La fiabilité des BM est-elle en baisse ?

Encore une question souvent posée et dont la réponse parfaite n’a pas encore été trouvée…

Il est vrai que les motos BMW connaissent des déboires, voire de gros soucis, comme toutes les motos, comme toutes les mécaniques. Il semble parfois que la fiabilité de nos machines soit en baisse par rapport à ce qu’elle pouvait être il y a 20 ans.
J’ai dit « il semble »…
Car il faut aussi comparer ce qui est comparable et relativiser par rapport au nombre de machines en circulation et au nombre de kilomètres parcourus.

Allez dans un rassemblement motard et regardez les kilométrages affichés au compteur, ce sont presque toujours des BMW qui durent le plus longtemps. Ou des Honda.

Mais qu’est-ce que « longtemps » ?

Avant les années 1980, un motard était bien content quand sa machine durait 50.000 km et encore, avec moult réparations sur le bas-côté, en changeant tout ou partie du moteur, etc.
Aujourd’hui, la barre psychologique est à 100.000 km et j’entends parfois des BMistes se lamenter sur les multiples avaries, pannes ou petits pépins de leur bécane à 30.000 ou 40.000 km.

Or bien des motards français (euh, 80% même) ne considèrent pas que 30.000 km soit un kilométrage « dérisoire ». Le kilométrage annuel moyen en France pour les motos de plus de 750cc est estimé à environ 6.400 km… Et la durée de vie moyenne d’une moto est elle aussi estimée à sept ans.
Conclusion, environ la moitié des motos de grosse cylindrée part à la casse autour des 50.000 km.
Le truc, c’est qu’avec les motards GT gros rouleurs qui font entre 20 et 40.000 km, on atteint vite les 100 ou 200.000 bornes, et là, forcément, y a de l’usure…
En mécanique, le « zéro défaut » ad vitam aeternam n’existe pas.

Un autre biais est la forte augmentation de la population concernée.
Les ventes de motos BMW enregistrent une croissance régulière depuis 10-15 ans, souvent supérieure à celle de la moyenne du marché. La RT figure chaque année parmi les dix meilleures ventes de motos en France, la GS est entrée depuis peu dans le palmarès, entre la 10e et la 15e place.
C’est un fait simple: il y a de plus en plus de BM dans les rues et sur les routes.

Mathématiquement, avec la même proportion de problèmes, si on augmente la population de base en valeur absolue, on se retrouve forcément avec un plus grand nombre de problèmes.
Tout le problème est de savoir si les motos BMW sont moins fiables qu’avant.
Et là, personne n’a la réponse !

Il y a un autre effet (en fait, deux) de la « démocratisation » de BMW, l’un au niveau des concessionnaires, l’autre au niveau des clients.

D’une part, la moto BM n’est plus une affaire de motards passionnés, mais une marchandise comme une autre, mais qui se vend bien (et cher).
Résultat, de plus en plus de concessionnaires sont avant tout des marchands, des vendeurs. Le SAV n’est pas leur affaire, ça coûte cher et ça ne rapporte pas grand-chose, du moins à court terme. D’où une attitude de refus, de rejet, de déni des problèmes, qui se révèle hélas parfois relayée par l’importateur.

D’autre part, la moto BM n’est plus une affaire de motards passionnés, mais un signe extérieur de richesse, un objet investi d’une image de marque.
La majorité des acheteurs de R1200RT, notamment en Ile-de-France, choisissent cette machine comme un gros scooter. Ils portent d’ailleurs souvent les mêmes tenues que les conducteurs de Burgman ou de Silverwing, et se comportent hélas souvent de la même façon.
Et s’ils acceptent d’investir entre 15 et 20.000 euros dans une moto BMW plutôt que 10.000 dans un maxi-scooter, c’est parce qu’ils en attendent une fiabilité à toute épreuve, mais surtout sans aucun entretien. Pas de chance, une moto, ça s’entretient !
Quand je vois l’état des bécanes en révision chez mon concessionnaire francilien, j’hallucine. A 90%, les BMistes ne touchent jamais leur moto. Un coup de karcher de temps en temps, point final. L’état de saleté, voire de corrosion, des tubulures d’échappement est à vomir, parfois dès 10.000 ou 30.000 km.

