerer.
    2 – Le freinage d’urgence : après le demi-tour, passez en 3ème avant le 3ème plot, conserver sa vitesse, couper les gaz 2/3m avant C6 et freiner dès C6 dépassé. Frein arrière (un peu), frein avant (à fond les ballons)
    3 – L’évitement : APPUYER A FOND. La moto ne tombera pas. APPUYER. Pour moi, l’évitement passait 1 fois sur 5. Le jour de l’exam, il est passé du 1er coup. J’ai contre-braqué comme jamais.

    Quant aux fiches, je les ai apprises tellement par coeur, que quand je suis redescendue sur terre et pris conscience que j’avais tout réussi, je me suis avancée dans la salle d’examen en éclatant de joie intérieurement car je savais que c’était dans la poche. En plus je suis quand meme tombée sur LA fiche que je connaissais par coeur. Je pense que je pourrai encore la réciter dans 6 mois.

    Lisez bien ce site, il est d’excellents conseils.

    Rien n’est encore gagné, reste la circu. Mais quel soulagement. Quel objectif atteint. Quel victoire. Il en faut peu pour être heureux. Et 5A ce n’était vraiment pas, mais alors vraiment pas mon objectif. Je suis non seulement heureuse mais fière de moi. Meme les gars n’ont pas fait mieux 😉 Ok ils n’ont pas fait 40h mais bon quand-même :p

  50. LK
    19 novembre 2014 at 13:03

    Bonjour à tous,

    Juste un petit témoignage qui, je l’espère, permettra de rassurer les visiteurs du site.
    Je me suis présenté à l’examen plateau après « seulement » les 9 heures de leçon obligatoires, et j’étais affreusement stressé car mon niveau n’était pas irréprochable et que j’avais raté les quelques permis blancs passés à l’auto-école. Mais comme le reste du temps je réussissais les exercices presque systématiquement j’ai gardé la date. Après avoir stressé comme un dingue jusqu’au fameux matin, j’ai repris confiance en m’entrainant un peu sur la piste de l’auto école avant d’aller au centre d’examen. Et là nickel, aucune faute, 5 A. Comme quoi avec un peu de concentration il n’y a AUCUNE raison que vous le loupiez si vous y arrivez on va dire 8 fois sur 10 le reste du temps.

    A bon entendeur et bon courage aux prochains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.