Quand j’ai apporté ma GS pour la révision des 100.000 km et que j’ai expliqué au chef d’atelier que l’embrayage était toujours d’origine, il m’a expliqué que c’était d’une part la preuve que je savais le manier, d’autre part qu’il était bien content de trouver une moto comme la mienne, qu’il allait pouvoir la montrer en exemple à des clients qui lui affirmaient que les embrayages BMW étaient incapables de tenir plus de 60.000 km.

Le « problème » avec la RT, les moteurs Boxer et l’architecture moto BMW en général, est qu’elles reposent sur des solutions techniques à la fois anciennes et éprouvées, avec des choix radicaux qui leur donnent un caractère bien particulier.

On ne conduit pas une BM comme on conduit une japonaise.
C’est au motard de s’adapter à cette moto s’il veut la garder longtemps et en tirer le plaisir qu’elle peut procurer. Une BM ne s’adaptera pas à votre conduite ou alors, elle fera subir à son propriétaire toutes sortes de soucis et pannes.
C’est peut-être dommage, certains s’en plaignent, d’autres s’en réjouissent, mais c’est un état de fait.
Ou on l’accepte et on change sa manière de rouler (ce qui n’est ni agréable ni facile), ou on change de moto.
Ce n’est que mon point de vue, issu de mon expérience et de mes observations, pas un communiqué officiel BMW.

De plus, BMW se met progressivement au goût du jour des nouveaux conso-motards et tend de plus en plus à se rapprocher des standards de production japonais. Résultat, boîtes plus douces, moteurs plus linéaires et fiabilité en baisse…

La fiabilité d’une moto repose sur quatre éléments:
– la machine en elle-même, sa conception, les matériaux, etc.
– l’entretien par le concessionnaire
– l’entretien par le conducteur et sa manière de conduire
– la chance

Il suffit qu’un seul de ces éléments soit absent ou insuffisant, et paf ! la panne.
Mais est-ce suffisant pour décréter qu’une moto n’est pas fiable en elle-même ?
On ne parle pas des trains qui arrivent à l’heure. C’est un phénomène que je connais bien dans mon métier: on parle en général de ce qui ne va pas et du coup, on a l’impression que tout va mal.

  149 comments for “La fiabilité des BM est-elle en baisse ?

  1. guy
    15 décembre 2016 at 20:19

    Parlons fiabilité :

    J’ai eu une PAN EUROPEAN 1300 revendue à 130 000 pour le plaisir d’en acheter une neuve : Tout d’origine pots, embrayage, 0 panne, 0 problème
    Deuxième PAN actuellement 70 000 km même pas l’idée que je puisse avoir une panne (pas une PAN)
    J’ai eu une 1000 CBR F revendue à 130 000 tout d’origine…
    Je connais 2 PAN EUROPEAN 1100 qui ont 400 000 au compteur ! Oui quatre cent mille…

    J’ai fait il y a quelque temps une sortie où j’étais le seul HONDA au milieu de 8 GS Adventure. J’ai été scotché de les entendre parler d’envisager de changer telle ou telle pièce avant d’être en panne. Ils avaient moins de 50 000 bornes. Et je ne parle pas du prix des pièces BM !

  2. gerard
    3 décembre 2016 at 19:52

    Ca me fait vraiment rire de lire/entendre que c’est au conducteur de s’adapter a sa BM pour qu’elle soit fiable. En faite je trouve ces propos totalement hallucinant. Donc si je comprend bien les BM c’est de la merde on s’en cache même plus, les japonaises sont plus fiables sans aucun doute, et donc les BM doivent être conduite comme si elle risquaient de rendre l’ame du jour au lendemain… C’est fou de justifier un gros manque de mise au point et fiabilité générale de ces moto par ces arguments. Je ne vois pas en quoi la conception d’une BM la rendrait moins fiable que les japonaises.

    Les grosses avaries subits depuis plus de 10 ans chez bm son du a un laissez aller, un sorte d’endormissement sur les lauriers, gros volume du vente en net augmentation, clientèle (riche) moins regardante (moins passionnée) , et voila comment ont sort de la merde à la chaine.

  3. GGA
    25 octobre 2016 at 10:40

    Bonjour,

    Comme en voile, ceux qui perdent disent souvent que le gagnant a eu de la chance, mais c’est souvent toujours les mêmes qui gagnent, alors, est-ce bien de la chance ? Je suis peut-être chanceux, j’ai un K1300GT et 173 000 km au compteur.

    Je l’ai acheté chez un concessionnaire à 20 000km (donc garantie 3 mois) il a dû changer quelques pièces mais ensuite plus aucun soucis ou presque. Je viens de changer l’embrayage (révision des 170 000km) et j’ai changé le couple conique a 160 000 km. La batterie me semble problématique depuis quelques jours (moto et batterie de 2009, plutôt normal, non ?

    Entretien chez Arcueil Moto régulier tous les 10 000 km. J’ai peut-être de la chance, mais je ne pense pas, je roule et je suis à l’écoute de la bête, Elle est bien sûr débridée depuis que je l’ai (je sais pas légal auparavant) mais 1 l/100 km de moins débrideé ça ne se refuse pas, surtout en faisant 35000 km/an.

    Rassurez-vous je me soigne, j’ai une une italienne sportive, achetée à 11 000 km, elle a 27 000 km et aucun un soucis, j’ai aussi une vieille japonnaise (FZ750) 99 000 km, on lui a refait une santé sans plus et elle se porte à merveille, j’ai sûrement encore beaucoup de chance. 🙂

    Seul ombre au tableau, le poids de ces GT en maneouvrabilité difficile sans moteur, il faut toujours réfléchir pour ne pas la poser par terre dans le garage, 🙂

    Cette année je suis allé me promener dans les Alpes (route des grandes Alpes + cols + route du Mercantour et alentour) et en 4500 km de balade mes deux PR4 GT n’ont pas résisté plus longtemps mais avec le poids cela me semble normal, d’habitude je fais entre 15 et 18 000 km.

    Pour ce qui est de l’état d’esprit, j’essaie de saluer, de m’arrêter quand je vois un motard sur le bord de la route (et même pour un scoot, ça pourrait être ma femme 🙂 ) et de me ranger quand je roule en caisse dans une circulation bouchonneuse, à part ça l’esprit motard je ne sais pas bien ce que cela signifie, mais c’est juste mon avis.

    Je m’arrête parfois mais étant donné la complexité des machines actuelles, ce n’est qu’un soutien moral, ou le pret de mon téléphone pour appeler l’assistance, surtout quand une BM affiche EWS sur le tableau de bord. 🙂

    Bonne route.

  4. laurent
    16 septembre 2016 at 22:44

    Flatfab, tu indiques que c’est au motard de s’adapter au boxer : tu entends quoi par ça.

    pour ma part, j’ai acquis une R1200R LC neuve le 1er juillet de l’année dernière. Elle a actuellement 19500 bornes.

    Depuis 3500 kms, j’ai des grosses pertes de puissance moteur : c’est bien simple, a pleine charge, la moto ne prend pas plus de 190kmh

    J’en suis arrivé au changement de bougie, bobine, filtre a air, reprogrammation, debridage, changement du boitier de gestion motard, vérification de la compression, vérification du calage de distribution, changement de la poignée d’accélérateur … et pour l’instant, rien n’y change

    Je suis bien heureux, tout est pris en garantie.

    D’un coté, je me dis que les bmw, ça doit être fiable car je ne trouve rien sur le net qui pourrait m’aiguiller sur cette avarie.

    Mais le service client BMW est probablement le pire auquel j’ai eu a faire, et la clairement, il n’est pas au niveau premium auquel on est en droit de s’attendre

  5. John
    11 septembre 2016 at 14:04

    J’avais un K 1200 Gt de 2006 vendue à 95 000 km dans un état proche du neuf embrayage d’origine. Jamais aucun problème mécanique a 80 000 km des roulement de cardan, et pourtant les models 2006 sont reputer pour leur probleme abs
    . Il faut vidanger le liquide de frein tous les 20.000 km et pas de problème. Le fait est le suivant une grosse majorités de motard n’entretiennent pas leur moto, et ne savent pas l’entretenir eux meme.Imaginer charles hubert du 16 eme a paris qui ne sait meme pas ou se trouve le piston de sa moto sous la selle ou dans le moteur. Vous voyez le bourgeois dandy les mains dans le cambouis ?
    Mois, je fais tout mois même. Quand à la fiabilités des nouvelles versions, effectivement beaucoup de problème de commodo,de molette,qui dit beaucoup d’electronique dis probleme. Ma devise Vidange moteur, tous les 5 000 km,tous les 20.000 km vidange cardant, liquide de frein, vidange refroidissement liquide. Ajustement des soupapes.
    Un moteur boxer consommera toujours de l’huile, vérifié le niveau d’huile tous les 15 jours, consommations accrues en période chaude printemps, été, ou pour ceux qui roulent beaucoup en ville. Savoir mener une bécane, ne pas la défoncer que cela soit japonais ou allemand.
    J’ai 46 ans, je fais de la moto depuis l’âge de 16 ans. Je vais vous citer un exemple achat d’une Yamaha fj 1200 abs en 1990 revendu a 68 000 km sans aucun problème.Maintenant, je viens d’acheter une rt 1200 lc on vas voir a l »usuree. Je possède aussi une autre moto dont je ne me séparerais jamais mon Honda goldwing gl 1800 de 2007 117.000 km compteur elle démarre au quart de tour, elle a la pêche de ses premiers jours. Ne consomme pas d’huile et je ne suis pas effrayé de lui mettre 200.000 km au compteur. Celle-là, c’est du sérieux. Voir le best en matière de fiabilités.

    • oldbir
      11 septembre 2016 at 17:18

      Quelle vision des habitant du 16eme; jusqu’à 20 ans je vivais dans cet arrondissement parisien « mal fréquenté » pour certain, et en plus fils de bourgeois; en attendant mes 14 ans je démontais des mobs orange ou bleues puis Flandria en passant par autres pétaroules, après l’armée je me suis payé une Norton à crédit, laquelle me créait des problèmes que je résolvais les mains dans le cambouis, puis bien d’autres motos plus ou moins fiable; je m’approche maintenant des 70 balais et j’en ai ras le bol de toutes les intolérances.Modérez vos propos .

  6. lebosse
    29 juillet 2016 at 16:00

    je confirme bmw vit sur ça réputation qui s érode au fur et a mesure des nouveauté de bonne qualité routière ne suffise pas cette moto ma laisser en panne total en 20 000 km plus que en 40 ans de motos japonaise pour moi RT plus jamais

  7. jiji35
    25 juin 2016 at 21:05

    Bonjour,
    sur les forums, les mécontents s’expriment plus facilement que ceux qui sont satisfait.
    Perso, je connais des motards avec un esprit motard, solidaires qui sont pleinement satisfaits de leur BM et ne le crient pas sur les toits.
    Plus un modèle est diffusé, plus nous avons de risque d’entendre des gens se plaindre.
    Si c’était de la daube, pourquoi une telle augmentation des ventes?

    Quand à l’esprit motard, la marque importe peu. La population diffère selon les marques. Trainant beaucoup dans le monde de la moto, j’ai rencontré des gens passionnés, en général et les BMistes le sont.

    • Dunoyer
      12 janvier 2017 at 17:53

      Suzuki, Yam XT250, Yam XT500, Kawa GTR 1000, 19 ans d’interruption (j’en rêvais la nuit…), puis Yam TMax (super, mais ..pas une moto).
      Mon concessionnaire Yam me recommande d’aller vers « L’Adventure ».
      J’étais plutôt réticent..,mais jamais je n’ai eu un plaisir aussi complet.
      Pas facile à dominer à petites vitesses, mais depuis 5 ans (elle avait 1 an), que du bonheur.
      A part les jours de neige (et ma peur de gameller), juste une merveille.
      (Pour les jours de neige, je pense d’ailleurs à une Ural avec 2 roues motrices..ach, ce flat twin…)

  8. fab
    21 juin 2016 at 15:19

    Bonjour,

    Je viens de revendre ma RT après 4ans et 47mkms. Pourquoi ?

    Dès les premiers kms avant la première révision des 1000kms, sur les 2 platines qui supportent les reposes pieds la peintures partait et laissait voir le plastique blanc de dessous. 1 seul changé sous garantie, le 2e on m’a fait comprendre que c’était moi qui avait une mauvaise position des talons ! Depuis sur ces même platines, sont apparue des boursouflures de peintures.
    Avant les 20mkms, le régulateur de vitesse est resté en rade, plus possible de baisser la vitesse. Commode gauche complet changé, sous garantie cette, mais quand même …
    44mkms, une vibration apparait en prise d’angle à gauche, verdict de l’atelier, jeu à la roue arrière et un roulement de roue (et pièces du pont) à changer. Prise en charge partielle. 200€ pour ma pomme !
    Pour la révision des 40mkms, j’ai demandé un devis. J’ai découvert que j’avais une RT série limitée, blanche déjà (?!), avec un carter d’huile de 16L, pas mal !!? Donc plus de 250€ d’huile sur le devis… no comment… Si je leur ai fait remarqué et ça les à fait rire… pas moi

    Alors, sans être devenu exigeant parce que c’est une BM, je compare juste avec les 3 FJR que j’ai eu et ma Div900 … Et je me dis que je n’ai jamais eu tous ces problème avec mes FJR (même cumulés). Et que le seul vrai problème que j’ai eu sur ma 1ère FJR de 2003 et connu de Yam a été entièrement pris en charge pièces et mo (6000€) ! Et que l’entretien était bien plus simple.

    Et si j’ajoute à ça que le moteur de la RT ne vaut pas celui de la FJR, ou d’un bon 3 pattes, je me dis que BM et la RT ne valent pas le détour. D’autant que la moto reste chère, et que oui la qualité BM se dégrade (Roulement, suspension, circuit de refroidissement, cardan, commodo, etc…). Il suffit de lire les forums et les articles sur les pépins récurrents des dernières génération de BM.

    Je crois surtout que la stratégie de BM de se démocratiser et rajeunir leur clientèle, leur recherche de réductions des coûts de productions, et donc la qualité de fabrication et de sav font de BM aujourd’hui un constructeur comme un autre qui continue à surfer sur la vague du premium qui n’en est plus sauf pour le prix.

    Je passe sur l’état d’esprit des BMistes en général, loin de l’esprit motard d’autre marques.

    • victor
      12 novembre 2016 at 17:26

      « l’état d’esprit BMiste en général loin de l’esprit motard d’autre marques. » je partageais bien votre point de vue jusqu’à cette affirmation. Il resterait à pouvoir définir l’esprit motard et l’esprit BMiste, non ? C’est un concept marketing, qui n’existe pas, tout au plus des façons multiples d’aimer sa moto.
      Peut-être BMiste sans le savoir, j’aime le doux bruit d’une FJR que je n’achèterais jamais à cause du design.
      Depuis 26 ans, je roule tous les jours en moto et qu’en moto : Honda 750 XLV (gros soucis), BMW K100LT (peu de soucis, défaut de béquille centrale non pris en garantie), BM K1100LT (peu de soucis, défaut de pot fendu net, non pris en garantie), Honda Africatwin (seule en qui j’ai eu confiance pour le désert Mauritanien), BMW R 1200 GS (110K km, aucun problème en 8 ans, ni embrayage, ni ABS) et récemment R 1200 GSA LC dont j’espère le même niveau de qualité malgré l’inflation des gadgets porteurs de panne potentielle et du prix 😉
      Je ne ferais qu’un constat : mes soucis de moto ont quasiment disparus le jour où j’ai cessé d’aller chez un concessionnaire : leur modèle économique ne leur permet pas d’être fiable et compétitif sur la maintenance.

    • FOUINE940
      16 novembre 2016 at 09:11

      Bonjour à tous,
      L’avant dernière phrase est une parfaite synthèse de la situation de BM et de leur moto depuis quelques années. J’espère vraiment que Honda va sortir une Deauville 1000 en 2017-2018 en remplacement de feu la 700 pour revendre ma 850 dans laquelle je n’ai plus confiance depuis des années. L’expérience BM me laissera à moi aussi un goût amer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *